Archives par mot-clé : apéritif

Petits croissants à la brique du Nord

Dès demain, les cyclistes du Tour de France vont avoir la chance de traverser « l’enfer du nord », surnom donné à notre chère région par les journalistes à propos de la Course Paris-Roubaix…
En effet dans notre coin les rues sont fortement pavées, et pas que de bonnes intentions, ce qui donne pas mal de fil à retordre aux cyclistes!
La légende voudrait que notre fromage local  » la brique du nord » soit nommé ainsi en hommage à ces pavés infernaux… Mais ce n’est qu’une piste d’explication (peut-être farfelue) car ce fromage a surtout la couleur de nos belles façades typiques!
En tout cas, j’ai choisi d’accompagner dignement cet événement local avec deux petites recettes à partir de ce délicieux fromage. La deuxième recette arrivera demain…
Ces croissants sont de taille significative, aussi comptez un croissant par personne pour une entrée, ou adaptez la recette en coupant de plus petits triangles pour faire des mini croissants pour l’apéritif!
C’est une préparation simplissime et le résultat m’a beaucoup plu, j’imagine déjà beaucoup de variantes de ces croissants salés!
croissant-brique-nord

Croissants à la brique du Nord

  • 1 tube de pâte à croissants (4 croissants)
  • 60 g de brique du Nord
  • 4 c. à s. de lait

Préchauffez le four à 200°C.
Étalez la pâte sur une plaque allant au four et séparez les triangles pré-découpés. Poivrez la surface de la pâte. Coupez la brique du Nord en 6 bâtonnets de 10 g environ et posez un bâtonnet sur chaque croissant, le long du plus petit côte du triangle (celui par  lequel on va commencer à rouler).
Roulez le croissant autour de ces bâtonnets comme indiqué sur l’emballage des croissants.
A l’aide d’un pinceau, badigeonnez les croissants avec le lait.
Mettez au four pour 10 minutes.
Râpez les deux bâtonnets de brique du Nord restants.
Remettez au four pour 5 minutes puis servez chaud avec une salade.

 

croissant-brique-nord-2

Spécialité du Brésil : Pão de queijo

Aujourd’hui je vous ai prépare une recette qui sent bon le Brésil. Littéralement traduisibles par « pain de fromage », les pão de queijo se présentent sous forme de petites chouquettes salées, au goût subtil de fromage et à la texture étonnante : ces petits boulettes ont une sorte de croute croustillante comme du bon pain frais, et un intérieur qui reste mou et moelleux comme de la pâte à beignet!
bread-cheese-balls2

Ces petites douceurs sont très légères en bouche, car elles sont réalisées à base de farine de tapioca. Il est important de respecter ce point sous peine de ne plus avoir du tout la même texture… Elle n’est pas si difficile à trouver, notamment en épicerie ou sur internet, et ne coûte pas plus cher que de la farine de base!

Servez ces petites boulettes comme moi à l’apéritif et le plat ne fera pas long feu!

 bread-cheese-balls3

Boulettes au fromage

  • 25 cl de lait
  • 12,5 cl d’eau
  • 12,5 d’huile
  • 300g de farine de tapioca
  • 1 cuillère à café de sel
  • 70 g de cheddar râpé
  • 1 œuf
bread-cheese-balls

Faites bouillir ensemble le lait, l’eau et l’huile dans une petite casserole.

Dans un bol, mélangez la farine de tapioca, le sel, l’œuf et le cheddar râpé. Ajoutez ensuite les liquides chauds sur les autres ingrédients et mélangez le tout avec une cuillère jusqu’à obtenir une pâte lisse. 
Vous pouvez ajouter un peu de farine de tapioca si besoin, jusqu’à ce que la pâte ne colle plus à vos mains. 
Faites des boules d’environ 3 cm de diamètre et placez-les sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. 
Cuisez au four à 200ºC pendant environ 20 minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés.

Servez tiède.

bread-cheese-balls4

Source :

http://kirbiecravings.com/2011/04/brazilian-cheese-bread-balls.html

 

Spécialité de Colombie : Palitos de Queso

Comme beaucoup d’autres pays qui jouent pour la coupe du monde, la Colombie est un pays dont j’ignorais tout question gastronomie. Je fus donc ravie quoi qu’un peu perplexe en voyant que celle-ci disputait un match, m’obligeant à vite étudier les recettes et spécialités de la-bas pour vous en faire découvrir une!

Toujours en gardant en tête l’esprit snacking de soirs de match, j’ai été séduite par cette petite gourmandise simple, mais surtout blindée de fromage!

Le résultat est juste super bon. Vous devriez adorer si vous êtes un fan de croquettes de fromage et autres Poulycroc.

C’est assez copieux, prévoyez juste quelques bâtonnets par personne surtout si vous préparez ce plat en entrée. Pour l’apéritif, vous pouvez soit les recouper en plus petits bouts et piquer des cure-dents, soit planter des pics à brochette dans la longueur de chaque stick pour obtenir des sortes de sucettes géantes au fromage. (Rien qu’en le tapant j’en ai l’eau à la bouche)

Cette recette est adaptée aux régimes végétariens.

palitos

Palitos de Queso

  • 250 g d’emmental coupé en bâtonnets d’1 cm d’épaisseur
  • 2 tasses de farine
  • 1 c. à c. de sel
  • 4 c. à c. de sucre
  • 1 c. à c. de baking powder
  • 75 g de beurre
  • 6 c. à s. d’eau glacée

Réalisez la pâte en versant la farine, le sucre et le sel dans un robot. Ajoutez le beurre et l’eau et mélangez jusqu’à obtention d’une pâte homogène.
Formez une boule, couvrez avec un film plastique et placez au réfrigérateur pendant environ 40 minutes.
Sur une surface légèrement farinée, étalez la pâte en un rectangle mince.
Coupez la pâte en bandes d’environ trois fois la taille des bâtonnets de fromage pour obtenir autant de bandes de pâte que de bâtonnets.
Enroulez chaque bâtonnet avec de la pâte, scellez bien les bords.
Réservez au congélateur pendant 2 heures.
Faites chauffer 2 cm d’huile dans une grande poêle à feu moyen. Faites frire les bâtonnets de fromage jusqu’à ce qu’ils aient une belle couleur dorée, environ 1 minute de chaque côté. Épongez à l’aide d’un papier absorbant puis mangez chaud.

palitos-2

Source : 
http://www.mycolombianrecipes.com/palitos-o-deditos-de-queso-cheese-sticks

Sablés apéritif au parmesan et poivre du moulin

   sables-apero-poivre2
Ah les joies du voisinage! Le petit vieux qui connaît chacun de vos mouvements, le père de famille qui vous regarde avec un air accusateur après la moindre soirée karaoké que vous organisez, et les enfants qui font tellement de bruit quand ils descendent l’escalier que vous vous demandez s’ils n’ont pas été croisés avec un poney…
N’empêche, ils ont parfois du bon quand il s’agit de réceptionner les 28 colis avec vos cadeaux en retard que vous faites livrer in extremis juste avant Noël… C’est pourquoi je vous propose de les bichonner avec cette recette de sablés apéritifs à ramener demain à la fête des voisins de votre quartier!

Ils sont un peu riches, mais c’est pour la bonne cause : ils sont croustillants à souhait, fondants et bien parfumés au parmesan… Un régal plutôt rapide à préparer!

sables-apero-poivre3

Sablés apéritif au parmesan et poivre du moulin

  Type : végétarien

Pour 40 à 50 sablés

  • 150 g farine
  • 150 g de parmesan
  • 150 g beurre ramolli
  • 1 c à c de fleur de sel
  • 2 c à c de poivre du moulin

Râpez le parmesan.
Dans une saladier, mélangez la farine, la moitié du sel et du poivre et le parmesan râpé.
Ajoutez ensuite le beurre ramolli, mélangez du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Formez un boudin d’environ 2 cm de diamètre avec la pâte en l’enroulant dans du film étirable et mettez au congélateur environ 1h.Après 1h, préchauffez le four à 160°.
Coupez le boudin en tronçons d’environ 1/2 cm d’épaisseur.Déposez les rondelles sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.Mélangez le reste de fleur de sel et de poivre  et saupoudre les biscuits avec ce mélange.
Enfournez pendant 15mn en surveillant la cuisson.
Sortez les biscuits du four et laissez-les refroidir avant de les décoller.

sables-apero-poivre

La petite Cour // Lille

Rien qu’à cause du nom, j’ai pas mal hésité avant de me rendre dans ce restaurant. Bah oui, La Petite Cour, c’est très alléchant, mais au mois de février je ne vais pas en profiter beaucoup de la cour! Et puis bon, à force de regarder la carte et les bons commentaires sur ce lieu, j’ai fini par me laisser tenter sans attendre les beaux jours.

Quelle riche idée ! Déjà en réservant, l’accueil au téléphone était adorable. Ensuite en arrivant sur place, le lieu m’a tout de suite séduite et j’ai su que je passerais forcément une bonne soirée.

Le bâtiment, ancien et préservé dans son jus, offre tout le charme des architectures du Vieux Lille : briques apparentes, belle hauteur sous plafond avec poutres apparentes et au fond, de beaux murs moulurés. La déco un rien kitch mais plutôt light ajoute une note d’humour sympathique : portraits anciens, fausse chouette empaillée, scooter doré accroché au mur…

La carte arrive, bien cachée dans une pochette de vinyle de Serge Lama.

En gros, La Petite Cour c’est du fromage et de la viande. Comprenez des spécialités fromagères comme le welsch, la tartiflette ou le croquant au maroilles, et un joli choix de viandes, de l’onglet au carré d’agneau.

IMG_20140215_214628

Justement, nous jetons notre dévolu sur les croquants au maroilles en entrée, puis sur l’onglet et le carré d’agneau pour le plat.
Un choix de vin sympathique accompagne tout ça et charmante attention pour les néophytes, chaque vin est sous titré avec les plats auxquels il s’accorde le mieux.

Avant d’attaquer, on nous apporte une petite assiette de rillettes et du pain pour accompagner l’apéritif, c’est offert et c’est bon!

IMG_20140215_215824

Le craquant aux maroilles arrive, sous forme d’une crêpe, un rien grasse mais très bonne, accompagnée d’une petite salade d’endives. Le pain est très bon également, ce qui ne gâche rien!

IMG_20140215_222518

Ensuite arrivent les plats. Nous sommes déjà ravis de la quantité, car les assiettes dont jolies et très bien servies. En goûtant c’est le bonheur total : les meilleures viandes que j’aie mangé depuis un bon moment! Cuissons parfaites, viande tendre et goûteuse, sauces et accompagnements en accord… Absolument rien à redire, on lèche les assiettes!

IMG_20140215_222543

Enfin, le dessert, là ou le bât blesse chez beaucoup d’adresses de qualité.
Malheureusement, il ne manquait pas grand chose pour friser la perfection, mais un petit impair est arrivé sur la fin. De mon côté j’ai opté pour un muffin au chocolat blanc et coulis de fruits rouges, un peu trop sucré et lourd après une assiette copieuse, mais je suis une bonne mangeuse donc j’ai apprécié !
Mon homme se laisse tenter par le dessert du jour qui est accessoirement son pêché mignon : des profiteroles. Et là, c’est le drame, l’erreur diplomatique, l’accident de parcours, bref vous avez compris : les demoiselles étaient sèches et insipides, soupçonnées de délit de congélateur.

Quel dommage, avec des plats qui étaient limite les meilleurs que j’aie mange en 2014,   de n’avoir pas su tenir la distance sur les profiteroles! Pourquoi s’embarquer dans des classiques complexes comme ce dessert quand on n’a pas les compétences?
Dommage, car sans ce détail je n’aurais rien trouvé à redire!

IMG_20140215_230253

Mais j’avoue que le reste était tellement bon que même malgré ça, cela reste une très belle découverte que je recommande totalement !

IMG_20140215_230301
La Petite cour, 17 Rue du Curé Saint-Étienne à Lille. Tél : 03 20 51 52 81

Baguette à l’ail

baguette-ail
Pour la fête des boulangers, j’avais envie de vous proposer une recette sympathique tournant autour du pain, et j’ai longuement hésité sur la préparation que j’allais faire. Je ne voulais pas d’une recette qui oblige à avoir une machine à pain, (même si j’adore la mienne quand elle me fait des pains tout chauds le dimanche), pour ne pas frustrer celles ou ceux qui n’en ont pas, mais je voulais quelque chose d’original et qui ait le niveau (ou presque) d’une vraie préparation de boulanger…
C’est alors que j’ai eu un flash en pensant à l’un des produits que je préfère chez mon boulanger préféré (qui est aussi un très bon ami, mais cette préparation est objectivement excellente même sans faire entrer l’amitié dans la balance!)…
Cette recette démoniaque n’est autre qu’une baguette tartinée généreusement de beurre et d’ail et repassée quelques instants au four. A déguster à l’apéritif, un peu chaud, avec le beurre bien fondant et le pain qui croustille… C’est une véritable catastrophe pour l’aspect calorique mais une franche réussite sur l’échelle du bonheur (qui est bien plus importante vous l’admettrez)
Par rapport à la recette de mon ami boulanger, j’ai ajouté du persil, surtout pour la couleur, mais si vous n’en avez pas, vous pouvez vous en passer.
Attention en préparant cette recette à vraiment mixer l’ail et ne pas vous contenter de l’émincer finement : les morceaux trop gros d’ail se sentent et apportent un goût moins agréable. Utilisez un presse-ail, un hachoir ou ce que vous voulez mais l’ail doit être réellement mixé!
A part ce détail, cette recette est inratable et incroyablement bonne, faîtes moi confiance!
baguette-ail2

Baguette à l’ail

  • 1 petite baguette précuite (de la taille d’une demi-baguette)
  • 25 g de beurre salé
  • 2 gousses d’ail dégermées
  • 1 c à s de persil frais émincé
Préchauffez le four à 200°C.
Fendez la baguette dans la longueur mais sans séparer totalement les deux moitiés.
Hachez les gousses d’ail avec le persil. 
Faites fondre légèrement le beurre (il faut juste qu’il soit mou). 
Mélangez le beurre, l’ail et le persil, pour former une pâte homogène. 
Étalez ce mélange sur chaque face du pain.
Mouillez légèrement l’extérieur du pain avec un peu d’eau et mettez au four pour une dizaine de minutes (vérifiez les instructions de votre pain précuit)

Bastide 48

Bastide 48, c’est ce beau bâtiment, juste à la sortie de Rihour, devant lequel je suis passée tous les jours pendant 5 ans (j’habitais à côté) sans jamais y entrer. La façade, le logo, tout me laissait à penser que je n’avais pas le look coco ni le portefeuille pour le lieu. Ce qui est en partie vrai, mais pas seulement. Parce que comme beaucoup d’autres endroits fashion, Bastide 48 se découpe en deux parties, une « gastro », et une « bistro ».
Si la partie « gastro » est à réserver aux occasions particulières, la partie bistrot et bien plus accessible, et nous avons donc décidé d’y accéder.
D’abord, il faut avouer que le lieu est très sympathique. Une belle maison, un beau parquet, des éclairages tamisés, bref l’endroit cosy comme on les aime quand on mange à deux un vendredi soir en amoureux.
Les serveurs étaient par contre plutôt balbutiants : ne connaissaient pas la carte des boissons, ne pouvaient pas donner de carte des boissons qui était en cours de réimpression, ne savaient pas trop quoi recommander, un qui prend la commande et un autre qui arrive deux minutes plus tard pour la demander sans savoir que l’autre est déjà venu… Loin d’être désagréables, mais loin du genre de service qu’on imagine avoir dans des lieux de ce style.
planche-charcuterie
Nous avons attaqué l’entrée avec une planche de charcuterie et fromage. Sur les conseils avisés de la serveuse, on n’en a pris qu’une pour deux, et même si on est des gros mangeurs, grand bien nous en a pris. L’assiette était chargée comme la langue de Miley Cirus un lendemain de cuite, et ceux qui nous connaissent savent qu’on ne peut pas laisser une miette d’un bout de fromage ou de charcuterie. Nous nous sommes donc fait un devoir de la finir malgré sa taille. J’étais mitigée sur cette planche. Même si elle est proposée pour l’apéritif, donc peut-être plus pour des gens qui ont besoin d’éponger que des gens en quête de cuisine fine, les produits étaient industriels, ce qui ne valorise pas la cuisine du lieu. La quantité est un bon point, mais j’aurais préféré une assiette deux fois plus petite, avec des charcuteries régionales coupées sur place et des fromages originaux qu’on ne trouve pas chez Carrefour. Forcément quand tu entres là dessus, tu pries pour que le reste du repas ne fasse pas trop cantine.
cabillaud-chorizo
Heureusement ce ne fut pas le cas. Mon homme prit un veau à cuisson lente, et moi un  cabillaud au chorizo. Bien que les cuissons soient perfectibles, l’ensemble était très bon et les accompagnements (purée, flan de courgette) et sauces étaient délicieux.
veau-cuisson-lente
La quantité était une fois de plus au rendez-vous : de mon côté j’avais deux pièces de cabillaud, au point que mon homme a du finir mon assiette! (oui il faut admettre qu’on n’est pas vraiment sortables dans un lieu chic)
profiteroles
Enfin, les desserts, furent une vraie surprise : je pris une tatin à la poire, et mon homme des profiteroles, un de ses desserts favoris mais souvent malmené dans les restaurants français car sorti tout droit du congélateur. Et là, le bonheur absolu : des desserts excellents, des pâtes faites sur place, des goûts qui explosent, bref, un pur moment de bonheur.
tatin-peches
Au final, voilà vraiment ce qui me pousse à mettre ce restaurant dans mes coups de cœur : le repas n’a fait qu’aller crescendo en qualité, pour finir sur une apothéose sucrée. Et d’habitude, dans la plupart des restaurants c’est plutôt l’inverse. Et j’avoue que même si la charcuterie de l’entrée était trop basique, quand on finit sur une touche pareille, on paye son addition avec un grand sourire et on repart sur un petit nuage.
Bastide 48, 48 Rue de l’Hôpital Militaire à Lille. Tél : 03.20.86.50.81

Menu de Pâques : Oeufs cocotte à la vache qui rit

Après l’apéritif au chocolat, je continue mon repas de pâques avec une entrée aux œufs… Thématique de Pâques oblige! J’adore les œufs cocotte, et la douceur de la vache qui rit va très bien dans cette recette ultra simple qui devrait plaire à tout le monde… Cette recette est la deuxième tirée de mon coffret de mini-livres « la petite épicerie », après les tartines à la sardine et feta.
Cette recette très simple conviendra parfaitement aux régimes sans gluten et végétariens.
oeuf-cocotte-vache-qui-rit3

Oeufs cocotte à la vache qui rit

Pour 2 personnes

 

  • 5 cl de crème liquide
  • 2 vache qui rit
  • 2 œufs extra frais
  • une pincée de ciboulette ciselée
  • Poivre, fleur de sel
oeuf-cocotte-vache-qui-rit2


Préchauffez le four à 200° C

Mélangez la crème et les vache qui rit, poivrez.

Versez la préparation dans 2 ramequins beurrés.
Cassez un œuf dans chaque ramequin, sans abîmer le jaune.

Ajoutez la ciboulette finement ciselée.
Disposez les ramequins dans un plat rempli d’eau bouillante à mi-hauteur des ramequins.
Mettez au four à cuire 6 à 8 minutes, jusqu’à ce que le blanc soit pris mais le jaune toujours liquide.
Ajoutez un peu de fleur de sel.
Servez immédiatement avec une salade verte.
oeuf-cocotte-vache-qui-rit

Menu de Pâques

A mes yeux, Pâques n’a jamais eu l’aura et l’ambiance magique de Noël. C’est une tradition familiale qu’on perpétue année après année, et je suis toujours contente d’y participer, mais au final c’est juste un repas de famille avec un gigot quoi! Bon, le ramassage des œufs dans le jardin est quand même un moment assez fun, surtout si vous avez une maman comme la mienne qui s’acharne à cacher les œufs dans le jardin alors que le plus jeune enfant de la famille a 25 ans… Mais quand même, rien de comparable a Noël. Je pense que ça vient surtout du fait que Pâques se célèbre le midi, sans réveillon la veille… cela casse un peu le moment magique de l’attente avant la découverte des œufs.
7035894093_8742c1ea75_z
Photo par WillowGardeners @Flickr
Afin de remédier à cette injustice, cette année je vous propose de réaliser un menu qui donnera un peu d’ampleur à Pâques. Il ne vous reste plus qu’à travailler une déco digne de ce nom pour faire vivre la magie de cette fête traditionnelle et familiale!

Voici donc ma proposition de menu qui renouvelle un peu les classiques!

comment-faire-menu-paques

Apéritif :  Chips de carotte au cacao et piment d’Espelette

chips-carotte-cacao3

Entrée : Oeufs cocotte à la vache qui rit

 oeuf-cocotte-vache-qui-rit2

Plat : Burger d’agneau, pommes de terre rôties au romarin et petits haricots blancs maison

burger-agneau-feta2

puree-chou-fleur-romarin

lingots-du-nord-baked-beans

Dessert : Cookies vanille amande façon œufs de Pâques

cookies-oeufs-de-paques3

Comment réaliser un menu russe!

9255303518_bcd98d925f_c
Photo par Nataraj Metz @Flickr

La cuisine russe est assez peu connue chez nous, mais elle regorge de petits plats simples, savoureux et originaux à base d’ingrédients facilement trouvables par chez nous. Je vous rassure rien à voir avec le Kloug du père Noël est une ordure!

Pour épater vos invités avec une soirée à thèmes, ou simplement pour le plaisir de la découverte, je vous propose ce menu à thème russe…

 comment-reussir-menu-russe

Pour l’apéritif

Commencez le repas par une dégustation de vodkas pas trop connues en France, en toute petite quantité sinon la soirée risque de s’arrêter là 🙂

Sinon, réalisez un Russe blanc :
– remplissez un verre bas (type verre à eau ou à whisky) avec de la glace

– versez 3 cl de de vodka
– ajoutez 1,5cl de Kahlua
– ajoutez 3 cl de crème liquide
– mélangez et décorez avec des copeaux de chocolat

Accompagnez tout cela de belyachi, des petits pains fourrés à viande :

belyachi-2

En entrée

Si vous souhaitez réaliser un grand classique, vous pouvez vous essayer aux pierogi russes. Ce sont de petits raviolis qu’on picore sans fin à l’apéritif, et on peut les décliner en plein de parfums différents.

Pierogi
Photo par futureshape @Flickr

En plat

Essayez des boulettes russes au riz : elles devraient remplir les estomacs affamés. Pour les encore plus affamés à tendance « trou sans fond », le kournik sera parfait : un cake énorme, rempli de champignons, œufs et poulet. Enfin, le poulet à la kiev est une alternative plus légère, que vous pourrez servir avec des champignons. De mon côté, j’ai testé le boeuf stroganov, un plat de pâtes au bœuf simple à réaliser et franchement délicieux!

boeuf-stroganov

En dessert

Je vous recommande un joli gâteau aux cranberries ou encore un medovik, bombe calorique aux noix, miel et confiture de lait qui est un véritable régal…

Si vous préférez sortir

A ma connaissance il n’y a qu’une adresse russe a Lille, mais la bonne nouvelle c’est qu’elle est bonne et pas très chère… Que demander de plus?

Baba Yaga // 261 rue Solférino à Lille

Cette petite adresse qui ne paye pas de mine propose une cuisine traditionnelle russe et ukrainienne, simple et savoureuse!