Archives par mot-clé : champignons

Tourte forestière au boudin blanc et marrons

Je vous avais parlé il y a quelques temps de mon aversion pour le boudin noir. Je dois avouer que je ne suis pas très fan de boudin blanc non plus, ce qui est étrange car j’adore toutes sortes de charcuteries et je suis une fan de saucisses en général. Mais le boudin, je ne sais pas… Je n’aime ni le goût ni la texture de cette spécialité en réalité. Récemment, je me suis encore retrouvée avec du boudin blanc à cuisiner, ce qui n’est pas vraiment facile quand on n’apprécie pas un aliment! 
 
 
J’ai essayé de trouver une façon de faire qui pourrait me faire apprécier le boudin blanc ou tout au moins, le rendre plus acceptable à mes yeux. J’étais à court d’idées quand tout à coup, j’ai pensé à une tourte : tout est bon dans une tourte! Je suis sûre qu’on pourrait mélanger les ingrédients les plus improbables qui soient, une fois cuits en tourte, la magie opère et ça devient délicieux! Ajourez un peu de vin blanc pour faire revenir le tour, et hop, une recette est née!
 
 
J’ai donc composé une garniture à la fois festive et inspirée de la forêt, en y ajoutant des marrons et des champignons. J’y ai aussi mis beaucoup d’échalotes, car l’échalote rend tout meilleur! C’était riche et copieux, juste ce que l’on attend d’une tourte quoi! 
 
J’ai fait 4 tourtes individuelles dans des plats à gratin, car c’était plus mignon pour le service, mais je pense qu’avec les mêmes quantités, vous pouvez aussi en faire une grosse. Cela fonctionnera tout aussi bien mais il faudra sans doute allonger le temps de cuisson de 5 à 10 minutes.
 
Je dois avouer que j’ai réussi à goûter et apprécier ce plat, ce qui signifie que si vous connaissez des personnes pas fans de boudin, ce plat peut-être une amorce pour leur apprendre à l’apprécier!
 
 
 
 
Tourte forestière au boudin blanc et marrons

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 tourtes individuelles

Ingrédients

  • 2 rouleaux de pâte feuilletée
  • 250 g de mélange de champignons forestiers
  • 500 g de champignons de Paris
  • 200 g de marrons en bocal
  • 3 boudins blancs
  • 3 échalotes
  • 2 c. à s. de persil ciselé
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 20 cl de crème épaisse
  • 2 cl de lait
  • 10 cl de vin blanc
  • 2 gousses d'ail
  • 1 c. à c. de muscade
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Ciselez les échalotes et faites-les revenir dans une grande casserole avec l'huile d'olive. Après 1 minute, ajoutez-le boudin coupé en petits dés et prolongez de 7 minutes.
  2. Ajoutez les champignons et l'ail épluché et écrasé, et laissez cuire jusqu'à ce qu'ils aient rendu leur jus, soit 10 à 20 minutes environ. Versez le vin blanc, la crème fraîche et laissez réduire de moitié.
  3. Assaisonnez, et ajoutez le persil ciselé.
  4. Préchauffez le four à 180°C.
  5. Déposez une pâte feuilletée dans le moule, et déposez dedans l'appareil crème, champignons, sel, poivre et muscade. Disposez les rondelles de boudin blanc pelées de 10 minutes d'épaisseur.
  6. Recouvrez avec le reste de pâte feuilletée et dorez au lait à l'aide d'un pinceau avant d'enfourner à 180°C pendant 30 à 40 minutes.

Croque-dog raclette cake

Récemment, j’ai fait un délicieux compromis en cherchant ce que j’allais préparer pour le dîner. Trois de mes plats favoris sont la raclette, les croque-monsieur, et enfin les hot-dogs. Aucun n’est particulièrement light ou équilibré, mais ils sont tous très réconfortants ! Et l’autre jour, en réfléchissant à mon menu, j’étais incapable de trancher… Pas facile de choisir ! J’aurais pu choisir de manger les trois sur trois repas différents, mais ça aurait signifié manger des repas lourds plusieurs fois d’affilée. Non que ça m’effraie franchement, mais sur le moment, j’ai plutôt cherché comment ne pas avoir à choisir. La solution était évidente, il suffisait de fusionner les 3 plats! J’ai donc pensé mélanger ce qui est l’élément principal de la raclette (le fromage), du hot-dog (la saucisse) et du croque-monsieur (le pain) dans un gros cake ultra gourmand.
 
 
Pas de surprise, nous avons adoré le résultat ! Qu’est-ce qu’on peut ne pas aimer dans du pain grillé rempli de saucisses et de beaucoup de fromage fondu ? Rien? On est d’accord!
 
C’est le plat parfait pour un dîner rapide en semaine et parfait pour une soiré télé également! C’est en plus un plat qui convient parfaitement aux adultes comme aux enfants.
 
Ce qui ne gâche rien, c’est que ce plat est très facile à faire! Vous posez le pain à plat, vous le couvrez de fromage et de saucisse, et vous recommencez. Il n’y a plus qu’à enfourner ou presque! Le résultat se tient bien au démoulage, même si vous remarquerez sur les photos qu’une de mes saucisses a essayé de se faire la malle lors du découpage.
 
 
II est très facile d’enrichir et de personnaliser ce plat. Vous pouvez y ajouter des champignons grillés, des rondelles de cornichons aigre doux, remplacer la saucisse par du bacon, la raclette par du morbier… Les solutions sont illimitées !
 
Je ne sais pas combien de temps il me faudra avant de refaire un  croque cake, mais sans doute très peu! J’ai déjà plein d’idées de variantes à tester! 
 

P.S. : Pour un croque plus gastronomique, découvrez mon croque-monsieur revisité à la truffe!
 
Croque-dog raclette cake

Ingrédients

  • 8 tranches de pain de mie sans croûte
  • 7.5 cl de crème liquide
  • 3 knacks
  • 9 tranches de raclette
  • 1 œuf
  • 2 c. à s. de moutarde
  • 1 oignon rouge
  • 1 gousse d'ail
  • 20 g de beurre
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffez le four à 180°C.
  2. Tartinez les tranches de pain de mie avec une très fine couche de moutarde.
  3. Émincez très finement l'oignon et réservez.
  4. Battez l’œuf, la crème, l'oignon, salez et poivrez.
  5. Déposez la moitié du beurre dans le fond du moule.
  6. Déposez 2 tranches de pain de mie dans le fond du moule.
  7. Déposez par dessus 1 knack tranchée en deux dans la longueur, l'oignon, puis 3 tranches de raclette afin de recouvrir.
  8. Dans un saladier, battez les œufs et la crème, ajoutez l'ail émincé, salez et poivrez.
  9. Salez, poivrez. Versez un peu de ce mélange dans le moule, par-dessus le fromage.
  10. Renouvelez l'opération 2 fois supplémentaires jusqu'à épuisement des ingrédients en terminant par du pain de mie.
  11. Déposez le reste de beurre en morceaux par dessus et enfournez pour environ 30 minutes.
  12. Attendez quelques instants avant de démouler.

Que manger en Roumanie?

Photo Ștefan Jurcă @FLickr
 
Vous le savez-peut-être déjà, cet été j’ai eu la chance de découvrir la Roumanie. Comme j’aime le faire à chaque fois que je reviens d’un voyage, je vous propose aujourd’hui de découvrir les spécialités culinaires de ce joli pays! La Roumanie est un endroit où l’on se régale. La cuisine est un mélange d’influences de pays de l’est de et pays méditerranéens, ce qui donne une cuisine simple, peu chère mais très goûteuse et copieuse, bref, tout ce que j’aime! Voici un petit guide pour vous aider à manger de façon typique si vous vous rendez là-bas.
 
 
Photo Paul Chiorean @FLickr    
 

Les zacusca ou tartinades en tous genres

Dans la même veine que les mezze du Moyen-Orient, la plupart des entrées froides en Roumanie sont à base de légumes et délicieuses! Il existe une grande variété de dips destinés à être mangés avec du pain. La star est la zacusca de vinete, une purée d’aubergines qui pourra rappeler le baba ganoush. Vous trouverez cette salade d’aubergines grillées et de nombreuses autres à base de tomates et de poivrons dans les restaurants, les bars ou les supermarchés. Quand rien ne vous tente au resto, ou si vous êtes végétarien, une solution simple est de sauter la section «plats principaux» du menu et créer votre propre assiette en commandant un assortiment de ces salades avec du pain. 
 

Les soupes

Les soupes en Roumanie peuvent être considérées comme une entrée mais aussi comme un repas principal, car elles ont tendance à être copieuses et nourrissantes, et souvent accompagnées de croûtons. Servies dans des gros bols, certaines s’approchent d’ailleurs plus de la purée ou du ragoût que de la soupe! Vous en trouverez à base de toute sortes d’ingrédients : betteraves, pommes de terre, lard, bœuf, ou même tripes. La ciorba de fasole, ou soupe aux haricots blancs est une soupes très courante, ainsi que la crème de champignons. On trouve aussi le borş, une soupe légèrement aigre traditionnellement réalisée à base de son fermenté. 
 
Photo Ivana Sokolović @FLickr

Les grillades et la viande

Les roumains sont friands de grillades. Il y a un grand choix dans ce domaine, notamment des grillades de porc et de bœuf, ou encore le mici, des sortes de saucisses de viande hachée aromatisée qui rappellent d’aspect le mexicanos mais est assez différent au niveau du goût. 
 
Photo @joefoodie @FLickr

Les champignons

Les champignons sous toutes leurs formes sont très présents en Roumanie, avis aux amateurs! Dans un ragoût crémeux, légèrement sautés, cuits avec d’autres légumes, farcis de fromage, ils sont proposés à toutes les sauces!
 

La polenta

La polenta, ou mamaliga, est un accompagnement fréquent. Elle est traditionnellement servie avec des couches de fromage et de crème, c’est un peu riche mais délicieux! J’en ai aussi vu nature, aux champignons, aux herbes… 

Ragoûts

On trouve de nombreux ragoûts à base de viande, mais aussi aux légumes, comme les ragoûts de chou ou de champignons.
 

Les snacks

Les kebab sont très présents en Roumanie. Plus typiques, on trouve aussi également beaucoup de snacks salés en boulangerie. Vous trouverez de petits points chauds vendant des sortes de viennoiseries sucrées et salées à chaque coin de rue. Pour un prix dérisoire, vous pouvez y acheter des pain en forme de bretzel, des placinte, sortes de tartelettes avec différents garnitures,  et des feuilletés fourrés à la viande, à l’oignon, du chou…
 

Le fromage

Les fromages du coin que j’ai eu l’occasion de tester sont le telemea et le burduf. Attention, le burduf est traditionnellement conservé dans une panse ou une peau de mouton, ce qui peut en rebuter certains! Une autre version est contenue dans une boite en résine de pin. Pour les différencier, basez-vous sur le forme : ceux stockés dans une panse sont ronds, ceux stockés dans du bois de pin sont cylindriques.
Une spécialité au fromage que l’on trouve beaucoup en Roumanie est le cascaval pane, du fromage pané frit. C’est plutôt une entrée, mais accompagnez-le d’un ou deux dips, et vous obtiendrez un repas consistant!
 
Photo Jollof Malt @FLickr

Pour les végétariens

Bien que la cuisine roumaine soit en grande partie à base de viande, au moins quelques options végétariennes figurent dans les menus de la plupart des régions du pays. En effet, comme je l’expliquais ici, les orthodoxes pratiquement le jeune régulier (deux fois par semaine ou six semaines par an) et ne consomment alors ni viande ni poisson, ce qui fait que la plupart des établissements se sont adaptés à eux. Vous trouverez souvent une soupe, un ragoût de champignons, du fromage pané ou des dips apéritifs que vous pouvez cumuler pour les rendre assez consistants pour en faire un repas. Il y a toujours un grand choix de légumes pour les accompagnements aussi, parmi eux les champignons ont la part belle, ainsi que les légumes du soleil : tomates, poivrons, aubergines…

Vous trouverez peut-être aussi des kremzli, des pommes de terre coupées finement  un peu comme un rösti suisse, frites avec un œuf, ou le fasule batuta, une purée de haricots garnie d’une compotée d’oignons à la tomate.
 

Les desserts

Les desserts les plus sympas selon moi sont les crêpes, et les papanasi, des espèce de donuts servis avec du fromage blanc et une compotée de fruits rouges, assez bourratifs mais rigolos. Il y a ensuite des gâteaux plus classiques comme on en trouve beaucoup dans les pays de l’est.
 
 
Photo Ehud ELIA @FLickr
 

Les boissons

Les amateurs de bière seront ravis car il y a de nombreuses brasseries et micro brasseries là bas. La bière la plus célèbre à Bucarest sont la Ursus et la Zaganu (qui est produite dans la ville de Bucarest), mais ce ne sont pas mes favorites, les petites productions locales étant plus sympa! Il existe également un alcool de prune, le palinka, des vins roumains.

Légume de saison : le champignon

Photo Nikita @Flickr
 
Délicieux, faibles en matières grasses et riches en nutriments, les champignons sont très variés et constituent un ingrédient ultra polyvalent. Du champignon de Paris à la truffe noire en passant par le pleurote, les champignons apportent une grande valeur nutritive et du goût aux repas, à tel point qu’ils font un parfait substitut à la viande pour les végétariens. Sensibles à la lumière et à la température, ils poussent sur des matières en décomposition ou sur les plantes et les arbres vivants. Les premiers champignons cultivés étaient les champignons de Paris, cultivés dans des carrières remplies de fumier de cheval réparties autour de la ville, d’où leur nom. 
 
  Photo Charles de Mille-Isles @Flickr

Comment choisir des champignons?

Sur les 120 000 espèces de champignons enregistrées, 1 841 seulement sont comestibles. De nombreux champignons contiennent des toxines toxiques et mortelles, il est donc préférable de laisser le choix aux experts. Si vous partez à la cueillette, faites contrôler votre récolte par un professionnel pour éviter tout risque, certaines espèces étant très proches visuellement.
 
Quelle que soit la variété, les champignons frais doivent avoir une bonne forme et une couleur claire et sans défaut. Les champignons plus âgés ont tendance à se ratatiner et à avoir une teinte plus grise. Certaines variétés de champignons sont vendues préemballées, il peut donc être difficile de déterminer la fraîcheur du produit lors de l’achat. Recherchez tout signe de moisissure ou de flétrissement dû à la déshydratation. Lorsque vous achetez des champignons à « chapeau », comme le champignon de Paris, vérifiez que le celui-ci est toujours fermé et ferme, car il s’ouvrira avec le temps. 
 
Les champignons tels que les morilles ou les shiitake ne sont pas toujours faciles à trouver frais, mais sont disponibles séchés toute l’année dans les épiceries fines ou asiatiques. La saveur des champignons séchés est concentrée, ce qui en fait une bonne alternative aux produits frais.
 
Photo cristina.sanvito @Flickr

Quand les champignons sont-ils de saison?

Pour le ramassage des champignons sauvages, la meilleure saison est l’automne, au retour des pluies après les chaleurs estivales, mais en réalité vous pouvez tomber sur des champignons toute l’année. Le champignon de Paris est disponible toute l’année en magasins, mais sa pleine saison se situe plutôt d’octobre à juin.
 
Photo Jaro Larnos @Flickr

Comment conserver des champignons?

Les champignons achetés pré-emballés peuvent être conservés dans leur emballage jusqu’à trois jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Les champignons en vrac doivent être stockés au même endroit, dans un sac en papier.
 
Photo Leslie Seaton @Flickr

Comment préparer des champignons?

La plupart des champignons emballés ne nécessitent pas de nettoyage avant la cuisson, mais il est conseillé de vérifier l’absence de terre ou de sable, surtout au niveau des pieds.
Utilisez un chiffon humide pour nettoyer les champignons. En raison de leur chair poreuse, ils ne doivent jamais être lavés, car ils absorberaient les liquides.
Avant la cuisson, taillez la base des tiges où les champignons se rejoignent, car cette zone a souvent une texture caoutchouteuse.
 
Photo Jean-Jacques Abalain @Flickr

Mes recettes favorites aux champignons

Oeuf cocotte aux champignons
 
 
Croque-monsieur au morbier et champignons
 
Champignons rôtis au vinaigre balsamique
 
Ragoût de champignons, châtaignes et patates douces à la bière
 

Feuilletés apéritifs d’automne

Ils ont l’air délicieux ces petits feuilletés, n’est-ce pas? En les engloutissant dégustant, vous découvrirez dès la première bouchée la saveur savoureuse et juteuse des champignons, puis le délicieux parfum d’ail, d’oignon et d’épices et enfin, les petits morceaux de mimolette. Le rêve, non?
 
 
Ces petites bouchées feront un apéritif parfait en ce mois d’automne. Je les trouve plutôt élégantes et appétissantes, et pourtant elles sont très simples à réaliser. Vous me connaissez, je n’aime pas rester dans la cuisine pendant deux heures pour préparer un plat, encore moins pour un apéritif, car l’apéritif n’attend pas!
 
 
Vous devriez probablement prévoir de doubler la quantité si vous êtes plusieurs, car ces mini tartes ne feront pas long feu. Les oignons caramélisés confèrent à cet amuse-bouche un petit goût sucré, mais associé aux champignons sautés et à la mimolette, vous obtenez un apéritif parfaitement équilibré qui plaira à tout le monde. 
 
Au niveau du format, j’ai fait de petits rectangles qui ont la taille idéale pour être mangés avec les doigts, mais vous pouvez aussi faire de plus grands rectangles pour une entrée, ou laisser la pâte feuilletée entière pour un plat.
 
  
P.S. : Si vous aimez les feuilletés à l’apéro, découvrez aussi ces feuilletés à la saucisse par Jamie Oliver!
 
 
Feuilletés apéritifs d’automne

Ingrédients

  • 1 oignon
  • 1 gousse d'ail
  • 200 g de champignons de Paris
  • 2 c. à s. de crème fraîche
  • 1 c. à c. de paprika
  • 1 c. à s. de ciboulette hachée
  • 50 g de mimolette coupée en dés
  • 1 pâte feuilletée coupée en rectangles
  • 1 c. à s. d'huile
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Épluchez puis émincez l'oignon finement. Brossez les champignons puis émincez-les. Épluchez puis écrasez la gousse d'ail.
  2. Faites revenir les oignons avec les champignons et l'ail 5 minutes dans une poêle avec 1 cuiller à soupe d'huile. Ajoutez le paprika, salez et poivrez, et coupez le feu.
  3. Tartinez les rectangles de pâte feuilletée avec la crème fraîche. Déposez dessus le mélange aux champignons, puis les dés de mimolette.
  4. Enfournez pour 10 à 12 minutes, saupoudrez de ciboulette et servez.
 

Carbonnade de légumes d’hiver

Aujourd’hui 15 novembre, c’est la fête du Roi en Belgique aussi appelée parfois fête de la Dynastie. La fête du Roi est une fête célébrée depuis 1866 le jour de la Saint-Léopold (nom des deux premiers et du quatrième rois de Belgique) dans le calendrier germanique. 
 
 
La famille royale assiste à cette occasion à une célébration religieuse, mais depuis l’an 2000 les autorités civiles organisent aussi une cérémonie laïque au palais de la Nation.
 
Cette date a aussi été choisie comme jour de fête de la Communauté germanophone en Belgique. C’est un jour férié pour une grande partie des fonctionnaires de l’état.
 
A cette occasion, je vous propose une recette populaire en Belgique et dans le nord de la France, la carbonnade flamande. Le mot «carbonnade » est issu du mot « charbon ». 
C’est un plat composé de morceaux de viande de bœuf, de porc ou de cheval mijotés dans une sauce à la bière, idéalement une brune belge ou du Nord-Pas-de-Calais. C’est un peu la cousine du bœuf bourguignon où le vin est remplacé par de la bière.
 
Quand il fait plus froid comme en ce moment, c’est le temps idéal pour se réconforter avec de bons ragoûts et des épices d’automne. 
Ça tombe bien, la carbonnade est souvent préparée avec du pain d’épices et un peu de cassonade! C’est un plat mijoté délicieux, et comme beaucoup d’autre plats mijotés, il est encore meilleur quand il est préparé la veille. 
 
 
Ayant diminué ma consommation de viande, j’ai eu envie de décliner une carbonnade de légumes. J’ai utilisé des légumes racine et des champignons, et ce fut un délice! On réalise alors que ce qui fait ce plat, c’est bien sa sauce et sa texture, car j’ai eu autant de plaisir à le manger qu’une version à la viande!
 
La carbonnade est généralement servie avec de bonnes frites au gras de bœuf, mais si vous êtes végétarien, vous préférerez bien sûr un autre type de cuisson pour vos pommes de terre.  
 

P.S. : Si vous aimez la cuisine du nord, découvrez également mon feuilleté au maroilles!

 
Carbonnade de légumes d’hiver

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ingrédients

  • 650 g de carottes 
  • 1 panais
  • 1 navet
  • 1 rutabaga
  • 250 g de champignons de Paris
  • 20 g de vergeoise
  • 1 bouquet garni
  • 75 cl de bière brune belge
  • 2 oignons rouges
  • 4 échalotes
  • 5 tranches de pains d'épices
  • 30 g de beurre
  • 3 c. à s. de moutarde
  • 15 cl d'eau
  • 1 cube de bouillon
  • 3 gousses d'ail
  • 1 c. à s. d'huile
  • 3 cl vinaigre de cidre
  • 1 c. à s. de farine
  • Sel

Préparation

  1. Épluchez les légumes et coupez-les en cubes de 2 à 3 centimètres de côté.
  2. Découpez grossièrement les oignons et les échalotes.
  3. Faites fondre le beurre et l'huile et faites suer les oignons dedans 10 minutes pour les ramollir. Ajoutez l'ail et les champignons en saupoudrant la vergeoise dessus, sur feu au minimum et à couvert, et prolongez de 5 minutes.
  4. Déglacez avec le vinaigre et laissez-le s’évaporer, puis mettez les légumes dans la cocotte, remuez.
  5. Mettez le feu au minimum. Singez en ajoutant la farine puis ajoutez le bouquet garni et recouvrir de bière et d'eau. Ajoutez le cube de bouillon, salez très légèrement.
  6. Recouvrez délicatement toute la surface avec le pain d'épices couvert de moutarde'. Laissez mijoter à couvert 1 heure 30 sans remuer, tant que le pain d'épices n'est pas fondu.

Yaki Udon au bœuf

 
Les yaki udon sont des nouilles udon sautées à base de soja, avec de la viande et des légumes. Je les ai découvertes dans un restaurant chinois, bien que ce plat soit japonais, et depuis que j’ai testé, je suis incapable de commander autre chose quand il y en  a à la carte d’un restaurant tant j’adore ça! Bien qu’on les mange plus souvent au restaurant, elles sont super faciles à faire à la maison. Ces nouilles sautées japonaises peuvent être préparées très rapidement, ce qui en fait un dîner parfait pour les soirs en semaine. J’avais donc en tête d’en réaliser, et j’attendais pour cela de trouver les nouilles adaptées, les fameuses udon. J’ai d’abord trouvé des udon sèches, mais après cuisson, elles ne gonflent pas assez et je n’ai pas retrouvé la même texture que les pâtes que j’avais mangées au restaurant. J’ai ensuite trouvé des udon vendues précuites. Elles sont vraiment bien plus épaisses que des spaghetti, et là, j’ai su que j’avais mis  la main sur celles qu’utilise mon restaurant!
 
  
 
 
La version que j’ai faite ci-dessous est assez ressemblante de la recette que je peux manger au restaurant, bien que j’y ai fait mes petites adaptations. Essayez ce classique japonais à la maison, et je vous garantis que comme moi, vous allez ajouter les nouilles udon à vos basiques!
 
La clé du succès est de vous assurer que tous vos ingrédients sont prêts avant d’ajouter de commencer votre cuisson, car ensuite, il faut pouvoir ajouter les choses assez rapidement dans la poêle. Deuxième conseil, veillez à ce que votre votre wok ou poêle soit vraiment bien chaud!
 
Il existe différentes versions de yaki udon, celles-ci sont au bœuf, mais vous pouvez également utiliser des crevettes, du poulet, du porc. C’est très facile à réaliser avec des ingrédients personnalisés à votre goût, et vous pouvez tout simplement bidouiller votre plat avec les restes de viande ou de légumes qui traînent dans votre frigo et cela sera délicieux. Je vous proposerai aussi une version végétarienne une prochaine fois.
 
 
Cela n’est pas traditionnel, mais j’ai chois de mélanger de la sauce soja claire et de la foncée (sucrée). Je trouve que cela donne du goût et que ça colore plus les pâtes bien qu’à priori, les japonais ne mettent que la sauce soja claire. De toute façon, c’est toujours délicieux, facile et rapide!
 
 
Pour moi, il n’y a rien de plus réconfortant que ce plat de nouilles fumantes. Il est facile à faire, savoureux et ne prend presque pas de temps à réaliser. Que demander de plus pour être heureux?
 
Yaki Udon au bœuf

Ingrédients

  • 400 g de nouilles udon
  • 175 g de bœuf en lamelles
  • 1 c. à s. d'huile végétale
  • 100 g de feuilles de chou émincé
  • 1 carotte
  • 4 champignons shiitake
  • 50 cl d'eau
  • 1 échalote
  • 2 c. à s. d'huile de sésame
  • Poivre
    Pour la sauce
  • 1 c. à s. de sauce soja claire
  • 1 c. à s. de sauce soja sucrée
  • 1 c. à c. de mirin

Préparation

  1. Faites cuire vos lamelles de bœuf dans une cuiller d'huile végétale jusqu'à ce qu'il soit doré cuire et réservez-le.
  2. Réhydratez les champignons en les trempant dans 20 cl d'eau bouillante. Après 15 minutes, égouttez-les, et gardez le jus de trempage. Émincez l'échalote et coupez le chou en fines lamelles. Taillez en julienne la carotte.
  3. Faites bouillir de l'eau dans une grande casserole. Versez-y 50 cl de liquide obtenus à partir du jus de trempage, complété d'eau pour obtenir la bonne quantité, et les nouilles udon. Faites cuire pendant 3 minutes ou jusqu'à ce qu'elles soient al dente. Égouttez-les et laissez-les dans la passoire.
  4. Faites chauffer 1 cuiller à soupe de l'huile de sésame, 1 cuiller à soupe d'huile de tournesol, ajoutez l'échalote, le chou et les champignons et faites sauter pendant 5 minutes jusqu'à ce que les légumes soient ramollis. Ajoutez le bœuf déjà cuit et et faites sauter pendant 1 minute de plus en mélangeant.
  5. Ajoutez l'huile de sésame restante et les nouilles. 
  6. Ajoutez enfin la sauce soja, le mirin, mélangez, salez et poivrez et servez.

Blanquette de veau

Il est rare que je vous propose des classiques de la gastronomie française, mais en voilà un! En fait, les classiques m’intimident car j’ai toujours l’impression que je vais les rater, ou tout au moins, ne pas réussir à égaler la cuisine de ma maman. Qu’y a t-il de meilleur que la cuisine d’une maman, hein? Je suis sûre que même ceux dont la maman cuisine très mal ont un souvenir agréable et nostalgique de la cuisine de leur maman… Ne serait-ce que parce qu’elle nous rappelle beaucoup de souvenirs et qu’il suffit d’en manger une bouchée pour retomber en enfance!
 
En ce qui me concerne, en plus, il s’avère que ma maman cuisine très bien, donc rivaliser avec elle, c’est compliqué.
 
Mais s’il y a bien un plat qu’elle cuisinait et que je n’aimais pas trop, c’est la blanquette de veau. Je pense que ma maman faisait une blanquette de veau assez citronnée, trop pour mes papilles d’enfant en tout cas, au point que je dis depuis 30 ans que je n’aime pas ce plat.
 
 
Mais l’an dernier, j’ai pris un cours en ligne d’accord mets et vins et il y avait un cours sur les accords possibles avec la blanquette. En bonne élève studieuse, j’ai donc voulu cuisiner cette fameuse blanquette et l’associer à l’un des vins de mon cours pour voir comment le vin peut sublimer le plat et vice versa…
 
Alors je me suis lancée et j’ai réalisé ce classique! Il était moins compliqué qu’il n’y paraissait, bien qu’il faille un peu prévoir de temps pour la cuisson. Ce n’est pas un plat qui demande une grande dextérité, juste de la patience…
 
Au final, l’ensemble était parfaitement réussi : mon accord mets vins était divin, et la recette était elle aussi tout à fait divine! Je crois que l’élève a surpassé le maître pour cette fois, car j’ai trouvé cette recette meilleure que celle de ma maman, j’espère qu’elle ne m’en voudra pas car c’est une exception… Je n’ai toujours pas réussi à refaire un aussi bon gâteau au chocolat que celui qu’elle nous préparait quand on était enfants, et sa charlotte aux marrons reste inimitable! Mais côté blanquette, j’ai trouvé mon bonheur avec cette recette et je vous la recommande chaudement!
 
 
Comme beaucoup d’anciennes recettes traditionnelles, l’origine de la blanquette de veau n’est pas vraiment claire. Certains historiens pensent que la blanquette serait l’évolution d’une recette classique du moyen âge appelée brouet de poulet. D’autres versions attribuent la paternité de blanquette à Vincent La Chapelle, un cuisinier français qui a été le chef de Louis XV. Cela n’a pas grande importance, tant qu’elle est bonne!
 
A propos des ingrédients, les pièces de veau les plus utilisées pour la blanquette sont l’épaule ou la poitrine. C’est de l’épaule que j’ai utilisée, je vous recommande de la prendre chez le boucher pour une qualité au top. La sauce est préparée en faisant une liaison entre un jaune d’œuf et le bouillon et en incorporant de la crème fraîche. La blanquette est généralement servie avec des carottes, des champignons et des petits oignons. Elle est traditionnellement accompagnée de riz mais peut également être servie avec des pâtes ou des pommes de terre.
 
Et pour que mon cours d’accords mets/vins vous profite, servez votre blanquette sur du riz, accompagnée d’une salade et d’un pouilly fuissé, d’un vin blanc maçonnais, d’un val de Loire cépage chenin ou encore d’un pinot gris d’Alsace
 
  
 
Blanquette de veau

Quantité ou nb de personnes: Pour 2 personnes

Ingrédients

  • 400 g d'épaule de veau
  • 20 g de beurre
  • 70 g de carottes
  • 1 petit oignon
  • 70 g de blancs de poireaux
  • 1 clou de girofle
    Pour le bouquet garni
  • Un petit tronçon de blanc de poireaux
  • 25 g de céleri branche
  • 1 feuille de laurier
  • Des queues de persil
    Pour la sauce
  • 15 g de beurre
  • 15 g de farine
  • 25 cl de bouillon prélevé dans le plat de blanquette
  • 5 cl de crème épaisse
  • 1 jaune d’œuf
    Garniture
  • 75 g de champignons de Paris
  • 10 g de beurre
  • 1 c. à c. de jus de citron
  • 6 petits oignons
  • 1 c. à c. de sucre
  • Sel, poivre
    Pour le riz pilaf
  • 200 g de riz basmati ou long
  • 30 cl de bouillon prélevé dans le plat de blanquette
  • 1 oignon
  • 10 g de beurre
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Parez et détaillez la viande en forme de cubes. Faites-les revenir dans 20 g de beurre 2 à 3 minutes, salez et poivrez généreusement, ajoutez 1 cuiller à soupe de farine. Mettez dans une casserole d'eau froide et amenez à ébullition. En attendant que vienne l'ébullition, préparez les légumes.
  2. Épluchez l'oignon et la carotte. Coupez la carotte en bâtonnets, tronçonnez le poireau en conservant un tronçon pour votre bouquet garni. 
  3. Réalisez un bouquet garni en liant ensemble un tronçon de poireau, des queues de persil, le thym, le laurier, le céleri. Piquez l'oignon coupé en deux avec le clou de girofle.
  4. A la première ébullition, écumez, ajoutez la garniture aromatique (oignon, bouquet garni, carotte, poireau), puis laissez frémir jusqu’au terme de la cuisson, soit 40 à 50 minutes.
  5. Préparez la garniture à l'ancienne. Coupez les champignons en biais. Épluchez les oignons blancs. Pochez-les dans une casserole avec le jus de citron, le fond blanc, le beurre et le sel à ébullition.
  6. Préparez le riz pilaf. Ciselez l'oignon finement. Faites-le suer dans le beurre. Ajoutez le riz et nacrez-le. 
  7. Passez au chinois une partie du bouillon de cuisson. Versez en 30 centilitres sur le riz. Ajoutez le bouquet garni que vous aurez repris dans la garniture.
  8. Couvrez et faites cuire 18 minutes à couvert à feu très doux. Retirez le couvercle et le bouquet garni, égrenez le riz et ajoutez une noisette de beurre, vérifiez l'assaisonnement.
  9. Décantez la viande et gardez-la à part. Passez au chinois le restant du bouillon.
  10. Réaliser le roux blanc en mettant dans une casserole le beurre puis la farine quand le beurre est fondu, et laissez cuire 8 à 10 minutes  sans coloration  puis laissez-le refroidir. Ajoutez le fond blanc de cuisson sur le roux pour obtenir un velouté. Mélangez le jaune d'œuf avec crème, et versez sur le velouté pour obtenir une sauce suprême. Vérifiez la liaison et goûtez l'assaisonnement. Versez cette sauce sur la viande, en la couvrant totalement, .
  11. Tassez le riz dans des ramequin, puis déposez-le délicatement dans les assiettes, déposez ensuite la blanquette, et décorez avec un peu de cerfeuil.

Sauce bolognaise aux champignons

Beaucoup d’entre nous essayent de manger moins de viande, mais veulent toujours profiter de certains de leurs plats préférés, comme la délicieuse sauce bolognaise. Les spaghetti bolognaise sont vraiment un plat réconfortant qu’on adore chez nous, que ce soit pour un souper en semaine ou pour un repas italien le samedi soir quand on reçoit. La version que je vous propose aujourd’hui vous permettra de régaler vos amis végétariens, ainsi que les non végétariens.
 
 
Il s’agit d’une recette végétale toute simple. Pas de tofu, protéines végétales ou autre substitut difficile à trouver que ce soit… Pas besoin! Les champignons sont un excellent substitut à  la viande hachée traditionnellement trouvée dans les spaghettis à la bolognaise. Les champignons juteux mixés en tout petits bouts pour reproduisent très bien sa texture.
 
On peut utiliser les champignons comme substitut de viande dans de nombreuses recettes et ils fonctionnent en général très bien. Ici ils aident la sauce bolognaise végétarienne à développer des saveurs riches et complexes assez proches de la bolognaise à la viande.
 
N’hésitez pas à utiliser tous les types de champignons que vous pourrez trouver. Des champignons de Paris font tout à fait l’affaire mais si vous avez un mélange forestier, cela vous fera une version plus sophistiquée.
 
 
A part les champignons, cette recette utilise simplement tous les ingrédients habituels d’une bonne sauce à la viande : du vin rouge, du bouillon et des aromates.  Comme vous pouvez le voir, ce plat déborde littéralement de légumes. Carottes, céleri, oignon, champignons… Ça fait qu’elle est hyper saine, mais à bien des égards, je pense qu’elle reste fidèle à la recette d’origine, car elle est tout aussi riche et pleine de saveur. 
 

Si vous souhaitez faire ce plat en version végétalienne, assurez-vous simplement que le vin rouge est végétalien et utilisez un fromage râpé végétalien ou omettez-le! 

Il suffit ensuite de cuire le type de pâtes que vous avez sous la main. J’ai utilisé cette sauce pour farcir des cannellonis, et c’était parfait!
  
 
Sauce bolognaise aux champignons

Quantité ou nb de personnes: Pour 250 g de pâtes sèches

Ingrédients

  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 oignon blanc pelé et coupé en dés
  • 1 carotte pelée et coupée en dés
  • 30 g de côtes de céleri coupées en dés
  • 4 gousses d'ail pelées et émincées
  • 225 g de champignons frais
  • 8 cl de vin rouge
  • 20 cl de bouillon de légumes
  • 500 g de purée de tomates
  • 1 feuille de laurier
  • 1 c. à c. d'origan séché
  • 1 c. à c. de thym séché
  • Sel, poivre
    Pour le service
  • 60 g de gruyère râpé

Préparation

  1. Dans une grande sauteuse, mettez l'huile. Mixez la carotte, l'oignon  et le céleri et faites sauter pendant 5 minutes, en remuant de temps en temps, jusqu'à ce que les légumes soient ramollis et globalement cuits. 
  2. Épluchez l'ail puis mixez-le avec les champignons, pour obtenir des morceaux réguliers de la texture d'une viande hachée, et ajoutez-les à la sauteuse. 
  3. Poursuivez la cuisson pendant 4 minutes supplémentaires jusqu'à ce que les champignons soient dorés et que tous les légumes soient bien cuits.
  4. Versez le vin et mélangez. Laissez le mélange bouillir et laissez mijoter environ 1 à 2 minutes ou jusqu'à ce que le vin soit réduit d'environ la moitié.
  5. Ajoutez le bouillon de légumes, la sauce tomate, la feuille de laurier, l'origan et le thym et une généreuse pincée de sel et de poivre. Remuez et laissez le mélange continuer à cuire jusqu'à ce qu'il soit à ébullition. Réduisez ensuite le feu à moyen-doux et laisser mijoter pendant environ 10 minutes afin de le réduire légèrement.
  6. Goûtez et assaisonnez avec du sel, du poivre.
  7. En parallèle, lancez la cuisson de vos pâtes suivant les indications de votre paquet. Une fois les pâtes cuites et égouttées, mélangez-les avec la sauce et garnissez de gruyère.
  8. Servez immédiatement.

Que manger en novembre?

Nous sommes en novembre! Halloween est derrière nous et maintenant Noël va approche  grands pas! Les rois et les reines de l’organisation commencent d’ailleurs déjà à s’avancer sur les cadeaux, les idées de déco… et les magasins sont déjà tous en mode festif! Mais avant de se ruer sur la dinde, le foie gras et le champagne, il nous reste deux petits mois à passer et autant en profiter pour manger de bonnes choses!
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois à venir, pour vous inspirer si vous êtes en recherche d’idées pour manger de saison!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Châtaigne : Coulants à la châtaigne
 
Coing : Crumble pommes, coings, noisette
 
Clémentine : Petites crèmes à la clémentine
 
Poire : Entremets caramel, spéculoos et poire
 
Pomme : yaourt à la pomme et au muesli
 
Raisin : Muffins au raisins secs et à l’avoine

🍠 Côté légumes : 

 
Betterave : Houmous à la betterave
 
Brocoli : Gratin de pâtes au brocoli et au fromage
 
Carotte : Dip carottes kiri
 
Chou : Caldo verde
 
Chou-fleur : Mini cakes au chou-fleur
 
Endive : Tarte perdue aux endives
 
 
Épinard : œufs cocotte au Stilton et épinards
 
 
Navet : navets sauce soja et saké
 
IMG_0856
Panais : Stoemp au panais, poireaux et saucisse

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les bredele
– Les légumes racine
– Les boissons chaudes
 
 
 
Et vous, vous aimez manger quoi en novembre?