Archives par mot-clé : Nouvel an chinois

Comment profiter à fond du mois de février?

Photo Giuseppe Milo @Flickr

Contrairement à la croyance populaire, février n’est pas que le mois de la saint Valentin! Et même si février est le mois le plus court de l’année, et que la nuit tombe encore très tôt, il y a  de nombreuses choses à fêter en cette période. découvrez mes idées pour faire de février un mois de fête!

Voici mes meilleurs conseils pour passer un bon mois de février :

Célébrez la journée du Nutella

Le 5 février est la journée du Nutella. Pensez à l’environnement et célébrez plutôt la journée de la pâte à tartiner sans huile de palme, ça sonne moins bien c’est vrai, mais il en existe plusieurs, comme Noisette, la pâte à tartiner de casino ou le Nociolatta, mon chouchou au bon goût de noisettes! Pour cette journée, vous pouvez simplement réaliser une recette à base de pâte à tartiner, comme des fondants au Nutella ou un banana bread aux spirales de Nutella!


Photo Rex Roof@Flickr

Profitez de la neige.. Si elle se montre!

Certes, si vous travaillez, la neige va vous compliquer la vie, mais il faut admettre que voir un beau paysage enneigé, c’est un pur plaisir! Si vous partez au ski, ou pour les autres, si vous avez de la chance, la neige se montrera peut-être en février. Regardez-la s’accumuler par la fenêtre, servez-vous un bon chocolat chaud, prenez un plaid et préparez-vous à passer du bon temps sur Netflix bien au chaud!


Photo Stephane Mignon @Flickr

Célébrez la Saint Valentin

Je sais que c’est cliché, mais toutes les excuses sont bonnes pour passer un bon moment en amoureux non? personnellement j’aime organiser un bon repas en têt, ou sortir au restaurant à cette occasion. Mais comme je détester les menus imposés des restaurants du soir de la saint valentin ( trop chers et composés de choses que je n’aime pas comme le foie gras qui est souvent au menu), nous sortons au restaurant non pas le 14, mais le 15! 


Photo Michael@Flickr

Profitez des soldes

Le mois de février marque la fin des soldes et donc la période où les prix sont les plus avantageux. Pour éviter d’acheter n’importe quoi, j’identifie toujours en amont les choses dont j’ai besoin ou envie depuis longtemps, et que les soldes peuvent me permettre d’acquérir à meilleur prix. Si je ne trouve pas, tant pis, je ne prends rien!


Photo Andrew_Writer@Flickr

Fêtez le carnaval et mardi gras

Février est un mois dédié à la fête et aux déguisements! Si vous avez la chance d’avoir un carnaval à proximité de chez vous, l’idéal est d’y participer, sinon, si vous avez des enfants, rien ne vous empêche d’organiser Mardi gras à la maison!


Photo tacowitte @Flickr

Cuisinez chinois pour le nouvel an chinois

Cette année le nouvel an chinois a lieu en février. J’adore cette fête bien que je n’aie aucune origine chinoise, mais je vous un « culte » aux cultures asiatiques, et à leur cuisine si divine! Je profite donc de cette occasion pour cuisiner un repas authentique avec des spécialités que je n’ai jamais réalisées maison. cette année, j’aimerais essayer de réaliser de vrais nems!


Photo BenGrantham @Flickr

Faites sauter les crêpes

La chandeleur est une fête vraiment gourmande et qui plaît à tout le monde puisqu’on peut mettre ce qu’on veut sur les crêpes. découvrez mon article où javais réuni toutes mes idées concernant cette fête par ici.


Photo charlene mcbride@Flickr

Préparez un voyage

Les beaux jours approchent et si vous voulez vous faire une petite virée au Printemps, c’est maintenant qu’il fat y penser et réserver. Ça aide à se motiver le matin de penser à ses prochaines vacances, non? Pareil pour les vacances d’été, si vous n’avez pas encore commencé à les organiser, c’est le bon moment pour choisir votre destination et réserver vos billets ou votre location. 


Photo Jon Åslund @Flickr

Voilà mes idées pour faire de février au top! Et vous, vous aimez d’autres choses dans ce mois en particulier?

Spécialité de Chine : Chow mein ou nouilles sautées aux légumes

Le nouvel an chinois approche! Je vous en avais pas mal parlé ici, c’est une célébration que j’adore et je suis du genre à saisir n’importe quelle occasion de faire un bon repas! Je vous propose donc une petite recette qui vous permettra de vous mettre dans l’ambiance si vous en avez envie également cette année! Le chow mein, ou  chāu-mèing, n’est autre qu’un plat de nouilles sauté, populaire en Chine mais surtout dans les restaurants chinois à travers le monde.
 
 
Ma version est une version « façon restaurant », c’est à dire que ce n’est sans doute pas la plus authentique qui soit, mais elle est telle qu’on aime les consommer au restaurant chinois chez nous.
 
 
Néanmoins, elle contient quand même un bon nombre d’ingrédients typiques et son goût est tout à fait original et authentique! Il vous faudra notamment du chou bok choï, des châtaignes d’eau, des pousses de bambou et du panch phoron. Je trouve tout cela en épicerie chinoise, mais si c’est compliqué pour vous, voici quelques idées de substitutions :
 
– Le chou bok choï peut bien sûr être remplacé par une autre variété de chou.
 
– Les châtaignes d’eau, difficiles à imiter, peuvent être substituées par de la pomme, pour son côté croquant, ou alors, mettez simplement un peu plus de pousses de bambou. N’essayez pas de mettre des châtaignes classiques, ça n’a rien à voir ( à part la forme)!
 
– Les pousses de bambou se trouvent en supermarché classique donc je pense que vous n’aurez pas de souci particulier.
 
– Quand au panch phoron, ça fait exotique dit comme ça, mais ce n’est autre qu’un mélange 5 épices chinois, que l’on trouve donc partout au rayon épices! Si vous ne voulez pas en acheter et êtes déjà bien équipés niveau épices, vous pouvez le remplacer une pincée de fenugrec, une de nigelle, une de graines de moutarde, une de fenouil et une de cumin.
 
Voilà, j’espère avec ces idées de substitutions vous avoir rendu cette recette plus accessible, car elle est vraiment délicieuse, ça serait dommage de passer à côté!
 
 
 
Spécialité de Chine : Chow mein ou nouilles sautées aux légumes

Portions : Pour 4 personnes

Spécialité de Chine : Chow mein ou nouilles sautées aux légumes

Ingrédients

    Pour les légumes
  • 50 g de tofu
  • 75 g de carotte
  • 100 g de bok choy
  • 50 g de châtaignes d'eau
  • 75 g de pousses de bambou
  • 1 oignon blanc frais avec son vert
  • 2 c. à c. de panch phoron
  • Sel, poivre
    Pour la sauce
  • 3 c. à s. de sauce soja
  • 2 c. à s. de sauce soja sucrée
  • 1 c. à c. de pâte de piment
  • 1 c. à c. de vinaigre rouge
  • 1 c. à c. de concentré de tomates
  • 1 c. à c. de sauce nuoc mam
  • Sel, poivre
    Pour la cuisson
  • 1 c. à c. de pâte de gingembre
  • 1 c. à c. de pâte d'ail
  • 2 c. à s. d'huile de sésame
    Pour le service
  • 2 c. à c. d'huile de sésame
  • 2 c. à c. de graines de sésame
  • 250 g de nouilles chinoises

Instructions

  1. Râpez les carottes et les pousses de bambou. Mixez le soja et les châtaignes d'eau grossièrement. Émincez au mixeur le chou et l'oignon blanc (sans son vert). mélangez le tout, ajoutez du sel, du poivre, le panch phoron.
  2. Dans un grand wok, mettez de l'eau à bouillir, ajoutez les nouilles, et cuisez les selon les indications du paquet.
  3. Parfois, les nouilles collent ensemble, alors assurez-vous de bien séparer les extrémités.
  4. Une fois que les nouilles sont cuites, égouttez l'eau et faites couler de l'eau froide dessus.
  5. Dans un gros wok, versez l'huile de sésame. Une fois que l'huile est chaude, ajoutez la pâte de gingembre et la pâte d'ail et remuez pendant 30 à 40 secondes.
  6. Maintenant, ajoutez le mélange de légumes. Mélangez bien et laissez cuire 5 minutes pour que les légumes soient tendres mais encore un peu croquants.
  7. Ajoutez du sel, du poivre noir, le vinaigre, la pâte de piment, le concentré de tomates, le nuoc mam et les deux sauces soja. Mélangez bien.
  8. Ajouter les nouilles petit à petit et mélangez délicatement. Mélangez bien puis ès que l'ensemble est chaud, servez.
  9. Déposez le vert d'oignon haché, du sésame et un fil d'huile de sésame sur les assiettes.
 

Cocktail Beijing bellini

A l’approche du nouvel an chinois, j’ai eu envie de vous proposer un petit cocktail pour votre menu à thème. Cela n’a pas été simple, car il n’existe pas des milliers d’idées dans le domaine à ma connaissance, mais je suis tombée sur une recette qui m’a finalement convaincue : le Beijing bellini (nom chinois de Pékin), aussi nommé le litchee Bellini. 
 
 
Le Beijing Bellini est une adaptation asiatique du traditionnel cocktail Bellini. Il aurait été créé par le mixologue du restaurant China 1 à New York. 
 
La grande différence avec le Bellini classique réside dans le fruit utilisé : on utilise ici du litchi à la place de la pêche traditionnelle. Ce petit fruit à la coquille blindée a un parfum délicat, légèrement floral, frais, sucré et délicieux, qu’on utilise rarement en cocktail mais c’est dommage! 
 
Vous pourrez trouver de la liqueur de litchi dans votre épicerie chinoise habituelle. Si vous n’avez pas d’épicerie à disposition, le Soho que l’on trouve en grande surface peut convenir, bien que ce ne soit pas tout à fait le même alcool.
 
 
Il vous faudra aussi des litchis en boîte, car on utilise le jus de la boite et pas seulement les fruits. Les litchis pelés en conserve sont disponibles dans les épiceries asiatiques et même dans de nombreux supermarchés, donc cela ne devrait pas poser trop de difficultés.  La vraie recette n’utilise pas ce jus, mais je trouve qu’il permet de donner plus de goût et de diminuer la proportion d’alcool dans le cocktail, car je reçois souvent des gens qui reprennent la route après le repas, donc j’aime proposer des boissons pas trop fortes. Pour un cocktail plus costaud, enlevez cet ingrédient si vous le voulez.
 
Je vous recommande d’utiliser un vin pétillant brut pour réaliser ce cocktail, sinon il finira par devenir trop doux et sucré. J’ai utilisé un vin pétillant brut d’Alsace, mais un Prosecco ou soyons fous, du champagne si vous avez le budget feront parfaitement l’affaire.
 
  
 
Cocktail Beijing bellini

Cocktail Beijing bellini

Ingrédients

  • 1 boîte de litchis
  • 25 cl de liqueur de litchi
  • 75 cl de champagne ou vin pétillant brut

Instructions

  1. Mélangez la liqueur de litchi avec 25 cl du jus de la boîte de litchi et le champagne.
  2. Servez dans des coupes à champagne en mettant un litchi dans le fond de chaque verre.
 
Source d’inspiration :

Mes idées de soirées a thème fun et faciles

Photo Michael Galloway @Flickr
 
Je ne sais pas vous, mais moi j’adore les soirées à thèmes en tous genre! Je n’ai plus l’occasion de me déguiser à tout bouts de champ (encore que…), mais j’aime qu’il y ait un fil conducteur dans les soirées que j’organise, quel que soit le nombre de personnes invitées! Si vous êtes comme moi, découvrez mon top des idées de soirées à thème fun et plutôt simples à organiser!
 
    
PhotoKevin Dooley@Flickr

Les thèmes de fêtes saisonnières

 
Ce sont les thèmes les plus évidents et pourtant, on n’en profite pas assez! Pourquoi ne pas organiser un Noël des amis, quelques jours avant ou après le vrai noël familial? Vous pourrez même organiser une distribution de cadeaux, en imposant un budget maximum, de deux ou cinq euros par exemple. J’aime beaucoup le principe du Secret Santa, où chacun tire au sort une victime à qui il fera un cadeau, mais où on ne dévoile pas sa victime avant le jour J. De la même manière, une soirée Halloween, Saint Patrick, ou encore Saint Valentin peuvent être de bons prétextes à faire la fête. Vous pouvez même piquer des idées dans d’autres pays : nouvel an chinois, Thanksgiving… Les occasions ne manquent pas!

Les thèmes de couleur

 
Choisissez une couleur et organisez tout autour de celle-ci : couleur des aliments, couleur de la déco ou de la vaisselle… Vous pouvez aussi demander aux invités de venir vêtus de la tête aux pieds dans la même couleur, ou juste d’avoir un accessoire de cette couleur. Toujours dans l’idée de la couleur, une soirée noir & blanc peut être très sympa, ou une soirée arc en ciel. Enfin, la couleur peut-être liée avec une fête d’actualité. Par exemple le vert au printemps ou le soir de la Saint Patrick, ou le rose le mois de la Saint-Valentin.
 
Photo Pawel Loj@Flickr

Le thème historique

 
Une soirée années 20 façon Gatsby le magnifique, préhistoire ou encore Marie-Antoinette, ce sont de super prétextes à se déguiser et à redécouvrir des plats ou cocktails de cuisine traditionnelle.

La soirée film ou livre

 
Je ne vous propose pas de faire une lecture une commune, mais certains films ou livres sont des thèmes tout trouvés pour une soirée. Pensez par exemple à Harry Potter, à Charlie et la chocolaterie, aux Tuche ou à Bienvenue chez les Ch’ti!

La soirée jeux

 
On invite tout le monde pour passer la soirée à jouer à un jeu de société. Le repas se grignote donc avec les doigts autour de la table, et chacun peut s’habiller s’il le veut dans le thème du jeu. On peut partir sur des jeux de plateaux ou de stratégie, comme les aventuriers du rail, ou dans des petits jeux type quiz conviviaux. L’essentiel est de s’adapter au public, et d’éviter les jeux trop pointus qui pourraient mettre mal à l’aise ceux qui ne s’y connaissent pas!

Le thème lettre

 
Chaque invité doit se débrouiller pour trouver un déguisement commençant par une lettre tirée au sort.
Par exemple avec le P : producteur, pompier, professeur, pingouin, Pinocchio… J’ai déjà participé à une soirée sur ce thème, et histoire d’avoir un déguisement de couple, nous avions incarné une Prostituée et son Proxénète… Je vous laisse imaginer le résultat!
 
Photo Maryland GovPics@Flickr

Auberge espagnole

 
Pas de déguisement ici mais plutôt un thème qui permet à chacun de participer. L’idée est simple : tout le monde apporte sa nourriture et sa boisson préférée. C’est une façon d’apprendre à connaître les gens et d’impliquer tout le monde dans les préparatifs! C’est aussi beaucoup moins de travail pour celui qui reçoit!
 

Soirée thème improbable

 
Ici je vous propose une méthode amusante pour inventer des thèmes de soirées presque illimités. Préparez deux boites que vous allez remplir de petits papiers. Dans la première, mettez des petits papiers sur lesquels vous écrirez des métiers ou types de personnages : clown, politicien, femme, extraterrestre… Dans la seconde, vous noterez sur chaque papier des adjectifs plutôt faciles à illustrer : dépressif, travesti, multicolore, rockeur, drogué, psychopathe…
Tyrolien gothique, mécano romantique ou cuisinier toxicomane… Laissez faire le hasard en tirant un mot dans chaque boite, et laissez chacun interpréter ce thème à sa façon. Fous rires garantis!
 
Photo daniMU@Flickr

Soirée dégustation de bières

 
Organisez une soirée à déguster diverses bières locales ou même, pourquoi pas, votre propre bière maison! Vous n’êtes pas branché bière? Une soirée vins fonctionne aussi parfaitement! J’associe en général,  cela à des dégustations de fromage cela va très bien ensemble. 
 
Photo gniliep@Flickr
 

Soirée appareil convivial

 
Organisez une soirée autour d’un appareil convivial que vous possédez ou vous ferez prêter : soirée raclette, soirée fondue, soirée crêpes party… De nouveaux appareils sortent tous les mois pour vous aider à réinventer les soirées  à thème et pour vous éviter de passer du temps en cuisine!
 
Photo Vasile Cotovanu@Flickr
 
Et vous aimez organiser ce genre de soirée? Vous avez d’autres idées à ajouter à cette liste? Parlez-moi de vos thèmes de prédilection !

Spécialité d’Indonésie : sambal kemiri

Voilà un moment que je n’étais pas partie en Asie côté cuisine! Enfin, pas si longtemps car nous sortons du nouvel an chinois, mais aujourd’hui, je vous propose une recette vraiment dépaysante, du moins je l’espère! Tout d’abord, cette recette utilise un ingrédient que nous ne connaissons pas par chez nous : la noix de kemiri. En avez-vous déjà entendu parler? Pour moi ce fut une (agréable) découverte.
 
La noix de kemiri ressemble, en apparence, aux noix de macadamia. On l’utilise surtout dans la cuisine malaise et indonésienne, broyée et mélangée avec d’autres épices, fraîches ou séchées, pour épaissir les sauces et ou pour préparer des pâtes de cari.
 
La noix de kemiri contient environ 50% d’huile. C’est pourquoi elle peut être enflammée et brûler comme une bougie, la flamme pouvant durer jusqu’à environ 45 minutes. C’est de là que leur vient leur nom en anglais, candlenut, ou « noix bougie ».
 
Les noix de kemiri sont légèrement toxiques lorsqu’elles sont crues, il est donc préférable de les cuire pour les consommer. De plus, comme leur teneur en huile est élevée, il vaut mieux les conserver au réfrigérateur ou au congélateur pour éviter qu’elles ne rancissent trop rapidement.
 
Si vous ne trouvez pas de noix de kemiri, elles pourront être remplacées dans cette recette par des noix de macadamia.
 
 
La cuisine indonésienne est très riche et influencée par la culture indienne, mais aussi chinoise, arabe et européenne. Elle est basée sur les nombreux produits locaux, et notamment les épices, dont l’Indonésie a été une des principales sources mondiales pendant des siècles. Le riz est l’aliment de base en Indonésie, et parmi leurs spécialités les plus connues, on trouve la sauce soja sucrée ou encore le sambal.
 
Le sambal est un condiment très populaire d’origine indonésienne et malaisienne réalisé à base de piments. Il peut être plus ou moins relevé, mais en général plutôt épicé. Il existe plus de 300 variétés de sambal dans l’archipel indonésien. Le sambal kemiri est donc une de ces variantes de sambal, qui intègre de la noix de kemiri. C’est donc cette pâte de piment que j’ai choisi de réaliser, pour l’utiliser ensuite dans des plats Indonésiens. La réalisation est vraiment facile, et on obtient une pâte très parfumée dont on peut doser l’intensité suivant le type de piment que l’on met. En France nous n’avons pas les mêmes variétés qu’en Indonésie, j’ai donc fait avec ceux que j’ai trouvés, et qui ne sont pas trop forts, donc adaptés à nos palais d’européens!
 
Voilà, j’ai fini mon petit exposé! Il ne vous reste plus qu’à vous régaler!
 
  
 
PS : Je vous proposera prochainement une recette à faire avec ce sambal, en attendant si vous aimez la cuisine indonésienne, essayez ce mie goreng végétarien!

Subzi kande ki Subzi

 
  • 4 piments rouges
  • 1 gros poivron rouge
  • 5 noix de kemiri
  • 4 gousses d’ail
  • 3 c. à s. d’huile de noix de coco
  • 5 cl de bouillon de légumes
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel
 
Préchauffez votre four à 240°C. Coupez les poivrons et piments en 2, enlevez la partie blanche interne, les pépins et la queue. Badigeonnez un peu d’huile d’olive dessus. Mettez les poivrons et les piments coupés en 2 au four. Enfournez pour 30 minutes. A partir de 20 minutes, surveillez bien pour retirer les poivrons e les piments dès qu’ils seront noirs et boursouflés. Laissez ensuite refroidir dans un plat couvert d’un film plastique ou d’un couvercle, et ensuite épluchez le tout.
 
Mixez le poivron et les piments, l’ail, le sel et les noix de kemiri dans un robot culinaire ou utilisez un pilon, jusqu’à obtenir une consistance lisse.
 
Faites chauffer l’huile de coco dans une poêle, ajoutez le mélange de piments et poivrons et faites revenir 5 à 10 minutes jusqu’à ce que l’ensemble soit bien parfumé. Ajoutez alors le bouillon. Remuez pour obtenir une constance homogène, et retirez du feu. Conservez dans un bocal au réfrigérateur.
 
 
Source d’inspiration : 
http://indonesiaeats.com/sambal-kemiri-soto-indonesian-candlenuts-sambal-soup

Mon panier repas avec Quitoque (+ 1 code promo pour vous!)

Aujourd’hui, je vous propose de (re)parler d’un service génial que j’ai eu la chance de pouvoir tester : il s’agit du service de livraison de paniers repas Quitoque.
 
Quitoque, c’est votre plein de courses livré à votre porte chaque semaine, avec précisément les ingrédients nécessaires pour la réalisation de 2 à 5 plats dans la semaine! Les recettes font la part belle aux produits de saison, sont faciles à réaliser, bien expliquées et adaptées à un rythme de semaine, c’est à dire pas trop longues à cuisiner.
 
J’avais eu la chance de tester Quitoque l’an dernier et j’avais adoré, et j’ai pu recommencer l’expérience : nouveaux produits, nouvelles recettes, et nouvelle régalade! J’ai choisi un colis végétarien pour 2 personnes, mais le concept se décline aussi façon « je mange de tout », ou encore « sans porc », « sans poisson », ou « sans viande », et, s’adapte au nombre de personnes dans votre famille. 
 
 
Au niveau des légumes, il y avait dans ce colis de la betterave, du poireau, du chou kale, des pleurotes, de la roquette, une pomme, des aromates (oignon, ail, gingembre, échalote, citronnelle…). Comme je l’avais constaté lors de mon premier essai, les fruits et légumes sont d’une qualité irréprochable : ils sont encore bien frais, très bien choisis,  sans tâche ou zones abîmées et mûrs comme il faut. Tout est de saison, ce qui est un très bon point pour moi!
 
 
En plus des légumes, j’ai découvert dans ce colis du fromage de chèvre bio, des ravioles de Royans, du tofu, des spaetzle, du riz à risotto, un pain aux figues, et côté condiments, de la sauce soja, indispensable pour l’exécution d’une des recettes! De ce côté aussi, tout est de très belle qualité, majoritairement bio ou haut de gamme. 
 
 
Au programme de ma semaine, m’attendaient 4 recettes alléchantes mais aussi tout à fait dans le ton du moment :
 
– Un risotto tout rose parfait pour la Saint Valentin
– Des ravioles aux saveurs asiatiques parfaites pour le nouvel an chinois
– Un cœur de Neuchâtel au four
– Des spaetzle aux cœurs d’artichaut et au chou kale
 
 
Nous avons commencé par les ravioles au poireau, pleurotes et tofu et ce fut un régal : ces ravioles étaient à la fois fines et goûteuses, et cela faisait un repas nourrissant sans être bourratif, comme on aime manger en semaine!
 
Ensuite nous avons réalisé le cœur de Neufchatel au four : j’adore le fromage, je pourrais en manger tous les jours, j’étais donc ravie! C’est une recette savoureuse qui se prépare très rapidement. Le top pour les dimanches soir un peu déprimants!
 
 
Les spaetzle aux cœurs d’artichaut ont mis mon homme à rude épreuve car il n’aime pas les artichauts! Mais finalement il a adoré ce plat fin et parfumé autant que moi!
 
Et enfin, le risotto aux betteraves : j’adore les risotto, et celui-ci m’a conquise avec sa jolie couleur et son goût terreux ! 
 
 
Les menus changent toutes les semaines. Ils sont consultables sur leur site internet si vous voulez vous mettre l’eau à la bouche.
 
Au final, ce fut une semaine ultra gourmande qui s’est écoulée avec Quitoque. J’ai adoré le principe de découvrir la surprise de ce qu’on va manger au dernier moment, mais aussi le fait qu’il n’y a absolument rien à prévoir : mêmes les épices sont fournies! En accompagnement de ces plats, vous pouvez choisir une option panier de fruits, bouteille de vin, petit-déjeuner, fromages régionaux ou encore des desserts. C’est ce que j’ai choisi et j’ai reçu de délicieuses crèmes dessert au citron et au caramel, de la compote, ainsi qu’une tablette de chocolat bio.
 
 
      
 

Envie de tester? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester ce super service, je vous propose un code promo pour vous permettre de la recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une belle réduction de 20€, valable lors de l’achat d’un premier panier Quitoque (à partir de 57€ d’achat), jusqu’au 31/03/2018. Pour cela, rendez-vous sur quitoque.fr et saisissez le code NOTPARIS20 lors de la validation de votre commande!

Spécialité d’Indonésie : Mie goreng végétarien

Pour le nouvel an chinois, je vous propose de réaliser une recette indonésienne… Cherchez l’erreur! Ce n’en est qu’une petite, car même si cette fête porte ce nom, elle est en réalité célébrée aussi dans d’autres pays où les communautés chinoises sont présentes et l’influence de la culture chinoise est importante, comme la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Viêt Nam. C’est aussi devenu un événement majeur dans les quartiers chinois de New York, de Londres et d’autres capitales mondiales. Bref, le Nouvel An chinois est un des événements les plus célébrés au monde, et pas qu’en Chine!
 
Les chinois ont très peu de jours de congés au sens où on l’entend chez nous, et pour eux les occasions de vacances sont plutôt liées aux jours fériés et aux ponts, par exemple pour le nouvel an chinois, il y a 7 jours de congés nationaux.
 
 
Les célébrations du nouvel an chinois commencent la veille du Nouvel An et durent généralement jusqu’au 15ème jour du Nouvel An, qui est le jour du Festival des Lanternes. Les festivités commencent avec le nettoyage de la maison pour balayer les mauvais esprits et faire de la place pour la bonne fortune, le bonheur, la richesse et la longévité. 
 
Le nouvel an chinois, aussi appelé Festival du Printemps, est une fête que j’apprécie beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les différentes cultures asiatiques, et j’ai eu la chance de voyager en Chine, pays qui m’a littéralement conquise, à tel point que j’ai même pris des cours de chinois, dont je n’ai pas retenu grand chose, je dois l’avouer!
 
Bref, je suis toujours contente d’approfondir ma connaissance de la culture asiatique, et ce, surtout quand ça passe par la cuisine, vous me voyez venir, grande gourmande que je suis!
 
Venons en à ce plat indonésien que je vous propose aujourd’hui! Le mie goreng (en indonésien, « nouilles frites »), aussi connu sous le nom de bami goreng, est un plat à base de nouilles frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des boulettes de viande, du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs. C’est un plat très répandu et très prisé que l’on retrouve dans quasiment tous les restaurants et les étals de l’archipel, de même que le nasi goreng.
 
Ce plat est dérivé du chow mein chinois, comme quoi, ça tient la route de le cuisiner au nouvel an chinois! Il a très probablement introduit par les nombreux immigrants chinois qui se sont établis tout au long de l’histoire dans l’archipel et la péninsule malaise.
 
J’ai toujours adoré les nouilles, et cette version indonésienne est l’un de mes plats préférés. Ce qui fait ce plat, c’est la sauce. Sa saveur principale vient du kecap manis, une sauce de soja super douce et collante, qui ressemble presque à de la mélasse. C’est super addictif. J’avais reçu cette sauce de la part de Rappelle-toi des mets suite à un concours que j’ai eu la chance de remporter sur son blog, et depuis je suis accro à cette sauce, j’en rachète très souvent!
 
La recette vous donnera 2 portions pas très grosses, si vous avez très faim n’hésitez pas à augmenter un peu la quantité de nouilles.
 
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour le nouvel an chinois, regardez cet article qui regroupe plein d’idées! Et si vous voulez en savoir plus sur la cuisine indonésienne, offrez-vous ce joli livre :
 
 

Mie goreng végétarien

 
Pour 2 personnes
 
  • 75 g de nouilles soba non cuites ou ramen
  • 1/2 oignon haché finement
  • 2 échalotes hachées
  • 60 g de haricots plats
  • 50 g de chou râpé
  • 35 g de haricots mungo
  • 1 carotte râpée
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 2 c. à s. d’huile d’arachide
  • 2 c. à s. de ketjap manis
  • 1 c. à c. de purée de piments sambal oelek ou de piment de cayenne
  • 1 œuf sur le plat
  • 1 c. à c. d’oignons frits
 
Préparer les nouilles selon les instructions de l’emballage; Égouttez et mettez de côté.
 
Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile et ajouter l’oignon, l’ail et le gingembre; Faire sauter jusqu’à ce que l’oignon est mou. Ajoutez les échalotes, les pois mange-tout, le chou et les haricots mungo et la crotte râpée, et cuire jusqu’à ce que tendre-croustillante.
 
Puis ajouter les nouilles, le kecap manis et le sambal.  Mélangez sur le feu Jusqu’à ce qu’il soit chaud (environ 5 minutes).
 
Faites cuire 2 oeufs au plate et déposez-les dessus, saupoudrez d’oignons frits.
 

Navets au saké

Lorsqu’on ne vit pas au Japon (comme moi) et qu’on essaye de cuisiner des recettes japonaises (comme moi aussi), les ingrédients peuvent être parfois un problème. Bien sûr, on trouve de la sauce soja partout, et des feuilles d’algue nori à peu près facilement au rayon cuisine du monde du supermarché, grâce à la popularité croissante de la nourriture asiatique en général et de la cuisine japonaise en particulier.
  
Mais quand on part vers le mirin ou le saké, ça se complique déjà un peu! Et là où ça devient vraiment le parcours du combattant, c’est quand il faut trouver des produits frais de là-bas! Il existe par exemple au Japon un légume racine nommé le gobo, que l’on traduit chez nous par grande bardane. Je n’en ai jamais vu dans un seul magasin, et pourtant nous avons un grand choix d’épiceries asiatiques! Je ne crois pas non plus en avoir vu à Paris dans le quartier chinois, mais j’y vais moins souvent donc je ne suis pas sûre, il faudra que je vérifie.
En attendant, j’avoue que je me jette sur les recettes japonaises ou japonisantes quand celles-ci ne demandent que de simples ingrédients que l’on trouve partout! C’est le cas ici puisque cette recette est à base de navets, que l’on trouve facilement et dont je ne sais jamais quoi faire en prime!
Dans cette recette, on accentue la douceur naturelle du navet avec une touche de sucre. Le seul ingrédient un peu compliqué à trouver sera peut être pour certains le saké. Si besoin vous pouvez le remplacer par un alcool blanc ou alcool de fruit dilué dans de l’eau pour en diminuer le degré alcoolique, du vinaigre de riz, ou encore un vin blanc sucré. Il faut savoir que le saké n’apporte qu’une saveur subtile et légèrement sucrée, vous pouvez donc sûrement le supprimer totalement, surtout dans une recette où il en faut aussi peu!

Ces navets sont franchement une super découverte! Moi qui n’ai pas d’attrait particulier pour ce légume, je m’en suis régalée!

P.S. : Pour un repas japonisant et léger, vous pouvez également tester cet avocat caramélisé, une super découverte pour moi!

Navets au saké

  • 2 navets épluchés et coupés en dés
  • 1 c. à s. de saké
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 gousse d’ail
  • 1 pincée de sucre
  • 1 c. à c. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de coriandre fraîche
Mélangez le saké, la sauce soja, l’ail écrasé, le sucre.  Saisissez le navet dans l’huile à feu vif 5 minutes. Ajoutez le mélange à la sauce soja, prolongez la cuisson de 5 minutes. Ajoutez la coriandre et servez.

Spécialité taïwanaise : Lu rou fan

Aujourd’hui je vous propose une découverte taïwanaise en provenance du super blog Marlyzen! J’adore ce blog qui regorge de recettes toutes plus dépaysantes les unes que les autres! Pour moi qui aime les découvertes, c’est un festival d’idées plus appétissantes les unes que les autres!

Avec le nouvel an chinois qui approche, voilà donc de quoi vous régaler! Accompagné de riz blanc et d’un œuf dur, le Lu Rou Fan est un vrai délice. C’est l’un des plats taïwanais les plus appréciés et personnellement je l’aime encore plus qu’un gros plat de nouilles sautées, c’est pour dire!

 

Ce plat est un peu ce que l’on pourrait appeler de la « cuisine du pauvre », comme beaucoup de plats traditionnels. Dans le temps, manger de la viande était considéré comme un luxe, et les chinois avaient trouvé ce type de plat  pour permettre de nourrir une famille entière dans les rares moments où ils disposaient d’un petit morceau de porc. La viande est coupée en tout petits morceaux, ou même hachée comme ici, et on la laisse mijoter pendant une longue période pour créer une sauce savoureuse, pleine de saveurs. Accompagné de riz, cela donne un plat réconfortant et nourrissant dont toute la famille peut profiter.

Avant de commencer, voici quelques petits conseils de cuisson : vous pouvez laisser mijoter la viande plus longtemps si vous le souhaitez. C’est le plat idéal à faire la veille et à réchauffer le jour J également, car il ne peut pas « trop » cuire. Utilisez une chaleur douce, la sauce doit tout juste frémir, de manière à laisser la sauce épaissir un peu, mais sans qu’elle s’évapore trop.

P.S. : Si vous cherchez des idées pour organiser un super nouvel an chinois, jetez un oeil à cet article!

Lu rou fan

Pour 4 personnes

  • 500 g de porc haché
  • 3 échalotes
  • 1 gousse d’ail hachée
  • 1.5 c. à c. de sucre
  • 1/2 c. à c. de cinq épices en poudre
  • 1 c. à s. de cognac
  • 50 cl d’eau
  • 6 c. à s. de sauce soja
  • 2 c. à s. de miel
  • 4 œufs à température ambiante
  • 1 c. à s. de ciboulette
  • 2 c. à s. d’huile neutre
  • 250 g de riz

Préparez les œufs durs. Faites bouillir une casserole d’eau et plongez-y délicatement les œufs  pendant 10 minutes. Passez-les sous l’eau froide avant de les écaler.

Épluchez et émincez finement les échalotes. Épongez-les.

Dans une sauteuse, faites chauffer l’huile neutre et ajoutez les échalotes. Faites les frire 5 minutes jusqu’à ce qu’elles deviennent brunes. Transférez-les sur une feuille de papier absorbant et réservez.

Ajoutez l’ail dans la poêle chaude et poursuivez la cuisson 1 minute à feu moyen.

Ajoutez le porc, détachez les petits morceaux pour cuire le tout de façon homogène. Ajoutez le sucre, les 5 épices en poudre et remettez les échalotes frites. Mélangez et poursuivez la cuisson une minute.

Versez le cognac, augmentez le feu pendant 30 secondes. Remuez.

Ajoutez l’eau, la sauce soja et le miel. Mélangez, couvrez et laissez mijoter à feu doux pendant 1h 30 .

Au bout d’ 1 h 30 de cuisson du porc, ajoutez les œufs durs entiers dans la sauteuse.
Augmentez le feu jusqu’à ébullition, puis éteignez-le et laissez reposer à découvert pendant 15 min.

Au moment de servir, coupez les œufs en 2 ou en 4.
Déposez le porc sur le riz, arrosez de jus de cuisson. Ajoutez un morceau d’œuf et décorez avec la ciboulette.

 


Source d’inspiration :
http://www.marlyzen.com/2016/01/porc-la-taiwanaise-lu-rou-fan.html

Lillois(e) or not Lillois(e)? Les 100 choses qu’il faut avoir testées à Lille

35297701_8ed76902a8_b 
Photo par FoeNyx @Flickr
Y’a pas à dire, je suis (entre autres) une grand amatrice de listes. Quand je vois des livres comme  les 1001 saveurs qu’il faut avoir goûtées dans sa vie, la liste de mes  envies, ou encore la liste des 10 voyages culinaires à faire dans sa vie, je fonds littéralement.
Et quand j’ai découvert cette liste de 100 choses à avoir faites pour être un(e) vrai(e) parisien(ne) sur le site du figaro, je n’ai pas pu m’empêcher de la décliner…. version Lilloise!
J’ai passé pas mal de temps à trouver toutes ces idées et je dois avouer que je n’ai pas accompli l’intégralité de la liste moi-même, mais j’y travaille ardemment ! Pour les lillois, pensez-vous que j’aie oublié une institution lilloise?

Quand la faim justifie les moyens

1. Avoir dîné à la Laiterie
2. Avoir dîné à l’écume des mers, et croiser les grands patrons Lillois
3. Avoir acheté une glace en cornet chez Kokoa
4. S’être délecté du merveilleux de chez Fred, rue de la monnaie.
5. S’être fait plaisir en remplissant son panier à l’abbaye des saveurs dans le Veux Lille
6. Avoir craqué pour les macarons de Pierre Harmand, rue Gambetta
7. Avoir dégusté une assiette de fromages chez les frères Delassic
8. S’être ruiné un dimanche matin au marché de la place du concert
9. Avoir dépensé 45 euros à deux pour 12 huitres Gillardeau à l’huitrière
10. Avoir acheté son thé préféré chez Mariage Frères
11. Avoir pris un café place Rihour
12. S’être assis dans les chaises Ghost de Stark au Crowne plaza pour un brunch dominical

13. Avoir mangé une gaufre dans les salons classés de chez Meert

Quand notre cœur fait « boum »

14. S’être embrassé quai du Vault
15. Avoir commandé un cocktail au Windsor aux couleurs des yeux de son invitée
16. Avoir loué une chambre d’amour au couvent des minimes
17. Se donner rendez-vous pour une promenade au jardin des géants
18. Avoir visité Lille en 2 CV
19. S’être donné rendez-vous au moins une fois sur le parvis de Notre-Dame de la Treille, place aux oignons ou sur les marches de l’Opéra de Lille
20. Avoir pris un poulet au maroilles en amoureux à l’estaminet Chez la Vieille

 

 

232828448_33b5c0aa26_o

Photo par gamy @Flickr

Quand on n’a pas encore fait le tour

21. S’être promené dans le vieux Lille à la recherche de la maison natale de Charles de Gaulle
22. Avoir foulé les pavés lillois et cassé son talon (pour les femmes)
23. Avoir fait son jogging dans la citadelle
24. Être allé jusqu’à Roubaix visiter la Condition Publique et la Piscine
25. S’être inscrit à l’une des randos en rollers dans Lille
26. Avoir flâné dans la ville et mangé des moules lors de la Braderie de Lille
27. Avoir pris un abonnement VLille
28. Avoir parcouru le parc du Musée d’Art Moderne
29. Être allé faire un tour de grand roue sur la grand place avant Noël
30. Avoir mangé une entrecôte au Barbier Lillois
31. S’être perdu à la recherche des anciens canaux lillois enfouis
32. Avoir arpenté la rue de la Monnaie sans dépenser un centime
33. Avoir traversé la rue de Gand de long en large à la recherche d’un restaurant avec une place libre un samedi soir
34. Avoir confondu gare Lille Flandres et Lille Europe et avoir raté son train
35. Avoir assisté à un défilé du 14 Juillet boulevard de la Liberté
36. Être allé voir la tombe de Rameau
37. Avoir achevé la lecture d’un roman sur l’une des grilles rouges du parc Jean-Baptiste Lebas
38. S’être cru à New York en dégustant un burger accompagné d’une bellerose, au Bellerose
39. S’être assis autour d’une table au bistrot de Pierrot.
40. Avoir mangé un couscous à la Mamounia
41. Avoir pique-niqué au parc Vauban
42. Avoir mangé libanais au Jazzique pour se croire à Beyrouth
43. Avoir déjeuné d’un bento au Kyoto
44. Avoir trinqué avec les vignerons lors du salon des vignerons indépendants au grand Palais
45. S’être promené entre zèbres et rhinocéros blancs au zoo de Lille
46. Avoir essayé les frites de la brasserie André, lieu classique par excellence
47. Avoir bu un vin chaud au marché de Noël place Rihour

4948768282_725f2ea595_b
Photo par AndyRobertsPhotos @Flickr

Quand vient la nuit

48. Avoir pris son billet pour une nuit du court métrage à l’Univers
49. Avoir pesté contre les taxis, qui refusent de vous emmener car vous n’allez pas assez loin
50. Être allé(e) danser au Bal rock’n Lille, place de la République
51. Avoir vu les étudiants en médecine se baigner dans la fontaine de la grand place
52. Avoir pris l’apéro devant la Deûle, à la guinguette de la marine
53. Avoir ondulé au son d’un DJ’s set au Name’s
54. Avoir bondi sur le dernier Kebab ouvert rue Massena
55. Avoir mangé un Welsch à deux heures du matin à la chicorée

 

Quand les lendemains sont difficiles

56. Avoir bu une bière à onze heures du matin en face de l’église au marché de Wazemmes
57. Avoir fait une pause au Ch’ti Long pour se remettre du nouvel an chinois
58. Avoir pris un thé chez Léontine, rue Solférino
59. Être rentré à pied au petit matin, faute de bus et de métro
60. Avoir mangé un fallafel un dimanche chez Aspendos à Wazemmes
61. Avoir fait la fête toute la nuit à Solferino et s’arrêter pour un poulet rôti aux aurores, sur le marché place Sébastopol
62. Avoir pris un brunch au Basilic Café
63. Avoir fait la fête de la soupe à Wazemmes

Quand l’art a la manière

64. Écouter du son rock à la Capsule, au Carré des Halles ou à l’Atomic
65. Avoir lézardé au soleil sur la terrasse de la gare saint sauveur, après une exposition
66. Être allé à la braderie de l’art à Roubaix
67. Avoir vu un opéra à l’Opéra de Lille
68. Être allé au musée des beaux arts, ne serait-ce que pour comparer les jeunes et les vieilles de Goya et s’attarder devant la descente de la croix de Rubens
69. Avoir vu les jeunes talents de l’humour jouer au spotlight le mardi soir
70. Avoir emmené sa progéniture ou sa compagne à la Barraca Zem
71. Avoir flâné dans les rayons du bateau livre, de BD fugues ou du furet du nord, le géant Lillois
72. Avoir visité toutes les maisons folie lilloises
73. Être entré dans les ateliers de La Sécu à Fives
74. Avoir assisté à un concert dans la cave du Biplan
75. Être monté dans le beffroi pendant les journées du patrimoine
76. Avoir visité l’Hospice Comtesse
77. Être descendu au métro Porte de Valenciennes pour voir la Main de César
78. Avoir vu jouer l’Orchestre National de Lille avec Casadesus au Nouveau Siècle
79. Avoir grignoté au restaurant éphémère du Tri Postal après une expo


Quand rien ne va plus

80. S’être battu pour une place sur la terrasse des compagnons de la grappe
81. Avoir parié, un soir d’hiver, sur une course à l’hippodrome de Marcq
82. Avoir pris du temps pour soi au hammam Kechmara
83. Avoir enchéri (mais pas trop) aux enchères Mercier
84. Avoir acheté des vinyles chez Notes en Bulles rue Solférino
85. Servir soi-même sa bière au fût et à mesure
86. Avoir refait sa garde robe aux maisons de mode
87. Être ressorti du petit souk avec plein d’objets inutiles
88. Avoir eu envie d’acheter un chiot, ou un lapin, ou un oiseau, là tout de suite, un dimanche au marché aux animaux rue Littré
89. Avoir assisté à une chorale gospel à l’église Notre Dame de la Treille

Quand les curiosités l’emportent

90. Avoir dévoré l’onglet de bœuf coupé devant vous au Fossil
91. Avoir testé les frites de la friterie Sensas
92. Avoir dépensé 3 € pour un saucisson avec Lille aux Saucissons
93. Avoir parcouru les Halles de Wazemmes, à la recherche de nouvelles saveurs
94. Être tombé sur un chauffeur de taxi sympathique
95. Avoir pris un verre à l’étage de l’illustration
96. Avoir pris un cours de tango place de la vieille bourse les dimanches d’été
97. Avoir assisté à un concert à la péniche
98. Poser pour une photo devant les tulipes de Shagri-La de Yayoï Kusama, devant Euralille
99. N’avoir juré que par la tête de veau du pot beaujolais
100. Avoir passé un mois d’août à Lille