Archives par mot-clé : pizza

Les différents types de pâtes à pizza

Qui n’aime pas la pizza ? C’est un régal qui est pratiquement inratable, et pourtant, il y a de nombreuses façons de les réussir encore mieux! En attendant de pouvoir aller en Italie ou de se régaler au restaurant, je vous présente les différentes pâtes que l’on peut réaliser avec leurs différences, afin de savoir laquelle choisir selon vos envies ou votre recette !
 

La pâte napolitaine

Ce style de pizza provient, comme son nom l’indique, de Naples, et a probablement contribué à populariser la pizza sur la scène mondiale. Elle fut d’abord utilisée dans la fameuse  « pizza margherita », dont le nom provient de la reine italienne de l’époque. Cette pâte est célèbre pour sa souplesse et ses bulles noircies à la disposition inégale. Ultra simple, elle est composée uniquement de levure, de farine, d’eau et de sel. Une pizza napolitaine traditionnelle est cuite à des températures supérieures à 400°C dans un four à bois pendant environ 2 minutes. C’est une pâte qui nécessite une attention et une technique minutieuses pour être parfaite, et surtout, pour ne pas brûler ! Servie en Italie en mode street food, la pizza napolitaine est généralement pliée en quatre, façon portefeuille.

La pizza romaine

Plus fine que la pâte napolitaine, la pâte romaine est réalisée avec de l’huile dans la pâte, alors que la napolitaine n’en a pas. La romaine a besoin d’une cuisson plus lente. La pizza romaine est servie « al taglio », c’est à dire présentée en parts rectangulaires.

La foccacia

En France on ne pense pas forcément à la focaccia comme à une pâte à pizza, et pourtant, les pizzas au pain focaccia sont couramment servies dans les restaurants en Italie, notamment sous forme de petites bouchées. Il ne s’agit pas d’un phénomène de mode, mais d’une spécialité consommée de longue date en Italie. 

La pizza sicilienne

La pizza sicilienne, ou siciliana, fait référence à un ensemble de préparations de pizzas, dont la variété la plus connue est le sfincione palermitain. On peut traduire sfincione par « éponge ». Né dans la ville de Palerme, le sfincione porte bien ce surnom car il ne croustille pas comme ses homologues napolitaines et romaines. On le garnit le plus souvent de parmesan, d’anchois, de tomate, d’oignons, et de fromages de chèvre. Il s’agit d’une pâte simple et rapide à préparer, qui peut se préparer au robot, et que vous n’aurez pas à pétrir longuement. Le secret pour réussir la pâte à la sicilienne consiste à enduire le fond de la plaque à pizza d’huile d’olive. L’huile va s’imbiber et griller dans la croûte, la rendant extra savoureuse. La forte teneur en eau de la croûte sicilienne lui permet de s’étirer facilement, elle le fait presque toute seule! Une fois que vous avez mélangé les ingrédients de votre pâte, placez la boule de pâte sur la plaque à pâtisserie huilée, couvrez-la légèrement et laissez-la s’étaler. D’autres variétés de pizzas existent en Sicile, en plus de la sfincione. On trouve par exemple le pizzolo, qui se prépare presque comme une pizza traditionnelle, à ceci près que la moitié de la pâte est découpée pour recouvrir la garniture. Il y a également la fameuse scaccia, constituée de pâte garnie de garniture et enroulée sur elle-même, elle ressemble peut-être à un strudel mais elle n’en est pas moins une pizza.

La pizza New-York style

On quitte l’Italie et on part de l’autre côté de l’Atlantique! Par rapport à une pizza napolitaine, une pâte de style new-yorkais est plus épaisse. Elle est cuite pendant une période beaucoup plus longue, environ 15 à 20 minutes en moyenne. En plus des composants standard de la pâte à pizza comme la farine, l’eau, la levure et le sel, une pâte de style new-yorkais demande également de l’huile et du sucre. Le sucre et l’huile aident à créer un brunissement bien que la pâte soit cuite à des températures relativement basses.

La pizza Chicago style

La pizza Chicago est une pizza à bords hauts et donc à garniture très épaisse.  Sa croûte est disposée dans un plat profond, et cuit très longtemps, parfois plus de 45 minutes. La poêle en fonte dans laquelle la pâte cuit est d’abord huilée, puis une fois la pâte étalée, la garniture et le fromage sont déposés dessus. 

La pizza à la poêle

Cette pâte à pizza est plutôt épaisse. Comme son nom l’indique, on a cuit à la poêle et non au four. Cette pizza a tendance à être plus croustillante au fond, plus molle à l’intérieur et plus moelleuse au centre. 

Voilà les différentes pâtes à pizza que j’ai eu l’occasion de goûter jusqu’à maintenant, même si je ne les ai pas toutes réalisées maison pour autant! Et vous, comment préférez vous votre pâte à pizza?

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Voyage gourmand : Que manger à Malte ?

Cette année, j’ai eu la chance de visiter Malte, un des premiers pays à rouvrir son tourisme après la crise sanitaire, et un des plus rapides à faire vacciner sa population. Si vous aimez les îles aux plages magnifiques, les petits restaurants avec de jolies terrasses et les longues balades, cette destination est faite pour vous. Si comme moi, vous aimez profiter de vos voyages pour vous régaler et faire des découvertes culinaires, découvrez ci-dessous les meilleures spécialités à déguster sur place.
 

La soupe maltaise

 
La soupe maltaise traditionnelle est nommée aljotta, elle est préparée à base de crevettes et de fruits de mer. Je ne vous cache pas que la météo ne s’y prêtant pas lors de ma venue (40°C),je ne l’ai pas testée.
 

Le lapin

 
Le lapin est un peu la viande nationale et vous en trouverez sur toutes les cartes maltaises. Le  lapin braisé est l’un des plats les plus emblématiques de Malte. Ne mangeant pas de viande, je ne l’ai pas testé non plus, dites-moi si vous essayez!
 

Le Kinnie

 
Une petite soif? Commandez un Kinnie, l’une des boissons phares de Malte. Il s’agit d’un soda aux herbes et à l’orange très rafraîchissant, légèrement amer.
 
 

Les pastizzi

 
Les pastizzi sont des petits feuilletés garnis de fromage local qui ressemble à de la ricotta ou de purée de pois. Cela rappelle un peu les piroshki russes mais avec une pâte plus fine et feuilletée.
 
 
Photo CCFoodTravel.com @Flickr
 

La ftira

 
La ftira est traditionnellement une pizza maltaise, mais avec le temps est né une spécialité au même nom, un sandwich de pain rond et troué comme de très grands bagels, mais dont la pâte est plus rustique, croustillante et moins briochée. Le sandwich ftira classique contient souvent du thon, des légumes, un peu façon pan bagnat.
 
Photo Lablascovegmenu @Flickr

Les fèves

 
Les fèves sont très présentes sur les cartes des restaurants maltais : en tartinade, à l’ail à grignoter en tapas, à la maltaise, en tarte salée avec du fromage…
 
Photo Lou Stejskal @Flickr
 
Voilà les spécialités que j’ai le plus appréciées ou vues pendant mon séjour à Malte, et vous connaissez-vous cette destination ? Ou sa gastronomie ?

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Taboulé à la feta et aux graines

Il est assez rare que je vous propose des recettes de couscous sur ce blog. Il faut dire que j’ai une petite anecdote avec ce plat qui date des débuts de mon installation en autonomie, quand j’étais étudiante à Lille et que j’ai eu mon premier appartement.
 
 
 
J’étais comme beaucoup d’étudiants, abonnée aux pâtes et aux pizzas toutes prêtes. Pour je ne sais quelle raison, je n’avais jamais pensé à me faire de la semoule chez moi, c’était pourtant un aliment basique chez mes parents, et on ne peut plus rapide à préparer!
 
Un soir où une amie est venue manger chez moi, elle a amené un paquet de semoule… Super, pas de souci, je m’attelle à la tâche et je fais chauffer de l’eau sur mes petites plaques électriques. Je mets la semoule dans l’eau et je laisse cuire, tranquillement, jusqu’à ce que mon amie crie en voyant le carnage… J’avais essayé de cuire la semoule comme on cuit des pâtes, en les faisant bouillir 10 minutes… Inutile de vous dire que nous avons obtenu une espèce de bouillie visqueuse et qu’il a fallu prévoir un autre repas sur le champ !
 
 
C’est comme ça que j’ai appris la façon de cuire la semoule, et comme à chaque fois que l’on apprend de ses erreurs, je ne me suis plus jamais plantée sur la façon de faire !
 
Aujourd’hui, c’est une semoule cuite correctement que je vous propose de réaliser. Elle est aromatisée et enrichie de zestes de citron, de graines de courge, d’olives, de cumin… C’est un régal que j’ai accompagné d’une petite sauce yaourt aux herbes et de steaks veggie pour un repas sain et coloré.
 
 
Si vous cherchez une recette simple mais originale pour égayer vos repas, c’est celle qu’il vous faut !
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Voyage gourmand : Que manger en Slovénie ?

Cette année, j’ai eu la chance de visiter la Slovénie. Si vous aimez les grandes étendues vertes et les villes à taille humaine, c’est une destination parfaite ou se côtoient lacs turquoise et montagnes verdoyantes. Si comme moi, vous aimez profiter de vos voyages pour vous régaler et faire des découvertes culinaires, découvrez ci-dessous les meilleures spécialités à déguster sur place.
 
Source Jonas Bengtsson @Flickr

Les soupes

 
Il y a une multitude de soupes en Slovénie, et on en trouve très facilement au restaurant. L’un d’eux avait même affiché une pancarte qui disait qu’une journée sans soupe était une journée ratée ! Certaines sont très nourrissantes, avec des morceaux, comme la soupe de haricots, ou des sortes de ragoûts ou minestrones. Vous pouvez les commander en entrée la plupart du temps.
 
 

Les burek

 
Les burek sont des sortes de rouleaux de pâte filo entortillés sur eux-mêmes comme des escargots, et garnis de fromage ou d’épinards. J’ai aussi vu des parfums moins traditionnels comme une garniture façon pizza… On en trouve aussi des versions sucrées en dessert. C’est nourrissant et pas cher du tout, surtout si vous achetez ça en boulangerie ou dans des commerces qui proposent des snacks à emporter.
 

Du fromage slovène

 
Les fromages slovènes sont des fromages simples, majoritairement à pâtes pressées non cuites, et aux saveurs plutôt douces. Certains sont fumés ou aromatisés au poivron, au piment, à la truffe, au poivre… Dans de nombreux bars, vous pourrez commander une bonne planche de fromages slovènes, pour un repas pas cher et convivial.
 

De la cuisine italienne

 
Cela n’est pas typique au premier abord, mais la Slovénie a une frontière commune avec l’Italie et la cuisine italienne est très présente là-bas. Bien que je préfère manger local à l’étranger, j’ai fait un bon repas dans un restaurant italien qui proposait des variantes locales : pizzas aux charcuteries et fromages slovènes, pâtes croates aux truffes… On retrouvait les saveurs des balkans, mixées aux best-sellers italiens. Impossible d’être déçu !
 
 

Des bières locales

 
Il y a beaucoup de bonnes bières artisanales en Slovénie, et notamment de très bonnes pale ale et Ipa. J’ai testé et apprécié des bières des brasseries Lobik, tektonik, Maister, Pelicon ou Reservoir dogs. Passez votre chemin sur la Union, la bière de base par excellence, ou la Staropramen, basique également et même pas slovène bien que très présente là-bas.
 
 

Les strukli

 
Les strukli sont des rouleaux de pâtes farcis au fromage, aux épinards… Un peu comme les burek cités plus haut me direz-vous, mais la pâte est différente et au final le résultat n’est pas du tout le même ! Le burek est croustillant alors que les strukli sont moelleux, c’est un peu comme si on comparait une feuille de brick et une crêpe ! C’est délicieux, cela peut être vendu en entrée ou en accompagnement, c’est assez nourrissant. Il existe aussi une version dessert, aux pommes ou à la cannelle par exemple.
 
 

La saucisse de kransjka et le cevapcici

 
La saucisse Kransjka ou carniolienne, est une saucisse bien dorée et croustillante, bombée, alors que le cepavcici, empruntée à la cuisine croate, est composé de viande hachée modelée en forme de saucisse, sans peau autour. On sert la saucisse avec du chou, alors que le cevapcici est servi avec de l’oignon blanc cru et de l’ajvar.
 
 

Les zganci

 
C’est une sorte de porridge ou polenta de sarrasin qui n’a pas une allure très attirante, mais il paraît que c’est bon! Je n’ai pas pu le goûter, donc je le réaliserai chez moi dès que possible pour compenser!
 

Les ravioli au sarrasin

 
Les ravioli au sarrasin ont une pâte moelleuse, car ils sont pochés dans de l’eau bouillante. Leur garniture est assez fade, mais s’ils sont servis avec une sauce bien parfumée, par exemple aux champignons, c’est très sympa. Il y a aussi les zlikrofi, des plus petits raviolis en forme de chapeaux, avec une garniture à base de pomme de terre. Ils sont servis dans un bouillon, comme un ragoût de mouton par exemple.
 
 

Des gâteaux

 
Il y a plein de délicieux gâteaux à tester ici ! Je n’ai pas pu tous les s’essayer, mais j’ai essayé très fort. Parmi mes favoris, je vous recommande le gâteau à la crème de Bled et le strudel, qui se décline au fromage, aux fruits rouges, à la pomme, aux noix, etc. Vous trouverez aussi le strukli, le placek, le potica, le gibanica… Il y a l’embarras du choix pour les amateurs !
 
 
Voilà en gros les meilleures spécialités que j’ai pu voir ou tester en Slovénie, mais il y en a des dizaines d’autres ! Si vous avez l’occasion de tester quelque chose de bon, n’hésitez pas à m’en parler ici !

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Mes inspirations de juillet

Photo Gareth Williams @Flickr

Dans cette rubrique, je vous parle chaque mois de mes envies et idées culinaires du moment, des tendances qui m’ont tapé dans l’œil et des plats que je compte tester prochainement… Voici donc ce qui me motive plus particulièrement en ce moment!

La courgette

 
Mon mini carré potager m’a donné de très belles courgettes cette année… C’est la première fois que j’ai un si bon rendement ! Bon ok je m’emballe, j’en ai eu trois pour le moment, mais pour moi c’est un record! Sans compter qu’il reste des petites pousses, donc je pense que je vais continuer à en obtenir ! Du coup, j’ai passé du temps à chercher des idées de recettes à la courgette, et avec un légume aussi polyvalent, il y a vraiment de quoi s’amuser! Résultats des courses, je n’ai pas assez de courgettes pour tout faire, et je vais finir par aller en racheter quand mon stock du jardin sera écoulé !

 

La cuisine de voyages

À chaque fois que je voyage, c’est pareil, j’ai envie de prolonger l’expérience en faisant des recettes typiques des pays que j’ai visités à mon retour. Pour cela, je fais pas mal de recherches, je prends des notes pendant mes vacances sur les plats qui m’ont donné envie ou qui m’ont plu au restaurant, et j’essaie aussi de ramener des livres de cuisine de mes vacances, souvent traduits en anglais. Cette année je suis partie dans les Pyrénées-Orientales, à Malte, et en Slovénie… Cela vous donne une idée des recettes sur lesquelles je travaille en ce moment et que je vous partagerai prochainement !

 

Les café glacés

L’an dernier en Grèce, j’ai pu goûter plusieurs boissons de type café froid. J’ai toujours adoré ça et cela m’a donné envie de creuser un petit peu plus ce domaine… Avec la chaleur qui est parmi nous, cette idée que je n’avais pas mis mise à exécution l’an dernier revient à la charge ! Je pense aussi essayer de réaliser des cocktails pour le soir avec ou sans alcool, à base de café froid, de cappuccino… Je suis sûre qu’on va se régaler !
 
 

Le charbon actif

À chaque fois qu’un nouveau super aliment sort dans le commerce, je ne peux pas m’empêcher d’être intriguée et d’avoir envie de le tester… Il y a quelques temps, le charbon était devenu à la mode et j’en avais acheté une boîte. Au final, je ne l’ai pas vraiment utilisée en cure pour travailler ma digestion ou autre… Je m’en suis servie quelquefois dans des produits de beauté et notamment pour réaliser des savons, c’était vraiment top! Prochainement, j’aimerais l’utiliser aussi pour colorer certains aliments, peut-être des pâtes maison, du pain ou encore une pizza… Je réfléchis encore! Et vous avez-vous déjà utilisé du charbon en poudre en cuisine ?

Les pousses de bambou

Je ne sais pas pourquoi, mais l’autre jour j’ai pensé à des pousses de bambou, et je me suis dit que c’était vraiment un aliment que je ne cuisine jamais ! Pourtant, il intervient dans la cuisine asiatique qui est une cuisine qui me plaît beaucoup, alors je me suis dit qu’en cette saison, il fallait que j’en achète et que j’essaie de faire quelque chose avec ! Maintenant que j’en ai dan mes placards, je suis un peu perplexe et je ne sais pas dans quoi je vais me lancer… Affaire à suivre!


Photo distelfliege @Flickr

Le désencombrement

Ces derniers temps, je me suis pas mal penchée sur le désencombrement. Je ne dirais pas que ma maison est envahie de bazar, en apparence je fais en sorte qu’il n’y ait pas grand chose qui traîne, mais il faut bien avouer que quand on ouvre certaines portes de placard, j’ai un peu peur que quelque chose me tombe sur la tête! A la rentrée je vais essayer de me pencher là-dessus et de me séparer de nombreuses choses. La difficulté c’est de pouvoir les donner ou les vendre très vite, avant qu’elle s’entassent  à nouveau! Et vous, vous vous organisez comment, vous évacuez le bazar au fur et à mesure ou vous êtes du genre à entasser ?
 
 


Photo Krista @Flickr

Et vous, qu’est-ce qui vous motive, vous obsède ou vous amuse en ce moment ? 

 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Mélange d’épices à pizzas

S’il y a une chose que j’adore en cuisine, ce sont les épices. Pour moi, un repas peut se passer de beaucoup de choses. Par exemple, je ne tiens pas absolument à avoir une viande un poisson ou même une protéine végétale type tofu, de simples légumes ou un plat de céréales peuvent tout à fait me contenter pour un repas léger. Je suis une grande fan de fromage, mais c’est pareil, pour un repas léger, je peux tout à fait m’en passer. La seule chose qui me paraît absolument incontournable pour ne pas s’ennuyer en cuisine, c’est les épices.
 
 
 
De leur côté, elles apportent du goût et des saveurs incomparables, tout en étant proche du zéro calorie, ce qui fait que même quand on essaie de manger léger, il n’y a aucune raison de s’en passer, au contraire, c’est la garantie de ne jamais s’ennuyer gustativement ! Comme j’aime beaucoup la cuisine du monde, cela m’amène à utiliser de nombreux mélanges.
 
J’aime aussi beaucoup les réaliser moi-même avec les saveurs que j’aime le plus et que j’aime associer régulièrement. Cela me permet  de pouvoir préparer à la dernière minute une sauce ou un plat bien parfumé sans perdre trop de temps. J’ai donc dans mes placards un mélange à salade, un mélange à pizza, un mélange à marinade…, ce type de choses qui me servent souvent.
 
 
J’adore notamment réaliser plein de mélanges typiques de différents pays. Le mélange que je vous propose aujourd’hui me rappelle l’Italie, et je l’avais composé pour égayer des pizzas. J’y ai mis plein de bonnes herbes qui sentent le soleil, et vous pouvez le saupoudrer sans hésitation sur toutes vos pizzas, mais aussi vos plats italiens de type pâtes, lasagnes, risottos… Cela fonctionne à tous les coups, et il n’y a aucun risque d’être déçu!
 
 
Rien de plus simple que de réaliser ses mélanges d’épices soi-même. C’est aussi plus économique que d’acheter tous les mélanges qui passe, puisque vous pouvez en faire une quantité un peu plus raisonnable pour éviter que le pot ne vous reste sur les bras pendant 15 ans. Si une herbe que j’indique n’est pas disponible dans votre placard, supprimez-la ou remplacez-la par une autre que vous aimez afin de ne pas faire de frais inutiles.
 
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Aubergine à la mozzarella grillée au four

J’ai eu un peu de mal à trouver quel nom donner à cette recette. En résumé, il s’agit de tranches d’aubergine trempées dans du lait et de la chapelure pour les paner, et couvertes de sauce tomate et de mozzarella. Au début, je me suis dit que c’était  un peu comme si on réalisait une pizza pour laquelle l’aubergine remplacerait la pâte à pizza. 
 
 
Mais j’ai du mal à appeler cela “pizza” quand il n’y a pas de vraie pâte à pain, pour moi c’est trop dénaturé par rapport à la recette originale. C’est un peu comme quand on parle de hot-dogs alors qu’on remplace le pain par de la courgette… Je ne suis pas contre les substitutions un peau plus healthy, mais il y a des limites que j’ai du mal à dépasser !
 
 
Ici, j’ai donc préféré dire que ce sont des aubergines gratinées au four et au fromage, c’est plus clair non? Car on ne va pas se mentir, ce plat ne peut pas remplacer une pizza. Ça ne l’empêche pas d’être vraiment délicieux, parfumé, l’aubergine absorbe bien les saveurs et se prête bien au petit côté croustillant de la chapelure, c’est vraiment un délice à manger un soir d’été.
 
 
 
 
Source d’inspiration :
http://www.marthastewart.com/340875/eggplant-and-mozzarella-melt?center=276955&gallery=274258&slide=255461#close

Share and Enjoy !

0Shares
0 3

Huile au basilic

La recette que je vous propose aujourd’hui est une des toutes premières que j’ai réalisée durant ma jeunesse. Au même titre que ces agrumes au chèvre, cette recette vient d’un des tout premiers magazines de cuisine que j’avais acheté quand j’avais une vingtaine d’années. Cela faisait quelques années que j’avais un appartement en tant qu’étudiante, et que je me nourrissais donc comme une étudiante. Des pâtes au fromage, du thon au fromage, du pain au fromage, du riz au fromage, des pizzas au fromage… Bon vous l’avez compris, je commençais à saturer de mal manger, et j’avais décidé de me mettre un peu à la cuisine.
 
 
 
Cette recette, tout comme le chèvre au agrumes, a été la révélation et le déclencheur pour moi de longues années de passion pour la cuisine! Cette huile est extrêmement facile à réaliser et tout à fait divine au niveau du goût. Elle a embaumé mes plats pendant des semaines et des semaines, car elle se conserve très bien. Moi qui adore la cuisine italienne, j’en ajoutais systématiquement un petit filet à la fin de mes réalisations pour donner ce petit goût caractéristique de basilic, c’est tellement délicieux!
 
Cette huile à la saveur délicate sublimera tous vos plats, mais comme je le disais ci-dessus, utilisez-la plutôt en fin de cuisson. Si vous l’utilisez pour frire ou en début de cuisson, elle va se dénaturer au contact des autres ingrédients et perdre ses saveurs. Une petite cuillère d’huile versée sur un risotto, une omelette, ou un plat de pâtes au parmesan juste avant le service fera des miracles par contre.
 
 
Attention, à l’époque, je n’avais jamais entendu parler des dangers de faire infuser ses huiles soi-même. Il y a un risque de développer le botulisme, une intoxication alimentaire grave, et pour vous prémunir au maximum, il faut faire attention de cuire les légumes, la chaleur tuant la bactérie. En aucun cas, il ne faut conserver un légume ou une herbe CRUS dans de l’huile. 
Deux solutions : stériliser l’huile une fois mise en bocal, en la faisant cuire 2 heures dans un autocuiseur, ou faire cuire les ingrédients 10 minutes à 100°C ou plus. Dans la recette d’origine, l’oignon était cuit, mais pas le basilic et le piment. J’ai eu de la chance et n’ai pas eu d’intoxication alimentaire, je vous rassure!
 
 
J’ai donc préféré modifier la recette pour la rendre plus sûre et prendre en compte ce risque. La version ci-dessous inclut une cuisson de tous les ingrédients, pour tuer la bactérie. En complément, ne gardez pas cette huile excessivement longtemps, et conservez-la au frigo. En cas de doute, jetez-la ou utilisez la dans une recette où elle chauffera avec les autres aliments 10 minutes ou plus, pour vous garantir qu’aucune bactérie n’y survivra (même si comme je le disais plus haut, cela va dénaturer ses saveurs).
 
Et vous, étiez-vous au courant de ce risque ? Avez-vous bravé le danger et réalisé des huiles maison ?
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Assiette turque

La recette que je vous propose aujourd’hui a été réalisée à partir d’ingrédients reçus dans une box Hello Fresh. Vous connaissez le principe ? C’est une société qui vous expédie tous les aliments nécessaires pour cuisiner ainsi qu’une fiche recette étape par étape. 
 
 
J’aime beaucoup la cuisine du monde, aussi ce repas turc avait attiré mon attention. Il est composé de tzatzíki, de concombre, de boulgour aux poivrons, et d’un pain turc garni de feta. C’est une assiette principalement composée de crudités, très fraîche et adaptée au retour des beaux jours.
 
 
Le tzatzíki est une spécialité célèbre que l’on déguste habituellement à l’apéro, mais ici il sert de sauce, et c’est très sympa également.
 
Le pain turc est recouvert d’un mélange de feta et d’herbes, je vous en reparlerai prochainement, c’est délicieux ! 
 
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Mes inspirations de mai

Photo Nana B Agyei @Flickr

Dans cette rubrique, je vous parle chaque mois de mes envies et idées culinaires du moment, des tendances qui m’ont tapé dans l’œil et des plats que je compte tester prochainement… Voici donc ce qui me motive plus particulièrement en ce moment!

Le tofu

 
Je sais que je vais en perdre beaucoup en cours de route en parlant du tofu, vous êtes nombreux à détester cet aliment qui n’a pas de goût ou un goût désagréable selon l’avis de chacun. Mais j’ai appris à le redécouvrir et à le cuisiner de certaines façons qui le rendent à mon sens vraiment addictif ! Le secret, c’est de savoir quelle marque acheter, et de savoir comment bien le préparer… Alors c’est une véritable révolution, et ces derniers temps je m’en donne à cœur joie!
 
 

L’Italie

 
J’ai toujours adoré la cuisine italienne et j’ai eu la chance d’aller la découvrir sur place de nombreuses fois. Avec le retour des beaux jours, c’est une cuisine qui revient beaucoup plus fréquemment chez moi, que ce soit les pizzas, les pâtes, les lasagnes mais aussi les légumes marinés, les fromages ou l’aperitivo.
 

 

Les farines sans gluten

Je n’ai pas de problème de santé qui m’empêche de consommer du gluten, tant mieux pour moi. Cependant, je trouve que de la contrainte nait la créativité et qu’il y a donc plein de choses hyper intéressantes à découvrir dans la cuisine sans gluten, comme dans toutes les autres cuisines qui sont nées d’une allergie ou d’une intolérance. Je m’amuse donc à tester des recettes avec différentes farines originales comme la farine de riz la farine, de pois chiches… Et à découvrir le rendu que ça donne. Il y a quelques gros loupés  évidemment, mais aussi de super surprises ! 
 

 

Les salades et vinaigrettes

Avec le retour du printemps, j’ai une envie de salades quasi permanente. Je prépare évidemment des classiques, mais j’aime aussi profiter de n’importe quel ingrédient comme prétexte pour inventer une salade, comme une salade de falafels, de galettes de légumes ou de croûtons. Je m’amuse aussi à créer plein de vinaigrettes avec les vinaigres et les huiles originaux que j’accumule dans mes placards.
 

Coté bien-être et beauté

J’ai profité de ces trois mois de couvre-feu où la vie tournait au ralenti pour suivre une formation en ligne à la naturopathie. Cela m’a demandé beaucoup d’heures de travail mais j’ai appris énormément de choses que je pourrai mettre à profit aussi bien dans mon quotidien que pour aider des amis ou pour élaborer des soins maison aux propriétés que je souhaite. Je suis ravie d’avoir réussi à terminer ce challenge !
 
Et vous, qu’est-ce qui vous motive, vous obsède ou vous amuse en ce moment ? 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1