Archives par mot-clé : Amande

Dans mon placard russe

Vous le savez peut-être, j’ai eu la chance de visiter la Russie il y a quelques temps, c’est un pays superbe qui m’a laissé de magnifiques souvenirs ! J’en avais profité pour vous partager mon avis sur ce qu’il faut absolument goûter sur place. Aujourd’hui, je vous propose un petit focus sur quelques produits incontournables de la cuisine russe et que j’adore utiliser dans mes recettes. Je vous rassure, pas besoin d’aller trop loin pour les trouver, ce sont des produits qui se trouvent à peu près facilement en France! C’est parti !

De la confiture de cerises

La confiture de cerises se trouve très facilement en France, mais elle me rappelle la Russie car la cerise comme les autres fruits rouges sont très présents dans les desserts là-bas. Je mangeais des crêpes à la cerise au petit-déjeuner et depuis je suis capable de résister au Nutella ! J’aime surtout la confiture de cerises quand elle a un petit goût d’amandes, comme les cerises amarena (pas du tout russes pour le coup). Déposez en une cuiller et une autre de fromage blanc sur une crêpe et c’est le paradis !

Des airelles

Les baies sont très consommées là-bas et on trouve des airelles séchées, très proches des cranberries que l’on trouve chez nous.

Du pavot

Cette graine ne sert souvent qu’à décorer les pains, mais la bas c’est un parfum de gâteaux à part entière ! Ils en font des fourrages délicieux.
  Photo Jeena Paradies @Flickr

Du kasha grillé

Cette céréale au goût particulier permet de varier de la semoule et des pâtes. Je l’utilise notamment pour réaliser ces falafels. Dans le même esprit, une autre céréale très utilisée et que j’adore en Russie est le millet.
 
 Photo Leslie Seaton @Flickr

Du raifort en poudre

Voilà un petit condiment qui donne du peps aux plats, miam! On le trouve aussi très souvent dans la cuisine allemande ou alsacienne, et il peut facilement remplacer la moutarde dans certaines recettes.

Du paprika fumé

J’adore cette épice, surtout quand elle est fumée, pour sa saveur intense.
 
 Photo cookbookman17 @Flickr

Pudding aux graines de chia et thé matcha

Les graines de chia font partie de ces ingrédients magiques qui sont sortis un peu de nulle part au cours de la dernière décennie. Elles présentent l’avantage d’être quasiment innocentes d’un point de vue calorique, alors qu’elles ont la particularité de gonfler et de gélifier toute préparation liquide, qu’elles rendent donc nourrissante et consistante!
On s’en sert souvent pour réaliser des smoothies, des « crufitures », dans gâteaux, comme ces muffins au citron, ou des puddings, comme celui que je vais vous proposer aujourd’hui.

pudding-chia-matcha-2

Histoire de continuer dans les ingrédients nouveaux qui vont faire tomber les bigoudis des grand-mères attachées à leurs traditions, j’ai choisi de réaliser un pudding au thé matcha. Je suis très amatrice de ce parfum subtil et original mais attention, entre la texture gélifiée particulière des graines et le goût du thé matcha, cette recette est à réserver aux aventuriers de la cuisine moderne!

pudding-chia-matcha-3

P.S. : S’il vous reste du thé matcha, vous pouvez l’utiliser dans un matcha Latte au lait d’amande, une vraie douceur!

Pudding aux graines de chia et thé matcha

  • 20 cl de lait d’avoine
  • 3 c. à s. de graine de chia
  • 1 c. à c. de thé matcha
  • 1 c. à c. de sirop d’agave

Dans un plat, mélangez l’ensemble des ingrédinets. Réservez une nuit au réfrigérateur avant de servir.

pudding-chia-matcha

Miotte aux baies de goji et aux fruits secs

Il y a quelques jours, le soleil s’est décidé à revenir dans le nord et nous avons profité de températures estivales. Dans ces cas là, rien de mieux que de manger dehors, des repas frais et légers. Je me suis rappelée d’une recette que j’avais repérée sur le blog La cuisine de Chris et qui était selon elle idéale pour les grosses chaleurs. J’avais l’occasion toute trouvée pour tester!
Je suppose que beaucoup d’entre vous n’avaient jamais entendu parler du miotte, et moi non plus je dois dire. C’est une boisson (ou dessert, c’est difficile de catégoriser cette spécialité je trouve) traditionnelle, rafraîchissante à base de pain, de vin ou de lait et de sucre, quelques fois agrémentée de fruits comme des fraises ou des groseilles.
Cette boisson est assez répandue dans le Centre-Ouest de la France. On l’appelle aussi trempée au lait, miot berrichon, miget, miettée… Il existe sans doute d’autres noms suivant la région où vous le consommez! Le mot miotte rappelle le mot miette et ce n’est pas un hasard puisqu’il permet d’écouler les restes de pain!
J’ai testé la version au lait comme le fait Chris, mais vous pouvez aussi réaliser ce dessert au vin, la recette est la même. La trempée au vin était appréciée par les travailleurs des champs car l’alcool et le sucre donnaient un bon coup de fouet, et le pain tenait bien au corps. Il était consommé l’été quand il fait chaud. On emportait le vin  dans des bonbonnes qu’on gardait les plus fraîches possibles, et on transportait les miettes dans des saladiers.
Je ne savais pas à quoi m’attendre en préparant cette spécialité et je dois dire que ça a été une vraie révélation pour moi! J’ai adoré ce dessert régressif à souhait, moi qui adore manger parfois un bol de céréales pour tout repas, le miotte viendra en remplacement quand j’aurai du pain à écouler!
 

Miotte aux baies de goji et fruits secs

  • 25 g de pain dur
  • 20 cl de lait de soja
  • 3 c. à s. de sucre en poudre
  • 2 glaçons
  • 1 c. à s. de raisins secs
  • 1 c. à s. de baies de goji
  • 1 c. à s. d’amandes effilées
 Mettez le pain coupé en dés dans un bol. Ajoutez les baies de goji, les raisins et les amandes.
Laissez imbiber 15 minutes au frigo. Avant de servir, ajoutez les glaçons et saupoudrez le sucre par dessus.
Source d’inspiration :
http://www.laciusinefaciledechris.com/2017/06/miotte.html

Spécialité du Bengale : Épinards bengali

J’aime, que dis-je, j’ADORE la nourriture indienne. Que ce soit les mélange d’épices, les textures ou le côté réconfortant des plats, tout me plait dans cette cuisine, qui se rapproche clairement de mon idée du paradis. Oui rien que ça! Je suis un peu excessive lorsqu’il s’agit de déclarer mon amour en cuisine!

Pour sortir des sentiers battus et des classiques currys, vindaloo et tikka masala, j’aime explorer les cuisines proches de la cuisine indienne, et notamment celle du Bangladesh ou plus précisément comme ici du Bengale, une zone géographique située à cheval entre l’Inde est le Bangladesh.

La cuisine bangladaise (du Bangladesh) et la cuisine bengali (du Bengale donc) sont très subtiles, discrètes et assez peu connues en dehors de cette zone, contrairement à la cuisine indienne qui est ultra populaire dans le monde entier!

Pourtant, il y a des trésors à découvrir là-bas aussi, comme la recette très simple que je vous propose aujourd’hui. Le mélange d’épices est moins complexe que dans d’autres recettes de cette zone, et pourtant on obtient un plat très goûteux.

Un peu d’amandes par ici, une subtile pincée de fenugrec et de graines de moutarde par là, un peu de noix de coco râpée comme ingrédient secret et voila, vous obtenez un plat subtilement épicé avec le goût des épinards bien mis en valeur.

Cette recette contient du fenugrec, une épice que j’avais repérée à de nombreuses reprises  dans des plats de cuisine du monde sans pour autant la connaitre. J’ai enfin eu l’occasion de la goûter race à L’Étal des épices et je ne suis pas déçue! Cette épice à la saveur subtilement piquante concourt vraiment au côté authentique de cette recette. Je l’ai utilisée moulue, mais on peut aussi la mettre entière, dans ce cas il faut la faire revenir dans la poêle avec les graines de moutarde pour faire ressortir encore mieux sa saveur.

Épinards bengali

  • 30 g d’amandes entières
  • 25 cl d’eau tiède
  • 15 g de ghee ou de beurre
  • 1/2 c. à s. de graines de moutarde
  • 1/4 c. à c. de cumin
  • 1 pincée de graines de fenugrec
  • 2 c. à c. de cassonade
  • 1 c. à c. de gingembre râpé
  • 1 c. à c. d’ail écrasé
  • 1/2 c. à s. de piment vert haché
  • 800 g d’épinards fraîchement coupés ou 400 g d’épinards surgelés en branches
  • 15 g de noix de coco en poudre
  • 1 c. à c. de sel
  • 1 c. à s. d’eau
  • 1 pincée de muscade

Chauffez le ghee ou le beurre dans une grande casserole à feu moyen.

Lorsque c’est chaud, ajoutez les graines de moutarde et la cassonade.

Faites frire jusqu’à ce que les graines s’assombrissent et que le sucre se caramélise.

Ajoutez alors le gingembre, le piment, le fenugrec, le cumin, les épinards, les amandes, l’ail, la noix de coco et le sel.

Couvrez, réduisez le feu bien doux et faites cuire pendant 10 minutes.

Découvrez. Ajoutez l’eau si nécessaire et laissez cuire encore 10 minutes. Incorporez la noix de muscade et chauffez pendant 1 à 2 minutes.

Servir.

 

Source d’inspiration :

https://www.google.fr/amp/www.food.com/amp/recipe/bengali-spinach-482876

 

Spécialité du Brésil : quindim

Il est temps pour vous de dire encore une fois au revoir à votre régime! C’est l’heure du quindim! Ce dessert brésilien super populaire trouve ses origines au Portugal, où les pâtisseries sont généralement composées de jaunes d’œufs et de sucre. Le dessert d’origine était réalisé avec
des amandes mais lorsqu’il est arrivé au Brésil, la noix coco, plus facile à trouver là-bas, a remplacé les amandes, et c’est ainsi qu’est né le quindim brésilien.

Ce dessert est dense, crémeux, sucré et très addictif! Si vous regardez attentivement les photos, vous remarquerez qu’il y a une croûte sur le dessous de ces petits flans. La surprise est que cette croûte se forme naturellement sur le dessus (qui devient le dessous une fois que le dessert est retourné) pendant la cuisson, car la noix de coco remonte à la surface. Ce petit truc magique donne un gâteau à deux textures, dont le dessous rappelle les rochers coco et dont le dessus est un joli flan bien crémeux.

Mais ce dessert cache une autre surprise car il contient un ingrédient secret, du… Parmesan ! Oui vous avez bien lu! S’il existe des recettes avec d’autres fromages que l’on ne trouve qu’en Amérique du Sud, le parmesan est parfait pour une version européenne de ce dessert… Il existe aussi des recettes sans fromage, mais c’est ainsi que je l’ai découvert et apprécié (mon frère qui a vécu au Brésil il y a quelques temps nous l’a réalisé à son retour), et une fois qu’on connaît ce secret, on détecte la profondeur de goût qu’apporte le fromage sans pour autant dénaturer l’ensemble ! Il y a fort à parier que personne ne reconnaîtra cet ingrédient si vous ne le dites pas!

L’un des facteurs clés de cette recette est le temps de cuisson. Si le quindim reste au four pendant trop longtemps, il devient sec et dur, et s’il ne reste pas suffisamment longtemps, il ne fige pas. Vous aurez peut être besoin d’un peu plus de cuisson que moi car j’ai un four de compétition à double chaleur tournante.

Concernant la taille des moules, il faudrait idéalement des moules d’environ 5 cm de diamètre, un peu plus haut que des moules à tartelettes et aux bords lisses. Je n’en avais pas donc j’ai pris des moules à cannelés et le résultat est très joli je trouve ! Dans tous les cas, servez de petites portions car c’est un dessert assez riche.

Quindim

pour 4 quindins de la taille de cannelés

  • 4 jaunes d’œufs
  • 15 g de beurre
  • 130 g de sucre en poudre
  • 65 g d’eau tiède
  • 40 g de noix de coco râpée sèche
  • 15 g de parmesan râpé

Pour les moules

  • une noix de beurre
  • 1 c. à s. de sucre

Préchauffez le four à 180°C.

Dans un bol, recouvrez la noix de coco avec l’eau tiède et laissez la coco absorber l’eau environ 5 min.

Dans un blender, mettez le sucre et le beurre.

Ajoutez la noix de coco réhydratée et l’eau si tout n’a pas été absorbé.

Ajoutez les jaunes d’œufs puis mixez longuement afin d’obtenir un mélange homogène.

Beurrez soigneusement les moules jusqu’en haut et versez du sucre à l’intérieur, tournez le moule pour faire adhérer une fine couche de sucre sur toute la surface. Retirez l’excédent.

Préchauffez votre four à 180°C.

Disposez les moules dans le lèche-frite de votre four ou dans un plat à bords hauts.

Remplissez les moules jusqu’en haut.

Mettez de l’eau bouillante dans le lèche-frite ou dans votre plat jusqu’au deux tiers de la hauteur des moules.

Faites cuire à 180°C pendant 50 minutes jusqu’à coloration de la surface. Pendant la cuisson, la noix de coco va venir  flotter  à la surface de la préparation.

Laissez complètement refroidir à température ambiante avant de démouler en décollant délicatement le bord a l’aide d’un couteau. Mettez au frais  deux heures minimum et sortez juste avant de servir.

Crumb cake nectarines, abricots et amandes

Le temps a été incroyable les derniers jours de mai, à tel point que nous en avons profité pour faire un pique-nique dans les dunes belges pour l’anniversaire de mon homme.  Le temps était magnifique, cela arrive même en Belgique, nous avons trouvé un endroit en pente à l’ombre, bien installés et bien sûr, j’avais emmené un festin à la Bree Van de Kamp dont nous n’avons pas réussi à manger le quart! Je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours peur de manquer et je prévois dix fois trop pour les pique-niques, les apéros et les barbecue. Pendant 3 jours, nous avons mangé à tous les repas les salades que j’avais faites pour ce jour-là!
Lorsque j’essayais de choisir le gâteau parfait pour ce petit repas à l’extérieur, je me suis dit qu’il était indispensable que celui-ci soit facilement transportable, et qu’il fasse bon usage des fruits d’été. L’idée est vite née car j’avais des abricots et des nectarines dans mon panier de fruits! Mais les abricots étant parfois acides, j’ai voulu les préparer dans un gâteau doux et sucré pour contrebalancer leur acidité potentielle. C’est comme ça que m’est venue l’idée du crumb cake, avec sa touche de poudre d’amandes pleine de douceur. J’ai choisi d’y ajouter des abricots secs qui apportent un peu de sucre tout en renforçant le goût des abricots. Il présente l’avantage d’être plus solide que le crumble, puisqu’il est constitué d’une belle couche de gâteau sous les fruits.
Avec ce gâteau, je suis parée pour l’été ! Nous nous sommes régalés encore plus que je ne pouvais l’imaginer! Que soit le goût ou la texture, tout était parfait dans ce dessert! Les abricots ont une saison si courte qu’il faut en profiter vite! Alors lancez-vous dans ce délicieux gâteau!
  
P.S. : Si vous aimez ce mariage de fruits, essayez aussi cette tarte pêche abricots façon pudding que j’avais adorée!

Crumb cake nectarines, abricots et amandes

Pour le crumble
  • 20 g d’amandes effilées
  • 80 g de beurre mou
  • 60 g de poudre d’amandes
  • 65 g de sucre
  • 60 g de farine
  • 15 g de flocons d’avoine
  • 1 sachet de sucre vanillé
Pour le cake
  • 1 compote de pommes
  • 70 g de beurre
  • 50 g de yaourt
  • 2 œufs
  • 170 g de farine
  • 100 g de sucre
  • ½ sachet de levure chimique
  • 2 pêches
  • 4 abricot
  • 80 g abricots secs
Épluchez et coupez les pêches et les abricots en dés.
 Mélangez le beurre mou, le sucre et le sucre vanillé jusqu’à obtenir un mélange homogène et crémeux.
Ajoutez la farine, les flocons d’avoine, la poudre d’amandes.
Mélangez grossièrement jusqu’à obtenir une pâte sableuse et friable. Placez le crumble au frigo ½ heure.
Faites fondre le beurre au micro-ondes. Fouettez les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
Ajoutez le beurre fondu, le yaourt, la compote et mélangez.
Incorporez la farine tamisée, la levure et mélangez à nouveau pour avoir une pâte homogène.
Versez dans un moule beurré et fariné. Préchauffez le four à 180°C.
Mettez les fruits préalablement mélangées sur la pâte et enfournez.
Au bout de 15 minutes de cuisson, sortez le moule du four, émiettez et répartissez le crumble sur le cake. Remettez au four et poursuivez la cuisson environ 15 minutes. Sortez le crumb cake du four, saupoudrez avec les amandes effilées, couvrez d’une feuille de papier aluminium si nécessaire. Remettez au four pour 10 minutes.
Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau, elle doit ressortir sèche. Servez froid.

Spécialité du Bangladesh : Poulet korma

On parle beaucoup de la gastronomie de l’Inde, mais moins de celle du Bangladesh. Le Bangladesh compte 150 millions de personnes, ce qui en fait le 8 ème pays le plus peuplé de la planète… Ce n’est pas rien quand même! Voilà qui m’a donné envie de rétablir cette injustice, et d’en savoir un peu plus sur leur façon de manger!

Le poulet korma est un plat célèbre chez nous, on le trouve facilement au restaurant indien, mais le korma du Bangladesh est un korma très différent de la version indienne qui nous est plus familière. Il contient notamment des amandes toastées, qui peuvent surprendre mais sont vraiment délicieuses! Le laurier fait beaucoup aussi dans le goût de ce plat.
Là-bas, faire du poulet korma est un art qui exige de la précision et de la compétence pour obtenir un plat aussi savoureux qu’attrayant visuellement. Pour réussir un bon korma du Bangladesh, il est important d’avoir un bon yaourt, plutôt acide. Au Bangladesh, le korma cuit dans le ghee, du beurre clarifié qu’on peut trouver en épicerie fine, ou remplacer par un beurre que l’on clarifie soi-même.
Ce plat peut être servi avec des pains plats (naans, rôtis…) ou même d’une façon plus occidentale avec des pommes de terre et des légumes. Chez nous, on l’a mangé avec du riz, et c’était top comme ça aussi!
Prêts à vous laisser envahir par les épices? Lancez-vous, votre palais vous dira merci 🙂
 
P.S. : Si vous voulez faire un menu à thème indien, essayez le gajjar halwa en dessert, c’est bien simple j’en suis amoureuse!

Poulet korma

Pour 4
  • 300 g de yaourt grec
  • 5 cl d’eau
  • 2 c. à s. de ghee ou de beurre clarifié
  • 600 g de blancs de poulet émincés
  • 3 feuilles de laurier
  • 3 bâtons de cannelle
  • 12 gousses de cardamome verte
  • 1 gros oignon jaune émincé
  • 6 gousses d’ail épluchées et écrasées
  • 3 c. à s. de gingembre épluché et râpé
  • 1 piment vert émincé
  • Sel
Pour le riz
  • 240 g de riz
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 2 gousses de cardamome
Pour le service
  • 1 c. à c. de coriandre fraîche
  • 1 c. à s. de persil frais
  • 4 c. à c. d’amandes effilées toastées

Dans un petit bol, mélangez la moitié du yaourt avec l’eau et ½ cuillère à café de sel. Mettez de côté.

Assaisonnez les morceaux de poulet avec ½ cuillère à café de sel et réservez.

Faites chauffer le ghee ou le beurre à  feu moyen-fort, dans une grande poêle avec un couvercle. Quand il est très chaud, mais avant qu’il fume, ajoutez les gousses de laurier, de cannelle et de cardamome.  Faites dorer, en remuant pendant environ 30 secondes, jusqu’à ce que les épices commencent à griller.

Ajoutez l’oignon haché et faites cuire, en remuant pendant 2 à 3 minutes jusqu’à ce que l’oignon commencent à dorer sur les bords. Ajouter les morceaux de poulet et faites sauter pendant 3 à 4 minutes, jusqu’à ce que le poulet ne soit plus rose et commence à brunir un peu. Ajoutez l’ail et le gingembre et faites sauter pendant deux minutes de plus. Ajoutez le piment et le mélange de yaourt / eau. Réduisez le feu et laisser mijoter, en remuant, pendant 8 minutes.

Retirer les feuilles de laurier, les bâtonnets de cannelle et les gousses de cardamome avant de servir.
Retirez le couvercle et ajouter le reste de yaourt, laissez chauffer et remuez légèrement pendant environ une minute.

Pendant ce temps, faîtes cuire le riz suivant les indications de votre paquet, en mettant dans l’eau de cuisson le bouillon cube et les gousses de cardamome.

Servez le korma sur le riz.

Saupoudrez  par dessus la coriandre, de persil et d’amandes grillées.

Fingerprint cookies à la fraise

La fête des mères approche! Je vous propose une petite idée sympa pour un cadeau gourmand! Dans un joli sachet, ces petits cookies colorés feront une surprise très mignonne!

Les fingerprint cookies, aussi nommés thumbprint cookies, ou encore « biscuits empreintes de doigts » pour parler français, sont des cookies que les américains consomment en toute occasion. Il faut dire que ces petits biscuits réunissent tout ce qu’on aime : du beurre, de l’amande (ou autres sortes de noix) et de la confiture…

 

C’est une excellente recette qui peut facilement être personnalisée avec les confitures ou gelées de votre choix. J’ai rempli mes biscuits avec de la confiture de fraises, mais n’hésitez pas à utiliser celle que vous aimez. J’aime utiliser une confiture sucrée mais un peu acidulée pour que cela contraste avec le côté sucré du biscuit. Une confiture d’agrumes pourrait faire des merveilles aussi je pense!

Dans beaucoup de recettes traditionnelles, on roule le biscuit dans de la poudre de noix, noisettes ou amandes. Je n’ai pas fait cette étape et à la place j’ai mis un joli glaçage parfumé à l’amande.

Lors du façonnage, assurez-vous de faire une empreinte profonde dans la pâte avec votre pouce et de ne pas trop remplir le trou avec la confiture, car ces biscuits s’aplatissent légèrement au four. Pour la même raison, assurez-vous de laisser assez d’espace entre chaque biscuit sur la plaque à biscuits.

Une fois que votre pâte est faite, si elle est trop molle pour la rouler en boules, couvrez-la et réfrigérez jusqu’à ce qu’elle retrouve sa fermeté, de 30 minutes à quelques heures. Ensuite, roulez la pâte en boules en essayant de faire toutes les boules de biscuits de la même taille pour qu’ils cuisent uniformément.

En suivant ces quelques conseils, cette recette est très simple à faire, au point que vous pouvez y faire participer toute votre famille et organiser une chaîne d’assemblage : plus vite ils sont prêts plus vite vous les engloutirez!

 

 

 Avec cette recette, je participe au concours pour les 4 ans du blog « La cuisine de Poupoule« !

Fingerprint cookies à la fraise

Pour 12 petits biscuits

  • 115 g de beurre doux ramolli à température ambiante
  • 70 g de sucre granulé
  • 1/2 c. à c. d’extrait de vanille
  • 1/4 c. à c. d’extrait d’amande
  • 130 g de farine
  • 80 g de confiture

Pour le glaçage

  • 60 g de sucre glace
  • 1 c. à s. de crème liquide
  • 1/2 c. à c. d’extrait d’amande

Au robot, battez le beurre à puissance maximale jusqu’à obtenir une consistance crémeuse, soit environ 1 minute. Tout en mélangeant au robot, ajoutez les extraits et le sucre, la vanille et d’amande.

Raclez les parois et le fond du bol et ajoutez la farine. Continuez à battre lentement au robot jusqu’à obtenir une pâte molle.

Formez une boule compacte avec la pâte et couvrez hermétiquement d’un film plastique pour puis mettez à refroidir au réfrigérateur jusqu’à consistance ferme, de 30 minutes à quelques heures.

Préchauffez votre four à 180° C.  Couvrez deux plaques à pâtisserie de papier sulfurisé. Façonnez des boules bien lisses avec la pâte à biscuits. Si vous trouvez que les boules de pâte sont collantes et / ou un peu molles après les avoir roulées, remettez-les au réfrigérateur pour les raffermir.

Faites un creux avec votre pouce dans chaque boule. La pâte peut se fissurer légèrement lorsque vous appuyez sur le pouce, dans ce cas lissez-la avec le doigt ou laissez les fissures. I

Remplissez chaque trou avec 1/2 cuillère à café de confiture.

Mettez à cuire les biscuits pour 13 à 15 minutes, ou jusqu’à ce qu’ils soient très légèrement dorés sur les bords. Les cookies gonflent et s’étalent légèrement pendant la cuisson. Ne les cuisez pas trop .

Laissez les biscuits refroidir sur la plaque de cuisson pendant 5 minutes puis déposez-les sur une grille. Laissez-les refroidir pendant au moins 30 minutes avant de les glacer.

Fouettez les ingrédients du glaçage jusqu’à obtenir une consistance lisse. Ajoutez plus de crème ou de sucre glace si besoin pour épaissir à la consistance désirée. Versez en formant des filets à l’aide d’une cuiller sur les biscuits refroidis. Laissez durcir quelques heures.

Source d’inspiration :

http://sallysbakingaddiction.com/2013/12/12/raspberry-almond-thumbprint-cookies/

Crumble pomme rhubarbe amandes

Le crumble à la pomme est un de mes desserts préférés de tous les temps. La légère acidité des pommes, la touche de cannelle, les morceaux de pâte croustillants et fondants à la fois… Tout cela en fait un dessert réconfortant que je pourrais manger tout l’hiver sans me lasser! Alors au retour des beaux jours, plutôt que d’y renoncer, je vous propose d’en préparer une variante plus printanière en y ajoutant de la rhubarbe!

Si vous faites le tour de la blogosphère culinaire en ce moment, vous trouverez probablement des dizaines de recettes à la rhubarbe. Il semble que ce légume-fruit soit de saison et à la mode dans le monde entier! Cependant, je pense qu’il n’y a jamais assez de recettes de rhubarbe! Personnellement j’en ai souvent une belle quantité à écouler et je suis contente de varier les recettes.

A la fois acide et piquante mais aussi parfumée, j’ai mis longtemps à m’habituer à la rhubarbe mais je commence à vraiment l’apprécier. Depuis que j’en ai dans mon jardin, la rhubarbe est une tradition saisonnière pour moi, et j’en glisse dans mes gâteaux, mes confitures ou même dans mes boissons!

J’ai trouvé cette super recette de crumble sur le blog La cuisine facile de Chris, un blog dont je suis une lectrice assidue, et je vous recommande de faire de même! Vous y trouverez plein d’idées gourmandes et simples à réaliser!

Comme pour toutes les pâtes sablées, il est important de ne pas trop travailler la farine et le beurre pour que votre crumble soit croustillant et forme des petits morceaux agréables à croquer. Pour une texture croquante parfaite, utilisez du beurre bien froid et saupoudrez le crumble sur la rhubarbe sans essayer de l’agglomérer dessus.Enfin, la rhubarbe a tendance à se rétrécir lorsqu’elle est cuite, alors n’ayez pas peur de la quantité même si vous n’aimez pas l’acidité, ici on est sur un mélange à 50/50 entre la pomme et la rhubarbe, et j’ai trouvé l’équilibre parfait!

 

Crumble pomme rhubarbe amandes

Pour 4 personnes

  • 275 g de rhubarbe + 2 c. à s. de sucre
  • 275 g pommes
  • 2 c. à s. de sucre vanillé
  • 60 g de farine
  • 60 g de poudre d’amandes
  • 60 g de sucre poudre
  • 60 g de beurre en petits dés

Épluchez la rhubarbe, coupez-la en tronçons, mettez-la dans une passoire. Saupoudrez de sucre et laissez dégorger 30 minutes.

Pendant ce temps, préparez la pâte à crumble. Mélangez la farine, le sucre, le sucre vanillé et la poudre d’amandes. Ajoutez le beurre et sablez du bout des doigts. Réservez.

Allumer le four à 180°C.

Épluchez et coupez les pommes en dés de même taille que les tronçons de rhubarbe.

Dans un plat beurré, disposez les cubes de fruits.

Recouvrez de crumble et enfournez pour environ 20 à 30 minutes.

 

Source d’inspiration :
http://www.laciusinefaciledechris.com/2016/05/crumble-pommes-rhubarbe.html

Spécialité de Suède : Kannelbüllar

Lorsque je suis partie à Stockholm, j’ai mangé des petits pains à la cannelle chaque fois que j’ai pu. À chaque petit déjeuner, à chaque repas, à chaque coin de rue, tout le temps vous dis-je! Là-bas il flottait dans l’air une odeur de brioches fraîchement cuites et de cannelle un peu partout autour des « bageri » (boulangeries) et des Seven Eleven et c’était vraiment démoniaque. J’ai beau ne pas être accro aux viennoiseries, c’était impossible de résister!

En Suède, les kanelbullar sont servis au petit déjeuner ou pour le fika, le snack / goûter à la suédoise que l’on peut consommer à toute heure dans les petits cafés appelés « fik mysigt ».

Au XIXe siècle, les ingrédients tels que la farine, le sucre, la cannelle, le beurre et les œufs étaient considérés comme luxueux et étaient généralement réservée uniquement aux familles riches. Les Kanelbullar ont commencé à devenir populaires en Suède dans les années 1920 et ils sont devenus vraiment communs au début des années 1950.

Aujourd’hui, les kanelbullar sont LA pâtisserie suédoise la plus populaire… Si populaire qu’une Journée Internationale du kanelbullar a maintenant lieu tous les 4 octobre!

Si vous avez voyagé aux États-Unis, vous aurez remarqué que les brioches à la cannelle sont également répandues aux États-Unis.

Pourtant, les kanelbullar et les cinammon Rolls sont loin d’être identiques. Qu’est-ce qui les différencie?

– Les kanelbullar contiennent de la cardamome dans la pâte. C’est un petit détail qui fait beaucoup!

– Les kanelbullar sont cuits dans un four très chaud pendant quelques minutes. Cela les rend légers et moelleux, avec une belle surface brune mais pas sèche. Ils sont moins collants que les cinammon rolls.

– Les kanelbullar sont toujours cuits dans des caissettes en papier individuelles, alors qu’il n’est pas rare de voir les cinammon rolls cuire côte à côte dans un grand plat.

– Les cinammon rolls sont servis avec un glaçage sur le dessus tandis que les kanelbullar n’ont jamais de glaçage, mais sont saupoudrés de sucre perlé. Vous pouvez aussi saupoudrer leur surface d’amandes finement hachées si vous préférez, mais lors de l’atelier de cuisine suédoise auquel j’ai participé, tous les participants originaires de Suède semblaient trouver la version au sucre perlé plus traditionnelle.

Si vous n’avez jamais eu l’occasion de goûter ces petits pains à la cannelle suédois, il ne vous reste qu’à embarquer direction la Suède ou à en faire vous-mêmes! Cette recette vous donnera une belle quantité de brioches et le temps de préparation vaut vraiment la peine !

 

P.S. : Si vous voulez continuer votre découverte de la cuisine nordique, je vous rpopose tout un menu par ici!

 Kannelbüllar

  • 700 g de farine
  • 30 cl de lait
  • 120 g de sucre
  • 95 g de beurre
  • 1 œuf
  • 1 c. à c. de cardamome entière ou 
  • 1 pincée de cardamome moulue
  • 30 g de levure boulangère fraîche
  • une pincée de sel

Pour la garniture :

  • 50 g de beurre fondu
  • 50 g de sucre en poudre
  • 1. c à c. de cannelle en poudre
  • 4 c. à s. de sucre perlé

Si votre cardamome est entière, ouvrez les coques et récupérez les graines, hachez-les au couteau ou avec un moulin. Vous devez obtenir une belle pincée de cardamome.

Délayez la levure dans un peu du lait tiède, ajouter le reste du lait tiédi et le beurre fondu puis le reste des ingrédients.
Mélangez les ingrédients dans un saladier.
Pétrissez 15 minutes environ à la main, couvrez avec un torchon et laissez reposer 30 min.
Étalez la pâte pour obtenir un rectangle de 4 mm d’épaisseur, 30 cm de largeur environ.

Badigeonnez-la de beurre fondu, saupoudrez de sucre et de cannelle et roulez sans trop serrer.
Découpez ensuite en tranches d’1,5 cm environ, déposez-les sur des caissettes en papier sur une plaque, et laissez ensuite lever sous un torchon pendant 60 minutes.

Saupoudrez de perles de sucre et enfournez pendant 6 à 8 minutes à 240°C.