Archives par mot-clé : pêche

Grilled cheese au fromage de brebis, figue et raisin

Décidément on ne m’arrête plus dans ma folie du grilled cheese, qui vire légèrement à l’obsession. Il suffit que je croise n’importe quel aliment et je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qu’il donnerait calé entre deux tranches de pain avec du fromage et passé à la poêle : un Nutella grilled cheese? Un andouillette grilled cheese? Un macaroni au fromage grilled cheese? Il faut que je me calme, ces associations bizarres viendront peut-être un de ces jours mais pour l’instant celle que je vais vous proposer m’a été inspirée par le défi culinaire Recettes.de du mois : mi figue mi raisin.

 Une association qui s’est vite imposée à moi puisque ces fruits font partie de ceux qui accompagnent le mieux le fromage… Et hop une bonne excuse pour manger encore du grilled cheese (ce n’est que la troisième fois cette semaine après tout!)

Eh bien je dois vous dire que cette nouvelle association fonctionne à merveille! Les amateurs de sucré salé devraient se régaler! Une seule consigne pour bien réussir ce grilled cheese, pensez à saler et poivrer les figues et le raisin pendant que vous les poêlez, ça donnera plus de goût à l’ensemble !

grilled-cheese-brebis-figue-raisin-2

Grilled cheese au fromage de brebis, figue et raisin

Pour deux sandwiches

  • 4 tranches de pain coupé
  • 80 g de fromage de brebis type Etorki
  • 1 figue fraîche
  • 3 grains de raisin blanc
  • 1 c. à c. de romarin
  • 1 c. à c. de miel liquide
  • 2 c. à s. d’eau
  • Sel, poivre
  • Un peu de beurre ramolli

grilled-cheese-brebis-figue-raisin-3

Faites revenir 5 minutes à la poêle le raisin coupé en deux avec la figue coupée en rondelles, l’eau, le romarin et le miel. Salez et poivrez.
Tartinez les tranches de pain avec du beurre ramolli, sur le recto et le verso.
Déposez la moitié du fromage de brebis sur une face, puis le mélange de figue et raisin. Poivrez et ajoutez le reste du fromage.
Refermez avec l’autre moitié du pain beurré.
Mettez à chauffer une poêle à feu moyen. Déposez le sandwich et couvrez.
Laissez 2 minutes puis retournez le sandwich et laissez deux minutes également la deuxième face.

Dès que le pain a bruni et le fromage bien fondu, servez avec de la salade.

 

grilled-cheese-brebis-figue-raisin

Lasagnes à la crème de basilic

S’il existe de nombreux plats familiaux que j’adore, les lasagnes sont très certainement tout en haut de la liste. De celles de ma maman aux barquettes surgelées premier prix, je ne suis pas compliquée :  j’aime les lasagnes sous toutes leurs formes. C’est presque étrange que je n’aie pas essayé plus tôt de décliner ma propre  variante… Mais jusqu’à maintenant je ne voyais pas quelle touche personnelle ajouter à ce plat, il est déjà tellement bon dans sa version de base!
Du moins c’est ce que je me disais jusqu’à ce que j’entende parler de crème de basilic (il suffit de prononcer ces mots pour que je commence à baver instantanément). Ce fut le déclic, car je n’ai jamais apprécié plus que ça la béchamel mais je n’avais jamais pensé à la remplacer…

Malgré la présence de la crème de basilic, ce sont bien des lasagnes « classiques » que je vous propose, c’est à dire à la tomate. En réalité on ne peut pas vraiment parler de lasagnes classiques : les premières recettes ancestrales de lasagnes ne contiennent pas la moindre once de tomate puisque c’est un plat très très vieux et qu’il n’y avait pas encore de tomates en Europe quand ce plat a été inventé…
Mais aujourd’hui les lasagnes telles qu’on les entend classiquement sont à la tomate, sinon on se sent obligé de préciser à quoi elles sont, comme quand on dit « lasagnes aux épinards » ou « lasagnes au saumon » quoi. Bref, vous avez compris!

La crème de basilic ajoute un peu de goût et de fraîcheur à la version de base mais sans dénaturer la recette d’origine dont on retrouve bien les saveurs.

Nous n’étions que 4 à manger à la maison mais je n’ai pas résisté à l’envie de faire un plat gigantesque. Quand je me lance dans ce genre de recettes traditionnelles je ne peux m’empêcher de revêtir mon tablier invisible de nonna de famille nombreuse, c’est incontrôlable !

De nos jours la plupart des lasagnes sèches en vente sont prétendues « sans pré-cuisson », mais personnellement je préfère quand même les précuire. Cela permet de laisser le plat moins longtemps au four ensuite et donc d’avoir un ensemble moins sec, mais aussi de manger plus vite, bah oui c’est aussi bête que ça.
Pour la précuisson des lasagnes, je fais cuire les lasagnes « al dente » dans un grand récipient, en remuant régulièrement, puis je les égoutte et les passe à l’eau froide, afin d’arrêter la cuisson, et enfin je les pose, l’une à coté de l’autre sur des torchons. Cela évite qu’elles se collent entre elles ce qui est très fréquent et pénible si on n’y fait pas attention !
lasagnes-creme-basilic

Lasagnes à la crème de basilic

Pour la sauce bolognaise
  • 2 tranches de poitrine fumée
  • 2 oignons moyens
  • 2 gousses d’ail
  • 2 carottes
  • 2 tiges de céleri
  • 500 g de mélange de veau et porc haché
  • 2 c. à c. bombées d’origan
  • 2 boites de 400g de tomates concassées
  • Sel, poivre
  • 50 g d’emmental râpé

Pour les lasagnes

  • 250 g de feuilles de lasagnes (aux œufs)
  • 100 g de gruyère
  • 1 tomate bien mûre
  • 2 c. à s. d’huile d’olive

Pour la crème de basilic

  • 1 bouquet de basilic frais
  • 125 g de ricotta
  • 50 g de parmesan râpé
  • 10 cl de crème fraiche
  • 2 gousses d’ail
  • Sel, poivre

lasagnes-creme-basilic-2

Mixez ensemble tous les ingrédients de la crème de basilic et mettez de côté au frais.

Coupez finement la poitrine fumée. Pelez et hachez les oignons, l’ail, les carottes et le céleri.
Faites chauffer de l’huile d’olive dans une sauteuse, ajoutez la poitrine, l’origan, laissez dorer en mélangeant de temps en temps. Ajoutez les légumes et laisser cuire environ 7 minutes en mélangeant de temps en temps. Ajoutez ensuite la viande et les tomates plus un volume d’eau d’une des boites de tomates. Salez et poivrez. Portez à ébullition, couvez et laissez mijoter à feu doux pendant 30 minutes, en remuant de temps en temps.

Préchauffez le four à 190°. Retirez la poêle du feu et ajoutez un quart du gruyère râpé dedans. 
Faites cuire les lasagnes dans de l’eau bouillante salée avec un filet d’huile d’olive environ 3 à 4 min.
Égouttez les feuilles de lasagnes puis déposez-les sur du papier absorbant.

Versez un tiers de la sauce bolognaise au fond d’un plat allant au four. Continuez avec une couche de lasagnes.
Étalez un tiers de la crème fraiche par dessus afin de tout recouvrir. Salez et poivrez et saupoudrez de gruyère.
Recommencez l’opération une fois en terminant par une couche de lasagnes puis de crème au basilic et enfin le reste de gruyère.
Décorez avec quelques tranches de tomates, de basilic et arrosez de quelques gouttes d’huiles d’olive.
Recouvrez de papier alu et enfournez environ 20 min.
Ôtez le papier alu et laissez cuire encore 35 min, le temps que les lasagnes soient bien colorées.

lasagnes-creme-basilic-3

Source d’inspiration
http://www.ohbiteit.com/2014/07/caprese-lasagnawith-basil-cream.html

Spécialité des Etats-Unis : Peach & melon cobbler

Tout le monde connait le crumble, le cobbler est en quelques sorte son cousin moins célèbre… En tout cas en France, car aux États-Unis, ce dessert est mythique!
Mais qu’est-ce donc que le cobbler? C’est un dessert composé simplement de fruits couverts de pâte et cuits au four, comme le crumble donc. La différence réside surtout dans la pâte, qui est ici moins sableuse et plus moelleuse, avec un bon goût de beurre…

On raconte que ce dessert aurait été invente aux États-Unis par les premiers colons anglais frustrés de ne pas trouver les ingrédients pour leur traditionnel pudding… Drôle de résultat, en tout cas à 10.000 lieues du pudding anglais si vous voulez mon avis!

Le cobbler dispose d’autant de variantes s’il y’a d’États aux États-Unis, le peach cobbler étant une des plus célèbres… Je vous en propose ma version enrichie de melon aujourd’hui, un régal bien estival à dévorer d’urgence!

 peach-melon-cobbler-3

Peach & melon cobbler

Pâte :

  • 50 g de sucre
  • 50 g de sucre brun
  • 25 g de beurre mou
  • 1/2 c. à c. d’extrait de vanille
  • 1 oeuf
  • 30 g de farine
  • 30 g de flocons d’avoine
  • ½ pincée de baking powder
  • 1 pincée de sel
Garniture
  • 2 pêches épluchées coupées en petits morceaux
  • 40 g de melon coupé en petits dés
  • ½ c. à c.  de jus de citron

peach-melon-cobbler

Préchauffez le four à 180 degrés.
Mettez les sucres et le beurre dans le bol d’un mélangeur électrique et battez à vitesse moyenne jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène. Ajoutez alors la vanille et l’oeuf et battez bien.
Dans un bol moyen, mélangez la farine, l’avoine, la baking powder et le sel. Ajoutez ensuite ce mélange au mélange de sucre en mélangeant au robot à basse vitesse jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène.
Couvrez et réfrigérez 30 minutes.
Combine tous les ingrédients de la garniture dans un bol.
Huilez légèrement un moule carré ou des moules individuels et verser le mélange de pêche et de melons.
Déposez la garniture sur les pêches pour couvrir complètement les fruits.
Mettez  à cuire au four pendant 20 minutes, jusqu’à ce que le gâteau sur le dessus soit brun clair et gonflé.
peach-melon-cobbler-2

Spécialité de Bosnie : Pita Sirnika

La cuisine bosniaque fait partie de ces curiosités que je n’aurais jamais pensé a tester s’il n’y avait eu la coupe du monde.
C’est bien la première année que j’aurai suivi le planning des matchs avec attention et pris plaisir à découvrir les équipes en compétition…
Pour soutenir la Bosnie, j’ai jeté mon dévolu sur un plat typique nommé la pita sirnika.
La pita sirnika est un plat qui m’a laissé perplexe, à la fois à la lecture de la recette mais aussi en la cuisinant. Les quantités me semblaient vraiment bizarres et j’ai eu peur de me retrouver avec un gloubi boulga liquide et sans goût…

J’avoue avoir été agréablement surprise par le résultat obtenu!

Je dois reconnaître avoir un peu interprété la recette d’origine. J’ai notamment remplacé la pâte maison par des feuilles de brick car j’ai horreur de passer du temps à étaler la pâte quand elle doit être super fine.

J’ai également remplacé le fromage frais par un mélange de plusieurs fromages, idée que j’avais pu voir sur un autre site bosniaque et qui m’avait semblé intéressante pour donner du goût à l’ensemble.

J’ai aussi fait un assemblage basique alors que là-bas, les pita sirnika prennent la forme d’un serpent ou d’un escargot assez élaboré !

M’enfin, il n’empêche que ce fut drôlement bon et que ça ne ressemblait absolument à rien que je connaisse ce qui fait que l’objectif fut rempli : j’ai été dépaysée !

Il ne me restera plus qu’a prévoir un voyage en Bosnie pour vérifier que mon plat ressemblait bien à l’original!

pita-sirnika

Pita Sirnika

Pour la garniture

  • 10 feuilles de brick
  • 250 de fromage blanc
  • 250 g de feta
  • 250 g de gouda râpé
  • 10 cl de crème fraîche
  • 5 œufs
  • 5 cl d’huile
  • sel, poivre

Pour la fin de la recette :

  • 20 cl de lait
  • 2 c. à s. de crème fraîche
  • 3 c. à s. de beurre
  • sel, poivre

Mélangez ensemble la feta écrasée, le fromage blanc, le gouda, la crème fraîche, les œufs, salez et poivrez généreusement.
Dans un plat allant au four, déposez une feuille de brick, formez un boudin avec la préparation de fromage blanc au centre de la feuille, puis roulez la comme une crêpe en repliant les bords pour que la préparation ne coule pas. Recommencez avec 8 feuilles de brick en les collant les une après les autres jusqu’à remplir tout le plat. Aspergez l’ensemble avec un filet d’huile.
Couvrez avec les 2 veuilles de brick restantes et ré aspergez d’huile.
Mettez au four à cuire au four à 160°C jusqu’à obtenir une coloration dorée, soit une demi-heure.
Faites bouillir le lait, la crème avec le beurre et un peu de sel. Au bout d’une demi-heure versez cette sauce et remettez-le dans le four pour 10 à 15 minutes. Retirez le plat du four et couvrez de papier d’aluminium et laissez reposer 5 minutes avant de servir.
 

pita-sirnika-2

 Source :
http://www.coolinarika.com/recept/743796/

A la recherche des œufs brouillés parfaits #4

Alors que j’étais arrivée au bout de mes tests sur les œufs brouillés proposés par Food52 (3 recettes effectuées en respectant scrupuleusement tous les moindres détails des consignes, pour vous offrir les meilleurs œufs brouillés de France, non du monde, non de l’univers intergalactique tout entier), j’avoue que je restais un peu sur ma faim.
Les œufs 1 étaient canon, les œufs 2 d’une réalisation rapide et fun et les 3 encore plus rapides, mais au final, au niveau du goût, seuls les premiers étaient vraiment conformes à ma vision de l’œuf brouillé, sans pour autant être incroyables non plus. Après vous me direz, ce ne sont que des œufs, avec du sel, du poivre, éventuellement de la crème, ça laisse peu de variables d’ajustements pour en faire de meilleurs que d’autres.
Et puis, oh suspense insoutenable, alors que je triais de vieux magasines de cuisine lus et relus 20 fois que je ne me résigne jamais à jeter au cas où j’aurais un jour besoin d’une huitième de recette de pot-au-feu, je tombe sur une recette… d’œufs brouillés. La technique pas à pas, dans la rubrique « La leçon d’Adrienne », tirée d’un Cuisine et vins de France de 2005 (oui oui!). Dubitative, incrédule, et surtout affamée et n’ayant rien prévu pour le repas, je me lance immédiatement dans la réalisation de cette recette.
Quelle galère, le bain marie! Surtout quand on a des casseroles Tefal avec des poignées amovibles, qu’on pense que c’est une bonne idée d’enlever la poignée de la petite casserole pour qu’elle rentre dans la grande… Jusque là tout va bien mais on rigole moins quand on essaye de rattraper la casserole, qui vogue d’un bout à l’autre en évitant le manche qui essaye de s’accrocher, une véritable pêche aux canards en direct!
Et là, la surprise, la révélation, le don du ciel : ces œufs sont certes un peu pénibles à faire, mais ils sont tellement bons!! je suis retournée dans la cuisine finir les bords de la casserole avec les doigts ( casserole trop petite pour que ma tête passe dedans, sinon j’aurais léché directement!)
Des 4 méthodes testées jusqu’à maintenant, je ne sais pas si cette méthode est la plus officielle, je suis peut-être la seule à découvrir ça alors que la France entière la connaissait déjà depuis longtemps?
Toujours est-il que jusqu’à nouvel ordre j’ai adopté cette recette comme étant « mon » secret de fabrication, et j’entretiendrai la légende de la recette héritée d’un grand oncle américain que je n’ai pas le doit de divulguer (sauf à vous, bien entendu!)
Avis aux amatrices, n’hésitez pas à tester et dites moi si vous avez mieux!
  oeuf-brouille

Oeufs brouillés

Pour 2 personnes

  • 4 oeufs
  • 30 g de beurre
  • 10 cl de crème liquide
  • Sel, poivre

oeuf-brouille2Cassez les œufs dans un bol, salez, poivrez, fouettez légèrement.

Faîtes chauffer une casserole à fond épais. Mettez y à fondre la moitié du beurre en le faisant tourner dans la casserole pour qu’il se répartisse bien partout.

En parallèle, faîtes chauffer une deuxième casserole (plus grande que la première) à demi remplie d’eau. Quand le beurre est bien fondu, déposez la casserole de beurre dans la casserole d’eau pour obtenir un bain marie.

Versez alors les œufs battus et mélangez sans cesse avec une cuiller en bois, pendant environ 6 minutes, pour obtenir un mélange très crémeux.

Lorsque la consistance idéale des œufs brouillés est atteinte, retirez la casserole du bain marie et ajoutez le reste de beurre puis la crème, sans cesser de remuer.

Servez immédiatement.

 

oeuf-brouille3

Sablés apéritif au parmesan et poivre du moulin

   sables-apero-poivre2
Ah les joies du voisinage! Le petit vieux qui connaît chacun de vos mouvements, le père de famille qui vous regarde avec un air accusateur après la moindre soirée karaoké que vous organisez, et les enfants qui font tellement de bruit quand ils descendent l’escalier que vous vous demandez s’ils n’ont pas été croisés avec un poney…
N’empêche, ils ont parfois du bon quand il s’agit de réceptionner les 28 colis avec vos cadeaux en retard que vous faites livrer in extremis juste avant Noël… C’est pourquoi je vous propose de les bichonner avec cette recette de sablés apéritifs à ramener demain à la fête des voisins de votre quartier!

Ils sont un peu riches, mais c’est pour la bonne cause : ils sont croustillants à souhait, fondants et bien parfumés au parmesan… Un régal plutôt rapide à préparer!

sables-apero-poivre3

Sablés apéritif au parmesan et poivre du moulin

  Type : végétarien

Pour 40 à 50 sablés

  • 150 g farine
  • 150 g de parmesan
  • 150 g beurre ramolli
  • 1 c à c de fleur de sel
  • 2 c à c de poivre du moulin

Râpez le parmesan.
Dans une saladier, mélangez la farine, la moitié du sel et du poivre et le parmesan râpé.
Ajoutez ensuite le beurre ramolli, mélangez du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Formez un boudin d’environ 2 cm de diamètre avec la pâte en l’enroulant dans du film étirable et mettez au congélateur environ 1h.Après 1h, préchauffez le four à 160°.
Coupez le boudin en tronçons d’environ 1/2 cm d’épaisseur.Déposez les rondelles sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.Mélangez le reste de fleur de sel et de poivre  et saupoudre les biscuits avec ce mélange.
Enfournez pendant 15mn en surveillant la cuisson.
Sortez les biscuits du four et laissez-les refroidir avant de les décoller.

sables-apero-poivre

Purée de chou fleur au romarin et à l’ail

Pour composer votre menu de Pâques, je vous propose d’accompagner le burger d’agneau avec une purée de chou-fleur. Le fait d’accompagner un burger de purée peut dérouter au premier abord mais pour l’avoir déjà testé je peux vous dire que ça fonctionne très bien! Le chou-fleur n’était pas un légume qui m’emballait particulièrement, mais ça c’était avant. Avant de tester cette recette toute douce et parfumée… Cette purée étant composée de légumes, l’ensemble est plus gastronomique et équilibré qu’accompagné de simples frites. mais rien ne vous empêche bien sûr de préparer des frites en plus à la place de la purée!

puree-chou-fleur-romarin4
P.S. : Si vous cherchez de bonnes idées pour manger plus de légumes, jetez un œil à ce livre coup de cœur :
Irrésistibles légumes : 100 recettes inratables
Cette recette conviendra parfaitement aux régimes sans gluten et végétariens (en utilisant du bouillon végétal bien sûr).

Purée de chou fleur au romarin et à l’ail

Pour 4 personnes

puree-chou-fleur-romarin2

Ingrédients

  • 1kg de chou fleur débarrassé de ses feuilles, nettoyé et détaillé en sommités
  • 5 cl de bouillon
  • 1 grosse cuillère à soupe de crème fraiche épaisse
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 2 cuillères à soupe de parmesan râpé (râpez le vous même si possible)
  • 1 portion de vache qui rit
  • 1 c à c de romarin
  • Fleur de sel, poivre
puree-chou-fleur-romarin

Portez une casserole d’eau salée à ébullition et ajoutez votre chou-fleur haché.
Faites bouillir pendant environ 10 minutes, jusqu’à ce que le chou-fleur soit tendre.
Égouttez-le bien et remettez le dans la casserole.
Ajoutez au chou-fleur encore chaud le bouillon, la crème fraiche, l’huile d’olive, l’ail et les fromages. Mixez au mixeur plongeant jusqu’à ce que le mélange soit complètement lisse.
Incorporer le sel, le poivre et le romarin et dégustez!

puree-chou-fleur-romarin3

Source :

Rosemary & Garlic Cauliflower Mash

Saint Patrick : tarte à la bière et au spéculoos

tarte-speculoos-biere

Un dernier clin d’œil à la saint Patrick avec cette tarte. Finalement cette fête m’aura bien inspirée cette année et pas seulement parce qu’on y boit à volonté ma boisson préférée en chantant les lacs du Connemara…. Je suis maintenant convaincue de l’intérêt de la bière en cuisine et cette recette devrait vous convaincre également! Pour ceux ou celles qui ne sont pas dingues de bière, le goût se fond dans l’ensemble et je pense que vous pourriez apprécier la recette quand même !

 tarte-speculoos-biere3

Tarte au spéculoos et à la bière

  • 14 spéculoos
  • 2 c. à s. bombées de sucre roux
  • 30 g de beurre demi-sel fondu
  • 20 cl de bière ambrée (j’ai pris de la Grimbergen ambrée)
  • 4 gros oeufs
  • 2 belles c. à s. de crème fraîche
  • 1 pâte brisée

Préchauffez votre four a 200°C.
Déposez la pâte dans un moule à tarte. Piquez le fond à la fourchette. Posez dessus des haricots, ou un plat à tarte légèrement plus petit pour empêcher la pâte de bouger à la cuisson
Précuisez la pâte 10 minutes. Sortez la du four.
Pendant ce temps, fouettez les œufs avec la crème et le sucre dans un saladier, incorporez la bière et le beurre fondu.
Cassez grossièrement les spéculoos pour obtenir de grosses miettes et tapissez-en le fond de tarte régulièrement.
Versez le mélange par dessus.
Faites cuire la tarte environ 25 à 35 min dans le four préchauffé à 200°C.
La tarte doit être bien dorée, et former une sorte de croûte sur le dessus.
Laissez refroidir avant de manger.

 

tarte-speculoos-biere2

Carpaccio de pêches, mozzarella et atsina cress

atsina01
L’atsina cress, c’est une herbe bizarre que j’ai ramenée du Salon des Envies Culinaires.
Ses mignonnes petites feuilles ont un goût sucré, assez prononcé, entre l’anis, la réglisse et la citronnelle.
atsina02
Afin d’en sentir tout le goût je l’ai préparée avec des aliments plutôt doux, et ce choix s’est avéré judicieux, car l’ensemble était bon et original. Cette recette conviendra parfaitement aux régimes végétariens et sans gluten.
5

Carpaccio pêches, mozzarella et atsina cress

  • 1 pêche blanche
  • 1 boule de mozzarella au lait de bufflonne
  • 1 barquette d’atsina cress
  • 1 filet d’huile d’olive de bonne qualité
  • Poivre
atsina03
Coupez en tranches fines la pêche et la mozzarella, et présentez-les superposées, comme une tomate mozzarella. Saupoudrez d’atsina, ajoutez un filet d’huile d’olive, poivrez et savourez.
atsina04

La pâtisserie des rêves // Paris

Lors de mon dernier passage à Paris, j’ai profité d’un passage rue du Bac pour aller découvrir la renommée pâtisserie de Philippe Conticini, La pâtisserie des rêves.

 

Dire que l’endroit m’a tout de suite conquise serait un doux euphémisme. J’ai plongé immédiatement dans son univers rose et naïf qui s’adresse tant aux plus jeunes qu’aux plus régressifs d’entre nous, et mon regard s’est noyé dans ses pâtisseries innocemment disposées sous des cloches que j’aurais voulu toutes soulever une par une pour croquer un petit bout de chaque, rien qu’un petit bout…


 

Au delà des pâtisseries, d’autres petits plaisirs disséminés dans la boutique ont titillé mon côté littéraire et touche à tout, comme les kits à gâteaux, jolies boites métalliques qui contiennent un moule, une fiche recette et tout ce qu’il faut pour préparer le gâteau… Certainement aussi jolies à l’intérieur qu’à l’extérieur, du moins je pense car les charmants équipiers du lieu n’ont pas jugé utile d’en exposer une ouverte dans la boutique. Il y a aussi le très beau livre de Philippe Conticini, auteur, pâtissier et co-fondateur de cette jolie boutique, et des confitures aux parfums plutôt classiques mais aux packagings affriolants. Le concept est complet, cohérent et séduisant…

 

Après une hésitation qui m’a semblé interminable ( non, tu ne peux pas dépenser 90€ en gâteaux même si on est en début de mois – est-ce qu’un éclair au chocolat roulé dans un tube de chocolat reste un éclair au chocolat, ou est-ce que cela devient trop sophistiqué pour être bon – si j’achète le livre au lieu des pâtisseries, j’obtiens potentiellement ces pâtisseries à volonté chez moi, mais sans garantie de les réussir aussi bien que celles que j’ai sous les yeux), je tranche douloureusement et j’achète :

2 parts de cake au thé matcha et framboise, (scandaleusement alléchant)

2 tartelettes citron meringuées (petites – trop)

2 chocolats à boire

 

 

 

Je ne sais pas ce qu’i faut faire pour obtenir leurs petits sacs à goûter façon Magic Box girly, mais visiblement 24€ d’achat n’étaient pas suffisants pour en bénéficier.

N’empêche, les emballages sont vachement jolis, le sachet aussi, siglé Paris Kyoto ( ce qui est relativement pompeux venant d’un franco français qui fait de la pâtisserie classiquement française), les tartelettes sont douillettement calées entre des petits cure dents au logo de la marque.

 

 

 

Une heure plus tard, les tartelettes au citron ont rejoint le fond de mon estomac. Résultat des courses, c’est un classique parfaitement exécuté, acidulé à souhait, avec une texture légère et moelleuse, la meringue est aérienne comme un bain moussant et ma grand-mère, qui en vu d’autres, parle même de ce qui pourrait être la meilleure tarte au citron meringuée de toute sa vie. On frôle l’expérience cosmique.

Enfin le chocolat chaud vaut un bon chocolat maison, un petit mode d’emploi m’aurait par contre évité de faire fondre la bouteille au micro-ondes et me brûler au 3 ème degré.

 

 

 

 

 

Pas de carte de visite dans mon paquet, mais leur site internet ma persévérance m’a permis néanmoins de trouver les 3 autres adresses de la marque :

 

La pâtisserie des rêves

93 rue de vaugirard (7eme)
19 rue Poncelet (17eme)
111 rue de Longchamp (16eme)
Centre commercial Parly 2 (Le Chesnay)

 

Un service privé livre les chanceux en manque de sucre en région parisienne.