Archives de catégorie : Basiques

Babeurre maison

Il y a énormément de recettes qui contiennent du babeurre dans leur liste d’ingrédients. Je dois avouer que lors de mes débuts en cuisine, en voyant ça, je me demandais ce que ça pouvait bien être, et j’ai du enquêter pour en savoir plus. Après quelques recherches, j’ai découvert que le babeurre est aussi appelé lait de baratte, lait ribot, lait battu, lait de beurre ou encore buttermilk dans les recettes anglaises. Il est issu du lait frais ou fermenté après la fabrication du beurre par barattage, et a un goût aigrelet. C’est un ingrédient clé utilisé dans de nombreuses recettes : muffins, crêpes, gaufres, gâteaux et biscuits pour n’en nommer que quelques-uns. Il leur apporte du moelleux et une texture particulière très appréciée.
 
Il vous est peut-être arrivé comme moi de vous retrouver en galère à cause du babeurre dans une recette. Imaginez : au beau milieu de votre recette, alors que vous avez déjà cassé les œufs dans le saladier et pesé la farine, vous vous rendez compte qu’il vous faut du babeurre et que vous n’en avez pas. Pire, vous ne savez pas où en trouver! Vous vous retrouvez alors à chercher compulsivement sur Google des solutions à ce problème, en espérant que vous pourrez sauver votre recette déjà commencée…
 
 
Si vous êtes comme moi, vous n’avez pas envie de faire un aller-retour à l’épicerie en plein milieu de votre recette pour un article manquant, donc un substitut de babeurre va vous rendre un grand service! La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez en réaliser avec des ingrédients communs (il en faut seulement deux!) que avez toujours ou presque dans votre frigo.
 
Si vous avez du lait et du jus de citron, vous pouvez préparer du babeurre tout frais en seulement 5 à 10 minutes. Ce n’est pas strictement du « vrai » babeurre, on est d’accord, mais ça fonctionne parfaitement dans les recettes! Depuis que j’ai cette astuce, je n’achète pas de babeurre, je le fabrique comme ça à la maison en quelques instants. Cela me permet de faire la quantité exacte de babeurre nécessaire pour une recette, et ça m’évite donc d’avoir un reste sur les bras!
 
Lorsque votre babeurre va se former, vous devez voir apparaître des sortes de grumeaux dans le lait. On ne les voit pas sur les photos je ne sais pas pourquoi, mais en vrai c’était assez perceptible, on voit le lait qui commence à cailler légèrement. C’est normal!
 
 
P.S. : Si vous vous demandez ce qu’on peut faire avec du babeurre, regardez par exemple cet irish bannock!
 

Babeurre maison

Quantité ou nb de personnes: Pour 20 cl environ

Ingrédients

  • 20 cl de lait (frais ou pas)
  • 1 c. à s. de jus de citron

Préparation

  1. Mélangez le lait et le jus de citron. Laissez reposer 5 à 10 minutes à l'air livre, jusqu’à ce que des sortes de "grumeaux" se forment.
  2. Utilisez l'ensemble du mélange (lait + grumeaux) dans votre recette.

 

Sauce samouraï

Aujourd’hui, c’est une recette de sauce que je vous propose! Si vous êtes amateurs de kebabs et/ou de friteries, il y a de grandes chances que vous connaissiez la sauce samouraï, la fameuse sauce bien piquante! Personnellement ce n’est pas ma favorite, elle pique un peu trop pour moi, et je suis une accro de la sauce Hannibal. D’ailleurs, pour ceux qui ne sont pas dans le nord de la France, connaissez-vous la sauce Hannibal? Je me demande si elle est connue partout ou seulement chez nous. Par contre la sauce samouraï est la favorite de mon homme. Comme nous aimons parfois nous faire des fast-food façon « maison », j’ai voulu essayer de lui faire cette sauce moi-même!
 
 
La sauce samouraï peut accompagner quasiment tous vos plats. Elle est notamment idéale pour relever les sandwiches, les kebabs, mais aussi pour accompagner une viande grillée ou des frites. Elle sera top aussi pour vos barbecues.  Méfiez-vous car elle est délicieuse mais assez pimentée ! 
 
Concrètement la samouraï c’est quoi? Bien qu’elle ait un nom assez japonisant, elle serait plutôt d’origine belge. C’est une sauce fabriquée à base de mayonnaise à la quelle on ajoute du  “sambal oelek”, une pâte de piments indonésienne. Si vous n’en trouvez pas, vous pouvez la remplacer par de la sauce harissa ou toute autre pâte de piment.
 
Et vous, avec quelle sauce vous prenez vos kebabs?
 
 
 
P.S. : Si vous avez de la sauce samouraï à finir, mettez-la dans ce burger toasté géant au camembert!
 
 
Sauce samouraï

Quantité ou nb de personnes: Pour 150 g de sauce

Ingrédients

  • 100 g de mayonnaise
  • 35 g de sambal oelek, harissa ou pâte de piment
  • 1 c. à c. de ketchup
  • 1 c. à c. de jus de citron
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Mélangez l'ensemble des ingrédients dans un bol. Gardez au frais jusqu’au service.
 
 

Comment utiliser une gousse de vanille?

Présentes dans de nombreuses recettes, les gousses de vanille ont une saveur incomparable, et permettent de faire passer n’importe quel plat de « bon » à « délicieux »! Les gousses peuvent sembler compliquées à utiliser quand on ne l’a jamais fait, et vous pouvez être tentés par la solution de facilité, c’est à dire utiliser du sucre vanillé ou de l’extrait de vanille liquide. Mais on ne va pas se mentir, rien ne vaut la saveur d’une vraie gousse! Amateur de saveurs vanillées, découvrez comment bien utiliser vos gousses de vanille pour parfumer votre cuisine, sucrée ou salée!
 
    

Choisir des gousses de vanille

Elles doivent être charnues, souples et un peu grasses. Honnêtement, je n’achète plus du tout de gousses en grande surface, je les trouve hors de prix, et souvent toutes sèches, avec assez peu de graines dedans. Je les commande sur internet, elles sont bien plus belles, parfumées, et au final souvent moins chères! Si vous cherchez une bonne adresse, je vous recommande celles de mon partenaire David Vanille, qui sont sublimes. C’est un vrai spécialiste et vous pourrez même affiner votre connaissance de la vanille avec les variétés du monde entier qu’il propose sur son site.

La conservation des gousses de vanille

Pour une conservation optimale, gardez vos gousses dans une poche en plastique. Si vous les avez reçues dans un emballage de ce type, c’est parfait, veillez juste à bien le refermer. Sinon, mettez les gousses dans un bocal préalablement stérilisé et soigneusement séché. Choisissez en un pas trop grand, au format le plus proche de vos gousses de vanille pour qu’il y ait le moins d’espace vide (et donc d’air) autour des gousses dans le bocal. Placez celui-ci dans un placard à l’abri de la lumière.
 

Comment utiliser votre gousse de vanille

Coupez la gousse en deux dans la longueur.
 
Avec le dos d’une lame de couteau, grattez l’intérieur de chaque demi-gousse pour en prélever tous les petits grains noirs. C’est très facile à faire quand la gousse est bien souple. Quand elles sont un peu sèches, c’est plus ardu mais pas infaisable, je vous rassure.
 
Si vous utilisez votre vanille dans une préparation liquide (principalement du lait, comme pour la crème anglaise), mettez les graines dans le liquide de votre recette, ainsi que le reste de la gousse. 
 
Mettez à chauffer et dès que vous atteignez l’ébullition, retirez du feu et laissez infuser à couvert pendant environ 15 minutes. Si vous avez le temps, vous pouvez même couvrir votre récipient et le laisser infuser jusqu’à une nuit complète.
 
Récupérer les morceaux de la gousse. Vous pouvez vous aider d’une passoire s’il y a des petits morceaux, mais vous devez laisser les grains dans le liquide donc n’en prenez pas une trop fine.
 
 
 

Que faire avec les gousses de vanille utilisées?

 
Ne jetez pas vos gousses après avoir récolté les graines, même si elles ont infusé dans du lait ou de la crème. Rincez-les, faites-les sécher puis utilisez-les pour fabriquer du sucre vanillé maison, de l’extrait de vanille, ou encore de l’huile parfumée à la vanille. Les industriels mixent finement les gousses utilisées et les ajoutent aux préparations pour renforcer le goût de vanille et apporter les jolis petits points noirs, que l’ont voit notamment dans la glace à la vanille. Je n’ai pas essayé cette méthode mais cela doit être possible de faire pareil, à condition d’avoir un mixeur vraiment performant pour ne pas avoir de morceaux désagréables en bouche.
 
Voilà avec tout ça, vous devriez tirer le maximum de vos gousses de vanille. Vous avez d’autres idées pour réutiliser les gousses après utilisation?
 

Vous voulez commander des gousses de vanille? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!

Crème pâtissière végétale à la vanille

Ces derniers temps, j’aime expérimenter les alternatives végétales aux recettes de base. Je ne pense pas abandonner les produits laitiers ou les œufs, mais j’ai plusieurs raisons de vous proposer une version végétale d’un classique comme la crème pâtissière sur ce blog. Cela peut bien sûr intéresser les vegans ou végétaliens, mais il y a aussi les allergiques, ou simplement ceux qui subissent la crise du frigo vide, vous savez, quand vous voulez faire une recette mais qu’il vous manque un ingrédient clé et que vous avez la flemme de sortir faire des courses. 
 
J’ai donc testé cette recette de crème pâtissière, que je n’ai pas mangée telle qu’elle mais incorporée dans une frangipane. Je l’ai néanmoins goûtée nature et je dois dire que sans être 100% identique, elle est très bonne et très proche de la version aux œufs et au lait ! Une fois mélangée à la crème d’amandes par contre, la différence était indétectable pour moi. Cette recette est donc LA solution pour tous ceux qui cherchent une crème pâtissière sans œufs et sans lait!
 
 
Je suis super contente de partager cette recette flexible et facile à faire. Ma version contient une gousse de vanille, qui parfume délicieusement l’ensemble. J’ai utilisé de la vanille qui provient de chez David Vanille. Les gousses sont magnifiques, humides et surtout, terriblement parfumées, cela n’a rien à voir avec celles que l’on trouve dans les supermarchés! Si vous voulez découvrir sa sélection de vanilles c’est par ici!
 
Le curcuma est facultatif, il ne sert qu’à apporter une couleur jaune qui rappellera la crème pâtissière aux œufs. Suivant l’utilisation que vous prévoyez pour cette crème pâtissière, vous pouvez la parfumer avec un peu de cannelle ou de gingembre ou y ajouter des arômes de votre choix.
 
  
 
P.S. : Si vous cherchez un dessert à la vanille, regardez aussi ces crèmes au lait concentré
 

Vous voulez commander des gousses de vanille? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!

Crème pâtissière végétale à la vanille

 
  • 60 cl de boisson d’avoine ou autre boisson végétale
  • 25 g de fécule de maïs
  • 100 g de sucre roux
  • 1 c. à s. d’huile de tournesol
  • 1 gousse de vanille
  • 1 pointe de curcuma
 
Portez le lait végétal à ébullition dans une casserole avec le sucre, l’huile et la gousse de vanille fendue en 2 et grattée, ainsi que les graines obtenues. Placez la maïzena dans un saladier et ajoutez-y peu à peu le lait bouillant en battant au fouet au fur et à mesure pour éviter les grumeaux. Ajoutez la pointe de curcuma pour jaunir légèrement la préparation. Replacez la préparation obtenue dans la casserole et remettez sur le feu. Laissez épaissir sur feu doux en comptant 2 minutes à partir de l’ébullition. Couvrez la crème d’un film et laissez refroidir 30 minutes minimum avant utilisation.  Remuez-la pour qu’elle ne fasse pas de croûte.
 
 
Source d’inspiration :

Spécialité d’Italie : Sauce marinara

Aujourd’hui, c’est une recette de base et végétarienne que je vous propose : la sauce marinara. Avant de vous l’expliquer plus en détail, j’avais envie de vous parler d’un concept sympa que je viens de découvrir : Le veggie challenge
 
Voilà deux ans environ que j’ai adopté une alimentation beaucoup plus végétale, qui contient très peu de viande ou de poisson, même si je ne suis pas à proprement parler végétarienne. Bien que par goût j’aime la viande, je suis très attirée par ce mode d’alimentation, que ce soit pour des raisons d’éthique ou de santé. De plus, je trouve qu’il y a énormément de recettes innovantes à tester en cuisine végétale. Ne serait-ce que par curiosité, c’est amusant de se prêter au jeu. 
 
Je me suis donc inscrite à ce challenge qui consiste à adopter une alimentation végétale pendant 21 jours. On s’inscrit sur le site et on reçoit chaque matin des recettes, conseils et infos pour nous aider à nous y tenir. Les mails sont très intéressants et les recettes sont vraiment top, pas trop dures ou à base d’ingrédients bizarres ou difficiles à trouver. Je ne pense pas devenir végane à la fin de ce challenge, car je crois que je ferais une crise de manque si je ne consommais pas de fromage pendant trop longtemps. Cependant, je conserverai certains bons conseils et astuces que j’ai découverts en le faisant, et j’augmenterai sans doute encore la part de plats végétaux dans mon quotidien. Si ça vous dit d’essayer, c’est par ici pour en savoir plus et vous inscrire, c’est gratuit et ça n’engage à rien!
 
Maintenant, parlons de cette sauce marinara! La première chose à savoir à propos de la sauce marinara, c’est qu’elle n’est pas synonyme de sauce tomate ou de bolognaise. C’est vraiment une sauce spécifique, simple, mais qui nécessite néanmoins une méthode particulière et des ingrédients précis. Je vous rassure, ce n’est pas le genre de recette que les nonnas italiennes font mijoter pendant trois heures en mélangeant inlassablement, au contraire, cela va plutôt vite à faire. 
 
La vraie sauce marinara a le bon goût de la tomate fraîche et la saveur de l’huile d’olive, mais aussi une texture agréablement veloutée. La liste « officielle » des ingrédients comprend de l’huile d’olive, des tomates bien mûres, une belle quantité d’ail, une pincée de piment et d’origan séché ou, dans les versions modernes de la recette (et dans celle que je vais vous proposer), du basilic frais. 
 
Comme vous le voyez, la sauce marinara ne contient pas grand chose, mais cela fait vraiment la différence avec une simple sauce tomate! Une fois que vous aurez testé cette recette, vous pourrez dire adieu à la sauce pour pâtes achetée en magasin, c’est clair! 
 
 
Les tomates mûres sont la clé pour réussir cette sauce. Elles apportent la meilleure saveur quand elles sont de saison. L’été, prenez donc des tomates fraîches et très mûres, les roma étant parfaites. Je vous recommande d’en faire de belles quantités et d’en congeler pour l’hiver. Si vous devez réaliser cette recette en plein hiver, je vous recommande d’opter pour des tomates en conserve de bonne qualité à la place des tomates, qui ne seront pas assez mûres et goûteuses à cette période de l’année. La sauce marinara est idéale pour garnir tout vos plats, des pâtes à la pizza, c’est un basique qui vous servira régulièrement.
 
Utilisez une poêle, ou une casserole très large pour cette recette. Cela permettra à la sauce de cuire uniformément et de s’épaissir rapidement. 
 
   

Sauce marinara

 
  • 400 g de tomates très mûres en saison, ou en boite entières
  • 3 cl d’huile d’olive
  • 4 gousses d’ail pelées et écrasées 
  • 1 pincée piment de Cayenne
  • 1/2 c. à c. de  sel
  • 5 feuilles de basilic
  • 1/2 c. à c. d’origan séché  
Versez les tomates dans un grand bol et écrasez-les avec les mains. Versez 1 tasse d’eau dans la boîte et faites-en le tour pour obtenir les jus de tomates. Réservez. Dans une grande poêle à feu moyen, chauffez l’huile. Quand l’huile est chaude, ajoutez l’ail. Quand l’ail grésille mais avant qu’il brunisse, ajoutez les tomates puis l’eau de la boite de tomates. Ajoutez le piment entier ou les flocons de piment rouge, l’origan, le sel et remuez. Déposez les feuilles de basilic dans la sauce, faites mijoter la sauce jusqu’à épaississement soit environ 15 minutes. Jetez le basilic et le piment. Rectifiez l’assaisonnement.
 
 

Pâte sablée à l’amande

Si je suis avant tout une grande fan de salé, je ne refuse pas un bon petit dessert une fois de temps en temps, surtout quand il est réalisé maison! J’ai longtemps fait des gâteaux maison, mais des tartes seulement semi-maison, avec des pâtes à tarte toutes faites. Ce n’est pas mauvais, ça permet d’aller vite, mais… Il manque un petit quelque chose! Récemment, je me suis dit que j’étais prête à passer au niveau supérieur et à essayer de faire mes pâtes maison! Il faut dire que mes meilleurs souvenirs de pâtisserie passent souvent par de délicieuses pâtes sablées bien croquantes, beurrées et parfumées! Quand elle est réussie, on ne rechigne pas à manger la croûte, au contraire, on a presque envie de commencer par là et de
manger celle de ses voisins!
 
 
Alors quand j’ai vu sur le blog (Presque) bonne à marier une recette de pâte sablée à l’amande, ça a été mon déclic, je me suis décidée à tester sa recette. Résultat des courses, cette pâte a été 100% adoptée, à tel point que j’en ai même déjà réalisé plusieurs variantes suivant mes envies. Je vous en parlerai plus tard, mais  cette première version à l’amande est juste délicieuse! Ça fait réellement la différence entre un dessert simple et un dessert exceptionnel, croyez moi!
 
Je ne voulais pas m’embarquer quoi que ce soit de trop  compliqué, et je vous rassure ce n’est pas le cas de cette recette. Depuis que je l’ai testée, je n’achète plus du tout de pâte sablée toute prête!
 
Si vous ne connaissez pas le blog d’Alexandra, (Presque) bonne à marier, j’en profite pour vous inviter à aller lui rendre visite et découvrir ses recettes ultra gourmandes!
 
 
 
P.S. : Maintenant que vous avez la pâte, il vous faut une idée de tarte, comme cette tarte amandine pommes cannelle délicieuse!

Pâte sablée à l’amande

 
Pour un moule de 25 cm de diamètre
 
  • 100 g de beurre pommade
  • 50 g de sucre glace
  • 1 petit œuf
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 200 g de farine
  • 1 pincée de sel
 
Sortez le beurre à l’avance pour qu’il ramollisse. Dans un bol, mélangez le beurre pommade avec le sucre glace. Ajoutez la poudre d’amandes, et le sel l’œuf. En dernier, incorporez progressivement la farine, jusqu’à obtenir une boule de pâte compacte. Réfrigérez 30 minutes.
 
Étalez la pâte sur une épaisseur de 3 à 4 mm et foncez votre moule à tarte. Laissez reposer 30  minutes au réfrigérateur.
Préchauffez le four à 200°C.
 
Couvrez le fond de tarte de papier cuisson puis d’une couche de billes de cuisson ou légumes secs et enfournez pour 20 minutes.
 
 
 
Source d’inspiration :

Parmesan végétal

  Aujourd’hui, je vous propose une recette qui change (enfin pour moi), puisqu’il s’agit d’une recette végane qui permet de remplacer le parmesan dans les recettes : le parmesan végétal! J’ai vu cette recette sur Geek et balsamique, un blog que j’aime beaucoup, et je me suis dit que ca vaudrait le coup de tenter!
Comme le dit Delphine sur son blog, de plus en plus de gens sont intolérants aux produits laitiers, et contrairement à ce qu’on pense, les habitants de pays qui consomment moins de lait sont en meilleure santé osseuse que dans nos pays où nous en consommons beaucoup… Oui ça peut surprendre mais c’est vrai! Bref, réduire la consommation de produits laitiers peut-être bon pour la santé, même si ça représente (pour moi en tout cas) un trop grand sacrifice au niveau du goût!
Loin de moi l’idée d’arrêter le fromage je vous rassure, j’y suis bien trop accro et le parmesan fait d’ailleurs partie de mes petits préférés! Mais la curiosité l’emportant, j’ai voulu goûter pour savoir à quoi ressemblait ce faux-mage!
Visuellement, ce parmesan végétal est plutôt crédible je trouve. Par contre niveau goût, ne vous attendez pas à avoir des saveurs vraiment ressemblantes. Peut-être qu’en petite quantité, quand on ne le sait pas on peut se faire avoir, et encore! Mais quoi qu’il en soit, ce petit mélange est délicieux. Il a un petit goût de noix et évoque une sorte de chapelure parfumée, c’est très agréable! J’ai adoré le saupoudrer sur mes plats! Petit bonus, ils se conserve très bien donc jai trouvé ça très pratique d’en avoir d’avance!
Saupoudrez-en vos plats de pâtes, gratins, risottos… Bref comme vous le feriez avec du parmesan classique!
 
P.S. : Si vous cherchez une recette pour utiliser ce parmesan végétal, vous pouvez regarder ce risotto aux champignons.

Parmesan végétal

Pour 1 pot
  • 60 g de noix de cajou non salées et non grillées
  • 30 g de levure maltée en paillettes
  • 1/2 c.à.c. de sel
Déposez les noix de cajou dans le mixeur. Mixez grossièrement (en mode « pulse » si vous l’avez) afin de ne pas chauffer les noix.
Ajoutez la levure maltée et le sel. Mixez à nouveau par accoups. Vous devez obtenir une poudre qui ressemblera visuellement à du parmesan .
Versez votre parmesan végétal dans un bocal et conservez-le au frais.
 
 Source d’inspiration :

Vinaigre de figue et romarin

Je ne crois pas vous avoir déjà parlé de mon amour pour le vinaigre balsamique. C’est une véritable passion que je lui voue, je l’aime qu’il soit rouge, blanc, en réduction, dans les salades mais aussi un peu partout sur mes plats! je trouve qu’il apporte juste ce qu’il faut de pep’s à n’importe quel plat! 
Le vinaigre balsamique est bien sûr délicieux sur les salades comme la fameuse caprese ou tomates-mozza, mais il peut également être utilisé sur beaucoup d’autres aliments. On peut déglacer ses légumes et ses viandes avec, en verser un filet sur des œufs au plat, sur une pizza ou une bruschetta… 
J’ai eu l’occasion de goûter du vinaigre aromatisé aux figues, et c’était tellement bon que j’ai eu envie de renouveler l’expérience en réalisant moi-même mon vinaigre aromatisé. J’avais déjà tenté avec succès l’expérience avec de l’huile d’olive, donc je me suis dit « pourquoi pas »? Je dois dire que je n’ai pas été déçue, car la saveur de cette recette n’a d’égal que sa simplicité! Cela vous prendra à peine quelques minutes pour réaliser ce vinaigre, ensuite il faut un peu de patience le temps que cela repose, mais quel délice à l’arrivée!
On obtient un mélange vraiment harmonieux et subtil de figues et de vinaigre balsamique. Ni trop sucré ni trop acide, ce vinaigre se marie parfaitement avec le melon, la salade, les fromage de chèvre… Alors, vous êtes convaincus?
P.S. : Si vous cherchez comment utiliser votre balsamique, il se marie avec plein de choses et ne sert pas qu’à assaisonner les salades! Vous l’apprécierez notamment sur des légumes rôtis au four!
 

 Vinaigre de figue et romarin

  • 80 g de figues sèches
  • 1 branche de romarin
  • 75 cl de vinaigre balsamique

Coupez en petits morceaux les figues sèches, mettez-les dans un bocal avec couvercle ou une bouteille au goulot assez large avec 75 cl de vinaigre balsamique et la branche de romarin.

Faites macérer le tout pendant 3 semaines et ensuite filtrez la préparation avant de l’utiliser.

Granola salé au paprika

Avis aux amateurs d’avoine : vous allez vous régaler. Personnellement j’adore l’avoine, que ce soit en porridge, en muesli ou dans de nombreuses recettes, à la place de la farine.
Alors quand j’ai vu un granola salé sur le blog Rappelle toi des mets, je me suis dit que c’était une drôle d’idée, certes, mais surtout que j’allais forcément craquer! Imaginez : un granola salé, croustillant, et subtilement parfumé d’épices, il y a de quoi avoir envie de goûter!
Rassurez-vous, vous n’avez pas besoin de lait ou de yaourt pour profiter de ce granola. Il est assez bon pour l’engloutir en quelques instants par poignées, mais si vous arrivez à vous retenir, sachez qu’il y a plein de façons de l’utiliser!
Déjà, dites bonjour au meilleur ami de vos salades. Si vous êtes comme moi et aimez mélanger tout ce qui traîne chez vous pour faire des salades improvisées, vous allez adorer y ajouter ce granola. Il ajoute une note croustillante très agréable à tous types de salades.  Je pense qu’il serait notamment top sur cette salade de melon au jambon serrano et noix de cajou. Suivant la quantité que vous mettez, le granola peut faire une petite décoration façon crumble, ou même carrément remplacer le féculent pour vous éviter d’avoir à cuire du riz.
Ce granola est également excellent avec des soupes chaudes ou froides comme le gaspacho, ou servi sur une sauce au yaourt pour tremper des bâtonnets de carotte à l’apéro. Vous pouvez aussi en saupoudrer sur les gratins, en l’ajoutant dans les cinq dernières minutes de cuisson, pour éviter qu’il ne brûle. Enfin, il sera très sympa parsemé sur des légumes grillés ou sur  un beau morceau de poisson. En bref, amusez-vous à en mettre partout ! Il y a sans doute plein d’autres idées que je n’ai pas encore testées, ce qui est sûr, c’est que désormais je ferai en sorte de toujours avoir un bocal de granola salé d’avance dans mon placard!
Ce que j’ai​ aimé dans cette recette, c’est son petit goût addictif et sa texture bien croustillante. Comme avec les granola sucrés, vous pouvez très facilement le personnaliser et le décliner avec toutes sortes de graines que vous aurez à disposition dans vos placards. J’ai choisi de faire une version avec un mélange d’avoine et de blé, et de mettre à l’honneur la saveur du paprika que j’aime beaucoup.
Petit bonus, cette recette est très rapide à faire. Donnez-vous 10 minutes pour mélanger les ingrédients, enfournez, stockez en bocal et c’est tout!
Si vous ne connaissez pas le blog Rappelle toi des mets, allez vite le découvrir! C’est un festival de belles photos et de recettes alléchantes!

P.S. : Si vous cherchez des bocaux pour stocker votre granola, en voici des chouettes :

Granola salé au paprika

Pour 2 bocaux
  • 70 g de flocons d’avoine
  • 30 g de son  de blé
  • 30 g de son d’avoine
  • 65 g de mélanges de graines
  • 2 c. à s. d’eau
  • 2 c. à s.  de miel
  • 2 blancs d’oeufs
  • 1/2 c. à c.  de sel
  • 3 c. à s.  de de parmesan râpé
  • 4 cl d’huile de courge
  • 1 c. à s. d’herbes de Provence
  • 1 c. à s.  de paprika
  • 1/2 c. à c. de graines de moutarde
 Préchauffez votre four à 150°C.
Mélangez les ingrédients secs.
Ajoutez l’eau, le blanc d’oeuf, et pétrissez. Ajoutez alors l’huile , mélangez à nouveau, et ajoutez en si besoin. Il faut que le mélange s’amalgame (colle) légèrement.
Parsemez de petits « paquets » de granola sur une plaque recouverte de papier cuisson.
Enfournez pour 15 à 20 minutes en remuant à mi-cuisson.
Sortez le granola salé lorsqu’il est doré et attendez qu’il refroidisse  et se solidifie, puis conservez le dans un bocal.
Source d’inspiration :

Naans fromage

Aujourd’hui, je vous propose de réaliser la recette du fameux cheese naan, ce délicieux pain plat indien fourré au fromage cuit dans un four dans un four en argile appelé Tandoor. Bien sûr, comme j’imagine que vous n’avez pas de four Tandoor chez vous (si vous en avez un, envoyez-moi votre adresse, j’arrive), je vous rassure : on peut le préparer dans un four classique quand on n’a que ça sous la main, c’est d’ailleurs ce que j’ai fait!

Il existe de nombreuses variantes de naans : nature, au beurre, à l’ail, aux légumes, à la viande hachée… Mais je dois dire que celui au fromage est mon petit préféré! C’est aussi je pense le plus populaire dans les restaurants indiens. Il paraît que le naan s’est répandu chez nous grâce aux restaurants indiens : le cheese naan serait même une invention purement française qu’ils ont initiée. Je vous confirme au passage que la légende est vraie : c’est bien de la vache qui rit que l’on met à l’intérieur !

La recette du naan de base est très facile à réaliser : de la farine, du yaourt nature et du bicarbonate de soude ou de la levure chimique. Pour que le fromage reste à l’intérieur et ne se fasse pas la malle, étalez vos naans à la main plutôt qu’avec le rouleau à pâtisserie.

Pour ceux qui veulent se lancer dans la réalisation de ce pain, n’hésitez pas, cela en vaut la peine : il est moelleux à souhait et le goût de fromage est bien présent!

J’ai trouvé la recette dans un livre très sympa :

LASSI CHEESE NAN TANDOORI ET CIE

Pour les amateurs de la cuisine indienne comme moi, n’hésitez pas à investir, ce livre est incontournable.

P.S. : Servez ces naans avec un plat indien à base de légumes, comme ce baingan bharta, un régal!

 

Naans fromage

  • 500 g de farine T55 ou T65
  • 1 œuf
  • 50 g d’huile de tournesol
  • 150 g d’eau froide
  • 1 c. àc. de sel
  • 1 yaourt nature
  • 1 bonne pincée de levure fraiche de boulanger
  • 16 vache qui rit

Mettez la farine dans un saladier, creusez un puits et ajoutez-y tous les ingrédients. mélangez à l main jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

Recouvrez le saladier d »un film alimentaire et laissez reposer 15 minutes au réfrigérateur.

Préchauffez votre four à 280°C.

Malaxez les vache qui rit pour former 8 boules de fromage.

Farinez votre plan de travail. Formez 8 boule de pâte d’environ 110 g. Étalez les avec les doigts pour obtenir 8 cercles de 5 cm de diamètre. Placer les boules de fromage au centre de chaque cercle et rabattre la pâte pour former des aumônières, en soudant bien la pâte. Retournez les aumônières pour mettre la soudure sur le dessous et laissez reposer 10 minutes à température ambiante.

 

Étalez ensuite chaque boule sur une surface farinée avec les doigts en faisant attention de ne pas faire couleur le fromage. Finir au rouleau à pâtisserie de manière à obtenir un cercle de 18 cm de diamètre et 2 mm d’épaisseur. Recommencez 8 fois pour obtenir 8 naans.

Disposez les naans sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et faites cuire au four 4 minutes jusqu’à coloration.

 

Servez immédiatement.