Archives par mot-clé : pain

Les aliments « healthy » que je consomme

Depuis quelques temps, je mange un peu plus sainement entre deux hamburgers, et j’ai beaucoup de plaisir à tester de nouveaux produits, notamment des super aliments ou aliments healthy! En plus d’être bons pour notre santé, ils ont souvent des propriétés ou des goûts assez amusants et il y a plein de recettes à imaginer avance! Après avoir vu l’article sur les super aliments qu’elle consomme, de ma copinaute Flavour beans qui a réalisé une totale transformation de son alimentation depuis quelques temps, j’ai eu envie de m’en inspirer et de vous proposer ma version !
 

Les baies de goji

J’adore ces petites baies que je dissémine dans mes cookies, mon thé, mes porridges… On dit que c’est le fruit de la jeunesse éternelle, je vous en reparle dans cinquante ans, on verra bien!
 

La spiruline

La spiruline a une odeur infâme mais heureusement un goût plus discret. Je l’adore notamment pour sa jolie couleur bleue qui permet de faire des boissons flashy comme ce unicorn latte. On dit que cette algue miracle est détoxifiante et stimule système immunitaire. J’en saupoudre principalement sur mes salades ou dans mes omelettes.
 

Les mulberries

Les mulberries sont des mûres blanches. Comme j’adore les baies en tous genres, j’ai évidement sauté sur celles-ci quand j’en ai vu en magasin. Elles apportent de belles quantités d’antioxydants et elle aurait un effet positif sur la fatigue et le stress. J’en grignote telles quelles à l’apéritif, mais j’en mets aussi dans mes porridges, mes cookies…
 

Les graines de chia

Les graines de chia sont rigolotes avec leur texture gélifiée une fois trempées dans l’eau. Ça en fait un bon substitut à l’œuf dans la pâtisserie et je les utilise souvent pour cela. Elles permettent de gélifier des liquides pour obtenir une texture de pudding sans cuisson, comme dans mon chia bowl aux fraises ou mon pudding aux graines e chia et thé matcha. On dit qu’elles stabilisent la glycémie, et elles sont riches en fibres.
 

Les graines de lin

Les graines de lin fournissent entre autres des omega-3. Il faut les moudre pour pouvoir les assimiler correctement, on peut le faire avec un moulin à graines de lin ou les acheter déjà moulues. J’en mets dans mes pains, mes salades, sur mes crumbles…
 
 

La cannelle

La cannelle est avant tout une épice que j’adore, j’en consommerais même si ce n’était pas aussi bon pour la santé! Mais il s’avère qu’en prime, c’est bon pour nous. Elle stimule de système immunitaire, est antioxydante et serait même aphrodisiaque, que demander de plus? J’adore en mettre dans les gâteaux, dans mes porridges, ou dans les brioches, façon kannelbullar!
 

Le cacao

Oui c’est vraiment la super nouvelle, le cacao est un super aliment! Antioxydant, stimulant, il est parfait et c’est tant mieux, il est tellement bon! Inutile de vous dire que je m’en donne donc à cœur joie, surtout tel quel en tablettes de chocolat noir, dans mes porridges, gâteaux…
 

Le citron

Le citron est l’un des produits les plus basiques qui soit mais aussi un des meilleurs pour la santé! Il est bien sûr plein de vitamines, aiderait à perdre du poids et à prévenir certains cancers. J’en bois tous les matins sous forme de jus, et le week-end je l’ajoute à des jus plus complets que je réalise à l’extracteur.
 
 
 

Le curcuma

Le curcuma est une épice « miracle » que l’on utilise bien sûr de façon classique dans la cuisine, mais on lui prête des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. On peut notamment en consommer en cas de rhume sous forme de grog.
 
Voilà, je ne parle pas ici de compléments alimentaires mais bien d’ingrédients que l’on peut utiliser dans sa cuisine de tous les jours! Et vous, vous mangez des aliments « healthy » en particulier? Vous voyez des effets?

Grilled rocamadour en tortilla

Vous connaissez mon amour pour le grilled cheese, ce cousin américain du croque monsieur terriblement gourmand… Je saute sur l’occasion quand il me reste quelques tranches de pain pour en réaliser, mais cette fois, il me restait quelques tortillas! Je n’avais pas forcément envie de les utiliser pour faire des tacos comme d’habitude, alors je me suis dit après tout, pourquoi pas, c’est un peu comme du pain non? Et je me suis décidée à les préparer façon grilled cheese! 
 
 
Le rocamadour est un fromage que j’aime beaucoup et que vous connaissez tous je pense. Il a souvent sa place dans mon frigo, car je suis une amatrice de chèvre, que ce soit en tartines ou dans la cuisine. J’apprécie son côté fondant et doux, onctueux et crémeux. C’est un fromage de chèvre au lait cru entier de la famille des cabécous. Son nom vient de la commune de Rocamadour dans le département du Lot. Il parait que c’est une ville magnifique à visiter, vous connaissez? 
 
 
Le rocamadour est connu depuis le XV ème siècle, et j’ai lu qu’il pouvait, d’après les écrits de l’époque, servir de monnaie pour payer les métayers ou les impôts. Je n’ai pas essayé de payer mes impôts en grilled cheese, je pense que je me ferais recevoir, mais cela peut peut-être amadouer l’inspecteur si vous voulez négocier un délai de paiement!
 
 
 
 
Grilled rocamadour en tortilla

Ingrédients

  • 1 oignon rouge
  • 10 g de beurre
  • 1 c. à s. d'huile de tournesol
  • 4 tortillas
  • 2 rocamadour
  • 4 pincées de thym
  • 2 c. à c. de miel
  • 20 g de beurre fondu
  • Poivre

Préparation

  1. Émincez l'oignon rouge. Faites le revenir à feu doux 10 à 15 minutes dans une poêle avec 10 g de beurre et une cuiller à soupe d'huile en mélangeant et surveillant régulièrement.
  2. Dans chaque tortilla, déposez une cuiller de la compotée d'oignons, 1/2 rocamadour, 1/2 c. à c. de miel, une pincée de thym, du poivre.
  3. Pliez en deux les tortillas et beurrez-en l'extérieur à 'laide d'un pinceau.
  4. Faites chauffer une poêle avec une petite cuiller d'huile. Déposez les tortillas et faites les dorer deux minutes par face.
 

Que manger en août?

Nous voici déjà en août! Juste avant la rentrée, on profite encore à fond de tous ces fruits et légumes qui nous font sentir 100% en mode vacances!
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois, auquel vous devez commencer à être habitués!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Abricot : Abricots à la fourme et aux pignons
 
Cerise : Gâteau basque cerise anis
Figue : Crème de riz aux figues poêlées
 
Framboise : Apple pie mûre framboise
 
 
 
Melon : Cobbler pêche melon
 
Nectarine : Crumb cake nectarine abricot
 
 
Pêche : Far aux pêches séchées
 
 
Prune : Clafoutis aux prunes

🍠 Côté légumes : 

 
Tomate : Crumble de tomates confites
 
 
Aubergine  : Bruschetta d’aubergine au cantal
 
 
Concombre : tartinade chèvre concombre
 
Brocoli : Gratin de pâtes, brocoli et fromage
 
Courgette : Falafels au sarrasin et à la courgette
 
Poivron : Feuilletés au poivron et à l’oeuf
 
Épinard : Curry de pois chiches et épinards
 
Maïs : Maïs à la crème

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Tous les repas en extérieur
– Les repas de vacances
– Les repas frais comme les salades
– Les glaces et sorbets
 
Et vous, vous aimez manger quoi en août?

Spécialité du Liban : mtbaal

J’aime la cuisine libanaise, c’est un fait! Ses saveurs sont fraîches et vives, et les mezze sont tellement variés et conviviaux que je ne peux pas y résister! A Lille, il y a de très bons restaurants dans ce domaine d’ailleurs, j’adore y aller de temps en temps! Dans ce cas, je prends le menu avec le plus de mezze possibles, le genre de repas un peu interminable, après lequel il me faut deux jours pour me remettre, mais que voulez vous, j’adore avoir du choix, et pas question de gâcher donc je finis mon assiette!

 

Dans les repas libanais, il y a souvent quelques dips comme le fameux houmous, que je fais souvent à la maison, et aussi une sorte de caviar d’aubergines que j’adore. Aussi quand j’ai vu le mtbaal sur le blog Quelques grammes de gourmandise, je n’ai pas résisté à l’envie de le réaliser pour essayer de retrouver la saveur que j’aime tant au restaurant! Sa version est plus complète que la mienne car elle intègre du bœuf grillé qui peut être servi avec le caviar d’aubergine, je vous invite à aller voir par ici si vous voulez en savoir plus!

Vous connaissez Quelques grammes de  gourmandise? Elle propose tout un tas de recettes ultra gourmandes quelle réalise pour régaler sa petite famille! Vous y trouverez forcément votre bonheur si vous cherchez une bonne idée.

Le m’tabal ou, moutabal, aussi appelé Salate H’atsilim ou Hatzilim en Israël est tout simplement un délicieux caviar d’aubergines. C’est une recette très légère car l’aubergine cuit avec sans matière grasse… Pour faire le mtbaal, j’ai lu que l’on doit traditionnellement faire griller des aubergines sur une flamme jusqu’à ce que la peau soit brûlée et que la chair soit chaude. Mais la recette d’Isabelle est plus simple à mon goût et on a moins de risque de se brûler, puisqu’on cuit les aubergines au four. La flamme donnera un petit côté fumé très agréable mais c’est moins pratique! C’est vous qui voyez quelle méthode vous préférez!

Prenez soin de ne pas utiliser trop de tahin car il peut dominer le plat, ici je trouve la dose parfaite, elle donne du crémeux et du goût, mais on sent quand même bien l’aubergine.

Le résultat de cette recette est un pur concentré d’aubergine bien crémeuse, parfaite pour y tremper du pain pita ou du pain plat et tout ce que vous aimez tremper dans des dips en général : légumes, gressins, chips… Profitez de l’été pour vous faire plaisir!

Moi qui n’aimais pas l’aubergine il y a quelques années, je peux dire que la cuisine du Proche-Orient m’a convertie à ce légume, que j’aime aussi beaucoup sous forme d’aubergines à la turque, un plat que je vous avais partagé l’an dernier.

 

  

 
Spécialité du Liban : mtbaal

Ingrédients

  • 2 grosses aubergines
  • 3 gousses d' ail
  • 4 c. à s. bombées de tahin
  • le jus d'1/2 citron
  • 2 pincées de cumin
  • 1 c. à s. d' huile d'olive
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffez le four à 190°C.
  2. Lavez et découpez les aubergines en deux dans le sens de la longueur. Déposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier cuisson. Enfournez à 190°C et laisse cuire 30 minutes.
  3. Grattez la pulpe des aubergines avec une cuillère à soupe et mixez-la. Arrosez de jus de citron.
  4. Incorporez le tahin, le cumin et l'ail préalablement écrasé. Salez et poivrez. Mélangez bien.
  5. Arrosez d'une cuiller à soupe d'huile d'olive et servez aussitôt.

 

Source d’inspiration :
https://www.quelquesgrammesdegourmandise.com/mtabbal-libanais-caviar-daubergine-tahin-boeuf-citronne-tahin/
 
Avec cette recette à l’aubergine, je participe à Cuisinons de saison !

Tartinade fèves cumin miel

Si j’achète assez peu de surgelés, il y a un produit que j’ai régulièrement dans mon congélateur, ce sont les fèves! Je trouve qu’elles sont bien meilleures surgelées qu’en boîte, et en les achetant déjà épluchées, on s’évite une corvée qui peut prendre un certain temps avec les fèves fraîches.  
 
J’aime manger des fèves tout simplement dans des pâtes avec du pesto et de la feta par exemple, ou les faire sauter dans du beurre avec du sel et du poivre. Elles sont délicieuses dans les salades également.  J’ai choisi cette fois d’utiliser mes fèves pour réaliser une tartinade crémeuse et savoureuse. Motivée par le retour des beaux jours, j’ai envie de verdure, jusque dans les tartinades, où j’ai voulu troquer mes habituelles lentilles et pois chiches par des fèves, à l’esprit plus estival. Je me suis retrouvée à plonger au fond du congélateur pour y pêcher un sac de fèves surgelées abandonné là depuis belle lurette.
 
 
Les fèves mélangées avec une quantité généreuse de cumin et de paprika donnent à ce dip une saveur profonde et fumée que j’adore. J’ai aussi ajouté une touche de miel qui fonctionne vraiment très bien en donnant une légère note sucrée à l’ensemble, mais qui reste subtile.
 
 
Comme la plupart des dips, cette tartinade est idéale pour les soirées improvisées, car il y a très peu de préparation à part le fait de mixer l’ensemble. C’est d’ailleurs une recette qui peut être faite un jour ou deux à l’avance.
 
Tout dans ce dip rappelle le printemps, que ce soit cette belle nuance de vert pâle ou sa saveur vive et fraîche. Associez-la avec un vin blanc vif pour un apéritif de saison. Accompagnez ce dip de pain grillé, de gressins, de bâtonnets de carottes ou de tomates cerises, tout peut être trempé dedans en fait!
 
  
 
P.S. : Si vous aimez les fèves, essayez aussi cette  soupe de fèves aux flocon de soja toasté
 
Tartinade fèves cumin miel

Ingrédients

  • 200 g de fèves épluchées
  • 1/2 yaourt nature
  • 1 c. à c. de cumin
  • 1 pincée de piment en poudre
  • 1 pincée de paprika
  • 1 c. à c. de miel
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Faites cuire les fèves 6 minutes au micro-ondes avec 2 cuillers à soupe d'eau. Mixez les fèves avec l'eau de cuisson et les autres ingrédients. Laissez refroidir puis réfrigérez jusqu’au service.
 
Avec cette recette aux fèves, je participe à Cuisinons de saison !

Mes idées pour un pique-nique réussi

Photo Rachele Caretti @Flickr
 
Il y a quelques temps, j’ai voulu organiser notre premier pique-nique en famille tous les 3. Je me suis donc plongée dans pas mal de recherches sur les meilleurs repas à préparer pour le côté pratique, la conservation, le transport… Du sel aux assiettes en plastique en passant par le sac isotherme, un pique-nique réussi ne s’improvise pas ! Il faut penser à tout, car il n’y a pas de seconde chance quand on découvre sur la plage ou dans la forêt qu’il nous manque le tire-bouchon ou le pain! A tel point que je me suis dit que tout cela mériterait bien un petit article! Pour ne rien oublier et profiter pleinement de ce moment, voici donc mon guide pour un pique-nique réussi!
 
Photo Eduardo Pontes @Flickr
 
  

L’organisation du pique nique

 
La veille, épluchez, lavez et préparez des crudités et les salades, et placez-les dans des contenants en plastique. Si vous faites votre vinaigrette maison, préparez-la et stockez-la à part, dans une bouteille hermétique. Mélangée trop tôt, elle « cuirait » la salade. Mettez toutes vos boissons au frais, elles aideront ainsi à garder la glacière bien fraîche. 
Faites également cuire les œufs durs et les blancs de poulet si vous en voulez, puis protégez-les dans des feuilles de papier aluminium. Coupez le saucisson en rondelles, et mettez-le dans un tupperware.
Mettez vos pains de glace au congélateur. Vous pouvez en faire avec de simples bouteilles d’eau congelées si vous n’en avez pas.
 
Le jour J, faites votre café et remplissez-en votre thermos. Chargez votre glacière. Mettez-y d’abord les pains de glace.  Mettez ensuite les salades préparées, les œufs durs, le poulet, la vinaigrette, des tranches de jambons, la moutarde, des cornichons, le saucisson coupé en tranches, les bouteilles d’eau, de soda et d’alcool. Dans un sac sans pain de glace, mettez les chips, les paquets de gâteaux secs, les fruits.
 
Si possible, achetez le pain sur le trajet du départ pour qu’il soit extra frais.
 
Photo Steven Depolo @Flickr
 
 

Côté plats salés, quelques idées

 

Des sandwiches

 
Les sandwichs sont un classique qu’il est agréable de faire maison. Le pain va se ramollir si vous tartinez trop à l’avance, donc faites-les à la dernière minute avant de partir, emmenez les ingrédients pour les assembler sur place, ou essayez de varier le support. Vous pouvez par exemple faire des sortes de sandwiches façon rouleaux de printemps dans des galettes de riz, façon sushi dans des feuilles d’algues, ou des wraps. J’aime aussi le pain polaire pour changer un peu de la baguette. Enfin, vous pouvez varier du jambon beurre et du pâté côté garnitures. Si vous ne connaissez pas, essayez par exemple le bahn mi, pour un sandwich original aux saveurs asiatiques.
 
 

Des salades

 
Incontournables des pique-niques! Essayez par exemple ma salade melon, feta, concombre ou ma salade de pois chiches et poivrons ou encore ma salade de tomates à l’espagnole.
 

Des tartinades

 
Pour l’apéritif, vous pouvez emmener quelques tartinades dans lesquelles vous tremperez des tortillas chips, ou que vous tartinerez sur du pain. Pensez à la tapenade, au houmous ou au tzatziki maison.
 
 

Des gaspachos

 
Un gaspacho va apporter de la fraîcheur au repas. Transportez-le dans un thermos pour le servir bien glacé.
 

Des quiches

 
Découpez vos tartes et quiches à l’avance, c’est plus pratique chez soi que dans l’herbe !
 

Côté desserts, quelques idées

 

Des fruits, tout simplement

 
Si le repas est copieux, c’est amplement suffisant.
 
 

Des desserts en bocal

 
J’aime bien préparer des desserts en bocal individuel, comme une salade de fruits, un tiramisu, un eton mess ou du yaourt au granola et graines de chia.
 

Des tartes ou gâteaux

 
Choisissez-en qui se tienne bien, sans trop de chichis, comme de la crème au beurre ou de la chantilly qui pourraient tourner. Un clafoutis ou un far seront parfaits, tout comme des tartes aux fruits. Découpez vos tartes à l’avance, c’est plus pratique chez soi que dans l’herbe !
 

Côté boissons, quelques idées

 

Les basiques

 
Il vous faut de l’eau en grande quantité bien sûr, mais aussi des jus de fruits, du vin ou des apéritif suivant vos goûts. Pensez aussi au café, à faire à l’avance et à garder en thermos.
 

Pour changer un peu

 
Réalisez à l’avance une limonade ou un thé glacé maison, tout le monde appréciera!
 

Votre check-list

 
Vaisselle
 
Assiettes
Couverts en plastique
Un bon couteau
Couteau à pain
Planche à découper
Sacs poubelle
Serviettes en papier
Rouleau essuie-tout
Tire-bouchon 
Ouvre-boîte
Décapsuleur
Boîtes hermétiques pour les restes entamés
Film plastique et aluminium
Thermos
 
Pratique
 
Glacière
Pains de glace
Plaid à poser au sol
Sacs poubelle
Jeux extérieurs (ballons, cerf-volant, raquettes de plage…)
jeux de société (cartes, dés, jeu familial)
Trousse à pharmacie
Crème solaire
Casquettes, chapeaux
Coussins ou chaises pliantes
Parasol
Appareil photo
 
Condiments
 
Sel, poivre
Moutarde
Vinaigrette
Sauces ( ketchup, mayonnaise…)
 
 

Mes petits conseils pour un pique-nique sans gâchis

 
1/ Évitez les sodas qui risquent de perdre leurs bulles, ou emmenez juste un fond de bouteille entamée que vous serez sûr de finir sur place.
 
2/ Pensez aux boites plastique hermétiques pour emballer tous vos restes à la fin du repas.
 
3/ Pensez au sacs poubelle, pour facilement reprendre vos déchets à la fin du repas.
 
4/ Dès que vous vous êtes servis de quelque chose, remettez-le immédiatement dans la glacière pour éviter que les aliments ne prennent chaud.
 
5/ Les produits frais sont sensibles à la chaleur, comme les œufs, le beurre, la crème fraîche, la mayonnaise, les yaourts, la viande… Surtout si vous comptez partir toute une journée.  Prenez de tout petits récipients et ne prenez que ce qu’il faut et pas le pot entier, sinon vous risquez de jeter ce qui reste.
 
6/ Investissez dans des verres, assiettes et couverts en bambou réutilisables pour éviter d’utiliser de la vaisselle jetable.
 
7 / Assaisonnez les salades dans l’assiette et non dans le plat, les restes non assaisonnés se garderont mieux.
 
Et vous, vous aimez faire des pique-niques? Vous avez d’autres astuces pour bien vous organiser dans ces cas là?

Compote de pommes et rhubarbe

Comme toujours, mon jardin est envahi par les herbes. Il faut dire que je ne l’ai jamais tondu, il ressemble à une jungle et quelque part ça ne me déplaît pas! La végétation s’y épanouit, c’est le moins qu’on puisse dire, les oiseaux et les chats du quartier aussi, et parmi tout ça, il y a ma vaillante rhubarbe qui chaque année revient en force! Donc comme tous les ans, je me creuse la tête pour l’utiliser, et bien sûr, les compotes sont une solution évidente, surtout quand on a une enfant de 3 ans qui adore ça!
 
 
La rhubarbe est l’une des premières plantes comestibles du printemps. C’est un légume en botanique, mais que l’on consomme plutôt comme fruit. Certaines personnes apprécient leur rhubarbe crue, trempée dans du sucre, mais la plupart des gens la préfèrent en tarte ou comme aujourd’hui, en compote.
 
 
La compote que je vous propose est légèrement sucrée, la rhubarbe étant un des rares fruits que je sucre un peu pour qu’elle soit au goût de tout le monde chez moi. Je mets toujours peu de liquide au début de la cuisson de cette compote, de peur de brûler les fruits, mais une fois que la compote commence à chauffer, elle dégage pas mal de jus. Vous pouvez si vous le souhaitez filtrer un peu d’eau à la fin de la cuisson avant de mixer.
 
La rhubarbe se congèle bien, donc vous pouvez faire cette recette pendant une bonne partie de l’année si vous le souhaitez. Pour moi, c’est un plaisir de la consommer lors de sa vraie saison, au printemps.
 
Cette compote sera délicieuse telle quelle, mais aussi sur un yaourt avec du granola, sur un riz au lait, sur des crêpes ou des gaufres ou encore sur de la brioche ou du pain perdu.
 
 
Compote de pommes et rhubarbe

Ingrédients

  • 3 pommes (environ 500 g)
  • 300 g de dés de rhubarbe
  • 2 c. à s. de sucre vanillé
  • 2 cl d'eau

Préparation

  1. Épluchez les pommes et coupez les en dés. Mettez l'ensemble des ingrédients dans une casserole. faites tout cuire à feu doux et à couvert 15 minutes environ.
  2. Égouttez un peu si la rhubarbe a rendu trop d'eau à votre goût.
  3. Mixez et laissez refroidir.

Mes indispensables en cuisine

Photo Paintzen @Flickr

Aujourd’hui, on parle cuisine, et plus précisément, accessoires de cuisine! Vous savez, ceux qui ne vous lâchent pas et sans lesquels vous vous sentez désarmés en cuisine? Il y a des tas d’ustensiles d’appareils de cuisine auxquels je suis totalement accro et que je recommanderais à à peu près tout le monde. J’ai énuméré ci-dessous mes équipement de cuisine les plus couramment utilisés, autrement dit mes essentiels, ceux que selon moi on devrait toujours avoir chez soi!

Photo Didriks@Flickr   

1. De bons couteaux

Pour moi l’incontournable n°1 est d’avoir un couteau de cuisine de bonne qualité. On m’a offert il y a quelques années des couteaux céramique et j’adore les utiliser , notamment pour couper le saucisson et émincer les légumes, mais comme ils sont fragiles, il ne faut pas les utiliser pour tout et n’importe quoi non plus! J’ai aussi un couteau de chef plus classique avec une lame métallique, que je garde bien affûté, et un couteau à pain, car je fais beaucoup de pain maison.

Photo Easy Healthy Smoothie@Flickr

2. Une planche à découper

J’ai une très grande planche de bois qui me sert pour tous les usages et reste en permanence sur mon plan de travail, ça m’évite de la sortir 10 fois par jour. Si vous cuisinez beaucoup de viande et poisson, il peut être intéressant d’acquérir une planchette en pastique dédiée pour ces produits, elle sera plus facile à bien laver.

Photo Your Best Digs@Flickr

3. Mes poêles et casseroles

J’ai acheté un kit de base de casseroles et poêles avec manches amovibles en téflon, que j’ai complété pour avoir les formes les plus utiles à mes yeux. Je pense les remplacer prochainement par des poêles et casseroles en inox ou un autre matériau moins fragile que le téflon, mais je vais garder ce système de poignées amovibles, ultra pratique car je manque de place et cela permet de mettre les casseroles au four si besoin.

Photo Tim Green@Flickr

4. Une bouilloire électrique

Je suis une grande buveuse de thé, mais ma bouilloire me sert aussi à faire bouillir l’eau des pâtes ou du riz plus vite. Si vous ne buvez pas de thé, vous pouvez vous en passer, mais si vous en avez une, utilisez-la aussi pour gagner du temps quand vous cuisinez!

Photo N i c o l a@Flickr

5. Un robot de cuisine

J’aimerais vous dire que je fais tout à la main et que j’arrive à me passer d’appareils électriques, mais ça serait entièrement faux! Je suis notamment accro à mon robot mixeur, tout abîmé mais tellement efficace que je ne peux pas m’en séparer! Vous pouvez vivre sans, mais ils peut vous rendre la vie beaucoup plus facile, notamment quand vous devez trancher ou râper de grandes quantités de légumes.

Photo Didriks@Flickr

6. Une balance de cuisine

Je pèse beaucoup ce que je cuisine, que ce soit pour respecter la recette d’origine ou simplement pour pouvoir vous indiquer dans mes recettes les quantités exactes que j’ai utilisées. Je ne suis pas très satisfaite de ma balance cependant, je ne la trouve pas pratique, j’attends avec hâte le jour où elle tombera en panne pour en choisir une autre!

Photo Cooks & Kitchens@Flickr

7. Des moules à gâteaux

J’ai une belle collection de moules car j’aime varier les formes : rond, cake, bundt, tarte, façon kougloff, mini muffins, madeleines, financiers… Mais pour être honnête, on peut se contenter d’un moule à tarte et d’un moule rond et survivre avec ça! J’essaye de privilégier la qualité pour les moules en silicone, car trop fins, ils se tordent et on risque d’abîmer le gâteau en le sortant du four ou en le démoulant. Ces derniers temps, j’ai investi dans des cercles à tarte, qui donnent un démoulage plus facile et des bords lisses comme dans les pâtisseries, le rendu est top!

Photo Marco Verch@Flickr

8. Les petits ustensiles

Il y a d’autres petits ustensiles dont je ne pourrais pas me passer. Un fouet pour les blancs en neige, un ouvre-boîte, un décapsuleur (indispensable en bonne nordiste que je suis!), une spatule, une râpe… J’ai aussi une grande passoire pour égoutter les pâtes et une petite qui filtre plus finement, par exemple le sucre glace. Je ne peux pas vivre non plus sans mon épluche légumes, bien que j’aie tendance à laisser les peaux quand mes légumes sont bio, car c’est là que sont concentrés les nutriments! J’ai également investi il y a un certain temps dans un bon zesteur et je l’adore, car je suis une fan d’agrumes et je pourrais en mettre partout dans ma cuisine! Enfin, j’ai reçu en cadeau une maryse en silicone, et depuis que je l’ai, je m’en sers systématiquement pour verser les préparations à gâteaux, même si ça me laisse moins de chocolat à lécher dans le fond du plat!

9. Mon extracteur de jus

Cet ustensile est un peu la cerise sur le gâteau, je sais que quand on s’installe, ce n’est pas la première chose que l’on va acheter, mais je suis ravie du mien et comme je l’utilise plusieurs fois par semaine, il me paraissait donc normal de le faire figurer ici. Je m’en sers principalement pour faire des jus, (Thank you captain obvious), mais pas seulement! Je fais aussi mes laits végétaux et quand il fait beau et chaud, des petits gaspachos rapides.

Ou trouver de bons ustensiles de cuisine et cuisson?

Globalement, j’évite d’acheter mon matériel en grande surface, sauf en cas d’urgence. Je préfère acheter mon matériel dans des jolies boutiques quand c’est possible, ou sur internet, surtout pour les achats coûteux, ce qui me permet de trouver le meilleur prix possible une fois que j’ai choisi le modèle que je veux. Je passe ensuite par le comparateur de prix de Google, ou quand c’est possible, par des sites de vente privée qui me donnent les meilleurs prix sur certaines marques. Si vous voulez trouver vos ustensiles de cuisson à des tarifs sympas, sachez c’est d’ailleurs là que je trouve les meilleures offres. J’essaie généralement d’acheter des marques, que je choisis pour leur robustesse et aussi pour leur choix, car j’aime avoir du matériel assorti!

Bien sûr, il y a d’autres choses qui sont importantes voire indispensables dans une cuisine, comme des torchons, des bols pour mélanger les ingrédients, des boîtes en verre pour stocker les restes… Mais j’avais envie de vous parler de ces quelques favoris qui me rendent tellement service au quotidien!

Et vous? Qu’ajouteriez-vous à la liste? Avez-vous un ustensile phare?

Spécialité d’Afghanistan : dal afghan

Connaissez-vous la cuisine afghane? Moi non, enfin, jusqu’à maintenant! C’est une cuisine qui est riche en légumineuses et  céréales comme le riz, mais aussi le blé, le maïs et l’orge. En Afghanistan, les hivers sont longs et rigoureux donc on trouve des recettes très réconfortantes et nourrissantes.
 
 
Aujourd’hui, je vous propose notamment un dal afghan, parfait pour changer un peu du dal « classique » en provenance d’Inde. Le mot « Dal » fait référence à une catégorie de lentilles et de pois cassés de tailles et couleurs différentes. J’aime beaucoup tous les plats à base de lentilles car ils sont goûteux et nourrissants, et la lentille corail est ma favorite parce qu’en plus, elle cuit très vite! Je l’adore! Des petites lentilles jaunes sont généralement utilisées pour le dal afghan, mais j’utilise donc ici des lentilles corail, plus faciles à trouver.
 
 
Le dal afghan est un dal cuit dans un bouillon de mouton ou de légumes avec entre autres, du cumin et du piment. Il est un peu plus épais et moins liquide que le dal indien. Il est généralement servi avec des naans, du pain pita ou du riz blanc. J’aime bien l’accompagner également avec du yaourt pour apporter un peu de fraîcheur au plat. L’ensemble donne un repas complet et très sain, encore meilleur réchauffé le lendemain, comme beaucoup de plats mijotés.
 
Je ne connaissais pas la cuisine afghane avant de m’intéresser à cette recette, mais maintenant j’ai envie d’en découvrir d’autres!
 
 
 
 
Spécialité d’Afghanistan : dal afghan

Ingrédients

  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 oignon moyen haché finement
  • 2 gousses d'ail hachées
  • 1 c. à c. de gingembre en poudre
  • 1 c. à c. de curcuma moulu
  • 1/2 c. à c. de cumin moulu
  • 1/8 c. à c. de piment de cayenne moulu
  • 200 g de lentilles corail
  • 70 cl de bouillon de mouton, de poulet ou de légumes
  • 2 c. à s. de jus de citron frais
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Faites chauffer l'huile d'olive à feu moyen-doux dans une casserole moyenne.
  2. Ajoutez l'oignon , l'ail et le gingembre et faites revenir pendant environ 5 minutes jusqu'à ce que l'oignon soit translucide .
  3. Ajoutez le curcuma, le cumin, le piment de Cayenne, les lentilles et le bouillon, remuez et montez le feu.
  4. Lorsque le liquide bout, baissez le feu pour laisser mijoter, couvrez et laissez cuire jusqu'à ce que les lentilles soient tendres, soit environ 15 minutes .
  5. Retirez du feu et ajoutez le jus de citron et le sel .
  6. Servez avec une cuiller de yaourt nature et du pain ou des naans.
 
Source d’inspiration :
http://afghankitchenrecipes.blogspot.fr/2013/02/dal.html

Voyage gourmand à Budapest : Que manger ?

Photo Frank Schmidt@Flickr
 
Cette année, j’ai eu la chance de retourner à Budapest pour la deuxième fois! C’est assez rare que j’aille deux fois au même endroit, mais la dernière fois, j’étais enceinte de 5 mois ce qui avait limité un peu certaines activités! Il y avait la fatigue, la difficulté à faire de trop longues marches, et le fait que j’étais restreinte sur de nombreuses catégories d’aliments et l’alcool bien sûr. La seconde fois, j’ai donc bien apprécié les spécialités locales, et j’en ai profité pour vous rédiger ce petit guide gourmand de Budapest! Très consistante, calorique et copieuse, la cuisine hongroise peut surtout être délicieuse. 
     
 

Le paprika

Le paprika est emblématique de la cuisine hongroise. Il est présent dans beaucoup de plats, ce qui explique que la cuisine hongroise puisse sembler relevée, mais il existe du paprika doux. Vous pourrez notamment essayer le poulet au paprika, ou paprikàscsirke, présent sur toutes les cartes des restaurants. Il est généralement servi avec des sortes de petits gnocchis, nommés galuskas ou tarhonyas.

Les soupes

Tout au long de l’année, le repas hongrois commence par une soupe. Elles sont donc courantes dans les repas hongrois, et permettent un repas à prix raisonnable, car  elles sont consistantes et servies avec du pain. Extrêmement variées, elles sont plus ou moins épaisses, plus ou moins garnies, et rappellent souvent des ragoûts plus que des soupes. La plus célèbre est le goulasch, qui contient de la viande, des poivrons, des oignons, des pommes de terre et du paprika. On le sert dans un petit chaudron ou dans un pain creusé, ce qui devient carrément copieux si vous mangez le bol en pain quand vous avez fini la soupe. Vous pourrez aussi goûter le bableves, aux haricots secs, le magyaros gombaleves, aux champignons, ou le halászlé, au poisson.

Les crêpes farcies

 
Les crêpes farcies, ou Hortobágyi palacsinta sont des crêpes farcies avec de la viande, des oignons, de la sauce et des champignons. Officiellement ce sont des entrées, mais assez copieuses. Si vous avez un petit appétit, elles vous suffiront en plat.

Les poissons

 
On trouve peu de poissons d’eau de mer sur les cartes des restaurants, mais on peut apprécier les poissons d’eau douce en provenance du Danube comme la carpe, le sandre ou le poisson chat. Les poissons sont en général servis frits ou panés, plus rarement grillés, et sont accompagnés de sauce tartare et de pommes de terres. Parmi les spécialités à base de poisson, il y a le halászlé, une sorte de bouillabaisse au paprika, et le racponty, plat de fêtes par excellence, composé de pommes de terre, carpe marinée, paprika, oignons et tomates, cuits au four avec de la crème fraîche et du bacon fumé.
 
Photo Roger Hsu@Flickr
 

La viande

 
Que ce soit à la ville ou à la campagne, la viande est principalement servie en sauce ou en ragoût. Vous pourrez tester le ragoût hongrois au paprika, oignons et crème fraîche, nommé pörkölt. Il peut être réalisé à base de différentes viandes, notamment du veau, et est souvent accompagné de pâtes qui rappellent les spätzle. Vous aurez du mal à faire l’impasse sur l’incontournable escalope viennoise, que l’on trouve dans tous les pays de l’est et en Hongrie également. Vous pouvez aussi tester le paprikàscsirke, poulet au paprika dont j’ai parlé plus haut.
 
Photo snapboot@Flickr
 

De la charcuterie

 
Vous ne le saviez peut-être pas, mais le foie gras est une spécialité que la France partage avec la Hongrie! On le trouve dans les grands restaurants, parfois servi frit. Il est plutôt réalisé à partir de foie d’oie. Si vous aimez la charcuterie, vous trouverez aussi à la carte des bars à vins la hidegtál, une planche de charcuterie. Il existe aussi du saucisson au paprika.
 
Photo eossnap@Flickr
 

Les légumes

On trouve assez peu de spécialités aux légumes frais malheureusement. Les légumes consistent généralement en du chou et du concombre, servis marinés dans une préparation fermentée à base de vinaigre sucré.
 
Photo Didriks @Flickr
 

Pour les végétariens

 
Les végétariens auront du mal à manger très typique, car par définition les plats typiques sont à la viande ou au poisson. Les soupes peuvent sembler une bonne option, comme le bableves, aux haricots secs ou le magyaros gombaleves ou le gombapaprikás aux champignons, mais la base risque d’être du bouillon de volaille ou de bœuf. Le főzelék, une sorte de soupe épaisse, est traditionnellement servie avec du lard, mais celui-ci peut être enlevé puisqu’il est généralement ajouté au moment du service. Vous pouvez chercher le rantott sajt, du fromage frit, ou le lángos, des sortes de beignets sans viande, mais notez que la friture est souvent faite dans une sorte de saindoux d’origine animale. Si vous en trouvez, les túrógombóc, des dumplings au cottage cheese, le tarhonya, sorte de couscous, le padlizsánkrém, sorte de salade d’aubergine écrasée, ou le Körözött, un dip de fromage, paprika et oignon sont de bonnes solutions. Les túrós tészta or mákos tészta sont des pâtes au pavot et au cottage cheese. Enfin, vous trouverez facilement des spätzle, des sortes de pâtes. Avec un peu de chance, la garniture sera végétarienne ou pourra être adaptée. 
 
Dans un genre plus moderne, le quartier juif regorge de spécialités de type falafel, houmous, labneh, servis en repas à table ou sur le pouce, et constituent une bonne alternative pour les végétariens. De même les food trucs, à défaut d’être typiques, ont souvent au moins une partie de leur carte végétarienne.
 
Photo julie corsi @Flickr

Les desserts

Il y a énormément de choix de ce côté là, mais ne vous attendez à rien de léger. Marquées par la période d’occupation autrichienne, les pâtisseries sont garnies de crème, mousse, avec des étages empilés et de bons gros glaçages. Si cela ne vous tente pas, essayez les túróspalacsinta, des crêpes au fromage blanc et aux raisins, les gundel palacsinta, des crêpes fourrées aux noisettes, écorces d’orange confites, et chocolat, ou enfin le rétes, sorte de version hongroise du strudel servi chaud.
 
Photo clubvino@Flickr
 

Les boissons

La bière est très consommée en Hongrie, notamment dans des bars à bière. On trouve aussi du vin hongrois, à déguster dans les borozó, caves à vins. Le plus connu est  le fameux Tokaj, un vin blanc qui peut rappeler notre Sauternes. Essayez également le Eger, ou le Villány. Côté digestifs, les hongrois ont une eau de vie d’abricot, le barackpálinka, et consomment aussi de l’unicum, une boisson amère traditionnelle, qui pourra rappeler le jagermeister.