Archives par mot-clé : thé

Comment tout recycler ou presque en cuisine?

Source Rick Ligthelm @Flickr
 
Notre planète croule sous le poids des déchets, nous le savons tous, et pourtant il n’est pas toujours facile de savoir quoi faire pour réduire le volume de nos poubelles! S’il faut garder en tête que le meilleur moyen de réduire les déchets, c’est de ne pas les créer, et donc ne pas acheter de choses inutiles, jetables, ou à la durée de vie limitée comme les produits « cheap » qui s’abîment en moins de deux, cela n’est pas toujours possible malheureusement!
 
Aujourd’hui, je vous propose donc mes idées pour mieux jeter, réutiliser ou recycler les déchets qui peuvent venir de votre cuisine. Si j’ai oublié des choses ou si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à m’en faire part pour que j’enrichisse ce récapitulatif que je compte maintenir à jour!
 
 

Les légumes

Un petit reste de légumes cuits ou crus
 
Dans une omelette, des pâtes, mélangé à une bolognaise maison…
Le congeler pour plus tard
En compost
Les épluchures de légumes
Les congeler jusqu’à en avoir assez, puis les utiliser pour faire un bouillon
En compost
Les trognons, feuilles abîmées des choux, salades…
Les congeler jusqu’à en avoir assez, puis les utiliser pour faire une soupe, avec d’autres légumes
 

Source Jeremy Keith @Flickr

Les fruits

Un petit reste de fruits cuits ou crus
 
 
Dans une compote, un gâteau, sur un yaourt
Le congeler pour plus tard
Les épluchures de fruits
Les congeler jusqu’à en avoir assez, puis les utiliser pour faire une infusion
En compost
En infusion avec du sirop d’érable
Les épluchures d’agrumes
Dans le lave-vaisselle en désodorisant


Source Nathalie  @Flickr

La boulangerie et les biscuits

Du pain dur, des viennoiseries séchées
 
 
Dans un pudding
En croûtons dans une soupe
Mixés pour faire une chapelure
De vieux biscuits ramollis ou séchés
Émiettés pour faire un crumble
Émiettés dans votre muesli ou granola

 


Source Loren Kerns @Flickr

Les boissons

Un sachet de thé
Directement sur les plantes en pot ou dans le jardin en engrais
Du marc de café
 
Directement sur les plantes en pot ou dans le jardin en engrais
En gommage pour la peau
De l’eau (un verre non terminé par exemple)
Sur les plantes
Du cola éventé
 
Pour détartrer (les robinets par exemple)
En cuisine dans les carottes au coca
Du vieux vin
Congelé en petites portions pour l’utiliser en cuisine

 


Source Tracy Hunter @Flickr

Les contenants

Un bocal
 
 
Réutiliser comme contenant pour vos épices, pâtes, confitures
Réutiliser comme contenant pour vos aliments à congeler ou pour vos petits restes
Le ramener en boutique zéro déchet
Une boite de conserve
 
En bocal pour conserver les amandes, le cacao… (Il existe des couvercles spéciaux réutilisables)
Pot pour une plante, pour des crayons
Une boite à oeufs
 
En petits pots pour vos semences
La ramener en boutique zéro déchet ou biocoop vendant les oeufs à l’unité

Source How can I recycle this @Flickr

La vaisselle

De la vaisselle dépareillée
 
 
La donner sur un site de don
La donner à une association
La ramener à son travail pour l’espace repas

Source Joel Kramer @Flickr

L’électro ménager

Un appareil défectueux
Contacter un réparateur plutôt que de racheter du neuf immédiatement
Un appareil qui fonctionne encore dont vous ne voulez plus
Le donner sur un site de don
Le donner à une association
 
Source jonobacon @Flickr
 
Voilà, ce n’est que le début de ce qui pourrait devenir une très longue liste d’idées, avez-vous d’autres petits trucs liés à la cuisine pour jeter moins? N’hésitez pas à me les donner pour que j’enrichisse ce tableau.

Banana bread façon crumble

Si vous avez envie de vous faire plaisir avec quelque chose de sucré mais que vous ne voulez pas vous embarquer dans une recette trop compliquée à réaliser, ce banana bread couvert de crumble aux noix sera parfait pour vous. 

Le banana bread n’est pas une nouveauté chez moi, vous trouverez de nombreuses variantes de banana bread sur ce blog comme le banana  bread ananas coco et le banana bread aux noix et au beurre de cacahuètes et j’en partagerai probablement d’autres dans le futur, car j’ai plusieurs favoris dans ce domaine. Pourtant, je dois dire que celui-ci sort un peu du lot. C’est juste la perfection dans chaque bouchée. Le gâteau est moelleux, bourré de saveur de banane, sans compter le crumble sur le dessus… Il est réalisé avec un mélange de sucre roux, de noix et d’huile de coco et apporte une touche de gourmandise supplémentaire à l’ensemble. 
 
Pour réaliser cette recette, je me suis d’ailleurs inspirée d’un de mes précédents banana bread, que j’ai fusionné avec un crumble que j’avais beaucoup aimé également. C’est un gâteau sans œufs, comme j’essaye d’en faire au maximum depuis quelques temps. La banane est un substitut naturel aux œufs donc franchement ils ne manquent pas dans cette recette! Le crumble est facile à faire. Vous mélangez le sucre brun clair, la cannelle et la farine. Puis vous versez un peu d’huile de coco fondue. Mélangez à l’aide d’une fourchette et formez une grosse chapelure.
 
J’ai toujours aimé la banane. Chaque liste de courses que je fais contient toujours des bananes. Ma fille les mange pour un goûter rapide, mais aussi au petit déjeuner ou en dessert. Cependant, il arrive qu’il en reste une ou deux qui traînent trop longtemps sur le comptoir. Dans ce cas, soit elles finissent immédiatement en banana bread, soit s’il n’y en a qu’une, je la congèle en attendant qu’elle trouve une binôme pour finir… en banana bread. Bon vous l’aurez compris, dans tous les cas ça finit de la même manière! J’ai toujours beaucoup aimé le pain et les gâteaux. Donc, quand j’ai sur que l’on pouvait allier deux de mes favoris de tous les temps dans un délicieux dessert… J’ai su que le banana bread serait un de mes gâteaux favoris, et je ne me suis pas trompée. J’aime beaucoup cette recette en particulier, car elle donne un délicieux banana bread qui n’est pas friable, mais ferme, moelleux et délicieux. 
 
 
Celui d’aujourd’hui a juste la bonne quantité de sucre et de croquant, il est parfait à savourer avec une tasse de café chaud en fin de repas ou au goûter. J’adore le café, mais j’en bois peu. Le matin je me réveille plutôt avec un thé, et je réserve le petit café à la fin du repas dominical. Un morceau de bon gâteau complète le plaisir, comme celui d’aujourd’hui. J’ai préparé celui-ci un week-end où ma famille était réunie. Tout le monde a apprécié chaque bouchée. Ce que j’aime particulièrement, c’est qu’il n’est n’est pas trop sucré.
 
J’ai ajouté de la cannelle car j’adore son goût et la bonne odeur qu’elle dégage pendant la cuisson. J’ai d’ailleurs adoré l’odeur de ce gâteau  fraîchement sorti du four. 
 
 
 
Banana bread façon crumble

Banana bread façon crumble

Ingrédients

    Pour le crumble
  • 80 g d'huile de coco à température ambiante
  • 85 g de sucre roux complet
  • 1 c. à c. de cannelle
  • 120 g de farine 
  • 15 g de flocons d'avoine
  • 40 g de noix concassées
    Pour le banana bread
  • 3 bananes
  • 150 g de compote
  • 150 g de sucre roux complet
  • 175 g de farine 
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 c. à c. de cannelle
  • 1 c. à c. de vanille liquide

Instructions

  1. Préparez l'appareil à crumble.
  2. Mélangez l'huile de coco, le sucre et la cannelle jusqu’à obtenir un mélange homogène, crémeux.
  3. Ajoutez la farine et les flocons d'avoine.
  4. Mélangez grossièrement jusqu’à avoir des morceaux de pâte friables type crumble.
  5. Placez ce crumble au frigo.
  6. Pendant ce temps, préparez le cake.
  7. Préchauffez le four à 180°C. 
  8. Dans un mixeur, mixez grossièrement les bananes dans la compote. Ajoutez les ingrédients restants tour à tour en mixant entre chaque ajout. Versez le mélange dans un moule à cake anti adhésif. 
  9. Mettez le mélange à banana bread dans le plat et enfournez.
  10. Au bout de 30 minutes de cuisson, sortez le moule du four, émiettez et répartissez le crumble sur le cake. Remettez au four et poursuivez la cuisson environ 20 minutes. Sortez le gâteau du four, saupoudrez avec les noix, couvrez d’une feuille de papier alu et remettez pour 10 minutes.
  11. Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau, elle doit ressortir sèche. Une fois refroidi, coupez en parts et servez.

Locavores : mode ou réel bienfait ?

De plus en plus d’entre nous essaient de favoriser les achats de produits locaux, et notamment de fruits et légumes. Mais au final, qu’est ce que cela implique vraiment, et quels sont les avantages réels à être locavore ? Est-ce un phénomène de mode ou une véritable lame de fond ? Dans cet article, je vous présente les 5 principales raisons selon moi de passer à une alimentation de proximité.

Les produits cultivés localement sont plus frais et plus savoureux

Les aliments cultivés localement ont généralement plus de goût, les récoltes étant cueillies à leur apogée lors de leur saison naturelle. Ce sont des aliments qui ont mûri à la lumière du soleil et non sous des lampes au beau milieu d’une serre ou dans les cales d’un bateau, et ça, ça se ressent forcément sur leur goût !
 

La nourriture locale est meilleure pour vous

Plus le délai entre la ferme et votre table est court, moins les aliments perdent leurs qualités nutritionnelles. Les aliments qui viennent de loin ont voyagé dans des camions ou des avions et ont patienté dans des entrepôts avant d’arriver en magasin. Ils sont mécaniquement plus anciens que ceux de votre coin, et donc moins riches en vitamines et autres nutriments !

Les aliments locaux favorisent la variété

Dans le système agricole moderne, les variétés de fruits et légumes sont choisies pour leur capacité à mûrir de manière uniforme, à résister à la récolte, à l’emballage et aux transports et à se garder longtemps, de sorte que le choix génétique s’en retrouve limité. En revanche, les petites exploitations locales cultivent souvent de nombreuses variétés différentes pour couvrir une large plage de récolte, et pour proposer les meilleures saveurs.

Manger local, c’est soutenir les agriculteurs et les producteurs

Une alimentation locale soutient évidemment l’économie locale. Les prix de rachat que les agriculteurs obtiennent lorsqu’ils revendent leurs produits à l’industrie alimentaire ou à la grande distribution sont bas, souvent proches du coût de production. Les agriculteurs qui vendent directement aux consommateurs éliminent les intermédiaires et obtiennent donc le prix de détail intégral de leurs aliments, ce qui aide les familles d’agriculteurs à rester sur leurs terres !
En achetant aux agriculteurs locaux, vous contribuez à faire en sorte qu’il y ait toujours des fermes demain. Pour ceux qui veulent faire leurs courses localement sans avoir à faire la tournée des commerces et des marchés, il existe des sites qui vous permettent d’être livrés par des producteurs locaux, comme la Ruche qui dit Oui en Île-de-France, qui permet de se fournir chez plusieurs producteurs en même temps et de tout recevoir chez vous 2 heures après. Fruits, légumes et même viandes, miel et fromages !
 

Les aliments locaux ont moins d’impact sur l’environnement

Soutenir les productions locales signifie généralement moins d’énergie dépensée, d’émissions de CO2 et de kilomètres effectués par notre nourriture. L’industrie alimentaire mondiale a un impact négatif sur notre planète et notre économie, en polluant nos ressources en eau, en air et nos sols, en provoquant l’érosion et en éliminant la faune locale à cause de l’utilisation de pesticides et d’engrais synthétiques.
Les exploitations locales plus petites agissent souvent de façon plus responsable et mettent en œuvre des méthodes agricoles durables qui favorisent des écosystèmes plus sains. Ils mettent souvent en place l’utilisation réduite de pesticides, le compostage, la culture alternée, et bien sûr, de faibles émissions liées aux transports plus courts de la marchandise.

Mon expérience sur l’achat de produits auprès de producteurs locaux

Tout ce que je vous ai dit ci-dessus est vrai, mais cela reste de grands principes théoriques ! Bien sûr, je ne vous parlerai pas de tout cela si moi-même je n’achetais pas régulièrement mes produits auprès de producteurs locaux. Donc au-delà de la bonne intention que cela représente, je peux aussi vous dire ce qu’il en est réellement. Et globalement : tout est vrai !

De la fraîcheur !

D’abord, les produits sont clairement plus frais.

Je le constate à chaque fois, déjà simplement parce qu’ils sont beaux (je ne parle pas de leur forme régulière, mais de leur aspect : peau lisse et non flétrie, légumes sans coups…), les feuilles sont en général bien fraîches, et ensuite, ils se gardent 2 fois voire 3 fois plus longtemps que ceux que j’achète au supermarché ! C’est bien simple, les fruits et légumes que j’achète au supermarché doivent être consommés dans les 2 à jours maximum, alors que ceux que j’achète auprès de producteurs locaux sont encore beaux après une semaine dans mon frigo ! Cherchez l’erreur… Il n’y en a pas, c’est juste logique !

Des prix plus justes

Ensuite, au niveau du prix, c’est frappant également. On pourrait penser que c’est la centrale d’achat des supermarchés et hypermarchés qui fait pression sur les producteurs pour leur faire baisser leurs coûts, et c’est vrai ! Mais ils ne le font que pour mieux ajouter leur marge ensuite, donc au final, ce n’est pas moins cher pour nous les consommateurs. Les achats réalisés après de producteurs locaux, tout en n’étant pas spécialement plus chers, permettent de rémunérer beaucoup mieux les fermes chez qui vous achetez.

De la variété

Au niveau des variétés c’est pareil, on pourrait penser que de petits producteurs n’ont pas les moyens de produire de la variété, mais c’est tout le contraire, et on a un super choix de variétés anciennes, inconnues, oubliées… De quoi vraiment renouveler ses repas et changer un peu des patates basiques et des carottes orange ! Et c’est pareil dans tous les domaines : fromages du coin, yaourts, bières artisanales… Vous trouvez un choix de produits vraiment bons et différents de ceux que l’on connaît actuellement !

Conclusion

Bref, vous aurez compris que de mon côté, je suis conquise ! Je vous parle régulièrement de mon envie de faire plus pour notre planète… Hé bien là, c’est à la fois pour notre planète et pour les producteurs qui nous entourent, ça profite à tout le monde !

Et vous, il vous arrive d’acheter local ou pas du tout ? Si oui, par quel biais le faites-vous ? Êtes-vous contents de la qualité des produits que vous achetez ? Ave-vous une expérience à partager sur le sujet ? C’est à vous !
 
Sources
Sheila Sund @Flickr
ilovebutter @Flickr
Juha Kinnunen @Flickr
Alice Henneman @Flickr

Tarte au chocolat, poires et pâte à tartiner

Des poires, du chocolat, de la pâte à tartiner, on est face à un trio infernal, non? Hé oui en septembre, chaque année je fais une orgie de pommes et de poires, et ça se ressent par ici dans les desserts que je publie!
 
 
Cette tarte est très sympa car elle est simple à réaliser. C’est finalement une tarte au chocolat basique, dans laquelle on ajoute des poires. Non seulement c’est très bon, mais ça coupe un peu le côté écœurant qu’on pourrait avoir si on ne mettait que le chocolat…
 
 
Pour la pâte sablée, je vous recommande une pâte maison comme celle que je propose ici qui est divine, mais si vous préférez gagner du temps avec une pâte toute faite, cela marche aussi!
 
Pour accompagner cette tarte, servez-vous un petit thé, et ça y est, vous êtes en mode « cosy » automnal, et prêts à affronter le froid!
 
  
 
 
Tarte au chocolat, poires et pâte à tartiner

Tarte au chocolat, poires et pâte à tartiner

Ingrédients

  • 1 pâte sablée
  • 200 g de pâte à tartiner
  • 70 g de chocolat noir amer
  • 70 g de chocolat au lait
  • 100 g de beurre doux
  • 100 g de crème fleurette
  • 1 gros œuf à température ambiante
  • 3 poires mûres mais fermes

Instructions

  1. Préchauffez votre four à 180º C.
  2. Disposez votre fond de pâte brisée sucrée dans un plat à tarte couvert de papier sulfurisé et déposez des billes de cuissonpar dessus.
  3. Faites cuire pendant 15 minutes à 180º C. Retirez les billes de cuisson et laissez refroidir.
  4. Une fois le fond de tarte revenu à température ambiante, tartinez-le fond avec la pâte à tartiner. Déposez les poires coupées en tranches fines en cercle par dessus.
  5. Préparez la ganache en faisant fondre les 140 g de chocolat (noir et au lait) finement hachés avec le beurre. Laissez tiédir un peu.
  6. À l’aide d’une maryse, incorporez l’œuf au chocolat en remuant délicatement.
  7. Versez cette ganache sur le fond de tarte.
  8. Faites cuire la tarte pendant 25 minutes à 180º C (chaleur non tournante).
  9. Sortez du four et laissez refroidir sur une grille, puis mettez au frais jusqu'au service.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.kimaya-gourmandises.com/tarte-au-nutella-de-pierre-herme/

Comment tout faire maison (ou presque)?

Comme vous le avez sans doute, j’essaye de diminuer au maximum mes déchets. Pour cela, il y a plusieurs façons de procéder, mais l’une d’entre elles est simplement de faire plus de choses soi-même. On se retrouve donc à acheter des ingrédients de base, que l’on trouve plus facilement en vente sans emballage, mais on en profite également pour manger plus sainement, et surtout, des produits dont on connait la composition.
 
Si vous aussi, que ce soit pour l’environnement, le goût ou votre santé, vous voulez réaliser plus de fait-maison, je vous propose ici un récapitulatif des recettes que je propose sur ce blog. Je l’enrichirai au fur et à mesure  de mes tentatives réussies!
 
 

Sauces

Pains

Produits laitiers

Pâtes à tarte

Jus de fruits

Sodas

Sirops

Biscuits apéritifs

Tartinades apéro

Huile et vinaigre

Épices

Pour la pâtisserie

Pâtes à tartiner

Biscuits et chocolats

Boissons chaudes

Chocolat chaud à la pâte à tartiner

Revoilà l’automne, mais aussi les jours frais, la pluie, le ciel gris… Je ne cherche pas à vous déprimer en disant cela, loin de là! Tout d’abord parce que les jours d’automne ont un certain charme, la luminosité est souvent très belle, les feuilles des arbres multicolores sont superbes… Mais surtout, qui dit « froid dehors », dit aussi que l’on peut retrouver le plaisir de cocooner bien au chaud chez soi!
 
 
On en profite donc pour inaugurer un nouveau petit plaid douillet ou une belle paire de pantoufles bien doublées, et on se blottit dans son canapé avec une boisson chaude… Le bonheur, non?
 
Une thé ou un café sont amplement suffisants bien sûr, mais si vous avez envie de changer un peu et de tester quelque chose d’ultra gourmand, j’ai ce qui’l vous faut avec ce chocolat chaud méga riche et réconfortant.
 
 
Pour la pâte à tartiner, chez moi on évite autant que possible l’huile de palme. Si c’est pareil pour vous,  je vous recommande le Nocciolata, un pur délice bien moins dévastateur pour l’environnement que le Nutella, mais il existe d’autres marques. Il suffit de contrôler les ingrédients. Ces marques « eco friendly » ne sont pas forcément plus chères que celles qui contiennent de l’huile de palme, alors autant faire un geste pour notre planète!
 
 
 
Chocolat chaud à la pâte à tartiner

Portions : Pour 1 mug

Chocolat chaud à la pâte à tartiner

Ingrédients

  • 25 cl de lait
  • 30 g de pâte à tartiner
  • 5 marshmallows
  • Chantilly

Instructions

  1. Réservez une petite cuiller à café de pâte à tartiner.
  2. Dans une petite casserole, faites chauffer le lait et la pâte à tartiner restante.
  3. Servez dans un mug.
  4. Ajoutez la chantilly par dessus.
  5. Déposez les marshmallows puis la cuiller de pâte à tartiner restante en décoration.
 

Les aliments industriels à éviter pour une vie plus saine

Si je suis une fan de fait maison, je dois parfois avouer que par manque de temps, il m’arrive de prendre des produits tout faits en magasin. J’aimerais tendre vers le zéro, mais c’est quand même difficile quand on travaille de tout faire par soi-même!
 
Cependant, que ce soit pour notre santé ou pour le  porte-monnaie, il y a des produits industriels qu’il vaut mieux bannir plus que d’autres… Éliminer les chips ou vos sucreries préférés de votre régime peut vous sembler compliqué ou rébarbatif au premier abord. Cependant, avec quelques astuces de remplacements, il est beaucoup plus aisé qu’il n’y parait d’ajouter des aliments sains à votre alimentation! Alors si comme moi vous ne pouvez (ou voulez) pas être parfaits, mais souhaitez essayer de réduire les produits transformés dans votre quotidien, voici ma sélections de ceux dont il faut se débarrasser en priorité, et des solutions simples pour commencer à les réduire dans vos placards.
 

Les bonbons

 
Celui-ci est évident, personne ne va me dire qu’il pensait que c’était bon pour la santé ou intéressant nutritionnellement quand même! Pourtant nous sommes nombreux à en acheter, pour nous-mêmes ou pour nos enfants. Pour ces derniers, on leur donne des habitudes au sucre alors que souvent, on a pris beaucoup de temps à  de travailler la diversification alimentaire quand ils étaient bébés pour leur donner de bonnes bases dans la vie. Pourquoi à partir de 3 ou 4 ans, souvent en entrant à l’école, devraient-ils se mettre à manger des cochonneries du jour au lendemain? Ils sont toujours en pleine croissance et ont toujours besoin d’aliments nutritifs, et de rien d’autre. Si vous avez un enfant, vous lui rendrez un très bon service si vous n’achetez plus de bonbons. Il continuera à en manger à l’occasion à l’école quand d’autres enfants en ramènent pour leur anniversaire, et c’est suffisant. Des dés de fruits ou éventuellement un carré de chocolat sont de bien meilleures options dans vos placards.
 

Les boissons sucrées

 
Celui-ci aussi était facile à deviner! Les sodas, les boissons sportives ou énergisantes, les eaux aromatisées ou même les jus de fruits sont une des premières choses que vous pouvez bannir si vous voulez faire du bien à votre corps et à l’environnement. A la place, vous pouvez presser des fruits vous mêmes à l’occasion, mais de manière générale, manger un fruit entier et boire un verre d’eau est bien mieux encore. Vous pouvez aussi vous faire des infusions de fruits à froid, cela donne une sorte d’ice tea qui n’est sucré que par le sucre des fruits. Les eaux infusées, dans lesquelles vous mettez quelques rondelles de concombre ou des pelures de citron bio, sont délicieuses et économiques. 
 
 
 

Les chaînes de fast-food

 
On continue dans le domaine du facile, mais vous le savez sans doute, il n’y a rien de bon dans ce que vend un fast-food, même quand il fait un menu pseudo « adapté aux enfants », ou pseudo sain de type « salade ». Tout est trop gras, trop sucré, et trop salé dans les chaînes de fast-food. Je pense que vous connaissez la pub par cœur, pas besoin de vous dire que c’est tout ce qu’il faut éviter. Personnellement j’adore les burgers, les hot-dogs et les frites, donc je ne dis pas qu’il faut tout arrêter en bloc, mais rendre ça un peu  plus rare, éviter cela avec les enfants au maximum si vous en avez, et quand vous voulez vous faire plaisir, faites un burger maison avec de vrais ingrédient frais, ou allez le manger chez un fast-food « local », c’est à dire un petit commerçant de votre ville, qui mettra sans doute de meilleurs produits dans son burger et a plus besoin de votre argent qu’une chaîne de fast-foods impersonnelle.
 

Les céréales raffinées

Celui-ci est moins évident à deviner, car quand on mange du bon pain de chez le boulanger, des pâtes, ou encore quand on cuisine soi-même avec de la farine, on ne pense franchement pas qu’il y a quelque chose à améliorer là-dedans. Mais en alimentation, tout ce qui est blanc est raffiné, et a donc perdu une partie de ses fibres et de ce qui rendait l’aliment bon pour nous. Ce remplacement est plutôt facile : achetez de la farine semi-complète ou complète, des pâte complètes, du prenez du pain le plus sombre possible ( type au seigle, complet, nordique…), et le tour est joué! Vous venez de rendre votre alimentation bien plus saine et au niveau du goût, c’est bien meilleur. 
 
 

Les biscuits apéro

 
Chips, bretzels, cacahuètes, ne cherchez pas l’exception il n’y en a pas, tout est mauvais pour vous dans ce rayon! C’est horrible car c’est un repas que j’adore, et il n’existe pas d’alternative proche qui soit bonne pour la santé. Même les nouveaux biscuits apéro à la mode, à base de la farine de pois chiche, ou à saveurs de chou kale… C’est du marketing, ça donne envie, ça sonne « healthy », mais ça reste produit avec les mêmes méthodes, et ne vous apporte que des calories vides, c’est à dire qui n’apportent rien à l’organisme. Ça ne rentre pas dans le compte des 5 fruits et légumes par jour, hein ! A ce niveau, le plus simple est de se faire plaisir mais plutôt que de prendre 3 sortes de biscuits pour votre apéro, n’en prenez qu’une complétez avec des tomates cerises et bâtonnets de carottes à tremper dans une sauce au yaourt.

Les viandes transformées

 
Bacon, salami, charcuterie sont plutôt mauvais pour nous, notamment à cause des nitrites. Est donc arrivée une mode des charcuteries sans nitrites ajoutés, qui peuvent quand même contenir d’autres nitrites d’origines plus naturels (mais quand même nocifs, sinon ce n’est pas drôle).  A moins de vouloir devenir végétariens, vous allez sans doute trouver difficile de diminuer leur consommation car les charcuteries rentrent dans la composition de plein de recettes de notre chère cuisine française. Essayez simplement de vous rappeler qu’on n’a pas besoin de viande deux fois par jour, et n’ayez pas le réflexe d’ajouter une tranche de jambon ou une knacki systématiquement au repas du soir, que que soit pour vous ou vos enfants, cela sera déjà un beau progrès!
 

Les plats cuisinés

 
Les plats cuisinés sont un sacré piège car ce sont visuellement des plats sains, ils copient des recettes qui pourraient être saines en version « fait maison », mais ils sont produits de façon industrielle et donc, il a fallu y mettre des ingrédient médiocres pour la rentabilité, et y ajouter des conservateurs. Si vous êtes sensible à la cause environnementale, c’est aussi une belle débauche d’emballages non recyclables. Congelez plutôt vos restes en portions individuelles, et si vraiment vous n’avez pas le choix, achetez des plats surgelés, au moins on n’y a pas ajouté de conservateurs puisque la conservation est due au froid!
 

Les biscuits

 
Les biscuits emballés, mais aussi les pseudo gâteaux tout faits comme les brownies, sont des produits à éviter au maximum également. Ils ne contiennent pas de bons produits comme un gâteau que vous ferez à la maison, mais des œufs de poules élevées dans des conditions infâmes, de la farine premier prix, des agents de texture, des conservateurs…  Et ce, quoi que la jolie illustration sur la boite laisse à penser ! Si c’est pour le goûter de vos enfants, il n’y a rien de bon pour eux dedans, même dans ceux qui semblent spécialement conçus pour eux. Trop de sucre, rien de nutritif qui leur permettre de tenir le coup jusqu’au repas suivant. Donnez-leur simplement du pain, nature, avec un bout de beurre ou un carré de chocolat éventuellement s’ils le refusent sans. Si c’est un petit plaisir pour vous,  faites vous des cookies maison, c’est très simple et cent fois meilleur. C’est tout aussi calorique mais contiendra de vrais ingrédients et le plaisir sera démultiplié!
 
 
Voilà, j’espère que ce petit récap vous sera utile! Gardez en tête que je ne suis pas du genre à vous recommander de manger light, ni de vous priver, ce n’est pas ma philosophie, et ce guide ne vise pas à vous faire perdre du poids ou quoique ce soit de ce genre… Simplement, je pense qu’on a tout à gagner à privilégier le fait-maison quand on le peut, tout en se faisant plaisir!

Pain au muesli

Vous cherchez une idée pour votre petit-déjeuner de ce week-end? Je pense que j’ai trouvé ce qu’il vous faut! Ce pain au muesli est copieux, délicieux et sain à la fois! C’est aussi une excellente façon d’utiliser une partie de ce paquet de muesli que l’on retrouve oublié au fond du placard… Allez, je suis sûre que ça vous arrive à vous aussi!

J’ai trouvé cette recette sur le blog Quelques grammes de gourmandise. J’adore son blog où les recettes sont plus appétissantes les unes que les autres! Elle a réalisé ce pain avec un muesli aux abricots et graines et il se trouve que j’avais exactement le même dans ms placards, cela m’a donc semblé l’occasion rêvée pour l’utiliser! J’ai par contre voulu modifier le mélange de farine par rapport à sa recette, car j’ai envie de diminuer la farine classique dans mon alimentation, et j’avais d’autres variétés amusantes dans mes placards. J’ai raté ma première fournée car le pain était trop compact. Après relecture, j’ai vu qu’en changeant de farine, il fallait en diminuer la quantité de 50 g. C’est ce que j’ai fait et la deuxième fournée était au top!

C’est un pain un peu friable et avec une croûte bien croustillante, je pense que c’est l’apport de la farine de riz.

Quand je pense au pain fait maison, je pense aux dimanches matins paresseux du passés avec les cheveux en désordre et sans intention de prendre une douche. Quand le pain sort du four, je tranche un bon gros morceau que je tartine de beurre. Accompagné d’un œuf et d’une bonne tasse de thé, cela me fait un parfait brunch improvisé!

Je l’ai donc apprécié pour le petit-déjeuner mais aussi le soir, avec du fromage. Sa saveur n’est pas trop sucrée malgré les fruits secs et le sirop d’agave. Il reste donc assez neutre pour s’associer avec du sucré et du salé. Parce qu’il est plein d’avoine, de fruits et de graines, il est très copieux, ce qui en fait une collation bien nourrissante.  

Ce pain au muesli est très simple à faire, surtout quand comme moi on dispose d’une machine à pain. SI vous n’avez pas de machine à pain, regardez du côté de chez Quelques grammes de gourmandise, sa version se fait au robot avec une cuisson au four.

J’ai utilisé un muesli aux graines et à l’abricot, mais n’importe quel muesli peut convenir, c’est à dire un mélange de fruits, noix, graines, et flocons d’avoine, vous pouvez même faire le mélange vous-même.

Pain au muesli

Pain au muesli

Ingrédients

  • 300 g d'eau
  • 1 sachet de levure de boulanger déshydratée
  • 100 g de farine de petit épeautre
  • 200 g de farine complète
  • 100 g de farine de riz
  • 20 g de sirop d'agave
  • 8 g de sel fin
  • 20 g d'huile de noisette
  • 200 g de muesli

Instructions

  1. Mettez tous les ingrédients sauf le muesli dans le cas de la machine à pain dans l'ordre suivant : L'eau, puis le sirop d'agave, puis l'huile, puis les farines, le sel, et enfin la levure.
  2. Lancez la machine à pain avec le programme "pains complets ou céréales",  poids 1 kg, dorure faible.
  3. Ajoutez le muesli dans un second temps après 8 minutes de pétrissage ou au bip si votre machine en fait un pour prévenir quand on peut ajouter les garnitures.

Source d’inspiration :
https://www.quelquesgrammesdegourmandise.com/pain-au-muesli/

Mousse végétale au thé matcha et framboises

Vous connaissez mon goût pour les tentatives improbables, hé bien en voilà une sacrée! Vous savez sans doute que l’on peut réaliser une mousse au chocolat avec le jus d’une boîte de pois chiches, je me suis donc demandé si je ne pourrais pas utiliser ce jus pour faire d’autres mousses, comme on le ferait avec des œufs… Y’a pas que le chocolat dans la vie, après tout!

Quitte à partir dans des mariages et des produits originaux, j’ai donc choisi d’utiliser de la crème de soja, du sirop d’agave, et du thé matcha en poudre. Rien de bien traditionnel là-dedans, heureusement qu’il reste les framboises!

Le résultat est comme on pourrait se l’imaginer, très original et sans doute un peu bizarre… J’ai beaucoup aimé, car je suis fan de la saveur du thé matcha, mais mon homme a moins apprécié… Comme vous le verrez sur la photo, on obtient bel et bien une texture mousseuse, à œil, impossible d’imaginer qu’il n’y a pas de blanc d’œuf dans cette recette!

Si vous vous lancez, veillez juste à ne pas avoir la main trop lourde sur le thé matcha, il est délicieux mais peut vite être trop prononcé et écraser le reste, voire gâcher la recette!

 

 

Mousse végétale au thé matcha et framboises

Portions : Pour 4 verrines

Mousse végétale au thé matcha et framboises

Ingrédients

  • Le jus d'une grosse boite de pois chiches
  • 1 c. à c. de thé matcha en poudre
  • 2 c. à s. de sirop d'agave
  • 4 c. à c. de crème de soja
  • 50 g de framboises
  • 1 c. à s. de jus de citron

Instructions

  1. Faites fondre le matcha, le sirop d'agave et la crème de soja dans un récipient, au bain marie ou au micro-ondes très doux.
  2. Mixez le jus des pois chiches à l'aide d'un batteur pendant 5 à 10 minutes. Lorsque celui-ci a pris une texture bien ferme, incorporez le mélange au matcha progressivement et délicatement.
  3. Mixez les framboises avec le citron, filtrez le coulis obtenu.
  4. Versez la framboise dans les verrines puis la mousse de matcha, laissez prendre une nuit au réfrigérateur.

Comment profiter à fond du mois d’août?

Photo Giuseppe Milo @Flickr
 
Nous voilà déjà au mois d’août! Les mois d’été sont ceux qui passent le plus vite, ou je rêve? C’est pour beaucoup le mois des vacances et donc un mois que l’on ne passe pas forcément chez soi, mais il ne faut pas oublier ceux qui ne partent pas! Il suffit alors de pas grand chose pour donner au mois d’août un air de vacances, même en restant chez soi! 
 
Voici mes meilleurs conseils pour passer un bon mois d’août :
 

Récoltez au jardin

L’été, on profite du beau temps pour jardiner et faire pousser quelques légumes. On récolte notamment de belles tomates, poivrons et courgettes qui ont profité au soleil. On se régale également de mûres, framboises, groseilles et fruits du verger si on a la chance d’en avoir chez soi.


Photo -Ebelien- @Flickr

Fêtez la journée de la bière

Le 3 août est officiellement la journée mondiale de la bière. L’occasion d’organiser un petit apéro et de découvrir une bière bien fraîche, pourquoi pas produite localement? Il y a des brasseries partout en France de nos jours!


Photo Julio Morales @Flickr

Mangez tex-mex

Le 18 août, c’est le tour de la journée mondiale des fajitas. Si vous aimez la cuisine mexicaine, c’est un parfait prétexte pour vous faire plaisir!


Photo Ella Olsson @Flickr

Buvez du vin

On continue avec la journée du vin qui a lieu le 28 août, bien qu’en France ce soit un peu tous les jours la journée du vin! Pourquoi ne pas en profiter pour organiser une petite dégustation, ou un repas en accords mets/vins?

Photo Connor Dunn @Flickr
 

Mangez dehors

Enfin, avant que la saison ne prenne fin, on continue de manger dehors dès que possible, et on en profite pour recevoir et organiser des barbecues conviviaux!


Photo Martha W McQuade @Flickr

 
Voilà mes idées pour faire d’août un mois au top! Et vous, vous aimez d’autres choses dans ce mois en particulier?