Archives par mot-clé : hiver

Spécialité d’Italie : piadina tomate mozarella basilic

L’un de mes plats italiens préférés de tous les temps est la piadina, un des plats de street food italiens les plus connus et appréciés en Italie. C’est un produit typique de la Romagne, une partie de la région Emilie-Romagne, même si on en trouve désormais quasiment partout en Italie et dans le monde entier.
Il y a une centaine d’années, la piadina était la nourriture du pauvre, car elle était utilisée comme substitut du pain entre deux fournées. Pendant les années 60, les femmes de la campagne ont commencé à en vendre sur les routes de la ville avec un chariot à pousser. C’est là que la piadina est devenue un véritable repas à grignoter sur le pouce. De nos jours, vous trouverez des piadinas dans des stands tout au long de la côte Romagne.
La piadina est généralement faite avec de la farine de blé, de la matière grasse, de l’eau ou du lait et du sel. Il est très facile de préparer des piadina maison, je vous monterai d’ailleurs ça prochainement. Vous pouvez aussi en trouver toutes faites en sachet en épicerie italienne, elles se présentent alors un peu comme des tortillas. Comme vous vous en doutez, les piadinas vendues dans les supermarchés ne sont pas aussi bonnes que celles vous pourrez faire maison ou consommer en Romagne!
Une fois cuites, ces galettes sont généralement farcies avec des ingrédients sucrés ou salés tels que des viandes cuites, des fromages, des légumes ou même du Nutella… Sans parler de la garniture « hivernale » aux saucisses et aux oignons caramélisés! Voilà qui me donne faim rien que d’y penser!
Aujourd’hui je vous propose une garniture parmi les plus célèbres, tout à fait typique de l’Italie, puisqu’elle est à base de tomates, mozzarella et basilic. C’est un régal à la fois frais et gourmand, nous avons adoré. Réalisez cette recette avec des piadina maison, ou toutes faites si vous en trouvez, vous allez vous régaler!
  
P.S. : Si vous aimez manger italien ET végétarien, essayez ce gâteau capri vegan en dessert, simplement à tomber!

Piadina tomate mozarella basilic

  • 2 grandes piadinas
  • 1 boule de mozzarella
  • 2 petites tomate
  • 12 feuilles de basilic frais
  • 1/2 c. à s. d’origan
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre
Coupez la mozarella en tranches. Mettez une piadina dans une casserole déjà chaude. Déposez la mozzarella sur une moitié de la piadina , laissez fondre un peu , puis déposer dessus les tomates , et assaisonnez avec un peu d’huile et de sel, l’origan, le basilic. Fermez la piadina et laissez chauffer pendant 2 à 3 minutes , le temps de laisser fondre la mozzarella . Recommencez avec la seconde piadina.

Roulés au jambon sec, brocciu et miel

Si vous êtes déjà allés en Corse, vous avez probablement eu l’occasion de goûter le Brocciu. Selon Wikipedia, ce fromage au joli nom corse se prononcerait « bròtchiou », mais personnellement quand j’ai entendu des locaux le prononcer là-bas, il m’a semblé qu’ils disaient « brout’ch ». Si un ou une corse passe par ici, qu’il n’hésite pas à me dire la vraie prononciation en commentaire!
Très apprécié des Corses, le brocciu est là-bas désigné « fromage national ». Ce délicieux fromage a pour particularité de ne pas être fait à partir de lait, mais de lactosérum (petit-lait) de brebis ou de chèvre de race corse. On le trouve le plus souvent frais, sa texture est alors souple et onctueuse, mais il se consomme également affiné. Dans ce cas on le nomme “Brocciù Passu”. Le brocciu bénéficie d’une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) depuis 1983, ainsi que d’une Appellation d’Origine Protégée (AOP) depuis 1996.
C’est un fromage qu’on ne trouve pas toute l’année, même en Corse. Il est élaboré pendant la période de production du lait c’est-à-dire d’octobre à juin. Alors quand je suis partie en vacances en Corse en mai, j’étais toute en joie de tomber pendant la bonne saison! Vous m’auriez vu empiler des brocciu et des confitures de clémentine dans mes bras dans les supermarchés, on aurait dit un écureuil qui tombe sur un gisement de noisettes avant l’hiver!
L’avantage de ce fromage c’est qu’il est emballé bien hermétiquement, comprenez donc qu’il peut prendre l’avion dans la soute sans souci! J’en ai donc profité pour ramener ce délice à la maison!
Voici donc une des gourmandises que j’ai pu réaliser avec le brocciu. J’ai bien sûr joué la carte d’ingrédients 100% corses, car j’avais ramené tout ce qu’il fallait de mon voyage. Le résultat était subtil, fin et gourmand, comme tout ce que j’ai pu manger là-bas d’ailleurs! Ces petits roulés seront parfaits à l’apéro, ou pour composer une assiette de charcuterie, ou encore une salade gourmande. J’ai trouvé l’inspiration sur le site Cookismo, j’ai simplement adapté en fonction des produits que j’avais ramenés de Corse!
  

Roulés au jambon sec, brocciu et miel

Pour 18 rouleaux
  • 9 tranches de jambon sec corse
  • 175 g de brocciu
  • 1 c. à c. bombée de miellat corse ou miel
  • 1 c. à c. d’herbes du maquis ou herbes de Provence
  • 2 figues sèches
  • 18 brins de ciboulette
  • Sel, poivre
Emincez finement la figue séchée. Mélanger le brocciu, les herbes, la figue et le miellat.
Tartinez les tranches de jambon et roulez le jambon. Maintenez avec un brin de ciboulette lié.
Source d’inspiration :
http://www.cookismo.fr/roules-au-jambon-sec-a-la-brousse-figue-et-miel/17758

Crumble pomme rhubarbe amandes

Le crumble à la pomme est un de mes desserts préférés de tous les temps. La légère acidité des pommes, la touche de cannelle, les morceaux de pâte croustillants et fondants à la fois… Tout cela en fait un dessert réconfortant que je pourrais manger tout l’hiver sans me lasser! Alors au retour des beaux jours, plutôt que d’y renoncer, je vous propose d’en préparer une variante plus printanière en y ajoutant de la rhubarbe!

Si vous faites le tour de la blogosphère culinaire en ce moment, vous trouverez probablement des dizaines de recettes à la rhubarbe. Il semble que ce légume-fruit soit de saison et à la mode dans le monde entier! Cependant, je pense qu’il n’y a jamais assez de recettes de rhubarbe! Personnellement j’en ai souvent une belle quantité à écouler et je suis contente de varier les recettes.

A la fois acide et piquante mais aussi parfumée, j’ai mis longtemps à m’habituer à la rhubarbe mais je commence à vraiment l’apprécier. Depuis que j’en ai dans mon jardin, la rhubarbe est une tradition saisonnière pour moi, et j’en glisse dans mes gâteaux, mes confitures ou même dans mes boissons!

J’ai trouvé cette super recette de crumble sur le blog La cuisine facile de Chris, un blog dont je suis une lectrice assidue, et je vous recommande de faire de même! Vous y trouverez plein d’idées gourmandes et simples à réaliser!

Comme pour toutes les pâtes sablées, il est important de ne pas trop travailler la farine et le beurre pour que votre crumble soit croustillant et forme des petits morceaux agréables à croquer. Pour une texture croquante parfaite, utilisez du beurre bien froid et saupoudrez le crumble sur la rhubarbe sans essayer de l’agglomérer dessus.Enfin, la rhubarbe a tendance à se rétrécir lorsqu’elle est cuite, alors n’ayez pas peur de la quantité même si vous n’aimez pas l’acidité, ici on est sur un mélange à 50/50 entre la pomme et la rhubarbe, et j’ai trouvé l’équilibre parfait!

 

Crumble pomme rhubarbe amandes

Pour 4 personnes

  • 275 g de rhubarbe + 2 c. à s. de sucre
  • 275 g pommes
  • 2 c. à s. de sucre vanillé
  • 60 g de farine
  • 60 g de poudre d’amandes
  • 60 g de sucre poudre
  • 60 g de beurre en petits dés

Épluchez la rhubarbe, coupez-la en tronçons, mettez-la dans une passoire. Saupoudrez de sucre et laissez dégorger 30 minutes.

Pendant ce temps, préparez la pâte à crumble. Mélangez la farine, le sucre, le sucre vanillé et la poudre d’amandes. Ajoutez le beurre et sablez du bout des doigts. Réservez.

Allumer le four à 180°C.

Épluchez et coupez les pommes en dés de même taille que les tronçons de rhubarbe.

Dans un plat beurré, disposez les cubes de fruits.

Recouvrez de crumble et enfournez pour environ 20 à 30 minutes.

 

Source d’inspiration :
http://www.laciusinefaciledechris.com/2016/05/crumble-pommes-rhubarbe.html

Tarte panna cotta fraises

Il fait de plus en plus chaud ici, à Lille… Oui oui, cela arrive! Ce temps me donne envie de jardiner, de faire de longues promenades, de m’asseoir dehors en terrasse des cafés, de boire des cocktails fruités installée dans un transat et de me concocter des desserts légers, fruités et colorés à manger après un bon barbecue. Vous l’aurez compris, j’aime quand il fait beau! Je suis tellement contente de voir des fraises dans les supermarchés et de pouvoir cuisiner avec les fruits d’été à nouveau!
Autant j’aime une belle tarte aux pommes maison pendant les mois sombres d’automne et d’hiver, où les seuls fruits proposés sont des pommes ou des poires, autant je suis contente de les quitter pour les délicieux fruits sucrés dès que le soleil pointe son nez!
La panna cotta est l’un de mes desserts préférés dans les restaurants, car elle n’est pas trop sucrée et même quand on n’a plus trop faim, on peut l’apprécier. Je suis totalement obsédée par tout ce qui y ressemble de près ou de loin et je suis déterminée à explorer toutes les possibilités de ce petit dessert. Du coup, quand j’ai vu une recette de tarte panna cotta, j’ai immédiatement voulu tenter l’aventure!
J’ai trouvé cette super recette sur le blog Allergique gourmand, un blog que j’apprécie beaucoup… Il n’y a pas besoin d’avoir un allergique à la maison pour tomber amoureux de ses belles recettes ultra gourmandes! J’ai mixé deux recettes de son site, car je n’avais pas les bons ingrédients pour la pâte sablée d’origine, mais j’en ai trouvé une autre dans sa recette de tarte sablée aux fraises qui a très bien fait l’affaire… Pour cette recette, choisissez un moule pas trop grand car il faut une bonne épaisseur de pâte. J’ai un moule rectangulaire tout comme Marie, et je dois dire que la quantité de pâte était absolument parfaite.
Cette panna cotta façon tarte a été un grand succès, tout le monde l’a appréciée! La base est une pâte sablée sans gluten à base de farine de riz et de maïs. Elle est bien croquante et n’a rien à envier à une pâte sablée classique. La panna cotta est crémeuse, juste un peu plus gélatineuse que je ne les aime en dessert individuel, mais cela permet à la tarte d’avoir une tenue parfaite même après avoir coupé les parts. Cela vient je pense de l’agar agar qui est un peu plus puissant que la gélatine animale.
Quand aux fraises… Je vous ai appâtés en vous parlant plus haut de la saison des fraises, mais c’est de la confiture que j’utilise ici… Vous pouvez donc faire cette tarte n’importe quand! En ce qui me concerne, ma confiture était maison, mais une confiture du commerce conviendra très bien aussi! Le résultat final est tellement beau et gourmand qu’il est parfait pour les repas où vous recevez.
Si vous tentez cette recette, je vous recommande de laisser la tarte au moins 2 à 3 heures au réfrigérateur, voire une nuit si vous pouvez. En dernier recours si vous manquez de temps, tentez le congélateur, mais je ne vous promets rien avec cette solution!
  

Tarte panna cotta fraises

Pour la pâte
  • 90 g de farine de riz
  • 30 g de farine de maïs
  • 30  g de fécule de maïs
  • 70 g de sucre
  • 70 g de beurre 1demi-sel
  • 4 cl d’eau
Pour la couche à la confiture
  • 200 g de confiture de fraises
  • 1 g d’agar agar
  • 2 c. à s. d’eau
Pour la couche de panna cotta:
  • 2 g d’agar agar
  • 60 g de sucre
  • 20 cl de crème liquide
  • 20 cl de lait
  • 1 c. à s. de vanille liquide
Mélangez les farines, le sucre, le beurre, dans un saladier et malaxez au robot pâtissier ou à la main. Ajoutez l’eau et pétrissez. La pâte doit être bien homogène. Étalez la pâte dans votre moule.  Laissez reposer 30 minutes
Préchauffez votre four à 180° C. Enfournez la pâte. Faites cuire 15 à 20 minutes, puis laissez tiédir la pâte.
Dans une casserole, mettez la confiture avec l’agar agar. Chauffez à feu doux jusqu’à ébullition. Si la confiture est trop épaisse, ajoutez l’eau.
Etalez la confiture sur la pâte cuite et laissez tiédir.
Pendant que la confiture tiédit sur la pâte, préparez la panna cotta. Dans une casserole, mettez le sucre et l’agar agar. Versez la crème en remuant puis ajoutez le lait. Placez la casserole sur feu doux et remuez jusqu’à ébullition. Eteignez et laisser tiédir.
Une fois tiède, versez sur le mélange à la confiture et laissez refroidir.
Placez au réfrigérateur pour 2 heures minimum.
Source d’inspiration :
http://allergiquegourmand.over-blog.com/2016/08/tarte-confiture-de-fruits-rouges-panna-cotta-bio-sans-oeufs-gluten-etc.html

Oeuf cocotte au coulommiers et cranberries

Bonne nouvelle, le week-end approche à grands pas! Mauvaise nouvelle… L’hiver n’en finit pas de finir malgré l’arrivée du printemps, et ce week-end il risque de faire froid et moche! Enfin, surtout si vous habitez dans le nord de la France comme moi!
Qu’à cela ne tienne, on en profite pour se chouchouter et se faire plaisir! Pour ça, voici une idée de recette très facile à préparer et délicieuse : l’œuf cocotte! Et comme début avril c’est la fête du coulommiers à… Coulommiers, j’ai eu envie de mettre à l’honneur ce fromage.
L’œuf cocotte, je l’aime d’amour sous toutes ses formes, et j’adore le décliner avec tous les fromages de la galaxie. Je dois dire que cette version au coulommiers est une réussite! Des œufs, quelques dés de fromage bien coulant, de la crème liquide, des cranberries pour leur jolie couleur et la note sucrée, et il n’en faut pas plus pour atteindre le bonheur!
Si l’œuf cocotte est ultra simple à préparer, la cuisson est primordiale. Le jaune doit rester bien coulant tandis que le blanc doit coaguler, c’est là que réside la réussite de cette recette.L’utilisation du bain marie aide beaucoup à atteindre cette cuisson parfaite c’est la méthode que j’ai adoptée et que je vous propose ici!
Facilement personnalisable et prête en moins de 20 minutes, cette recette d’œufs cocotte au coulommiers a tout pour plaire! D’ailleurs si vous avez quelques lardons ou dés de jambon à finir dans votre frigo, n’hésitez pas à les ajouter, les œufs cocotte sont parfaits pour être customisés avec les petits restes!
Enfin, si vous avez des enfants, ils devraient apprécier ces œufs cocotte eux aussi, surtout avec de bonnes mouillettes beurrées à tremper dedans!
  
P.S. : Si vous aime les oeufs cocotte, testez aussi cette version, trop bonne!

Oeuf cocotte au coulommiers et cranberries

Pour 2 cocottes
  • 2 œufs
  • 10 cl de crème liquide entière
  • 1 c. à s. de ciboulette ciselée
  • 100 g de coulommiers
  • 1 c. à s. de cranberries
  • Sel, poivre

Salez et poivrez le fond des ramequins.
Versez la crème, la ciboulette, le coulommiers coupé en petits dés, l’œuf et saupoudrez des cranberries pour décorer.
Préchauffez le four à 180°C. Remplissez un plat allant au four avec de l’eau bouillante et disposez les ramequins.
Enfournez pour environ 8 à 10 minutes jusqu’à ce que le blanc soit pris.

7 moyens de retrouver le moral après l’hiver

Après 6 (ou 8 ou 10 suivant votre région) mois d’un temps froid qui vous a semblé interminable, le printemps fait officiellement son entrée. Mais fatigués par le manque de lumière, de vitamines A et l’abus de fromage à 40% de matières grasses, vous avez encore du mal à prendre le pli! Retrouvez le moral et passez à l’heure d’été avec mes idées gourmandes au goût de soleil !

Faîtes un tour à la mer

Pas besoin d’attendre le mois d’août pour tremper un orteil dans l’eau et manger des moules en bord de mer! Au premier rayon de soleil, prenez la route et jouez le jeu à fond : pull marin, chapeau de paille, appareil photo autour du cou… Vous voilà déjà bien plus détendus! Si la mer est trop loin de chez vous, un pique-nique au bord d’un lac fera parfaitement l’affaire !

Photo Zoltán Vörös @Flickr

Adoptez le fromage frais

Si l’hiver est la saison des raclettes, tartiflettes et autres reblochonnades, l’été est celle des fromage frais! Alors commencez tout de suite à troquer vos fondues par des tartinades au chèvre frais, des dés de feta ou de la mozzarella di buffala bien fondante!


Photo Frédérique Voisin-Demery @Flickr

Cuisinez les fraises et les asperges

Les asperges et les fraises sont parmi les produits les plus emblématiques du retour des beaux jours, mais ne boudez pas non plus les radis, les petits pois et les fèves fraîches!


Photo Rool Paap @Flickr

Plantez des herbes aromatiques

Dès le mois d’avril, il est possible de planter des plants de ciboulette, du persil ou de démarrer un semis de basilic sur votre bacon. Ils permettront de mettre de la fraîcheur et des vitamines dans tous vos plats printaniers sans rien vous coûter ou presque!


Photo Clemens v. Vogelsang @Flickr

Faîtes vous des limonades et thés glacés

L’hiver, on adore se réchauffer avec de bons thés chaï ou chocolats chauds. Dès le retour des beaux jours, on hydrate notre machinerie avec des boissons fraîches et peu sucrées à base de thé, de citron ou de concombre !


Photo Rob Bertholf @Flickr

Organisez un pique-nique d’intérieur

Si le beau temps est long à décoller, ce n’est pas une raison pour se laisser faire. On sort une nappe à carreaux, on l’étale sans le salon, et on s’installe pour y manger salades, sandwichs et œufs durs joliment disposés dans un panier.


Photo Wicker Paradise @Flickr

Faites un ménage de printemps de la bouffe

Si vous avez tendance à acheter beaucoup de produits qui s’entassent dans vos placards, c’est le moment de les explorer et de décider de ce que vous allez cuisiner avec : une omelette avec ce pesto, une salade avec ces graines de lin, une bruschetta avec ces tomates confites.. Objectif : vider les pots qui encombrent les placards et inventer quelques chouettes idées recettes au passage!


Photo Jessica Spengler @Flickr

Et vous, comment faites vous quand l’hiver n’en finit pas, vous avez vos astuces pour faire arriver le printemps plus vite? N’hésitez pas à me les donner!

Oeuf cocotte raclette

J’adore manger de la raclette, c’est un moment de gavage convivialité qui me permet à lui tout seul de supporter la pénible saison hivernale! Mais vous le savez, le souci avec les soirées raclette, ce sont les restes!
« Oh, il reste pas mal de fromage, on va juste racheter de la charcuterie et on s’en refera une petite pour finir les restes! »
« Oh, cette fois, il reste de la charcuterie, on va juste racheter un peu de fromage pour finir la charcuterie et on n’en parle plus… »
« Oh bah zut, qu’est ce qu’on va faire avec toutes ces patates, et si on refaisait une raclette? »
Ça n’en  finit pas, et on finit l’hiver à la limite de l’overdose fromagère, agonisant la bouche pleine de fromage fondu avec les fermetures de pantalon qui cèdent sous le poids d’un ventre bien tendu!
Alors maintenant, j’aime me cuisiner des spécialités qui utilisent le fromage à raclette mais n’obligent pas à refaire une raclette entière. Le bénéfice? Vous avez le plaisir de la raclette mais en moins riche, et vous terminez vos restes sans vous dégoûter à tout jamais de cette spécialité! En prime, c’est une recette ultra facile. Si vous ne voulez pas vous prendre la tête en cuisine mais que vous voulez vous régaler, ces œufs cocottes à la raclette sont faits pour vous!
  
P.S. : Si vous voulez encore profiter un peu de la raclette avant le printemps ( demain quoi^^), essayez aussi ce gratin d’endives au fromage à raclette!

Oeuf cocotte raclette

Pour 2 cocottes
  • 2 œufs
  • 10 cl de crème liquide entière
  • 1 c. à c. de persil frais haché
  • 100 g de fromage à raclette
  • Sel, poivre

Salez et poivrez le fond du ramequin.

Versez la crème, le persil, la moitié du fromage à raclette coupé en petits dés, l’œuf puis ajoutez par dessus le reste du fromage.
Préparez un plat à four rempli d’eau bouillante et préchauffez le four à 180°C.
Déposez vos ramequins dans le plat à four pour qu’ils soient baignés dans l’eau, et enfournez pour 6 à 8 minutes. Le blanc doit être coagulé mais le jaune encore coulant.

Soupe au welsch

Avis aux amateurs de cheddar et de bière! Vous savez sans doute que j’aime beaucoup la bière, et si j’aime la boire, j’aime aussi l’utiliser en cuisine!  Cela fait une excuse pour finir la bouteille pendant que le plat mijote!
Cette soupe est une super occasion de boire un gros bol de fromage fondu. Entre le cheddar et la bière, dans cette soupe, on retrouve vraiment le goût caractéristique du welsch, un de mes plats de brasserie préférés! Avec la Saint Patrick qui approche, c’est le moment idéal pour réaliser cette petite soupe!
La soupe à la bière est une spécialité régionale d’Alsace-Moselle qui existe depuis siècles. On la consomme également dans le Nord, mais aussi en Belgique, en Allemagne, en République Thèque ou encore aux États-Unis.
A l’origine en Europe, elle était tout autant un plat du pauvre qu’un plat servi aux nobles ou au clergé. En effet, les abbayes la confectionnaient et la servaient en hiver à la façon d’un grog pour ses vertus hygiéniques et médicinale. Ici ce n’est pas une version particulièrement traditionnelle que je vous propose, mais simplement celle que j’aime faire!
Cette soupe est très riche, crémeuse et vraiment délicieuse. Si vous voulez en faire une version encore plus gourmande, ajoutez y des morceaux de lard revenus à la poêle… Régal assuré!
 

Soupe au welsch

  • 15 g de beurre
  • 1 oignon émincé
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 4 c. à s. maïzena
  • 25 cl de bière pils (stella, 1664, Heineken)
  • 1 litre d’eau
  • 2 cubes de bouillon de volaille
  • 10 cl crème liquide
  • 280 g de cheddar
  • 1 c. à s. de moutarde en poudre ou de graines de moutarde
  • 1 c. à c. de Worcestershire Sauce
  • Sel

Commencez par faire fondre le beurre à feu moyen. Ajoutez l’oignon et l’ail et faites-les cuire 3 à 4 minutes. Ajoutez la farine dans la casserole et remuez.

Ajoutez alors la bière et le bouillon. Laissez la soupe chauffer jusqu’à avoir une ébullition légère. Baissez alors le feu à doux et ajoutez la crème liquide et le fromage. Laisser le fromage fondre complètement, puis ajoutez la moutarde en poudre ou en graines et la sauce Worcestershire.

Passez votre soupe au mixeur. Salez et poivrez si besoin.

 
Source d’inspiration :
http://www.keyingredient.com/recipes/590945713/beer-cheese-soup/

Purée de lentilles corail et potiron

Si vous lisez ce blog depuis un certain temps, vous devez savoir que j’aime la nourriture réconfortante. J’ai tendance à cuisiner des plats complets et familiaux qui tiennent bien au corps, surtout l’hiver bien sûr, parce que j’aime ça!

Mais cela ne veut pas dire manger mal pour autant (enfin, pas toujours). La nourriture qui a du goût et vous fait vous sentir bien n’est pas forcément calorique, ou du moins elle peut contenir de « bonnes » calories!

Cette purée de lentilles et potiron ne fait pas exception à cette règle : elle tient au corps et apporte plein de fibres, d’antioxydants et de minéraux pour être en pleine forme et affronter le froid!

Cette purée est un plat polyvalent, qui va avec à peu près tout tout au long de l’automne et de l’hiver : elle accompagnera parfaitement du canard, du poulet ou une côte de porc par exemple. Si comme moi vous mangez peu de viande, elle est aussi parfaite avec un œuf poché dessus! Mon conseil, n’écrasez pas trop la purée pour garder des morceaux et de la texture!

J’ai trouvé cette chouette recette chez Babeth Cuisine, qui l’a elle même « créée » à partir d’un dahl qui avait trop cuit et pris une texture de purée! Eh bien, c’est un super incident de parcours, car cette purée est délicieuse et bien épicée, je l’ai adorée! Sa version était au patidou, la mienne est au potiron car j’en avais à utiliser!

 

P.S. : Si le mariage des lentilles corail et du potiron vous a conquis, essayez aussi ce tajine poulet, lentilles et potiron, super bon!

Purée de lentilles et potiron

  • 500 g de potiron
  • 2 oignons
  • 300 g de lentilles corail
  • 3 pommes de terre
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à c. de graines de cumin,
  • 1 c. à c. de graines de coriandre
  • 1 c. à c. de cannelle
  • 1 c. à c. de curcuma
  • 4 capsules de cardamome
  • 1 pointe de couteau de piment en poudre
  • 2 c. à s. de coriandre fraîche hachée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Lavez le potiron et les pommes de terre, épluchez-les ainsi que les oignons et coupez le tout en petits morceaux.

Dans un faitout, faites revenir la gousse d’ail écrasée et les oignons dans un peu d’huile d’olive avec les épices. Ajoutez rapidement les lentilles et les autres légumes, couvrez d’eau froide et laissez cuire une vingtaine de minutes.

Les légumes et les lentilles doivent être tendres. Retirez les capsules de cardamome et écrasez grossièrement. Prolongez la cuisson 8 à 10 minutes si vous voulez épaissir un peu la purée.

Salez et poivrez.

Saupoudrez d’un peu de coriandre fraîche avant de servir.

Source d’inspiration :
http://babethcuisine.blogspot.fr/2013/01/lentilles-et-patidou-rattrapees-par-des.html

Colombo de potiron

Le colombo est un curry créole qui nous vient tout droit de la Martinique et de la Guadeloupe, mais ses origines sont plus lointaines, puisque ce plat s’inspire du curry Sri Lankais. Sur les îles, « Colombo » est devenu un terme générique pour désigner un ragoût de viande ou de fruits de mer.

Si le colombo est souvent au porc ou au poulet, j’ai été tout de suite interpellée quand j’ai vu cette super recette végétarienne sur le blog Ce soir on clape quoi? C’est un blog que j’apprécie beaucoup, j’y ai d’ailleurs pioché pas mal de recettes, allez vite le découvrir si vous ne le connaissez pas!

Comme j’adore le potiron, j’ai tout de suite eu envie de tester cette recette, par contre mon homme n’est pas fan de ce légume, donc j’ai hésité à lui faire goûter ce plat… Mais je me suis lancée et cette fois-ci, il a trouvé qu’avec tous les autres ingrédients, c’était délicieux ! C’est la première fois qu’il apprécie un plat au potiron, c’est pour dire! J’ai moi-même beaucoup aimé : le potiron se désintègre en partie pendant la cuisson, et il épaissit la sauce pour lui donner une texture parfaite!

Mélange d’épices antillais par excellence, la poudre de colombo est composée dans des proportions variables de curcuma, de coriandre, de fenugrec, de clou de girofle, de cumin, de graines de moutarde et d’ail. Comme je n’avais pas d’épices à colombo, j’ai choisir de composer moi même mon mélange, et ce fut parfait!

On en trouve bien sûr tout prêt dans le commerce, notamment au rayon exotique des supermarchés ou dans les épiceries du monde, mais rien ne vous empêche de préparer vous même votre mélange comme moi! Bien que ces épices ressemblent à du curry, résistez à la tentation de remplacer le mélange à colombo par du curry…. Sinon ça sera très bon, mais ça ne sera plus un colombo, mais un curry!


P.S. : Si comme moi vous ne vous lassez pas de manger du potiron tout l’hiver, jetez un œil à cette recette!

Colombo de potiron

  • 400 g de potiron
  • 20 cl de lait de coco
  • 1/2 c. à s. de purée de cacahuètes
  • 1 oignon jaune
  • 1 peu d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de colombo en poudre (ou les épices ci-dessous pour le faire vous-même)
  • Sel, poivre

Pour la poudre de colombo

  • 1/2 c. à c. de coriandre sèche
  • 1/2 c. à c. de curcuma en poudre
  • 1/2 c. à c. de graines de moutarde
  • 5 graines de fenugrec
  • 1/4 c. à c. de graines de cumin
  • 1/4 c. à c. de poudre de gingembre
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1 filament de safran en poudre

Si vous faites les épices vous-mêmes, pilez les épices qui ne sont pas moulues, puis mélangez l’ensemble des épices.

Épluchez et lavez l’oignon et le potiron. Coupez le potiron en petits cubes. Émincez finement l’oignon, faites-le revenir 2 minutes dans un peu d’huile. Ajoutez le potiron et faites-le cuire 5 minutes à feu vif en remuant de temps en temps avec 2 cuillères a soupe d’eau. Pendant ce temps, dans un bol, mettez les épices a colombo, le lait de coco, le sel et la purée de cacahuètes, mélangez bien puis versez ce mélange dans la sauteuse, et faites cuire 10 à 15 minutes supplémentaires à couvert.

Plantez la pointe d’un couteau dans un dé de potiron pour voir si cela est cuit.

Goûtez et rectifiez l’assaisonnement.

Source d’inspiration :
http://dlaclapeadonf.canalblog.com/archives/2016/05/20/33838396.html