Archives par mot-clé : champignons

Mes plats bluffants, faciles et rapides pour la rentrée

Avec la rentrée des classes, on a souvent besoin d’idées repas : on manque de temps, on court partout et pourtant, on a envie de repartir sur de bonnes bases, en mangeant des plats riches en vitamines et en céréales pour être pleins d’énergie! Pour vous régaler et vous réconforter avec le retour des jours moins chauds, voici ma sélection de recettes faciles à faire mais vraiment bluffantes au niveau du goût!

Tian à l’espagnole

Pizza nordique

Gratin de pommes de terre, chou-fleur et munster

gratin-chou-fleur-munster-3

Crumble de courgettes et brocoli et basilic et parmesan

crumble-courgette-brocoli-basilic-2

Grilled cheese au brebis, figues et raisin

grilled-cheese-brebis-figue-raisin-3

One pan drunken pasta

one-pot-drunken-pasta-2

Tarte feuilletée au maroilles et cumin

tarte-maroilles-cumin-2

Pizza tressée au chorizo

Bruschetta bœuf, champignons, bière et comté

bruschetta-boeuf-biere-3

Muffins façon Mac morning

mc-morning-3

 

Potimarron farci aux céréales et shiitake

La saison des courges démarre! Il y a tellement de façon de les préparer que je ne suis pas prête de m’arrêter! J’ai trouvé sur le blog Carmen cuisine une double recette aux potimarrons, puisqu’elle proposait de servir un potimarron farci ET une soupe de potimarron au bleu. Tout ceci m’a semblé bien alléchant et il fallait que je teste! Mais chez nous, la viande est limitée au maximum donc j’ai choisi de rendre sa recette de courge farcie végétarienne. Je me suis demandé comment donner du goût à une farce sans la viande, et j’ai été inspirée par mon amour des céréales, des choux de Bruxelles, et surtout mon obsession pour les shiitake.
 
J’ai obtenu une farce très réussie, agréable et parfumée, pour un repas sans viande rempli de saveurs automnales. Je tiens à préciser que c’est un repas sans viande mais pas un repas exclusivement pour les végétariens. Ceux qui mangent de la viande à tous les repas peuvent peut-être penser qu’un repas sans viande n’est pas complet. Mais ici, c’est un plat où l’absence de viande ne fait pas du tout sentir, du fait des saveurs riches des légumes. Je pense que vous pouvez le servir même si vous aimez la viande sans ressentir de frustration!
 
 
Cette recette saine et sans viande donc est rapide à préparer, mais il y a un peu de temps de cuisson à prévoir. Pour simplifier votre soirée et gagner du temps, faites cuire les céréales la veille et réhydratez les shiitake à l’avance. Les céréales cuites peuvent être conservées au réfrigérateur jusqu’à trois jours.
 
J’ai fait un potimarron entier pour deux, une moitié est tout à fait suffisante par personne avec une salade ou une soupe comme celle que Carmen propose, que j’ai testée aussi et adorée, je vous la partagerai bientôt. Au final cela donne un délicieux dîner de semaine, entièrement maison, basé sur des produits saisonniers… Bref, mon genre de repas préféré!
 

Cette recette pourrait aussi être parfaite pour un repas de famille, soit en plat principal servi seul, soit en mettant seulement une tranche par personne si vous avez un rôti en plus à côté.  Vous pouvez remplacer le mélange de céréales par de la semoule, du boulgour ou du quinoa, respectez juste le temps de cuisson propre à la céréale choisie!

P.S. : Si vous aimez le potimarron, essayez aussi ces cannelés au potimarron et comté!

 
  

Potimarron farci aux céréales et shiitake

 
Pour 2 personnes
 
  • 1 potimarron
  • 1 oignon
  • 35 g de mélange gourmand de céréales
  • 5 champignons shiitake déshydratés
  • 70 g de choux de Bruxelles
  • 4 c. à s. de crème fraîche
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1 pincée de muscade
  • 30 g de gruyère
  • Sel, poivre
 
Préchauffez le four à 190° C.
 
Faites cuire vos choux de Bruxelles à l’eau. Pour cela, faites-les blanchir 3 minutes à l’eau bouillante, rincez l’eau, puis remettez les à cuire 20 minutes dans de l’eau bouillante salée. Réservez.
 
Réhydratez vos shiitake dans 12.5 cl d’eau bouillante pendant 10 minutes.
Cuisez vos céréales gourmandes dans de l’eau pendant 4 minutes ( ou selon ce qui est indiqué sur votre paquet).
 
Laver et essuyer le potimarron sans l’éplucher. Coupez le chapeau. Retirez les graines du potimarron à l’aide d’une cuillère à soupe en évitant de percer la coque.
 
Si vous voulez réaliser la soupe avec le même potimarron, vous devez récupérer des morceaux de potimarron soit 150 g environ), réservez-les.
 
Faites chauffer dans une poêle 1 cuiller à soupe d’huile d’olive et faites-y revenir l’oignon émincé et les shiitake émincés . Saisissez 4 minutes à la poêle. Mélangez le tout avec la crème et les céréales gourmandes avec choux de Bruxelles déjà cuits émincés, le sel, le poivre et les épices.
 
Salez l’intérieur des potimarrons et remplissez-les avec la farce en laissant un peu d’espacement en haut pour que ça ne déborde pas en cuisant, et recouvrez avec les tranches de gruyère. Enveloppez les potimarrons de papier aluminium et placez-les dans un plat.  Enfournez pour 1 h 30 minute, moins si votre potimarron est petit.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.carmen-cuisine.com/2015/10/potimarron-farci-et-sa-creme-de-potimarron-au-bleu-de-bresse.htm
 
 

Croque-monsieur au morbier et champignons

Mon histoire d’amour avec les croque-monsieur remonte à loin. Nous sommes de vieux amis d’enfance, en quelques sortes. Je pense que tout comme moi, vous avez grandi en mangeant des croque-monsieur, non? Il peut m’arriver de ne pas y penser pendant une certaine période, mais à la seconde où je pense à un croque-monsieur, je sais qu’il va falloir que j’en réalise, vite. TRÈS vite.
 
Un bon croque-monsieur classique est difficile à battre. On ne va pas se mentir, c’est tout simple, mais quand c’est bien fait, il n’y a rien de meilleur! Mais classique ne doit pas signifier ennuyeux.
 
 
Avec le temps, j’ai abandonné le pain de mie typique des croques-monsieur party, mais aussi les toastinettes enveloppées de plastique. Hé oui, depuis que je suis une adulte, j’utilise du bon pain aux céréales bien copieux et du fromage qui a du goût!
 
Souvent, je reste fidèle à la recette classique, mais d’autres fois, je m’amuse à faire quelques entorses à la recette d’origine. Aujourd’hui, je penche du côté de l’entorse sévère! Je dirais même que cette recette au morbier, champignons et échalotes emmène le croque monsieur à un autre niveau!
 
 
Je pourrais vous raconter longtemps à quel point ce croque-monsieur était si merveilleusement succulent que j’ai eu du mal à ne pas l’engloutir directement dans la cuisine. Mais le plus parlant, ça serait que vous alliez de ce pas acheter du pain, du morbier, des champignons, pour vérifier par vous-même!
 
Si vous aimez un bon croque-monsieur à l’occasion et êtes comme moi fan de champignons, celui-ci est fait pour vous! J’espère que vous aurez l’occasion de l’essayer!
 
P.S. : Pour un look plus gastronomique, jetez aussi un œil à mon croque-monsieur revisité à la truffe!
 
 
 
Croque-monsieur au morbier et champignons

Quantité ou nb de personnes: Pour 2 croque-monsieur

Ingrédients

  • 30 g d'emmental râpé
  • 7 cl de lait
  • 4 grandes tranches de pain de campagne
  • 200 g de champignons
  • 200 g d'échalotes
  • 125 g de morbier
  • 2 gousses d'ail
  • 3 cl d'huile + 1 c. à s.
  • 2 c. à s. de moutarde
  • 1 c. à c. de sucre blond
  • 1 pincée muscade
  • 5 g de beurre
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Dans un bol, mettez le fromage râpé et le lait à tremper 1 heure à l'avance minimum.
  2. Émincez les échalotes, faites-les revenir dans 3 cl d'huile 15 à 20 minutes à feu très doux avec le sucre, le sel, le poivre. Mettez un peu d'eau si besoin pour que cela compote sans attacher.
  3. Coupez en gros dés  les champignons et faites-les revenir avec 1 cuiller à soupe d'huile 10 minutes. Salez et poivrez, ajoutez l'ail émincé et prolongez d'une minute.
  4. Coupez le morbier en tranche et tartiner le pain de beurre.
  5. Mettez dessus les champignons, le morbier, l’échalote. Refermez avec la seconde tranche de pain, tartinez l’extérieur de moutarde puis déposez le gruyère au lait par dessus, poivrez et saupoudrez un peu de muscade.
  6. Préchauffez votre four  à 200°C.
  7. Enfournez pour 10 minutes environ, en surveillant que cela ne brûle pas, puis complétez avec environ 3 minutes en position grill pour bien gratiner le dessus.

Champignons rôtis au vinaigre balsamique

Aujourd’hui, je vous propose une recette qui va devenir la meilleure amie de votre steak ou poulet dominical, tant elle est parfaite comme plat d’accompagnement!

Ces champignons à l’ail et au vinaigre balsamique cuits au four sont tout simplement parfaits. Cette assiette de champignons est exactement ce dont j’ai envie en cette période. Réconfortante, délicieuse, et tellement simple à faire!

 

Je l’ai déjà dit et je le répète, les champignons sont mon légume FAVORI, j’en suis une grande fan! Je ne sais pas d’où ça m’est venu, mais au fil des années, j’ai développé un amour pour eux alors qu’il y a une dizaine d’année, ils me laissaient dans l’indifférence la plus totale. Je les adore notamment en sauce pour les pâtes, en piroshki et en salade.

 

Quoi qu’il en soit, cette recette est l’un de mes plats préférés quand je veux faire quelque chose de rapide, facile et délicieux. Le vinaigre balsamique a un goût à la fois doux et acidulé qui ajoute une saveur incroyable à cette recette toute simple. J’apprécie le fait qu’elle va avec tout ou presque. Vous pouvez servir ces champignons avec des pâtes, sur du riz, sur une pizza ou avec du quinoa par exemple. Ils sont aussi parfaits pour accompagner des grillades ou le barbecue!

 

 

Champignons rôtis au vinaigre balsamique

Ingrédients

  • 1 kg de petits champignons de Paris
  • 4 c. à s. d'huile
  • 3 c. à s. de vinaigre balsamique
  • 3 gousses d'ail hachées
  • 1 échalote
  • 1 c. à s. de paprika
  • 1 c. à c. de sauge
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Mélangez les champignons avec l'huile, le vinaigre balsamique, l'échalote, le paprika, la sauge, l'ail, le sel et le poivre.
  2. Préchauffez le four à 200°C.
  3. Disposez en une seule couche sur une plaque allant au four et mettez à rôtir  jusqu'à ce que les champignons soient tendres environ 20 minutes, en remuant à la moitié du temps de cuisson.

Que manger en septembre?

Nous voici déjà en septembre! L’été est une saison qui file tellement vite! Heureusement souvent septembre nous réserve encore de beaux jours, mais aussi de beaux fruits et légumes!
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois à venir, pour vous inspirer si vous êtes en recherche d’idées pour manger de saison!
 
 

🥝 Côté fruits : 

 
Figue : Linzertorte aux figues
 
Framboise : Apple pie mûre framboise
 
Melon : Sablés melon pavot
 
Myrtille : Cheesecake aux myrtilles
 
Pêche : Pêches pochées au sirop d’orgeat
 
Poire : Panna cota et poires pochées
 
 
Pomme : Gâteau crousti moelleux aux pommes et au cidre
 
 
Prune : Galette d’été aux prunes
 
Raisin : Cookies raisin noisette

🍠 Côté légumes : 

 
Artichaut : Dip à l’artichaut
 
 
Aubergine  : Aubergines à la turque
 
 
Betterave : Houmous à la betterave
 
Brocoli : Crumble de courgettes, brocoli et basilic
 
Carotte : Risotto carottes vanille
 
Chou-fleur : Chou-fleur au four au curcuma
 
Concombre : Salade de concombre à la russe
 
Courgette : Chips de courgette
 
Poireau : Galettes poireaux lentilles
 
Tomate : Tatin de tomates cerise

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les premières courges
– Les champignons
– Profiter des dernières terrasses
 
 
 
Et vous, vous aimez manger quoi en septembre?

Tagliatelles au chorizo et poivrons façon bolognaise

Aujourd’hui, c’est pasta! Je me dis souvent que j’en fais assez peu, alors que c’est un de mes plats favoris. Cette version tomate, poivrons et chorizo façon bolognaise est née parce que j’avais un chorizo dans mon frigo. Hé oui, ça tient souvent à peu de choses! Vous savez ce que c’est, on a faim, on ne sait pas quoi cuisiner, on ouvre le frigo et on regarde dans les recoins… Et là, on retrouve un chorizo! Victoire, je sais quoi faire à manger ce soir! Le chorizo a une  grande durée de conservation, donc ça vaut le coup d’en avoir toujours un peu au réfrigérateur pour quand vous avez besoin d’un repas rapide et savoureux. Bien que ce soit une parfaite recette de « cuisine des restes », le résultat était tellement bon qu’il ne faut pas forcément attendre d’avoir un reste de chorizo pour en faire, elle mérite qu’on aille acheter du chorizo exprès!
 
 
J’adore la capacité du chorizo, même en quantités minimes, à aromatiser toute une sauce avec son goût épicé. Au fur et à mesure que le chorizo se réchauffe dans la casserole, il libère une espèce d’huile orange qui parfume tout le reste du plat. Une cuiller de vinaigre balsamique et deux branches de romarin finissent de donner de la saveur à ce plat. Au final, ce plat de pâtes réunit tous les critères d’une recette de « comfort food » réussie : il réchauffe, réconforte et il est super savoureux!
 
 
Ce plat est très facile à cuisiner, vous pouvez laisser mijoter la sauce dans la casserole et cuire les tagliatelles en parallèle pour gagner du temps. Cette recette est aussi très flexible, vous pouvez facilement la modifier. Si vous n’avez pas de poivrons, essayez les champignons, les courgettes, les aubergines ou même le maïs. Et si vous n’avez pas de chorizo, vous pouvez facilement le remplacer par du bacon, du jambon ou même des restes de poulet rôti cuit.
 
P.S. : Si vous aimez les pâtes essayez les one pot pasta tomates et basilic, trop bonnes et super faciles à faire. 
 
 
Spaghettis au chorizo et poivrons façon bolognaise

Quantité ou nb de personnes: 2

Ingrédients

  • 100 g de chorizo
  • 2 branches de romarin effeuillées
  • 10 tomates cerises
  • 2 gousses d'ail émincées
  • 1 oignon rouge émincé
  • 350 g de bœuf haché
  • 20 cl de vin rouge
  • 150 g de poivrons en conserve
  • 1 c. à . de vinaigre balsamique
  • 400 g de tomates pelées entières
  • 500 g de tagliatelles
  • 100 g de gruyère râpé
  • Huile d'olive extra vierge

Préparation

  1. Mixez ensemble le chorizo, le romarin, les tomates cerises, l'oignon et l'ail. Mettez une poêle à chauffer avec un peu d'huile d'olive puis faites revenir ce mélange environ 5 minutes, en remuant constamment
  2. Ajoutez le bœuf haché et émiettez-le bien à l’aide d'une cuiller en bois.
  3. Laissez dorer deux minutes environ puis ajoutez le vin rouge. 
  4. Laissez mijoter quelques minutes, le temps de mixer les poivrons et les tomates en conserve à l’aide d'un mixeur. Ajoutez-les dans la poêle. Mélangez bien. mettez un couvercle et laissez mijoter à petit feu pendant 40 minutes, en retirant le couvercle après 30 minutes. Si le mélange sèche trop, mettez un peu d'eau pour diluer.  A la fin des 40 minutes, rectifiez l'assainissement et ajoutez le vinaigre balsamique.
  5. Environ 10 minutes avant la fin de la cuisson, faites cuire les spaghetti suivant les instructions de votre paquet. Égouttez-les et gardez l'eau de cuisson. 
  6. Mettez les pâtes dans la poêle, la moitié du mélange de sauce, la moitié du gruyère, un filet d'huile d'olive et mélangez bien. Ajoutez quelques cuillers d'eau de cuisson jusqu'à obtenir une sauce bien épaisse et qui nappe bien les pâtes.
  7. Servez dans les assiettes, déposez par dessus le reste de sauce et un peu de gruyère en plus.
 

Spécialité de Pologne : zapiekanka

Aujourd’hui, je vous emmène en Pologne. J’ai eu la chance de visiter la Pologne et notamment Cracovie il y a quelques années avec mon homme, et comme lors de chaque voyage, nous avions cherché partout des petites spécialités à tester sur place.

Pourtant, il est retourné à Cracovie il y a quelques semaines pour un déplacement professionnel, et il est revenu en m’annonçant avec effroi que nous avions raté à l’époque une spécialité mythique, typique de Cracovie : les zapiekanka!

Mais comment était-ce possible? Il fallait vite réparer cet affront et cuisiner nous-mêmes cette recette pour que je puisse la goûter sans attendre une autre occasion d’aller en Pologne.

La zapiekanka est un sandwich qui se présente sous la forme d’une baguette tranchée, couverte de garnitures et passée au four, un peu comme une pizza sur une base de pain. Cette spécialité est l’un des mets préférés des polonais, elle fait partie de la street food polonaise. On la trouve dans des kiosques et c’est surtout la nuit qu’elle est consommée.

 

Mon homme a donc guidé l’élaboration de cette recette, sur la base de celle qu’il avait goûtée là-bas. Il existe en Pologne des restaurants ou snacks à zapiekanka qui ne font que cette spécialité. La zapiekanka de base est plutôt au fromage, champignons et couverte de ketchup, mais ensuite ils ont plein de variantes, comme pour les pizzas ou les hamburgers… On en trouve notamment au bacon, à la feta, au thon… Mon homme a choisi cette variante qui lui a semblé un peu plus typique et élaborée. Je dois dire que c’était absolument délicieux! Nous nous sommes régalés à la déguster au frais sur la terrasse accompagné d’une bonne bière. Le mélange des saveurs est parfait… C’est vraiment très très gourmand! J’en referai sans hésiter à d’autres parfums prochainement.

Ne prêtez pas trop attention aux quantités, c’est vraiment une recette à adapter à vos goûts et préférences. Vous pourriez aimer moins de confiture de cranberries et plus de champignons, ou l’inverse. Cela ne tient qu’à vous!

Vous pouvez utiliser une baguette un peu défraîchie pour cette recette, cela peut vous éviter de gaspiller. Mais du pain frais convient très bien aussi.  Le fromage fumé que j’utilise est un fromage polonais, mais vous aurez du mal à en trouver donc je vous recommande la scamorza italienne qui a un peu la même texture et surtout le même côté fumé.

 

Spécialité de Pologne : zapiekanka

Ingrédients

  • 2 demi baguettes
  • 100 g de champignons de Paris
  • 1 gousse d'ail
  • 100 g de fromage fumé type scamorza
  • 60 g de cheddar râpé
  • 1 oignon frais émincé avec ses tiges vertes
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 4 c. à s. de confiture de cranberries

Préparation

  1. Faites revenir la moitié de l'oignon émincé avec l'huile d'olive, l'ail écrasé et les champignons émincés grossièrement.
  2. Râpez le cheddar et mettez-le sur le fond des baguettes de façon à bien les recouvrir.
  3. Ajoutez par dessus les champignons, le fromage fumé coupé en rondelles, le reste de l'oignon émincé. Ajoutez un tour de poivre.
  4. Préchauffez le four à 180°C en mode grill 10 minutes environ, jusqu’à ce que le fromage soit fondu.
  5. Ajoutez par dessus la confiture et le vert d'oignon et servez tout de suite.

Sauce aux champignons

Je pense l’avoir déjà dit, mais je suis une grande fan de champignons. Pendant un certains temps, j’étais frustrée car mon homme n’aimait pas ça, et je devais donc me freiner d’en cuisiner à la maison mais.. Il a eu un déclic et il est désormais (presque) aussi fan que moi de champignons!! Je suis super heureuse et je me dépêche de rattraper le temps perdu! Aussi quand j’ai vu cette recette de sauce crémeuse sur le blog de Malika, Cuisine culinaire, je savais que je ne tarderais pas trop à la tester, et dès que j’en ai parlé à mon homme, il m’a répondu « On mange ça quand tu veux! »
 
 
Bref, cette recette a vite atterri dans nos assiettes, et je ne suis pas déçue. C’est un classique, un basique même, et Malika donne des idées pour adapter la recette : avec de l’oignon, de l’échalote, du lait ou de la crème… C’est très souple en fait! N’hésitez pas à jouer avec les assaisonnements, les herbes, mais je pense honnêtement que telle quelle, elle est déjà parfaite! Je vous partage précisément la version que j’ai faite, mais n’hésitez pas à aller chez elle voir les adaptations possibles! Si vous ne connaissez pas le blog de Malika, allez vite découvrir ses belles photos et ses recettes enchanteresses, vous serez conquis!
 
J’ai réalisé cette sauce pour la servir sur des pâtes, et ce fut un véritable succès. C’est une recette finalement assez rapide à faire, ce qui en fait un must pour les repas de semaine. Cette sauce sera aussi délicieuse avec du riz, des pommes de terre, du poulet, un steak, ou tout plat qui nécessite une sauce. 
 
 
Une bonne sauce est souvent l’élément qui fait passer un plat de « bon » à  « vraiment délicieux ». Cette sauce remplit tout à fait ce job, la combinaison de champignons d’échalote, de crème et d’ail apporte vraiment un arôme magnifique. Cette recette est si facile et si simple qu’elle deviendra rapidement un must dans votre maison aussi, je vous le garantis!
 
Comme recommandé par Malika, si vous n’utilisez pas votre sauce tout de suite, mettez-la dans un récipient  hermétique au réfrigérateur jusqu’au moment de l’utiliser. Elle se conservera jusqu’à deux jours. Il vous suffira alors de la réchauffer à la poêle ou au micro-ondes.
 
J’ai réalisé cette recette avec des champignons de Paris frais, mais vous pouvez mettre une ou plusieurs variétés de champignons à la fois aussi bien frais, qu’en boîte, surgelés ou même séchés.
P.S. : Si vous aimez autant que moi les champignons, essayez ces champignons crémeux au curry
 
Sauce aux champignons

Ingrédients

  • 500 g de champignons 
  • 1 c. à s. d'huile d'olive ou de beurre
  • 2 gousses d'ail pressées
  • 1 bonne c. à s. de maïzena
  • 1 échalote
  • 25 cl de bouillon de légumes
  • 12 cl de crème liquide de soja
  • 1 c. à s. de persil frais, haché
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Rincez rapidement ou essuyez vos champignons. Coupez-les en tranches minces.
  2. Epluchez et émincez finement l'échalote et les gousses d'ail.
  3. Hachez votre persil.
  4. Faites chauffer l'huile dans une poêle et faites-y sauter les champignons en remuant jusqu'à ce qu'ils perdent leur jus et qu'ils soient légèrement dorés, 5 minutes environ.
  5. Saupoudrez les champignons avec la maïzena, mélangez pour enrober les champignons.
  6. Ajoutez l'échalote. Laissez revenir quelques minutes en remuant de temps en temps, pendant 2 minutes environ. Salez légèrement et poivrez selon votre goût.
  7. Versez le bouillon et la crème liquide.
  8. Portez à ébullition. Baissez le feu et laissez cuire à feu moyen pendant quelques minutes pour avoir une sauce épaisse. Votre sauce doit napper le dos de la cuiller.
  9. Ajoutez le persil et mélangez. Votre sauce aux champignons est prête.
 
Source d’inspiration :

Voyage gourmand à Budapest : Que manger ?

Photo Frank Schmidt@Flickr
 
Cette année, j’ai eu la chance de retourner à Budapest pour la deuxième fois! C’est assez rare que j’aille deux fois au même endroit, mais la dernière fois, j’étais enceinte de 5 mois ce qui avait limité un peu certaines activités! Il y avait la fatigue, la difficulté à faire de trop longues marches, et le fait que j’étais restreinte sur de nombreuses catégories d’aliments et l’alcool bien sûr. La seconde fois, j’ai donc bien apprécié les spécialités locales, et j’en ai profité pour vous rédiger ce petit guide gourmand de Budapest! Très consistante, calorique et copieuse, la cuisine hongroise peut surtout être délicieuse. 
     
 

Le paprika

Le paprika est emblématique de la cuisine hongroise. Il est présent dans beaucoup de plats, ce qui explique que la cuisine hongroise puisse sembler relevée, mais il existe du paprika doux. Vous pourrez notamment essayer le poulet au paprika, ou paprikàscsirke, présent sur toutes les cartes des restaurants. Il est généralement servi avec des sortes de petits gnocchis, nommés galuskas ou tarhonyas.

Les soupes

Tout au long de l’année, le repas hongrois commence par une soupe. Elles sont donc courantes dans les repas hongrois, et permettent un repas à prix raisonnable, car  elles sont consistantes et servies avec du pain. Extrêmement variées, elles sont plus ou moins épaisses, plus ou moins garnies, et rappellent souvent des ragoûts plus que des soupes. La plus célèbre est le goulasch, qui contient de la viande, des poivrons, des oignons, des pommes de terre et du paprika. On le sert dans un petit chaudron ou dans un pain creusé, ce qui devient carrément copieux si vous mangez le bol en pain quand vous avez fini la soupe. Vous pourrez aussi goûter le bableves, aux haricots secs, le magyaros gombaleves, aux champignons, ou le halászlé, au poisson.

Les crêpes farcies

 
Les crêpes farcies, ou Hortobágyi palacsinta sont des crêpes farcies avec de la viande, des oignons, de la sauce et des champignons. Officiellement ce sont des entrées, mais assez copieuses. Si vous avez un petit appétit, elles vous suffiront en plat.

Les poissons

 
On trouve peu de poissons d’eau de mer sur les cartes des restaurants, mais on peut apprécier les poissons d’eau douce en provenance du Danube comme la carpe, le sandre ou le poisson chat. Les poissons sont en général servis frits ou panés, plus rarement grillés, et sont accompagnés de sauce tartare et de pommes de terres. Parmi les spécialités à base de poisson, il y a le halászlé, une sorte de bouillabaisse au paprika, et le racponty, plat de fêtes par excellence, composé de pommes de terre, carpe marinée, paprika, oignons et tomates, cuits au four avec de la crème fraîche et du bacon fumé.
 
Photo Roger Hsu@Flickr
 

La viande

 
Que ce soit à la ville ou à la campagne, la viande est principalement servie en sauce ou en ragoût. Vous pourrez tester le ragoût hongrois au paprika, oignons et crème fraîche, nommé pörkölt. Il peut être réalisé à base de différentes viandes, notamment du veau, et est souvent accompagné de pâtes qui rappellent les spätzle. Vous aurez du mal à faire l’impasse sur l’incontournable escalope viennoise, que l’on trouve dans tous les pays de l’est et en Hongrie également. Vous pouvez aussi tester le paprikàscsirke, poulet au paprika dont j’ai parlé plus haut.
 
Photo snapboot@Flickr
 

De la charcuterie

 
Vous ne le saviez peut-être pas, mais le foie gras est une spécialité que la France partage avec la Hongrie! On le trouve dans les grands restaurants, parfois servi frit. Il est plutôt réalisé à partir de foie d’oie. Si vous aimez la charcuterie, vous trouverez aussi à la carte des bars à vins la hidegtál, une planche de charcuterie. Il existe aussi du saucisson au paprika.
 
Photo eossnap@Flickr
 

Les légumes

On trouve assez peu de spécialités aux légumes frais malheureusement. Les légumes consistent généralement en du chou et du concombre, servis marinés dans une préparation fermentée à base de vinaigre sucré.
 
Photo Didriks @Flickr
 

Pour les végétariens

 
Les végétariens auront du mal à manger très typique, car par définition les plats typiques sont à la viande ou au poisson. Les soupes peuvent sembler une bonne option, comme le bableves, aux haricots secs ou le magyaros gombaleves ou le gombapaprikás aux champignons, mais la base risque d’être du bouillon de volaille ou de bœuf. Le főzelék, une sorte de soupe épaisse, est traditionnellement servie avec du lard, mais celui-ci peut être enlevé puisqu’il est généralement ajouté au moment du service. Vous pouvez chercher le rantott sajt, du fromage frit, ou le lángos, des sortes de beignets sans viande, mais notez que la friture est souvent faite dans une sorte de saindoux d’origine animale. Si vous en trouvez, les túrógombóc, des dumplings au cottage cheese, le tarhonya, sorte de couscous, le padlizsánkrém, sorte de salade d’aubergine écrasée, ou le Körözött, un dip de fromage, paprika et oignon sont de bonnes solutions. Les túrós tészta or mákos tészta sont des pâtes au pavot et au cottage cheese. Enfin, vous trouverez facilement des spätzle, des sortes de pâtes. Avec un peu de chance, la garniture sera végétarienne ou pourra être adaptée. 
 
Dans un genre plus moderne, le quartier juif regorge de spécialités de type falafel, houmous, labneh, servis en repas à table ou sur le pouce, et constituent une bonne alternative pour les végétariens. De même les food trucs, à défaut d’être typiques, ont souvent au moins une partie de leur carte végétarienne.
 
Photo julie corsi @Flickr

Les desserts

Il y a énormément de choix de ce côté là, mais ne vous attendez à rien de léger. Marquées par la période d’occupation autrichienne, les pâtisseries sont garnies de crème, mousse, avec des étages empilés et de bons gros glaçages. Si cela ne vous tente pas, essayez les túróspalacsinta, des crêpes au fromage blanc et aux raisins, les gundel palacsinta, des crêpes fourrées aux noisettes, écorces d’orange confites, et chocolat, ou enfin le rétes, sorte de version hongroise du strudel servi chaud.
 
Photo clubvino@Flickr
 

Les boissons

La bière est très consommée en Hongrie, notamment dans des bars à bière. On trouve aussi du vin hongrois, à déguster dans les borozó, caves à vins. Le plus connu est  le fameux Tokaj, un vin blanc qui peut rappeler notre Sauternes. Essayez également le Eger, ou le Villány. Côté digestifs, les hongrois ont une eau de vie d’abricot, le barackpálinka, et consomment aussi de l’unicum, une boisson amère traditionnelle, qui pourra rappeler le jagermeister.

 

Nouilles ramen épicées au miso rouge

Si vous êtes amateur de ramen, vous devrez essayer cette recette rapide et délicieuse de ramen au miso! Accompagné de shiitake et d’échalote verte, ce bol de nouilles va satisfaire votre appétit.
 
Cette recette est une soupe de nouilles japonaise avec un bouillon assaisonné au miso. La recette du bouillon miso pour ce plat est à base de piment, d’échalote, d’ail, de gingembre et de sucre, tandis que les nouilles sont des nouilles chinoises de style ramen qui cuisent rapidement et ont un super goût.
 
J’ai pu tester ces nouilles ramen à la farine de blé grâce à Mr. Min. Elles ont une super texture et vont très vote à préparer.  J’ai décoré l’ensemble d’une cuiller de leur sauce BBQ coréenne, réalisée selon une recette traditionnelle coréenne, qui est vraiment délicieuse.
 
 
Les nouilles ramen sont extrêmement polyvalentes et il existe plein de recettes différentes au Japon. Il y a notamment des plats différents selon la ville que vous visitez. A Tokyo, le shoyu ramen, à la sauce soja a beaucoup de succès, et à Hokkaido c’est le miso ramen qui est populaire. C’est ce dernier que nous allons réaliser aujourd’hui, mais je ne me suis pas franchement basée sur une recette traditionnelle. J’ai simplement utilisé du miso, et d’autres ingrédients asiatiques pour composer une recette rapide à faire. Ne m’en veuillez donc pas si elle n’est pas 100% authentique, ça ne l’empêche pas d’être délicieuse!
 
 
Cette recette est très facile à réaliser et la garniture suggérée est modifiable selon vos goûts. Vous pouvez par exemple ajouter des œufs au soja, comme dans cette recette. D’autres garnitures comme des pousses de soja, des tranches d’avocat ou du brocoli sont également top. Certaines personnes aiment empiler plein ingrédients tandis que d’autres comme moi, préféreront quelque chose de pas trop chargé.
C’est à vous de voir!
 
 
Nouilles ramen épicées au miso rouge

Quantité ou nb de personnes: 2

Ingrédients

    Pour la pâte au miso
  • 40 g de miso rouge
  • 1 c. à c. de pâte de piment
  • 1 petite échalote fraiche 
  • 2 gousses d'ail écrasées
  • 5 g de gingembre
  • 2 c. à c. de sucre roux
  • 2 c. à s. d'eau
  • 2 c. à s. d'huile de sésame
    Pour la garniture
  • 100 g de nouiles ramen
  • Le vert de l'échalote frâiche
  • 2 c. à s. d'échalotes frites
  • 15 g de shiitake
  • 12 cl d'eau bouillante
  • 1 c. à c. de sept épices japonais (shichimi togarashi)
  • 75 g de blanc de poulet cuit ou émincé végétal
  • 2 c. à c. de sauce bbq coréenne
  • 1 c. à s. d'huile de sésame

Préparation

  1. Épluchez le gingembre et râpez-le. 
  2. Émincez le blanc de l'échalote fraîche et coupez finement le vert.
  3. Mettez les champignons shiitake à réhydrater dans 12 cl d'eau bouillante.
  4. Mélangez tous les ingrédients de la pâte au miso dans un bol. Transférez le mélange dans une casserole et mettez sur feu moyen. Portez à feu doux et continuez à cuire en remuant pendant 5 minutes. Laissez refroidir complètement et conservez au réfrigérateur jusqu'à utilisation. 
  5. Égouttez-les champignons en conservant l'eau de trempage et coupez -les en tranches.
  6. Faites revenir les champignons shiitake et le poulet ou émincé végétal dans l'huile de sésame pendant 1 minute. Ajoutez la pâte de miso, prolongez  la cuisson 1 minute, puis ajoutez l'eau des champignons que vous aurez complétée pour arriver à 40 cl, le shichimi togarashi, puis les nouilles, et laissez bouillir 2 minutes.
  7. Servez dans 2 bols, déposez par dessus les échalotes frites, le vert d'échalote, et la sauce bbq.