Archives par mot-clé : vanille

Fudge au chocolat

Connaissez-vous le fudge? Il s’agit une spécialité américaine qui rappelle le caramel mais en plus moelleux, et qui ne colle pas aux dents, donc un peu plus facile à manger. Il peut être aromatisé à de nombreux parfums, notamment vanille ou chocolat, mais on trouve aussi des saveurs plus originales comme le gingembre, les fruits…
 
 
 
Si on peut bien sûr le consommer tel quel, de mon côté je préfère le couper en petits dés et l’intégrer à un brownie ou des cookies, comme on le ferait avec des pépites de chocolat ou de caramel.
 
 
Comme beaucoup de recettes de confiseries, le fudge nécessite normalement une grande précision au niveau des températures de cuisson, mais la recette que je vous propose aujourd’hui peut se réaliser sans thermomètre de cuisson. Il suffit simplement de travailler constamment sur feu très doux pour ne pas brûler le mélange.
 
 
Le fudge contient généralement du beurre, du sucre et du lait, mais la version que j’ai testée est encore plus simple que ça, car le sucre, le lait et le beurre sont remplacés par du lait concentré sucré, ce qui représente un gros gain de temps et la sécurité de ne pas rater la recette!
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Beurre de cacahuètes

J’ai l’impression que le beurre de cacahuètes est un produit qui divise. Je veux dire par là que soit on l’aime, soit on le déteste, non? Aux Etats-Unis, il est très fréquemment consommé, ne serait-ce que dans la fameuse tartine “Peanut butter and Jelly“, autrement dit une tartine de beurre de cacahuètes et de confiture. Il y a aussi les célèbres Reese Peanut butter cup, des petits chocolats fourrés au beurre de cacahuètes, un poil écœurants mais délicieux! 
En France, sa consommation est beaucoup plus rare. Beaucoup de gens trouvent le beurre de cacahuètes trop gras, trop sucré… C’est pourtant assez proche en ce sens d’une certaine pâte à tartiner que l’on consomme souvent chez nous!
 
 
 
 
Personnellement, sans en être fan je n’ai rien contre, ce qui est étrange car je déteste les cacahuètes salées entières, notamment servies à l’apéro. Il ne faut pas toujours chercher à comprendre, les goûts et les couleurs, ça ne s’explique pas!
 
 
Si vous aimez le beurre de cacahuètes, à consommer tel quel ou pour une recette, fait maison il est bien meilleur, moins sucré et vous permettra d’obtenir exactement la quantité qu’il vous faut.
 
 
Dans l’absolu, il suffit de mixer des cacahuètes pour obtenir de la pâte de cacahuètes. Ici, on ajoute un tout petit peu d’huile pour faciliter le début du mixage, et de la vanille et du miel pour l’aromatiser légèrement. Un autre type de sucre conviendra très bien, le sucre liquide étant plus facile à mélanger, tout simplement. Vous pouvez par exemple essayer le sirop d’agave ou le sirop de riz si vous n’aimez pas le miel.
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Cupcakes vanille et châtaigne

Quoi de meilleur qu’un petit cupcake? Je dois vous avouer qu’en ce qui me concerne, je n’aime pas toujours les cupcakes à l’américaine. J’en ai mangé quelques fois là-bas et j’ai trouvé la base assez insipide et la crème au dessus bien trop écœurante à mon goût. Au final, l’ensemble ne ne me laissait qu’une sensation de beurre et de sucre sans goût! Mais quand c’est réussi, c’est bien meilleur!
 
  
 
Je pense que les goûts français sont un peu différents des goûts américains, et du coup, nous avons tendance à franciser aussi nos cupcakes. Honnêtement, ma pâte à gâteaux ressemble beaucoup à celle de n’importe quel gâteau, et mon glaçage est plutôt d’origine italo-ardéchoise, entre la rencontre de la ricotta et de la crème de marrons! Au final, je ne sais pas si c’est encore officiellement un cupcake au niveau de la composition, mais ça en vaguement le look, ce sont de petits gâteaux quoi… Et ils sont délicieux, c’est l’essentiel!
 
 
Il faut savoir que je voue un culte à la crème de marrons depuis mon enfance, je peux engloutir un pot à la cuiller, alors quand j’en ai, je la cuisine de toute urgence pour me protéger de moi-même! Ici, sa saveur est complétée par une petite touche de vanille et franchement, c’est divin!
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Kouglof alsacien traditionnel

Il y a quelques années, lorsque je préparais les fêtes, je m’amusais à revisiter Noël comme une fête moderne, décalée, que ce soit dans la déco, les couleurs, les plats revisités…
 
Plus récemment, je me suis remise à apprécier un Noël plus traditionnel. Sans doute le fait d’avoir un enfant a-t-il joué. Je revois mes meilleurs souvenirs d’enfance, avec l’énorme sapin aux boules vertes et rouges, les étoiles sur les emballages cadeaux, la vaisselle étincelante, et cela m’évoque tellement de bons moments que j’ai envie d’offrir la même chose à ma fille  ! 
 
 
 
Depuis, je prépare donc avec joie le sapin de Noël avec elle, je décore ma maison de guirlandes et de branches de sapin, et je m’essaie aux recettes traditionnelles de Noël pour (re)découvrir certaines spécialités de cette période.
 
J’ai notamment joué le jeu des Bredele une année, et même si je n’ai pas d’origines alsaciennes, je m’étais régalée de ces petits biscuits et j’avais adoré les offrir à mon entourage.
 
J’ai ensuite fait l’acquisition d’un vrai moule à kouglof traditionnel et je me suis lancée dans cette nouvelle tradition, sans trop savoir vers quoi j’allais, car je n’avais pas vraiment d’idée du goût de cette brioche. Je savais bien à quoi elle ressemblait mais je n’en avais jamais goûté ! 
 
 
En voyant celles des supermarchés, je ne sais pas pourquoi, mais j’imaginais quelque chose d’assez sec et compact. La réalité c’est que cette brioche, imbibée d’un sirop, est tout sauf sèche. Elle est délicatement parfumée, humide, et la mie est bien aérée, c’est un pur délice! 
 
Mais pourquoi n’en ai-je pas fait plus tôt? C’est la seule question que je me suis posée en y goûtant!
 
 
 
 
Source d’inspiration :
https://www.iletaitunefoislapatisserie.com/2016/05/kouglof-alsacien-traditionnel.html#.X60dutBKiM-

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Gratin de chou-fleur, maroilles et saucisse

Enfant, je détestais le gratin de chou-fleur. Il faut dire que je n’aimais pas ce légume et surtout son odeur, ni la béchamel qui entrait dans la composition du gratin que réalisait ma maman. Aujourd’hui, mes goûts ont changé et je suis sûre que je l’adorerais si elle m’en faisait à nouveau ! 
 
 
 
De mon côté, ayant des réfractaires à la béchamel chez moi mais voulant donner une nouvelle chance au gratin de chou-fleur, j’ai choisi de mettre toutes les chances de mon côté pour séduire ma tribu. 
 
 
J’ai donc utilisé de la crème et du gruyère, mais aussi des saucisses et du maroilles pour rendre le tout aussi attrayant que possible. 
 
Mission accomplie, tout le monde a été conquis!
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Pain surprise au pain polaire

Aujourd’hui, je vous propose une petite recette qui sera parfaite pour les fêtes. Je l’ai réalisée pour le repas de Noël il y a 2 ans (oui, je suis parfois très très longue à rédiger mes articles !) chez ma cousine. Ce moment convivial en famille dans sa grande maison est un super souvenir. Quand on pense que cette année, on ne sait même pas si on pourra le faire tous ensemble, ou même en petit comité… C’est déprimant, mais je refuse de me laisser abattre et j’ai envie de croire que ça sera possible ! On croise les doigts ! 
 
 
 
Pour composer ce mini pain surprise, je me suis inspirée de jolis pains surprise vus chez Picard. Ils proposent des pains surprise faits à base de tranches de pain polaire rondes, mais je n’en ai trouvé que des rectangulaires. Visuellement cela fait moins “pain surprise”, mais le principe est le même.
 
Le pain polaire est un pain qui a été inventé en Laponie. C’est un pain plat cuit à la poêle, il est bien souple, sans croûte, et particulièrement utilisé dans les sandwichs. On trouve par exemple souvent le sandwich au pain polaire, saumon fumé et fromage frais. 
 
Pour l’assemblage, soyez bien généreux sur les garnitures car le pain polaire est joli et moelleux, mais plus compact que du pain de mie. 
 
Si vous manquez de temps, vous pouvez remplacer tout ou partie des garnitures par des tartinades toutes faites du commerce : tzaziki, houmous, tapenade…
 
 
Vous pouvez varier les garnitures selon vos goûts ou les ingrédients dont vous disposez. Celles-ci ont bien plu à tout le monde, et le pain polaire a disparu en quelques minutes!
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Pudding au citron meringué

J’adore la tarte au citron meringuée. J’en ai déjà testé pas mal de variantes comme la tarte au citron et amandes, la tarte citron, ou les verrines façon tarte au citron. Pour m’occuper pendant ce deuxième confinement, j’ai voulu reprendre une de mes missions (soldée par un échec) du premier confinement, à savoir de ne presque pas faire de courses, pour vider une fois pour toutes mes placards qui débordent de produits étranges, que soit salés, sucrés, liquides…
 
 
Parmi les nombreux produits farfelus (ou pas) dont je dispose, il y a un stock de pain dur. J’adore le pain, mais il arrive parfois que je ne le finisse pas totalement. Je stocke alors les restes jusqu’à en obtenir assez pour en faire quelque chose de sympa.
J’avais le souvenir du Queen of puddings, un pudding trouvé il y a quelques années chez Marion, du blog Chez la marmotte, et que j’avais tout simplement adoré. Il faut dire qu’elle-même l’avait dégoté chez Jamie Oliver, un de mes cuisiniers favoris.
 
En pensant à ma tarte au citron, le Queen of puddings m’est revenu en tête car il se présente un peu comme une tarte au citron, c’est à dire qu’il est meringué sur le dessus.
Une idée a alors germé. Si au lieu de faire une tarte au citron classique, je fusionnais les deux desserts?
J’ai donc réalisé une couche de pudding pour faire la base de ma tarte, et je l’ai ensuite recouvert d’une crème au citron et enfin, de meringue. 
Ce dessert est vraiment un dessert à thème “confinement”, puisqu’il ne nécessite pas de farine grâce cette base de pudding. Sans compter que cette base est sans œufs, alors que la recette de Jamie et de Marion en contenait. Je les ai remplacés par un peu de fécule de maïs, je faisais vraiment les fonds de placard! 
 
Sans grande surprise, le résultat fut délicieux. En goutant les couches indépendamment, j’ai remarqué que la base était moins sucrée que dans mon souvenir. Son côté un peu fade n’est pas gênant du tout en fond de tarte, mais je n’irais pas en manger tel quel. La texture est sympa et bien humide, mais je pense que l’on pourrait monter jusqu’à 40 ou 50 g de sucre pour obtenir quelque chose de plus parfumé. Généralement, pour un pudding consommé seul, on met la moitié du poids de pain en sucre. Un petit peu de rhum ne gâcherait rien non plus, j’ai l’habitude de sa saveur dans les puddings et j’adore!
Cependant dans ce contexte, le côté neutre du pudding est adapté car il compense le côté sucré de la crème citron. La couche citron est sans jaunes d’œufs, totalement végétale alors que la majorité des tartes au citron demandent des jaunes pour la réalisation de la crème citronnée. C’est une recette de restes, je n’avais plus d’œufs au frigo, à part des blancs à écouler! Le confinement était passé par là une fois de plus! 
 
La meringue était trop bonne, mais je n’avais pas de poche à douille pour déposer appliquer joliment la meringue. J’ai donc fait es stries à la fourchette et le rendu est pas mal! Mais bien sûr, si vous avez une poche à douille, cela sera plus joli encore.
Coté rendu et tenue, le pudding rend un peu de liquide, il est bien humide donc ne le mettez pas tout de suite dans le plat de service, laissez-le s’égoutter un peu d’abord. L’ensemble tient très bien, se coupe parfaitement, ne se casse pas au service. Avec le temps, ma meringue  un peu rétréci et ne couvrait plus tout à fait le gâteau. Avez vous déjà vu un tel phénomène? C’est la première fois que ça m’arrive!
Au final, cette recette est délicieuse, et super pour écouler des blancs d’œufs et du pain dur à la fois, si vous êtes dans le cas particulier où vous avez les deux qui vous restent sur les bras, elle est faite pour vous!

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Légume de saison : le potiron

Photo Liji Jinaraj @Flickr

En novembre, les potirons sont dans nos assiettes! Ce héros de l’automne va bientôt terminer sa saison, donc il est temps d’en cuisiner si vous n’en avez pas encore profité! On a tendance à penser que ce gros légume est compliqué à préparer, et notamment à éplucher, mais grâce à cet article, vous verrez que c’est beaucoup plus simple qu’on ne le pense! Suivez le guide et les potirons n’auront plus de secret pour vous!

Comment choisir les potirons ?

Que ce soit au supermarché ou à la ferme, choisissez un potiron ferme et bien dense. Trop léger, il risque de ne pas être parfaitement mûr. Choisissez en un avec le pédoncule complet, il se conservera mieux. Enfin, sa peau doit être mate et uniforme. Si possible, prenez-en un qui possède encore son pédoncule, car celui-ci ralentit la déshydratation.


Photo James Saunders @Flickr

Quand les potirons sont-elles de saison?

Les potirons sont des légumes de fin d’été et d’automne. Leur saison démarre en août/septembre et on peut généralement en trouver jusqu’à fin octobre, début novembre


Photo Tim Evanson @FLickr

Comment conserver vos potirons?

Il est préférable de le conserver vos potirons dans un endroit frais et sec. Votre potiron se conservera au moins un mois.


Photo WxMom @Flickr

Comment préparer du potiron?

Pour éplucher facilement votre potiron, commencez par couper les extrémités. Coupez ensuite votre potiron en deux, pour séparer la partie qui forme une boule de celle qui est cylindrique. Les deux parties pourront ensuite être épluchées à l’économe facilement. Enfin, coupez les morceaux en deux et évidez les graines et les filaments à l’aide d’une cuiller.  Vous pouvez ensuite cuire votre potiron à l’eau, au four ou encore au micro-ondes. La cuisson au four est la plus pratique et évite que le potiron ne se gorge d’eau. Pour cela, déposez le potiron coupé en cubes ou en tranches sur une plaque sans les superposer, et enfournez  à 200°C pour une vingtaine de minutes.


Photo James Saunders @Flickr

Mes recettes favorites au potiron

 


Purée de potiron au miel et épices


Potage “lyonnais” au potiron


Œuf cocotte au saint nectaire, potiron et aux noix


Tarte au potiron et comté


Purée de lentilles corail et potiron


Colombo de potiron

veloute-potiron-carotte-vache-qui-rit
Velouté de potiron, carotte et vache qui rit


Champignons farcis au potiron et parmesan

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Tarte au fromage blanc et zestes d’orange

J’adore le cheesecake à l’américaine, mais j’ai parfois tendance à oublier qu’il existe des versions européennes, comme le gâteau au fromage blanc et le kase kuchen
 
 
 
Si le cheesecake est souvent réalisé avec du creamcheese et contient une pâte à base de biscuits broyés, les versions européennes sont généralement au fromage blanc et prévoient une pâte à tarte classique, comme une pâte brisée ou sablée. 
 
Le recette que je vous propose aujourd’hui à été réalisée à l’occasion de l’anniversaire de ma sœur, et elle est parfumée aux zestes d’oranges, un petit détail qui me fait craquer. 
 
Pour la bonne tenue du gâteau (et son goût), je vous recommande d’utiliser du fromage blanc et de la crème fraîche non allégés.
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 3

Gâteau pommes creamcheese

Dès que revient l’automne, c’est une joie de recommencer à se régaler de pommes. Qu’on les croque telles qu’elles ou qu’on les mettre dans les gâteaux ou les tartes, c’est un tel délice!

J’ai réalisé ce gâteau il y a quelques temps déjà. J’aime son petit look à l’américaine dû à la forme du moule, mais aussi à la décoration avec le glaçage dégoulinant.

Pour célébrer le début de l’automne, j’ai découpé de petites feuilles d’arbre dans de la pâte à sucre et ajouté quelques noix de pécan en décoration. De la pâte d’amandes peut également convenir, je la préfère à la pâte à sucre qui n’apporte rien au niveau du goût, mais l’amande est un allergène courant donc il faut vous assurer qu cela convient à tous vos convives.

 
 
Source d’inspiration :

http://www.glorioustreats.com/2013/09/apple-cream-cheese-bundt-cake.html

Share and Enjoy !

0Shares
0 0