Archives par mot-clé : champignons

Sauce aux champignons

Je pense l’avoir déjà dit, mais je suis une grande fan de champignons. Pendant un certains temps, j’étais frustrée car mon homme n’aimait pas ça, et je devais donc me freiner d’en cuisiner à la maison mais.. Il a eu un déclic et il est désormais (presque) aussi fan que moi de champignons!! Je suis super heureuse et je me dépêche de rattraper le temps perdu! Aussi quand j’ai vu cette recette de sauce crémeuse sur le blog de Malika, Cuisine culinaire, je savais que je ne tarderais pas trop à la tester, et dès que j’en ai parlé à mon homme, il m’a répondu « On mange ça quand tu veux! »
 
 
Bref, cette recette a vite atterri dans nos assiettes, et je ne suis pas déçue. C’est un classique, un basique même, et Malika donne des idées pour adapter la recette : avec de l’oignon, de l’échalote, du lait ou de la crème… C’est très souple en fait! N’hésitez pas à jouer avec les assaisonnements, les herbes, mais je pense honnêtement que telle quelle, elle est déjà parfaite! Je vous partage précisément la version que j’ai faite, mais n’hésitez pas à aller chez elle voir les adaptations possibles! Si vous ne connaissez pas le blog de Malika, allez vite découvrir ses belles photos et ses recettes enchanteresses, vous serez conquis!
 
J’ai réalisé cette sauce pour la servir sur des pâtes, et ce fut un véritable succès. C’est une recette finalement assez rapide à faire, ce qui en fait un must pour les repas de semaine. Cette sauce sera aussi délicieuse avec du riz, des pommes de terre, du poulet, un steak, ou tout plat qui nécessite une sauce. 
 
 
Une bonne sauce est souvent l’élément qui fait passer un plat de « bon » à  « vraiment délicieux ». Cette sauce remplit tout à fait ce job, la combinaison de champignons d’échalote, de crème et d’ail apporte vraiment un arôme magnifique. Cette recette est si facile et si simple qu’elle deviendra rapidement un must dans votre maison aussi, je vous le garantis!
 
Comme recommandé par Malika, si vous n’utilisez pas votre sauce tout de suite, mettez-la dans un récipient  hermétique au réfrigérateur jusqu’au moment de l’utiliser. Elle se conservera jusqu’à deux jours. Il vous suffira alors de la réchauffer à la poêle ou au micro-ondes.
 
J’ai réalisé cette recette avec des champignons de Paris frais, mais vous pouvez mettre une ou plusieurs variétés de champignons à la fois aussi bien frais, qu’en boîte, surgelés ou même séchés.
P.S. : Si vous aimez autant que moi les champignons, essayez ces champignons crémeux au curry
 
Sauce aux champignons

Ingrédients

  • 500 g de champignons 
  • 1 c. à s. d'huile d'olive ou de beurre
  • 2 gousses d'ail pressées
  • 1 bonne c. à s. de maïzena
  • 1 échalote
  • 25 cl de bouillon de légumes
  • 12 cl de crème liquide de soja
  • 1 c. à s. de persil frais, haché
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Rincez rapidement ou essuyez vos champignons. Coupez-les en tranches minces.
  2. Epluchez et émincez finement l'échalote et les gousses d'ail.
  3. Hachez votre persil.
  4. Faites chauffer l'huile dans une poêle et faites-y sauter les champignons en remuant jusqu'à ce qu'ils perdent leur jus et qu'ils soient légèrement dorés, 5 minutes environ.
  5. Saupoudrez les champignons avec la maïzena, mélangez pour enrober les champignons.
  6. Ajoutez l'échalote. Laissez revenir quelques minutes en remuant de temps en temps, pendant 2 minutes environ. Salez légèrement et poivrez selon votre goût.
  7. Versez le bouillon et la crème liquide.
  8. Portez à ébullition. Baissez le feu et laissez cuire à feu moyen pendant quelques minutes pour avoir une sauce épaisse. Votre sauce doit napper le dos de la cuiller.
  9. Ajoutez le persil et mélangez. Votre sauce aux champignons est prête.
 
Source d’inspiration :

Voyage gourmand à Budapest : Que manger ?

Photo Frank Schmidt@Flickr
 
Cette année, j’ai eu la chance de retourner à Budapest pour la deuxième fois! C’est assez rare que j’aille deux fois au même endroit, mais la dernière fois, j’étais enceinte de 5 mois ce qui avait limité un peu certaines activités! Il y avait la fatigue, la difficulté à faire de trop longues marches, et le fait que j’étais restreinte sur de nombreuses catégories d’aliments et l’alcool bien sûr. La seconde fois, j’ai donc bien apprécié les spécialités locales, et j’en ai profité pour vous rédiger ce petit guide gourmand de Budapest! Très consistante, calorique et copieuse, la cuisine hongroise peut surtout être délicieuse. 
     
 

Le paprika

Le paprika est emblématique de la cuisine hongroise. Il est présent dans beaucoup de plats, ce qui explique que la cuisine hongroise puisse sembler relevée, mais il existe du paprika doux. Vous pourrez notamment essayer le poulet au paprika, ou paprikàscsirke, présent sur toutes les cartes des restaurants. Il est généralement servi avec des sortes de petits gnocchis, nommés galuskas ou tarhonyas.

Les soupes

Tout au long de l’année, le repas hongrois commence par une soupe. Elles sont donc courantes dans les repas hongrois, et permettent un repas à prix raisonnable, car  elles sont consistantes et servies avec du pain. Extrêmement variées, elles sont plus ou moins épaisses, plus ou moins garnies, et rappellent souvent des ragoûts plus que des soupes. La plus célèbre est le goulasch, qui contient de la viande, des poivrons, des oignons, des pommes de terre et du paprika. On le sert dans un petit chaudron ou dans un pain creusé, ce qui devient carrément copieux si vous mangez le bol en pain quand vous avez fini la soupe. Vous pourrez aussi goûter le bableves, aux haricots secs, le magyaros gombaleves, aux champignons, ou le halászlé, au poisson.

Les crêpes farcies

 
Les crêpes farcies, ou Hortobágyi palacsinta sont des crêpes farcies avec de la viande, des oignons, de la sauce et des champignons. Officiellement ce sont des entrées, mais assez copieuses. Si vous avez un petit appétit, elles vous suffiront en plat.

Les poissons

 
On trouve peu de poissons d’eau de mer sur les cartes des restaurants, mais on peut apprécier les poissons d’eau douce en provenance du Danube comme la carpe, le sandre ou le poisson chat. Les poissons sont en général servis frits ou panés, plus rarement grillés, et sont accompagnés de sauce tartare et de pommes de terres. Parmi les spécialités à base de poisson, il y a le halászlé, une sorte de bouillabaisse au paprika, et le racponty, plat de fêtes par excellence, composé de pommes de terre, carpe marinée, paprika, oignons et tomates, cuits au four avec de la crème fraîche et du bacon fumé.
 
Photo Roger Hsu@Flickr
 

La viande

 
Que ce soit à la ville ou à la campagne, la viande est principalement servie en sauce ou en ragoût. Vous pourrez tester le ragoût hongrois au paprika, oignons et crème fraîche, nommé pörkölt. Il peut être réalisé à base de différentes viandes, notamment du veau, et est souvent accompagné de pâtes qui rappellent les spätzle. Vous aurez du mal à faire l’impasse sur l’incontournable escalope viennoise, que l’on trouve dans tous les pays de l’est et en Hongrie également. Vous pouvez aussi tester le paprikàscsirke, poulet au paprika dont j’ai parlé plus haut.
 
Photo snapboot@Flickr
 

De la charcuterie

 
Vous ne le saviez peut-être pas, mais le foie gras est une spécialité que la France partage avec la Hongrie! On le trouve dans les grands restaurants, parfois servi frit. Il est plutôt réalisé à partir de foie d’oie. Si vous aimez la charcuterie, vous trouverez aussi à la carte des bars à vins la hidegtál, une planche de charcuterie. Il existe aussi du saucisson au paprika.
 
Photo eossnap@Flickr
 

Les légumes

On trouve assez peu de spécialités aux légumes frais malheureusement. Les légumes consistent généralement en du chou et du concombre, servis marinés dans une préparation fermentée à base de vinaigre sucré.
 
Photo Didriks @Flickr
 

Pour les végétariens

 
Les végétariens auront du mal à manger très typique, car par définition les plats typiques sont à la viande ou au poisson. Les soupes peuvent sembler une bonne option, comme le bableves, aux haricots secs ou le magyaros gombaleves ou le gombapaprikás aux champignons, mais la base risque d’être du bouillon de volaille ou de bœuf. Le főzelék, une sorte de soupe épaisse, est traditionnellement servie avec du lard, mais celui-ci peut être enlevé puisqu’il est généralement ajouté au moment du service. Vous pouvez chercher le rantott sajt, du fromage frit, ou le lángos, des sortes de beignets sans viande, mais notez que la friture est souvent faite dans une sorte de saindoux d’origine animale. Si vous en trouvez, les túrógombóc, des dumplings au cottage cheese, le tarhonya, sorte de couscous, le padlizsánkrém, sorte de salade d’aubergine écrasée, ou le Körözött, un dip de fromage, paprika et oignon sont de bonnes solutions. Les túrós tészta or mákos tészta sont des pâtes au pavot et au cottage cheese. Enfin, vous trouverez facilement des spätzle, des sortes de pâtes. Avec un peu de chance, la garniture sera végétarienne ou pourra être adaptée. 
 
Dans un genre plus moderne, le quartier juif regorge de spécialités de type falafel, houmous, labneh, servis en repas à table ou sur le pouce, et constituent une bonne alternative pour les végétariens. De même les food trucs, à défaut d’être typiques, ont souvent au moins une partie de leur carte végétarienne.
 
Photo julie corsi @Flickr

Les desserts

Il y a énormément de choix de ce côté là, mais ne vous attendez à rien de léger. Marquées par la période d’occupation autrichienne, les pâtisseries sont garnies de crème, mousse, avec des étages empilés et de bons gros glaçages. Si cela ne vous tente pas, essayez les túróspalacsinta, des crêpes au fromage blanc et aux raisins, les gundel palacsinta, des crêpes fourrées aux noisettes, écorces d’orange confites, et chocolat, ou enfin le rétes, sorte de version hongroise du strudel servi chaud.
 
Photo clubvino@Flickr
 

Les boissons

La bière est très consommée en Hongrie, notamment dans des bars à bière. On trouve aussi du vin hongrois, à déguster dans les borozó, caves à vins. Le plus connu est  le fameux Tokaj, un vin blanc qui peut rappeler notre Sauternes. Essayez également le Eger, ou le Villány. Côté digestifs, les hongrois ont une eau de vie d’abricot, le barackpálinka, et consomment aussi de l’unicum, une boisson amère traditionnelle, qui pourra rappeler le jagermeister.

 

Nouilles ramen épicées au miso rouge

Si vous êtes amateur de ramen, vous devrez essayer cette recette rapide et délicieuse de ramen au miso! Accompagné de shiitake et d’échalote verte, ce bol de nouilles va satisfaire votre appétit.
 
Cette recette est une soupe de nouilles japonaise avec un bouillon assaisonné au miso. La recette du bouillon miso pour ce plat est à base de piment, d’échalote, d’ail, de gingembre et de sucre, tandis que les nouilles sont des nouilles chinoises de style ramen qui cuisent rapidement et ont un super goût.
 
J’ai pu tester ces nouilles ramen à la farine de blé grâce à Mr. Min. Elles ont une super texture et vont très vote à préparer.  J’ai décoré l’ensemble d’une cuiller de leur sauce BBQ coréenne, réalisée selon une recette traditionnelle coréenne, qui est vraiment délicieuse.
 
 
Les nouilles ramen sont extrêmement polyvalentes et il existe plein de recettes différentes au Japon. Il y a notamment des plats différents selon la ville que vous visitez. A Tokyo, le shoyu ramen, à la sauce soja a beaucoup de succès, et à Hokkaido c’est le miso ramen qui est populaire. C’est ce dernier que nous allons réaliser aujourd’hui, mais je ne me suis pas franchement basée sur une recette traditionnelle. J’ai simplement utilisé du miso, et d’autres ingrédients asiatiques pour composer une recette rapide à faire. Ne m’en veuillez donc pas si elle n’est pas 100% authentique, ça ne l’empêche pas d’être délicieuse!
 
 
Cette recette est très facile à réaliser et la garniture suggérée est modifiable selon vos goûts. Vous pouvez par exemple ajouter des œufs au soja, comme dans cette recette. D’autres garnitures comme des pousses de soja, des tranches d’avocat ou du brocoli sont également top. Certaines personnes aiment empiler plein ingrédients tandis que d’autres comme moi, préféreront quelque chose de pas trop chargé.
C’est à vous de voir!
 
 
Nouilles ramen épicées au miso rouge

Quantité ou nb de personnes: 2

Ingrédients

    Pour la pâte au miso
  • 40 g de miso rouge
  • 1 c. à c. de pâte de piment
  • 1 petite échalote fraiche 
  • 2 gousses d'ail écrasées
  • 5 g de gingembre
  • 2 c. à c. de sucre roux
  • 2 c. à s. d'eau
  • 2 c. à s. d'huile de sésame
    Pour la garniture
  • 100 g de nouiles ramen
  • Le vert de l'échalote frâiche
  • 2 c. à s. d'échalotes frites
  • 15 g de shiitake
  • 12 cl d'eau bouillante
  • 1 c. à c. de sept épices japonais (shichimi togarashi)
  • 75 g de blanc de poulet cuit ou émincé végétal
  • 2 c. à c. de sauce bbq coréenne
  • 1 c. à s. d'huile de sésame

Préparation

  1. Épluchez le gingembre et râpez-le. 
  2. Émincez le blanc de l'échalote fraîche et coupez finement le vert.
  3. Mettez les champignons shiitake à réhydrater dans 12 cl d'eau bouillante.
  4. Mélangez tous les ingrédients de la pâte au miso dans un bol. Transférez le mélange dans une casserole et mettez sur feu moyen. Portez à feu doux et continuez à cuire en remuant pendant 5 minutes. Laissez refroidir complètement et conservez au réfrigérateur jusqu'à utilisation. 
  5. Égouttez-les champignons en conservant l'eau de trempage et coupez -les en tranches.
  6. Faites revenir les champignons shiitake et le poulet ou émincé végétal dans l'huile de sésame pendant 1 minute. Ajoutez la pâte de miso, prolongez  la cuisson 1 minute, puis ajoutez l'eau des champignons que vous aurez complétée pour arriver à 40 cl, le shichimi togarashi, puis les nouilles, et laissez bouillir 2 minutes.
  7. Servez dans 2 bols, déposez par dessus les échalotes frites, le vert d'échalote, et la sauce bbq.

Nouilles udon au sésame

Quand j’ai envie d’un dîner rapide à base de pâtes, j’ai tendance à m’orienter vers les saveurs italiennes quasiment systématiquement. Sans vouloir offenser les saveurs italiennes, que je trouve merveilleuses, que diriez-vous de changer un peu? Je vous propose aujourd’hui cette recette facile de nouilles au sésame, tout aussi facile, tout aussi délicieuse et vraiment génial pour changer des pâtes à l’italienne! 
 
C’est plus rapide de la préparer que de sortir au restaurant chinois du coin, honnêtement. C’est aussi plus rapide que d’attendre qu’un livreur en scooter vous l’apporte. Franchement, ce plat est prêt en 15 minutes, donc il n’y a vraiment pas de raison de ne pas se lancer. Alors la prochaine fois que vous êtes pressé, essayez ces nouilles au sésame. En plus, le résultat est vraiment délicieux, ça va sans dire!
 
Les nouilles au sésame proviennent de la cuisine du nord de la Chine et sont particulièrement appréciées par les habitants de Pékin. Ici, je n’ai pas essayé de faire une pure recette traditionnelle, mais surtout de faire quelque chose de délicieux avec la saveur caractéristique du sésame, que j’adore.
 
 
Il faut savoir que cette recette est géniale en l’état, mais vous pouvez ajouter des garnitures pour l’étoffer. Essayez par exemple d’y ajouter quelques légumes comme des poivrons rouges tranchés finement, du brocoli ou des champignons, du tofu, du poulet ou du bœuf si vous aimez. Délicieuse servie à température ambiante ou chaude, elle fait excellent plat complet ou d’accompagnement.
 
 
La star de ces nouilles au sésame est la sauce. On l’obtient en mélangeant le tahin, la sauce de soja, le sucre brun, l’huile de sésame, le vinaigre de riz et l’eau. La clé de réussite de cette sauce tient à l’équilibre obtenu, entre les saveurs douces, aigres et salées.   Si vous aimez manger épicé, ajoutez un peu de pâte de piment!
 
Pour cette recette, j’ai utilisé des nouilles udon reçues grâce à Mr. Min. Il s’agit de nouilles précuites qui vont donc très vite à préparer. Ces variétés de nouilles très épaisses et hyper savoureuses sont mes favorites, je les adore!
 
Mélangez ce plat avec une paire de baguettes chinoises, et vous êtes prêt à l’engloutir! 
 
  
 
Nouilles udon au sésame

Quantité ou nb de personnes: 2

Ingrédients

  • Pour 2 personnes
  • 100 g de nouilles udon
  • 2 c. à s. de tahin
  • 1 c. à s. d'huile de sésame
  • 1 c. à s. de vinaigre de riz
  • 1 c. à s. de sucre brun
  • 1 c. àc. de sauce soja
  • 1 c. à s. d'eau
  • 1 gousse d'ail
  • 25 g de concombre
  • 1 c. à s. de sésame noir
    Pour les œufs mollets
  • 2 œufs
  • 2 c. à s. de sauce soja
  • 2 c. à c. de sucre brun
  • 6 c. à s. d'eau

Préparation

  1. Coupez le concombre en rondelles. Réservez.
  2. Mélangez dans un bol la sauce soja, l'eau et le sucre brun pour préparer la marinade des œufs.
  3. Faites bouillir de l’eau dans une casserole. Déposez les œufs et baissez le feu à doux, laissez cuire 7 minutes. Pendant ce temps, préparez un récipient rempli d'eau et de glaçons. Après 7 minutes, mettez immédiatement les œufs le récipient préalablement d'eau et de glace. Épluchez-les et faites les mariner une nuit (minium 4 heures) dans la marinade, en faisant tourner les œufs si besoin pour que chaque face puisse être immergée un bon moment dans la marinade.
  4. Faites cuire les nouilles selon les indications du paquet. 
  5. Mélangez tous les ingrédients de la garniture sauf le concombre, le sésame et l'œuf et mixez.
  6. Égouttez les nouilles quand elles sont cuites, puis ajoutez-y la sauce au sésame obtenue et mélangez bien. 
  7. Servez les nouilles dans deux bols. Décorez  avec le concombre et le sésame
  8. Déposez un œuf coupé en deux dans chaque bol.
 
 

Spécialité de Russie : Piroshki aux champignons et pomme de terre

La coupe du monde en Russie démarre! A défaut de regarder les matchs, cela m’a donné envie de replonger dans la cuisine russe ! Je vous l’avais résumée avec mes spécialités favorites ici, et cette fois, c’est une recette que je vous partage, que j’ai pu goûter sur place et que j’ai adoré! J’ai donc voulu la refaire moi-même. Là-bas, les piroshki sont à la carte de tous les restaurants, et l’on peut s’en régaler à l’apéritif ou s’en faire un repas complet, car ils sont très nourrissants. 
 
 
« Pirog » est le mot russe pour « tarte », et « piroshki » signifie donc « petites tartes ». Ces piroshki peuvent être garnis de presque tout, du chou à la viande en passant par le sarrasin kasha, le fromage, les œufs durs ou en version sucrée, la confiture. La garniture que je vous propose aujourd’hui est un mélange addictif de pommes de terre, d’oignons caramélisés, de champignons et d’aneth frais. 
 
Les piroshkis sont un plat authentique de cuisine russe et ils prennent un peu de temps à faire, surtout pour la pâte, mais ça vaut le coup. En soi il n’y a rien de compliqué, et une fois que vous avez fait la pâte, vous pouvez le remplir avec un des garnitures différentes, aussi bien sucrées que salées. 
 
 
Je ne peux pas dire que la pâte que je vous propose ici soit strictement identique à celle que j’avais testé là-bas, mais elle est très bonne. Pendant la cuisson, ma maison sentait comme une boulangerie. La pâte à piroshkis russe n’est pas feuilletée mais moelleuse, un peu semblable à une pâte à calzone épaisse. 
 
Ces piroshki aux champignons ont un goût délicieux et sont bien nourrissants. Ils sont faciles à manger avec les doigts,  et faciles à transporter pour les ramener à une fête par exemple. Les champignons ont une saveur terreuse, donc ces piroshkis se marieront bien avec un vin rouge moyennement corsé. 
 
  
 
Spécialité de Russie : Piroshki aux champignons et pomme de terre

Ingrédients

    Pour la pâte
  • 25 cl de lait tiède
  • 1/2 c. à s. de sucre
  • 1 sachet de levure sèche de boulanger
  • 15 g de beurre fondu
  • 1 oeuf
  • 1/2  c. à c. de sel
  • 390 g de farine
  • 8 g de beurre
    Pour la garniture
  • 600 g de pommes de terre cuites à l'eau, pelées et coupées en dés
  • 2 petits oignons hachés
  • 15 g de beurre
  • 3 c. à c. d'huile d'olive
  • 150 g  de champignons égouttés et coupés en morceaux 
  • 1 c. à s. d'aneth finement haché
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Placez 12 cl de lait tiède dans une tasse ou un petit bol. Incorporez le sucre et saupoudrez la levure sur le dessus. Laissez reposer jusqu'à ce que la levure mousse, soit environ 10 minutes.
  2. Versez le lait restant dans un grand bol. Ajoutez le beurre fondu, l'œuf, le sel et une partie de la farine. Incorporez le mélange de levure, puis ajoutez de la farine petit à petit jusqu'à ce que la pâte ne colle pas à vos mains ni au bol. Couvrez le bol d'un linge et placez-le dans un endroit chaud pour qu'il monte pendant environ 1 heure. La pâte devrait presque tripler de volume.
  3. Faites chauffer une poêle à feu moyen-élevé.
  4. Ajoutez l'huile d'olive et le beurre.
  5. Lorsque le beurre est fondu, ajoutez les oignons.
  6. Faire sauter les oignons jusqu'à ce qu'ils aient une couleur caramélisée.
  7. Ajoutez les champignons et faites cuire encore 5 minutes en remuant de temps en temps.
  8. Ajoutez le sel et le poivre, puis l'aneth.
  9. Ajoutez les pommes de terre cuites coupées en dés et mélangez bien.
  10. Placez la pâte sur une surface farinée et formez doucement dans un long serpent d'environ 5 cm de large. Coupez-le en morceaux de 2,5 cm environ et roulez chaque morceau en boule. Aplanissez les boules à la main jusqu'à ce qu'elles atteignent  10 à 12 cm de diamètre. Placez une cuillerée de garniture au centre et repliez la pâte pour l'entourer. Pincez les bords ensemble pour sceller le chausson. Recommencez avec chaque chausson.
  11. Préchauffez le four à 200° C. Placez les piroshki sur une plaque à pâtisserie, en laissant de la place entre chaque pour qu'ils se développent en cuisant.
  12. Faites cuire au four pendant 20 minutes, ou jusqu'à ce que les piroshkis soient dorés.
 
Source d’inspiration :

Tartinade à l’artichaut et au citron

Le soleil est de retour! Du moins dans le  nord, il nous honore de sa présence par moments et dans ce cas, il faut aller vite! Poser une nappe sur la table du jardin, sortir les boissons et l’apéro en quelques secondes, avant qu’un vilain nuage ne vienne gâcher tout ça!
 
Pour ce genre de situations, je suis du genre efficace. Déjà, j’ai toujours quelques boissons au frais, cela permet de gérer l’imprévu. Côté apéro, je ne suis pas fan de chips et de biscuits tout faits, qui sont certes rapides à servir, mais je m’en suis un peu lassée! Je préfère réaliser quelques dips variés. J’aime beaucoup celui que je vais vous présenter aujourd’hui, car il se réalise avec une simple boite de conserve de fonds d’artichauts, mais le résultat est tout simplement bluffant. On a  l’impression de déguster une spécialité italienne tout droit sortie d’une petite trattoria, alors qu’il ne prend que quelques instants à faire et ne demande rien de spécial côté ingrédients!
 
Ce dip aux artichauts est l’apéritif rapide parfait pour profiter des premiers rayons de soleil. En prime, cette recette est plutôt légère, si vous ne mangez pas une baguette entière avec… Je plaide coupable!



Ce que je trouve rigolo avec ce dip, c’est qu’il rappelle le houmous alors qu’il ne contient aucune légumineuse. Parmi mes invités, plusieurs m’ont d’ailleurs demandé si c’en était. J’ai perdu le compte du nombre de fois où j’ai servi du houmous fil des ans, et à chaque fois, je me demande comment varier de ma recette de base. Cette fois j’ai trouvé une manière de varier, en faisant ce faux houmous qui n’en est pas un!
 
 
Pour parfumer l’ensemble et lui donner du caractère, j’ai utilisé du piment doux fumé de l’Étal des épices. C’est un piment traditionnel espagnol, fumé au feu de chêne, il dégage une odeur incroyable et j’ai tout simplement envie d’en mettre partout!



Sans aucun doute, ce que je préfère à propos de cette recette est  sa simplicité. J’ai utilisé un mixeur et en gros, il suffit de tout mettre dedans et de mixer. Pas sorcier quoi!
 
Servez cette tartinade avec du pain pita et des bâtonnets de légumes. Vous pouvez aussi en faire une garniture pour vos sandwiches, ou en farcir de petits champignons à grignoter crus à l’apéritif.
 
  
 
P.S. : Si vous cherchez une recette de pain pour aller avec, ce  pain à la bière est un de mes favoris!
 
 
Tartinade à l’artichaut et au citron

Quantité ou nb de personnes: Pour 1 bol

Ingrédients

  • 200 g de fonds d’artichaut en boîte
  • 125 g de ricotta
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 5 feuilles de basilic ciselées
  • 1 gousse d’ail pressée
  • 1/2 c. à c. de piment fumé
  • 1 c. à s. huile olive
  • 1 c. à s. balsamique blanc
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Égouttez les fonds d’artichaut. Épluchez la gousse d’ail. Mettez l'ensemble des ingrédients au mixeur et mixez jusqu’à obtenir une préparation homogène. rectifier l’assaisonnement. Réservez au frais jusqu’au service.

Hachis parmentier à la bolognaise

La bolognaise est un aliment de base chez la plupart d’entre nous. C’est une sauce facile à réaliser, et on peut en faire des versions très différentes suivant les envies. C’est l’un des aliments les plus réconfortants possibles à mon avis! A tel point que j’aime l’utiliser pas seulement dans des pâtes, mais aussi dans d’autres recettes pour en profiter plus souvent! Récemment, je me suis dit que cela pourrait faire une garniture délicieuse dans un hachis parmentier.
 
 
À l’origine, le hachis parmentier était une façon d’accommoder les restes du rôti du dimanche. De nos jours, c’est un plat tellement apprécié qu’on n’attend plus d’avoir des restes pour en préparer, mais cela reste un parfait plat zéro gâchis! Que vous ayez un reste de purée, de viande ou de sauce, tout est utilisable dans un hachis! N’hésitez pas à remplacer une partie de la viande par une autre sorte si vous en avez à finir, vous pouvez aussi modifier une partie des légumes qui compose la purée, utiliser un reste de bolognaise déjà prête… Vous pouvez également ajouter des champignons à la sauce, ou des petits pois… 
 
J’ai choisi de réaliser ma recette avec de la tomate en boîte car nous sommes encore en hiver, mais en été vous pouvez bien sûr la remplacer par de la bonne tomate de saison! 
 
Au final, j’ai vraiment aimé cette recette. Comment pourrait-il en être autrement? Une sauce emblématique de la cuisine italienne cuite lentement avec une couche épaisse de purée sur le dessus… Ça ne peut être qu’un régal!
 
 
 
P.S. : Si vous aimez le parmentier, vous vous régalerez aussi avec cette version au chorizo!
 
Hachis parmentier à la bolognaise

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ingrédients

    Pour la purée
  • 1,7 kg de pommes de terre
  • 30 cl de lait
  • 1 c. à s. d'herbes de Provence
  • 1/2 c. à c. de basilic
  • 1/2 c. à c. d'origan
  • 1 pincée d'ail en poudre
  • 1/2 c. à c. d'ail
  • Sel, poivre
    Pour la bolognaise
  • 1 oignon 
  • 1/2 c. à c. d'ail
  • 1 carotte
  • 500 g de boeuf haché
  • 70 g de champignons émincés
  • 2 c. à s. d'huile olive
  • 1 boite de 400g de tomates pelées en dés
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
    Pour la finition
  • 30 g de gruyère râpé
  • 2 c. à s. de chapelure
  • 1 c. à c. d'herbes  de Provence

Préparation

  1. Faites cuire les pommes de terre à l'eau salée dans une grande casserole, départ eau froide.
  2. Émincez l'oignon. Épluchez la carotte et coupez-la en petits dés. Épluchez et écrasez la gousse d'ail.
  3. Faites revenir l'oignon émincé dans l'huile, ajoutez la carotte, l'ail, prolongez 2 minutes, ajoutez le bœuf, faites revenir jusqu'à ce qu'il ne soit plus rouge. Ajoutez les dés de tomate, le vinaigre balsamique, salez, poivrez et prolongez quelques minutes pour bien mélanger, coupez le feu.
  4. Disposez le mélange dans un plat a gratin.
  5. Épluchez puis écrasez les pomme de terres avec le lait, les herbes, le sel, le poivre, les épices.
  6. Étalez la purée sur la viande.
  7. Saupoudrez de gruyère, d'herbes et de chapelure
  8. Enfournez 20 à 30 minutes à 180°C.
 
 
 

Croque monsieur revisité à la truffe et purée aux noisettes

Avez-vous déjà goûté à la truffe? J’ai l’impression de m’embourgeoiser en vous disant que j’en consomme régulièrement, mais c’est pourtant vrai! Pourtant je ne suis pas riche! Je me régale principalement grâce à des produits aromatisés à la truffe, dont la saveur est intense, mais il m’est aussi arrivé  d’acheter de la truffe fraîche, ou plus pratique, de la truffe en bocal. En fait, bien que le prix au kilo de la truffe semble tout à fait rédhibitoire, il faut se rappeler qu’il n’en faut que très peu pour parfumer tout un plat!
 
La truffe est un champignon qui pousse dans des conditions bien particulières. Elle a besoin de sols calcaires et de la présence d’arbres comme le chêne ou le charme. On la trouve essentiellement en Provence, dans le Périgord et en Bourgogne, de novembre à mars.
 
La truffe ne se cueille pas comme un champignon classique. Elle doit être déterrée du sol, où elle se cache parfois jusqu’à un mètre de profondeur, c’est ce qui la rend si difficile à récolter! Pour réussir à les détecter sous la terre, vous savez sans doute que l’on fait appel à une truie ou à un chien ! Les truies sont douées pour trouver ces champignons car ils émettent des phéromones qui rappellent celles du porc! Mais quand elles les trouvent, elle sont bien tentées de tout engloutir! C’est pourquoi les trufficulteurs préfèrent souvent les services d’un chien. Avec de l’entraînement, il paraît que tous les chiens peuvent apprendre à reconnaître l’odeur de la truffe! Je vais peut-être en adopter un finalement !
 
 
Récemment, j’ai participé à un concours de recettes à la truffe. J’avais très envie de proposer une recette qui sorte la truffe de ses habituelles recettes de luxe. Je voulais au contraire la proposer dans un plat rustique, simple, voire même un repas de fast-food! J’ai pensé au croque-monsieur, un snack que j’adore car je le trouve terriblement réconfortant et gourmand! Bien sûr, je ne voulais pas simplement étaler de la truffe entre le jambon et le fromage, mais revisiter un peu ce classique.
 
A la base du croque-monsieur, il y a le pain de mie. J’en ai pris un bien moelleux chez mon boulanger. J’ai choisi le le rouler de le paner, et de le garnir d’un fromage qui change un peu, qui fonde bien, mais pas trop fort pour laisser la place à la truffe.
 
 
Pour le service, j’ai accompagné ce croque monsieur d’une salade assaisonnée d’une vinaigrette à la truffe, de deux condiments très parfumés, et d’une purée de topinambours à la noisette. Tout était très bon, mais la star, c’était indubitablement le croque monsieur, à la fois croustillant, fondant, et délicatement parfumé à la truffe! J’en aurais mangé trois fois plus si j’avais pu!
 
 
P.S. : S’ils vous reste de la truffe, surtout ne gâchez pas, et enchaînez avec ces pâtes à l’huile de truffe, crème au poivre et pecorino!
 
Croque monsieur revisité à la truffe et purée aux noisettes

Quantité ou nb de personnes: 2

Ingrédients

    Pour la crème de raifort et pomme granny
  • 45  g de pomme golden
  • 20 g de raifort frais ou en purée
  • 40 g de crème fraîche
    Pour le chutney de légumes au curry
  • 200 g de betterave
  • 100 g de chou rouge
  • 200 g de potiron
  • 1 oignon rouge 
  • 2 gousses d'ail
  • 1 pomme golden
  • 20 cl d'eau
  • 10 cl de vinaigre de cidre
  • 100 g de sucre
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 1 c. à c. de curry noir
    Pour la purée
  • 250 g de pommes de terre
  • 250 g de topinambour
  • 2 c. à s. d'huile de noisette (+ un filet pour la présentation à l'assiette) 
  • 10 cl de lait de noisettes tiède
  • 10 noisettes concassées
  • Sel, poivre
    Pour la salade truffée
  • 50 g de jeunes pousses d'épinard
  • 1 échalote
  • Les zestes d'un citron
  • 3 c. à s. de vinaigrette à la truffe
    Pour les croque monsieur (2 rouleaux)
  • 2 tranches de pain de mie 
  • 2 tranches de tomme de brebis (50 g)
  • 2 échalotes
  • 10 g de beurre 
  • 1/2 c. à c. d'huile 
  • 1 à 2 tranches fines de truffe coupée(s) en lamelle
  • 1 c. à s. de crème fraîche
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 10 g de chapelure
  • 10 noix de cajou à la truffe
  • Huile de tournesol 
  • Sel, poivre

Préparation

    Pour la crème de raifort et pomme granny
  1. Coupez la pomme en dés très fins. Réduisez le raifort en purée si vous l'achetez frais et mélangez avec la crème, assaisonnez avec du sel.
    Pour le chutney de légumes au curry
  1. Épluchez et coupez en dés tous les légumes  Faites mariner tous les ingrédients dans un saladier pendant environ 2 heures.
  2. Versez dans une casserole à fond épais. Faites cuire à feu doux et à couvert jusqu’à obtention d’une consistance de marmelade soit 2 heures environ, en mettant de l'eau qund nécessaire pour que le mélange reste humide et n'attache pas. Quand il vous paraît suffisamment épais, mixez légèrement au mixeur plngeant pour homogénéiser l'ensemble, mais sans obtenir une purée trop lisse. Mettez en bocaux et réservez.
    Pour la purée
  1. Épluchez et couper les pommes de terre et le topinambour en dés.
  2. Mettez dans deux casseroles de l'eau froide et du gros sel et déposez-y les pommes de terre et les topinambours  Mettez à cuire, et prolongez pendant 20 à 25 minutes selon la taille des pommes de terre et des topinambours.
  3. Après cuisson, égouttez-les et mettez-les dans un saladier puis écrasez-les à la fourchette.
  4. Ajoutez l'huile, le sel, le poivre et mélangez.
  5. Incorporez doucement le lait de noisettes tiède. Remettez sur le feu et mélangez jusqu'à ce que la purée ait la bonne texture, soit quelques minutes.
  6. Concassez les noisettes.
  7. Au moment de servir, rajouter un filet d'huile de noisette et les noisettes en morceaux par dessus.
    Pour la salade truffée
  1. Émincez l'échalote. dans un saladier, mélangez l'échaote les pousses d'épinard, les zestes de citron et la sauce aux truffes. Disposez dans deux assiettes.
    Pour les croque monsieur (2 rouleaux)
  1. Enlevez les croûtes de votre pain de mie.
  2. Émincez les 2 échalotes  et faites les revenir 5 minutes environ à la poêle avec 5 g de beurre 1/2 c. à c. d'huile. Elles doivent être translucides mais ne pas brûler. 
  3. Avec un rouleau a pâtisserie, aplatissez les tranches de le pain de mie, posez-les sur du film transparent alimentaire. 
  4. Disposez sur chaque tranche de pain un peu de beurre puis déposez les tranches de fromage, la truffe coupée en fines lanières et enfin, les échalotes.
  5. Roulez en serrant bien dans le film pour former deux boudins et réserves au réfrigérateur 20 minutes minimum.
  6. Mélangez la moutarde et la crème fraîche dans un petit récipient. Mixez les noix de cajou avec la chapelure et déposez ce mélange dans une assiette creuse.
  7. A l'aide d'un pinceau, badigeonnez l'extérieur de chaque roulé d'une fine couche du mélange moutarde crème fraîche, y compris les extrémités, puis passez-les dans la chapelure.
  8. Faites  frire dans une huile chaude mais pas fumante. Retirez quand ceux ci sont dorés.
  9. Coupez les roulés en deux et disposez-les dans chaque assiette. Accompagnez de la purée de noisettes et d'une cuiller des deux condiments.

Dip patate douce et noix de cajou

Aujourd’hui, préparez-vous à vous régaler et à vous gaver de patate douce! Je vous propose un dip à la saveur légèrement sucrée et épicée, avec en bonus le petit côté addictif des noix de cajou. Je ne sais pas vous, mais moi je peux plus m’arrêter de manger des noix de cajou quand je commence, hé bien avec ce dip c’est un peu pareil!
 
Cette recette a l’avantage d’être ultra simple à faire, vous la réaliserez en cinq minutes ou moins, chronomètre en main. En gros, vous jetez tout (délicatement) dans un robot, vous mixez et vous n’avez plus qu’à prendre une bonne poignée de chips ou des rondelles de baguette pour commencer à grignoter. Rapide et facile à préparer, c’est comme ça que tout apéro devrait être, non? Si vous avez la possibilité de faire cette recette la veille, votre dip n’en sera que meilleur. Ce dip se conserve sans souci quelques jours au réfrigérateur. 
 
 
Au passage, cette recette est plutôt saine. Elle ne contient pas grand chose à part une purée de légumes délicieuse que vous aurez du mal à arrêter de manger. 
 
Ce dip crémeux, savoureux et bien parfumé grâce au curry est tellement délicieux que tout le monde m’a félicitée et a délaissé les autres choses que j’avais mis sur la table pour à l’apéro. Si vous avez du mal à manger vos 5 fruits et légumes par jour, ce n’est pas compliqué, trempez-les simplement dans ce dip, ils passeront tout seuls!
 
 
 
P.S. : Si comme moi vous aimez proposer plusieurs dips à l’apéro, regardez aussi celui-ci!

 Dip patate douce et noix de cajou

 
  • 265 g de patate douce 
  • 200 g de carotte 
  • 1 oignon
  • 40 g de purée de noix de cajou
  • 15 g de levure maltée
  • 5 cl d’huile de noix
  • 8 cl d’eau
  • 1 c. à c. de curry jaune
  • 1/2 botte de ciboulette
  • Sel
Épluchez la carotte et la patate douce. Coupez-les en dés.
Faites-les cuire à l’eau bouillante salée, 15 à 20 minutes jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Vous pouvez mettre le deux ensemble les temps de cuisson sot à peu près équivalents.
Quand les patates douces et les carottes sont cuites, égouttez-les. Mixez tous les ingrédients dans un mixeur. Laissez refroidir. Réservez au frais  jusqu’au service. 
 
 
Avec cette recette à la patate douce, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Les meilleures spécialités russes pour la coupe du monde

Photo insatiablemunch @Flickr
 
La coupe du monde en Russie approche à grand pas! Je ne suis toujours pas devenue amatrice de foot, mais à cette occasion, je vous propose un petit tour d’horizon rempli de recettes délicieuses! C’est un pays que j’ai eu la chance de visiter, et je suis tombée littéralement amoureuse de sa gastronomie, si bien que je ne résiste pas à l’occasion de vous en reparler. 
 
Seuls quelques plats de cuisine russe ont une renommée internationale, ce qui est vraiment dommage à mon goût. En tant qu’amatrice de plats réconfortants, la cuisine russe en regorge, merci les températures qui peuvent descendre jusqu’à -30 ° C pendant l’hiver à Moscou! Si comme moi vous aimez les plats simples et copieux, les pommes de terre, le pain et les champignons, vous allez vous régaler!  
 

Les blinis

Le blini est la version russe de la crêpe française et un aliment de base en Russie. Généralement faits avec du sarrasin pour les garnitures salées ou de la farine blanche pour les garnitures sucrées, ils ne ressemblent pas franchement à ce que nous appelons « blini » en France. En version salée, ils sont souvent accompagnés de saumon fumé, de champignons à la crème, de crème fraîche, ou de de confiture en version sucrée. Si vous avez gagné au loto, vous pouvez aussi y mettre du caviar. 
 

Les syrniki

Une autre délicieuse crêpe russe, à base de fromage frais ce qui en fait une version plus dense, consommée pour le petit déjeuner ou le dessert. Ils sont servis avec des confitures faites maison à partir de baies russes, bien que le lait concentré, le miel et la crème fraîche soient également servis comme accompagnement. 

Le bœuf Stroganoff 

Ce plat russe et copieux est servi sur les tables du monde entier. C’est un plat de bœuf dans une sauce au beurre, vin blanc, crème fraîche, champignons moutarde et oignons. Il n’y a pas plus plus savoureux et crémeux, j’en suis fan! Mangez-le avec du riz, des pommes de terre ou des nouilles. Ma version avec des pâtes est ici!
 
 

Le borscht

Cette célèbre soupe de betterave et de chou rouge est servie avec ou sans viande, pommes de terre, herbes comme l’aneth,  et une cuillerée de crème russe qui équilibre et adoucit le goût. Elle est servie froide et sa couleur est vraiment très jolie. Accompagnée d’un morceau de pain, ce plat est assez copieux pour servir de repas, bien qu’il soit généralement consommé en entrée.
 
 
 Photo liz west @Flickr

Le chou aigre-douce

Le chou est cuit dans du vinaigre de vin rouge, de la compote de pommes, du beurre et des oignons. On ajoute sur le dessus des pommes en dés, du sucre, des feuilles de laurier et des clous de girofle. La pomme et la compote de pommes équilibrent l’aigreur du vinaigre et complètent le croquant du chou. 
 

Les golubtsy

Il s’agit d’une sorte de chou farci au bœuf. Les Russes aiment ajouter de la crème sûre sur le dessus, ce qui fait ressortir les saveurs. 
 

La julienne de champignons Zhulien iz gribov

Avec un goût qui rappelle le  stroganoff, mais sans viande, ce plat aux champignons crémeux se retrouve sur presque tous les menus comme entrée chaude. Il est fait avec des champignons émincés, du fromage, de  la crème fraîche. 
 

Les knish

Ces beignets sont un peu un croisement de calzone et de samossas, farcis de purée de pommes de terre, de bœuf haché, d’oignons et de fromage et sont frits ou cuits au four. 
 

Les khinkali

Cela ressemble aux dumplings chinois, mais garnis de saveurs d’Europe de l’Est. Le secret de leur gourmandise est que la garniture est crue quand on la met dans les boulettes. De cette façon, lorsqu’elle cuit à l’intérieur du « ravioli », le jus parfumé de la cuisson reste à l’intérieur. 
 

Les khachapuri 

Mon coup de cœur en Russie! Il s’agit d’un pain fraîchement cuit au four rappelant la pizza en forme de bateau et rempli de fromage fondu. Une sorte de compromis indécent entre la fondue et  la pizza, puisque vous mangez petit à petit le bord du pain en le trempant dans le fromage.
 
Photo Stefan Krasowski @Flickr

Les klotski

Il s’agit de boulettes de pommes de terre cuites dans un bouillon de poulet. 
 

Les pelmeni 

Des boulettes de pâte minces, sans levain et farcies avec de la viande hachée, des oignons, des champignons et parfois du navet. Cela ressemble à une variante russe des dumplings chinois. 

Les kotlety

Encore une variété de boulettes russes, qui se distinguent des pelmeni par les herbes ajoutées à la garniture et par la finesse de la pâte. 

L’okroshka 

C’est une soupe froide faite de babeurre, de pommes de terre et d’oignons, garnie d’aneth. La qualité des pommes de terre et la fraîcheur du babeurre font tout le plat, qui est vraiment délicieux.

Les piroshki

On retrouve des garnitures et des herbes similaires aux boulettes, mais ici elles sont enrobées de pâte et cuites à la poêle ou au four, ce qui donne de petits chaussons. Les piroshki sont sympa servis à l’apéritif ou peuvent être grignotés sur le pouce à toute heure.
 
Photo leighklotz @Flickr

La salade russe ou salade olivier

Cette salade est célèbre bien qu’on ne la fasse pas tout à fait en France comme ils la font en Russie. Cependant, la version russe est plus fraîche et plus croustillante avec une légère touche de mayonnaise. Cela pourrait être dû à l’utilisation de concombres frais ou de cornichons russes croquants, bien que la base de pommes de terre coupées en dés, les pois, les œufs et la mayonnaise. À Moscou, cependant, on l’appelle la salade Olivier, du nom du chef Lucien Olivier qui a créé la recette «secrète» vers le milieu des années 1800. Ma version est consultable ici!
 
 

Les shashlik 

Ces viandes rôties et les brochettessont une forme de shish kebab, bien que la version russe soit servie avec des portions plus épaisses d’agneau, de bœuf, de poulet ou de saumon et servi avec un pain sans levain, des cornichons russes et une sauce tomate parfois épicée. 
 

La soupe Solyanka

Une soupe copieuse faite de gros morceaux de boeuf et / ou de porc, cuit pendant des heures à feu doux avec de l’ail, des tomates, des poivrons et des carottes.Ce plat était originaire de Géorgie mais peut maintenant être trouvé partout en Russie. C’est copieux et comme à la maison. 
 

Le zharkoye

C’est un ragoût de bœuf, pommes de terre, carottes, persil et céleri, légèrement épicé avec de l’ail, des clous de girofle et de l’aneth. Servi chaud avec de la crème sûre, c’est un aliment réconfortant et facile à cuisiner.

Le rassolnik 

C’est une soupe chaude salée à base de cornichons accompagnés d’orge, de pommes de terre et de viande, le tout dans un liquide à base de jus de concombres marinés.
 

Le sbiten 

Le sbiten est une boisson à base d’eau et de plantes, une des plus anciennes et des plus populaires dans la Russie médiévale, bien avant même le thé russe. Il existe des centaines de recettes pour le sbiten. Le sbiten vous réchauffe même en plein hiver.
 

La Sharlotka 

C’est un cake aux pommes très riches en pommes, et sans beurre, délicieux.
 
Photo Linda Hartley @Flickr
 

Le tula 

Ce pain d’épice à base de miel et rempli de confiture ou de lait condensé occupe une place assez importante dans la cuisine russe.
 
 
 

Le medovik

Ce gâteau au miel à l’aspect complexe consiste à alterner des couches (entre 5 et 15 couches) ultra fines de génoise au miel avec de la crème sucrée. 
Photo Edinburgh Blog @Flickr
 

Les chak-chak

Ce sont des petites boules ou bûches de pâte garnies de sirop de miel et frites. Ça en fait un dessert vraiment pas sain à l’instar des churros ou beignets, mais c’est un délice!
 
Si vous cherchez d’autres idées, regardez aussi mon article que manger en Russie,  dans mon placard russe et celui sur comment réaliser un menu russe.