Spécialité indienne : Gajjar Halwa ou « le » gateau aux carottes à l’indienne

 Lorsque j’ai vu cette recette dans le livre Bolly Cook, j’ai été ravie. Je gardais un vague souvenir d’un très bon gâteau à la carotte mangé un jour dans un restaurant indien, et j’ai donc espéré que je pourrais ici le refaire à la maison.
Je n’ai pas été décue… Ce gâteau est juste une tuerie pour ceux qui aiment les saveurs épicées et exotiques, et il est encore meilleur que celui que j’avais mangé au restaurant! S’il n’était déjà publié, j’ajouterais sans doute ce gateau à mon top 10 des pâtisseries indétrônables.

Personnellement je n’avais pas de cardamome en poudre, mais de la cardamone encore en capsules. J’ai donc passé un peu de temps à dépiauter les capsules et j’ai utilisé les petites graines qui sont dedans.
gateau-carottes-indien2

Gajjar halwa (gâteau de carottes indien)

Pour 4 personnes
  • 400 g de carottes épluchées te râpées
  • 150 g de sucre en poudre
  • 100 de ghee (vous devez pouvoir le remplacer par du beurre, mais la préparation du ghee est simple et tellement bonne que je vous recommande de le faire!)
  • 12 cl de lait
  • 1  c à c de cardamome en poudre
  • 1  c à c d’eau de rose
  • 2 c à s d’amandes effilées
  • 2 c à s de pistaches concassées
Faîtes revenir les carottes dans une grande poêle avec la moitié du ghee pendant environ 15 minutes, en remuant de temps en temps pour que les carottes ne brûlent pas.
Ajoutez alors le reste du ghee, le lait, le sucre, et la cardamome. Mélangez et laissez compoter 15 minutes de plus. Le liquide doit être bien évaporé.
Ajoutez alors l’eau de rose, et laissez 3 ou 4 minutes.
Étalez le mélange obtenu dans un plat à gratin (j’ai utilisé des cercles à pâtisserie : le résultat est joli mais pas mal de jus s’est échappé par en dessous).
Saupoudrez d’amandes et pistaches, et mettez au frais au moins une heure avant de servir.
gateau-carottes-indien

Spécialité indienne : Rogan Josh, l’agneau du cachemire

Aujourd’hui je vous propose un plat à l’agneau issu du livre « Bolly Cook ».

C’est un plat typique de la région du cachemire, et qui change un peu des classiques Vindaloo, Tikka Masala et curry qu’on connait habituellement de l’inde. Mais rassurez vous le mélange d’épices vous ravira si vous êtes amateurs de cuisine indienne!

Il faut savoir que c’est un plat très riche en épices et en goût, mais peu relevé. Il n’y a pas de piment dans la recette, les seules épices un peu piquantes pouvant être le poivre, ou la coriandre. Je pense donc qu’il peut convenir aux personnes qui n’aiment pas les plats trop piquants.
J’ai très peu ajusté la recette du livre, et j’ai surtout veillé à bien respecter les dosages d’épices pour pouvoir me faire une idée. c’était excellent!
agneau
Cette recette très simple conviendra parfaitement aux régimes sans gluten.

Rogan Josh

Pour 4 personnes
  • 600 g d’agneau (selle ou gigot) en gros cubes
  • 400 g de tomates, pelées et coupées en dés
  • 2 petits oignons blancs émincés finement
  • 2 gousses d’ail épluchées et écrasées
  • 1 yaourt à la grecque
  • 6 branches de coriandre fraîche
  • 1 c à c de curcuma
  • 3 c à c de garam masala
  • 1 c à c de coriandre moulue
  • 1 c à c de cumin moulu
  • 1 cm de gingembre, épluché et râpé
  • 2 c à s de ghee (ou huile de tournesol)
  • sel
Faites chauffer le ghee dans une cocotte ou un faitout. Faites fondre les oignons 5 minutes à feu moyen. Ajoutez l’ail et le gingembre, laissez encore 3 minutes.
Ajoutez les épices, les tomates et la viande. Salez, mélangez et faites cuire 5 minutes à feu doux.
Ajoutez la moitié du yaourt et montez alors le feu pour que le yaourt monte à ébullition.
Baissez alors le feu au plus doux, couvrez et laissez mijoter entre une heure et une heure trente (cela dépend de la taille de vos cubes d’agneau, pour moi une bonne heure a suffi)
A la fin, la sauce a totalement épaissi voire réduit de moitié. J’ai donc adapté la recette en remettant à ce moment l’autre moitié du yaourt grec, sinon il n’y avait pas assez de sauce!
Servez sur un riz aux épices indiennes, et ciselez la coriandre fraîche dessus avant de servir.
agneau2

Spécialité indienne : Riz basmati aux épices indiennes

Je reviens aujourd’hui avec l’accompagnement pour le Rogan Josh que je vous ai proposé hier. Je voulais un accompagnement simple, à base de riz, mais qui change un peu par un mélange d’épices sympa. J’ai trouvé mon bonheur dans le joli livre Lassi, Cheese Nan, Tandoori et Cie, un joli petit livre carré qui fait la part belles aux recettes indiennes simples, et décline le Nan sous toutes les coutures, et même en version sucrée.

J’ai préparé le riz comme indiqué dans le livre, mais j’y ai ajouté un peu de légumes, pour colorer et réveiller l’ensemble, comme j’avais déjà vu dans certains restaurants indiens. Cette préparation était simplement parfaite!
7489384398_72e9ce7025_z
Photo par mhchipmunk @Flickr
Cette recette très simple conviendra parfaitement aux régimes sans gluten, vegan et végétariens.

Riz basmati aux épices indiennes

– 240 g de riz basmati complet
– 3 belles carottes
– 4 têtes de chou fleur
– 3 capsules de cardamome
– 2 clous de girofle
– 1/2 bâton de cannelle
– 5 g de sel
Mettez le riz à tremper 10 minutes dans de l’eau.
pendant ce temps, éplucher et râpez les carottes. Nettoyez le chou fleur et coupez le en tout petits bouquets (vous devez obtenir des tronçons d’1/2 cm environ, pour que ça cuise très vite!)
Faites revenir les carottes et le chou fleur dans une poêle avec un peu d’huile.
Dans une casserole, déposez toutes les épices,  et faites les revenir quelques secondes dans de l’huile. Ajoutez alors le sel et l’eau, couvrez et amenez à ébullition.
Dès que l’eau bout, ajoutez le riz et faites cuire suivant les indications du paquet.
Dès qu’il est cuit, égouttez-le, enlevez les bouts de cannelle, de girofle et de cardamome puis mélangez avec les carottes et le chou fleur.
La seule partie pénible pour moi a été de retrouver les morceaux d’épices à la fin… Mais le résultat en vaut la chandelle!

Les bases de la cuisine indienne : le garam massala et le ghee

Certains ingrédients de la cuisine indienne, qui composent la majorité des plats indiens, ne sont pas disponibles en France ( ou pas dans une qualité intéressante), c’est pourquoi avant d’attaquer votre repas indien, vous devrez vous attaquer à certains préparatifs maison.

C’est le cas notamment du Garam Masala, du Ghee et du Paneer.
Qu’est ce que c’est que tout ça? Le Garam Masala, c’est un peu le « mélange indien » de Ducros, mais version authentique, où les épices ont été dosées et réduites en poudre par vous même.
Le Ghee, c’est le beurre indien, qui est en autres termes un beurre clarifié. Et le Paneer, c’est le fromage frais indien, une sorte de caillé qui s’utilise dans des plats comme nous mettrions de la crème liquide, mais cette préparation là je ne vous la détaillerai pas aujourd’hui, car je n’en avais pas besoin pour mon repas.
J’ai trouvé toutes ces explications dans le super livre « Bolly Cook », de Julie Schwob, acheté spécialement pour l’occasion et dont je suis ravie.
De nombreuses techniques de base y sont expliquées, et les recettes sont classées par régions ce qui permet de comprendre un peu les habitudes alimentaires dans ce pays. Enfin, les recettes sont adaptées aux produits disponibles en France, mais gardent une touche authentique qui différencieront votre cuisine de celle faite habituellement en France avec des pots de sauce toutes prêtes ou des mélanges d’épice industriels.
3414375680_17b415d390_z
Photo par rajkumar1220 @Flickr

Le Garam Masala

Les masala sont des  mélanges d’épices indiens, que vous pourrez conserver dans une boite hermétique et utiliser dans vos préparations indiennes. Il en existe des centaines de variantes, le Garam Masala étant le plus connu.
Ingrédients
– 1 c à c de poivre noir en grains
– 2 c à c de graines de cumin
– 1 c à c de graines de cardamome sans l’enveloppe
– 1 c à c de clous de girofle
– 3 feuilles de laurier séchées
– 2 cm de bâton de cannelle
A l’aide d’un mortier, d’un moulin ou d’un mixeur, réduisez ce mélange en poudre.
Personnellement, mon mixeur n’a pas réussi à parfaitement moudre le mélange finement, il restait notamment de gros morceaux de feuilles de laurier.
J’ai ré-écrasé un peu à la main et j’ai finalement laissé les morceaux un peu plus gros. Ça ne m’a pas gênée dans les plats.
5414603050_7eed2e6cb6_z
Photo par ljguitar @Flickr

Le Ghee

Le Ghee est la matière grasse de base utilisée en Inde, un peu comme le beurre en France ou l’huile d’olive en Italie. C’est un beurre clarifié, qui reste donc liquide et qui développe un arôme assez différent du beurre!
Le beurre perd un peu de son poids lors de  sa transformation, aussi en fonction de la quantité de Ghee qu’il vous fait, prévoyez 5% de plus ( ex pour 100 g de Ghee, prévoyez 105 g de beurre – pour 475 g de Ghee, 500 g de beurre), voire même un peu plus car si vous n’êtes pas très doué vous perdrez encore un peu plus de matière ( ce qui fut mon cas!). Sinon vous pouvez carrément en faire beaucoup plus que nécessaire, le ghee se conserve parfaitement est c’est très bon! Dans ce cas mettez le dans un récipient hermétique et servez vous quand nécessaire, il ne rancit pas et n’a pas besoin d’être mis au frigo.
Ingrédients :
500g de beurre doux
Prenez du beurre de bonne qualité, idéalement bio
Coupez le beurre en dés.
déposez le dans une casserole et mettez la à chauffer à feu très doux.
Laissez le beurre fondre sans y toucher.
Quand il sera totalement fondu, une couche de petites bulles blanches épaisses viendra se placer à la surface. A l’aide d’une étamine ( ou dans mon cas d’une cuiller) venez ramasser très doucement l’écume blanche, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que du beurre fondu bien transparent dans la casserole. Ce beurre fondu transparent, c’est le Ghee. Vous pouvez l’utiliser comme de l’huile, dans une préparation de gâteaux, une recette, ou pour faire revenir vos légumes dans une poêle.

Tagliatelles de carottes bicolores au miel sauvage et chorizo

Je suis normalement plutôt tournée plats complets , burgers et bons gâteaux à l’américaine, mais il faut savoir parfois rompre avec ses (mauvais) penchants naturels… D’abord, parce que les accompagnements sont indispensables et que même si la plupart des chaînes de fast-food ont l’air de penser le contraire, on ne peut pas tout accompagner de frites tout le temps! Ensuite, si je n’équilibrais pas avec des légumes régulièrement, je serais déjà morte noyée dans mon cholestérol, et mon dévouement à ce blog ne va pas jusque la 🙂
Une autre facette de ma cuisine est donc de chercher à cuisiner des choses saines et simples, en essayant de ne jamais tomber dans l’épinard bouilli nature, ou encore de cuisiner des plats traditionnellement riches dans une version plus quotidienne, qui en garde l’essence et le plaisir mais sans les calories.

Ici je vous propose une petite recette toute simple mais pleine de couleurs et de vitamines, réalisée avec des carottes multicolores. Depuis le temps que je me demandais si elles avaient le même goût que la version orange, voilà un mystère de résolu pour moi 🙂

Mon seul regret a été que la couleur de carottes se perd un peu après la cuisson, l’ensemble prendre une teinte foncée et on en voit plus vraiment le côté tricolore de base.  une cuisson des 3 types de carottes séparées aurait peut être réglé ça mais ça fait un peu beaucoup de vaisselle pour 4 malheureuses carottes!
Cette recette très simple conviendra parfaitement aux personnes pratiquant un régime sans gluten.
carottes-multicolores

Tagliatelles de carottes bicolores au miel sauvage et chorizo

Pour 2 personnes
  • 4  carottes multicolores ( orange, jaune et violette)
  • 1 cuiller à soupe de miel
  • une quinzaine de rondelles de chorizo
Faîtes revenir les carottes dans un petit peu de beurre. Après quelques minutes, ajoutez un fond d’eau et laissez cuire encore une dizaine de minutes. Ajoutez alors le miel.
Faîtes revenir les rondelles de chorizo séparément et déposez les ensuite sur les carottes, sans prendre toute le gras.
Mangez tout de suite!
carottes-multicolores2

Cupcakes coeur caramel au beurre salé faciles

Aujourd’hui je vous propose un petit dessert ultra simple à réaliser, pour la simple et bonne raison qu’il utilise deux produits d’aide à la pâtisserie super pratiques que j’ai obtenus dans des box récemment… Il s’agit d’une préparation pour cupcakes toute faite de Valentine et Patachou, et un coulis de caramel au beurre salé.
cupcake-caramel-beurre-sale

J’avoue que les préparations toutes faites pour cupcakes ne m’ont jamais attirées, car je ne trouve pas que ce soit un gâteau particulièrement difficile à faire. Mais bon, comme je suis curieuse de nature, j’étais contente de pouvoir tester… Quand au coulis de caramel, une furieuse envie de le mettre dans des crêpes et de m’en gaver jusqu’à la mort m’a assaillie, mais je me suis reprise et je me suis dit que je pourrais certainement en faire quelque chose de plus sympa pour vous!
Comme j’avais également des moules à cupcakes en forme de cœur que je n’avais pas encore étrenné, et des petits cœurs déco pour gâteaux, j’ai donc imaginé ces cupcakes tout en cœurs!
cupcake-caramel-preparation
Du coup si vous êtes prises par le temps, vous pouvez reprendre cette recette, elle est vraiment super bonne et très rapide à faire! Si vous avez votre propre recette de base pour cupcakes ou de caramel au beurre salé, je pense que vous pourrez réinterpréter cette recette avec vos basiques, elle n’en sera que meilleure!
   cupcake-caramel-beurre-sale5

Cupcakes cœur caramel au beurre salé

Pour 10 à 14 cupcakes (14 selon l’emballage de la préparation toute faite, 10 selon moi…)
  • 1 préparation à cupcakes
  • 100 g de beurre
  • 1 œuf
  • 10 cl de lait
  • 100 g de caramel au beurre salé
  • 100 g de Philadelphia
  • optionnel : cœurs pour la déco
 cupcake-caramel-beurre-sale3
Dans un bol, mélangez 20g de caramel au beurre salé avec 100g de Philadelphia. Mettez au frais. 
Déposez le reste de coulis de caramel dans 14 compartiments de bac à glaçon, et mettez au congélateur.
Laissez environ 1 heure au congélateur. Le mélange doit avoir bien durci.
Mettez ensuite dans un grand saladier la préparation à cupcakes, l’œuf, le beurre, le lait. Mélangez.
Versez la moitié de la préparation dans 12 moules à cupcakes. Déposez alors un glaçon de coulis de caramel, puis couvrez avec le reste de pâte.
Mettez au four à 180°C pour 20 minutes.
Laissez refroidir avant de démouler. Répartissez alors la préparation au Philadelphia sur le dessus des cupcakes (à la cuiller ou à la poche à douille pour les plus motivées- pas comme moi qui préfère faire des pâtés difformes! ), et décorez avec quelques cœurs.
cupcake-caramel-beurre-sale2

Financiers au muguet

Le 1er mai, c’est la fête du travail. Si c’est une drôle d’idée de vouloir fêter le travail, c’est encore plus bizarre de le fêter avec un jour non travaillé, enfin ce n’est que mon humble avis.
Dans ma famille, le 1er mai a longtemps été synonyme de balades dans les brocantes de villages, et je sais précisément que mes souvenirs datent de ce jour car les trottoirs étaient bordés de petits vendeurs de muguet.
financiers-muguet
Je l’ignorais à l’époque mais cette tradition inventée à la renaissance s’est généralisée à la belle époque, à tel point qu’en France la vente de muguet « à la sauvette » est une activité légale ce jour là !
Enfin, on dit que le muguet de mai porte bonheur, et j’aurais certainement dû m’en équiper pour réaliser cette recette car elle n’a été qu’un enchaînement de catastrophes!
Je vous laisse imaginer : après avoir versé de la noix de coco sur la farine au lieu de la poudre d’amandes, j’ai passé 10 minutes à faire le tri entre la farine et la noix de coco qui ont évidemment la même couleur. J’ai ensuite mis mes œufs dans le robot pour en faire des œufs en neige, jusqu’à ce que je réalise que je n’aurai rien de mieux qu’une omelette puisque j’ai oublié de séparer les blancs des jaunes. Qu’à cela ne tienne, j’ai pris quatre  nouveaux œufs pour recommencer, et en prenant un bol dans le lave-vaisselle pour mettre mes jaunes, une assiette jaillit du lave vaisselle ( oui j’ai bien dit « jaillit »! Cette assiette était dotée d’une volonté qui lui était propre) avant de d’exploser lamentablement au sol.
J’ai mis alors mon beurre à fondre, et la casserole a perdu l’équilibre et le beurre fondu s’est déversé sur mes plaques de cuisson. A ce moment j’ai tourné la tête et trouvé mon chat en train d’absorber la préparation aux œufs et amandes ( que peut bien apprécier un chat là dedans??).
Quand j’ai enfin versé ma préparation hasardeuse dans les moules et les ai  amenés au four, j’ai réalisé que j’avais oublié l’arôme.
Enfin, le muguet m’a peut être porté bonheur après tout, car malgré tout ça ces financiers étaient excellents !
Le dosage du muguet était un peu imprécis car par moment 3 gouttes tombaient d’un coup. J’ai donc estimé l’ensemble à 15 gouttes mais il vous faudra gouter vote mélange pour vérifier que le dosage est bon. Le goût doit être présent mais pas trop fort.
Enfin, réfrénez toute idée de remplacer l’arôme de muguet par du véritable muguet… Celui-ci est toxique dans son état naturel!
financiers-muguet3

Financiers au muguet

Ingrédients

  • 60 g de farine
  • 100 g de poudre d’amandes
  • 100 g de sucre
  • 4 blancs d’œufs
  • 15 gouttes d’arôme muguet
  • 100 g de beurre doux

Préchauffez votre four à 200°.
Montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel.
Dans un saladier, mélangez la farine, la poudre d’amandes, le sucre, les blancs d’œufs et l’arôme muguet.
Faîtes fondre le beurre à feu très doux dans une casserole jusqu’à ce que celui-ci commence à roussir légèrement. Versez le doucement au reste du mélange en le passant à travers un chinois pour enlever les dépôts qui se sont formés à la surface.
Mélangez à nouveau.
Versez la préparation dans des moules à financier et mettez au four 15 mn.

financiers-muguet2

La box Eat Your Box d’avril

box-avril

Ce mois-ci, j’ai été gâtée avec une box sur un thème qui était destiné à me plaire : l’Italie. L’Italie est le pays des plats de pâte, des pizzas et des risottos, rien qu’avec ça je suis fan… Mais niveau sucre,  c’est la débauche de bonnes choses, avec la panna cotta et le tiramisu, deux de mes desserts préférés !
Côté quantité et choix je n’ai pas été déçue, cette box est très variée. Cette box de produits classiques en version « industrielle » a intérêt d’être à la hauteur de mes exigences!

box-avril2

Elle contient :
– Du riz à risotto Riso Gallo
– des gnochetti Barilla
– des Grok ( autrement dit, des pétales de parmesan à picorer)
– du pesto basilic et roquette
– une préparation pour panna cotta : ce dessert fait partie de mon top 10 des meilleurs desserts de ma vie donc la préparation a intérêt à avoir du niveau!
– des gaufrettes à la noisette
– du Campari : Je n’ai jamais bu cet alcool seul mais il entre dans la composition d’un cocktail que j’aime beaucoup et au’ on peut savourer un peu partout en été en Italie : le Spritz
– une roulette a pizza : je suis déjà équipée donc elle finira sûrement dans un colis cadeau pour l’un(e) d’entre vous!

box-avril3

Ma sélection de livres de cuisine pour avril

La fin du mois d’avril approche à grand pas, il est temps pour moi de vous présenter ma sélection de livres pour le mois d’avril! En avril je vous propose du voyage, de l’authentique, du green et des gâteaux, il y en a pour tous les goûts!

Planet Food

Rien qu’avec le titre, j’étais déjà conquise. Ce joli livre concentre plus de 100 recettes ramenées d’un peu partout dans le monde, accompagnées de jolies photos façon carnet de voyage, authentiques et qui donnent envie de s’évader tout de suite, au moins autour d’un bon plat !

Cuisine authentique de Florent Ladeyn

Cet ancien de Top Chef est originaire de chez nous et déjà pour ça il a forcément un peu ma sympathie. Ajoutez à ça le fait que les recettes de ce livre ont l’air top et que les photos sont tout bonnement magnifiques, et vous obtenez mon gros coup de cœur pour ce livre!

Angel cakes

A l’instar des bundt cakes, les Angel cakes étaient des gâteaux en vogue dans les années 50, remis au goût du jour et réinterprétés pour notre plus grand plaisir… moi je bave devant toutes les jolies couleurs et décorations de ces gâteaux à l’esprit US!

Green, glam et gourmande

Moi personnellement le green, le bio, le healthy, c’est pas franchement mon crédo, mais ici la jolie couverture de ce livre plein de promesses me laisse à imaginer que peut-être, on peut arriver à quelque chose de frais et sain sans s’ennuyer, alors j’ai envie de tenter!

Liban

Tout me plaît dans ce petit livre : sa jolie couverture graphique, ses photos qui vous font immédiatement décoller, et le pitch original : des produits communs (ou de supérette peut-on dire) au Liban mais qu’on connait moins ici, présentés et cuisinés dans des recettes typiques!

Friterie le King // Lille

J’ai fait ce rêve, impénétrable et inavouable, qu’ont effleuré de nombreux esprits affamés sans jamais l’atteindre totalement, d’accomplir la quête du graal ch’ti, trouver à Lille une vraie bonne friterie.
P1070535
Entendons nous sur le terme, une bonne frite, ce n’est pas une frite Mc Do toute fine, ce n’est pas une frite de Kebab, à la coupe régulière et surgelée, c’est une frite coupée main, cuite fraîche, molle au cœur et croquante voire cramée pour les plus petites.
La vraie friterie du Nord, c’est celle qui propose des américains mexicanos, des poulycroc, des vol au vents frits et autres invention machiavéliques belges, c’est un choix dithyrambique de sauces aux dénominations improbables comme la Hannibal, la bourguy burger ou l’Andalouse.
La première étape de ma quête m’a menée dans le quartier de Saint Maurice, a la redécouverte du King. Le King a un atout de taille : son look. Déjà c’est une baraque, une vraie, garée sur un parking, et il en reste peu à Lille. Comble du kitch avec sa façade taggée aux coloris chamarés et totalement incompatibles, la baraque concourt grandement au plaisir de la visite.
Le choix est à la hauteur et teinté de choix bien flamands.
J’avais connu cette friterie dans une ancienne vie, et j’adorais à l’époque leur américain steak, aux petits oignons bien grillés.
Je me suis jetée dessus avec le même enthousiasme qu’Alf avant d’engloutir un chat domestique que Proust devant une Madeleine.
P1070536
Hélas, le résultat ne fut pas tout à fait à la hauteur de mes attentes. Est-ce que j’avais embelli la chose dans mon souvenir ou le propriétaire a changé et n’a plus la même passion du graillon?
Toujours est-il que ma déception se résume en 3 points :
Frites : pas non plus des frites de Kebab, mais pas la frite jouissive de la friterie de quartier, loin de là, aussi bien en qualité qu’en quantité (normalement astronomique)
Steak : pas vraiment un steak haché, plutôt un burger avec 50% de viande, 50% d’on  ne sait quoi.
Oignons : bin y’en avait pas.
Bref, en 2014 j’aurai l’occasion de poursuivre la recherche ailleurs, et même si cette friterie n’est pas non plus mauvaise, j’espère pouvoir élever le niveau, même si nous ne sommes qu’à Lille et pas dans les Flandres profondes.
P1070537
Friterie Le King, rue du Buisson à Lille

Recettes et voyages culinaires d'une gourmande aventurière

Suivez-moi!
Menu Title