Archives par mot-clé : été

Idée menu : saveurs d’octobre

Le mois d’octobre est un mois riche en saveurs d’automne! L’été est maintenant bien derrière nous et on se plonge avec joie dans les soupes, gratins et plats réconfortants qui font  les bons côtés des mois plus froids! Pour vous inspirer, voici une petite idée menu totalement dans l’esprit du moment. Inutile de vous dire qu’il y a de la courge presque partout!

A l’apéro : Houmous de citrouille

En entrée : cannelés potimarron comté

En plat : tarte potiron comté, avec une belle salade

En dessert : coulants à la châtaigne

Avec le café : cookies à la citrouille et pépites de chocolat

Risotto aux pleurotes

Aujourd’hui, parlons risotto! Êtes-vous un fan? Avez-vous déjà fait du risotto maison? Si oui, vous savez que le risotto n’est pas si compliqué à préparer, mais il demande un peu de temps, de l’attention et de mélanger régulièrement.
 
Le risotto classique est préparé en faisant griller des variétés spécifiques de riz à grain court et en ajoutant progressivement du bouillon chaud, ce qui permet au liquide de l’absorber progressivement. Au fur et à mesure que le risotto cuit, l’amidon du riz est libéré et aide à produire la texture crémeuse que tout le monde connaît et apprécie.
 
 
Il y a un moment déjà, j’avais reçu en cadeau un kit pour faire pousser soi-même des pleurotes roses. En fan de champignons, j’étais ravie et je dois dire qu’ils sont super bien poussé. Avant même que la pousse ne soit finie, je savais que je consacrerais ma première récolte à un de mes plats favoris, le risotto, ce risotto dont je vous parle aujourd’hui donc!
 
 
Les saveurs de ce risotto sont à la fois classiques et délicieuses. Il est difficile de vous le dépeindre précisément, mais ce risotto est crémeux et parfumé. Il devrait satisfaire tout amateur de champignons comme moi!
 
A propos du riz à risotto, on le trouve parfois simplement nommé « riz à risotto » en magasin, mais parfois la variété est précisée, notamment arborio ou carnaroli, surtout dans les épiceries italiennes. Si vous en trouvez, utilisez du riz carnaroli, qui contient plus d’amidon que le riz arborio, ce qui donne un risotto encore plus crémeux. Il conserve également sa forme beaucoup mieux que le riz arborio, et restera légèrement « al dente » une fois cuit. C’est le must!
 
 
P.S. : Si vous aimez le risotto et les champignons, regardez également celui à la truffe, c’est l’une de mes meilleures réussites! 
 
 

Risotto aux pleurotes

Quantité ou nb de personnes: Pour 2 à 3 personnes

Ingrédients

  • 225 g de riz arborio 
  • 1 oignon
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 1 litre d'eau 
  • 150 g de pleurotes
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 25 g de parmesan râpé 
  • 25 g de beurre doux 
  • 5 cl de vin blanc sec 
  • 2 c. à s. de ricotta 

Préparation

  1. Émiettez le cube de bouillon et versez de l'eau, faites bouillir puis gardez à feu doux.
  2. Déchirez les pleurotes en morceaux à la main, en suivant les fibres.
  3. Épluchez l'oignon et le ciseler, puis faites le revenir avec les champignons dans l'huile d'olive. Réservez.
  4. Ajoutez le riz et chauffez-le quelques minutes pour le faire nacrer. Déglacez ensuite avec le vin blanc et faites réduire de moitié. Ajoutez alors le bouillon progressivement et faites cuire en remuant régulièrement.
  5. Quand le liquide a été absorbé par le riz, ajoutez une louche de bouillon à la fois,  jusqu'à ce que le riz soit cuit, soit de 15 à 17 minutes.
  6. Ajoutez pour finir le parmesan, le beurre , la ricotta et les champignons, puis assaisonnez.
  7. Laissez reposer 5 minutes hors du feu à couvert et servez.

Spécialité de Roumanie : Dip aux noix

Aujourd’hui je vous emmène en Roumanie, avec une recette que je n’ai pas testée sur place mais découverte dans un livre que j’ai ramené de là-bas. Quoi qu’il en soit, cette recette est assez caractéristique de mes vacances, car c’est une tartinade et il ne s’est pas passé un journée sans que nous mangions un plateau de tartinades avec du bon pain.
 
 
Nous avons été surpris de voir en Roumanie pas mal de choix végétariens sur la carte des restaurants, bien que la cuisine roumaine soit traditionnellement riche en plats à la viande, qu’elles soient en sauce ou grillées. En fait, près avoir cherché un peu, j’appris que beaucoup de roumains sont orthodoxes et pratiquent le jeûne hebdomadaire. Durant ce jeûne, ils ne consomment idéalement ni alcool, ni viande, ni produit laitiers, bien que chacun puisse l’adapter à ses contraintes. L’église recommande même de faire durant ce jeûne de faire une détox des médias, ou du moins des émissions frivoles et vides de sens pendant cette période, pour se concentrer sur les évangiles. Le mercredi et le vendredi sont les jours les plus fréquents pour réaliser ce jeûne. Cette pratique étant courante, tous les restaurants proposent au moins un choix qui permette de servir les personnes qui viendraient manger chez eux lors de leur jeûne.
 
Cela fait que ce pays est finalement très adapté aux végétariens, végans, ou tout simplement aux personnes qui souhaitent manger de façon équilibrée, car ce sont des plats très sains, principalement à base de légumes.
 
 
Dans le livre que j’ai ramené de là-bas, il y a donc plusieurs tartinades aux légumes, très simples dans leurs ingrédients, comme celle que je vous propose aujourd’hui, qui ne contient ni viande, ni fromage, ni crème. Elle m’a tapé dans l’œil car j’adore les noix. Elle n’a pas une texture crémeuse comme beaucoup de dips apéro, c’est plutôt comme des copeaux de noix et c’est donc plus difficile à tartiner et un peu « sec ».
 
Vous pouvez augmenter légèrement la quantité d’eau pour que cela ne soit pas trop sec non plus. Évitez de faire cette tartinade trop à l’avance car les noix boivent l’eau, ou alors, remettez un peu d’eau et de vinaigre juste avant le service. Vous pouvez ajouter un peu de crème ou de yaourt, mais cela perdra bien sûr le sens d’origine de la recette. Enfin, vous pouvez aussi déposer un peu de ce mélange sur une autre tartinade, comme la divine zacusca, roumaine elle aussi. J’ai vu des roumains empiler ainsi leurs différentes tartinades sur un seul bout de pain, et j’avoue que c’est très bon comme ça !
 
 
 
Spécialité de Roumanie : Dip aux noix

Quantité ou nb de personnes: Pour 1 bol

Ingrédients

  • 1 tranche de pain dur (15 g)
  • 200 g de noix
  • 8 gousses d'ail
  • 6 c. à s. d'huile de noix
  • 3 c. à s. de vinaigre de vin blanc
  • 4 c. à s. d'eau
  • 2 c. à s. de persil frais
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Imbibez le pain dans un peu d'eau pour le ramollir. Mixez-le avec les noix et les gousses d'ail pour obtenir une pâte. Versez ce mélange dans un bol puis ajoutez l'huile de noix, le vinaire de vin blanc, l'eau, le persil frais haché, du sel et du poivre.
 
 

Mousse au chocolat noir

Mmm, la mousse au chocolat noir… C’est sans doute mon dessert préféré parmi tous, en tout cas, celui de mon enfance. Je me souviens qu’adolescente, moi qui n’avais jamais ne serait-ce que cuit des pâtes toute seule, j’avais été prise d’une fringale un jour où je n’avais pas cours et où j’étais seule à la maison… J’avais fouillé les livres de cuisine de ma mère et m’étais fait une mousse au chocolat pour 10 personnes, que j’avais pratiquement engloutie toute seule à même le saladier sur une après-midi… Mon foie ne m’a pas dit merci, mais qu’est-ce que je m’étais régalée!
 
C’est un dessert délicieux et d’une certaine façon gastronomique, tout en étant accessible à tous. Aujourd’hui, je vous partage ma  recette de mousse au chocolat qui devrait vous envoyer directement au paradis.
 
 
La mousse au chocolat est un dessert léger et aéré contenant au minimum des blancs d’œufs et du chocolat. Ensuite, suivant les recettes, il y a parfois des jaunes d’œufs, de la crème, du sucre… Chacun a sa variante préférée et celle que je vous propose aujourd’hui m’a beaucoup plu, bien que ce ne soit pas celle de mon adolescence.
 
La sélection du chocolat est la première étape. La saveur de la mousse dépend uniquement du chocolat que vous utilisez. Sélectionnez un chocolat noir pour cette recette. Vous pouvez utiliser soit des barres de chocolat noir de dégustation, ou du chocolat pâtissier. J’aime beaucoup ce dernier, mais pour un effet plus gastronomique, du chocolat dégustation un peu plus fort en cacao sera du meilleur effet.
 
Maintenant parlons de la partie la plus importante, qui consiste à tout mélanger ensemble. En fait, je manque de patience et je rate donc systématiquement l’incorporation du chocolat avec les œufs. Ça ne me traumatise pas car même comme ça, ça reste du chocolat et je trouve ça bon, mais en fait, c’est raté. Du coup, c’est mon homme qui s’en occupe et il réussit à la perfection! Cette étape prend du temps, mais elle en vaut la peine. Le résultat est vraiment une mousse très ferme et aérée à la fois.
 
 
Pour maximiser vos chances de réussite, j’ai trois astuces à vous donner :
 
– Incorporez d’abord le chocolat dans une petite quantité d’œufs en neige à l’aide de votre fouet : ce premier mélange va détendre le chocolat qui se mêlera ensuite hyper facilement au reste des blancs.
 
– Versez le chocolat (une fois détendu comme ci-dessus) sur les blancs et non l’inverse.
 
– Laissez reposer au frais, 1 heure minimum, mais plus longtemps,  c’est mieux, une nuit étant le top.
 
Ces petits secrets changent tout!
 
Alors, qui est d’humeur chocolat aujourd’hui? Je dois avouer que je suis une choco-addict. Je mange du chocolat tous les jours, ne serait-ce qu’un petit carré le soir après le repas, sinon il me manque quelque chose. Alors, si cette recette me plaît, j’espère qu’elle vous convaincra autant que je le suis!
 
 
P.S. : Quitte à se faire plaisir, autant accompagner cette mousse de ces petits biscuits
 
Mousse au chocolat noir

Quantité ou nb de personnes: Pour 6 personnes 

Ingrédients

  • 200 g de chocolat noir 
  • 40 g de beurre doux 
  • 6 blancs d’œufs
  • 20 g de sucre en poudre  

Préparation

  1. Faites fondre le chocolat avec le beurre au four à micro-ondes.
  2. Pendant ce temps, battez les blancs en neige puis ajoutez le sucre. Laissez tourner pendant quelques instants pour bien dissoudre le sucre.
  3. Mélangez le chocolat et le beurre. Détendez le chocolat avec une partie des blancs en neige et mélangez au fouet. Lors de cette première étape, le but est plutôt de détendre le chocolat que de donner du volume.
  4. Versez le chocolat sur le reste de blancs en neige. Mélangez doucement à l'aide du fouet. Arrêtez de mélanger dès que les blancs sont bien incorporés au chocolat. Transférez alors la mousse au chocolat dans des ramequins et laissez-la reposer au frais pendant au moins 1 h.
 
Source d’inspiration :
https://www.atelierdeschefs.fr/fr/recette/14034-mousse-au-chocolat.php
 
 

Spécialité portugaise : caldo verde

Le caldo verde est un potage que j’ai découvert lors d’un voyage à Porto. C’est l’une des soupes les plus populaires au Portugal. Originaire de la province du Minho au nord du pays, ce potage simple et plutôt rustique est réalisé à base de pommes de terre, de chou vert, d’huile d’olive portugaise et de chorizo, ou plutôt « chouriço » comme on dit là-bas. 
 
Il est servi lors de grands événements et des fêtes portugaises, et vous pouvez en trouver sur la plupart des menus de restaurant portugais. Simple à faire, bon marché, nutritif, délicieux et plus que réconfortant : je suis sûre que vous allez vraiment adorer le caldo verde! C’est l’une de ces recettes que vous serez vraiment contents de réaliser un jour où le temps sera horrible, pour profiter à fond de son côté réconfortant. 
 
 
Comment réussir le caldo verde ? Cela passe avant tout par le choix du chou. Il ne s’agit pas de n’importe quel chou, mais d’un chou vert feuillu portugais. C’est une variété aux grandes feuilles plates qui ne forme pas une boule comme le chou vert, mais de grandes tiges. On le trouve chez tous les marchands de primeurs portugais, soit en tiges entières, soit déjà coupé et prêt à l’emploi pour la réalisation du caldo verde. Si comme moi vous n’avez pas la chance de trouver ce chou, vous pouvez lui substituer du chou vert frisé…. Ce n’est pas vraiment la même chose, mais c’est ce qu’il y a de plus approchant! Je vous recommande d’essayer de trouver aussi du vrai chouriço portugais, mais ce n’est pas facile si vous ne vivez pas près de la frontière. Il est moins gras et moins piquant que le chorizo espagnol. A défaut, vous pouvez lui substituer de la saucisse calabraise, de la saucisse fumée, du chorizo espagnol ou du pepperonni, mais ça ne sera bien sûr pas 100% comme au Portugal.
 
 
Je ne sais pas si j’ai trouvé la « vraie » recette de cette soupe, mais pour m’en approcher au maximum, j’ai fouillé sur des sites portugais dont j’ai traduit les recettes. Vous avais-je raconté qu’à l’époque ou j’ai visité le Portugal pour la première fois, j’étais tellement heureuse d’y aller que j’ai appris le portugais pendant les 4 mois précédant le voyage? A part demander 2 tickets de bus ou dire merci, je n’ai pas réussi à en tirer grand chose, mais cela m’aide quand même à comprendre les bases d’un menu au restaurant par exemple. 
 
Bref, cette soupe m’a bien plu et m’a semblé assez approchante de celle que j’avais mangée à Porto, mais il existe plein d’autres variantes, je ne sais pas laquelle est la plus authentique. 
 
Ce n’est pas une soupe compliquée et elle ne prend pas beaucoup de temps à faire. Je vous recommande de la réaliser la veille et de la réchauffer le lendemain, elle n’en sera que meilleure. Cette soupe est assez rassasiante pour que vous puissiez en faire un repas si vous la servez avec du pain frais. Accompagnez-la pourquoi pas, d’un bon verre de vinho verde portugais. Si vous avez envie d’un peu de Portugal pour vous garder au chaud durant les jours froids, lancez-vous! 
 
P.S. : Pour un menu à thème portugais, faites vous ce riz au lait en dessert! 
 
Spécialité portugaise : caldo verde

Ingrédients

  • 4 pommes de terre de taille moyenne
  • 1 cube de bouillon de poulet
  • 1 c. à s. d'huile
  • 1, 25 litre d'eau
  • 250 g de chou vert frisé coupé en lanières
  • 1 chouriço, saucisse calabraise ou saucisse fumée coupée en tranches
  • Sel

Préparation

  1. Dans une grand casserole, placez l'eau froide, les pommes de terre le bouillon de poulet, l’huile, et le sel et faites cuire 25 minutes.
  2. Écrasez l'ensemble au presse-purée.
  3. Puis fouetter tout dans le mélangeur
  4. Ajouter les tranches de saucisson et amenez à ébullition, prolongez de 10 minutes.
  5. Éteignez le feu et ajouter le chou émincé.
  6. Au moment de servir, ajoutez un filet d'huile d'olive ou des croûtons.
 
Source d’inspiration :
http://m.tudogostoso.com.br/receitas/9031-caldo-verde
 
 
 

Bucketlist d’octobre

Photo Thad Zajdowicz@Flickr
 
Le mois d’octobre est là! C’est l’occasion de se plonger en mode 100% automne, avec ses thés bien réconfortants, ses pulls en laine, et ses desserts à la cannelle qui embaument la maison! Voilà ce que je prévois de faire ce mois-ci!
 

Ma bucket list d’octobre :

 
– Préparer un repas d’Halloween de folie
 
 
– Préparer de super sachets de bonbons d’Halloween pour les enfants du quartier.
Photo  Juushika Redgrave@Flickr
 
– Préparer de nouveaux produits de nettoyage naturels et maison : après la lessive, j’aimerais petit à petit remplacer tous mes produits « chimiques » par leur version naturelle.
 
– Vider mes placards : depuis septembre je m’échine à cuisiner tout ce qui traîne dans mes placards, notamment les trucs farfelus ramenés de voyage et dot je ne sais jamais quoi faire. 
 
 
– Voir la série Scream Queens, je l’ai commencée et adorée, maintenant je veux regarder toutes les saisons!
 
Et vous, qu’avez vous en projet pour le mois à venir?  

Que manger en octobre?

Et voilà le mois d’octobre! L’automne est une saison que j’adore car elle voit l’arrivée de nombreux fruits et légumes délicieux comme les courges, les champignons, les noix… Sans compter que c’est le mois où l’on prépare Halloween, une de mes fêtes favorites de l’année!
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois à venir, pour vous inspirer si vous êtes en recherche d’idées pour manger de saison!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Banane : Gâteau invisible pomme banane
 
Citron : Cake citron pavot mascarpone
 
Figue : Crumble prunes figues
 
Kiwi : Fromage blanc kiwi quinoa
 
Mandarine : Écorces de mandarines confites
 
 
Noisette : Cookies raisins noisettes
 
 
Poire : Tarte chocolat poire vanille
 
Pomme : Cocktail pommes cidre et clémentines
 
Raisin : Bundt cake aux raisins secs et caramel

🍠 Côté légumes : 

 
Bette : Calzone aux bettes et mozzarella
 
 
Betterave  : Soupe betterave chou rouge
 
 
Brocoli : Hachis au brocoli et curcuma
 
 
Carotte: Tempura de carottes et oignons
 
Chou : Boulettes de viande au chou rouge et paprika
 
Citrouille : Houmous de citrouille
 
Épinard : Stoemp aux épinards
 
Oignon : Tatin navets oignons
 
Pomme de terre : Pommes de terre hasselback
 

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les gourmandises Halloween
– Les gâteau à la cannelle et aux épices
– Les boissons chaudes et réconfortantes
 
 
 
Et vous, vous aimez manger quoi en septembre?

Idée menu : Saveurs de septembre

Vous ne savez pas quoi cuisiner en ce moment? Je vous propose aujourd’hui un menu de saison, réalisé avec de bons produits que l’on trouve au mois de Septembre. faites-vous plaisir avec les saveurs variées dans cette sélection de recettes de fin d’été et début d’automne, où courges, champignons et pommes sont à l’honneur. Vous n’avez plus qu’à vous mettre aux fourneaux et vous régaler!

A l’apéritif : Des macarons de champignons au fromage frais

champignons-macarons

Une petite boisson : Un rhum à la vanille et épices chaï

En entrée : Un œuf cocotte au saint nectaire, potiron et noix

En plat : Un risotto aux champignons

Un bon pain de saison : Un pain à la bière

pain-a-la-biere-3

En dessert : Un crousti moelleux aux pommes et cidre

Pour accompagner le café : Des cookies au café, noix de macadamia et chocolat blanc

Mini baguettes à la châtaigne

J’adore l’été, c’est indéniable, c’est LA saison que j’attends toute l’année… Je l’attends même parfois même pendant l’été, parce que dans le nord, il a beau être officiellement là, ça ne se remarque pas toujours totalement! Je suis médisante car cette année 2018, l’été dans le nord a été superbe d’un bout à l’autre. Je n’ai jamais passé autant de temps dans mon jardin et on m’a même dit que j’étais BRONZÉE. Jamais on ne m’avait dit ça en 28+7 ans! (J’ai décidé il y a 7 ans que je garderais l’âge de 28 ans aussi longtemps que je le voudrais). Pourtant, je ne suis jamais triste de quitter l’été car la deuxième saison que j’aime plus, c’est l’automne! Je suis tellement contente quand cette saison démarre! Avec ses feuilles aux jolies couleurs, ses derniers jours de soleil et de douceur, et le retour de délicieux produits comme la châtaigne!
 
J’ai un amour profond et incontrôlable pour les châtaignes. C’est une passion qui remonte à mon enfance, à l’époque ou j’aidais ma maman à faire sa fameuse charlotte aux marrons et où je mangeais la moitié de la crème avant de l’avoir mise dans la charlotte. Beaucoup plus tard, j’ai découvert les marrons grillés, vendus par des vendeurs ambulants sur la grand place de Lille pendant le marché de Noël… Ils les font rôtir sur de grandes casseroles noircies avant de les glisser dans des sacs en papier et de les remettre aux passants. Mais ce n’est pas la seule façon de profiter des châtaignes. Avez-vous essayé la farine de châtaigne? 
 




Il y a quelques années, lors d’un voyage en Corse, j’ai ramené un sac de farine de châtaigne. Je ne savais pas quoi en faire, puis j’ai trouvé ce délicieux gâteau, et là j’ai su que je n’avais pas porté ce paquet d’un kilo dans mon sac de voyage pour rien. Depuis, je suis une inconditionnelle de cette farine et je saute sur l’occasion quand je vois une recette qui en utilise. Elle permet d’ajouter ce petit goût que j’aime tant dans toutes les préparations, d’une façon subtile et tellement agréable! Même mon homme, qui n’aime pas la châtaigne, aime les gâteaux et desserts faits avec de la farine de châtaigne.
 
C’est pourquoi quand j’ai vu cette recette de pain à la châtaigne sur un blog que j’aime beaucoup, la cuisine de Poupoule, je savais qu’il finirait dans mon ventre! Je l’ai donc réalisé… en version mini baguettes, car ma machine à pain le permet, mais vous pouvez comme Poupoule faire une baguette plus grande directement au four si vous préférez. 
 


C’est une excellente recette, même pour un boulanger novice. Elle est vraiment facile et pratiquement sans échec possible. Il n’y a littéralement rien à faire puisque la machine à pain fait tout, mais vous pouvez mélanger à la main simplement avec une grande cuillère en bois et cuire au four si vous n’êtes pas équipé.



On obtient un pain dense et parfumé, croustillant et délicieux. Les arômes de châtaigne et de pain grillé qui se propagent pendant la cuisson sont un pur délice. Vous pouvez utiliser ce pain pour le petit-déjeuner avec un peu de miel corse, mais personnellement je le sers avec des fromages, il s’y marie à la perfection! 
 
 
 
Mini baguettes à la châtaigne

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 mini baguettes

Ingrédients

  • 100 g de farine de blé normale
  • 75 g de farine de blé complète
  • 50 g de farine de châtaigne
  • 140 g d'eau
  • 1/2 sachet de levure de boulanger déshydratée
  • 1/2 c. à c. de miel ou sirop d'agave
  • 1/4 c. à c. de sel

Préparation

    Version machine à pain équipée de fonction baguettes
  1. Versez l'eau puis les farines dans la cuve de votre machine à pain. Ajoutez la levure dans un coin, le sel dans l'autre et le miel.
  2. Lancez le programme baguettes.
  3. A la fin de programme, dégazez la pâte, saupoudrez-la légèrement de farine et coupez-la en quatre portions identiques. Formez vos baguettes, déposez-les sur les moules à baguette de votre machine et remettez le programme en route.
    Version au robot et au four
  1. Versez les farines dans la cuve de votre robot. Ajoutez la levure dans un coin, le sel dans l'autre et le miel.
  2. Versez l'eau et pétrir la pâte à vitesse faible pendant 2 minutes, puis à vitesse moyenne pendant 5 minutes.
  3. Laissez lever la pâte pendant 1 à 2 heures. Le temps diffère si vous faites lever la pâte dans une saladier recouvert d'un torchon dans une pièce chaude, ou le four éteint.
  4. Dégazez la pâte, la saupoudrer légèrement de farine et la couper en deux portions identiques. Formez vos pains, les déposer sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé ou d'un silpat.
  5. Faites lever à nouveau les pains pendant 1 heure, dans un four éteint préalablement chauffé pour que la pâte soit à l’abri des courants d'air.
  6. Faites cuire les pains au four préchauffé à 210°C, pendant 35 à 40 minutes selon votre four. Les pains doivent avoir une croûte croustillante.
 
Source d’inspiration :

Crème de potimarron au bleu de Bresse

Avez-vous déjà été obsédé par un aliment ou un plat? Personnellement je suis (entre autres) obsédée par la soupe au potiron de ma maman, celle qu’elle faisait quand j’étais petite et qui m’a semblé la meilleure soupe de tous les temps. Quand j’en fais, elle n’a jamais exactement le goût de la sienne, pourtant je suis sûre qu’elle ne mettait pas grand chose d’autre dedans que du potiron et de l’eau. Je persévère et fais régulièrement des soupes de potiron qui sans être mauvaises ne ressemblent pas à mon souvenir, je vous en ai d’ailleurs déjà proposé de la soupe de potiron par ici par exemple. Avec le temps, je pense que je préfère les soupes de potimarron au soupes de potiron, car la saveur du potimarron rappelle légèrement la châtaigne et la texture est plus dense. Peut-être que mon souvenir me trompe et que c’était une soupe de potimarron que faisait ma maman? Allez savoir! En tout cas, cela me motive à tester dès que je vois une nouvelle recette de soupe de potiron, de potimarron ou de courge, au cas où.
 
 
Il y a quelques jours j’avais réalisé un délicieux potimarron farci inspirée de la recette de Carmen, mais la recette contenait une seconde partie, une soupe de potimarron à servir en accompagnement. Comme je suis gourmande et que je sentais que j’allais adorer cette soupe, j’ai choisi de la faire séparément et d’en faire une plus grosse quantité. J’ai été bien inspirée car cette soupe est un régal!
 
La saveur douce du potimarron combinée avec l’onctuosité du bleu de Bresse donnent un mélange absolument délicieux, un concentré d’automne! C’est une des meilleures soupes de potimarron que j’ai jamais goûtée.
 
J’ai utilisé du potimarron, mais vous pouvez sans doute décliner cette recette avec d’autres courges d’hiver. Vous pouvez également substituer le bleu de Bresse avec un autre bleu crémeux et savoureux comme le Roquefort ou le Gorgonzola.
 
J’ai servi simplement cette soupe avec du pain beurré, mais elle ferait également un bon accompagnement pour des croque-monsieur ou des œufs à la coque. 
 
Si vous avez l’intention de préparer cette soupe pour recevoir, vous pouvez la préparer la veille et la réchauffer à la casserole le lendemain sans souci.
 
  

Crème de potimarron au bleu de Bresse

 
  • 500 g de potimarron coupé en dés
  • 25 cl de bouillon de légumes
  • 20 cl de crème fraîche liquide
  • 75 g de Bleu de Bresse
  • 1/2 c. à c. de muscade
  • Sel, poivre
Faites cuire 20 minutes le potimarron dans de l’eau salée avec la muscade.
Égouttez les morceaux de potimarron en réservant l’eau de cuisson.
 
Remettez le potimarron dans la casserole  avec la crème fraîche liquide, le bleu de Bresse coupé en morceaux, le bouillon,  laissez chauffer puis mixez finement avec le mixer plongeant.
 
Portez à ébullition, baissez le feu et laissez 2 minutes supplémentaires. Si la crème est un peu épaisse, ajoutez un peu d’eau de cuisson pour délayer. Servez aussitôt.
 
 
Source d’inspiration :