Archives par mot-clé : ail

Dip feta citron

Les beaux jours reviennent et j’ai envie de tartinades et d’apéros à tous bouts de champs! Le mariage feta-citron fonctionne super bien, je vous avais d’ailleurs déjà proposé une tartinade du même esprit l’an dernier, avec du romarin. Celle-ci est encore plus simple, en fait on ne peut pas faire plus simple! C’est l’une des recettes les plus simples du monde, oui oui!
 
 
Il vous faut juste quelques ingrédients, passez le tout deux minutes dans votre robot, et voilà, vous avez une tartinade délicieuse !
 
C’est vraiment facile à faire mais si bon que cette tartinade pourrait devenir un de vos incontournables quand des amis débarquent à l’improviste !
 

Dip feta citron

    • 200 g de  feta
    • Les zestes d’1 citron
    • 1 à 2 c. à s. de jus de citron frais
    • 2 petites gousse d’ail hachées
    • 6 c. à s. d’huile d’olive
    • 1 pincée de piment de Cayenne

Placez la feta, les zeste de citron (gardez-en une pincée pour la décoration), 1 cuillère à soupe de jus de citron, l’ail et l’huile d’olive dans un mixeur et mixez jusqu’à ce que l’ensemble soit mélangé mais ait encore un peu de texture.

Goûtez et ajoutez le reste de jus de citron si nécessaire.



Versez dans un bol de service, arrosez avec un peu d’huile et saupoudrez d’une pincée de flocons de piment et d’un peu de zeste de citron.




Avec cette recette au citron, je participe à Cuisinons de saison !

 

Source d’inspiration :

http://feedproxy.google.com/~r/blogspot/bboSV/~3/rvcBRtYIDcc/feta-and-lemon-dip.html

Oeufs brouillés à l’avocat

Aujourd’hui je vais vous parler d’un produit de saison : l’avocat ! Oui, c’est vrai qu’on le trouve toute l’année, mais sa vraie saison c’est maintenant, plus précisément de l’automne jusqu’au printemps, même si on est plus tentés d’en mettre dans nos belles salades estivales !
 
Alors puisque l’avocat est de saison dans les mois où il fait moche, j’ai eu envie d’une recette réconfortante pour le consommer! Il n’est pas d’usage de consommer l’avocat chaud, mais c’est en réalité très bon, comme je l’avais déjà remarqué avec cette recette d’avocats farcis à l’oeuf et au bacon que j’avais adorée. De manière générale d’ailleurs, j’aime consommer l’avocat avec des œufs. Je dépose des tranches d’avocat sur des tartines que je couvre d’un œuf au plat par exemple, et j’associe souvent avocat et œuf dur dans mes salades. Mais je n’avais jamais essayé d’ajouter de l’avocat aux œufs brouillés. J’ai voulu donc voulu continuer dans ce mariage réussi de l’avocat et de l’œuf, en intégrant de l’avocat dans ce plat qui me fait adorer le brunch à lui tout seul! Et pourquoi pas après tout?
 
 
Les œufs brouillés sont des œufs que l’on cuit assez peu, ils sont juste coagulés à feu très doux, et ici l’avocat bien mûr et écrasé est ajouté à la fin de la cuisson donc il ne cuit pas à proprement parler. En moins de 10 minutes, vous aurez votre petit déjeuner ou un dîner léger, simple et rapide pour un soir de flemme!
 
Les œufs sont une excellente source de protéines et l’avocat regorge de vitamines, de minéraux et de fibres et de graisses saines. Autant dire que vous vous rendez service en mangeant ce plat quoi!
 
Je serai la première à admettre que l’aspect de l’avocat dans les œufs brouillés peut sembler un peu bizarre. L’avocat donne une coloration un peu verdâtre à l’ensemble. Mais il faut passer au dessus de ça. Les œufs bien crémeux associés à la texture fondante de l’avocat donnent un résultat  délicieux et tout sauf ennuyeux! L’accompagnement parfait pour ce plat sera bien sûr du bon pain frais, et pourquoi pas, du bacon et un bon jus d’orange si vous êtes en mode brunch.
 
 

Oeufs brouillés à l’avocat

Pour 1 personne
 
  • 2 œufs
  • 5 cl de crème liquide
  • 1/2 avocat mûr à point
  • 1 pincée de paprika
 
Cassez les œufs dans un bol et battez-les. Faites cuire les œufs au bain-marie en remuant continuellement avec une cuiller en bois. Dès qu’ils commencent à coaguler, mais avant qu’ils soient solides comme une omelette, arrêtez la cuisson en retirant la casserole du feu et en ajoutant immédiatement la crème liquide.
 
Écrasez l’avocat à la fourchette et mélangez avec le paprika et ajoutez au mélange d’œufs brouillés, mélangez grossièrement et servez immédiatement.
 

Champignons crémeux au curry

Aujourd’hui je vous propose une recette de champignons au curry. Les currys sont parmi mes plats préférés, qu’ils soient aux légumes, aux lentilles, au poulet, au saumon… Je crois que je ne m’en lasserai jamais!
 
Les champignons sont des légumes que j’adore. Ils sont très polyvalents, pleins de protéines et ont toujours un goût canon. Je les  prépare de plein de façons. Jetez par exemple un œil à mon risotto aux champignons, mon poulet aux champignons ou mes  pâtes aux champignons et petits pois. Je les utilise aussi dans la pizza, les tortillas et même dans les burgers. En automne, il n’y a pratiquement pas une semaine où je ne mange pas de champignons, mais je n’en avais jamais réalisé au curry. Pourquoi? Parce que je n’y avais jamais pensé! Alors quand j’ai vu la recette passer sur le blog de ma copinaute Barbara, j’ai saisi l’occasion tout de suite. Quelle bonne idée!
 
La combinaison de champignons frais, d’épices indiennes et de crème épaisse est tout simplement délicieuse. Si vous voulez découvrir d’autres recettes comme celle-ci, allez visiter le blog Baba Kitchen, un super blog de cuisine rempli de tonnes d’idées recettes dont beaucoup sont parfaitement adaptées pour les soirs en semaine, c’est à dire rapides, faciles et gourmandes!
 
Le curry est bien sûr emblématique de la cuisine indienne, mais ici ce n’est pas une recette traditionnelle indienne, plutôt une recette simple aux saveurs indiennes. Une des raisons est que la recette utilise de la poudre de curry, qui contrairement à ce que l’on pense, ne vient pas d’Inde. Il s’agit plus d’une invention européenne dans la volonté de démocratiser la cuisine indienne. Pour ma part j’ai mis du curry noir, c’est un mélange très parfumé, mais du curry jaune convient tout à fait.
 
 
Le plat indien que l’on appelle curry est composé de plein d’épices que l’on met séparément (on les fait souvent torréfier avec la poêle avec du ghee, du beurre clarifié) , et c’est un plat très complet, avec légumes, riz, parfois viande… Ici, il s’agit simplement de champignons servis dans une sauce délicieuse, donc c’est plutôt un accompagnement, mais vous pourrez en faire un plat plus complet en les servant avec des céréales, du riz, pourquoi pas de la viande ou un steak de soja…
 
J’utilise du gingembre frais dans cette recette, mais quand je n’en ai plus j’ai toujours au frigo une pâte de gingembre et d’ail, c’est une spécialité que l’on trouve dans les épiceries asiatiques qui permet de retrouver en toute circonstance la saveur du gingembre frais. C’est pour moi un incontournable du placard, surtout que ça se garde très bien et que l’ail est très souvent associé au gingembre dans les recettes, donc ça fait d’une pierre deux coups.
 
Ce curry de champignons se prépare en moins de 20 minutes et constitue un repas de semaine savoureux, épicé mais pas piquant, vous apprécierez chaque bouchée!
 
 

 Champignons à la crème au curry

 
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 cm de gingembre frais
  • 1/2 oignon émincé
  • 1/2 c. à s de curry noir en poudre
  • 250 g de champignons de paris
  • 5 c. à s. de fromage blanc
  • 1 c. à s. purée de tomates
  • 1 c. à s. de coriandre fraîche hachée
  • 3 c. à s. d’huile
  • Sel, poivre
 
Nettoyez et tranchez les champignons, mettez-les à rissoler dans une grande poêle avec 2 cuillers à soupe d’huile, laissez évaporer toute l’eau rendue et laissez dorer en remuant régulièrement. Réservez.
 
Faites rissoler l’oignon dans 1 cuiller à soupe d’huile, quand il commence à ramollir, ajoutez l’ail émincé, le gingembre, prolongez de 2 minutes, puis ajoutez la poudre de curry, les champignons, la purée de tomate, le fromage blanc, et laissez cuire 2 à 3 minutes supplémentaires
 
Rectifiez l’assaisonnement, ajoutez la coriandre et servez, je me suis régalée.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.babakitchen.be/2017/11/champignons-epices-a-la-creme-et-au-curry.html
 

 

Avec cette recette aux champignons, je participe à Cuisinons de saison !
 

Spécialité d’Inde : pakoras

Souvent, les jours de pluie (ou de poisse), j’aime préparer un repas vraiment réconfortant. Dans ce cas, je me penche du côté des petites choses grasses à grignoter avec les doigts! Avec le retour du mauvais temps qui ne saurait tarder, je commence donc à réfléchir à des petites recettes gourmandes et faciles à faire!
 
J’adore les pakoras, je me jette toujours dessus au restaurant indien. A Lille nous avons aussi des chaînes de restauration rapide indiennes, et on y trouve des sortes de kebabs, mais où la galette est remplacée par un naan et la garniture par des pakoras végétariens. J’aime beaucoup cette variante qui est plus épicée et plus équilibrée (enfin, je crois) qu’un kebab!  Maintenant que je sais faire les pakoras, j’essayerai sûrement un jour ou l’autre de faire des sandwichs garnis comme ceux-là version maison!
 
D’ailleurs en Inde et au Pakistan, les pakoras sont vendus également comme street food. Ils peuvent aussi être servis comme une collation pour accompagner le thé pendant les fêtes ou tout simplement quand on reçoit des amis.
 
 
Les pakoras que je vous propose sont aux légumes, mais il existe de nombreuses variantes, j’espère avoir l’occasion de vous les faire découvrir petit à petit!
 
La réalisation des pakoras est assez simple, il suffit de préparer la pâte et ensuite de frire l’ensemble. Il est aussi important d’émincer bien finement les légumes pour obtenir le côté très irrégulier de ces beignets. La pâte est faite avec de la farine de pois chiches, elle est donc complètement sans gluten.
 
Servez vos pakoras aux légumes avec du chutney de mangue, de la sauce pimentée ou de la sauce au yaourt et à la menthe ( ou les 3!)
 
 
 
P.S. : Pour un menu indien, vous pouvez enchaîner sur un poulet korma!

Pakoras

 
Pour 6 pakoras
 
  • 40 g de chou finement haché
  • 30 g de carotte hachée finement
  • 30 g de chou-fleur finement haché
  • 30 g de poivron finement haché
  • 25 g de haricots verts finement hachés
  • 30 g  d’oignons hachés
  • 1 piment vert haché
  • 3 c. à s. de feuilles de coriandre hachées
  • ½ c. à c. de gingembre haché
  • 1/2 c. à c. d’ail haché
  • 70 g de farine de pois chiches
  • 7 cl d’eau (+ ou – )
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 c. à c. de graines de Grenade
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de garam masala en poudre
  • Huile pour la friture
  • Sel


Rincez, pelez et hachez finement toutes les légumes. Mettez-les dans un bol.
 
Ajoutez également les oignons hachés, les piments verts et le gingembre.
 
Ajoutez toutes les épices, y compris le sel. Mélangez le tout, puis ajoutez la farine.
 
Mélangez encore et mettez de côté pendant 5 minutes.
 
Ajoutez de l’eau progressivement. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais fluide.
 
Faites chauffer l’huile pour la friture. Lorsque l’huile devient chaude, déposez des cuillerées de la pâte dans l’huile. Faîtes frire les pakoras.

Quand un côté est cuit et bien doré, retournez et faites frire de l’autre côté.
 
Retournez quelques fois et faites frire jusqu’à ce que les pakoras soient croustillants et dorés partout.
 
Enlever les pakoras de la friture. Égouttez-les sur des essuie-tout. Continuez de frire les pakoras par petites quantités de cette façon.
 
 

Spécialité d’Indonésie : Mie goreng végétarien

Pour le nouvel an chinois, je vous propose de réaliser une recette indonésienne… Cherchez l’erreur! Ce n’en est qu’une petite, car même si cette fête porte ce nom, elle est en réalité célébrée aussi dans d’autres pays où les communautés chinoises sont présentes et l’influence de la culture chinoise est importante, comme la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Viêt Nam. C’est aussi devenu un événement majeur dans les quartiers chinois de New York, de Londres et d’autres capitales mondiales. Bref, le Nouvel An chinois est un des événements les plus célébrés au monde, et pas qu’en Chine!
 
Les chinois ont très peu de jours de congés au sens où on l’entend chez nous, et pour eux les occasions de vacances sont plutôt liées aux jours fériés et aux ponts, par exemple pour le nouvel an chinois, il y a 7 jours de congés nationaux.
 
 
Les célébrations du nouvel an chinois commencent la veille du Nouvel An et durent généralement jusqu’au 15ème jour du Nouvel An, qui est le jour du Festival des Lanternes. Les festivités commencent avec le nettoyage de la maison pour balayer les mauvais esprits et faire de la place pour la bonne fortune, le bonheur, la richesse et la longévité. 
 
Le nouvel an chinois, aussi appelé Festival du Printemps, est une fête que j’apprécie beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les différentes cultures asiatiques, et j’ai eu la chance de voyager en Chine, pays qui m’a littéralement conquise, à tel point que j’ai même pris des cours de chinois, dont je n’ai pas retenu grand chose, je dois l’avouer!
 
Bref, je suis toujours contente d’approfondir ma connaissance de la culture asiatique, et ce, surtout quand ça passe par la cuisine, vous me voyez venir, grande gourmande que je suis!
 
Venons en à ce plat indonésien que je vous propose aujourd’hui! Le mie goreng (en indonésien, « nouilles frites »), aussi connu sous le nom de bami goreng, est un plat à base de nouilles frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des boulettes de viande, du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs. C’est un plat très répandu et très prisé que l’on retrouve dans quasiment tous les restaurants et les étals de l’archipel, de même que le nasi goreng.
 
Ce plat est dérivé du chow mein chinois, comme quoi, ça tient la route de le cuisiner au nouvel an chinois! Il a très probablement introduit par les nombreux immigrants chinois qui se sont établis tout au long de l’histoire dans l’archipel et la péninsule malaise.
 
J’ai toujours adoré les nouilles, et cette version indonésienne est l’un de mes plats préférés. Ce qui fait ce plat, c’est la sauce. Sa saveur principale vient du kecap manis, une sauce de soja super douce et collante, qui ressemble presque à de la mélasse. C’est super addictif. J’avais reçu cette sauce de la part de Rappelle-toi des mets suite à un concours que j’ai eu la chance de remporter sur son blog, et depuis je suis accro à cette sauce, j’en rachète très souvent!
 
La recette vous donnera 2 portions pas très grosses, si vous avez très faim n’hésitez pas à augmenter un peu la quantité de nouilles.
 
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour le nouvel an chinois, regardez cet article qui regroupe plein d’idées! Et si vous voulez en savoir plus sur la cuisine indonésienne, offrez-vous ce joli livre :
 
 

Mie goreng végétarien

 
Pour 2 personnes
 
  • 75 g de nouilles soba non cuites ou ramen
  • 1/2 oignon haché finement
  • 2 échalotes hachées
  • 60 g de haricots plats
  • 50 g de chou râpé
  • 35 g de haricots mungo
  • 1 carotte râpée
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 2 c. à s. d’huile d’arachide
  • 2 c. à s. de ketjap manis
  • 1 c. à c. de purée de piments sambal oelek ou de piment de cayenne
  • 1 œuf sur le plat
  • 1 c. à c. d’oignons frits
 
Préparer les nouilles selon les instructions de l’emballage; Égouttez et mettez de côté.
 
Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile et ajouter l’oignon, l’ail et le gingembre; Faire sauter jusqu’à ce que l’oignon est mou. Ajoutez les échalotes, les pois mange-tout, le chou et les haricots mungo et la crotte râpée, et cuire jusqu’à ce que tendre-croustillante.
 
Puis ajouter les nouilles, le kecap manis et le sambal.  Mélangez sur le feu Jusqu’à ce qu’il soit chaud (environ 5 minutes).
 
Faites cuire 2 oeufs au plate et déposez-les dessus, saupoudrez d’oignons frits.
 

Frites au four croustillantes

Lorsque je mange des frites, le plus important selon moi est de savoir si elles sont bien croustillantes. A ce sujet, figurez-vous que les frites sont plus croustillantes sur Jupiter.  Ça fait un peu loin pour obtenir des frites dignes de ce nom, vous ne trouvez pas?

Plus sérieusement, nous savons tous ce qui rend généralement les frites si croustillantes : une belle et longue baignade dans la friteuse! Cependant, je ne suis pas fan de cette méthode au quotidien. Cela demande de la surveillance, doit être fait à la dernière minute, et en prime cela empeste la maison. C’est pourquoi j’ai essayé de trouver une version au four vraiment sympa.

Cette préparation m’a donné satisfaction, grâce à son côté croustillant et savoureux. Cette version au four est super simple à faire et ces frites dépassent toutes les autres que j’ai pu tester au niveau du goût. Elles ont l’extérieur croustillant et sont plus molles à l’intérieur, comme leurs cousines frites, mais elles demandent beaucoup moins de gras. Et, puisqu’elles ne sont pas frites, elles ne ramollissent pas à mesure qu’elles refroidissent. Elles restent bien croquantes longtemps! Petit bonus, les frites cuites au four sont un peu plus saines que les frites frites puisqu’il y a moins d’huile.

Ci-dessous je vous livre quelques-uns des secrets pour réussir des frites incroyablement bonnes au four :

– Trempez, rincez et ensuite séchez les pommes de terre pour enlever une partie de l’excès d’amidon. Moins d’amidon = plus de croustillant.
– Assurez vous d’huiler les pommes de terre uniformément en mélangeant bien.
– Salez-les avant de les cuire.
– Les frites ne doivent pas se chevaucher sur la grille du four.
– Cuisez-les à haute température. J’ai mis mon four à 225°C en chaleur tournante. Si vous avez la chaleur tournante c’est l’idéal pour que les frites cuisent uniformément.

Avec ça, si vous ne vous régalez pas, je ne comprends pas!


P.S. : Si vous aimez les frites, vous aimerez aussi ces frites de patate douce au curry!

P.P.S : La cuisson au four est saine et elle permet de cuisiner des plats hyper rapides. Si vous cherchez des idées, il y en a plein dans ce petit livre :

Frites au four croustillantes

  • 1 kg de pommes de terre à four
  • 1 blanc d’oeuf
  • 4 c. à s. de parmesan
  • 1 c. à s. d’ail semoule
  • 1/2 c.  à c. de sel
  • Poivre

Préchauffez le four à 225°C.

Couvrez une plaque allant au four de papier sulfurisé.

Battez le blanc d’œuf dans un bol jusqu’à ce qu’il soit mousseux.

Coupez les pommes de terre en frites régulières et et enduisez-les de blanc d’œuf.

Déposez les frites sur la plaque, sans les faire se chevaucher.

Saupoudrez par dessus la moitié du sel, du poivre, de l’ail séché et du parmesan. Enfournez pour 10 à 12 minutes.

Retournez les frites et saupoudrez-les du sel, du poivre, de l’ail séché et du parmesan restants.

Ré enfournez pour 10 à 12 minutes jusqu’à e que les frites soient bien dorées.

Source d’inspiration :
http://m.skinnyms.com/crispy-oven-fries/

 

 

Avec cette recette aux pommes de terre, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Petits gratins de pommes de terre, reblochon et noix

A la maison, nous apprécions BEAUCOUP les repas au fromage, comme la fameuse raclette ou encore la tartiflette. On adore ça, surtout en hiver, mais pas seulement, le climat du nord nous faisant une excuse pour en manger toute l’année! Je fais donc régulièrement des gratins comme celui-ci. Ce n’est pas tout à fait une tartiflette à proprement parler, mais la préparation est assez proche, et le résultat tout aussi riche.
 
 
Ce qui vous sauvera niveau calories, c’est la quantité, car ici j’ai prévu une présentation en mini gratins, ce qui oblige à être un minimum raisonnable! Dans cette version, il n’y a pas de lardons, mais il y a du reblochon, des noix, et du jambon de Bayonne. Pour continuer dans les gratins hivernaux, vous pouvez aussi consulter ma recette du gratin d’endives et raclette.
 
Il s’agit d’une idée repas du soir simple et surtout rapide, ce qui est appréciable lorsque l’on rentre d’une journée de travail et que l’envie de cuisiner n’est pas vraiment à son maximum!
 
Le Reblochon, est un fromage AOP depuis 1958,  typiquement savoyard, fabriqué à partir du lait de vaches montagnardes Abondance, Tarine et Montbéliarde. Il existe deux types de reblochon, le Reblochon fermier (reconnaissable à sa pastille verte) fabriqué à la ferme à partir du lait d’un même troupeau, et le Reblochon laitier (avec une pastille rouge) issu d’un assemblage de laits de plusieurs troupeaux. Si vous en trouvez, privilégiez le reblochon fermier, qui donnera plus de goût au gratin.
 
Avec le froid qu’il fait, c’est le moment de vous faire plaisir!
 
  

Petits gratins de pommes de terre, reblochon et noix

 
  • 350 g de pommes de terre juste cuites mais un peu fermes
  • 15 cl de lait
  • 15 cl de crème + 2 c. à c.
  • 60 g de reblochon
  • 1 belle tranche de jambon de Bayonne
  • 10 g de cerneaux de noix
  • Sel, poivre
Préchauffez le four à 200°C.
 
Épluchez les pomme de terre et coupez-les en rondelles d’1/2 cm environ.
Mettez-les dans une casserole avec le lait et les 15 cl de crème, salez et poivrez.
Amenez à ébullition puis baissez le feu et faites cuire 5 minutes sans les abîmer.
 
Versez ce mélange dans 2 mini plats à gratin, déposez dessus le reblochon en tranches, le jambon émincé en tout petits dés, les noix grossièrement concassées, et finissez par les cuillers de crème restante, 
 
Mettez au four pour 15 minutes à gratiner.
 
Avec cette recette aux pommes de terre, je participe à Cuisinons de saison !
 
 
 

Risotto au citron et basilic

Aujourd’hui, je vous propose une recette un peu particulière : un risotto au basilic et au citron. Le risotto n’a rien de particulier en soi, mais personnellement c’était la première fois que je le voyais associé à du citron, beaucoup de citron. Cette recette a un goût très particulier et prononcé, ce qui signifie que si vous aimez le citron, vous l’aimerez. Malheureusement, si vous n’aimez pas trop le citron, il y a de grandes chances que vous ne l’appréciez pas vraiment, car c’est vraiment l’élément dominant. 
 
Cela étant dit, c’était un risotto très simple à faire, au goût délicieux et avec une très belle texture. C’est le genre de plat que vous pouvez préparer si vous voulez vous faire un petit repas à la fois gourmet et sain. Le riz peut sembler un plat un peu ennuyeux si vous le faites bouillir et que vous le servez nature comme à côté… Mais en le préparant de la sorte, pas de risque de s’ennuyer!
 
 
J’adore cuisiner avec du jus et des zestes de citron. C’est un ingrédient tout simple qui ajoute beaucoup de caractère à n’importe quelle recette. Ce risotto m’a rappelé la blanquette de veau de ma maman, qui était dans mon souvenir assez citronnée, et pour cette raison en tant qu’enfant je ne l’aimais pas trop. Mais là dans ce risotto, maintenant que j’ai appris à aimer l’acidité du citron, ça m’a beaucoup plu!
 
J’ai trouvé la recette sur un blog que j’aime beaucoup, Quelques grammes de gourmandise. Allez vite le visiter si vous ne le connaissez pas, il est vraiment inspirant! J’ai mis moins de citron qu’elle car mon citron était de belle taille, et aussi parce que je cultive et cuisine en ce moment du basilic citron, qui renforce la saveur du citron, j’en ai donc mis en complément dans mon plat. Je voulais que l’ensemble soit équilibré, et ce fut parfait !
 
Si vous n’avez jamais fait de risotto auparavant, n’ayez pas peur. Beaucoup de gens pensent que le mot risotto est synonyme de rester debout au-dessus d’une poêle pendant des heures pour finir par faire un désastre. C’est faux, il vous faudra moins de 30 minutes pour tout préparer et une fois qu’on a compris le truc, c’est un plat inratable.
 
 
 P.S. : Si vous aimez le risotto, j’en propose quelques autres sur ce blog, dont le risotto carottes vanille, que j’adore!

Risotto au citron et basilic

 
  • 200 g de riz arborio
  • 1 oignon rouge
  • 2 c. à s. d’ huile d’olive
  • 1 citron non traité
  • 60 cl de bouillon de volaille
  • 30 g de beurre
  • 60 g de parmesan râpé
  • 3 feuilles de basilic
  • Sel, poivre
 
Prélevez le zeste du citron, ainsi que le jus. Réservez.
Pelez et émincez l’oignon. Faites-le revenir quelques minutes avec l’huile d’olive.
Ajoutez ensuite le riz, et remuez jusqu’à ce que les grains deviennent translucides.
Mettez dans une casserole l’eau et le cube de bouillon à chauffer doucement.
Mouillez avec le jus de citron. Lorsque ce dernier est complètement absorbé, ajoutez un peu de bouillon de volaille, l’eau, le sel et le poivre.
Faites cuire en remuant constamment environ 15 minutes et en ajoutant du bouillon petit à petit. Coupez le feu quand c’est cuit.
Ajoutez ensuite le beurre et le parmesan râpé et laissez reposer 5 minutes.

Juste avant de servir, ajoutez un peu de zeste de citron râpé et des feuilles de basilic fraîchement ciselées.

Source d’inspiration :
https://www.quelquesgrammesdegourmandise.com/risotto-citron-basilic-cookeo/

 

Avec cette recette au citron, je participe à Cuisinons de saison !
 

Découvrez une recette de chaque pays que j’ai visité!

Comme vous l’avez sûrement remarqué, je suis fan de voyages et  j’aime ramener des souvenirs culinaires de chaque pays visités! J’aime aussi essayer à mon retour de voyage, de cuisiner des recettes du pays que je viens de visiter, pour prolonger mes souvenirs! Aujourd’hui, je me suis amusée à récapituler les pays que j’ai visités, et j’y ai associé une recette testée… Et approuvée! Ci-dessous j’ai mis une petite carte des pays que j’ai eu la chance de parcourir jusqu’à maintenant, en espérant qu’il y en ait plein d’autres!



 

 

 Russie


Salade Olivier : Je n’ai pas goûté cette recette là-bas mais elle me semble authentique!

 Danemark 


 Ristet hot-dog : Un des snacks dont je me suis quasiment exclusivement nourrie pendant mes vacances au Danemark, j’adore!

Principauté de Monaco 

barbagiuans-2
 Barbagiuan : Sur place, j’avais détesté car je m’attendais à une spécialité sucrée, mais maintenant j’adore!

Luxembourg


 Gromperekichelcher : Le nom est intrigant mais ce sont simplement de délicieuses galettes de pommes de terre que l’on trempe dans la compote de pommes!

Andorre

trinxat-2
 Trinxat :Je n’ai pas mangé typique là-bas car je n’y ai fait qu’un court passage, mais j’ai trouvé cette recette suite à des recherches faites à mon retour.

Chine

concombre-ecrase
 Salade de concombres écrasés :Simple et super bonne!

République Tchèque

dip-tcheque-3
 Tartinade à l’ail :Si vous aimez BEAUCOUP l’ail, vous adorerez!

Ecosse

scottish-stovies
 Scottish stovies : En fan de ragoûts, ça ma régalée!

Angleterre

fish-and-chips3
 Fish and chips : Un de mes plats fétiches depuis toujours!

Belgique

IMG_0856
 Stoemp : Ou l’histoire d’un coup de foudre culinaire à Bruxelles!

Pays-Bas

kaasvlinders
 Kaasvlinders : Ils pourraient devenir un classique de vos apéros!

Allemagne

curry-wurst-2
 Curry wurst : Tellement bon à toute heure 🙂

Suède

kottbullar-3
 Kottbullar : A servir avec une gelée de cranberries!

Autriche

wiener-schnitzel
 Wiener schnitzel : Est-ce autrichien, italien… Le débat est ouvert, mais c’est en Autriche que  j’ai mangé la plus grosse!

Pologne

szarlotka2
 Szarlotka : Un de mes plaisirs dans les salons de thé en vacances en Pologne!

Espagne

tapas-poivron-thon-2 Poivrons farcis au thon : Ha les tapas, quel bonheur!

Portugal

arroz-doce2
 Arroz doce : C’est au Portugal qu’a débuté mon histoire d’amour avec la cannelle, quel régal!

Italie

florentins
 Fiorentini : Dur de choisir une recette : tout est bon en Italie!

Etats-Unis

corn-dogs-sauce-miel-3
 Corn-dogs : Moins connus que le burger, et tellement gourmands!

Soupe de chou-fleur à la tomate

J’espère que vous avez tous survécu au retour du froid et au rythme de fou de ces derniers mois et des fêtes (ce n’est pas que chez moi, hein, rassurez-moi?) sans trop de stress. A cette date, vous avez sans doute à peu près réussi à ranger tous vos cadeaux de Noël et repris une vie normale. Je n’ai pas encore commencé à ranger les décos de Noël de mon côté. Il va falloir que je me dépêche un peu!
 
À propos de ma fille, elle nous mène la vie dure ces derniers temps et ne mange pas grand chose. J’ai cru un moment qu’elle était malade tellement elle faisait des difficultés à tous les repas, au point de ne rien manger du tout certains soirs et d’aller au lit le ventre vide… Jusqu’au jour où j’ai vu son appétit se raviver comme par magie devant un bol de saucisson à l’ail! Voilà juste que la demoiselle commence à faire des caprices! Rien ne l’intéresse à part le saucisson, les chips et les tartines de fromage! Je dois bien évidemment lui faire la leçon, mais je ne peux m’empêcher de remarquer qu’elle a de qui tenir!
 
Alors ça y est, j’entre dans la phase où l’on feinte et on essaye toutes les fourberies possibles et imaginables pour faire manger des légumes aux enfants, alors qu’elle aimait tellement ça il y a quelques mois. C’est une des raisons qui m’a fait flasher sur cette soupe quand je l’ai vue sur le blog d’Irisa, Cuisine et couleurs : une soupe blanchâtre, ça n’est pas appétissant pour un enfant, mais une soupe rose, ça passe tout de suite mieux non?  Je parie que vous pourriez convaincre vos enfants de manger ça, surtout les petites filles!
 
 
Cette soupe est très simple à faire, elle est délicieuse et elle contient plein de bonnes choses, notamment le chou-fleur. Que demander de plus? Jusqu’à récemment je n’avais pas une passion dévorante pour le chou-fleur, sans vraiment le détester je ne lui trouvais pas beaucoup d’intérêt. Mais avec le temps, j’ai vraiment appris à l’apprécier. On peut faire tellement de choses avec, comme des mini cakes ou du chou-fleur rôti au four.
 
Je sais qu’il y a d’autres amateurs de chou-fleur et que parfois on ne finit pas tout en une seule recette, alors la solution peut être de le finir dans une soupe comme celle-ci.
 
Cette soupe a une consistance épaisse, presque crémeuse comme une purée, et son goût est subtilement adouci grâce à l’ajout de tomates. Je n’ai pas mis de feta comme dans la version d’Irisa, simplement parce que je n’en avais pas et je voulais faire cette soupe tout de suite. Vous pouvez la garnir de feuilles de coriandre et d’une cuillerée de crème supplémentaire pour ajouter de la couleur et une saveur encore plus riche. Servez-la avec de bonnes tartines de beurre demi sel et vous avez un repas !
 
Si vous ne connaissez pas le blog d’Irisa, c’est le moment d’aller le découvrir, il regorge de belles recettes colorées, il porte bien son nom!
 
  

Soupe de chou-fleur à la tomate

 
  • 25 cl de lait
  • 600 g  de chou fleur
  • 1/2 cube de bouillon
  • 5 cl d’eau
  • 60 g de pulpe de tomate
  • 2 c. à s. de concentré de tomates
  • 1 c. à c. de paprika
  • 1 gousse d’ail
  • 1 pincée de sucre
  • Sel, poivre
 
 
Faites cuire le chou-fleur à l’eau bouillante avec une pincée de sel.
 
Égouttez-le et mettez-le dans une casserole avec le lait, le cube de bouillon délayé dans l’eau, le paprika, la gousse d’ail hachée, la pulpe de tomates, le concentré de tomates, le sucre. Portez à ébullition dans une casserole et baissez le feu, laissez cuire 10 minutes.
 
Mixez finement et servez avec un peu de paprika supplémentaire.
 
 
Source d’inspiration :
Avec cette recette au chou-fleur, je participe à Cuisinons de saison !