Archives de catégorie : Plats

Spécialité de Cuba : congri

Aujourd’hui, nous partons à Cuba! On peut toujours rêver, non? Le mois de janvier est un mois riche en événements à Cuba, ce qui nous donne une excuse pour préparer un petit repas à thème. En effet, c’est la pleine saison touristique là-bas en ce moment, et la ville est en effervescence. Mais ce n’est pas tout! Il y a 3 célébrations importantes là bas en cette période.
 
 
Le 1er janvier n’est pas que le jour de l’an, mais aussi le jour de la Libération, et le 2 janvier, le Jour de la Victoire, c’est à dire la victoire de Fidel Castro en 1959. Enfin, le le 28 janvier est l’anniversaire de la naissance de José Martí. Vous ne le connaissez peut-être pas, mais il est considéré à Cuba comme un héros national de la lutte pour l’indépendance. C’est le fondateur du Parti révolutionnaire cubain et le régime mis en place par Fidel Castro se réclame officiellement de sa pensée. Je n’ai évidemment aucun parti pris politique vis à vis de cela, et ce n’est pas l’objectif de ce blog d’en parler, mais je me suis dit que puisque ce mois était cher aux cubains pour de nombreuses raisons, on pouvait leur faire honneur !
 
 
J’ai donc cherché une spécialité intéressante et facile à réaliser avec les ingrédients que l’on trouve chez nous, et j’ai découvert le congri, une sorte de riz aux haricots. Je ne vous cache pas que c’est assez bourratif, et selon moi, ce n’est pas un plat complet mais plutôt un accompagnement. Pour un repas typique, vous pouvez le servir accompagné par exemple de crevette sautées, de viande, de rondelles de tomates fraîches, de dés de concombres, de crudités, de salade verte ou de coleslaw. Des bananes plantain frites pourront parfaire le tableau, si vous avez la chance de trouver des plantain.
 
P.S. : Pour continuer dans la cuisine cubaine, découvrez aussi les croquetas de jamon!
 
 
Spécialité de Cuba : congri

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Spécialité de Cuba : congri

Ingrédients

  • 500 g de haricots noirs secs
  • 1, 5 l d'eau
  • 400 g de riz long grain
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 gros oignon coupé en dés
  • 2 gousses d'ail hachées
  • ½ c. à c. de cumin moulu
  • ½ c. à c. d'origan
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 litre d'eau de cuisson des haricots
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Rincez les haricots, mettez-les dans une grande casserole. Ajoutez 1, 5 litre d'eau , portez à ébullition. Réduisez le feu au minimum, couvrez et faites cuire les haricots pendant 60 minutes jusqu'à  ce qu'ils soient tendres.
  2. En utilisant une passoire au dessus d'un grand saladier, égouttez les haricots et conservez l'eau de cuisson noire.
  3. Placez le riz dans une passoire et rincez-le sous l'eau froide. Mettez de côté pour qu'il finisse de s'égoutter.
  4. Dans une grande casserole chauffée avec de l'huile d'olive, faites  revenir les oignons et l'ail,  jusqu'à ce que les oignons soient translucides . Ajoutez le cumin, l'origan et la feuille de laurier. Ajoutez le riz, les haricots cuits et mélangez bien. Mesurez 1 litre  de l'eau de cuisson des haricots et ajoutez à casserole (complétez avec de l'eau si vous n'avez plus assez de jus de cuisson). Portez à ébullition, puis réduisez et laissez à mijoter, couvrez et laissez cuire pendant 20 à 25 minutes jusqu'à ce que tout le riz ait absorbé le liquide et soit cuit.
  5. Retirez la feuille de laurier, égrenez l'ensemble avec une fourchette et servez chaud.
 
Source inspiration :
http://www.thehungrycuban.com/congri-morors/

Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Aujourd’hui, je vous propose une recette que j’ai découverte dans une petite brasserie parisienne il y a quelques années. Je m’étais mis en tête de la refaire tant elle m’avait plu. Il faut dire qu’elle n’avait rien de complexe, mais était super savoureuse et riche en sauce, tout ce que j’aime quoi!
 
 
Le gorgonzola est très populaire dans le nord de l’Italie et fréquemment utilisé dans les plats de pâtes ou de gnocchi, mais aussi dans des risottos et sur les pizzas. Il fait partie comme tous les fromage bleus de ces aliments que l’on aime ou qu’on déteste. Je suis clairement dans le camp de l’amour! C’est selon moi l’un des meilleurs fromages pour les sauces pour pâtes! 
 
J’ai utilisé des champignons de Paris pour cette recette, car c’est ceux que l’on m’avait servi au restaurant mais si vous préférez, je pense que d’autres variétés s’y prêteront très bien aussi.
 
 
Il n’y a rien de compliqué dans cette recette aussi j’ai peu de conseils à vous donner. Faites juste attention à ne pas trop cuire le fromage pour qu’il ne se « décompose » pas. Vous devez juste le mélanger à feu doux jusqu’à ce qu’il soit presque fondu, puis éteindre le feu. 
 
Si vous en avez, vous pouvez remplacer la ciboulette par le vert d’un oignon frais, cela convient très bien également.
 
A déconseiller aux âmes sensibles, ou en tout cas à ceux qui n’aiment pas le bleu, ce plat est selon moi très réussi, et très proche de celui que j’avais mangé à Paris. Mon homme l’a adoré également. En prime, il est assez facile à préparer pour un dîner rapide en semaine et présente assez bien pour être servi quand on reçoit. Servez-le avec un peu de roquette pour apporter une touche de fraîcheur au repas. 
 
  
 
Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Ingrédients

  • 300 g de raviolis frais au fromage
  • 25 cl de crème liquide
  • 5 cl de vin blanc sec
  • 175 g de champignons de Paris
  • 150 g de gorgonzola crémeux
  • 25 g de noix en morceaux
  • 3 brins de ciboulette
  • 1 gousse d'ail
  • 1 filet d'huile d'olive
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Nettoyez et coupez-les champignons en morceaux. Concassez grossièrement les noix. Coupez le gorgonzola en petits morceaux.
  2. Plongez les raviolis dans l'eau bouillante salée et laissez cuire le temps indiqué sur l'emballage.
  3. Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans 1 poêle et ajoutez les champignons et l'ail. Remuez, salez, poivrez et laissez mijoter.
  4. Versez le vin blanc sec et portez à ébullition sans couvrir jusqu'à ce que le liquide soit réduit de moitié.
  5. Ajoutez la crème liquide et la moitié du gorgonzola. Laissez épaissir à feu doux 2 à 3 minutes. Le fromage doit juste fondre mais l'ensemble ne doit pas bouillonner.
  6. Mélangez délicatement les pennes égouttées avec la sauce aux champignons et au gorgonzola.
  7. Avant de servir, ajoutez les dés de gorgonzola restants et les noix. Ciselez de la ciboulette par dessus. Salez et poivrez généreusement.
 

Spécialité de Lorraine : quiche lorraine

La quiche lorraine est sans doute la tarte salée la plus populaire en France, et constitue un repas de base pour beaucoup d’entre nous. Elle tient son nom du nom de la région Lorraine du nord-est de la France, d’où elle est originaire. Je n’avais pas encore publié cette recette, pourtant j’en réalise régulièrement et j’adore ça.
 
 
La quiche se réalise sans effort et se sert en toute occasion, qu’il s’agisse d’un brunch avec des amis ou d’un déjeuner en semaine. Je l’aime à n’importe quelle saison, que ce soit l’hiver avec un bol de soupe ou l’été, accompagnée d’une simple salade verte. La quiche lorraine peut être servie tiède ou froide, elle est délicieuse dans les deux cas, ce qui la rend idéale pour les pique-niques. Elle reste même tout aussi bonne une fois réchauffée et se conserve quelques jours. Mais rappelez-vous, qu’il est préférable de la réchauffer dans un four traditionnel plutôt qu’au micro-ondes.
 
Il existe de très nombreuses versions de la quiche lorraine, et j’ai essayé de vous partager ma version préférée, à la fois très crémeuse et un peu croustillante sur les bords. J’espère que vous l’aimerez aussi!
 
Bien que faire votre propre pâte à tarte soit un excellent choix, si vous êtes comme moi, à courir partout à longueur de temps, vous préférerez peut-être opter pour une pâte à tarte achetée en magasin. Dans notre monde où l’on manque constamment de temps, je pense qu’il n’y a pas de honte à ça! Cela dit, n’hésitez pas à utiliser votre recette de pâte à tarte préférée si vous vous en sentez le courage. 
 
 
Ne faites pas trop cuire votre quiche. Elle doit être dorée sur les bords, mais légèrement molle au centre, et elle continue de cuire un peu une fois sortie du four.
 
Bien que certains aiment alléger leur recette de quiche lorraine, je conseille vivement de ne pas remplacer la crème liquide entière par une version plus light, car la consistance et la texture de la quiche obtenue seront bien plus agréables avec.
 
Je vous donne ma recette de base, mais vous pouvez ensuite ajouter ou remplacer ce que vous voulez : mettre du thon au lieu des lardons, ajouter des tomates, plus de poivre, plus de fromage, du bleu ou du morbier, pourquoi pas! Il n’y a pas de limites! Ça ne sera juste plus une quiche Lorraine, mais une quiche tout court!
 
 
P.S. : Découvrez aussi ma  tarte carotte cumin et lait de coco
 
Spécialité de Lorraine : quiche lorraine

Spécialité de Lorraine : quiche lorraine

Ingrédients

    Pour la pâte
  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre demi-sel + 15 g pour le plat
  • 4 c. à s. d'eau
    Pour la garniture
  • 200 g de lardons fumés
  • 3 œufs
  • 2 jaunes d’œufs
  • 20 cl de crème liquide entière
  • 20 cl de lait
  • 1 pincée de noix de muscade
  • 4 c. à s. de gruyère râpé 
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Mixez la farine et le beurre dans le bol d'un robot pour obtenir une pâte sableuse. Ajoutez l'eau et mixez à nouveau, puis récupérez la pâte avec les mains et formez une boule.
  2. Couvrez-la et mettez-la au frais pendant le reste des préparatifs.
  3. Faites revenir les lardons à la poêle 5 minutes pour leur faire rendre leur gras.
  4. Dans un saladier, battez le lait, les œufs, les jaunes, la crème liquide, salez et poivrez.
  5. Préchauffez le four à 210°C.
  6. Étalez la pâte dans un plat à l'ide d'un rouleau à pâtisserie couvert de beurre.
  7. Déposez les lardons puis le mélange aux œufs.
  8. Enfournez pour 20 minutes. Le mélange doit avoir bien figé. Saupoudrez le gruyère râpé par dessus et remettez pour 5 à 10 minutes au four, jusqu’à ce que la cuisson soit finie et le fromage gratiné.

Magrets de canard aux cranberries et porto

Je vous préviens, ces magrets de canard vont faire ressembler votre cuisine à un restaurant haut de gamme. Je trouve qu’il n’y a pas de plat plus élégant et bluffant qu’un magret de canard! C’est un plat auquel je résiste difficilement au restaurant et je me suis lancée une fois ou deux dans sa préparation à la maison. Beaucoup de gens sont intimidés de cuisiner du canard, mais c’est en fait l’un des plats de viande les plus faciles à réaliser je trouve. Il faut maîtriser la durée de la cuisson pour que la viande reste rosée, mais en dehors de cela, vous pouvez très facilement obtenir un plat sublime et vous faire passer pour un cordon bleu! 
 
 
 
 
Le canard est ma viande de prédilection pou les occasions spéciales. Il est facile à cuisiner et magnifique sur une table de fêtes. En dehors de ça, nous n’en mangeons pas très souvent. Il faut dire que je l’apprécie, mais il est assez cher. Raison de plus pour ne pas louper son coup quand on en réalise!
 
J’aime la saveur intense du canard, sa texture moelleuse, et la sauce délicieuse qui l’accompagne généralement. La viande de canard seule a beaucoup de saveur, mais elle est sublimée lorsqu’elle est accompagnée d’une belle sauce sucrée. Le canard est souvent accompagné d’une sauce aux fruits comme du raisin, des framboises, des pêches… J’ai choisi d’utiliser des cranberries car elles sont sucrées mais aussi un peu acidulées. J’ai utilisé des cranberries séchées, plus faciles à trouver que les fraîches en France. 
 
 
La technique pour préparer le canard est assez simple. Vous le saisissez dans une poêle, la peau vers le bas, jusqu’à ce que la peau soit dorée et croustillante. Ensuite, vous retournez vos morceaux et vous faites cuire à peine quelques minutes l’autre face. 
 
La sauce aux cranberries est très facile à préparer aussi. Il suffit simplement de les réhydrater dans le porto pour bien les parfumer, puis de déglacer la viande avec du vinaigre et d’ajouter les fruits et le miel. Vous laissez réduire un peu, et hop, c’est fini! La sauce obtenue a une belle saveur, un mélange légèrement acidulé de sucré et salé, elle va vraiment bien avec le canard. 
 
Avec ce magret de canard, je vous recommande une purée, je trouve que c’est ce qui va le mieux avec! J’aime par exemple cette purée de patates douces ou si vous ne voulez pas abuser de la touche de sucre, une purée de chou-fleur au romarin sera parfaite. Si vous n’êtes pas fan de purée, essayez de servir ce magret de canard avec des fagots de haricots verts  et des muffins de pommes de terre
 
 
Magrets de canard aux cranberries et porto

Ingrédients

  • 1 magret de canard de 400 g environ
  • 20 g de cranberries
  • 5 cl d'eau
  • 5 cl de Porto
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
  • 2 c. à s. de miel liquide (de romarin si vous avez)

Préparation

  1. Mettez à tremper les cranberries dans l'eau et le porto, salez et poivrez.
  2. Faites cuire les magrets, en commençant par le côté peau, environ 10-15 minutes à feu moyen vif, jusqu’à ce que la peau soit bien dorée.
  3. Jetez l'excédent de graisse au fur et à mesure.
  4. Salez, poivrez et retournez les magrets côté chair.
  5. Faites griller quelques minutes et réservez au chaud.
  6. Déglacez la poêle au vinaigre balsamique puis ajoutez les cranberries, puis enfin le miel.
  7. Laissez caraméliser quelques instants.
  8. Nappez les magrets préalablement tranchés avec la sauce et décorez avec les cranberries.
 

Tourte forestière au boudin blanc et marrons

Je vous avais parlé il y a quelques temps de mon aversion pour le boudin noir. Je dois avouer que je ne suis pas très fan de boudin blanc non plus, ce qui est étrange car j’adore toutes sortes de charcuteries et je suis une fan de saucisses en général. Mais le boudin, je ne sais pas… Je n’aime ni le goût ni la texture de cette spécialité en réalité. Récemment, je me suis encore retrouvée avec du boudin blanc à cuisiner, ce qui n’est pas vraiment facile quand on n’apprécie pas un aliment! 
 
 
J’ai essayé de trouver une façon de faire qui pourrait me faire apprécier le boudin blanc ou tout au moins, le rendre plus acceptable à mes yeux. J’étais à court d’idées quand tout à coup, j’ai pensé à une tourte : tout est bon dans une tourte! Je suis sûre qu’on pourrait mélanger les ingrédients les plus improbables qui soient, une fois cuits en tourte, la magie opère et ça devient délicieux! Ajourez un peu de vin blanc pour faire revenir le tour, et hop, une recette est née!
 
 
J’ai donc composé une garniture à la fois festive et inspirée de la forêt, en y ajoutant des marrons et des champignons. J’y ai aussi mis beaucoup d’échalotes, car l’échalote rend tout meilleur! C’était riche et copieux, juste ce que l’on attend d’une tourte quoi! 
 
J’ai fait 4 tourtes individuelles dans des plats à gratin, car c’était plus mignon pour le service, mais je pense qu’avec les mêmes quantités, vous pouvez aussi en faire une grosse. Cela fonctionnera tout aussi bien mais il faudra sans doute allonger le temps de cuisson de 5 à 10 minutes.
 
Je dois avouer que j’ai réussi à goûter et apprécier ce plat, ce qui signifie que si vous connaissez des personnes pas fans de boudin, ce plat peut-être une amorce pour leur apprendre à l’apprécier!
 
 
 
 
Tourte forestière au boudin blanc et marrons

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 tourtes individuelles

Tourte forestière au boudin blanc et marrons

Ingrédients

  • 2 rouleaux de pâte feuilletée
  • 250 g de mélange de champignons forestiers
  • 500 g de champignons de Paris
  • 200 g de marrons en bocal
  • 3 boudins blancs
  • 3 échalotes
  • 2 c. à s. de persil ciselé
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 20 cl de crème épaisse
  • 2 cl de lait
  • 10 cl de vin blanc
  • 2 gousses d'ail
  • 1 c. à c. de muscade
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Émincez les marrons et réservez.
  2. Ciselez les échalotes et faites-les revenir dans une grande casserole avec l'huile d'olive. Après 1 minute, ajoutez-le boudin coupé en petits dés et prolongez de 7 minutes.
  3. Ajoutez les champignons et l'ail épluché et écrasé, et laissez cuire jusqu'à ce qu'ils aient rendu leur jus, soit 10 à 20 minutes environ. Versez le vin blanc, la crème fraîche, ajoutez les marrons et laissez réduire de moitié.
  4. Assaisonnez, et ajoutez le persil ciselé.
  5. Préchauffez le four à 180°C.
  6. Déposez une pâte feuilletée dans le moule, et déposez dedans l'appareil crème, champignons, sel, poivre et muscade. Disposez les rondelles de boudin blanc pelées et coupées en rondelles de 1 cm d'épaisseur.
  7. Recouvrez avec le reste de pâte feuilletée et dorez au lait à l'aide d'un pinceau avant d'enfourner à 180°C pendant 30 à 40 minutes.

Spécialité de la Réunion : Rougail saucisse

J’ai des envies de vacances en ce moment je crois, je me prends à fantasmer sur des destinations ensoleillées comme la belle île de la Réunion, pourtant l’hiver ne fait qu’arriver ici! Il va me falloir patienter encore un bon moment avant de revoir le soleil, et c’est pour ça que je vous propose un petit plat de cuisine des îles! Le rougail saucisse est un des plats traditionnels de l’île de la Réunion, sûrement le plus emblématique, à tester de toute urgence !
 
Il existe deux types de rougails. Le rougail « marmite », un plat cuisiné, et le rougail « pilon », sans cuisson, plutôt utilisé comme condiment ou accompagnements de plats.
 
 
Le rougail saucisse est un plat traditionnel (donc un rougail marmite) réunionnais réalisé à base de saucisses créoles. Je ne crois pas qu’on puisse trouver des saucisses vraiment identiques en métropole, j’ai donc choisi d’utiliser des saucisses de Montbéliard  et j’ai lu par la suite que l’on pouvait aussi faire un mélange de saucisses de Montbéliard et de saucisses de Toulouse. Celles-ci sont coupées en morceaux, accompagnées de riz et de rougail, un mélange de tomates coupées en petits dés, de gingembre, d’oignons et de piment. Sur l’île de la Réunion, le rougail saucisse est très souvent cuisiné et on l’apprécie car il est très simple à réaliser.
 
Pour un repas complet, on accompagne généralement le rougail saucisse de riz et de grains comme des lentilles ou des haricots blancs.
 
Selon les régions, certains ingrédients peuvent varier, comme la présence d’ail, de gingembre, de thym et même de curcuma ou du combava. J’ai eu bien du mal à savoir ce qui était plus légitime parmi tout ça mais ce qui est sûr c’est que cela me faisait bien envie! Après avoir lu de nombreuses recettes je suis tombée sur celle de mon amie Gridelle, et j’ai eu le déclic  Mais oui, comment ne pas lui faire confiance quand on voit la belle cuisine des îles qu’elle nous propose en permanence? C’est parti pour la recette, et je peux vous garantir que l’on s’est régalés!
 

  

P.S. : Pour une version moins orthodoxe, découvrez aussi mon rougail à la saucisse de Morteau!

 
Rougail saucisse réunionnais

Quantité ou nb de personnes: Pour 8 personnes

Ingrédients

  • 1 kg de saucisses fumées de type Montbéliard (soit 8)
  • 8 tomates
  • 4 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 c. à c. de curcuma en poudre
  • 1,5 cm de gingembre frais
  • 1 c. à s. de thym
  • 1 piment oiseau entier
  • 3 c. à s. d'huile
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Faites  cuire les saucisses dans de l’eau bouillante pendant 10 minutes. Videz la marmite, coupez les saucisses en tronçons de 1  cm et réservez.
  2. Dans la même marmite, faites chauffer de l’huile. Faites-y revenir les oignons préalablement émincés avec l'huile jusqu’à ce qu’ils commencent juste à colorer.
  3. Pendant ce temps, pilonnez ensemble piment, le gingembre et l'ail.
  4. Ajoutez ce broyat à l'oignon quand il commence à dorer et laissez dorer 2 minutes de plus.
  5. Ajoutez alors les saucisses et faites revenir avec les oignons. Au bout de 5 minutes, ajoutez les tomates coupées en petits morceaux ainsi que le curcuma et le thym.
  6. Mélangez bien et laissez mijoter à feu doux en retirant de temps en temps le couvercle pour éliminer l’excès d’eau, environ 15 minutes.
 
 
Source d’inspiration :

Tian de potimarron et patates douces au parmesan

Un tian est un gratin constitué de légumes cuits dans un plat en terre cuite. Le mot «tian» fait d’ailleurs également référence à ce plat en lui-même. La recette du tian provençal classique est composée de légumes typiquement provençaux : oignons, tomates, aubergines, courgettes, placés alternativement. Une cuisson longue permet que les saveurs se mêlent, et cela donne quelque chose d’extra.
 
 
Le tian est un de mes plats de légumes favoris de longue date. Nourrissant et sain, facile à préparer et tellement beau à regarder, c’est un délicieux plat d’accompagnement! J’aime particulièrement le cuisiner en été, quand les légumes provençaux sont de saison, car j’évite d’acheter des aubergines ou des tomates en hiver. J’ai à cœur de respecter au mieux les saisons, et plus le temps passe plus j’y fais attention. Alors, le reste de l’année, ça signifie que je suis condamnée à être privée de tian? Je me suis demandé si je ne pouvais pas expérimenter une version aux légumes hivernaux. 
 
 
J’ai choisi d’utiliser des pommes de terre, du potimarron, de la patate douce cuites au four avec de la chapelure et du parmesan. Nettement moins léger que la version estivale, mais bien réconfortant non? Le résultat de cette version peu orthodoxe a été à la hauteur de mes attentes. Avec cette cuisson, les légumes sont bien tendres et acquièrent une saveur délicieuse!
 
Cette recette est un moyen savoureux et sain de cuisiner vos légumes d’automne. Si vous êtes en recherche d’un accompagnement pour votre prochain repas, lancez-vous! Vous allez adorer ce plat, je le garantis! 
 

  

P.S. : Si vous aimez la courge, essayez aussi ma crème de potimarron au bleu de Bresse!

 
 
Tian de potimarron et patates douces au parmesan

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ingrédients

  • 400 g de potimarron
  • 250 g de pommes de terre
  • 300 g de patates douces
  • 30 g de beurre
  • 1 gousse d'ail hachée finement
  • 40 g de chapelure
  • 30 g de parmesan râpé
  • 1 c. à s. de persil frais haché
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffez votre four à 375° C. Épluchez et coupez en tranches les légumes.
  2. Disposez les tranches en les faisant se chevaucher légèrement dans le fond d'un grand plat ou de petits plats individuels.
  3. Dans une poêle, faites fondre le beurre. Ajoutez l'ail, laissez cuire 2 à 3 minutes, en remuant souvent, jusqu'à ce que l'ail soit tendre et le beurre bien infusé avec goût d'ail. Ne laissez pas le beurre brûler.
  4. Brossez le dessus des légumes avec ce beurre à l'ail à l'aide d'un pinceau.
  5. Dans un petit bol, mélangez la chapelure et le parmesan.
  6. Saupoudrez le dessus des légumes de sel, de poivre et de chapelure au parmesan.
  7. Faites cuire à découvert 30 à 40 minutes ou jusqu'à ce que la courge soit tendre.
  8. Passez alors en mode grill, et prolongez de 5 à 10 minutes jusqu'à ce que les légumes soient légèrement dorés. Avant de servir, saupoudrez le persil sur le dessus.

Purée de potiron au miel et épices

Bien que j’aime les purées de pommes de terre ordinaires, j’aime aussi essayer différentes versions de purées de légumes, comme cette purée au chou et lardons et cette purée de petits pois que j’ai préparées dans le passé. Chaque année, lorsque la ronde des courges recommence sur les étals des primeurs, je prévois de la purée de potiron au menu. La purée de potiron est vraiment une recette que j’adore. Elle a une texture et une saveur plus délicate que la purée de pommes de terre ou de patates douces. 
 
 
Cette variante utilise un mélange de pommes de terre et de citrouille comme base, et pour un côté vraiment automnal j’ai ajouté beaucoup d’herbes et d’épices supplémentaires comme de la noix de muscade et de la cannelle. Cette délicieuse purée est aussi bien parfumée grâce à l’oignon. J’ajoute juste assez de beurre pour obtenir une texture onctueuse et crémeuse. Il y a encore un ingrédient secret dans cette recette qui ajoute une saveur légèrement sucrée, c’est le miel. 
 
 
Avec tout ça, vous transformez une simple purée de pommes de terre ennuyeuse en un plat sucré salé aux saveurs de l’automne! 
 
J’ai adoré sa texture moelleuse et crémeuse, et même si j’ai trouvé qu’elle se suffisait à elle même, elle sera surtout parfaite en accompagnement, avec une viande rôtie ou une poêlée de tofu, et des légumes sautés par exemple.
 
 
 
Purée de potiron au miel et épices

Ingrédients

  • 1,2 kg de potiron
  • 600 g de pommes de terre
  • 30 g de beurre + 1 c. à c. d'huile
  • 1 c. à s. de miel
  • 1 pincée de cannelle
  • 1 pincée de muscade
  • 1 oignon émincé finement
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Faites cuire les pommes de terre épluchées et coupées en dés à l'eau, départ eau froide. Comptez environ 20 minutes après ébullition. Écrasez à la fourchette ou au presse purée.
  2. Épluchez puis découpez le potiron en cubes. Faites cuire le potiron à l'eau, départ eau froide, comptez 20 minutes après ébullition. 
  3. Faire fondre le beurre avec l'huile dans une grande poêle anti adhésive. Faites-y revenir l'oignon à feu très doux pendant 5 minutes. Ajoutez-y le potiron.
  4. Laissez cuire à feu doux 2 minutes puis mixez dans la casserole à l'aide d'un mixeur plongeant. Ajoutez la pomme de terre écrasée, les épices, le sel, le poivre, le miel. Laissez chauffer quelques minutes et servez.

Carbonnade de légumes d’hiver

Aujourd’hui 15 novembre, c’est la fête du Roi en Belgique aussi appelée parfois fête de la Dynastie. La fête du Roi est une fête célébrée depuis 1866 le jour de la Saint-Léopold (nom des deux premiers et du quatrième rois de Belgique) dans le calendrier germanique. 
 
 
La famille royale assiste à cette occasion à une célébration religieuse, mais depuis l’an 2000 les autorités civiles organisent aussi une cérémonie laïque au palais de la Nation.
 
Cette date a aussi été choisie comme jour de fête de la Communauté germanophone en Belgique. C’est un jour férié pour une grande partie des fonctionnaires de l’état.
 
A cette occasion, je vous propose une recette populaire en Belgique et dans le nord de la France, la carbonnade flamande. Le mot «carbonnade » est issu du mot « charbon ». 
C’est un plat composé de morceaux de viande de bœuf, de porc ou de cheval mijotés dans une sauce à la bière, idéalement une brune belge ou du Nord-Pas-de-Calais. C’est un peu la cousine du bœuf bourguignon où le vin est remplacé par de la bière.
 
Quand il fait plus froid comme en ce moment, c’est le temps idéal pour se réconforter avec de bons ragoûts et des épices d’automne. 
Ça tombe bien, la carbonnade est souvent préparée avec du pain d’épices et un peu de cassonade! C’est un plat mijoté délicieux, et comme beaucoup d’autre plats mijotés, il est encore meilleur quand il est préparé la veille. 
 
 
Ayant diminué ma consommation de viande, j’ai eu envie de décliner une carbonnade de légumes. J’ai utilisé des légumes racine et des champignons, et ce fut un délice! On réalise alors que ce qui fait ce plat, c’est bien sa sauce et sa texture, car j’ai eu autant de plaisir à le manger qu’une version à la viande!
 
La carbonnade est généralement servie avec de bonnes frites au gras de bœuf, mais si vous êtes végétarien, vous préférerez bien sûr un autre type de cuisson pour vos pommes de terre.  
 

P.S. : Si vous aimez la cuisine du nord, découvrez également mon feuilleté au maroilles!

 
Carbonnade de légumes d’hiver

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ingrédients

  • 650 g de carottes 
  • 1 panais
  • 1 navet
  • 1 rutabaga
  • 250 g de champignons de Paris
  • 20 g de vergeoise
  • 1 bouquet garni
  • 75 cl de bière brune belge
  • 2 oignons rouges
  • 4 échalotes
  • 5 tranches de pains d'épices
  • 30 g de beurre
  • 3 c. à s. de moutarde
  • 15 cl d'eau
  • 1 cube de bouillon
  • 3 gousses d'ail
  • 1 c. à s. d'huile
  • 3 cl vinaigre de cidre
  • 1 c. à s. de farine
  • Sel

Préparation

  1. Épluchez les légumes et coupez-les en cubes de 2 à 3 centimètres de côté.
  2. Découpez grossièrement les oignons et les échalotes.
  3. Faites fondre le beurre et l'huile et faites suer les oignons dedans 10 minutes pour les ramollir. Ajoutez l'ail et les champignons en saupoudrant la vergeoise dessus, sur feu au minimum et à couvert, et prolongez de 5 minutes.
  4. Déglacez avec le vinaigre et laissez-le s’évaporer, puis mettez les légumes dans la cocotte, remuez.
  5. Mettez le feu au minimum. Singez en ajoutant la farine puis ajoutez le bouquet garni et recouvrir de bière et d'eau. Ajoutez le cube de bouillon, salez très légèrement.
  6. Recouvrez délicatement toute la surface avec le pain d'épices couvert de moutarde'. Laissez mijoter à couvert 1 heure 30 sans remuer, tant que le pain d'épices n'est pas fondu.

Pommes de terre rissolées à l’ail

Y a-t-il un aliment qui a plus de succès que les pommes de terre? Sérieusement, à la maison, quand je dis, « On mange des patates! », ma fille saute au plafond et mon homme fait la danse de la joie! A croire que le reste du temps, tout ce que je cuisine est sans intérêt! C’est drôle finalement, de passer son temps à inventer des recettes pour manger varié et original, et d’avoir un succès bien plus fort avec des patates, ou des « pôtates » comme on dit chez nous, dans ch’nord. (En vrai, ceci est juste un cliché, personne de mon entourage ne parle avec cet accent hein!)
 
Il parait que dans le nord, nous sommes de gros consommateurs de pommes de terre, mais franchement je n’en cuisine pas très souvent… Pas assez au goût des habitants de cette maison en tout cas! Mon homme me dit même parfois qu’à cause de ce blog, il n’ a pas le droit de manger des pâtes et des patates comme tout le monde, mais c’est faux, et cette recette en est la preuve! On mange parfois des pommes de terre à la maison, et c’est la régalade à chaque fois!
 
J’aime bien sûr changer de variante à chaque fois, comme avec ces muffins de pommes de terre ou ces pommes de terre rôties au romarin. Aujourd’hui, ce sont de simples, mais délicieuses, pommes de terre rissolées que je vous propose.
 
 
Nous adorons la saveur de l’ail chez nous, et l’ail rôti rend ces pommes de terre fantastiques! L’arôme de l’ail qui se répandait dans la cuisine pendant la cuisson aurait fait fuir une armée de vampires mais quand on aime ça, c’est un délice! Il y a également un bon goût de beurre. Un peu de sel et des herbes de Provence complètent le tout. 
 
Cette recette peut se faire avec n’importe quelle variété de pommes de terre à sauter. Si vous prenez une variété jeune à la peau fine, vous pouvez en prime vous épargner la peine de les éplucher. Vous pouvez simplement enlever les petites imperfections des pommes de terre et bien les laver avec une brosse pour préparer ce plat. Ces pommes de terre prennent environ une heure à cuire. Je les démarre donc en général avant de préparer le reste de mon repas.
 
Ces pommes de terre sautées constituent un excellent plat d’accompagnement pour le déjeuner ou le dîner, à servir avec des steaks, du poulet grillé ou du poisson.
 
Assaisonnez ces pommes de terre à votre goût et servez-les bien chaudes. Si vous les conservez dans leur casserole couverte, elles resteront chaudes pendant un bon quart d’heure après que vous ayez coupé le feu.
  
 
 
Pommes de terre rissolées à l’ail

Ingrédients

  • 15 g de beurre
  • 1 c. à s. d'herbes de Provence
  • 1 gousse d'ail
  • 4 c. à s. d'huile d'olive
  • 600 g de pomme de terres
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Nettoyez les pommes de terre, séchez-les puis découpez-les en morceaux. 
  2. Mettez les pommes de terre dans un saladier, ajoutez 2 cuillers à soupe d'huile, les herbes et mélangez bien.
  3. Mettez dans une poêle avec 1 cuiller à soupe d'huile et laissez cuire pendant 20 minutes à feu moyen, puis prolongez de 15 minutes à feu doux. Ajoutez alors le beurre et laissez cuire encore 15 minutes.
  4. 5 minutes avant la fin, ajoutez l'ail, remettez 1 cuiller à soupe  d'huile, salez et poivrez.