Archives par mot-clé : été

Gaspacho de tomate coco curry et tartines indiennes

L’été le gaspacho, tout le monde aime ça, c’est frais et ça sent le sud, on entendrait presque les cigales chanter en mettant son oreille dans le bol… Je vous déconseille d’essayer de vérifier quand même hein!

Pour changer un peu, ce gaspacho à base de tomates s’enrichit de lait de coco, curry et autres épices… Hé oui je vous emmène  pour un petit voyage en Inde! Bah quoi, c’est pas parce que c’est l’été qu’il n’y a que le sud comme destination de voyage culinaire, non mais!

J’ai accompagné ce gaspacho de sortes de mouillettes toutes fraîches au chèvre et à la coriandre, qui complètent super bien le gaspacho et permettent de faire trempouille dedans. Si cette recette n’a rien de traditionnellement indien, les saveurs sont là et on a presque l’impression d’embarquer l’espace de quelques minutes pour Bombay! Alors décollez vite!

  gaspacho-indien-4

Gaspacho de tomate, lait de coco et curry

  • 4 beaux oignons grelots
  • 400 g de pulpe de tomates
  • 10 c. à s. de lait de coco
  • 2 c. à c. de gingembre moulu
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 c. à s. de curry en poudre
  • 1/2 c. à c. de cannelle
  • 2 c. à c. de sirop d’agave
  • 1 tige de coriandre fraîche
  • 1 pincée de sel
gaspacho-indien
Épluchez et émincez grossièrement les oignons. Dans le bol d’un mixeur, mettez l’ensemble des ingrédients puis mixez à pleine puissance jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène.
Rectifiez l’assaisonnement si nécessaire et servez dans des petits verres.
gaspacho-indien-2

Tartines indiennes

2 tortillas de blé

75 g de fromage de brebis type feta nature
4 c. à s. de crème fraiche
4 tiges de coriandre
1/2 c. à c. de curry
Sel, poivre

Coupez les tortillas pour former des lanières régulières.
Dans un bol, écrasez la feta avec la crème fraiche. Salez, poivrez.
Étalez ce mélange sur les tortillas puis saupoudrez de curry et coupez la coriandre fraîche par dessus.
ajoutez un peu de sel et de poivre si besoin.
gaspacho-indien-3

Tartinades apéro au chèvre frais

Alors que les vacances sont finies et qu’à part quelques veinards tout le monde a repris le boulot, je vous propose une petite recette simple qui sent bon les apéros à rallonge de fin d’été, qu’ils soient au soleil ou pas. Dans le Nord si on attendait le soleil pour prendre l’apéritif, on n’aurait pas notre réputation de région conviviale et bonne vivante!

En tout cas, le jour où j’ai proposé ces tartinades, le soleil était de la partie et on n’en a fait qu’une bouchée.

J’ai réalisé deux variantes autour d’un même fromage frais, mais les déclinaisons n’auront de limite que votre imagination !

tartinade-chevre

Tartinade tomate séchée jambon cru

  • 100 g de fromage de chèvre frais type petit Billy
  • 4 tranches de jambon cru en très fines tranche (type chiffonnade)
  • 4 belles tomates séchées a l’huile
  • 1 c. à c. d’origan
  • Sel, poivre
Émincez très finement le jambon cru et les tomates séchées, puis mélangez avec le fromage frais. Ajoutez l’origan, salez, poivrez. Servez avec du bon pain!
tartinade-chevre-2

Tartinade olives noires jambon

  • 100 g de fromage de chèvre frais type petit Billy
  • 75 g de râpé de jambon
  • 12 olives noires dénoyautées
  • Quelques tiges de ciboulette fraîche
  • Sel, poivre
Émincez très finement les olives noires et la ciboulette. Mélangez avec le fromage frais et le râpé de jambon, salez, poivrez et servez avec du bon pain!
tartinade-chevre-3

Soupe froide de tomate au lait d’amande et son cookie

L’été, c’est la période des salades, mais aussi des soupes fraîches comme le fameux gaspacho à la tomate….
Je vous en propose ici une version toute douce au lait d’amande… Non non, je ne suis pas convertie au veganisme mais j’aime tester de nouveaux produits des que je peux!

Le lait d’amande n’a pas franchement le goût d’amande, mais un goût de lait végétal. Si vous n’en trouvez pas, du lait de soja pourra le remplacer sans problème.

Pour ajouter un peu de fun à la recette, j’ai ajouté des petits cookies ultra faciles à faire puisque ce n’est que de la pâte a pizza saupoudrée de parmesan et d’herbes. En faisant un petit trou avant la cuisson, chaque cookie se coincera dans une paille pour obtenir une présentation plutôt sympa!

Un régal qui fera parfaitement l’affaire pour les derniers apéros dînatoires de l’été…

gaspacho-cookie

Soupe froide de tomate au lait d’amande

  • 3 tomates bien mûres
  • 1/2 poivron rouge
  • 1 petit oignon jaune
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 1 c. à c. d’ail semoule
  • 10 cl de lait d’amande
  • Sel, poivre
Lavez et coupez en dés les tomates. Lavez et épépinez les poivrons. Épluchez et émincez grossièrement l’oignon. Versez l’ensemble dans le bol d’un mixeur avec le jus de citron, l’ail et le lait d’amandes.
Mixez à pleine puissance jusqu’à obtention d’un mélange homogène. Ajoutez le sel et le poivre pour versez dans des petits verres et réfrigérez jusqu’au service.
gaspacho-cookie-3

Cookies parmesan-piment

  • 1 pâte à pizza
  • 4 c. à s. de parmesan
  • 1 c. à c. de piment d’espelette
  • 1 c. à s. d’herbes de Provence
  • Huile olive en spray
Préchauffez votre four à 200°C.
Étalez la pâte a pizza. A l’aide d’un emporte pièce, coupez votre pâte en cercles un tout petit peu plus grands que le diamètre des verres dans lesquels vous ferez le service. Sur le coté, percez un trou à l’aide d’une paille. Aspergez la pâte d’un spray uniforme d’huile d’olive. Saupoudrez la pâte avec le piment, les herbes et le parmesan.
Mettez au four pour 7 minutes environ puis laissez refroidir avant de piquer dans les pailles et de poser sur les verres.
gaspacho-cookie-2

Lasagnes à la crème de basilic

S’il existe de nombreux plats familiaux que j’adore, les lasagnes sont très certainement tout en haut de la liste. De celles de ma maman aux barquettes surgelées premier prix, je ne suis pas compliquée :  j’aime les lasagnes sous toutes leurs formes. C’est presque étrange que je n’aie pas essayé plus tôt de décliner ma propre  variante… Mais jusqu’à maintenant je ne voyais pas quelle touche personnelle ajouter à ce plat, il est déjà tellement bon dans sa version de base!
Du moins c’est ce que je me disais jusqu’à ce que j’entende parler de crème de basilic (il suffit de prononcer ces mots pour que je commence à baver instantanément). Ce fut le déclic, car je n’ai jamais apprécié plus que ça la béchamel mais je n’avais jamais pensé à la remplacer…

Malgré la présence de la crème de basilic, ce sont bien des lasagnes « classiques » que je vous propose, c’est à dire à la tomate. En réalité on ne peut pas vraiment parler de lasagnes classiques : les premières recettes ancestrales de lasagnes ne contiennent pas la moindre once de tomate puisque c’est un plat très très vieux et qu’il n’y avait pas encore de tomates en Europe quand ce plat a été inventé…
Mais aujourd’hui les lasagnes telles qu’on les entend classiquement sont à la tomate, sinon on se sent obligé de préciser à quoi elles sont, comme quand on dit « lasagnes aux épinards » ou « lasagnes au saumon » quoi. Bref, vous avez compris!

La crème de basilic ajoute un peu de goût et de fraîcheur à la version de base mais sans dénaturer la recette d’origine dont on retrouve bien les saveurs.

Nous n’étions que 4 à manger à la maison mais je n’ai pas résisté à l’envie de faire un plat gigantesque. Quand je me lance dans ce genre de recettes traditionnelles je ne peux m’empêcher de revêtir mon tablier invisible de nonna de famille nombreuse, c’est incontrôlable !

De nos jours la plupart des lasagnes sèches en vente sont prétendues « sans pré-cuisson », mais personnellement je préfère quand même les précuire. Cela permet de laisser le plat moins longtemps au four ensuite et donc d’avoir un ensemble moins sec, mais aussi de manger plus vite, bah oui c’est aussi bête que ça.
Pour la précuisson des lasagnes, je fais cuire les lasagnes « al dente » dans un grand récipient, en remuant régulièrement, puis je les égoutte et les passe à l’eau froide, afin d’arrêter la cuisson, et enfin je les pose, l’une à coté de l’autre sur des torchons. Cela évite qu’elles se collent entre elles ce qui est très fréquent et pénible si on n’y fait pas attention !
lasagnes-creme-basilic

Lasagnes à la crème de basilic

Pour la sauce bolognaise
  • 2 tranches de poitrine fumée
  • 2 oignons moyens
  • 2 gousses d’ail
  • 2 carottes
  • 2 tiges de céleri
  • 500 g de mélange de veau et porc haché
  • 2 c. à c. bombées d’origan
  • 2 boites de 400g de tomates concassées
  • Sel, poivre
  • 50 g d’emmental râpé

Pour les lasagnes

  • 250 g de feuilles de lasagnes (aux œufs)
  • 100 g de gruyère
  • 1 tomate bien mûre
  • 2 c. à s. d’huile d’olive

Pour la crème de basilic

  • 1 bouquet de basilic frais
  • 125 g de ricotta
  • 50 g de parmesan râpé
  • 10 cl de crème fraiche
  • 2 gousses d’ail
  • Sel, poivre

lasagnes-creme-basilic-2

Mixez ensemble tous les ingrédients de la crème de basilic et mettez de côté au frais.

Coupez finement la poitrine fumée. Pelez et hachez les oignons, l’ail, les carottes et le céleri.
Faites chauffer de l’huile d’olive dans une sauteuse, ajoutez la poitrine, l’origan, laissez dorer en mélangeant de temps en temps. Ajoutez les légumes et laisser cuire environ 7 minutes en mélangeant de temps en temps. Ajoutez ensuite la viande et les tomates plus un volume d’eau d’une des boites de tomates. Salez et poivrez. Portez à ébullition, couvez et laissez mijoter à feu doux pendant 30 minutes, en remuant de temps en temps.

Préchauffez le four à 190°. Retirez la poêle du feu et ajoutez un quart du gruyère râpé dedans. 
Faites cuire les lasagnes dans de l’eau bouillante salée avec un filet d’huile d’olive environ 3 à 4 min.
Égouttez les feuilles de lasagnes puis déposez-les sur du papier absorbant.

Versez un tiers de la sauce bolognaise au fond d’un plat allant au four. Continuez avec une couche de lasagnes.
Étalez un tiers de la crème fraiche par dessus afin de tout recouvrir. Salez et poivrez et saupoudrez de gruyère.
Recommencez l’opération une fois en terminant par une couche de lasagnes puis de crème au basilic et enfin le reste de gruyère.
Décorez avec quelques tranches de tomates, de basilic et arrosez de quelques gouttes d’huiles d’olive.
Recouvrez de papier alu et enfournez environ 20 min.
Ôtez le papier alu et laissez cuire encore 35 min, le temps que les lasagnes soient bien colorées.

lasagnes-creme-basilic-3

Source d’inspiration
http://www.ohbiteit.com/2014/07/caprese-lasagnawith-basil-cream.html

Galette d’été aux prunes

Cet été fleurissent partout les galettes, tartes et pizzas estampillées « rustiques », entendez par là avec une bonne grosse pâte irrégulière et plutôt brune, repliée sur la garniture comme un chausson.
Une pâte brute et imparfaite, ce n’est pas pour me déplaire, déjà par ce que ça a l’air gravement appétissant, ensuite parce que ça permet si besoin de masquer son incompétence : « Mais nan elle est pas ratée et brûlée ma pâte, c’est rustique tu vois… »
Cote salé, je vous régalerai donc bientôt d’une pizza blanche rustique dont vous me direz des nouvelles.
Cote sucré, je vous propose cette galette rustique issue d’un site américain que j’affectionne particulièrement : je lèche l’écran de mon smartphone compulsivement à chaque fois que je revois une de leurs newsletter tellement elles sont appétissantes!
galette-rustique-prunes-4

Hé bien je dois avouer que cette recette que j’ai juste un poil ajustée (et sans doute un peu massacrée au niveau des gestes pour réaliser la pâte) m’a tout simplement rendue dingue. Dingue amoureuse, gaga, à me rouler dedans jusqu’à devenir moi même une galette géante tellement j’ai adoré cette pâte rustique!

Je pense d’ores et déjà pouvoir vous dévoiler qu’elle finira au top 10 de mes recettes 2014, alors s’il vous reste un peu de temps pour cuisiner avant la fin de la saison des prunes, lancez-vous!

    galette-rustique-prunes-5

Galette d’été aux prunes

Pour la pâte :

  • 120 g de beurre salé
  • 130 g de farine semi complète
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 2  c. à s. d’eau glacée
  • 1 c. à s.  de vinaigre de cidre

Pour la garniture :

  • 750 g de prunes dénoyautées et coupées en deux
  • 65 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 cuillère à soupe bombée de farine
  • 1 pincée de sel
  • Le zeste d’un citron
  • Une pincée de cannelle
Pour le montage :
  • 1 œuf
  • Sel, sucre

galette-rustique-prunes

Coupez le beurre en tout petits morceaux, placez-le sur une plaque et mettez-le au congélateur pendant 5 à 10 minutes, jusqu’à ce qu’il soit ferme mais pas dur.

Pendant ce temps, mélangez la farine et le sel dans un bol. Mélangez le vinaigre et l’eau dans un autre bol, et mettez quelques glaçons pour garder le mélange très frais.

Quand votre beurre est ferme, versez-en la moitié dans le mélange de farine et mélangez avec les mains pour bien enrober les morceaux de beurre dans la farine.
Mélangez ensuite avec des  mouvements sec avec vos doigts jusqu’à ce que le mélange soit grumeleux (type pâte à crumble)
Ensuite, ajoutez la seconde moitié du beurre, mélangez une deuxième fois, arrêtez-vous lorsque tous vos petits dés de beurre se sont transformés en miettes de la taille de pois.
Saupoudrez alors l’eau glacée sur la pâte une cuillère à soupe à la fois, en remuant légèrement pour incorporer. Il ne faut pas trop mélanger, l’eau doit juste être répartie uniformément dans la pâte. Arrêtez-vous dès que l’ensemble de pâte peut former une boule qui se tient lorsque vous la pressez.
Si le mélange est trop friable, ajoutez un peu plus d’eau, mais cela ne doit pas devenir collant non plus.
Formez une boule, puis enveloppez-la hermétiquement dans du film plastique. Mettez à refroidir au réfrigérateur pendant au moins quelques heures ou toute la nuit si possible.

Mélangez les prunes avec la farine, le sucre et le sel, le zeste, la vanille et la cannelle.

Laissez reposer pendant 15 minutes, puis égouttez tout le jus à l’aide d’une passoire en pressant bien.

Pendant ce temps, étalez votre pâte. En sortant du frigo il vous faudra peut-être quelques instants pour l’amadouer car le beurre qui est dedans aura bien durci!

Farinez une surface propre, puis déposez votre disque de pâte sur votre plan.
Farinez le dessus, et votre rouleau à pâtisserie.
Passez votre rouleau pour obtenir quelque chose qui ressemble à un cercle, en utilisant une pression égale; arrêtez lorsque la pâte est d’environ un demi-centimètre d’épaisseur.
N’essayez pas d’obtenir un cercle parfait : il faut garder des bords bizarres et irréguliers.
Transférez votre pâte sur une plaque à pâtisserie tapissée de papier cuisson. Si la pâte est trop molle, remettez-la au réfrigérateur pendant quelques minutes pour raffermir.
Une fois que les prunes sont égouttées,  préchauffez votre four à 210 ° C.

Déposez le mélange aux prunes dans le centre de votre galette, puis repliez la pâte sur la garniture. Badigeonnez le tour replié avec l’œuf battu, saupoudrez de sel et le sucre, puis mettez à cuire au four pendant 30 à 40 minutes, jusqu’à ce que la croûte soit bien dorée partout. Laissez refroidir, ou mieux, si vous pouvez attendre laissez reposer toute la nuit avant de la manger!

galette-rustique-prunes-3
Source d’inspiration :
http://food52.com/blog/10954-how-to-make-a-summer-fruit-galette-and-why-you-should
galette-rustique-prunes-2

Crumble de courgettes et brocolis au basilic et parmesan

Ha l’été, qu’il m’a semblé court cette année.. Le soleil nous a honorés de sa présence en juillet puis pof en août on se demandait s’il fallait aller fleurir les tombes tellement le temps ressemblait à celui de fin octobre…
Mon petit potager n’a malgré tout pas démérité et m’a gratifiée d’une, oui une seule courgette, mais quelle courgette! Parfumée et tellement dodue que j’ai pu faire un crumble pour 6 personnes sans problème!

J’ai enrichi ce crumble de brocolis, et surtout de basilic… Du jardin, oui oui, il lutte sous la pluie du nord mais il survit!

crumble-courgette-brocoli-basilic

Crumble de courgettes et brocolis au basilic et parmesan

  • 600 g de courgettes
  • 300 g de brocolis en fleurettes
  • 50 g de farine
  • 50 g de beurre mou
  • 50 g de parmesan râpé
  • 1 gousse d’ail
  • 2 belles tiges de basilic
  • Sel, poivre

Préchauffez le four à 180°C. Pelez les courgettes, coupez-les en rondelles.

Coupez les sommités du brocoli pour obtenir de petits bouquets. Faites bouillir une casserole d’eau salée et faites cuire le brocoli environ 8 minutes, pour qu’il soit cuit mais pas encore trop mou.
Mettez une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une poêle et faites revenir les courgettes avec l’ail haché. Ajoutez en fin de cuisson les brocolis et mélangez bien. Salez et poivrez à votre goût.

Dans un saladier, mélangez avec les doigts la farine, le beurre mou et le parmesan.

Dans un plat à gratin, déposez les rondelles de courgettes, parsemez de basilic, et recouvrez de la pâte à crumble.

Faites cuire 25 minutes environ, jusqu’à ce que le mélange de pâte soit bien doré.

crumble-courgette-brocoli-basilic-2
Source d’inspiration :

http://caro77.canalblog.com/archives/2008/09/03/10450471.html

Spécialité des Etats-Unis : Peach & melon cobbler

Tout le monde connait le crumble, le cobbler est en quelques sorte son cousin moins célèbre… En tout cas en France, car aux États-Unis, ce dessert est mythique!
Mais qu’est-ce donc que le cobbler? C’est un dessert composé simplement de fruits couverts de pâte et cuits au four, comme le crumble donc. La différence réside surtout dans la pâte, qui est ici moins sableuse et plus moelleuse, avec un bon goût de beurre…

On raconte que ce dessert aurait été invente aux États-Unis par les premiers colons anglais frustrés de ne pas trouver les ingrédients pour leur traditionnel pudding… Drôle de résultat, en tout cas à 10.000 lieues du pudding anglais si vous voulez mon avis!

Le cobbler dispose d’autant de variantes s’il y’a d’États aux États-Unis, le peach cobbler étant une des plus célèbres… Je vous en propose ma version enrichie de melon aujourd’hui, un régal bien estival à dévorer d’urgence!

 peach-melon-cobbler-3

Peach & melon cobbler

Pâte :

  • 50 g de sucre
  • 50 g de sucre brun
  • 25 g de beurre mou
  • 1/2 c. à c. d’extrait de vanille
  • 1 oeuf
  • 30 g de farine
  • 30 g de flocons d’avoine
  • ½ pincée de baking powder
  • 1 pincée de sel
Garniture
  • 2 pêches épluchées coupées en petits morceaux
  • 40 g de melon coupé en petits dés
  • ½ c. à c.  de jus de citron

peach-melon-cobbler

Préchauffez le four à 180 degrés.
Mettez les sucres et le beurre dans le bol d’un mélangeur électrique et battez à vitesse moyenne jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène. Ajoutez alors la vanille et l’oeuf et battez bien.
Dans un bol moyen, mélangez la farine, l’avoine, la baking powder et le sel. Ajoutez ensuite ce mélange au mélange de sucre en mélangeant au robot à basse vitesse jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène.
Couvrez et réfrigérez 30 minutes.
Combine tous les ingrédients de la garniture dans un bol.
Huilez légèrement un moule carré ou des moules individuels et verser le mélange de pêche et de melons.
Déposez la garniture sur les pêches pour couvrir complètement les fruits.
Mettez  à cuire au four pendant 20 minutes, jusqu’à ce que le gâteau sur le dessus soit brun clair et gonflé.
peach-melon-cobbler-2

Tarte briochée a la saucisse de Morteau et bière

Au début de l’été, à chaque fois que je tombais sur l’émission Le Meilleur Boulanger, je découvrais une nouvelle recette que j’avais envie de tester. Après deux spécialités picardes,  la rabote picarde et le bisteu,  je me suis donc retrouvée prise d’une envie irrépressible d’une tarte à la Morteau. N’ayant pas vu la fin de l’émission en question, j’ai dû inventer ma propre version de ce plat, et le résultat a été à la hauteur de mes attentes : une pâte moelleuse et rustique, une saveur de bière et de fumé qui se mêlaient à la perfection… Bref, une tarte salée qui mérite sa place dans vos classiques, au même rang que les traditionnelles flammekueches et quiches lorraines!
Avec l’approche de la flambée de la Morteau ( qui démarre demain jusqu’au 24 août), c’est l’occasion de mettre ce produit à l’honneur alors lancez-vous!

tarte-morteau-biere-2

Tarte à la saucisse de Morteau et à la bière

 

Pour 4 tartes

Pour la pâte

  • 1 kg de farine
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 40 cl de lait tiède
  • 70 g de levure de boulanger
  • 1 bonne poignée de sucre
  • 300 g de beurre
  • un peu de sel

Pour la garniture

  • 1 saucisse de Morteau
  • 1 gros oignon émincé finement
  • 20 cl de bière blonde
  • 4 c à s de ricotta
  • 4 pincées de Gruyère râpé
  • Sel, poivre

Délayez la levure dans le lait.
Versez dans un grand saladier la farine, les jaunes d’œufs ainsi que le lait avec la levure et le sucre.
Mélangez à la cuillère en bois puis pétrissez à la main pendant 10 mn.
Quand la pâte est homogène, ajoutez le beurre ramolli et le sel.
Pétrissez 10 mn et formez 4 boules.
Couvrez d’un linge propre et laissez doubler de volume environ 1 heure

Ensuite, étalez ces 4 boules sur une plaque couverte de papier sulfurisé et laissez reposer 30 minutes.

Mettez à pré cuire au four préchauffé à 200°C pendant 10 minutes. La pâte doit commencer à se solidifier mais rester blanche. Pendant ce temps, coupez la saucisse de Morteau en 4 dans la longueur, puis en tronçons d’1 cm d’épaisseur.

Mettez-les à revenir dans une poêle sans matière grasse. Au bout de 5 minutes, ajoutez l’oignon. Laissez revenir 5 à 10 minutes de plus jusqu’à ce que l’oignon soit doré.

Si la Morteau a rendu beaucoup de gras, Égouttez la au maximum. Versez alors la bière, couvrez et remettez a cuire 10 minutes. 
Salez, poivrez, ajoutez la ricotta et mélangez. Stoppez tout de suite la cuisson et répartissez ce mélange sur les pâtes.
Saupoudrez de gruyère râpé et enfournez pour 8 minutes, jusqu’à ce que le gruyère soit bien fondu.

 

tarte-morteau-biere

Cheesecake fraise rhubarbe

La rhubarbe est l’un des rares fruits qui pour une raison qui m’échappe, prospère et prolifère dans nos froides régions du Nord, de Picardie et d’Alsace. Il faut croire que ce fruit arrive à se nourrir du soleil qui est dans nos cœurs ! D’ailleurs si l’on veut être strictement exact, la rhubarbe n’est botaniquement pas un fruit mais un légume. Elle a juste été enregistrée officiellement comme fruit parce qu’on l’utilise dans les préparations sucrées…
Il faudra que je me risque à en cuisiner une variante salée un de ces jours!
Pour l’heure, je suis restée classique puisque je vous propose aujourd’hui des mini-cheesecakes au coulis fraise rhubarbe. Un régal bien frais que vous devriez adorer!
  cheesecake-fraise-rhubarbe-3

Cheesecake fraise rhubarbe

Pour le biscuit :

  • 100 g de beurre
  • 200 g de biscuits petit-déjeuner aux fruits secs
Pour l’appareil : 
  • 300 g de Philadelphia
  • 15 cl de crème liquide entière
  • 50 g du coulis
  • 3 œufs
  • 75 g de sucre
Pour le coulis
  • 250 g de fraises gariguettes
  • 100 g de rhubarbe
  • 2 c. à s. de citron
  • 60 g de sucre en poudre
  • 10 cl d’eau minérale

cheesecake-fraise-rhubarbe

Mixez le beurre fondu avec les biscuits. Tassez le mélange obtenu dans 6 moules et réservez au frais.
Prélevez 6 jolies fraises et mettez les de côté. Mixez les fraises restantes avec la rhubarbe, le jus de citron et le sucre.
Réservez dans un bol au frais.
Préchauffez le four à 180°C.
Mixez le Philadelphia avec la crème fraîche et le sucre. Ajoutez les œufs un par un toujours en mixant. Ajoutez enfin 50 g du coulis obtenu avant.
Versez ce mélange sur le biscuit et enfournez pour 40 minutes.
Laissez refroidir ensuite et mettez au frigo pour une nuit. Servez avec le coulis de fraise rhubarbe versé dessus ou comme moi, versé dans un trou creusé au centre de chaque cheesecake.
cheesecake-fraise-rhubarbe-2

4 façons de cultiver facilement vos légumes en ville

mon-potager-en-ville3
Depuis un an, j’ai la chance d’avoir un jardin, chose rare à Lille comme dans la plupart des grandes villes… Après 10 ans de frustration, je me suis empressée d’investir dans un barbecue, et de m’intéresser au jardinage. Moi qui en appartement n’ai jamais su garder une plante en pot vivante plus d’un mois, je me suis vite retrouvée intriguée par le système des potagers en carré, et je me suis dit que ça serait un moyen simple et pas trop ambitieux de démarrer dans le jardinage.
mon-potager-en-ville       mon-potager-en-ville8

Je n’ai pas été déçue! A la fin de l’été dernier, j’ai pu récolter mes propres tomates, de l’estragon, de la chicorée, des courgettes et de la lavande. Et pendant l’hiver, j’ai pu compléter mes récoltes avec des poireaux et du céleri.

 

mon-potager-en-ville2

Cette année, j’ai attaqué l’été avec du basilic, des poivrons, des tomates cerise, des courgettes, de l’estragon de la ciboulette et du persil.
mon-potager-en-ville9

L’estragon est vivace il a repris de l’an dernier et il est déjà magnifique… Le premier poivron commence à pointer tandis que les courgettes ont plus de mal que l’an dernier… des petites pousses apparaissent mais elles tombent avant de réussir à se développer à leur taille finale, aucune idée de pourquoi…

 

mon-potager-en-ville7

J’ai hâte de voir mes légumes sortir et de pouvoir vous les cuisiner dans de prochaines recettes!
mon-potager-en-ville6

Pour ceux et celles qui n’ont pas la chance d’avoir un grand jardin mais qui rêvent de faire pousser leurs légumes, je vous invite à découvrir cet article, il y a même des idées pour les balcons ou les gens qui n’ont pas de fenêtre !

mon-potager-en-ville5
mon-potager-en-ville4