Archives par mot-clé : sauce

Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Aujourd’hui, je vous propose une recette que j’ai découverte dans une petite brasserie parisienne il y a quelques années. Je m’étais mis en tête de la refaire tant elle m’avait plu. Il faut dire qu’elle n’avait rien de complexe, mais était super savoureuse et riche en sauce, tout ce que j’aime quoi!
 
 
Le gorgonzola est très populaire dans le nord de l’Italie et fréquemment utilisé dans les plats de pâtes ou de gnocchi, mais aussi dans des risottos et sur les pizzas. Il fait partie comme tous les fromage bleus de ces aliments que l’on aime ou qu’on déteste. Je suis clairement dans le camp de l’amour! C’est selon moi l’un des meilleurs fromages pour les sauces pour pâtes! 
 
J’ai utilisé des champignons de Paris pour cette recette, car c’est ceux que l’on m’avait servi au restaurant mais si vous préférez, je pense que d’autres variétés s’y prêteront très bien aussi.
 
 
Il n’y a rien de compliqué dans cette recette aussi j’ai peu de conseils à vous donner. Faites juste attention à ne pas trop cuire le fromage pour qu’il ne se « décompose » pas. Vous devez juste le mélanger à feu doux jusqu’à ce qu’il soit presque fondu, puis éteindre le feu. 
 
Si vous en avez, vous pouvez remplacer la ciboulette par le vert d’un oignon frais, cela convient très bien également.
 
A déconseiller aux âmes sensibles, ou en tout cas à ceux qui n’aiment pas le bleu, ce plat est selon moi très réussi, et très proche de celui que j’avais mangé à Paris. Mon homme l’a adoré également. En prime, il est assez facile à préparer pour un dîner rapide en semaine et présente assez bien pour être servi quand on reçoit. Servez-le avec un peu de roquette pour apporter une touche de fraîcheur au repas. 
 
  
 
Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Ingrédients

  • 300 g de raviolis frais au fromage
  • 25 cl de crème liquide
  • 5 cl de vin blanc sec
  • 175 g de champignons de Paris
  • 150 g de gorgonzola crémeux
  • 25 g de noix en morceaux
  • 3 brins de ciboulette
  • 1 gousse d'ail
  • 1 filet d'huile d'olive
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Nettoyez et coupez-les champignons en morceaux. Concassez grossièrement les noix. Coupez le gorgonzola en petits morceaux.
  2. Plongez les raviolis dans l'eau bouillante salée et laissez cuire le temps indiqué sur l'emballage.
  3. Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans 1 poêle et ajoutez les champignons et l'ail. Remuez, salez, poivrez et laissez mijoter.
  4. Versez le vin blanc sec et portez à ébullition sans couvrir jusqu'à ce que le liquide soit réduit de moitié.
  5. Ajoutez la crème liquide et la moitié du gorgonzola. Laissez épaissir à feu doux 2 à 3 minutes. Le fromage doit juste fondre mais l'ensemble ne doit pas bouillonner.
  6. Mélangez délicatement les pennes égouttées avec la sauce aux champignons et au gorgonzola.
  7. Avant de servir, ajoutez les dés de gorgonzola restants et les noix. Ciselez de la ciboulette par dessus. Salez et poivrez généreusement.
 

Légume de saison : l’oignon

Photo John Morgan @Flickr

Ultra répandus dans notre cuisine et connus pour leur capacité à nous faire pleurer, les oignons revenus à la poêle apportent une saveur unique à tous nos plats! Mais les oignons ont plus d’un tour dans leur sac et ne doivent pas être limités à leur rôle de condiment.  On peut aussi les utiliser en tant qu’ingrédient à part entière comme dans la fameuse soupe à l’oignon! Aujourd’hui, je vous parle un peu plus en détail de la façon de les choisir et de les préparer, car c’est maintenant qu’ils sont en saison, il faut en profiter!


Photo Jeremy Keith @Flickr

Comment choisir des oignons?

Les oignons existent dans une large variété de couleurs, et pour certaines recettes, des types particuliers d’oignons sont nécessaires. 

Les oignons se présentent sous différentes formes et couleurs, mais aucun n’est un indicateur fiable du goût ou de la force. Les oignons jaunes communs sont assez doux. L’oignon blanc ou jaune garde son goût piquant lorsqu’il est cuit. Les oignons roses ou rouges sont assez relevés et très agréables consommés crus dans les salades.

Choisissez des oignons fermes avec une peau brillante et mince. S’ils ont l’air trop secs ou décolorés ou s’ils ont des taches molles et humides, ils ne sont pas frais.

Les oignons verts, aussi appelés oignons frais, ou « oignons de printemps » parce que c’est la période de l’année où ils sont récoltés, ont de petits bulbes blancs et sont surmontés de minces tiges vertes.

Recherchez les oignons verts avec des feuilles croustillantes et non flétries. Pour un goût piquant, choisissez des bulbes plus gros; pour un goût plus sucré, les plus petits seront votre meilleur choix. 


Photo Damian Gadal @Flickr

Quand les oignons sont-ils de saison?

Bien qu’ils soient présents sur les étals toute l’année, la période récolte des oignons se situe de septembre à avril. Les oignons verts, ou oignons frais, se trouvent quand à eux au printemps.


Photo MICOLO J Thanx @Flickr

Comment conserver des oignons?

Les oignons « secs », ceux que l’on trouve toute l’année sur les étals, sont des oignons communs (jaunes, blancs ou rouges) qui ne nécessitent pas de réfrigération. Cela les distingue des oignons verts ou oignons frais, qui s’abîmeront rapidement s’ils sont conservés à la température ambiante.

Plus que n’importe quel autre légume, les oignons secs se conservent très bien, trois à quatre semaines à condition d’être stockés à l’abri de l’humidité, dans un endroit sec, sombre et frais. Ne les mettez pas au réfrigérateur, cela les ramollirait. Ne les stockez pas à côté de pommes de terre, qui dégagent un gaz susceptible d’accélérer leur vieillissement. 

Une fois coupés, si vous n’avez pas tout utilisé dans votre recette, il faut les cuisiner rapidement, car ils s’abîment vite. Emballez votre reste d’oignon dans du plastique, réfrigérez-le et utilisez-le dans un délai d’un jour ou deux, ou congelez-les pour une utilisation ultérieure . 

Au contraire des oignons secs, les oignons verts doivent être réfrigérés. Ils se conservent bien dans un sac en plastique ouvert dans le tiroir à légumes de votre réfrigérateur.

 


Photo Michele Dorsey Walfred @Flickr

Comment préparer des oignons?

Enlevez la couche extérieure qui est plus sèche que les autres, puis coupez-les en deux avant de les émincer ou couper selon vos besoins.

Les oignons peuvent être utilisé pour aromatiser des soupes, des sauces et des bouillons. Ils peuvent également être utilisés pour parfumer le pain, les quiches et les bases de pizza. Ils sont largement utilisés dans la cuisine indienne comme dans les bahjis et les pakoras. Des oignons peuvent être ajoutés à la purée de pommes de terre, pour aromatiser le riz pilaf et une multitude de salades différentes. Ils peuvent être grillés sur des brochettes avec de la viande ou d’autres légumes l’été pour les barbecues. Leurs utilisations sont quasiment illimitées!

Mes recettes favorites aux oignons

 


Confit d’oignons rouges au vin rouge


Pavé de bœuf sauce aux échalotes et oignons


Tempuras de carottes et oignons rouges, sauce miel, soja et gingembre

 


Egg boat à la tomme et aux oignons

gratin-oignons-rouges-3

Gratin d’oignons rouges

tartine-camembert-estragon-2
Tartines au camembert, estragon et oignons confits

puree-patates-douces-oignons-caramelises-2
Purée de patates douces aux oignons caramélisés

Que faire avec les restes de repas?

Les restes… Voilà un sujet qui occupe souvent mon esprit vu la quantité de repas que je prépare ! Je pense que nous avons tous de temps en temps quelques restes de nos dîners, et en cette période de fêtes, plus que jamais nous avons tendance à voir trop grand et à les accumuler. La plupart du temps, il n’est pas possible de les resservir tels quels, simplement parce que la quantité restante ne suffit pas pour constituer un autre repas pour toute la famille. Sans compter que certains membres de la famille peuvent râler quand les repas sont répétitifs! Ma fille par exemple peut adorer un repas un soir et le détester le lendemain si on lui ressert le même. C’est le membre le plus exigeant de la famille en matière de repas du haut de ses quatre ans!
 
Il y a de nombreux aliments faciles à réutiliser dans une autre recette, comme un reste de sauce tomate, un demi oignon, un peu de viande hachée, mais aujourd’hui ce que je vous propose, ce sont des recettes dans lesquelles vous pouvez recycler un reste entier d’un plat cuisiné avec des ingrédients mélangés, comme par exemple, un reste de ratatouille ou de bœuf bourguignon.
 

Dans un plat cuisiné individuel

Cette solution est de loin la plus basique. Vous n’avez peut être plus assez de restes pour nourrir toute la famille, mais il y en a peut être assez pour un seul membre. Vous pouvez donc congeler ce plat en portion individuelle et le garder pour le jour ou vous êtes seule à la maison, où l’un d’entre vous rentre plus tard que prévu, etc.
 

Dans une tourte

Si votre reste est assez conséquent, vous le glissez entre deux pâtes feuilletées et vous enfournez. Si votre reste est un peu juste en quantité et ne contient pas de féculent, vous y ajoutez une ou deux pommes de terre déjà cuites pour rendre l’ensemble plus compact et c’est parfait! Vous pouvez tout y mettre, même un reste de riz cantonnais!
 
 

Dans une quiche

N’importe quel reste peut être mélangé avec de l’œuf, du lait, du fromage râpé, versé dans une pâte et passé au four. Ça ne rate pour ainsi dire jamais, que votre reste contienne des légumes de la viande, du poisson, et même du riz ou des pâtes, peu importe! Ça sera toujours bon!
 
 
 

Dans une omelette

Encore plus rapide, mais l’esprit reste le même. Vous mélangez à de l’œuf, un peu de crème et de fromage et hop, à la poêle!
 
 

Dans un gratin

Si votre reste contient déjà un féculent, il vous faudra en rajouter pour augmenter la quantité globale et obtenir un plat assez conséquent pour votre famille. Par exemple si votre reste est une poêlée forestière avec quelques dés de pommes de terre, vous cuisiez à part 3 ou 4 pommes de terre supplémentaires, vous les coupez les rondelles et les ajoutez à la poêlée. Si votre reste ne contenait que des légumes, de la viande ou du poisson, vous n’avez qu’à choisir le féculent que vous voulez. Vous cuisez donc une bonne quantité de riz, pâtes pou pommes de terre que vous mélangez à votre reste. Vous rallongez de crème liquide ou de pulpe de tomates suivant ce qui va le mieux avec votre reste, vous couvrez de fromage râpé, chapelure et herbes en tous genres et vous enfournez.
 

Dans une pizza

N’importe quel reste peut finir sur une pizza. cela peut sonner bizarre mais au final ça sera bon! Vous tartinez la pâte de sauce tomate ou de crème, vous déposez votre reste, vous saupoudrez un peu de fromage et c’est parti! Il n’y  plus u’à enfourner!
 
 
 
 

Dans un hachis

Votre reste peut devenir la base de viande d’un hachis. Il ne vous reste plus qu’à le couvrir de purée et de chapelure et c’est parti! Peu importe si votre reste contenait un peu de pâtes ou de riz, ça ne se sentira pas une fois l’ensemble cuit. Si votre reste est un peu juste, il faut juste le compléter avec de la viande hachée ou du haché végétal en plus pour atteindre la bonne quantité, et délayer avec un peu de sauce tomate si besoin pour que ce ne soit pas trop compact. 
 
 

Dans une soupe

Ça peut sembler bizarre, mais n’importe quel reste, recuit dans un bouillon de légume puis mixé, vous donnera une soupe tout à fait sympathique. Si vous disposez de quelques légumes déjà présents dans le plat vous pouvez en rajouter au passage pour en renforcer le goût, ou rajouter un oignon, et cela fonctionnera! Vous pouvez aussi laisser le reste entier qui flottera dans le bouillon, pour former une sorte de minestrone.
 

Dans des bricks

N’importe quel reste est délicieux dans de la feuille de brick, que ce soit en format individuel, en samoussa ou en nem. Ajoutez un œuf en version individuelle si vous voulez rendre le plat plus nourrissant.
 
 
 Voilà mes techniques pour ne jamais rien jeter et franchement, je n’ai jamais été déçue, sans compter que cela permet de manger pour vraiment pas cher les jours où on capitalise sur un reste! Vous avez d’autres méthodes auxquelles je n’ai pas pensé pour écouler vos petits restes?

Sapin feuilleté à la truffe

Le réveillon de Noël approche à grands pas… Pour ceux qui seraient encore en train de se demander ce qu’ils peuvent préparer pour leurs invités ou ce qu’ils vont ramener s’ils sont invités, voici une petite recette. Elle est très simple et rapide à réaliser et a un rendu visuel vraiment sympa et festif.
 
 
Ce sapin en pâte feuilletée a fait le tour de la blogosphère culinaire ces dernières années… Et pour cause! C’est une super idée, facile à réaliser et qui en jette vraiment. La recette de base est hyper simple : une pâte feuilletée tartinée d’une préparation sucrée ou salée. Il vous faut 10 minutes pour le confectionner, vous enfournez et hop, c’est prêt!
 
Bien sûr, vous pouvez tartiner votre pâte feuilletée d’une sauce toute prête. Mais pour les fêtes, j’ai préféré préparer une garniture maison un peu haut de gamme aux champignons et à la truffe. On est là pour se faire plaisir, non? Pour réaliser ce joli sapin, vous n’aurez besoin que très peu d’ingrédients : une pâte feuilletée et ma garniture aux champignons.
 
Si vous êtes adepte du tout fait maison et que vous avez du temps devant vous, n’hésitez pas à faire une bonne pâte feuilletée maison, ça n’en sera que meilleur. Vous pouvez aussi la commander chez le boulanger, c’est la solution pour avoir le bon goût d’une pâte maison sans aucun effort! Pour ma part, j’ai utilisé de la pâte feuilletée en rouleau, et ça fonctionne très bien également.
 
 
Le résultat a été à la hauteur de mes attentes. Non seulement ce sapine est super joli, bien gonflé et doré, mais il est incroyablement bon! Franchement, il n’a duré que quelques minutes sur ma table… Dommage, il était si beau! 
 
Une fois que vous avez saisi le principe d’assemblage, ce sapin est déclinable en mille versions, aussi bien sucrées que salées. Toutes les garnitures sont possibles suivant vos goûts et ceux de vos invités. Moi, je sens que je vais tester plein de variantes!
 
  
P.S. : Si vous cherchez des idées pour Noël, il y en a d’autres par ici !
 
 
Sapin feuilleté à la truffe

Sapin feuilleté à la truffe

Ingrédients

    Pour l'assemblage
  • 2 pâtes feuilletées
  • 1 jaune d’œuf
  • 2 c. à s. de lait
  • 2 c. à s. de graines de lin (ou autres graines)
    Pour la garniture
  • 100 g de champignons
  • 1 échalote
  • 1 gousse d'ail
  • 75 g de crème fraîche
  • 2 c. à c. de pâte de truffe
  • Le vert d'un oignon frais ou 1/2 botte de ciboulette
  • 1 c. à s. d'huile
  • 15 g de beurre
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Émincez les champignons. Épluchez et émincez finement l'ail et l'échalote.
  2. Faites revenir les champignons grossièrement émincés avec l'ail épluché et émincé et l'échalote à la poêle 5 minutes avec le beurre et l'huile pour les dorer légèrement.
  3. Mixez ce mélange avec la crème, la pâte de truffe et le vert d'oignon, salez et poivrez.
  4. Préchauffez votre four à 180°C. 
  5. Étalez une première pâte feuilletée et garnissez-la de votre préparation.
  6. Recouvrez avec la deuxième pâte feuilletée.
  7. Découpez deux triangles sur le bas pour former le tronc du sapin.
  8. Coupez le haut légèrement en diagonale pour former la sapin.
  9. Coupez les branches à l'horizontale, d'une largeur de 1 cm.
  10. Récupérez les chutes pour faire de petits feuilletés individuels ou des étoiles que vous disposerez sur le sapin.
  11. Badigeonnez le tout avec le jaune d’œuf battu avec le lait, parsemez de graines puis torsadez les branches en les tournant sur elles même délicatement.
  12. Enfournez pour 20 minutes et servez dès la sortie du four.

Spécialité d’Australie : sausage rolls

Je pense que tout le monde connaît les saucisses en pâte feuilletée, un classique des apéros. J’ai découvert qu’il en existait plusieurs variantes, car chaque pays a sa façon de les préparer. Je vous avais donc proposé par le passé de tester les pigs in a blanket, version typiquement américaine il y a quelques temps, et je reviens aujourd’hui avec la version australienne, nommée sausage rolls.
 
Alors, est-ce qu’un pays fait de meilleures feuilletés à la saucisse que l’autre? Franchement je ne peux pas vous dire, j’ai adoré les deux versions ! Vous l’aurez compris, toutes les excuses sont bonnes pour manger des saucisses chez moi! Les feuilletés de saucisses peuvent sembler basiques, mais c’est un mets qui plaît en général au plus grand nombre. C’est vraiment une option rapide et facile pour l’apéro, ce qui fat que je l’adore!
 
 
Voici quelques mots sur l’histoire des feuilletés de saucisses et sur la façon dont cet amuse-bouche à la base britannique a atterri sur les côtes australiennes. Bien que les autochtones fussent les premiers occupants du pays, les Britanniques furent les tout premiers colons blancs en Australie. Certains de ces colons ont manifestement ramené leurs recettes en Australie, et l’engouement s’est répandu dans le pays. Aujourd’hui, vous trouverez ces sausage rolls dans presque tous les cafés et supérettes en Australie. Ils sont également populaires en Nouvelle-Zélande.
 
Comme la plupart des autres plats préparés en Australie ou ailleurs dans le monde, il existe un grand nombre de variantes de ces feuilletés à la saucisse. Beaucoup d’ingrédients australiens sont par ailleurs différents de ceux que nous trouvons en France, et je ne suis jamais allée en Australie ( j’en rêve!). Je n’ai donc aucun moyen de savoir si mes feuilletés ont tout à fait le même goût que ceux de là-bas, mais j’ai traduit des recettes australiennes pour être au plus proche possible de la réalité.
 
 
Pour réaliser des feuilletés australiens, on utilise généralement du porc, du bœuf, ou un mélange des deux. De la viande bien fraîche et de qualité sera la clé de la réussite. Ensuite, la viande est enveloppée dans une pâte feuilletée et cuite au four jusqu’à obtenir une coloration dorée. Ils sont consommés chauds ou à température ambiante, trempés dans du ketchup, une sauce barbecue…
 
Personnellement, je trouve que ces australian sausage rolls ont vraiment un super goût. Ils ont eu un énorme succès à l’apéro, ce qui signifie qu’ils n’ont pas duré plus de quelques minutes et n’ont pas eu le temps de refroidir!
 
 
Spécialité d’Australie : sausage rolls

Quantité ou nb de personnes: Pour 18 rouleaux

Ingrédients

  • 1 pâte feuilletée
  • 350 g de saucisse de porc
  • 1 oignon moyen finement émincé
  • 35 g de chapelure
  • 5 cl de lait
  • 1 œuf battu avec 1 cuillère à soupe d'eau
  • 1 c. à s. de graines de sésame
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffer four à 180 °C. Dans un grand bol, mélangez la saucisse, l'oignon, la chapelure, le sel, le poivre et le lait.
  2. Déroulez la pâte feuilletée sur une surface de travail légèrement farinée.
  3. Coupez la pâte feuilletée sur la longueur pour former quatre longues bandes.
  4. Déposez le mélange à la saucisse en longue bande au centre de chaque bande de pâte feuilletée, en laissant une bordure de 2 à 3 cm de chaque côté.
  5. Roulez la pâte feuilletée sur la chair à saucisse pour former des rouleaux.
  6. Brossez le bord avec l'œuf battu pour sceller. Pincez les extrémités pour bien maintenir le rouleau fermé.
  7. Coupez chaque rouleau en petits tronçons. Placez ces rouleaux sur une plaque à pâtisserie avec la jonction cachée en dessous, et badigeonnez le dessus du reste d’œuf battu.
  8. Mettez au four et faire cuire pendant 20 à 25 minutes, ou jusqu'à ce que la pâte soit gonflée et dorée et que la saucisse soit cuite.
  9. Laissez refroidir pendant quelques minutes.
 
Source d’inspiration :
http://www.food.com/recipe/sausage-rolls-the-australian-way-456599

Voyage gourmand à Strasbourg : Que manger ?

Strasbourg est connue pour être une ville superbe, et maintenant que j’ai eu la chance de la visiter, je ne peux que confirmer. C’est une ville qui comme beaucoup en Alsace est réputée pour son marché de Noël, et bien qu’il soit moins charmant que dans les tout petits villages aux alentours, il est très étendu et il est impossible de ne pas y trouver son bonheur!
 
Je trouve que le mois de décembre est une période parfaite pour découvrir cette ville mise en valeur par ses superbes décorations de Noël. Si cela fait partie de vos projets de visiter Strasbourg prochainement, alors ce petit guide pourra vous être utile. J’y ai listé les spécialités culinaires à ne pas rater sur place. 
 

Les winstub et bierstub

La winstub ou « pièce à vin » est typique de l’art de vivre strasbourgeois. À l’origine, c’était une pièce de la maison chauffée et ouverte au public, permettant aux producteurs d’écouler le surplus de leur production viticole. Le vin était servi accompagné de plats simples.
Aujourd’hui, la winstub est le restaurant typiquement alsacien, à l’esprit terroir et bistrot. On y retrouve des plats d’autrefois, comme le baeckoffe et la choucroute. Quelques winstub subsistent à Strasbourg. On trouve également les bierstub, brasseries typiquement alsaciennes, où on sert les plats avec de la bière.
 

Source dierk schaefer @Flickr

Côté entrées

La salade de cervelas

En entrée, vous pourrez tester cette salade simple et principalement composée de cervelas, comme son nom l’indique. Certaines variantes incluent aussi du gruyère.

La salade de pommes de terre

Autre salade typique, la salade de pommes de terre peut être servie froide ou tiède. On l’accompagne souvent d’une knack ou de jambon.

La flammekueche

Cette spécialité a dépassé les frontières de l’Alsace et est célèbre partout en France. Il s’agit d’une fine pâte recouverte de crème, d’oignons et de lardons et servie sur une planche de bois. La tradition est de la partager et de la manger avec les doigts. 
 

Source Guilhem Vellut @Flickr

La tarte à l’oignon

Cette spécialité servie dans les winstubs ne doit pas être confondue avec la flammekueche. Elle est bien plus épaisse que cette dernière. Elle contient parfois des lardons mais cela n’a rien d’indispensable, et peut être considérée comme une entrée ou comme plat principal.

Côté plats

Le kassler 

Le kassler est un rouleau de viande de porc qui peut rappeler la palette à la diable en plus moelleux. Il se déguste dans une choucroute garnie ou accompagné de pommes de terre. 

La carpe frite

Recette typique du Sud Alsace ou Sundgau, la carpe est panée dans de la semoule fine puis frite et accompagnée de frites et mayonnaise. C’est un peu le fish and chips local!

La matelote à l’alsacienne

Cette bouillabaisse alsacienne est composée de morceaux de poissons d’eau douce pêchés localement, et elle s’accompagne de nouilles aux œufs.

Le baeckoffe

Ce ragoût cuit à l’étouffée avec du vin blanc alsacien dans un plat traditionnel se compose de pommes de terre, de légumes, et d’un mélange de viandes : agneau, bœuf, porc…

La choucroute

Emblème alsacien, la choucroute provient de la fermentation naturelle du chou. Garnie, celle-ci s’accompagne de pommes de terre et d’un assortiment de viande et de charcuteries : porc, petit salé, knack… Il existe aussi une variante de la mer, aux différentes variétés de poissons.
 

Source Guilhem Vellut @Flickr

La knack

On ne peut pas venir à Strasbourg sans manger une knack d’Alsace ou saucisse de Strasbourg. Cette saucisse longue et fine est réalisée à base de viande de bœuf et de porc et légèrement fumée au bois de hêtre. Si vous avez des enfants, ils adoreront en manger une avec des frites, le menu enfant par excellence dans les brasseries alsaciennes. On peut aussi la manger sur le pouce dans les marchés de noël, accompagnée d’une bonne bière et d’un bretzel si vous avez faim! 

Le foie gras

Vous ne le savez peut-être pas, mais le « pâté de foie gras » d’oie est l’invention d’un cuisinier strasbourgeois. 

Le bibeleskäs

Ce fromage blanc accompagne les pommes de terre sautées. On le sert avec de l’ail, du persil, de la ciboulette de l’oignon, et chacun l’agrémente selon ses goûts.

Le waedele

Il s’agit d’un jambonneau accompagné de moutarde et de raifort, typique de la cuisine des winstub.

Les fleischschneka

Ce sont des rouleaux réalisés en plaçant de la farce à la viande sur une pâte à nouilles, que l’on roule, que l’on coupe en tronçons avant de les cuire à la poêle puis dans un bouillon.

Les spaetzle

Cette spécialité que l’on peut rapprocher des pâtes est caractérisée par une forme irrégulière. On les sert nature pour accompagner des plats en sauce, ou au fromage, aux lardons…
 

Source Michela Simoncini @Flickr

La tourte vigneronne alsacienne

La tourte vigneronne se compose de viandes cuisinées au Riesling et cuites dans une pâte feuilletée.

Côté desserts

Le strudel

Cette pâtisserie alsacienne est composée de pâte garnie d’un mélange de pommes hachées et de fruits secs et parfumée à la cannelle. Le strudel peut aussi être garni de fromage blanc ou avec des cerises à la place des pommes.
 

Source (vincent desjardins) @Flickr

Le mendiant d’Alsace

C’est une sorte de clafoutis rustique, fait à partir de pain rassis délayé de lait. Agrémenté de cerises noires, il embaume le kirsch et la cannelle. 

La Linzer Torte

D’origine autrichienne, la Linzer Torte est très répandue en Alsace. Composée d’une pâte sablée recouverte de confiture de fruits rouges, elle est reconnaissable à son aspect tressé sur le dessus.

La kaeskuche

Cette tarte au fromage blanc est un peu le cheesecake alsacien. C’est une tarte passée au four et à la texture assez légère.

Côté boissons

Le vin chaud

Il règne en maître sur les marchés de Noël avec ses effluves de cannelle et d’épices. Si vous venez en hiver, il est inévitable!
 
 

La bière

La bière d’Alsace, ou elsassbier, est une institution. L’Alsace est la première région brassicole de France. Parmi les plus célèbres et moins intéressantes il y a la Heineken et la Carlsberg, mais vous pouvez aussi trouver des bières plus originales comme la Licorne, que l’on trouve partout, la Fischer, ou mieux, des bières de brasseries artisanales, comme les bières de la brasserie Perle ou celles de la brasserie Bendorf.

Le kirsch

Côté boissons, le kirsch est un classique. Il est obtenu par fermentation puis distillation des cerises.

Le schnaps

Le schnaps ou eau de vie clôture souvent les bons repas. Il est réalisé à partir de framboise, prune, mirabelle, quetsche, kirsch, poire ou de marc de gewurtztraminer. 
 
Si vous êtes déjà allés en Allemagne, vous avez sans doute remarqué dans cette liste quelques points communs avec la cuisine de ce pays, ce qui n’est pas pour me déplaire car j’adore la cuisine allemande! Voilà, je reviendrai prochainement vous parler des spécialités que l’on peut ramener dans ses bagages en souvenir d’Alsace. Si vous êtes déjà allés en Alsace ou si vous y vivez, est-ce que j’ai oublié des plats emblématiques? N’hésitez pas à me l’indiquer pour que je les ajoute à la liste!

Samossas au saumon, épinards et petits pois

Je ne sers pas souvent de saumon fumé, pourtant j’adore ça. Lors des fêtes, j’ai quand même tendance à en intégrer un peu dans notre menu. Plus jeune, je le mangeais simplement avec des toasts beurrés et un filet de citron, mais depuis que j’ai ce blog, je ne peux pas m’empêcher de chercher d’autres façons de le servir pour changer un peu! 
 
 
Aujourd’hui, je vous propose donc une façon sympa de servir du saumon fumé. J’adore les samoussas et je trouve qu’ils génèrent toujours un grand enthousiasme lors des apéros. A chaque fois que j’en amène, tout le monde s’exclame et se jette dessus! Le résultat est très gourmand et intègre un peu de légumes au passage. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est équilibré mais bon, c’est équilibré dans les saveurs au moins!
 
Ce qui est vraiment bien avec cette recette, c’est que vous pouvez être créatif en garnissant vos samoussas. Vous pouvez ajouter des oignons, d’autres légumes, des morceaux de pommes de terre, de la crème fraîche, ou encore des épices différentes comme du curry, de l’aneth, de la ciboulette… Vous l’aurez compris, tout est possible! C’est aussi l’occasion de vider les petits restes du frigo si vous en avez!
 
 
Petit avantage non négligeable de cette recette en période de fêtes : ces samossas peuvent être assemblés plus tôt dans la journée, voire la veille, et gardés au réfrigérateur jusqu’au moment de la cuisson.
 
Ces samoussas seront aussi parfaits avec une simple salade si vous voulez en faire une entrée.
 
 
 
P.S. : Si vous aimez le saumon, vous aimerez aussi mon saumon gravlax!
 
Samossas au saumon, épinards et petits pois

Ingrédients

  • 200 g d'épinards hachés
  • 200 g de petits pois
  • 250 g de tranches de saumon fumé, grossièrement émincées
  • 175 g de mascarpone
  • Les zestes de 2 citrons
  • 12 grandes feuilles de pâte filo
  • 60 g de beurre doux fondu

Préparation

  1. Placez les épinards et les petits pois dans un grand bol allant au micro-ondes et faites cuire 2 à 3 minutes. Laissez refroidir, puis égouttez au maximum.
  2. Incorporez le saumon fumé, le mascarpone et les zestes de citron râpé. Goûtez et assaisonnez avec beaucoup de poivre noir fraîchement moulu.
  3. Déballez la pâte filo et posez la première feuille sur la surface de travail, avec l'extrémité courte la plus proche de vous.
  4. Badigeonnez la feuille filo avec un peu de beurre fondu et pliez-la en deux verticalement.
  5. Placer une cuiller de mélange au saumon fumé dans le coin inférieur droit de la bande de pâte, en laissant une marge de 3 à 4 mm. Placez le coin inférieur droit sur le côté gauche pour commencer à former la forme du triangle.
  6. Amenez le coin en bas à gauche et continuez à plier jusqu'à la fin de la pâte.
  7. Brossez la samoussa avec un peu de beurre fondu.
  8. Placez sur une plaque à pâtisserie.
  9. Faites 11 autres samoussas de cette façon. 
  10. Préchauffez le four à 200 ° C.
  11. Faites cuire les samoussas pendant 20 à 25 minutes jusqu'à ce qu'ils soient gonflés et dorés.
  12. Laissez refroidir pendant 3 à 4 minutes avant de servir.

Magrets de canard aux cranberries et porto

Je vous préviens, ces magrets de canard vont faire ressembler votre cuisine à un restaurant haut de gamme. Je trouve qu’il n’y a pas de plat plus élégant et bluffant qu’un magret de canard! C’est un plat auquel je résiste difficilement au restaurant et je me suis lancée une fois ou deux dans sa préparation à la maison. Beaucoup de gens sont intimidés de cuisiner du canard, mais c’est en fait l’un des plats de viande les plus faciles à réaliser je trouve. Il faut maîtriser la durée de la cuisson pour que la viande reste rosée, mais en dehors de cela, vous pouvez très facilement obtenir un plat sublime et vous faire passer pour un cordon bleu! 
 
 
 
 
Le canard est ma viande de prédilection pou les occasions spéciales. Il est facile à cuisiner et magnifique sur une table de fêtes. En dehors de ça, nous n’en mangeons pas très souvent. Il faut dire que je l’apprécie, mais il est assez cher. Raison de plus pour ne pas louper son coup quand on en réalise!
 
J’aime la saveur intense du canard, sa texture moelleuse, et la sauce délicieuse qui l’accompagne généralement. La viande de canard seule a beaucoup de saveur, mais elle est sublimée lorsqu’elle est accompagnée d’une belle sauce sucrée. Le canard est souvent accompagné d’une sauce aux fruits comme du raisin, des framboises, des pêches… J’ai choisi d’utiliser des cranberries car elles sont sucrées mais aussi un peu acidulées. J’ai utilisé des cranberries séchées, plus faciles à trouver que les fraîches en France. 
 
 
La technique pour préparer le canard est assez simple. Vous le saisissez dans une poêle, la peau vers le bas, jusqu’à ce que la peau soit dorée et croustillante. Ensuite, vous retournez vos morceaux et vous faites cuire à peine quelques minutes l’autre face. 
 
La sauce aux cranberries est très facile à préparer aussi. Il suffit simplement de les réhydrater dans le porto pour bien les parfumer, puis de déglacer la viande avec du vinaigre et d’ajouter les fruits et le miel. Vous laissez réduire un peu, et hop, c’est fini! La sauce obtenue a une belle saveur, un mélange légèrement acidulé de sucré et salé, elle va vraiment bien avec le canard. 
 
Avec ce magret de canard, je vous recommande une purée, je trouve que c’est ce qui va le mieux avec! J’aime par exemple cette purée de patates douces ou si vous ne voulez pas abuser de la touche de sucre, une purée de chou-fleur au romarin sera parfaite. Si vous n’êtes pas fan de purée, essayez de servir ce magret de canard avec des fagots de haricots verts  et des muffins de pommes de terre
 
 
Magrets de canard aux cranberries et porto

Ingrédients

  • 1 magret de canard de 400 g environ
  • 20 g de cranberries
  • 5 cl d'eau
  • 5 cl de Porto
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
  • 2 c. à s. de miel liquide (de romarin si vous avez)

Préparation

  1. Mettez à tremper les cranberries dans l'eau et le porto, salez et poivrez.
  2. Faites cuire les magrets, en commençant par le côté peau, environ 10-15 minutes à feu moyen vif, jusqu’à ce que la peau soit bien dorée.
  3. Jetez l'excédent de graisse au fur et à mesure.
  4. Salez, poivrez et retournez les magrets côté chair.
  5. Faites griller quelques minutes et réservez au chaud.
  6. Déglacez la poêle au vinaigre balsamique puis ajoutez les cranberries, puis enfin le miel.
  7. Laissez caraméliser quelques instants.
  8. Nappez les magrets préalablement tranchés avec la sauce et décorez avec les cranberries.
 

Que manger en décembre?

Voilà le fameux mois de décembre, qui ne ressemble à aucun autre! Noël approche et avec lui sa série de repas festifs et souvent trop lourds! Mais il n’y a pas que le réveillon, il faut bien manger les autres jours aussi…
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois à venir, pour vous inspirer si vous êtes en recherche d’idées pour manger de saison!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Marrons : Panna Cotta aux brisures de marrons glacés
 
Clémentine : Pudding chocolat clémentines
 
Kiwi : Detox water kiwi citron vert concombre
 
Poire : Crumble poire, chocolat et muesli
 
Pomme : Cake aux pommes et noisettes

🍠 Côté légumes : 

 
Betterave : Verrines à la betterave
 
Carotte : Tarte carottes, cumin et lait de coco
 
Chou : Soupe de haricots et choux de Bruxelles façon Loubia
 
Endive : Gratin d’endives et raclette
 
Epinard : Stoemp aux épinards frais
 
 
Navet : Tatin de navets à l’orange et vinaigre balsamique
 
 
Oignon : Tempuras de carottes et oignons rouges

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les repas de fête
– Le vin chaud
– Les bretzels sur les marchés de Noël
 
Et vous, vous aimez manger quoi en décembre?

Que manger en Roumanie?

Photo Ștefan Jurcă @FLickr
 
Vous le savez-peut-être déjà, cet été j’ai eu la chance de découvrir la Roumanie. Comme j’aime le faire à chaque fois que je reviens d’un voyage, je vous propose aujourd’hui de découvrir les spécialités culinaires de ce joli pays! La Roumanie est un endroit où l’on se régale. La cuisine est un mélange d’influences de pays de l’est de et pays méditerranéens, ce qui donne une cuisine simple, peu chère mais très goûteuse et copieuse, bref, tout ce que j’aime! Voici un petit guide pour vous aider à manger de façon typique si vous vous rendez là-bas.
 
 
Photo Paul Chiorean @FLickr    
 

Les zacusca ou tartinades en tous genres

Dans la même veine que les mezze du Moyen-Orient, la plupart des entrées froides en Roumanie sont à base de légumes et délicieuses! Il existe une grande variété de dips destinés à être mangés avec du pain. La star est la zacusca de vinete, une purée d’aubergines qui pourra rappeler le baba ganoush. Vous trouverez cette salade d’aubergines grillées et de nombreuses autres à base de tomates et de poivrons dans les restaurants, les bars ou les supermarchés. Quand rien ne vous tente au resto, ou si vous êtes végétarien, une solution simple est de sauter la section «plats principaux» du menu et créer votre propre assiette en commandant un assortiment de ces salades avec du pain. 
 

Les soupes

Les soupes en Roumanie peuvent être considérées comme une entrée mais aussi comme un repas principal, car elles ont tendance à être copieuses et nourrissantes, et souvent accompagnées de croûtons. Servies dans des gros bols, certaines s’approchent d’ailleurs plus de la purée ou du ragoût que de la soupe! Vous en trouverez à base de toute sortes d’ingrédients : betteraves, pommes de terre, lard, bœuf, ou même tripes. La ciorba de fasole, ou soupe aux haricots blancs est une soupes très courante, ainsi que la crème de champignons. On trouve aussi le borş, une soupe légèrement aigre traditionnellement réalisée à base de son fermenté. 
 
Photo Ivana Sokolović @FLickr

Les grillades et la viande

Les roumains sont friands de grillades. Il y a un grand choix dans ce domaine, notamment des grillades de porc et de bœuf, ou encore le mici, des sortes de saucisses de viande hachée aromatisée qui rappellent d’aspect le mexicanos mais est assez différent au niveau du goût. 
 
Photo @joefoodie @FLickr

Les champignons

Les champignons sous toutes leurs formes sont très présents en Roumanie, avis aux amateurs! Dans un ragoût crémeux, légèrement sautés, cuits avec d’autres légumes, farcis de fromage, ils sont proposés à toutes les sauces!
 

La polenta

La polenta, ou mamaliga, est un accompagnement fréquent. Elle est traditionnellement servie avec des couches de fromage et de crème, c’est un peu riche mais délicieux! J’en ai aussi vu nature, aux champignons, aux herbes… 

Ragoûts

On trouve de nombreux ragoûts à base de viande, mais aussi aux légumes, comme les ragoûts de chou ou de champignons.
 

Les snacks

Les kebab sont très présents en Roumanie. Plus typiques, on trouve aussi également beaucoup de snacks salés en boulangerie. Vous trouverez de petits points chauds vendant des sortes de viennoiseries sucrées et salées à chaque coin de rue. Pour un prix dérisoire, vous pouvez y acheter des pain en forme de bretzel, des placinte, sortes de tartelettes avec différents garnitures,  et des feuilletés fourrés à la viande, à l’oignon, du chou…
 

Le fromage

Les fromages du coin que j’ai eu l’occasion de tester sont le telemea et le burduf. Attention, le burduf est traditionnellement conservé dans une panse ou une peau de mouton, ce qui peut en rebuter certains! Une autre version est contenue dans une boite en résine de pin. Pour les différencier, basez-vous sur le forme : ceux stockés dans une panse sont ronds, ceux stockés dans du bois de pin sont cylindriques.
Une spécialité au fromage que l’on trouve beaucoup en Roumanie est le cascaval pane, du fromage pané frit. C’est plutôt une entrée, mais accompagnez-le d’un ou deux dips, et vous obtiendrez un repas consistant!
 
Photo Jollof Malt @FLickr

Pour les végétariens

Bien que la cuisine roumaine soit en grande partie à base de viande, au moins quelques options végétariennes figurent dans les menus de la plupart des régions du pays. En effet, comme je l’expliquais ici, les orthodoxes pratiquement le jeune régulier (deux fois par semaine ou six semaines par an) et ne consomment alors ni viande ni poisson, ce qui fait que la plupart des établissements se sont adaptés à eux. Vous trouverez souvent une soupe, un ragoût de champignons, du fromage pané ou des dips apéritifs que vous pouvez cumuler pour les rendre assez consistants pour en faire un repas. Il y a toujours un grand choix de légumes pour les accompagnements aussi, parmi eux les champignons ont la part belle, ainsi que les légumes du soleil : tomates, poivrons, aubergines…

Vous trouverez peut-être aussi des kremzli, des pommes de terre coupées finement  un peu comme un rösti suisse, frites avec un œuf, ou le fasule batuta, une purée de haricots garnie d’une compotée d’oignons à la tomate.
 

Les desserts

Les desserts les plus sympas selon moi sont les crêpes, et les papanasi, des espèce de donuts servis avec du fromage blanc et une compotée de fruits rouges, assez bourratifs mais rigolos. Il y a ensuite des gâteaux plus classiques comme on en trouve beaucoup dans les pays de l’est.
 
 
Photo Ehud ELIA @FLickr
 

Les boissons

Les amateurs de bière seront ravis car il y a de nombreuses brasseries et micro brasseries là bas. La bière la plus célèbre à Bucarest sont la Ursus et la Zaganu (qui est produite dans la ville de Bucarest), mais ce ne sont pas mes favorites, les petites productions locales étant plus sympa! Il existe également un alcool de prune, le palinka, des vins roumains.