Archives par mot-clé : thé

Mes inspirations d’avril

Photo Nana B Agyei @Flickr

Dans cette rubrique, je vous parle chaque mois de mes envies et idées culinaires du moment, des tendances qui m’ont tapé dans l’œil et des plats que je compte tester prochainement… Voici donc ce qui me motive plus particulièrement en ce moment!

Les légumineuses

 
J’adore les légumineuses comme les lentilles, les haricots blancs, les haricots rouges, les pois cassés… Mais j’ai tendance à les oublier au quotidien! En ce moment j’ai décidé de les redécouvrir et je me régale entre les chilis, les baked beans, les dahls et autres spécialités nourrissantes et parfumées!
 

La cuisine du Moyen-Orient

 
Je suis fan de cuisine du monde et plus c’est dépaysant plus je me fais plaisir! Je redécouvre depuis quelques mois la cuisine du Moyen Orient, au travers notamment la cuisine du chef Ottolenghi, dont j’adore les recettes! Avec les beaux jours qui reviennent, je sens que je vais encore m’en donner à coeur joie!
 
 

L’index glycémique

J’ai lu plusieurs ouvrages sur l’index glycémique et l’alimentation qui en découle, qui consiste notamment à manger moins de produits industriels et raffinés et plus de produits bruts, complets, naturels et j’aimerais réussir à intégrer certains de ces principes dans mon alimentation quotidienne pour continuer à entretenir ma santé. 
 
 

Les champignons

J’adore les champignons et ces derniers temps je crois que j’en mange presque quotidiennement! Que ce soit en poêlée, en soupe, tranchés pour tremper dans un dip à l’apéro, je ne m’en lasse pas!
 

Coté beauté

J’ai réalisé un mélange à utiliser dans les lampes Berger pour parfumer mon intérieur, le résultat est sympa et je vous le partagerai prochainement. J’ai aussi réalisé un élixir à la rose pour la peau, si avec ca je ne rajeunis pas immédiatement, je ne comprends pas! Enfin, je m’amuse à réaliser des savons que je compte offrir à ma famille à Pâques ( même si cette année encore, nos ne ne le fêterons pas ensemble à la vraie date, à cause des restrictions sanitaires).
 
Et vous, qu’est-ce qui vous motive, vous obsède ou vous amuse en ce moment ? 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Purée d’amandes maison

J’adore la purée d’amandes, et j’en ai toujours dans mes placards. Par facilité, j’ai tendance à l’acheter toute faite, mais au final, comme toutes les purées d’oléagineux, c’est très facile à réaliser maison. Il suffit d’avoir des amandes à mixer et c’est parti!
 
 
 
En réalisant vos purées d’oléagineux maison, vous ferez sans doute de belles économies, car les amandes en vrac ne sont pas très couteuses, alors que la purée d’amandes vaut assez cher.
 
 
La torréfaction n’est pas indispensable, mais elle va renforcer le goût des amandes et ajouter une petite note grillée à l’ensemble, c’est encore meilleur!
 
 
L’huile n’est pas indispensable en théorie, puisqu’en mixant, on extrait l’huile qui est déjà contenue à l’intérieur des amandes. Simplement cela facilite le démarrage du mixage et aidera à obtenir une purée bien lisse, sachant que nos robots (ou en tout cas le mien!) sont un peu moins puissants que ceux utilisés par les industriels.
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Sirop de thé chai

Connaissez-vous le thé chai? C’est un thé noir épicé, qui contient généralement du gingembre, de la cannelle, de la cardamome, plusieurs autres épices et du sucre. Personnellement, j’en suis fan et chaque année dès qu’arrive l’automne, je m’en régale avec du lait végétal et du sucre. Je ne bois pas mon thé très sucré habituellement, mais le chai latte, je l’aime comme ça!
 
 
 
Il y a quelques mois, entre deux confinements, je suis allée boire un verre dans un bar à jeux très sympa de la métropole lilloise, qui propose entre autres de très bons cocktails. J’ai pris un cocktail délicieux et en étudiant la carte, j’ai découvert que celui-ci contenait du sirop de chai… Cela a fait “tilt” tout de suite, le bon goût d’épices du cocktail venait de là! Je me suis alors promis d’essayer de refaire ce sirop à la maison dès que possible. Après tout, si j’avais du sucre, de l’eau et du thé chai, ça ne devait pas être bien compliqué de refaire ça maison, si?
 
 
A l’arrivée de l’hiver, j’ai refait mon stock de thé chai et cette idée m’est revenue en tête. Aussitôt, je me suis mise au fourneaux et en moins de 5 minutes, ce sirop de chai était né. C’est vraiment une recette ultra facile, et qui ne coûte rien si comme moi vous avez déjà le thé chai dans vos placards.
 
Le sirop obtenu est délicieux. Sa saveur dépendra un peu de votre marque de thé. Chaque marque a son propre mélange, certains étant plus portés sur la cannelle, la muscade, ou la cardamome. Le mien a une petite saveur médicinale que j’aime beaucoup. A vous de choisir celui que vous aimez! On en trouve du très bon notamment dans la marque Yogi Tea ou Pukka. On en trouve même chez Ikéa pour la période des fêtes!
 
 
Une fois ce sirop obtenu, vous pouvez vous en servir par exemple pour parfumer un thé, un café ou un chocolat chaud. Vous pouvez bien sûr l’utiliser dans un cocktail, c’est comme ça que je l’ai découvert et c’est ce que je compte en faire très vite! Il pourrait aussi parfumer une préparation comme un tiramisu, ou servir à napper un gâteau… Bref, il peut s’adapter à de multiples utilisations!
 
La recette ci-dessous vous donnera une petite quantité de sirop, environ 20 cl. Multipliez-la si vous en voulez plus. De mon côté, je fais tellement d’expériences culinaires que je préfère avoir de petites quantités pour éviter qu’il m’en reste pendant des mois dans le frigo!
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 3

Riz à la réunionnaise

Pour son anniversaire, ma fille souhaitait un gâteau sur le thème des pirates. J’ai donc voulu préparer pour les adultes un repas à l’inspiration des îles pour garder une cohérence dans l’ensemble du menu.
 
 
 
J’avais notamment proposé un rougail saucisse et un plat de lentilles, et en accompagnement, j’ai préparé du riz.
Pour changer un peu et respecter ma thématique, j’ai tenté de le cuire à la réunionnaise. Ce n’est pas une recette à proprement parler que je vais vous donner aujourd’hui, mais une méthode cuisson, assez simple et différente de notre façon de faire en métropole.
 
 
La différence de cuisson avec la méthode  métropolitaine est qu’au lieu de faire bouillir de l’eau salée, puis de plonger le riz dedans,  de le laisser cuire et de l’égoutter, on lave le riz à l’eau froide (selon la variété utilisée), puis on le met à cuire à couvert dans une casserole avec une quantité d’eau bien définie. Le riz cuit alors sur feu doux jusqu’à évaporation totale de l’eau. On peut adapter la méthode à l’autocuiseur et dans ce cas, on n’a pas à se soucier du temps de cuisson, c’est encore plus simple.
 
 
Laver le riz permet de le débarrasser d’une partie de l’amidon. Celui-ci s’en va habituellement dans l’eau de cuisson, mais ici comme la cuisson se fait par l’évaporation de l’eau du riz, c’est le seul moyen d’en enlever une partie. Attention, l’étape de trempage ne concerne que le riz basmati qui peut tremper jusqu’à 30 minutes. Ne mettez jamais le riz thaï à tremper avant cuisson, il cuirait très mal par la suite. 
 
Le résultat est très bon, bien moelleux et parfumé, tout le monde a apprécié ! 
 
 
Source d’inspiration :

Share and Enjoy !

0Shares
0 3

Machine à soda : écolo ou pas ?

Vous l’avez sans doute remarqué au travers de certains de mes précédents posts, depuis quelques années, j’ai essayé d’adopter une démarche de plus en plus écologique. Dans ce contexte, j’ai notamment essayé de réduire ma consommation d’emballages plastiques ménagers : barquettes, flacons, canettes et bien sûr les bouteilles en plastique qui représentent la plus grande part de nos déchets quotidiens, bien qu’étant les plus faciles à éliminer de notre routine.

Si je ne suis pas nécessairement une grande consommatrice de sodas ou d’eau gazeuse, j’ai eu la chance de me faire offrir une machine à soda dernièrement, et aujourd’hui je vais vous parler de mon expérience personnelle par rapport à cet appareil. Est-ce vraiment un accessoire écolo ou pas ? Est-ce que je vous la recommande ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le sujet.

Réalisez votre eau gazeuse vous-même

J’utilise ma machine à soda majoritairement afin de réaliser de l’eau gazeuse. J’ai l’habitude d’en faire pour accompagner le repas à chaque fois que je reçois des invités. J’en réalise aussi pour agrémenter des cocktails, ou simplement au retour des beaux jours, pour apprécier une eau gazeuse bien fraîche avec une rondelle de citron en terrasse…

Cela m’évite notamment de devoir stocker des packs d’eau gazeuse en prévision de ces petites envies du quotidien, mais surtout de réduire ma part de déchets de façon considérable. Si vous buvez souvent de l’eau gazeuse, vous avez sans doute remarqué que certaines marques ont des bulles plus ou moins fines, et j’imagine que vous avez votre préférence. Il est également possible de choisir la grosseur de ses bulles avec une machine à soda. Pour en savoir plus à ce sujet, visitez eau-petillante.fr, le guide ultime pour tout savoir sur les machines Sodastream.

Réalisez vos sodas et limonades maison

Je ne suis pas une buveuse de sodas au quotidien, par contre j’aime réaliser des cocktails quand je reçois, et dans ce cas, ma machine à gazéifier me permet d’avoir à disposition toute une série de sodas de base et rend possible une multitude de cocktails, comme le gin-tonic ou le mojito par exemple. Cela me permet au passage d’en réaliser de plus petites quantités, les sodas vendus dans le commerce étant souvent conditionnés en bouteilles d’1.5 litre alors que les bouteilles des machines à gazéifier sont plus petites. L’avantage est que cela occasionne moins de gaspillage.

Je me sers également ma machine à soda lorsque je reçois des amis qui ont des enfants. Je propose aux enfants de choisir leur parfum, puis de réaliser leur propre soda pour satisfaire les goûts de chacun. L’été, je fais aussi des limonades maison, bien moins sucrées que celles du commerce, avec de l’eau gazeuse, des rondelles de citron, de la menthe et un peu de sirop d’agave, un pur délice.

Est-ce plus écologique ?

L’acquisition d’une machine à soda est effectivement plus écologique que d’acheter des bouteilles en plastique quotidiennement lorsque vous faites vos courses. La consommation d’eau en bouteille n’est pas neutre pour l’environnement, entre la fabrication de la bouteille, le transport, le recyclage… Une cartouche de CO2 (utilisée dans les machines à soda) permet de réaliser 60 litres de boissons gazeuses et évite donc la production de 40 bouteilles d’1,5 litres ou 200 canettes métalliques. Certes, les canettes en métal sont recyclables, cependant cela ne signifie pas qu’elles le sont systématiquement, malheureusement. Et éviter la production d’un emballage et son recyclage sera toujours plus écologique, car l’énergie nécessaire à cette production aura été économisée.

Est-ce que c’est plus économique ?

La réponse est encore oui. Et pour cause, les machines à soda permettent de réaliser des boissons à base d’eau du robinet. L’autre avantage est qu’elle contient bien souvent autant de calcium et de minéraux que l’eau en bouteille. Le goût dépend bien sûr des régions, mais elle ne présente aucun danger à être consommée : c’est même l’une des eaux les plus contrôlées. Chez moi à Lille, je préfère la filtrer avant de la gazéifier, ce qui a pour effet de neutraliser son goût.

On peut le faire à l’aide d’un frigo filtrant, d’une carafe filtrante ou d’un morceau de charbon déposé dans une carafe standard. Sachant qu’une machine à soda est très accessible en termes de prix, si vous avez l’habitude d’acheter beaucoup de boissons en bouteille, vous pourrez rentabiliser votre machine à soda en quelques mois seulement. Si vous en consommez peu, vous arriverez quand même à la rentabiliser. C’est en effet une machine qui ne consomme pas d’électricité et ne contient pas de circuit électronique, donc durable dans le temps. La mienne a au moins 6 ou 7 ans et elle est en très bon état.

Est-ce plus sain ?

D’un point de vue diététique, les sodas réalisés maison sont généralement moins caloriques que les sodas traditionnels. Il est en effet possible de doser la quantité de sucre de vos sodas selon vos envies en y ajoutant des arômes notamment. Certains arômes sont d’ailleurs disponibles sans sucre. Vos sodas seront donc toujours moins sucrés que ceux vendus dans le commerce.

Est-ce plus pratique ?

Je trouve cela vraiment pratique, puisque cela m’évite de porter de lourds packs d’eau lorsque je fais mes courses, de les stocker en rentrant, etc. Il y a aussi la garantie d’avoir un grand choix de boissons à disposition pour les soirées improvisées, moi qui n’aime pas être prise au dépourvu, cela me plaît beaucoup.

Comment fonctionne une machine à soda ?

Le fonctionnement est très simple, même les enfants peuvent se préparer leurs propres boissons. Il suffit de remplir la bouteille d’eau fraîche du robinet, filtrée ou non. Vous l’emboîtez ensuite dans l’appareil puis vous pressez le bouton de gazéification selon la densité de bulles que vous souhaitez (légères, moyennes ou grandes), votre boisson est alors prête. Vous pouvez ensuite y ajouter du sirop ou du soda concentré si vous le souhaitez. Les machines à soda présentent ainsi de nombreux avantages, notamment d’un point de vue pratique, écologique et économique. Vous pouvez lire aussi : tartinade au fromage “façon pub”.

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Irish mimosa

A la Saint Patrick, c’est bien connu, on boit de la bière, c’est même la raison principale pour laquelle j’apprécie cette fête, n’étant pas irlandaise d’origine. En réalité, cela n’a rien d’exceptionnel pour moi, car vivant dans le nord de la France, la bière est pratiquement ma boisson de base… Après l’eau, je vous rassure quand même!
 
 
Pour la Saint Patrick, j’ai donc voulu changer un peu et vous proposer de réaliser un cocktail en hommage à cette fête. Il s’agit d’un cocktail tout vert et parfumé au whisky irlandais, adapté à partir d’une base de mimosa.
 
Le résultat est très sympa et hyper joli, je trouve qu’on est parfaitement dans la thématique! Si vous voulez comme moi vous la jouer Bree Van de Kamp et proposer un menu complet à thème, vous pouvez enchaîner sur un pain à la bière, un potpie au poulet et à la bière et un brownie double chocolat bière.
 
Joyeuse Saint Patrick à vous, que la fêtiez chez vous, dans un bar ou que vous n’y accordiez aucune importance!
 
 
 
 
Source d’inspiration :

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Mes inspirations de mars

Photo Becky Matsubara @Flickr

Dans cette rubrique, je vous parle chaque mois de mes envies et idées culinaires du moment, des tendances qui m’ont tapé dans l’œil et des plats que je compte tester prochainement… Voici donc ce qui m’a inspirée dernièrement!

Les nouilles asiatiques

 
J’adore les nouilles asiatiques, et je suis toujours en recherche de nouvelles idées pour les préparer. J’ai la chance d’avoir un super magasin asiatique à Lille où j’ai fait un gros stock de nouilles pour pouvoir décliner plein de recettes. De quoi me régaler ! 
 

Les apéros dinatoires

 
J’ai tendance à manger des apéros dînatoires quasiment tous les soirs. J’adore grignoter des bouchées apéritives, des crudités, des recettes en petites portions que je complète d’une soupe si j’ai encore faim. J’ai plein de recettes apéro à tester, la thématique est presque inépuisable ! 
 
 

La poudre de moringa

J’ai acheté ce produit il y a quelques temps et je n’en ai rien fait même si cela me semblait sympa au premier abord. Je vais donc me pencher sur la question et trouver des idées recettes dont je vous parlerai prochainement ! 
 
 


Photo Courtney Boyd Myers @Flickr

Les patates douces 

J’adore ce légume et je ne me lasse pas de le décliner en version sucrée ou salée. Au programme du moment, des soupes et des salades à la patate douce, et peut-être aussi quelques desserts sympa ! 
 


Photo Mike Mozart @Flickr

Coté beauté

Je m’amuse à réaliser des synergies d’huiles essentielles, c’est à dire des mélanges que je peux utiliser en diffusion avec des propriétés particulières comme la relaxation. J’ai aussi réalisé un baume exfoliant au beurre de karité très sympa à utiliser dans le bain. Enfin, je vais me pencher sur les masques coréens, vous savez ces masques en tissus qui permettent d’appliquer un soin sur la peau de façon homogène ? 
 
Et vous, qu’est-ce qui vous motive, vous obsède ou vous amuse en ce moment ? 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Thé : mettez-vous au bio !

Aimez-vous le thé ? Moi j’en suis fan depuis longtemps, et j’en consomme vraiment beaucoup. Pour tout vous dire, il m’arrive d’en prendre au petit-déjeuner, au goûter, le soir… Ou à n’importe quel moment de la journée. C’est devenu pour moi un compagnon de tous les instants, qui m’aide à prendre une petite pause détente et à me relaxer, à savourer l’instant présent… Parmi mes thés favoris : le thé chai, le thé Earl grey, le thé russe à la bergamote, le thé matcha du Japon, le thé aux agrumes, le thé au lait… C’est bien simple, je les aime tous, ou presque ! Depuis plusieurs années, je me suis mise à consommer principalement du thé bio, et aujourd’hui, je vous explique les raisons de ce choix. Pourquoi opter pour les labels bio ?

Pourquoi opter pour le thé bio ?

A notre époque, en tant que consommateurs “conscients”, nous sommes nombreux à rechercher le label « bio » lors de nos achats. Bien que les produits biologiques présentent un certain nombre d’avantages, l’étendue de ces avantages n’est pas toujours évidente pour nous.
 
En ce qui concerne le thé biologique par rapport au thé conventionnel, vous pourriez vous demander : quelle est véritablement la différence ? Qu’est-ce qui fait du thé biologique un choix plus judicieux que le thé conventionnel et pourquoi est-ce important ? Aujourd’hui, je vous partage donc mes raisons de choisir d’acheter et de boire de préférence du thé bio.
 
Globalement, la vraie différence entre le thé classique et le thé bio concerne principalement la façon dont les feuilles, épices et/ou herbes qui le composent sont cultivées, collectées, et traitées tout au long du circuit entre leur lieu de récolte et le consommateur final, c’est à dire nous. La fabrication du thé bio repose sur des processus écologiques, le respect de la biodiversité et des cycles adaptés aux conditions locales, plutôt que sur l’utilisation d’intrants ayant des effets néfastes. L’agriculture biologique du thé allie tradition, innovation et science pour profiter à l’environnement et promouvoir des relations équitables et une bonne qualité de vie pour tous.
 
Le thé bio est un thé qui n’a pas été mis en contact avec des produits chimiques ou des pesticides durant l’intégralité de sa vie. On le reconnaît généralement à un logo bio présent sur l’emballage,
AB plus précisément, lorsque le label est établi en France, comme le thé bio proposé par thes-traditions.com qui propose une sélection bio de thés aux fruits, aux fleurs ou encore aux épices.
 
Le thé non bio, ou thé conventionnel contient fréquemment des fertilisants chimiques, des pesticides, des fongicides, des herbicides. C’est tout ce que l’on évite de consommer en optant pour le thé bio. Ces produits chimiques ont des effets nocifs non négligeables sur l’environnement, les agriculteurs et les consommateurs qui peuvent en ingérer des résidus. Les méthodes conventionnelles de culture du thé permettent de maximiser la production à court terme, mais il y a un coût environnemental et humain significatif. Découvrez ci-dessous pourquoi boire du thé bio est important.
 
 
 

Consommer moins de pesticides en buvant du thé bio

Contrairement aux fruits et légumes que l’on rince ou épluche, les feuilles de thé ne sont jamais rincées avant d’être infusées. C’est pourquoi il est très important de choisir un thé bio issu de l’Agriculture Biologique afin de ne pas retrouver un grand nombre de pesticides et de produits chimiques dans sa tasse.

Bio : respecter le travail des cultivateurs de thé

Avec le thé bio, les cultivateurs de thé dans les pays producteurs n’ont pas à manipuler de produits chimiques et toxiques. Ils préservent donc leur santé. Également, de nombreux producteurs bio adhèrent à des coopératives qui visent à créer de l’autonomie pour les agriculteurs. Choisir de consommer du thé biologique cultivé par de petits agriculteurs revient ainsi à soutenir tout un système de production alternatif. Le thé conventionnel, cultivé avec la production de masse à l’esprit, repose sur le modèle de plantation massif, ce qui est non seulement mauvais pour l’environnement, mais aussi mauvais pour les agriculteurs. Ce système d’exploitation soumet les agriculteurs à des conditions de vie et de travail dangereuses, et ce, au profit des propriétaires de plantations.

Protéger l’environnement en optant pour le thé bio

Vous protégez l’environnement grâce au thé bio. En général, le thé biologique est cultivé dans de petites fermes biodiversifiées, tandis que le thé conventionnel provient de grosses plantations en mono culture. Les petits agriculteurs favorisent la biodiversité en utilisant des méthodes d’agriculture biologique et biodynamique, permettant à la faune et à la flore locale de s’épanouir aux côtés de la culture du thé.
 
Le thé conventionnel étant cultivé de manière à donner la priorité à la production de masse à court terme, il est cultivé dans des plantations à grande échelle dédiées uniquement à la culture du thé. Ces plantations constituent de grandes parcelles de terre, éliminant toute variété de vie végétale et animale. La monoculture dépouille le sol de nutriments, détruit les forêts et laisse la faune sans endroit pour vivre. À long terme, cela n’est pas viable et crée des dommages durables à la terre. De manière générale, une alimentation bio associée à une bonne hygiène de vie a également été reliée à une réduction du risque de cancers.
 

Le thé bio est-il plus cher ?

Il y a quelques années, je remarquais un gros écart de prix entre le thé conventionnel et le thé bio. Mais en se généralisant, le bio a revu ses prix à la baisse et on trouve du très bon thé bio, aux parfums variés, à des prix raisonnables et surtout avec une composition saine.
 
Voilà selon moi de nombreuses raisons d’arrêter le thé conventionnel au profit du thé bio. Les prix n’étant par ailleurs pas très différents, je ne vois plus aucun frein qui m’empêche de consommer de meilleurs produits pour mon corps ! Et vous, quels sont vos thés favoris ? Êtes-vous plutôt attirés par le thé bio, ou pas ? Et plutôt thé en sachet ou thé en vrac ? Vous pouvez lire également : voyage gourmand à Strasbourg : que manger ?

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Passez au zéro déchet

Aujourd’hui, je vous propose de parler des produits du quotidien que l’on peut facilement remplacer par leur version zéro déchet. Il y a en effet beaucoup de petits changements que l’on peut faire facilement et qui sont très profitables à l’environnement. Si vous cherchez à vous lancer sans trop de complexité dans le zéro déchet, voici les produits facilement remplaçables par leurs homologues écologiques.

Le savon solide zéro déchet

Les gels douche sont un désastre pour l’environnement, notamment à cause de leurs contenants en plastique. En revanche, le savon solide est généralement vendu en vrac ou au pire avec un peu de papier autour. Il est donc bien plus écologique à ce niveau. Sa réalisation et sa composition sont également plus clean pour l’environnement. Sur le marché il existe désormais des savons zéro déchet adaptés à votre type de peau. Concernant le transport, il existe des petites pochettes qui permettent de les ranger même s’ils ne sont pas parfaitement secs, évitant ainsi les dégâts dans la trousse de toilette, on en trouve facilement dans une boutique zéro déchet, vous pourrez également trouver toute une gamme de produits zéro déchet.
 
 

Les bee’s wrap en guise d’emballages

Le cellophane est une matière qui n’est pas du tout écologique, en raison de sa composition mais aussi parce qu’elle ne peut pas être réutilisée. Je trouve d’ailleurs que le cellophane n’est pas du tout pratique à utiliser. Vous pouvez par exemple le remplacer par des bee’s wraps. Il s’agit d’un tissu qui a été enduit de cire pour lui donner une forme plus malléable et qui s’adapte à tous les contenants. Les bee’s wrap empêchent également l’air de passer, de cette façon, vos aliments sont bien protégés. Le bee’s wrap se nettoie facilement et a une bonne durée de vie. Vous pourrez vous en procurer sur ce site qui propose des créations textiles et cosmétiques fabriquées artisanalement en France.

Les éponges réutilisables

Les éponges sont un produit anti écolo par définition, mais aussi pas du tout hygiénique. On s’en sert pour nettoyer nos tables, nos surfaces sales, notre vaisselle pleine de nourriture… On la rince, on la range, elle reste humide, les bactéries se développent… Et on la réutilise ! De mon côté j’ai donc investi dans des éponges réutilisables ou des lavettes que je change tous les jours. Cela peut vous sembler moins propre de ne pas en racheter régulièrement, mais si vous les lavez tous les jours, les bactéries n’ont pas le temps de s’y développer et c’est donc bien plus hygiénique.

Les essuie-tout lavables

Les essuie-tout sont devenus monnaie courante dans notre quotidien, une utilisation parfois excessive… Alors qu’il est si simple de prendre un tissu lavable pour essuyer n’importe quelle surface. Les essuie-tout réutilisables ont l’avantage d’avoir la même forme qu’un essuie-tout, ce format est très pratique, mais aussi d’avoir un très bon pouvoir absorbant. Après l’avoir utilisé, vous mettez au sale, vous lavez avec le reste de vos vêtements sans faire de lessive dédiée, et c’est reparti pour un tour.

Les mouchoirs réutilisables

J’entends souvent des gens dire que les mouchoirs réutilisables c’est dégoûtant. Mais utiliser un mouchoir jetable qui a été blanchi aux produits chimiques n’apporte rien de mieux. Sans compter le nombre de personnes qui ne le jettent pas immédiatement et le bourrent tel quel dans leur sac. Le mouchoir réutilisable n’a rien de sale, à condition bien sûr de ne pas l’utiliser plus d’une fois sans le laver. Un peu comme on le fait avec les masques pour le visage, il vous suffit de disposer d’une petite pochette dans laquelle vous mettrez vos mouchoirs sales dès que vous les aurez utilisés, ainsi ils ne seront en contact avec rien. Vous pouvez lire aussi : mangez de saison.
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Mes inspirations de février

Source Dawn Ellner @Flickr

Dans cette rubrique, je vous parle chaque mois de mes envies et idées culinaires du moment, des tendances qui m’ont tapé dans l’œil et des plats que je compte tester prochainement… Voici donc ce qui m’a inspirée dernièrement!

La cuisine d’Amérique du Sud

 
Quand j’ai lancé ce blog, j’avais commencé à faire une liste de tous les pays du monde afin de tester une recette de chaque. Il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir, et ce mois-ci je vais creuser quelques pays d’Amérique du Sud que je n’ai pas encore tentés. Colombie, Venezuela ou Bolivie, je ne sais pas encore lesquels je vais faire, mais vous le découvrirez bientôt ! 
 

Le vide-frigo

 
J’ai une tonne de produits plus farfelus les uns que les autres qui s’accumulent dans mes placards, et je dois faire de la place en ce début d’année. Je m’amuse donc à créer des recettes vide-frigo avec des ingrédients imposés par moi-même pour me permettre d’écouler un peu mes stocks. Cela stimule la créativité au passage, c’est très sympa!
 
 


Photo Mliu92 @ Flickr 

La cuisine à la bière

J’ai toujours aimé la cuisine à la bière, tout autant que j’aime en boire d’ailleurs… Ces derniers temps, j’ai vraiment l’impression que je pourrais en mettre partout! Dans mes soupes, mes pâtisseries, mes biscuits apéro… Je mets un petit peu de bière partout, et à chaque fois, c’est une réussite. Ca tombe bien, la Saint-Patrick approche, et j’aurai donc quelques petites idées à vous proposer!
 
 

Les agrumes

J’adore les agrumes depuis quelques années, alors qu’avant, je les trouvais trop acides et j’étais incapable d’en manger. Cette année, j’ai envie de les explorer sous toutes leurs coutures. Entre le tiramisu au cédrat, les jus multivitaminés, les cocktails au pamplemousse et les tartes au citron, je m’éclate à les décliner sous toutes leurs formes!
 

Source Michael Korcuska @Flickr

Coté beauté

Je continue mes expérimentations et cette fois, je prépare une huile pour le bain à utiliser après l’effort qui va aider à détendre les muscles. J’ai aussi réalisé une crème à la caféine anti-rides, et je vais me focaliser sur quelques produits anticellulite. Hé oui, l’hiver est passé par là!
 
Et vous, qu’est-ce qui vous motive, vous obsède ou vous amuse en ce moment ? 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0