Archives par mot-clé : citron

Scones au cheddar

Quand je ne sais pas quoi faire pour le dîner, je choisis souvent de faire un « petit-déjeuner » à la place. Quelques scones, quelques œufs, une petite salade, et hop, voilà un repas du soir parfait! Quelqu’un d’autre que moi est fan du petit déjeuner au dîner? Il faut dire que j’adore tout ce qui compose le petit-déjeuner en général, mais que je ne petit-déjeune pas! Il faut donc que je trouve d’autres occasions de me gaver délecter de baked beans, œufs brouillés, bacon et autres douceurs typiques de ce repas!
Lorsqu’on pense aux scones,  on imagine d’abord une recette sucrée : à la confiture de groseille, aux pépites de chocolat… Mais les scones sont tout aussi délicieux dans les versions salées! Aussi, quand j’ai vu des scones au cheddar chez Carole du blog Cuisiner en paix, j’ai su que j’allais bien vite me faire un repas « petit-déjeuner! J’adore ce fromage et je pouvais pas résister à la tentation de goûter ces délicieux scones! Si vous ne connaissez pas ce super blog, il est temps d’aller y faire un tour!
J’ai simplement modifié un peu le mélange de farine de la recette d’origine, pour y ajouter des flocons d’avoine que j’adore, et j’ai augmenté la proportion de cheddar parce que je n’y résiste pas.
Le résultat? Un bon goût de fromage bien prononcé, une texture bien moelleuse, aérée… Franchement, j’y suis totalement accro et après les avoir goûté, je pense que vous serez également fans comme moi de ces scones au cheddar et aux flocons d’avoine! vraiment, ils sont parfaits pour accompagner des œufs brouillés, que ce soit au réveil ou le soir! Laissez-vous tenter!
  

Scones au cheddar

  • 75 g de farine
  • 75 g de farine complète
  • 80 g de flocons d’avoine
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 55 g de beurre coupé en petits dés
  • ½ c. à c. de sel
  • 15 cl de lait ribot (ou de lait normal + 1 c. à s. de jus de citron, 15 mn temp ambiante, mélanger)
  • 15 g de cheddar fermier râpé
  • 45 g de mozzarella râpée
  • ½ c. à c. de poudre de moutarde
Pour décorer
  • 15 g de mélange de graines
  • 20 g de cheddar fermier râpé
Préchauffez le four à 200°C.
Dan un saladier, mettez l’ensemble des ingrédients. Mélangez jusqu’à formation d’une belle boule.
Sur une feuille de papier sulfurisé légèrement farinée, étalez la pâte en lui donnant une forme ronde. Il faut qu’elle ait une épaisseur d’au moins 1 centimètre.
A l’aide d’un pinceau, badigeonnez de lait sur la surface.
Couper ensuite le cercle de pâte en 8 parts. Détachez-les les unes des autres.
Ajoutez sur chaque part quelques graines ainsi qu’un peu de cheddar râpé.
Posez la feuille de papier sulfurisé avec les scones crus sur une plaque de cuisson.
Mettez à cuire au four 12 minutes à 200°C.
Laissez refroidir ou tiédir avant de les manger.
 Source d’inspiration :

Spécialité de Grèce : tzatziki

Si vous n’avez jamais essayé de faire votre propre tzatziki, c’est votre jour de chance parce que vous propose une recette facile et super bonne!

Le tzatziki est une sauce grecque traditionnelle à base de yaourt, concombre, jus de citron, ail et menthe fraîche. Le yaourt donne à la sauce un goût agréable, tandis que le concombre, le citron et la menthe ajoutent une saveur rafraîchissante. Il est simple à faire et s’accorde bien avec une large variété d’aliments. Il constitue un dip parfait avec des légumes grillés, du pain pita ou encore des crackers. Vous pouvez également le servir avec des viandes grillées comme le poulet ou avec du poisson, comme des toasts de saumon fumé. J’aime aussi en ajouter dans mes sandwiches aux falafels. Il est bon sur à peu près tout en fait, les options sont infinies!

Dois-je ajouter que le tzatziki est également bon pour vous? C’est une sauce saine, riche en protéines et en calcium grâce au yaourt, et le concombre est ultra léger et plein de vitamines! En clair, pas d’excuses pour ne pas s’en gaver délecter!

 

Voici quelques astuces pour un tzatziki à tomber :

– Essayez de trouver du vrai yaourt grec, plus épais que le yaourt de base.
– Assurez-vous que votre concombre râpé est bien égoutté. Si vous avez le temps, vous pouvez l’égoutter dans une passoire fine pendant toute la nuit. Si vous êtes pressé, vous pouvez utiliser vos mains pour extraire le maximum de liquide du concombre.
– Plus l’ail marine dans le yaourt, meilleur sera son goût. Si vous le pouvez, mélangez tous les ingrédients à l’exception du concombre la veille, et laissez reposer une nuit dans le réfrigérateur pendant que votre concombre s’égoutte en parallèle.
Avec ces conseils, votre tzatziki est inratable! Alors qu’est-ce que vous attendez? Lancez-vous vite et faites votre propre tzatziki. Vous me remercierez plus tard!

 

Tzatziki

  • 1 concombre
  • 2 gousses d’ail
  • 1 c. à s. de menthe hachée, ou plus à votre goût
  • 1 c. à s. huile olive
  • 1 yaourt grec de brebis
  • Sel, poivre

Râpez le concombre et laissez-le dégorger dans une passoire 15 minutes voire une nuit si possible. Émincez l’ail finement et hachez la menthe.
Pour une consommation  rapide, mélangez tous les ingrédients et mettez au frais .

Pour une consommation le lendemain, mélanger tout sauf le concombre, et que vous ajouterez à la dernière minute.

 

Spécialité de Thaïlande : Tom kha taohu

J’ai découvert cette soupe de tofu et de coco dans un restaurant thaï il y a quelques années. J’étais dubitative car le fait de manger une soupe en entrée ne me laisse pas rêveuse, mais c’était au menu donc je ne l’ai pas refusée… Quelle surprise ce fut! Parfumée, goûteuse, cette soupe était une vraie révélation pour moi, et j’en aurais bien fait un plat complet tant c’était bon!
Les thaïlandais adorent leur nourriture (et nous aussi!) et elle semble être un élément central de leur culture. A tel point qu’on dit que les thaïlandais ne se disent pas «comment allez-vous?» pour se saluer. Au lieu de cela, ils demandent  « avez-vous déjà mangé? » Je ne suis jamais allée là-bas, donc je ne sais pas si c’est vrai, mais je crois que j’aimerais qu’on me dise bonjour comme ça!
 
Le Tom Kha taohu est la variante végétarienne du tom kha gai,  une soupe traditionnelle thaïlandaise très populaire, connue pour ses arômes intenses et aromatiques et son bouillon riche et crémeux au lait de coco. Des morceaux de tofu et des champignons nagent dans un bouillon savoureux parfumé au galanga, au citron vert et à la citronnelle. Complétez avec une poignée de coriandre et vous obtenez une parfaite combinaison de sucré, salé et acide! C’est une soupe rapide et facile à faire, mais ses saveurs sont délicieusement complexes.
En Thaïlande, le Tom Kah taohu, tout comme le tom kha gai, est mangé plus comme un curry qu’une soupe, accompagné d’une assiette de riz.
Chez nous, il est toujours relégué à la catégorie «soupe» dans les livres de cuisine et sur les menus du restaurant. Mais malgré la présence de bouillon, vous pouvez donc le consommer comme là-bas, déposé sur du riz, pour en faire un plat plus complet. Vous pouvez même verser votre riz directement dans le bouillon, pourquoi pas!

Maintenant, un petit conseil pratique… Le galanga ressemble au gingembre. Il est d’ailleurs de la même famille, mais il a une saveur plus poivrée et piquante. Utilisez du galanga pour cette recette si vous en trouvez, ou remplacez-le par du gingembre.

Tom Kha taohu

  • 40 cl de lait de coco
  • 1 litre de bouillon de légumes
  • 500 g de tofu ferme, coupé en cubes
  • 2 tiges de citronnelle, coupées en morceaux
  • 1 c. à s. de galanga ou gingembre fraîchement râpé
  • 3 c. à s. de jus de citron vert frais
  • 2 c. à s. de pâte de curry
  • 3 c. à s. de sauce de soja
  • 1 c. à c. de sirop d’agave
  • 250 g de champignons tranchés
  • 4 c. à s. de coriandre fraîche hachée
  • Sel, poivre

Mettez tous les ingrédients dans une casserole sauf les champignons et la coriandre.
Faites cuire à feux doux 1 heure à couvert.
Ajoutez les champignons et laissez cuire 20 minutes supplémentaires.
Hors du feu, ajoutez la coriandre, du sel et du poivre et servez.

Source d’inspiration :
 http://www.lolaskitchenlab.com/slow-cooker-tom-kha-gai-thai-coconut-soup/

Spécialité corse : pastizzu

Si je ne suis pas une fan de pâtisserie traditionnelle trop élaborée à base de chantilly ou de crème au beurre, cela ne veut pas dire pour autant que je n’aime pas les desserts. Mes goûts vont vers d’autres spécialités, plus simples, comme le pudding ou le flan, que j’aime simple et nature. C’est simple, je ne m’en lasse pas!
Quand aux puddings, je vis avec eux une véritable histoire d’amour et comme j’ai toujours un bon kilo de pain dur qui envahit le dessus de mon frigo, je me jette bien vite sur toute recette qui permet de le liquider!
Quand j’ai vu la recette du pastizzu sur le blog de Gridelle, j’ai su que je ne tarderais pas à la tester : un flan corse au pain dur nappé d’une couche de caramel, comment résister?
Eh bien je peux vous dire que ce flan a été une superbe découverte! Nous ne sommes qu’au début de l’année mais ce flan va directement dans mon top 10 de 2017 : moelleux, crémeux, une saveur délicate et gourmande à souhait avec le caramel… C’est bien simple, quand j’ai démoulé ce gâteau, j’ai proposé à mon homme d’aller en urgence acheter un flan tout fait chez le pâtissier pour nos invités, afin de garder celui-là rien que pour nous!
À la base, c’était de l’humour, mais dès qu’on a goûté ce flan, on a regretté de l’avoir partagé : un tel délice, ça rend immédiatement égoïste!
Bref, je ne sais que vous dire à part que si vous êtes amateurs de flans en tous genre, il vous faut absolument tester celui-ci au plus vite! Par la même occasion , si ce n’est déjà fait, je vous encourage à aller parcourir le blog Les voyages de Gridelle, cette recette est sublime mais ce n’est pas la seule, c’est un festival de saveurs chez elle!
 
P.S. : Si vous aimez les puddings pas trop bourratifs, cette version vous plaira également!

 Pastizzu

  • 80 g de sucre roux
  • 10 g de sucre vanillé
  • 5 œufs
  • 50 cl de lait
  • 80 g de pain rassis
  • Les zestes d’un citron

Pour le caramel

  • 125 g de sucre
  • quelques gouttes de citron
Coupez le pain en petits morceaux. Placez-le dans une grande casserole et mouillez-le avec le lait; ajoutez les sucres. Mélangez et chauffez jusqu’à ébullition. Laissez tiédir. Incorporez le zeste de citron et les œufs battus. Mélangez et  mixez.
Préchauffez le four à 180°.
Préparez le caramel : répartissez le sucre dans le fond d’une casserole à fond épais; versez-y quelques gouttes de citron. Faites chauffer à feu moyen jusqu’à ce que le sucre ait fondu et coloré. Ne remuez surtout pas . Une fois le caramel liquide formé, versez-le très rapidement sur les parois d’un moule à cake.
Versez le mélange au pain et enfournez dans un bain marie pendant 50 minutes. Laissez refroidir et mettez au frais jusqu’au moment de servir.
Démoulez quand le cake est bien froid.
Source d’inspiration :

Miel de pissenlit

Dès le mois d’avril on voit les pissenlits jaunir nos pelouses, surtout si comme moi vous avez une conception particulière de l’entretien de votre jardin!

via GIPHY

En début de saison, les jeunes plants font de délicieuses salades, mais saviez-vous que l’on pouvait faire de la gelée avec les fleurs? Elle a la saveur du miel, elle vient du sud, où on la trouve sous le nom de cramaillotte! Ce nom fait référence à celui qu’on donne au pissenlit en Franche-Comté, le cramaillot !
Le miel de pissenlit a l’apparence d’une gelée avec une couleur dorée qui rappelle celle du miel. Elle a d’ailleurs un goût assez proche du miel, mais avec une saveur subtile et douce très agréable.
Cette gelée se consomme comme le miel, sur des tartines, dans les yaourts et fromages blancs, mais aussi en version sucrée-salée, avec du fromage de chèvre, dans les vinaigrettes,… Bref, elle est vraiment multifonction et très économique!
Je ne saurai vous dire quelle est la recette traditionnelle, mais je peux vous donner cette recette délicieuse… Je l’ai trouvée sur le blog Les petits plats de Béa, et je l’ai un peu adaptée en fonction de ce que j’avais sous la main, en utilisant du jus de citron et de la fleur d’oranger notamment. Le résultat est divin!
J’ai profité d’un  jour où il faisait beau et chaud, je vous vois venir mais oui, cela existe dans le nord! Les pissenlits foisonnaient dans mon jardin, alors j’ai enfilé mes bottes roses et je suis partie à la cueillette de jolies fleurs bien épanouies. Tout le monde connaît le pissenlit, je ne vous le présente pas, mais faites attention à bien choisir le lieu de votre récolte. Choisissez une prairie loin des champs cultivés pour éviter les pesticides. Si vous en avez dans votre jardin, c’est encore plus simple!
Le plus long dans l’histoire est de cueillir toutes les fleurs. Il vous faut un petit saladier rempli pour atteindre 250 g et l’air de rien ça fait beaucoup de fleurs! Après la cueillette, il faut agir vite avant que les fleurs ne fanent. Débarrassez chaque fleur de ses tiges. Certains recommandent même d’enlever les parties vertes (amères) sous la fleur jaune pour ne conserver que les pétales, mais c’est un peu long et il vous faut encore plus de fleurs! Personnellement je les ai laissés pour gagner du temps. Le fait de les laisser donnerait un goût moins subtil et plus amer à la gelée, mais je l’ai quand même trouvée très bonne et très douce! Enfin, rincez les pétales rapidement sous l’eau dans une passoire fine avec un peu de vinaigre blanc.
Pour la cuisson de votre gelée, mon astuce est la même que tout le monde : versez quelques gouttes de gelée sur un récipient bien froid et regardez si elle gélifie… Sinon prolongez la cuisson d’une ou deux minutes mais pas plus!
  

Miel de pissenlit

  • 250 g de fleurs de pissenlit
  • 1 c. à s. d’eau de fleur d’oranger
  • 3 c. à s. de jus de citron
  • 1 litre d’eau
  • 550 g à 750 g de sucre spécial confiture
Enlevez toutes les tiges pour ne garder que les fleurs. Lavez les fleurs dans de l’eau un peu vinaigrée pour retirer les éventuels insectes.
Dans une casserole, mettez les fleurs de pissenlit, le jus de citron, l’eau et l’eau de fleur d’oranger.
Portez à ébullition et laissez cuire à petits bouillon à couvert pendant 45 minutes.
Laissez tiédir puis filtrez dans une passoire recouverte d’un linge.
Pressez les fleurs et les fruits dans l’étamine pour récupérer le maximum de jus.
Pesez le jus obtenu et ajoutez le même poids de sucre spécial confiture.
Portez à ébullition et laissez cuire 5 minutes en écumant régulièrement.
Vérifiez la cuisson sur une soucoupe bien froide, la gelée doit se figer, si c’est encore trop liquide poursuivez la cuisson 1 à 2 minutes.
Versez la gelée dans des pots ébouillantés. Fermez les couvercles et laisser refroidir les pots poser à l’envers.
Source d’inspiration :

Spécialité de Jordanie : ful madammas

On pense souvent au houmous comme spécialité du Moyen-Orient, mais le ful madammas, moins connu chez nous, est un plat phare de leur cuisine. On pourrait presque dire que la fève est LA légumineuse du Moyen-Orient! D’ailleurs je dois dire que je trouve la popularité du houmous un peu surfaite! Certes il est bon, je ne vais pas dire le contraire, mais à côté du ful madammas, il fait pâle figure! Crémeux et un peu épicé, c’est un plat que j’adore!
Le ful madamas, aussi appelé « Ful » tout court, est un plat de fèves cuites et écrasées, servies avec de l’huile d’olive, du jus de citron, du cumin, de l’ail, l’oignon…  Les fèves sont l’ingrédient-clé, et associées à cette riche variété d’épices et à l’huile d’olive, cela donne un mélange délicieux qui rappelle le houmous en mieux mais que l’on sert garni, notamment de tranches d’œuf dur pour en faire un encas copieux. Pour un repas complet, vous pouvez faire griller du pain pita et ajouter une petite salade de concombres en accompagnement.
Ce plat très simple remonte à des milliers d’années et on en trouve des références dans l’histoire de nombreux pays du Moyen-Orient. On le consomme en Jordanie, mais aussi dans de nombreuses cultures arabes, moyen-orientales et africaines, notamment en Égypte, au Liban, en Syrie…
Au Moyen-Orient, il est le plus souvent consommé pour le petit déjeuner, mais il peut aussi constituer un accompagnement aux autres repas, et même être servi comme collation. Là-bas, on dit qu’il s’agit du petit-déjeuner du riche, du déjeuner du commerçant et du souper du pauvre!
  

Ful madammas

 Pour 2 personnes
  • 450 g de fèves surgelées ou en conserve
  • 1/2 oignon émincé
  • 2 gousses d’ail
  • 1 c. à c. de cumin
  • 6 c. à s. de jus de citron
  • 12 cl d’eau
  • 1 c. à s d’huile d’olive
  • Sel, poivre
Toppings :
  • 2 œufs durs
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 tomates bien mûres
  • 2 c. à s. de coriandre fraîche
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de paprika
  • 1 c. à s. de tahin
Si vous utilisez des fèves en conserve, versez-les dans une passoire pour les égoutter puis rincez-les haricots dans l’eau froide et réservez.
 Si vous utilisez des fèves surgelées, décongelez-les avant de démarrer la recette et réservez.
Dans une grande poêle, faites chauffer 1 cuillère à soupe d’huile d’olive à feu moyen. Faites revenir l’oignon coupé en dés jusqu’à ce qu’il devienne translucide et doré. Ajoutez l’ail et le cumin, faites sauter pendant 1 minute jusqu’à ce que l’ensemble soit bien parfumé. Ajoutez les fèves à la casserole, puis ajouter environ 12 cl d’eau dans la poêle. Amenez le mélange à ébullition. Réduisez le feu à moyen-doux, assaisonnez de sel et poivre au goût. Couvrez la poêle.
Laissez mijoter pendant environ 10 minutes à feu moyen jusqu’à ce que les fèves soient tendres. Retirez le couvercle de la casserole et poursuivre la cuisson jusqu’à ce que le liquide ait réduit d’environ 75 %. Retirez du feu.
Versez le mélange de fèves dans un bol, ajoutez le jus de citron. Écrasez le mélange pour obtenir une consistance semi-lisse, un peu plus épaisse que le houmous.
Servez dans un bol. Creusez un puits peu profond au centre.  Arrosez légèrement d’huile d’olive à l’intérieur de ce puits. Déposez dessus les tomates en dés, l’œuf dur tranché, la coriandre fraîche hachée, les épices et une cuiller à soupe de tahin. Servez chaud.
Source d’inspiration :
http://toriavey.com/toris-kitchen/2014/05/ful-mudammas-recipe/

Muffins au citron et graines de chia

Je vous ai déjà proposé une tentative de recette avec des graines de chia ici… J’avoue que ces petites graines pour hippies me plaisent beaucoup par leurs propriétés très amusantes (elles gonflent et gélifient la préparation dans laquelle elles baignent) mais au delà de ça je n’avais pas encore eu de vrai coup de cœur pour une recette qui en contenait…  Il fallait donc que je persévère et que j’utilise ces graines différemment!
Les voici donc dans des petits muffins très déculpabilisant puisqu’ils contiennent du sirop d’agave, de l’huile végétale  des graines de chia et de pavot, de la farine semi complète… On pourrait presque vous les prescrire sur ordonnance , oui oui!!
Ici les graines de chia passent donc à la cuisson, et aident à donner la texture aux muffins! Résultat : la texture est très agréable, bien moelleuse, pas sèche du tout!
Ces petits muffins sont une totale réussite , et comme en plus ils sont sains, vous avez une bonne excuse pour en manger deux fois plus!
 

Muffins au citron et graines de chia

Pour 12 muffins
  • 90 g d’huile de tournesol
  • 2 yaourts natures
  • 2 c. à c. de zestes de citron
  • 5 cl de jus de citron
  • 200 g de sirop d’agave
  • 310 g de farine semi-complète
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 3 c. à s. de graines de chia
  • 3 c. à s. de graines de pavot
Préchauffez le four à 180°C.
Dans un récipient, mettez la farine, le sel, le sucre, les zestes de citron, la levure, les graines de chia et le pavot. Mélangez le tout.
Ajoutez ensuite le reste des ingrédients et mélangez avec une cuiller.
Ne fouettez pas, mélangez juste ce qu’il faut pour obtenir une belle pâte, la pâte ne doit pas être totalement lisse.
Remplissez ensuite des caissettes à muffins que vous aurez placé dans des moules à muffins jusqu’à 1 cm du bord.
Enfournez pour 20 minutes environ, suivant votre four jusqu’à ce que les muffins soient dorés ….

Tartinade feta, citron et romarin

Un petit dip ou une tartinade maison est toujours sympa à préparer en début de semaine et à mettre au frigo pour en profiter toute la semaine. Que ce soit pour emporter en petites portions au bureau pour le déjeuner, pour manger le soir en accompagnement d’ une soupe ou d’une salade, ou pour la dégainer lors d’un apéro improvisé!

Cette tartinade à la feta et au citron est une de mes meilleures surprises en la matière. La feta n’est pas mon fromage préféré, loin de là, mais mélangée au citron elle prend un parfum très particulier, vraiment frais et sympa! Ce dip est crémeux, acidulé et savoureux… Que demander de plus?

Cette recette est en plus incroyablement facile à faire, c’est une des plus simples imaginables! Seuls 5 ingrédients sont nécessaires pour cette recette : le creamcheese, le romarin, le jus de citron, la feta, et l’ail. Du sel, du poivre (ok, ça fait 7) et hop! Vous aurez un fromage à tartiner en quelques minutes!

Ce dip est bon servi avec des craquelins, des tranches de baguette grillées, du pain pita, des chips, des légumes en bâtonnets ou n’importe quoi d’autre que vous pourriez avoir dans vos placards.

Pour un apéro aux accents méditerranéens, vous pouvez le servir sur un joli plateau avec du houmous et du baba ganoush.

Si vous avez encore besoin d’être convaincus, j’ajouterais que ce dip peut être fait plusieurs jours à l’avance et servi quand ça vous arrange, ce qui en fait une préparation hyper pratique!

Assurez-vous que le fromage à la crème est à température ambiante pour le rendre facile à mélanger. Au lieu de mélanger à la main, vous pouvez également placer les ingrédients dans un robot culinaire et mixer jusqu’à ce que tout soit bien mélangé.

Tartinade feta, citron et romarin

  • 115 g de creamcheese
  • 200 g de fromage feta nature émiettée
  • 3 c. à s. de romarin
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 1 c. à c. d’ail séché
  • Sel, poivre

Dans un bol, mélangez  le creamcheese, la feta, le romarin, le jus de citron et l’ail jusqu’à ce que l’ensemble soit bien lisse. Ajoutez le sel et le poivre. Gardez au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

 

Source d’inspiration :
http://snappygourmet.com/rosemary-lemon-feta-spread/#_a5y_p=2379194

Oeufs de Pâques aux anchois

Voilà aujourd’hui une petite recette parfaite pour le jour de Pâques! Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’œufs en chocolat aux anchois mais bien d’œufs durs! Ne les cachez donc pas dans le jardin au risque d’attirer des animaux moins mignons que des lapins… Mais vous pouvez les servir en entrée de votre repas pascal!
Ces œufs de Pâques aux anchois sont une spécialité niçoise qui se rapproche des œufs mimosa ou deviled eggs. Ce hors d’œuvre était servi le jour de Pâques dans le sud de la France du Var à la Provence. Il y a de nombreuses variations selon la situation géographique. Certaines contiennent aussi de la tapenade ou des tomates séchées par exemple.
Les anchois sont subtils mais donnent du pep’s à l’ensemble, et même si je n’en suis pas fan à la base, ici je les ai bien appréciés !
  

 Oeufs de Pâques aux anchois

  • 6 œufs extra frais
  • 2 anchois
  • 12 câpres
  • 2 brins de persil
  • 1 petite échalote
  • 6 c. à s. huile d’olive
  • 2 c. à s. de jus de citron
  • Sel, poivre
Faites cuire les œufs durs, laissez-les refroidir et écalez-les.
Coupez-les en deux dans la longueur. Retirez les jaunes et réservez.
Hachez finement les câpres, le persil, l’échalote. Dessalez les anchois, hachez-les au couteau. Dans un mortier, pilez les câpres, le persil, l’échalote, les anchois.
Ajoutez les jaunes d’œufs puis amenez à consistance d’une pommade en ajoutant l’huile d’olive. Poivrez généreusement. Ajoutez le jus de citron. Goûtes et salez si besoin.
Remplissez les blancs d’œufs avec cette préparation.
Décorez avec une feuille de persil.
Source d’inspiration :
http://www.cuisinenicoise.fr/oeufs-paques-anchois/

Boulettes apéritives au surimi

 Voilà le printemps, et avec lui reviennent les envies de recettes faciles, fraîches et légères! Je vous propose donc une entrée très simple à réaliser qui devrait séduire les amateurs de surimi! Pour l’apéro, plutôt que de mettre sur votre table des bâtonnets et de la mayo à tremper, c’est l’occasion de changer un peu de présentation : on va mélanger l’ensemble pour obtenir de délicieuses petites boulettes!
C’est une super recette pour un apéro rapide à réaliser et pas cher : tout ce que j’aime! Chez moi, le succès a été immédiat auprès des petits et des plus grands, et on m’en redemande régulièrement! Je l’ai découverte sur un très joli blog,  Cuisinons en couleurs, que je vous invite à découvrir vous aussi si vous ne le connaissez pas!
Puisqu’on en est à parler de surimi, que je prépare assez rarement, je me permets de lancer l’éternelle question : qu’est-ce qu’il contient? Parce qu’au final le surimi, c’est comme la fricadelle, c’est bon, mais on ne sait pas ce qu’il y a dedans!
Allez, je ne vous laisse pas sans réponse, j’ai mené ma petite enquête sur ce bâtonnet étrange au goût de crabe!
Oui on commence par là, le surimi est souvent appelé « bâtonnet de crabe » mais c’est un titre abusif car il ne contient pas du tout de crabe ! Il est réalisé à base de chair ou de pâte de poisson, appelée surimi, « poisson haché » en japonais. Cette spécialité nous vient en effet du Japon! Là bas, dans les villages de pêcheurs, la chair de poisson était lavée à l’eau douce à plusieurs reprises puis salée et sucrée pour améliorer sa conservation. C’est cette pâte qui au cours des années 1970 à commencé à s’exporter en Europe.
Du fait de sa texture proche de celle du crabe, des arômes de crabe et une jolie couleur (donnée par du paprika) ont été ajoutés pour s’adpater au goûts européens.
Les principaux ingrédients sont le poisson (ouf!), mais aussi l’eau, le blanc d’œuf, la fécule ou de l’amidon, l’huile, le sucre, le sel et des arômes naturels de crabe. Les espèces de poisson utilisées en France sont des poissons sauvages à chair blanche pêchés en haute mer comme le colin d’Alaska par exemple. La teneur en poisson n’est pas dingue, souvent inférieure à 40℅ voire à 30% selon les marques.
Au final, si ce n’est pas un pur produit de la  mer (pas de risque de croiser des surimis sauvages en faisant de la plongée sous-marine), les ingrédients qui le composent restent assez naturels… Bien sûr cela varie d’une marque à l’autre et plus on part dans le premier prix plus la qualité des matières premières s’en ressent !

P.S. : Pour un apéro sympa, servez aussi ces sablés apéritifs au parmesan!

Boulettes apéritives au surimi

  • 180 g de miettes de surimi saveur crabe
  • 6 portions de kiri
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 2 c. à s. de ciboulette


Écrasez les portions de kiri à la fourchette puis ajoutez-y les miettes de surimi, le jus de citron et la ciboulette ciselée. Mélangez afin d’obtenir une pâte. Réservez ensuite au réfrigérateur 1h.

Façonnez des boulettes et piquez-les avec des cure-dents.



Source d’inspiration :
http://www.cuisinonsencouleurs.com/2012/06/boulettes-aperitives-au-surimi.html