Tous les articles par Not parisienne

Vacances gourmandes : que ramener du Portugal?

Photo Rick Ligthelm @Flickr
 
Vous projetez un week-end ou des vacances au Portugal? Bande de veinards! J’ai eu l’occasion de m’y rendre deux fois pour visiter Lisbonne puis Porto, et j’espère bien pouvoir y retourner pour découvrir d’autres endroits! Au fil de ces deux voyages, j’ai pu découvrir pas mal de spécialités, et j’ai voulu vous faire découvrir mes favorites! Si vous vous demandez ce que vous devriez rapporter, pour vous ou pour offrir, j’ai sélectionné pour vous les souvenirs gastronomiques incontournables à ramener absolument. 
 

Des pastéis de nata

 
Cette spécialité est LA pâtisserie qu’il faut tester au Portugal, et plus précisément, on trouve à Lisbonne les pastéis de Belem, qui sont présumées être les meilleures que l’on puisse trouver. Attention, n’achetez pas de pastéis industriels, prenez-les dans une boulangerie, cela n’a rien à voir! De mon côté, j’ai aussi trouvé dans une quincaillerie des moules à pastéis, parce que c’est tellement bon qu’après avoir goûté, vous voudrez obligatoirement en refaire! 
 
Photo Marco Verch @Flickr

Des pâtisseries

Au delà des pastéis, les portugais sont friands de pâtisseries toutes plus délicieuses les unes que les autres, souvent avec beaucoup d’œufs et beaucoup de cannelle. Si cela ne vous rebute pas, vous serez aux anges. Poussez simplement la porte de n’importe quelle boulangerie et régalez-vous!
 

Des confitures

Les confitures portugaises sont très réputées. Parmi tout le choix local, les parfums sympa que j’ai repérés sont notamment au coing, à la citrouille, à la patate douce, à la carotte… Le coing se trouve également sous forme d’une pâte plus épaisse, un peu comme une pâte de fruits, que l’on consomme là-bas avec le fromage. A tester!
 

Des boîtes de sardines

La pêche et l’industrie des conserves de poisson constituent l’une des activités économiques les plus développées là-bas. Certaines conserveries commercialisent de très jolies boites aux motifs un peu rétro, qui feront de parfaites déco de cuisine, à moins que ne finissiez par craquer et les manger. Pour ceux qui ne mangent pas de poisson, on peut aussi trouver des sardines… en chocolat!
 

Photo Gabriel Pinto @Flickr

De l’huile d’olive et des olives

Pays méditerranéen, le Portugal possède une belle production d’olives, et elles sont très présentes dans la gastronomie portugaise. Très appréciées en apéritif, elles sont habituellement servies en amuse-bouches dans les restaurants. Les huiles d’olives portugaises restent rares dans nos rayons français car le pays est l’un des plus petits producteurs européens. Ses olives donnent une huile à la saveur douce ou intense.


Photo Pedro Dias @Flickr

Les fromages

Je vais faire preuve d’un peu de chauvinisme et vous dire que dans mon cœur, ils n’égalent pas les fromages français! Mais il y a quelques trouvailles vraiment sympa et bien sûr, je n’ai pas eu l’occasion de tout tester! Vous trouverez des chèvres, des brebis, des vache, dont une quinzaine ont une appellation DOP qui est un gage de garantie de l’origine qui peut vous aider à faire votre choix. Les portugais consomment souvent leur fromage avec de la pâte de coings, que vous pouvez aussi ramener en souvenir, c’est un mariage vraiment sympa qui mérite d’être testé!
 

Photo Ricardo Bernardo @Flickr

Une bouteille de vin

Le Portugal dispose d’excellents vins assez peu connus hors du pays, pourtant il est le 11ème pays producteur mondial de vins grâce à ses régions viticoles comme le Douro ou l’Alentejo. Qu’il s’agisse d’un  de Porto, de Madère ou d’un vinho verde, vous trouverez votre bonheur si vous êtes amateurs!
 

Photo Ricardo Bernardo @Flickr

De l’alcool

De ce côté là aussi il y a de quoi se faire plaisir! Si vous allez à Lisbonne, ne ratez pas la Ginjinha, une liqueur de cerise que vous pourrez consommer directement devant une petite échoppe en plein centre ville, pour ensuite en ramener une bouteille si cela vous a plu! Une autre liqueur sympa est la Licor de Beirao, délicieuse et aux saveurs de plantes. On trouve également le moscatel, et bien sûr, si vous vous rendez à Porto, du porto! Dan ce cas, concentrez-vous sur les marques que l’on ne trouve pas en France pour justifier le voyage!

 

Photo ajaribeiro @Flickr

Et vous, avez vous déjà visité le Portugal? Avez-vous été séduits par certains souvenirs culinaires?

Toasts à la feta, miel et grenade séchée

 Aujourd’hui c’est la journée de la femme! Cette journée n’est pas sensée être celle d’une soirée girly mas plutôt une journée pour honorer toute la lutte pour le droit de femmes mais aussi pour rappeler le chemin qui reste à parcourir pour que la femme soit traitée de manière correcte partout dans le monde. 
  
Bref, ce n’est pas un événement futile, il faut le noter, et cette journée a une grande importance! Mais si après une journée de travail, vous avez envie de profiter de ce prétexte pour vous faire une soirée entre filles, qui pourrait vous en empêcher? Pas moi en tout cas! Je vous proposerais pourquoi pas, un petit  cocktail rose, suivi d’une soupe rose à la betterave et au chou rouge et d’un gâteau aux fraises tagada. Pour l’apéro, je vous proposerais ces petits toasts qui sans être incroyablement féminins, ont une petite touche girly avec l’ajout des graines de grenade séchée… 
 
 
Ce sont d’ailleurs des saveurs que la plupart de mes amies adorent, c’est peut-être pour ça que j’ai pensé  vous les proposer en cette journée symbolique! Mais rien ne vous empêche de faire cette recette un autre jour hein, je ne suis pas sectaire! J’aime aussi son côté frais et estival, grâce au miel et à la feta, ce sont des ingrédients qui annoncent le retour des beaux jours… Allez, dans le nord les jours chauds sont encore loin, mais il y a quand même un peu de printemps dans l’air!
 

Toasts à la feta, miel et grenade séchée

Toasts à la feta, miel et grenade séchée

Ingrédients

  • 2 pains suédois
  • 50 g de feta
  • 2 c. à s. de crème liquide
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 c. à s. de graines grenade séchées
  • 1 c. à s. de noix
  • 2 feuilles basilic
  • 1 c. à c. de zaatar
  • 1 c. à c. de miel liquide
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Dans un bol, écrasez la feta avec l'huile, la crème liquide et le zaatar.
  2. Étalez ce mélange sur les pains suédois puis déposez par dessus les noix, le basilic, les graines de grenade.
  3. Versez un filet de miel liquide par dessus.

Salade de pommes de terre et patates douces aux salicornes

Les salades de pomme de terre ont de beaux jours devant elles à la maison. Mon homme est un fan absolu, et à chaque fois que je pense avoir fait le tour de la question, il me vient une idée de nouvelle salade de pommes de terre à tester!
 
 
Dernièrement, c’est un bocal de salicornes qui m’a inspiré celle-ci!
 
Vous connaissez les salicornes? On n’en trouve pas partout, c’est le genre de produit que l’on ramène de vacances en Normandie, en baie de Somme ou en Bretagne… Mais si vous vivez sur le littoral, vous avez peut être la chance d’y avoir accès facilement!
 
Les miennes me viennent donc d’un petit week-end fort sympathique à Saint Valéry sur Somme. Je suis tombée amoureuse de cette ville… Je dis  ça à chaque fois que je découvre une ville au bord de la mer je crois, mais que voulez-vous, je suis faite pour vivre au bord de l’eau! Du coup, j’ai eu grand plaisir à préparer ces salicornes en me rappelant les jolis moments passés là-bas! C’est pour cela que les souvenirs culinaires sont mes souvenirs de vacances préférés!
 
 
Si vous ne trouvez pas de salicornes, vous pouvez les remplacer par des câpres, ou vous rabattre sur une autre de mes salades de pommes de terre, comme cette salade de pommes de terres aux sardines!
 
Dans la recette que je vous propose aujourd’hui, j’ai eu envie d’essayer de remplacer une partie des pommes de terre par des patates douce pour voir, et cela fonctionne très bien. La patate douce apporte sa petite touche sucrée caractéristique que j’adore. 
 
  
 
 
Salade de pommes de terre et patates douces aux salicornes

Salade de pommes de terre et patates douces aux salicornes

Ingrédients

  • 700 g de pommes de terre coupées en dés
  • 500 g de patates douces en dés
  • 2 œufs
  • 30 g de salicornes ou câpres hachés
  • 2 c. à s.de ciboulette fraîche haché
  • 1 échalote hachée
  • 2 c. à s. bombées de moutarde à l'ancienne
  • 60 g de crème liquide
  • 6 c. à s. de vinaigre de vin rouge
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Épluchez les pommes  de terre et coupez-les en dés.
  2. Faites cuire les pommes de terre. Comptez 20 minutes à  partir de l'ébullition.
  3. De la même façon, mettez les patates douces épluchées et coupées en dés à cuire pour 20 minutes environ jusqu’à ce qu'elles soient tendres.
  4. Faites cuire vos œufs durs et laissez-les refroidir.
  5. Épluchez et émincez l'échalote et réservez. Égouttez la salicorne et réservez.
  6. Mélangez les œufs coupés en rondelles, les pommes de terre, les patates, ajoutez la salicorne préalablement égouttée et l'échalote hachée.
  7. Mélangez la crème, la moutarde et le vinaigre et ajoutez au reste.
  8. Ajoutez du sel, du poivre, de la ciboulette et mettez au frais au moins une heure avant de servir.

Soupe de carottes, potimarron et lait d’amande

L’hiver continue, et je ne me lasse pas des soupes : je crois n’en avoir jamais autant mangé que cette année, pourtant j’ai toujours été une grande consommatrice!
 
J’aime le côté pratique de cuire une grosse marmite en début de semaine, et de pouvoir me réchauffer un petit bol sans rien avoir à faire les soirs de flemme… Avec un petit bout de pain, cela me suffit amplement pour un repas du soir léger et qui réchauffe!
 
 
Les soupes aux courges sont parmi mes préférées, mais mon homme aime un peu moins que moi, c’est pourquoi j’ai voulu tester cette version qui contient plus de carottes que de potimarron. Le résultat était au rendez-vous, une soupe « compromis » qui a plu à tout le monde! Si comme moi vous avez des dubitatifs de la courge à la maison, cela passera sans doute mieux comme ça que cuisinée seule!
 
 
J’ai utilisé du lait d’amandes pour adoucir un peu le tout, c’était délicieux, bien sûr vous pouvez utiliser un autre lait végétal, cela fonctionnera très bien également!
 
 
 
P.S. : Si vous aimez la soupe de carottes, cette version au miel et galanga est aussi délicieuse!
 
Soupe de carottes, potimarron et lait d’amande

Soupe de carottes, potimarron et lait d’amande

Ingrédients

  • 500 g de carottes
  • 300 g de chair de potimarron
  • 2 petits oignons
  • 15 cl de lait d'amandes
  • 2 c. à s. de menthe hachée
  • 1 c. à s. de curcuma
  • 1 c. à s. d'huile olive
  • 1,5 litre d'eau

Préparation

  1. Brossez et coupez en dés les carottes et le potimarron. Épluchez les oignons et émincez-les finement.
  2. faites revenir les oignons 5 minutes dans une poêle avec l'huile puis ajoutez les carottes et le potimarron.
  3. Couvrez d'eau froide, salez et mettez à cuire, comptez 15 minutes après l'ébullition, départ eau froide.
  4. Lorsque les carottes sont tendres, ajoutez le lait d'amandes et mixez l’ensemble. Ajoutez la menthe hachée et le curcuma, mélangez et servez bien chaud.

Amandes au chocolat

Aujourd’hui, c’est la fête des grands-mères! A cette occasion, je vous propose la recette d’une petite douceur qui peut faire un très joli cadeau une fois présenté das un joli petit sac ou dans un bocal décoré d’un ruban : des amandes au chocolat!  C’est une recette que j’ai réalisé un jour pour l’offrir à ma mère et non à ma grand-mère, mais depuis que j’ai ma fille, ma maman est devenue une mamie elle aussi, et à ce titre elle a le droit qu’on lui souhaite la fête des grands-mères! 
 
 
  
 
Ces derniers temps, je m’y perds parfois entre « mamie » et « grand-mamie » dans les conversations… D’autant que ma grand-mère, qui aime se sentir jeune, encourage ma fille à l’appeler « mamie » tout court… Malheureusement, ma fille a bien fait la différence, et suite à un petit défaut de prononciation, a rebaptisé son arrière grand-mère « gros-mamie », au grand désespoir de l’intéressée!
 
Peu importe, car l’une comme l’autre adorent ce genre de petite gourmandise, je peux en faire une grosse quantité et partager entre les deux!
 
 
Ces amandes peuvent se décliner avec n’importe quel type de chocolat. J’aime le mélange de chocolat au lait et de chocolat noir, je trouve que ça a un goût extra. C’est donc cette version que je vous propose aujourd’hui.
 
C’est une recette ultra simple, pour ne pas dire inratable, et vraiment addictive. Si vous goûtez ces amandes avant de les emballer, vous risquez de ne jamais les offrir à personne, je vous aurai prévenus!
 
 
P.S. : Si vous cherchez une autre idée pour faire plaisir à votre grand-mère, vous pouvez aussi lui cuisiner un bon gros gâteau au chocolat!
 
Amandes au chocolat

Amandes au chocolat

Ingrédients

  • 125 g d'amandes entières émondées
  • 75 g de chocolat noir
  • 30 g de chocolat au lait
  • 2 c. à s. de cacao amer en poudre

Préparation

  1. Faites chauffer les amandes dans une poêle à sec pendant quelques minutes en remuant pour éviter qu'elles brûlent. Déposez les amandes torréfiées dans un saladier.
  2. Faites fondre le chocolat noir et au lait au bain-marie. Lorsqu'il est fondu, remuez-le pour qu'il devienne bien lisse. Versez-le sur les amandes. Remuez bien pour que toutes les amandes soient bien enrobées de chocolat.
  3. Déposez ensuite les amandes sur un morceau de papier sulfurisé et laissez le chocolat durcir.
  4. Décollez les amandes de la feuille de papier sulfurisé et déposez-les dans un saladier avec le cacao amer.
  5. Remuez jusqu'à ce qu'elles soient recouvertes de cacao.

Légume de saison : l’épinard

Photo Stewart Butterfield@Flickr

L’épinard est un des légumes verts les plus délicieux, polyvalents et sains qui soit. A la crème, sautés avec de l’ail, en farce dans des raviolis… Il est impossible de ne pas l’aimer! Comme les épinards frais redeviennent de saison à l’approche du printemps, je vous partage aujourd’hui quelques conseils sur leur choix, leur conservation et leur préparation. 


Photo RebeccaDawson@Flickr

Comment choisir des épinards?

À moins d’être hors saison, choisissez-les frais plutôt que congelé. Si vous n’êtes pas nombreux, achetez une petite quantité car ils ne se conservent pas bien longtemps.  Mais gardez en tête qu’ils diminuent énormément à la cuisson : ils perdront plus de la moitié de leur volume! Cherchez des feuilles et des tiges fraîches et croquantes, et d’un beau vert vif, sans aucun signe de jaunissement.
Évitez les feuilles qui semblent endommagés, flétris, grignotés par les insectes.


Photo Rob Bertholf@Flickr

Quand les épinards sont-ils de saison?

Les épinards poussent bien en climat tempéré et sont donc faciles à trouver chez nous. Ils ont disponibles toute l’année en sachets, mais leur meilleure saison d consommation est de mars à septembre.

Comment conserver des épinards ?

Ne lavez pas les épinards avant de les stocker, l’exposition à l’eau accélérerait leur détérioration. Enveloppez les épinards dans un torchon propre et humide, puis dans un sac en plastique, enroulez-le bien autour des épinard en évacuant le plus d’air possible et réfrigérez-les  jusqu’à 5 jours.

Évitez de conserver les épinards cuits car ils ne se conserveront pas très bien.


Photo Rebecca Siegel@Flickr

Comment préparer des épinards?

Les épinards vendus en sacs ont été prélavés et ne doivent être rincés.
Les épinards achetés en bottes ou en vrac doivent lavés juste avant de les cuisiner.  Il faut être méticuleux car les feuilles et les tiges ont tendance à collecter le sable et la terre.
Avant de les laver, coupez les racines et séparez les feuilles. Placez les épinards dans un grand bol d’eau tiède et agitez les feuilles avec les mains, ce qui permettra à la saleté de se déloger. Égouttez les épinards, remplissez à nouveau le bol avec de l’eau propre et répétez ce processus jusqu’à ce qu’il ne reste plus de saleté dans l’eau, soit deux à trois fois sauf si vos épinards sont particulièrement sales. 

Utilisez l’essoreuse à salade pour éliminer l’excès d’humidité avant de les servir ou de les cuire.

Mes recettes favorites aux épinards

 


Samossas au saumon, épinards et petits pois


Gratin de pâtes aux choux de Bruxelles, épinards et cheddar


Stoemp aux épinards frais


Épinards bengali


Oeufs cocotte aux épinards et stilton

quinoasotto-champignons-3
Quinoasotto aux champignons, épinards et parmesan

curry-pois-chiches-epinards-23
Curry aux pois chiches et épinards

mug-cake-epinard-chevre
Mug cake saumon, chèvre, épinards

Quiche aux poireaux et Saint nectaire

Vous avez sans doute remarqué que le fromage, j’aime ça. Parmi mes chouchous, il y a le cheddar, le parmesan, le morbier, le gorgonzola, le maroilles… Mais aussi le saint nectaire, que nous allons cuisiner aujourd’hui! Cette liste pourrait être beaucoup plus longue tant il y a de fromages que j’adore, j’avoue!
 
 
Récemment je vous ai partagé une version « classique » de la quiche lorraine, pour ne pas dire une version « officielle » car il existe autant de recettes de quiche lorraine que de lorrains, et je ne sais pas si l’une est plus officielle que l’autre!
 
 
Mais la réalité est que comme beaucoup d’entre vous je pense, mes quiches sont rarement classiques. J’y mets différents fromages, légumes, épices… Selon mes humeurs! Certaines ressemblent à des gloubi-boulga bizarres (mais quand même bons), notamment quand j’ai des petits restes à finir. D’autres sont un peu plus réfléchies, comme celle dont je vous parle aujourd’hui!
 
Cette version est très parfumée, grâce aux poireaux et au fromage. C’est une recette qui réchauffe et tient au corps, parfaite en ces mois frisquets en d’autres mots!
 
 
Quiche aux poireaux et Saint nectaire

Quiche aux poireaux et Saint nectaire

Ingrédients

  • 1 pâte brisée
  • 150 g de rondelles de poireau
  • 225 g de Saint Nectaire coupé en tranches
  • 1 échalote
  • 1 c. à s. d’huile
  • 1 gousse d’ail
  • 2 c. à s. de moutarde
  • 25 cl de lait
  • 20 cl de crème fraîche
  • 4 œufs
  • 1 pincée de muscade
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffez le four à 220°C.
  2. Garnissez le moule à tarte de pâte brisée et réservez au frais.
  3. Mélangez les œufs, la crème, le lait, l'échalote hachée et l'ail.
  4. Assaisonnez avec du sel, du poivre et de la muscade.
  5. Faites cuire à l'eau bouillante le poireau émincé pendant 10 minutes.
  6. Pressez le pour bien l'égoutter. Mélangez le au mélange d’œuf.
  7. Tartinez sur le fond de tarte la moutarde puis déposez le Saint Nectaire.
  8. Recouvrez avec l’appareil à quiche.
  9. Enfournez pour 40 minutes et servez chaud.

Curry de chou fleur népalais

Et si on se faisait un petit curry? Chez nous, tout le monde adore ça et je m’empresse donc de tester à chaque fois que je repère une nouvelle version. Les currys de légumes sont parmi mes favoris et celui-ci, au chou-fleur, a attiré mon attention avec son mélange d’épices ultra parfumées!
 
 
Lors d’un repas de famille que j’ai organisé il y a quelques temps, j’avais choisi de faire un repas à thème sur l’Asie, et j’avais proposé ce curry ainsi qu’un dahl de lentilles et du riz basmati, pour un repas complet vraiment délicieux. Tout le monde a adoré!
 
En quoi le curry népalais est-il différent du curry indien? Je ne suis pas certaine car j’ai eu beau comparer les recettes, je n’ai pas remarqué de différence caractéristique. Le curry népalais me semble plus simple, il ne fait par exemple pas appel à de la pâte de curry ou de la pâte de gingembre, mais je ne sais pas si c’est vraiment ce qui fait leur différence! Ce plat est également végétarien, comme beaucoup de plats du Népal. Toujours est-il que ce curry népalais est délicieux, et c’est l’essentiel!
 
 
Personne ne s’est plaint de l’absence de viande dans cette recette. Il faut dire que dans la cuisine népalaise comme dans la cuisine indienne, les stars, ce sont les épices plus qu’autre chose. Peu importe qu’on les marie avec de la viande, du poisson ou un légume, c’est toujours magique!
  
 
 
Curry de chou fleur népalais

Curry de chou fleur népalais

Ingrédients

  • 1 pomme de terre pelée et coupée en petits morceaux (125g)
  • 2 c. à s. d'huile végétale
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 c. à c. de cumin
  • 1 c. à c. de coriandre moulue
  • 1 c. à c. de curcuma
  • 1 c. à café de curry en poudre
  • 1 pincée de cannelle
  • 2 c. à c. de gingembre frais râpé
  • 5 gousses d'ail, pelées et hachées
  • 1 oignon émincé
  • 2 carottes pelées et en rondelles
  • 450 g de chou-fleur en fleurettes
  • 400 g de tomates en conserve
  • 30 cl d'eau
  • 12 cl de lait de coco
  • 140 g de petits pois
  • 2 c. à c. de sirop d’agave
  • 1/4 de c. à c. de piment de cayenne
  • 1 c. à s. de feuilles de coriandre fraîches hachées
  • Sel

Préparation

  1. Dans un petit bol, mettez la pomme de terre coupée en dés avec de l'eau et faites cuire pendant 2 minutes au micro-ondes. Remuez et testez les pommes de terre. Si ce n'est pas cuit, faites cuire encore 2 à 3 minutes. Réservez.
  2. Dans une grande sauteuse à feu moyen, ajoutez l'huile. Ajoutez les feuilles de laurier, le cumin, la coriandre, le curcuma, la poudre de curry et la cannelle et laissez les épices griller dans le beurre pendant quelques minutes, jusqu'à ce qu'elles soient bien parfumées.
  3. Ajoutez le gingembre, l'ail et l'oignon et faites sauter jusqu'à ce que l'oignon soit mou et translucide. Incorporez la pomme de terre, la carotte, le chou-fleur, les tomates et l'eau.
  4. Faites cuire à couvert en remuant régulièrement pendant environ 40 minutes, jusqu'à ce que le chou-fleur soit tendre. Incorporez les petits pois, le miel et le sel et prolongez de quelques minutes, jusqu'à ce que les pois soient chauds.
  5. Ajouter le piment de Cayenne au goût. Incorporez la coriandre juste avant de servir.
  6. Servez sur du riz basmati chaud.
 
Source d’inspiration :

Dans mon placard : produits japonais

Photo Shunichi kouroki @Flickr
 
Il y a quelques temps, je vous ai partagé la liste des spécialités favorites en provenance de Chine que j’ai régulièrement dans mon placard. En rédigeant l’article, j’ai réalisé que certaines de ces spécialités étaient plutôt japonaises, et j’ai donc voulu vous proposer un nouvel article sur les spécialités japonaises que j’adore! Le Japon est le pays qui me fascine le plus, mais je n’ai encore jamais eu la chance d’y aller. J’avoue que quand je vois une spécialité de chez eux, j’ai tendance à me jeter dessus pour la tenter, même si parfois je ne sais pas du tout ce que je vais pouvoir faire avec! Dans le tas, j’ai fait de super découvertes dont je vous parle aujourd’hui.
          
 

Le jus de yuzu

Je l’achète en petites bouteilles comme du jus de citron, il donne un arôme vraiment particulier aux boissons, gâteaux, etc! Son seul défaut est son prix, assez prohibitif.
 
Photo Nikita @Flickr

Les algues 

J’adore les algues nori qui servent à faire les sushi, mais aussi une version apéritive, où elles sont couvertes de sésame et dorées. Elles deviennent ultra craquantes et on les mange telles qu’elles, j’y suis totalement accro!
 
Photo Stiefen Schlingen @Flickr

Les épices

Il y a quelques mélanges d’épices typiquement japonais. Parmi eux, j’aime beaucoup le furikake, un mélange de sésame, de varech coupé en morceaux, de sucre, de sel, et de glutamate de sodium, que l’on utilise souvent sur le riz,  et le sichimi togarashi, un mélange de sept épices (piment rouge, zestes de mandarine, sésame, pavot, chanvre, nori, poivre sansho). Ces mélanges tout faits peuvent notamment être utilisés pour réaliser les crackers apéritifs nommés senbei, mais ils fonctionnent aussi dans plein d’autres plats! Enfin, il existe un curry japonais, je ne l’ai pas trouvé tout fait donc je l’ai fait moi-même en mélangeant des épices, je vous en partagerai la recette un jour! 
 

Photo CATXALOT @Flickr

Les pois wasabi

J’adore les pois secs enrobés d’un mélange de wasabi à l’apéritif. Ce sont un peu mes cacahuètes à moi, étant donné que je n’aime pas ces dernières.
 

Photo John Patrick Robichaud @Flickr

Le mirin

C’est une sorte de saké doux et sucré et très polyvalent dans la cuisine japonaise. Il se conserve très bien et j’en ai toujours une bouteille dans mon placard.
 
Photo Dylan Howell @Flickr

Les mochi

Je suis accro aux mochi, ces petits gâteaux gélatineux et tout doux! Je n’ai pas encore essayé d’en réaliser moi-même mais je ne résiste jamais à en acheter quand j’en croise!
 
Photo Arnold Gatilao @Flickr

Le miso

Ce condiment est génial et permet d’assaisonner de nombreux plats, et pas seulement en cuisine asiatique!
 
Photo Crystal @Flickr

La glace au sésame noir

Cette glace est juste divine, je ne peux rien en dire d’autre!
 
Photo @Satsuki.fr

Les nouilles udon

Je vous en parlais dans mon post sur la cuisine chinoise, je suis fan de ces énormes nouilles! Elles vont très vite à cuisiner et sont délicieuses. Je vous propose d’ailleurs une recette par ici et par ici!
 
 
Voilà, ce sont les spécialités japonaises que je rachète inlassablement dès que je n’en ai plus dans mes placards. Et vous, vous connaissez d’autres produits? n’hésitez pas à me les faire découvrir!
 

Frites à la mimolette, oignons grillés et mayonnaise à la truffe

La recette que je vous propose aujourd’hui trouve son origine à Anvers. Bien sûr, les frites sont souvent considérées comme une spécialité belge, bien que d’autres pays se réclament « rois de la frite » de nos jours. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle je parle de cette origine! En hiver, j’aime organiser un petit week-end en amoureux avec mon compagnon, et c’est souvent pour nous l’occasion d’aller découvrir une jolie ville de Belgique. L’an dernier, nous avion jeté notre dévolu sur Anvers, ville magnifique que nous avons adoré parcourir!
 
 
Là-bas, nous avons découvert par hasard une enseigne de frites « de luxe ». Le restaurant était assez stylé pour un fast-food, la déco était noire et dorée il me semble, et il y avait une carte très bien présentée avec des frites cuisinées de façon gastronomiques!
 
Entre autres, une recette avait attiré notre attention, mais il n’était pas l’heure de manger quand nous sommes passés devant cette échoppe…  C’est pourquoi nous nous étions noté de refaire la même idée à la maison.
 
 
C’est aujourd’hui chose faite, et c’est cette recette que je vous propose de découvrir! Je dois dire que nous l’avons bien appréciée, notamment cette mayonnaise à la truffe qui est très sympa! La frite est souvent un accompagnement, mais ici elle est un snack qui se suffit à lui-même, enfin sauf si vous avez vraiment très très faim…
 
Dans ce cas, vous pouvez servir un welsch burger ou un burger hivernal à la raclette pour aller avec, mais ne vous pesez pas pendant au moins une semaine ensuite!
 
  
 
 
Frites à la mimolette, oignons grillés et mayonnaise à la truffe

Frites à la mimolette, oignons grillés et mayonnaise à la truffe

Ingrédients

  • Pour 2 à 4 personnes
  • 800 g de pommes de terre à frites
  • 75 g de mimolette râpée
  • 1 oignon rouge coupé en cercles
  • 2 c. à s. d'huile végétale
  • 1  pincée de piment de cayenne
    Mayonnaise truffée
  • 1 jaune d’œuf
  • 1/4 de litre d'huile
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 1 c. à c. de vinaigre de cidre
  • 4 c. à s. d'huile de truffe
  • 4 lamelles de truffes émincées finement
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Épluchez l'oignon puis coupez-le en ronds. Faites frire 5 minutes à la poêle dans de l'huile à feu assez vif, sans le laisser brûler.
  2. Faites une mayonnaise normale en mélangeant la moutarde avec le jaune d’œuf, puis en ajoutant l’huile tout en battant énergiquement au fouet. Quand 'huile normale est incorporée, finissez à l'huile de truffe et enfin ajoutez les morceaux de truffe.
  3. préchauffez le four à 180°C.
  4. Faites vos frites à la friteuse.
  5. Lorsqu'elles sont prêtes, mettez-les dans un plat à four, salez, poivrez, saupoudrez de piment, déposez la mimolette râpée et les oignons et passez au four 5 minutes en mode grill.