Archives par mot-clé : bocal

Curry japonais

Le 11 février est une date importante au japon, puisque c’est  l’anniversaire de la fondation de l’État, nommé Kenkoku kinen no hi. Cette fête, dont l’origine remonte aux débuts de l’histoire du Japon, commémore la fondation de la nation et de la lignée impériale par le premier empereur connu, Jinmu. En réalité, les historiens ignorent toujours pourquoi cette fondation a été fixée à cette date… Mais ça fait une occasion de faire la fête, on ne va pas se plaindre !

Cette journée officiellement instituée en 1872 puis supprimée après la Seconde Guerre mondiale finit par être réintroduite dans le calendrier officiel en 1966, étant toujours fêtée en cachette par les Japonais!
Mon amour du Japon a commencé très tôt avec Creamy, puis Sailor Moon et autres dessins animés un peu honteux hautement éducatifs diffusés par le Club Dorothée. Voilà, si vous ne saviez pas exactement quel était mon âge désormais vous savez au moins que je suis née dans les années 80!

Aujourd’hui ma connaissance de ce pays a bien évolué et il ne me fascine plus seulement pour ses mangas mais aussi pour sa culture, ses traditions, sa gastronomie…

J’ai pour projet depuis un bon moment de visiter ce pays mais chut, c’est un secret, je vous en dirai plus le jour où cela se concrétisera!

 epices-curry-japonais-2

En attendant, je suis toujours friande de découvertes culinaires japonaises, surtout quand on s’éloigne des sushis, que j’aime beaucoup manger mais pas trop réaliser : je ne trouve pas cela difficile, mais je suis souvent frustrée par la qualité médiocre des poissons que j’arrive à trouver près de chez moi, et par le manque de choix d’ingrédients typiquement japonais! J’apprécierai bien plus de les manger directement là-bas!

Quand j’ai découvert qu’il existait un curry japonais, utilisant des épices à curry différentes du curry classique, j’ai voulu absolument m’en fournir! N’en trouvant pas, j’ai fini par me documenter et faire mon mélange à curry japonais moi-même! Au final, c’est bien moins cher puisqu’on a en général au moins 80% des épices déjà dans nos placards, et c’est un véritable régal! Maintenant si vous vous demandez quel plat vous pourriez bien cuisiner avec ces épices, le voici : ce curry japonais au bœuf est un régal!

via GIPHY

epices-curry-japonais

 

 Curry japonais

Type : végétarien, sans gluten, vegan

  • 3 c. à s. de curcuma
  • 2,5 c. à s. de coriandre
  • 1,5 c. à s. de cumin
  • 1 c. à s. de cardamome
  • 1/4 c. à s. de poivre noir
  • 1 pincée de piment de Cayenne
  • 1/2 c. à s. de clous de girofle
  • 1/4 c. à s. de fenouil
  • 1 pincée de cannelle
  • 1 pincée de sauge
  • 1 pincée de café en poudre
Faîtes revenir 2 à 3 minutes les épices dans une poêle à feu moyen sans matière grasse. Elles doivent exprimer leurs arômes mais pas brûler.
Laissez refroidir, et stockez dans un bocal à l’avri de la lumière un mois avant de vous en servir.
epices-curry-japonais-3
Source d’inspiration :

http://www.justhungry.com/formula-making-japanese-curry-powder

Sucre vanillé maison

Sous le sapin cette année, j’ai eu la joie de trouver des gousses de vanille venant tout droit de La Réunion… Je me suis empressée d’utiliser en cuisine ces gousses charnues et super odorantes! Mon premier essai, un cheesecake tout vanille, m’a immédiatement conquise! J’ai voulu ensuite réaliser une recette qui me permettrait de profiter de la saveur intense de cette vanille le plus longtemps possible… C’est là que j’ai pensé à réaliser moi-même mon sucre vanillé! C’est quelque chose de très simple à faire, de rapide, surtout avec cette vanille à l’arôme si fort! En prime, c’est incroyablement économique !

sucre-vanille-2

Avez-vous déjà fait le calcul du prix du sucre vanillé acheté en sachets?
L’ardoise moyenne approche des 70 € le kilo… Sans compter que niveau composition c’est loin d’être parfaitement rose : de l’amidon parfois (pas dangereux mais pas intéressant nutritionnellement), de l’arôme vanille pour remplacer la vraie vanille sur les sachets les moins chers…Sans compter que la vanille utilisée est souvent de la gousse épuisée, donc qui a déjà servi pour une autre utilisation, pas de quoi justifier le tarif élevé de ce produit indispensable en cuisine!

sucre-vanille-4

Attention, la qualité de la gousse de vanille va jouer un rôle essentiel dans cette recette : la gousse de vanille bleue que j’ai reçue a été mise entière dans le sucre sans même avoir à la fendre, et elle a parfumé 1 kg de sucre en 15 jours chrono! Le parfum est délicieux et tenace, et la gousse reste humide et utilisable pour une autre recette! Si vous utilisez une vanille « standard », il vous faudra la fendre et certainement attendre un peu plus longtemps avant d’obtenir du sucre aussi parfumé… Les gousses vendues en supermarchés sont très souvent sèches et d’assez piètre qualité.
SI vous voulez utiliser la même vanille que moi, que je recommande à 200%, c’est par ici que ça se passe!

sucre-vanille-5

Au niveau du sucre, vous pouvez utiliser n’importe quelle variété, mais le sucre roux (cassonade) se prête parfaitement bien à l’absorption de la vanille!

sucre-vanille-3

Au bout des 15 jours, j’ai enlevé ma gousse pour l’utiliser pour une autre recette, mais vous pouvez aussi la laisser dans le pot, et remettre du sucre roux nature à chaque fois que vous piochez dans le sucre vanillé, ainsi votre réserve se renouvellera très longtemps!

Sucre vanillé maison

Pour 1kg de sucre

Type : végétarien, sans gluten, vegan

  • 1 gousse de vanille bleue
  • 1 kg de sucre roux

Mettez la gousse dans un bocal. Couvrez-la intégralement avec le sucre, fermez le bocal et et attendez 15 jours.

sucre-vanille

Source d’inspiration :
http://escale-bleue.fr/2015/02/12/comment-utiliser-la-vanille-bleue/

logo-EB4

Cheesecake tout vanille en bocal

Je vous avais fait découvrir il y a quelques temps mon top 10 des desserts. Il ne s’agit pas de mes meilleures recettes, mais simplement des desserts que j’adore dans l’absolu! Parmi eux figure en bonne place le cheesecake… Je l’adore pour son côté frais, crémeux et gourmand à la fois!

Mais le bonheur du cheesecake réside aussi dans sa simplicité ! Il est composé de peu d’ingrédients au final, et si ces ingrédients sont bons, ça vire vite à l’apothéose !

cheesecake-vanille-bleue-2

Lors des fêtes de Noël, j’ai eu la chance de recevoir un très chouette envoi en provenance des îles, de la vanille bleue.
Le joli nom de cette vanille ne vient pas de sa couleur mais simplement du fait qu’à la Réunion (d’où provient cette vanille) on utilisait dans le temps ce terme pour décrire une vanille belle et en bonne santé…
J’avais déjà entendu parler de cette vanille, mais il faut vraiment la voir en vrai pour réaliser la différence avec la vanille que l’on connait habituellement : elle est humide, charnue, très grosse… La vanille classique fait office d’anorexique fripée à côté!
Et quel parfum! Je crois que je pourrais juste ranger une gousse dans mon sac à main et fourrer la tête dedans à tout moment de la journée pour prendre une bouffée tellement elle sent bon!

Alors forcément, ce cheesecake peut vous sembler très simple, il l’est au niveau de la réalisation d’ailleurs… Mais au goût, c’est une véritable explosion de vanille!
Vraiment, ce cheesecake est le plus simple que j’aie jamais réalisé mais c’est sûrement mon préféré!

cheesecake-vanille-bleue-3

Si vous pouvez vous procurer de la vanille bleue surtout n’hésitez pas, la mienne vient de la marque Escale Bleue et vous pouvez vous jeter dessus sans souci!

logo-EB4

Vous pouvez commander via ce formulaire, vous ne le regretterez pas!

Si vous remplacez par de la vanille classique, je pense que vous pouvez mettre une gousse complète, ou ajouter quelques gouttes de concentré de vanille pour compenser le goût moins prononcé!

J’ai réalisé 2 gros bocaux XXL avec ces quantités, mais cela pourrait parfaitement convenir pour 4 portions plus standard! À vous de voir si vous êtes plus du genre moineau ou ours affamé…

cheesecake-vanille-bleue-4

Cheesecake tout vanille en bocal

Pour 2 gros bocaux ou 4 normaux

  • 200 g de crème fleurette entière
  • 225 g de cream cheese à température ambiante
  • 80 g de sucre roux
  • 1/2 gousse de vanille bleue
  • 150 g de biscuits type sablés bretons émiettés
  • 2 c. à c. de sirop de vanille

Dans le bol d’un batteur électrique muni du fouet, fouetter la crème fleurette jusqu’à formation d’une chantilly; réserver. Dans un autre bol propre d’un mélangeur électrique équipé de la connexion de palette, battre le creamcheese, le sucre roux et les graines de la vanille bleue ouverte et grattée jusqu’à consistance lisse, en raclant les parois du bol et les batteurs au besoin.

Incorporer 1/3 de la crème fouettée pour l’alléger; puis ajouter le reste de la crème fouettée, doucement plier jusqu’à ce que le remplissage est léger et bocaux fluffy.

Verser la garniture dans chaque verre, la superposition avec les miettes de biscuits graham.Serve réfrigérés.

cheesecake-vanille-bleue

 

Source d’inspiration :

{No Bake} Vanilla Bean Cheesecake Blueberry Pie

Confit d’oignons rouges

Les fêtes approchent lentement… Dès le mois d’octobre, on voit fleurir les catalogues de jouets pour enfants dans les boîtes aux lettres mais côté cuisine, il est rare de se pencher sérieusement sur son menu de fêtes avant le mois de décembre… Si comme moi vous savez avant même d’avoir prévu votre menu que quoi qu’il arrive il contiendra du foie gras (une institution de Noël dans ma famille et dans beaucoup d’autres), alors pourquoi ne pas profiter du calme avant la tempête pour préparer à votre rythme de petits pots de confit d’oignon rouge, bien meilleur que celui du commerce, très simple et très peu cher à réaliser!

Vous pourrez le mettre en accompagnement de votre foie gras lors des fêtes de fin d’année, ou même l’offrir à vos proches dans des paniers garnis!

confit-oignon-rouge

P.S. : Si vous commencez à passer en mode « psychopathe des fêtes de Noël », découvrez ici ma sélection de livres pour préparer les fêtes!

Confit d’oignons rouges

Pour un bocal

  • 2 oignons rouges
  • 20 cl de vin rosé
  • 1 noix de beurre
  • 1 c. à c. bombée de sucre en poudre
  • 1 pincée de 4 épices
Émincez l’oignon. Faîtes le revenir rapidement dans du beurre, et dès qu’il commence à dorer, ajoutez le vin blanc et la cuiller de sucre. Laissez cuire à feu doux jusqu’à ce que tout le vin soit évaporé. A ce moment, les oignons doivent être bien mous, quasiment compotés, sinon remettez de l’eau et prolongez la cuisson jusqu’à ce que tout soit évaporé à nouveau. Salez, poivrez, épicez légèrement au quatre épices.
confit-oignon-rouge-2

Confiture de carottes et grenade

confiture-grenade3
Une de mes principales hantises en cuisine est le gaspillage alimentaire. Ça peut sembler cliché de dire ça, mais je ne supporte pas de devoir jeter de la nourriture parce qu’elle est abîmée ou périmée avant de l’avoir mangée. Ça me fait vraiment mal au cœur de penser que certains n’ont rien à manger ( ou pour la viande, que des animaux sont morts pour nous nourrir) et qu’on jette ces aliments sans vergogne. Du coup, je fais une chasse quotidienne aux produits qui s’abîment, et je suis passée pro dans les préparations « récup » qui permettent de finir les fonds de frigo ou de récupérer des fruits plus très jolis. Tartines reblochon/poire sur un vieux bout de pain rabougri, compotée express de fruits défraîchis, soupe de fanes de radis et épluchures variées… Tout y passe, parfois pour les meilleures surprises, parfois pour une bonne coulante de moins bonnes! La recette que je vous propose aujourd’hui est née d’un de ces moments de récup’ qui a bien fini : cette confiture est un vrai régal, la carotte est méconnaissable ( si ce n’est qu’on voit les fils de carotte râpée dans la gelée…) et le mélange avec la grenade est très frais. Un goût surprenant qu’on n’associerait pas du tout à un légume… A tester si vous voulez surprendre pour votre prochain brunch ou petit déjeuner en famille!
confiture-grenade

Confiture de carottes et grenade

  • 200 g de grenade (soit 2 petites grenades)
  • 400 g de carottes  (soit environ 5 carottes)
  • 1 orange
  • 2 c à s de jus de citron
  • 300 g de sucre à confiture
  • 20 cl d’eau
confiture-grenade2
Épluchez et râpez vos carottes. Récupérez les pépins de grenade. Épluchez l’orange, séparez les quartiers puis recoupez-les en trois. Déposez l’ensemble dans une casserole. Ajoutez le sucre, l’eau, et le jus de citron.

Couvrez et mettez à cuire pour 40 minutes à feu moyen, en remuants une fois de temps en temps.

Versez dans des bocaux à confiture stérilisés, refermez et retournez immédiatement le bocal. Attendez qu’elle soit bien froide pour tartiner sur vos brioches, tartines, crêpes…
confiture-grenade4

L’adresse // Lille

Les adresses de burger continuent de faire des petits à Lille : parmi les adresses récentes, l’adresse porte bien son nom car c’en est une très bonne.

Mais où se situe l’Adresse? Elle est au début du vieux Lille, dans la rue des Bouchers, une rue pleine de belles adresses comme l’Atelier Gourmand, un de mes restaurants préférés à Lille ou encore le nouveau restaurant de Florent Ladeyn, le Bloemspot.

Tout d’abord quand on arrive à l’Adresse, on découvre un très joli lieu, à la décoration grise très contemporaine et très Vieux-Lille.

L’accueil est agréable, l’ambiance chaleureuse mais pas bruyante, le lieu est bien chauffé ce qui a son importance pour les gens comme moi qui ont toujours trop froid – pas besoin d’emmener votre plaid et vos chaussettes en laine.

IMG_20140328_210249

La carte du soir est relativement simple : des burgers, un seul accompagnement (pommes de terre sautées à l’ail), quelques desserts, et c’est tout.
Le midi il semble qu’il y ait des repas plus complets avec des entrées mais elles ne nous ont pas été proposées et en général quand on mange des burgers ils se suffisent à eux-mêmes, donc nous n’avons pas essayé d’en savoir plus.

IMG_20140328_210259

J’ai commandé un 3 vallées (veau, chorizo, tomme de Savoie, raclette et fourme d’Ambert) et mon homme une tour infernale (double bœuf, poitrine fumée, saint nectaire, oignons rouge et sauce barbecue maison).
La tour infernale,  modèle le plus copieux de la carte, s’est avéré réellement copieux. Les goûts étaient classiques, dans le bon sens du terme, et avaient la touche fraîche qu’on goûte rarement dans des burgers : cornichons bien croquants, légumes visiblement frais… Tout semble tout juste préparé et de très bonne qualité.
La qualité des ingrédients prime aussi avec le 3 vallées : le mélange des fromages avec la pomme est tout bonnement excellent et assez subtil pour ne pas être écœurant. Accompagnés de leurs pommes de terre en bocal (auxquelles on ne peut rien reprocher si ce n’est qu’on les souhaiterait plus nombreuses), ces burgers se positionnent dans le haut du panier du burger lillois, avec un côté plus travaillé et des mélanges de produits frais qui le différencient bien des autres.

IMG_20140328_212809

Coté dessert, la carte est plus chiche et montre bien que ce n’est pas ici la vocation du lieu : beaucoup de glaces ou desserts au fruit, peu de vrais gâteaux.
Nous tentons le burger sucré, qui sans être très compliqué a un goût très sympa. Preuve que quand on n’a pas de bon pâtissier, il vaut mieux éviter les desserts alambiqués ratés ou le surgelé, et se concentrer sur une ou deux recettes simples… Cela nous a bien plu et clôturait agréablement le repas.
Malgré un prix du burger plutôt élevé l’addition a été douce car le reste (boissons, desserts) n’est pas excessif.

IMG_20140328_212858

Aucun doute que l’Adresse, on la notera et je la placerai même en très bonne position du prochain podium des burgers lillois!

IMG_20140328_222850

L’adresse 34 bis rue des bouchers, lille // 03 59 89 66 33

Mini bundt cake salé au poivron et poulet sauce sriracha

C’est l’heure de réaliser une recette ultra fashion! Pourquoi fashion? D’abord parce que c’est une recette de bundt cake, ces gâteaux rétro dont tout le monde raffole en ce moment. Ensuite parce que c’est un dessert en version salée, ce qui est so 2014 aussi. Et enfin, parce que j’accompagne ce gâteau fashion de la plus fashion des sauces, j’ai nommé la sauce Sriracha. Personnellement, je n’avais jamais testé cette sauce favorite des américains. Là-bas, elle plait tellement que les américains la déclinent à toutes les sauces (c’est le cas de le dire) en parfum de chips, mais aussi en sucettes, ou encore en baume pour les lèvres… C’est une sauce pimentée thaïlandaise, mais son goût est finalement assez neutre et je pense qu’elle peut bien convenir pour tous types de plats. Par « neutre » comprenez qu’elle ne fait pas spécialement « asiatique », par contre son piquant est loin d’être neutre car cette sauce arrache plutôt pas mal!
Au final, mon bundt cake est super facile à faire, très très bon et la sauce Sriracha est plutôt abordable aussi. Ne vous inquiétez pas du nombre d’étapes, elles n’ont rien de compliqué et il y a beaucoup d’étapes de cuisson qu’il ne faut pas forcément surveiller donc au final on ne passe pas trop de temps en cuisine! La recette vous permet de faire un gros bocal de sauce, elle se garde ensuite parfaitement au frigo et peut servir pour toutes sortes d’utilisations culinaires.
sauce-sriracha-maison-2

Sauce Sriracha maison

  • 85 g de gousses d’ail pelées
  • 225 g de piments jalapenos rouges équeutés et coupés en fines rondelles
  • 265 ml de vinaigre de riz
  • 35 ml de sirop d’agave
  • 1 cuiller à soupe de gros sel
  • 1 cuiller à café de fécule
  • 1 cuiller à soupe de nuoc-mâm

Mettez l’ail dans une petite casserole et couvrez d’eau froide. Portez à ébullition puis égouttez immédiatement. Faites refroidir l’ail en le baignant d’eau froide.

Émincez l’ail blanchi et mettez-le dans une casserole avec les piments et le vinaigre. Portez à ébullition, laissez cuire 3 minutes puis retirez du feu.

Ajoutez le sirop d’agave et le sel et mélangez. Laissez refroidir la préparation pendant une heure sans remuer.

sauce-sriracha-maison-3

Mixez la préparation jusqu’à ce qu’elle soit homogène (ce n’est pas grave s’il reste des graines).

Remettez la sauce sur le feu, portez à ébullition puis baissez le feu et laissez mijoter 10 à 15 minutes jusqu’à ce que la sauce réduise légèrement et prenne de la consistance.

Dans un petit bol, mélangez la fécule avec une cuiller à soupe d’eau tiède. Incorporez-la au fouet dans la sauce frémissante et poursuivez la cuisson pendant 2 minutes, ou un peu plus pour que la sauce ait bien épaissi.

Retirez la sauce du feu, laissez refroidir légèrement et incorporez le nuoc-mâm.

Mettez alors en bocal la sauce encore bien brûlante, retournez le bocal et laissez refroidir avant de garder au frigo.

sauce-sriracha-maison

Source :
http://blogs.lexpress.fr/styles/la-soif-du-miam/2011/06/15/la-sauce-sriracha-version-maison/

Bundt cake salé aux poivrons et poulet

 

poivrons-four

  • 2 poivrons oranges
  • 200 g de blanc de poulet
  • 200 g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 4 œufs
  • 7 cl d’huile
  • 12,5 cl de crème fraîche
  • 100 g de mozzarella râpée
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1/2 c. à c. de coriandre moulue
  • 2 c. à c. de sauce sriracha
  • sel, poivre
bundt-cake-sriracha-poivron-2

Nettoyez, épépinez et émincez le poivron en petits dés.
Déposez les dés sur une plaque allant au four, saupoudrez de sel et ajoutez un filet d’huile d’olive. Mettez au four pour 20 minutes a 210° C.
Coupez en tout petits dés le poulet, Salez, poivrez et faites le revenir avec un peu d’huile dans une poêle.
Quand le poulet et le poivron sont prêts, préchauffez votre four à 180°C.
Mélangez la farine et la levure dans un grand bol. Ajoutez les œufs, la crème et l’huile.

Ajoutez la mozzarella râpée, le paprika, la coriandre, le sel et le poivre.

Ensuite, ajoutez le poulet et les 2/3 du poivron.
Mélangez et versez la préparation dans 12 mini moules à bundt cake (ou à cake tout court). Ils doivent être remplis aux 2/3 car ils vont gonfler.

Enfournez pour 30 à 40 min à 180°C.

A la sortie du four, décorez avec le poivron restant et déposez un peu de sauce sriracha dans le creux des bundt cakes.

bundt-cake-sriracha-poivron