Archives par mot-clé : Végétarien

Légume de saison : le brocoli

Photo loulrc @Flickr

Le brocoli est un légume qui appartient à la famille des choux Brassica. Il est rapide et pratique à préparer et à cuisiner. Il est meilleur lorsqu’il est blanchi car cela préserve sa couleur et son goût. Le brocoli est une excellente source de vitamines A et C, d’acide folique et de fibres. Attention de ne pas le surcuire, ce qui détruirait les vitamines sensibles à la chaleur.

  
Photo Linda N. @ Flickr

Comment choisir des brocolis?

Choisissez des têtes de brocoli aux bouquets verts et serrés et aux tiges fermes. Le brocoli doit être lourd pour sa taille, dense. Les extrémités coupées des tiges doivent être fraîches et humides. Évitez les brocolis aux extrémités des tiges desséchées ou qui brunissent ou aux fleurons jaunis. 

Quand les brocolis sont-ils de saison?

La pleine saison du brocoli se situe de septembre à avril.


Photo MAURO CATEB @Flickr

Comment conserver des brocolis?

Conservez les brocolis non lavés dans un sac en plastique ouvert au réfrigérateur. Si vous l’avez acheté très frais (par exemple sur un marché de producteurs), votre brocoli se conservera jusqu’à 10 jours.

Comment préparer des brocolis?

Le brocoli est particulièrement populaire dans la cuisine italienne où il est souvent cuit au four avec des oignons, ajouté à une pizza ou servi avec des pâtes à la sauce à l’ail et à la tomate.


Photo Tamaki Sono @ Flickr

Mes recettes favorites aux brocolis

brocoli-balls
Brocoli balls

hachis-brocoli-curcuma-2
Hachis au brocoli et curcuma
gratin-pates-brocoli-fromage-2
Gratin de pastas brocoli fromage

crumble-courgette-brocoli-basilic-2
Crumble de courgettes et brocolis au basilic et parmesan

Spécialité d’Inde : aloo gobi

Aujourd’hui, c’est le jour de la République en Inde, l’un des trois jours fériés de ce pays. On célèbre à cette occasion l’entrée en vigueur de la constitution de l’Inde, qui est d’ailleurs la plus longue du monde et est écrite à la fois en anglais et en hindi. 
 
 
La cuisine indienne est une cuisine qui me passionne et me régale à coup sûr. Il faut dire qu’elle est à la fois riche en légumes et généreuse en épices, ce qui représente à peu près tout ce que j’aime! A chaque fois que je me rends dans un restaurant indien, et/ou à chaque fois que je croise une spécialité indienne que je ne connais pas, je note l’idée pour pouvoir la refaire à la maison. 
 
J’aime la cuisine indienne parce qu’elle est peu coûteuse et relativement simple à préparer, mais elle ne manque jamais de réveiller les papilles avec ses saveurs relevées et ses couleurs vives. J’avais il y a quelques temps repéré l’aloo gobi, que l’on peut traduire par «chou-fleur et pomme de terre». Le froid est revenu, amenant avec lui la saison des choux, donc je savais que je ne tarderais pas à le préparer.
 
Je pense que la plupart des amateurs de cuisine indienne ont entendu parler de l’aloo gobi. Ce plat classique originaire du Pendjab se compose comme son nom l’indique, de pommes de terre aux épices et de chou-fleur. C’est l’une des recettes végétariennes les plus populaires en Inde car elle est à la fois simple et savoureuse. C’est un plat d’accompagnement que vous trouverez aussi chez nous dans presque tous les restaurants indiens. 
 
 
Il existe deux façons de préparer l’aloo gobi : une méthode sèche, donc sans sauce, je pense la plus authentique, et une méthode avec un peu plus de sauce, que l’on retrouve beaucoup en Europe dans les restaurants car plus adaptée à nos goûts. C’est la seconde version que je vous propose aujourd’hui, je testerai l’autre dès que possible pour comparer! Je ne peux donc pas garantir que cet aloo gobi soit exactement comme on le consomme là-bas, mais il ressemble par contre à celui que l’on me sert au restaurant et que j’adore. 
 
La pomme de terre et le chou-fleur sont deux ingrédients de base assez neutres en goût, et connus pour leur capacité à absorber la saveur. Ainsi, lorsqu’ils sont associés avec des épices, cela donne quelque chose de très goûteux. Le chou-fleur et les pommes de terre absorbent la sauce et l’ensemble est crémeux, bien relevé et riche en saveurs.
 
Vous serez peut-être surpris de ne pas reconnaître le chou-fleur sur mes photos, mais j’ai utilisé une variété de chou-fleur violet, et je l’ai coupé en très petits morceaux, ce qui fait que mélangé à la sauce, celui-ci a pris un aspect qui rappelle presque de la viande hachée. 
 
Pour cuire leurs plats, les indiens utilisent du ghee, une sorte de beurre clarifié qui supporte bien la chaleur. Vous pouvez en trouver en épicerie asiatique. A défaut, vous pouvez le remplacer par du beurre. Pour se rapprocher au plus du ghee, il est possible de le clarifier soi-même, en le faisant fondre à feu très doux puis en enlevant à l’aide d’une cuiller le dépôt qui se forme à la surface. Pour les végétaliens, de la margarine végétalienne ou de l’huile de coco feront une bonne alternative. Évitez l’huile d’olive dont le point de chauffe est trop bas pour la majorité des plats indiens.
 
Ce plat au chou-fleur et pommes de terre est parfait pour un dîner en semaine. Vous pouvez le servir avec un dal, du riz basmati, des naans et du raïta, ou en accompagnement de n’importe quel autre plat indien. Ce plat se gardera au réfrigérateur jusqu’à 3 jours, et réchauffé le lendemain, il est encore meilleur! 
 
J’espère que vous essayerez ce curry de chou-fleur et de pommes de terre et que vous l’apprécierez autant que moi!
 
  P.S. : Si vous aimez la cuisine indienne, testez aussi ce paneer lababdar!
 

Spécialité d’Inde : aloo gobi

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Spécialité d’Inde : aloo gobi

Ingrédients

  • 1 chou-fleur
  • Une dizaine de pommes de terre à chair ferme
  • 1 oignon émincé
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 1 c. à c. de gingembre frais râpé
  • 1 c. à c. de graines de cumin
  • 1 petite c. à c. de curcuma
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1 c. à c. de cumin en poudre
  • 1 c. à c. de coriandre
  • 1/2 c. à c. de garam masala
  • 75 cl d'eau
  • 15 cl de pulpe de tomates
  • 3 ou 4 brins de coriandre fraîche
  • 8 noix de cajou
  • 30 g de ghee ou beurre
  • Sel

Préparation

  1. Nettoyez le chou-fleur et coupez-le en petits bouquets. Rincez sous l’eau. Réservez.
  2. Épluchez les pommes de terre, coupez-les en morceaux et rincez-les sous l’eau.
  3. Nettoyez et émincez finement l'oignon. Réservez.
  4. Mixez les noix de cajou dans la tomate pelée. Réservez. Épluchez et hachez l'ail. Épluchez et râpez le gingembre. Réservez.
  5. Dans une grande cocotte, faites chauffer le ghee ou le beurre à feu moyen.
  6. Faites revenir dans le ghee ou le beurre chaude l'oignon, l’ail haché, les graines de cumin et le gingembre fraîchement râpé pendant 2 à 3 minutes jusqu’à ce que cela embaume.
  7. Ajoutez les morceaux de pommes de terre ainsi que les bouquets de chou-fleur. Mélangez bien le tout.
  8. Ajoutez le curcuma, le paprika, le cumin en poudre, la coriandre en poudre, le garam masala et le sel.
  9. Versez  l’eau pour couvrir jusqu’au 3/4 des ingrédients. Montez le feu jusqu’à ébullition puis baissez-le.
  10. Couvrez et laissez cuire pendant 15 minutes en mélangeant régulièrement.
  11. Ajoutez les tomates pelées et faites cuire encore pendant une dizaine de minutes à couvert jusqu’à ce que les légumes soient tendres et qu’il ne reste qu’un petit fond de sauce.
  12. Ajoutez la coriandre fraîche ciselée et mélangez le tout.
  13. Laissez reposer 1 à 2 minutes à couvert avant de servir.

Source d’inspiration :

Légume de saison : l’oignon

Photo John Morgan @Flickr

Ultra répandus dans notre cuisine et connus pour leur capacité à nous faire pleurer, les oignons revenus à la poêle apportent une saveur unique à tous nos plats! Mais les oignons ont plus d’un tour dans leur sac et ne doivent pas être limités à leur rôle de condiment.  On peut aussi les utiliser en tant qu’ingrédient à part entière comme dans la fameuse soupe à l’oignon! Aujourd’hui, je vous parle un peu plus en détail de la façon de les choisir et de les préparer, car c’est maintenant qu’ils sont en saison, il faut en profiter!


Photo Jeremy Keith @Flickr

Comment choisir des oignons?

Les oignons existent dans une large variété de couleurs, et pour certaines recettes, des types particuliers d’oignons sont nécessaires. 

Les oignons se présentent sous différentes formes et couleurs, mais aucun n’est un indicateur fiable du goût ou de la force. Les oignons jaunes communs sont assez doux. L’oignon blanc ou jaune garde son goût piquant lorsqu’il est cuit. Les oignons roses ou rouges sont assez relevés et très agréables consommés crus dans les salades.

Choisissez des oignons fermes avec une peau brillante et mince. S’ils ont l’air trop secs ou décolorés ou s’ils ont des taches molles et humides, ils ne sont pas frais.

Les oignons verts, aussi appelés oignons frais, ou « oignons de printemps » parce que c’est la période de l’année où ils sont récoltés, ont de petits bulbes blancs et sont surmontés de minces tiges vertes.

Recherchez les oignons verts avec des feuilles croustillantes et non flétries. Pour un goût piquant, choisissez des bulbes plus gros; pour un goût plus sucré, les plus petits seront votre meilleur choix. 


Photo Damian Gadal @Flickr

Quand les oignons sont-ils de saison?

Bien qu’ils soient présents sur les étals toute l’année, la période récolte des oignons se situe de septembre à avril. Les oignons verts, ou oignons frais, se trouvent quand à eux au printemps.


Photo MICOLO J Thanx @Flickr

Comment conserver des oignons?

Les oignons « secs », ceux que l’on trouve toute l’année sur les étals, sont des oignons communs (jaunes, blancs ou rouges) qui ne nécessitent pas de réfrigération. Cela les distingue des oignons verts ou oignons frais, qui s’abîmeront rapidement s’ils sont conservés à la température ambiante.

Plus que n’importe quel autre légume, les oignons secs se conservent très bien, trois à quatre semaines à condition d’être stockés à l’abri de l’humidité, dans un endroit sec, sombre et frais. Ne les mettez pas au réfrigérateur, cela les ramollirait. Ne les stockez pas à côté de pommes de terre, qui dégagent un gaz susceptible d’accélérer leur vieillissement. 

Une fois coupés, si vous n’avez pas tout utilisé dans votre recette, il faut les cuisiner rapidement, car ils s’abîment vite. Emballez votre reste d’oignon dans du plastique, réfrigérez-le et utilisez-le dans un délai d’un jour ou deux, ou congelez-les pour une utilisation ultérieure . 

Au contraire des oignons secs, les oignons verts doivent être réfrigérés. Ils se conservent bien dans un sac en plastique ouvert dans le tiroir à légumes de votre réfrigérateur.

 


Photo Michele Dorsey Walfred @Flickr

Comment préparer des oignons?

Enlevez la couche extérieure qui est plus sèche que les autres, puis coupez-les en deux avant de les émincer ou couper selon vos besoins.

Les oignons peuvent être utilisé pour aromatiser des soupes, des sauces et des bouillons. Ils peuvent également être utilisés pour parfumer le pain, les quiches et les bases de pizza. Ils sont largement utilisés dans la cuisine indienne comme dans les bahjis et les pakoras. Des oignons peuvent être ajoutés à la purée de pommes de terre, pour aromatiser le riz pilaf et une multitude de salades différentes. Ils peuvent être grillés sur des brochettes avec de la viande ou d’autres légumes l’été pour les barbecues. Leurs utilisations sont quasiment illimitées!

Mes recettes favorites aux oignons

 


Confit d’oignons rouges au vin rouge


Pavé de bœuf sauce aux échalotes et oignons


Tempuras de carottes et oignons rouges, sauce miel, soja et gingembre

 


Egg boat à la tomme et aux oignons

gratin-oignons-rouges-3

Gratin d’oignons rouges

tartine-camembert-estragon-2
Tartines au camembert, estragon et oignons confits

puree-patates-douces-oignons-caramelises-2
Purée de patates douces aux oignons caramélisés

Comment tenir ses résolutions alimentaires?

Photo Free Images @Flickr
 
Voilà venu le moment de vous souhaiter une très bonne année ! Quels que soient vos souhaits, j’espère que cette année sera à la hauteur de vos rêves et désirs! J’adore la tradition des résolutions, et chaque année j’essaye d’en prendre que je m’empresse de ne pas respecter… Enfin, certaines sont parfois couronnées de succès quand même! Je prends notamment des résolutions liées à mon alimentation, et ce ne sont pas les plus faciles à tenir! Perdre 5 kilos, manger plus sainement, manger moins de viande, plus de légumes, boire moins de sodas, ou simplement cuisiner plus souvent du fait-maison… On a tous quelque chose que l’on aimerait améliorer dans ce domaine, non?
Aujourd’hui, je vous partage donc mes conseils pour que ces résolutions puissent devenir des réussites au quotidien! 
 
    Photo menmomhealth @Flickr

Se fixer des objectifs clairs

 
Hé oui c’est tout bête, mais il faut bien commencer par le début. Perdre du poids est un objectif trop flou, vous devez savoir combien de kilos vous voulez perdre ou combien de centimètres tour de taille, pour pouvoir ensuite évaluer la réussite de cet objectif! Si vous voulez manger plus de légumes, demandez-vous à quelle fréquence, ou quelle quantité. Certains objectif peuvent être ensuite divisés en sous objectifs, plus faciles à atteindre petit à petit. Par exemple, si vous voulez perdre 4 kilos cette année, cela signifie que vous devrez en perdre 1 par trimestre.
 
Photo Marco Verch @Flickr

Y aller progressivement

 
Si vous essayez de changer vos habitudes du tout au tout, il y a un grand risque d’échec, simplement parce que l’objectif sera plus difficile et que vous n’êtes pas forcément préparé à l’alternative que vous voulez mettre en place. Si par exemple vous voulez arrêter le soda du jour au lendemain, cela va vous frustrer, surtout si vous n’aimez rien d’autre. Suivant votre force de caractère et la force de votre habitude, cela peut donc se solder par un échec! Si au contraire, vous listez tous les moments où vous aimez boire du soda et ensuite vous vous attaquez à un moment et un seul d’abord, cela sera plus facile. Par exemple, vous décidez d’enlever le soda que vous buvez lors du déjeuner. Vous attendez quelques semaines que cette nouvelle habitude soit bien ancrée dans votre quotidien, puis vous passez à l’étape suivante. Vous supprimez alors le coca servi à l’apéritif, ou le coca que vous achetez au distributeur au travail… Continuez jusqu’à avoir éliminé tous les petits instants où vous aviez le réflexe d’en boire.
 
Photo Marco Verch @Flickr
 

Planifier ses repas

Il ne suffit pas de se lever un matin en se disant « Désormais je mangerai plus de légumes ». Si vous ne savez pas quoi faire ni quoi acheter à la place, vous resterez juste dans vos anciennes habitudes. Alors faites un menu pour chaque repas de la semaine, et assurez-vous que les plats programmés respectent cette résolution, sinon, ajustez-le, et ce avant de faire vos courses. Notez les liens vers les recettes que vous avez repérées pour ne pas perdre de temps au moment où vous voudrez les cuisiner, et notez les ingrédients dans une liste de courses. Ainsi vos courses de la semaine incluront exactement ce qu’il faut pour tenir vos résolutions, et une fois les produits achetés, vous ne pourrez plus  reculer!
 
Photo Marco Verch @Flickr

Faire le vide des anciens produits

 
Difficile de manger végétarien quand on n’ a plus de place dans le congélateur tellement il est rempli de viande… Pour éviter les tentations, vous devez vous débarrasser des produits qui ne collent plus à votre nouveau mode d’alimentation. Pour cela, plusieurs solutions : tout manger en mode marathon juste avant de démarrer la résolution, tout donner à quelqu’un de votre entourage, ou identifier les produits incriminés et les cuisiner lorsque vous recevez des invités exclusivement, pour vous en débarrasser progressivement!
 
Photo with wind @Flickr

Prévoir des repas d’avance pour ne pas craquer

 
Si vous voulez manger light mais que vos placards sont vides, un soir où vous mourrez littéralement de faim mais manquerez de courage (cela arrive forcément), vous avez un grand risque de craquer et de vous faire livrer des cochonneries! Prévoyez donc toujours 5 à 6 plats prêts à réchauffer dans votre congélateur, adaptés à votre nouvelle résolution et dont vous savez que vous adorez les manger. Qu’ils soient achetés tout prêts ou faits maison, ils vous permettront de limiter la casse. En cas de flemme aiguë, vous n’aurez plus qu’à les décongeler!

Anticiper vos sorties

 
Lorsque vous êtes invités, il est parfois difficile de respecter une résolution car vous n’avez pas maîtrisé ce qu’allait cuisiner votre hôte. Dans la plupart des cas, si vous lui faites part de votre résolution, votre hôte peut vous aider à la tenir en adaptant le menu. Vous pouvez aussi venir avec ce qu’il vous faut : amuse bouche léger, légumes à picorer, boisson sans alcool, etc., suivant votre résolution, de cette façon, vous serez sûr de trouver ce qu’il vous faut et de ne pas être frustré!
 
Voilà, la clé de tout peut selon moi être résumée en un mot : l’anticipation ! Et vous avez pris une résolution liée à l’alimentation cette année? Vous avez d’autres astuces pour la respecter? 

Bilan de l’année

Aujourd’hui nous profitons de 2018 une dernière fois! Je ne sais trop que dire à propos de cette année à part le fait qu’elle a passé à 100 à l’heure et cela a un côté un peu effrayant! Si l’année a été riche en beaux souvenirs, elle a aussi été une espèce de course sans fin! Je disais il y a un an ici que je voulais être plus zen, et je crois l’avoir été par moments… J’ai notamment pris beaucoup de temps pour lire cette année, ce qui me détend ! Mais la fin d’année a pris le dessus et s’est encore transformée en enchaînement de to-do lists à rallonges!
 
Tout ceci ne m’a pas empêchée de cuisiner beaucoup encore cette année, de me faire plaisir, et de publier ici avec la même motivation! C’est un petit espace personnel où j’aime me retrouver avec régularité, et surtout vous retrouver à travers vos messages et commentaires!
 
Pour ce dernier jour de l’année, j’ai voulu vous proposer un best-of de mes recettes, ou plutôt deux ! Tout d’abord votre best-of, c’est à dire les recettes publiées en 2018 que vous avez le plus consultées, et ensuite mon best-of, autrement dit les recettes qui m’ont le plus régalée cette année!
 
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un très bon réveillon et à vous dire à l’année prochaine!
 

Vos recettes favorites de 2018

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mon top 10 de 2018

Keshke

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et vous, quelle est votre recette phare de l’année?

Tarama végétal

Peut-être vous manque-t-il encore une petite recette facile et rapide à faire pour les fêtes? Me voilà! Aujourd’hui, je vous propose une recette végétale qui essaye d’imiter un classique pas du tout végétal, le tarama, ou taramosalata comme on dit en Grèce! Pas évident car cette spécialité du bassin méditerranéen a un goût et une texture très caractéristiques et issus de produits de la mer, les œufs de cabillaud, ou de mulet. 
 
 
Je suis moi-même une grande fan de tarama. J’ai toujours adoré engloutir mes blinis tartinés généreusement à l’apéro! Quand j’ai reçu l’an dernier le livre Noël Vegan de Marie Laforêt, cette version m’a intriguée au point de vouloir la réaliser et la faire tester autour de moi très vite. Si vous êtes végétariens, ou si vous avez des végétariens à votre table de fête cette année, cette recette est pour vous. Si vous êtes simplement curieux, cette recette est aussi pour vous!
 
 
J’ai donc servi ce faux tarama à une assemblée de non végétariens (ma famille), et il a franchement eu beaucoup de succès. La texture est plutôt bien imitée et le goût de la mer est présent grâce aux algues intégrées dans la recette. Tout le monde s’est accordé à dire que la ressemblance n’est pas à 100% avec la spécialité originale bien sûr. Mais ce tarama ressemble finalement plus aux taramas artisanaux que l’on peut se voir servir au restaurant, qu’au goût plus prononcé des taramas industriels, souvent rehaussés d’arômes, donc ce n’est pas une mauvaise chose! Mon homme, qui lui n’aime pas trop le tarama, a même préféré cette version au vrai. 
 
Au niveau des ingrédients, vous pourrez trouver le tofu fumé en magasin bio. On trouve du tofu en supermarché, mais il ne sera pas fumé et sa qualité sera moindre, surtout si vous le prenez hors du rayon frais. Je vous recommande donc vraiment de faire le détour pour acheter un tofu de meilleure qualité. Le mélange d’algues séchées, nommé mélange du pêcheur, se trouve facilement en boutique bio également, donc vous ferez d’une pierre deux coups!
 
Servez ce tarama avec des blinis ou du pain grillé. 
 
  
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour les fêtes, c’est par ici!
 
Tarama végétal

Tarama végétal

Ingrédients

  • 200 g de tofu fumé
  • 1 c. à. s. de mélange d'algues du pêcheur
  • 2 c. à. s. de yaourt de soja
  • 2 c. à. s. de crème de soja
  • 2 c. à. s. de jus de citron
  • 2 c. à. s. d'huile végétale neutre
  • 2 c. à. c. de concentré de tomates
  • Sel

Préparation

  1. Placez le tofu fumé, les algues, le yaourt, la crème et le jus de citron dans un petit mixeur. Mixez finement la préparation. 
  2. Ajoutez progressivement l'huile. La préparation ne doit pas être trop liquide ni trop sèche. 
  3. Ajoutez progressivement le concentré de tomate jusqu'à obtenir une couleur légèrement rosée.
  4. Salez.
  5. Réservez votre tarama au frais jusqu'au moment de servir.

Champignons farcis au potiron et parmesan

Je ne sais pas vous mais moi j’adore faire des préparations farcies en cuisine! Que ce soient du potimarron farci, du chou farci, de la avocats farcis aux œufs, ou des champignons farcis au chorizo, je trouve que tout ce qui est farci est immédiatement ultra gourmand!
Et comme j’adore les champignons, cela m’a semblé une très bonne idée de les farcir à nouveau!
 
 
De saison, simple et absolument délicieuse, cette recette végétarienne propose une garniture inspirée de l’automne, à base de potiron mixé avec de l’échalote, du paprika et du parmesan. La purée de potiron se marie vraiment bien avec les champignons grillés. Elle donne à l’ensemble sa douceur typique et est bien relevée par le parmesan et les épices. C’est officiellement encore la saison des citrouilles et autres courges, alors il faut en profiter à fond! 
 
 
Rien de bien compliqué das ces petits champignons, mais ils sont hyper agréables à picorer à l’apéro! Ils seront parfaits pour une journée pluvieuse ou froide comme nous allons en avoir beaucoup ces prochaines temps, ou même un apéritif de fête si vous avez des végétariens à table !
 
 
 
Champignons farcis au potiron et parmesan

Quantité ou nb de personnes: Pour 12 champignons

Champignons farcis au potiron et parmesan

Ingrédients

  • 12 champignons
  • 100 g de potiron cuit et mixé
  • 1 échalote
  • 1 pincée de paprika
  • 20 g de parmesan
  • 1 gousse d'ail
  • 2 c. à s. de chapelure
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Enlevez les queues des champignons. 
  2. Mixez-les avec tous les autres ingrédients sauf la chapelure.
  3. Déposez ce mélange dans les chapeaux retournés, saupoudrez de chapelure et mettez au four 10 minutes à 180°C.

Vegan de Marie Laforêt

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre Vegan, de Marie Laforêt, que j’ai eu la chance de découvrir grâce à la boutique Natura sense! Natura sense est une boutique spécialisée dans la santé et la vitalité. Vous y trouverez tout ce qu’il faut pour mieux vous alimenter : extracteurs de jus, déshydrateurs, robots, germoirs… C’est d’ailleurs chez eux que j’ai commandé mon extracteur de jus il y a quelques mois, et j’en suis ravie! Pour compléter le tout, ils proposent plein d’ouvrages qui tournent autour de l’alimentation saine, bio, ou végétarienne!
 
 
L’auteur de ce livre, Marie Laforêt, est une référence de l’alimentation végétale, auteure du blog 100 % Végétal depuis 2009, mais aussi créatrice culinaire et photographe.
 
Ce livre est tout d’abord très beau et agréable à feuilleter. « Vegan » est un énooorme livre de plus de 300 pages. Il est très complet et balaye un spectre très large de la cuisine vegan. Marie Laforêt y aborde des recettes de base, mais propose également des recettes plus élaborées tout en restant plus alléchantes les unes que les autres. Les photos qui l’accompagnent, réalisées par elle-même,  sont un véritable régal pour les yeux.
 
Quand on ouvre ce livre, il commence par une longue et très intéressante introduction écrite par l’auteure, qui nous livre ses conseils sur le mode de vie vegan. Elle est ensuite poursuivie par le Dr Jérôme Bernard-Pellet, qui expose les grandes lignes de l’équilibre nutritionnel végétalien : où trouver principaux nutriments (protéines, calcium, vitamine B12, fer, etc.), mais aussi les erreurs à éviter…
 
 
Comme promis dans le titre du livre, les recettes sont ben entendu toutes vegan! De plus, 90% des recettes sont sans gluten. Chaque recette est accompagnée de petits pictos qui permettent de savoir si la recette est rapide, facile ou peu chère. Vegan est un livre vraiment très bien fourni en recettes. Il y en a énormément, et celles-ci s’étendent des plus classiques aux plus originales. Plus qu’un simple recueil de recettes, l’ouvrage propose des dizaines de basiques vraiment indispensables pour adopter une alimentation végane et variée.  
 
Les recettes sont claires, et la plupart ne demandent pas mille et un ingrédients introuvables à mon sens… Mais j’avoue que je suis déjà bien équipée! Pour ceux qui n’ont pas encore tout le nécessaire, il leur faudra se constituer un placard de base. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est qu’elle revisite certaines recettes traditionnelles en mode vegan. Au total plus de 500 recettes pour toutes les situations, adaptées aux petits comme aux grands, aux repas festifs, ou qui quotidien. 
 
 
Les premières recettes qui m’ont tapé dans l’œil immédiatement sont le pâté de lentilles d’hiver, la tartinade crémeuse aux pois cassés, les quinoa burgers aux herbes, le risotto aux fèves, et le chapitre complet concernant les fromages végétaux. Côté sucré, les  flans au caramel ont immédiatement attiré ma fille, quand à moi, je jetterais bien mon dévolu sur le gâteau citron-amandes-vanille,  ou les biscuits moelleux à l’okara cajou-noisettes!
 
 
En résumé, c’est pour moi un véritable coup de cœur et je sais déjà qu’énormément des recettes de ce livre vont devenir des classiques pour moi! De mon point de vue, ce livre mérite vraiment d’avoir une place dans la bibliothèque. Je ne suis pas vegan et ne projette pas de devenir, mais j’apprécie beaucoup cette cuisine respectueuse de l’environnement et saine.  Ce livre va me donner des dizaines d’idées pour végétaliser un peu plus mon alimentation!
 
 
Je pense aussi que ce livre est un indispensable pour toutes les personnes qui deviennent vegan et ne veulent pas se contenter d’acheter des galettes de céréales en magasins bio. Mais il sera aussi une aide précieuse pour recevoir des convives vegan, ou juste pour adopter une alimentation qui fait la part belle aux fruits et légumes.
 
Si avec tout ça je vous ai donné envie d’acheter ce livre, vous le trouverez ici chez Natura Sense, foncez-y vite, l’envoi est rapide et très soigné ! Et si vous êtes en recherche de livres pour préparer une cuisine saine, goûteuse et vitaminée, vous y trouverez plein d’autres ouvrages!
 
Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir la première recette que j’ai testée dans ce livre !
 
      
 

Que manger en Roumanie?

Photo Ștefan Jurcă @FLickr
 
Vous le savez-peut-être déjà, cet été j’ai eu la chance de découvrir la Roumanie. Comme j’aime le faire à chaque fois que je reviens d’un voyage, je vous propose aujourd’hui de découvrir les spécialités culinaires de ce joli pays! La Roumanie est un endroit où l’on se régale. La cuisine est un mélange d’influences de pays de l’est de et pays méditerranéens, ce qui donne une cuisine simple, peu chère mais très goûteuse et copieuse, bref, tout ce que j’aime! Voici un petit guide pour vous aider à manger de façon typique si vous vous rendez là-bas.
 
 
Photo Paul Chiorean @FLickr    
 

Les zacusca ou tartinades en tous genres

Dans la même veine que les mezze du Moyen-Orient, la plupart des entrées froides en Roumanie sont à base de légumes et délicieuses! Il existe une grande variété de dips destinés à être mangés avec du pain. La star est la zacusca de vinete, une purée d’aubergines qui pourra rappeler le baba ganoush. Vous trouverez cette salade d’aubergines grillées et de nombreuses autres à base de tomates et de poivrons dans les restaurants, les bars ou les supermarchés. Quand rien ne vous tente au resto, ou si vous êtes végétarien, une solution simple est de sauter la section «plats principaux» du menu et créer votre propre assiette en commandant un assortiment de ces salades avec du pain. 
 

Les soupes

Les soupes en Roumanie peuvent être considérées comme une entrée mais aussi comme un repas principal, car elles ont tendance à être copieuses et nourrissantes, et souvent accompagnées de croûtons. Servies dans des gros bols, certaines s’approchent d’ailleurs plus de la purée ou du ragoût que de la soupe! Vous en trouverez à base de toute sortes d’ingrédients : betteraves, pommes de terre, lard, bœuf, ou même tripes. La ciorba de fasole, ou soupe aux haricots blancs est une soupes très courante, ainsi que la crème de champignons. On trouve aussi le borş, une soupe légèrement aigre traditionnellement réalisée à base de son fermenté. 
 
Photo Ivana Sokolović @FLickr

Les grillades et la viande

Les roumains sont friands de grillades. Il y a un grand choix dans ce domaine, notamment des grillades de porc et de bœuf, ou encore le mici, des sortes de saucisses de viande hachée aromatisée qui rappellent d’aspect le mexicanos mais est assez différent au niveau du goût. 
 
Photo @joefoodie @FLickr

Les champignons

Les champignons sous toutes leurs formes sont très présents en Roumanie, avis aux amateurs! Dans un ragoût crémeux, légèrement sautés, cuits avec d’autres légumes, farcis de fromage, ils sont proposés à toutes les sauces!
 

La polenta

La polenta, ou mamaliga, est un accompagnement fréquent. Elle est traditionnellement servie avec des couches de fromage et de crème, c’est un peu riche mais délicieux! J’en ai aussi vu nature, aux champignons, aux herbes… 

Ragoûts

On trouve de nombreux ragoûts à base de viande, mais aussi aux légumes, comme les ragoûts de chou ou de champignons.
 

Les snacks

Les kebab sont très présents en Roumanie. Plus typiques, on trouve aussi également beaucoup de snacks salés en boulangerie. Vous trouverez de petits points chauds vendant des sortes de viennoiseries sucrées et salées à chaque coin de rue. Pour un prix dérisoire, vous pouvez y acheter des pain en forme de bretzel, des placinte, sortes de tartelettes avec différents garnitures,  et des feuilletés fourrés à la viande, à l’oignon, du chou…
 

Le fromage

Les fromages du coin que j’ai eu l’occasion de tester sont le telemea et le burduf. Attention, le burduf est traditionnellement conservé dans une panse ou une peau de mouton, ce qui peut en rebuter certains! Une autre version est contenue dans une boite en résine de pin. Pour les différencier, basez-vous sur le forme : ceux stockés dans une panse sont ronds, ceux stockés dans du bois de pin sont cylindriques.
Une spécialité au fromage que l’on trouve beaucoup en Roumanie est le cascaval pane, du fromage pané frit. C’est plutôt une entrée, mais accompagnez-le d’un ou deux dips, et vous obtiendrez un repas consistant!
 
Photo Jollof Malt @FLickr

Pour les végétariens

Bien que la cuisine roumaine soit en grande partie à base de viande, au moins quelques options végétariennes figurent dans les menus de la plupart des régions du pays. En effet, comme je l’expliquais ici, les orthodoxes pratiquement le jeune régulier (deux fois par semaine ou six semaines par an) et ne consomment alors ni viande ni poisson, ce qui fait que la plupart des établissements se sont adaptés à eux. Vous trouverez souvent une soupe, un ragoût de champignons, du fromage pané ou des dips apéritifs que vous pouvez cumuler pour les rendre assez consistants pour en faire un repas. Il y a toujours un grand choix de légumes pour les accompagnements aussi, parmi eux les champignons ont la part belle, ainsi que les légumes du soleil : tomates, poivrons, aubergines…

Vous trouverez peut-être aussi des kremzli, des pommes de terre coupées finement  un peu comme un rösti suisse, frites avec un œuf, ou le fasule batuta, une purée de haricots garnie d’une compotée d’oignons à la tomate.
 

Les desserts

Les desserts les plus sympas selon moi sont les crêpes, et les papanasi, des espèce de donuts servis avec du fromage blanc et une compotée de fruits rouges, assez bourratifs mais rigolos. Il y a ensuite des gâteaux plus classiques comme on en trouve beaucoup dans les pays de l’est.
 
 
Photo Ehud ELIA @FLickr
 

Les boissons

Les amateurs de bière seront ravis car il y a de nombreuses brasseries et micro brasseries là bas. La bière la plus célèbre à Bucarest sont la Ursus et la Zaganu (qui est produite dans la ville de Bucarest), mais ce ne sont pas mes favorites, les petites productions locales étant plus sympa! Il existe également un alcool de prune, le palinka, des vins roumains.

Légume de saison : le champignon

Photo Nikita @Flickr
 
Délicieux, faibles en matières grasses et riches en nutriments, les champignons sont très variés et constituent un ingrédient ultra polyvalent. Du champignon de Paris à la truffe noire en passant par le pleurote, les champignons apportent une grande valeur nutritive et du goût aux repas, à tel point qu’ils font un parfait substitut à la viande pour les végétariens. Sensibles à la lumière et à la température, ils poussent sur des matières en décomposition ou sur les plantes et les arbres vivants. Les premiers champignons cultivés étaient les champignons de Paris, cultivés dans des carrières remplies de fumier de cheval réparties autour de la ville, d’où leur nom. 
 
  Photo Charles de Mille-Isles @Flickr

Comment choisir des champignons?

Sur les 120 000 espèces de champignons enregistrées, 1 841 seulement sont comestibles. De nombreux champignons contiennent des toxines toxiques et mortelles, il est donc préférable de laisser le choix aux experts. Si vous partez à la cueillette, faites contrôler votre récolte par un professionnel pour éviter tout risque, certaines espèces étant très proches visuellement.
 
Quelle que soit la variété, les champignons frais doivent avoir une bonne forme et une couleur claire et sans défaut. Les champignons plus âgés ont tendance à se ratatiner et à avoir une teinte plus grise. Certaines variétés de champignons sont vendues préemballées, il peut donc être difficile de déterminer la fraîcheur du produit lors de l’achat. Recherchez tout signe de moisissure ou de flétrissement dû à la déshydratation. Lorsque vous achetez des champignons à « chapeau », comme le champignon de Paris, vérifiez que le celui-ci est toujours fermé et ferme, car il s’ouvrira avec le temps. 
 
Les champignons tels que les morilles ou les shiitake ne sont pas toujours faciles à trouver frais, mais sont disponibles séchés toute l’année dans les épiceries fines ou asiatiques. La saveur des champignons séchés est concentrée, ce qui en fait une bonne alternative aux produits frais.
 
Photo cristina.sanvito @Flickr

Quand les champignons sont-ils de saison?

Pour le ramassage des champignons sauvages, la meilleure saison est l’automne, au retour des pluies après les chaleurs estivales, mais en réalité vous pouvez tomber sur des champignons toute l’année. Le champignon de Paris est disponible toute l’année en magasins, mais sa pleine saison se situe plutôt d’octobre à juin.
 
Photo Jaro Larnos @Flickr

Comment conserver des champignons?

Les champignons achetés pré-emballés peuvent être conservés dans leur emballage jusqu’à trois jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Les champignons en vrac doivent être stockés au même endroit, dans un sac en papier.
 
Photo Leslie Seaton @Flickr

Comment préparer des champignons?

La plupart des champignons emballés ne nécessitent pas de nettoyage avant la cuisson, mais il est conseillé de vérifier l’absence de terre ou de sable, surtout au niveau des pieds.
Utilisez un chiffon humide pour nettoyer les champignons. En raison de leur chair poreuse, ils ne doivent jamais être lavés, car ils absorberaient les liquides.
Avant la cuisson, taillez la base des tiges où les champignons se rejoignent, car cette zone a souvent une texture caoutchouteuse.
 
Photo Jean-Jacques Abalain @Flickr

Mes recettes favorites aux champignons

Oeuf cocotte aux champignons
 
 
Croque-monsieur au morbier et champignons
 
Champignons rôtis au vinaigre balsamique
 
Ragoût de champignons, châtaignes et patates douces à la bière