Archives par mot-clé : été

Mie goreng végétarien

Pour le nouvel an chinois, je vous propose de réaliser une recette indonésienne… Cherchez l’erreur! Ce n’en est qu’une petite, car même si cette fête porte ce nom, elle est en réalité célébrée aussi dans d’autres pays où les communautés chinoises sont présentes et l’influence de la culture chinoise est importante, comme la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Viêt Nam. C’est aussi devenu un événement majeur dans les quartiers chinois de New York, de Londres et d’autres capitales mondiales. Bref, le Nouvel An chinois est un des événements les plus célébrés au monde, et pas qu’en Chine!
 
Les chinois ont très peu de jours de congés au sens où on l’entend chez nous, et pour eux les occasions de vacances sont plutôt liées aux jours fériés et aux ponts, par exemple pour le nouvel an chinois, il y a 7 jours de congés nationaux.
 
 
Les célébrations du nouvel an chinois commencent la veille du Nouvel An et durent généralement jusqu’au 15ème jour du Nouvel An, qui est le jour du Festival des Lanternes. Les festivités commencent avec le nettoyage de la maison pour balayer les mauvais esprits et faire de la place pour la bonne fortune, le bonheur, la richesse et la longévité. 
 
Le nouvel an chinois, aussi appelé Festival du Printemps, est une fête que j’apprécie beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les différentes cultures asiatiques, et j’ai eu la chance de voyager en Chine, pays qui m’a littéralement conquise, à tel point que j’ai même pris des cours de chinois, dont je n’ai pas retenu grand chose, je dois l’avouer!
 
Bref, je suis toujours contente d’approfondir ma connaissance de la culture asiatique, et ce, surtout quand ça passe par la cuisine, vous me voyez venir, grande gourmande que je suis!
 
Venons en à ce plat indonésien que je vous propose aujourd’hui! Le mie goreng (en indonésien, « nouilles frites »), aussi connu sous le nom de bami goreng, est un plat à base de nouilles frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des boulettes de viande, du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs. C’est un plat très répandu et très prisé que l’on retrouve dans quasiment tous les restaurants et les étals de l’archipel, de même que le nasi goreng.
 
Ce plat est dérivé du chow mein chinois, comme quoi, ça tient la route de le cuisiner au nouvel an chinois! Il a très probablement introduit par les nombreux immigrants chinois qui se sont établis tout au long de l’histoire dans l’archipel et la péninsule malaise.
 
J’ai toujours adoré les nouilles, et cette version indonésienne est l’un de mes plats préférés. Ce qui fait ce plat, c’est la sauce. Sa saveur principale vient du kecap manis, une sauce de soja super douce et collante, qui ressemble presque à de la mélasse. C’est super addictif. J’avais reçu cette sauce de la part de Rappelle-toi des mets suite à un concours que j’ai eu la chance de remporter sur son blog, et depuis je suis accro à cette sauce, j’en rachète très souvent!
 
La recette vous donnera 2 portions pas très grosses, si vous avez très faim n’hésitez pas à augmenter un peu la quantité de nouilles.
 
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour le nouvel an chinois, regardez cet article qui regroupe plein d’idées!

Mie goreng végétarien

 
Pour 2 personnes
 
  • 75 g de nouilles soba non cuites ou ramen
  • 1/2 oignon haché finement
  • 2 échalotes hachées
  • 60 g de haricots plats
  • 50 g de chou râpé
  • 35 g de haricots mungo
  • 1 carotte râpée
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 2 c. à s. d’huile d’arachide
  • 2 c. à s. de ketjap manis
  • 1 c. à c. de purée de piments sambal oelek ou de piment de cayenne
  • 1 œuf sur le plat
  • 1 c. à c. d’oignons frits
 
Préparer les nouilles selon les instructions de l’emballage; Égouttez et mettez de côté.
 
Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile et ajouter l’oignon, l’ail et le gingembre; Faire sauter jusqu’à ce que l’oignon est mou. Ajoutez les échalotes, les pois mange-tout, le chou et les haricots mungo et la crotte râpée, et cuire jusqu’à ce que tendre-croustillante.
 
Puis ajouter les nouilles, le kecap manis et le sambal.  Mélangez sur le feu Jusqu’à ce qu’il soit chaud (environ 5 minutes).
 
Faites cuire 2 oeufs au plate et déposez-les dessus, saupoudrez d’oignons frits.
 

Galette feuilletée au maroilles

Pour les amateurs de fromage, voici une très bonne recette que j’ai réalisée un soir pour un repas rapide mais gourmand! 
Cette galette puante fromagère délicieuse, je l’ai trouvée chez Guy du blog Guy59600. Dès que je l’ai vue, j’ai su qu’il fallait absolument que j’essaye cette recette composée principalement de Maroilles fondu entre deux pâtes feuilletées (le rêve, quoi). En effet, j’adore ce fromage et toutes les occasions sont bonnes pour en mettre dans ma cuisine! Je me suis donc lancée en suivant la recette de Guy. J’y ai juste ajouté la compotée d’oignons parce que j’adore ça! Non seulement cette recette est très facile et rapide à réaliser, mais surtout elle est délicieuse ! Moi qui suis une grande fan de fromage, j’ai adoré! La texture est vraiment fondante, le goût du maroilles bien présent et adouci légèrement par la crème et les oignons…
 
 
Nous avons dégusté cette galette à trois, mais suivant la taille de vos estomacs, elle peut aussi convenir pour 4 (notamment si vous avez des enfants dans le tas) ou à deux (si vous êtes du genre estomac infini comme moi). Honnêtement, si on n’avait été que deux à table, on l’aurait finie quand même tant elle était bonne! Ensuite tout dépend si vous la servez en entrée ou en plat. Pour moi c’était un plat, mais en entrée, faites de plus petites parts car c’est quand même bourratif.
 
J’ai accompagné cette galette d’une salade verte, cela apporte un peu de fraîcheur et de vitamines, ça ne fait pas de mal car c’est un repas bien riche!
 
En ce qui concerne le maroilles, prenez garde à la quantité lorsque vous l’achèterez. Le maroilles se divise en quarts, et en supermarché quand vous pensez acheter un fromage entier, c’est souvent en réalité un « quart ». Comme pour la recette il faut un demi,  ce n’est pas la moitié d’un fromage, mais 2 fromages qu’il vous faut – vous devez atteindre 360 g! Chez le fromager, c’est plus simple, puisqu’ils ont des fromages entiers et vous en coupent un demi à la demande.
 
 
 
P.S. : Si vous aimez le maroilles, découvrez aussi ma tatin d’endives au maroillesX

Galette feuilletée au maroilles

 
Pour 4 personnes
 
  • 2 pâtes feuilletées
  • 1/2 maroilles
  • 2. c. à s. de crème fraiche
  • 3 oignons pas trop gros
  • 20 g de beurre
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 cl de lait pour la dorure
  • Poivre
Coupez l’oignon en rondelles, faites cuire 10 minutes à feu doux casserole avec du beurre et de l’huile.
 
Étalez la pâte feuilletée pour obtenir deux cercles de 180 , poser un cercle sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, déposez l’oignon. découper des lamelles de maroilles et mettre dessus jusqu’à 1 cm du bord , ajouter un peu de crème fraîche , poivrer , badigeonner le tour du disque avec de l’eau , poser le deuxième disque , bien appuyer pour souder les deux disques , badigeonner avec du lait , mettre au frais pour environ 20 mn , au bout de ce temps préchauffer le four  200° , reprendre la galette repasser du jaune d’œuf dessus , faire des stries , mettre a cuire pour environ 20 bonnes minutes , surveiller la cuisson car tout dépend des fours.
 
 
Source d’inspiration :

15 blogs inspirants pour le Blogger Recognition Award

Photo Doug Belshaw @Flickr

Voici aujourd’hui ma participation au Blogger Recognition Award, auquel j’ai eu l’honneur d’être nominée par Mangue Coco! Je la remercie beaucoup pour cette nomination, ça me fait plaisir qu’elle ait choisi mon blog parmi tant d’autres! Je suis très touchée, d’autant plus que j’adore le blog Mangue Coco de mon côté! Allez vite le découvrir si vous ne connaissez-pas!

Vous allez sûrement vous demander comme moi ce qu’est ce fameux award. ll s’agit d’une distinction que l’on peut retrouver aussi bien sur la blogosphère française qu’internationale, et qui a pour but de faire connaître d’autres blogueurs et blogueuses.

C’est l’occasion pour moi de vous parler de 15 blogs que j’apprécie, et je ne pouvais donc pas passer à côté, il y en a tellement que j’adore et que j’aimerais vous faire découvrir! Le plus dur a été de me limiter et si vous voulez une vue plus large sur les blogs que j’aime et que je lis au quotidien, j’ai une liste un peu plus longue ici ( mais pas encore totalement complète, je l’avoue)! J’ai essayé de vous proposer des blogs de tout domaine et pas seulement de la cuisine, alors je m’excuse après de toutes mes copines blogueuses que je lis journalièrement mais que je n’ai pas citées ici! 15 blogs, c’est vraiment trop peu pour résumer ce que j’aime!

 

Les modalités du Blogger Recognition Award

 

  • Remercier la personne qui a nominé votre blog.
  • Expliquer pourquoi on tient un blog/son parcours
  • Donner quelques conseils aux nouveaux blogueurs
  • Nominer à son tour quinze blogs

Pourquoi j’ai créé ce blog?

J’ai démarré ce blog il y a quatre ans avant tout pour partager mes expériences culinaires. Je cuisinais de plus en plus et je voulais donner un sens à tout cela, ne pas perdre au fur et à mesure les belles découvertes que je faisais, et en faire profiter tout le monde. Je suis quelqu’un de touche-à-tout qui peut se disperser parfois dans ses projets, c’est pourquoi avoir un blog me paraissait le compromis idéal pour me focaliser sur quelque chose à long terme. C’est en effet un loisir qui me permet d’allier plusieurs de mes passions : la cuisine, mais aussi la photo, l’écriture, le webdesign et enfin, l’illustration pour la bannière du blog.

Mes conseils pour les futurs blogueurs

 

Je dirais avant tout d’essayer de créer une certaine régularité, même si la fréquence n’a pas besoin d’être intensive. Un blog implique une certaine discipline, c’est pénible parfois mais quand on regarde en arrière on est fiers d’avoir tenu le rythme. Je dirais aussi de poster des articles sincères et qui vous ressemblent (je sais, ça fait cliché!), sans chercher à atteindre la perfection, que ce soit dans les recettes de cuisine, les rédactionnels, les photos, la mise en page… Sinon, on ne se lance jamais! Mais avec la pratique, on fait de très beaux progrès très vite.

 

Les 15 blogs que je nomine

 

Et voici maintenant les quinze blogueuses que je nomine au Blogger Recognition Award :

Cuisine de Gut, pour ses recettes toujours inspirantes, gourmandes et bien parfumées.

Marlyzen, pour ses recettes délicieuses aux inspirations du monde entier. Je suis toujours scotchée par l’inventivité de ses recettes et leurs jolis couleurs.

Une aiguille dans le potage, pour ses photos et ses recettes impeccables, à la fois super appétissantes et super bien exécutées.

Cuisine culinaire, ses photos superbes et ses recettes plus gourmandes les unes que les autres.

Berenice Big, pour ses photos d’appartements sublimes qui me font rêver, pour son œil acéré en matière de déco et d’aménagement intérieur, pour ses billets d’humeur doux et optimistes.

French Fibers, parce que ce blog de couture ne se contente pas de partager des tutoriels ou des photos de ses réalisations. J’aime aussi sa façon réfléchir à tout ce qui va autour : achat de tissu responsable, prendre le temps d’apprécier ce qu’on fait… ça change de la surenchère de consommation et de production habituelle!

Les trésors d’Esthelle, pour son honnêteté, qui se reflète dans ses chroniques de produits de beauté. Elle a aussi un attrait pour les produits aux compositions naturelles, totalement en phase avec ma manière de consommer actuelle.

Allergique gourmand, pour ses recettes « sans », testées et re-testées jusqu’à obtenir un résultat parfait, et ce malgré les ingrédients qui ont été remplacés par rapport à une version « avec ». J’aime y découvrir de nouveaux produits comme des farines alternatives sans gluten.  

Flavour beans, pour l’humour présent dans ses chroniques, qu’elle parle de produits de beauté ou de ses péripéties en tous genres.  Récemment elle a adopté un style de vie plus healthy et propose aussi de nous partager des petits conseils sur son alimentation, ce qui me plait énormément.

Cook travel book, pour ses gâteaux toujours absolument déments et indécents, qu’elle mixe avec des partages de lectures très bien rédigés qui me donnent souvent super envie. 

Nina moslee, pour les articles lifestyle sur des thèmes variés et destinés à toutes, et pour la bonne humeur que dégage le binôme fille/maman formé par Nina et Lulu.

Cuisine et couleurs, pour sa cuisine colorée, de saison, facile à réaliser et très inventive.

La cuisine de Jackie, pour ses plats à la fois élégants, gourmands et créatifs, pour ses photos impeccablement exécutées et pour ses petites influences du monde qui ne me laissent pas insensible.

Myrtee, pour sa douceur de vivre, sa personnalité et bien sûr ses recettes végétales vraiment super appétissantes. 

Bowsome,  pour ses articles voyage inspirants et ses billets mode vraiment super jolis, j’adore y faire de belles découvertes.

Poppyseed channel, pour ses articles mixant lifestyle, bien-être, diy et cuisine, c’est une vraie invitation  à la découverte.

Voilà il me faudrait des heurs pour vous parler encore de tous ceux que je n’ai pas cités. Pour les blogs nominés, vous n’êtes pas du tout obligés de réaliser à votre tour le Blogger Recognition Award! Javais juste envie de vous mettre à l’honneur!

Crêpes façon manicotti

Les manicotti, vous en avez déjà entendu parler? Ce sont des pâtes italo-américaines, c’est à dire qu’elles ne sont pas traditionnelles dans la cuisine italienne. Elles ont été inventées aux Etats-Unis par les  émigrés italiens qui ont continué à perpétuer les traditions culinaires italiennes sur leur terre d’adoption et à les faire évoluer. 
 
Ce sont des pâtes en forme de tubes cannelés, dont le nom signifie « petite manche » mais aussi « mains cuites » en référence au fait que l’on se brûlerait les mains lors de leur fabrication. Si on trouve aujourd’hui sous ce nom de  de grosses pâtes tubulaires, habituellement striées, similaires au cannelloni et destinées à être farcies et cuites, la version traditionnelle des manicotti utilise plutôt des sortes de crêpes. Elles sont garnies d’une sauce et en sont couvertes avant d’être mises au four. Voilà ce qui m’a donné l’idée d’en proposer pour la chandeleur. 
 
 
Je dois dire que globalement, je suis une fan de pâtes farcies. Tortellini, raviolis, cannelloni… Dès lors qu’il  y a des pâtes et du fromage, je suis votre homme femme! Mais malgré cette obsession, je ne prends presque jamais le temps de faire des pâtes farcies à la maison, allez comprendre. Donc, j’ai profité de la Chandeleur pour assouvir mon envie de pâtes au passage, en me faisant des crêpes fourrées façon pâtes, et ça a été un succès. 
 
L’ensemble s’est révélé vraiment très bon. Avec des crêpes moelleuses, une sauce riche et parfumée, et la délicieuse combinaison de ricotta et de parmesan, ce plat fait un parfait repas de semaine pour utilsier les crêpes qu’il vous reste.
 
Le top, c’est d’avoir une sauce marinara de bonne qualité déjà prête d’avance. Si vous voulez la faire maison, c’est par ici! Sinon, cette recette peut être faite avec n’importe quelle sauce marinara ou sauce spaghetti toute prête. 
 
 
 

Crêpes façon manicotti

 
  • 6 crêpes
  • 40 cl de sauce marinara
  • 65 g de parmesan
  • 200 g de ricotta
  • 1 c.  à c. de poudre de basilic
  • 1 c. à c. d’origan
  • Sel, poivre
 
Dans le fond d’un plat allant au four, déposez la moitié de votre sauce marinara.
Mélangez les herbes, la ricotta et 40 g de parmesan.
Repartissez ce mélange dans les crêpes et roulez-les, puis mettez-les côté à côte dans le plat.
Couvrez du reste de la sauce marinara, du reste du parmesan parmesan et d’une pincée de basilic et d’origan supplémentaires.
 

Sauce marinara

Aujourd’hui, c’est une recette de base et végétarienne que je vous propose : la sauce marinara. Avant de vous l’expliquer plus en détail, j’avais envie de vous parler d’un concept sympa que je viens de découvrir : Le veggie challenge
 
Voilà deux ans environ que j’ai adopté une alimentation beaucoup plus végétale, qui contient très peu de viande ou de poisson, même si je ne suis pas à proprement parler végétarienne. Bien que par goût j’aime la viande, je suis très attirée par ce mode d’alimentation, que ce soit pour des raisons d’éthique ou de santé. De plus, je trouve qu’il y a énormément de recettes innovantes à tester en cuisine végétale. Ne serait-ce que par curiosité, c’est amusant de se prêter au jeu. 
 
Je me suis donc inscrite à ce challenge qui consiste à adopter une alimentation végétale pendant 21 jours. On s’inscrit sur le site et on reçoit chaque matin des recettes, conseils et infos pour nous aider à nous y tenir. Les mails sont très intéressants et les recettes sont vraiment top, pas trop dures ou à base d’ingrédients bizarres ou difficiles à trouver. Je ne pense pas devenir végane à la fin de ce challenge, car je crois que je ferais une crise de manque si je ne consommais pas de fromage pendant trop longtemps. Cependant, je conserverai certains bons conseils et astuces que j’ai découverts en le faisant, et j’augmenterai sans doute encore la part de plats végétaux dans mon quotidien. Si ça vous dit d’essayer, c’est par ici pour en savoir plus et vous inscrire, c’est gratuit et ça n’engage à rien!
 
Maintenant, parlons de cette sauce marinara! La première chose à savoir à propos de la sauce marinara, c’est qu’elle n’est pas synonyme de sauce tomate ou de bolognaise. C’est vraiment une sauce spécifique, simple, mais qui nécessite néanmoins une méthode particulière et des ingrédients précis. Je vous rassure, ce n’est pas le genre de recette que les nonnas italiennes font mijoter pendant trois heures en mélangeant inlassablement, au contraire, cela va plutôt vite à faire. 
 
La vraie sauce marinara a le bon goût de la tomate fraîche et la saveur de l’huile d’olive, mais aussi une texture agréablement veloutée. La liste « officielle » des ingrédients comprend de l’huile d’olive, des tomates bien mûres, une belle quantité d’ail, une pincée de piment et d’origan séché ou, dans les versions modernes de la recette (et dans celle que je vais vous proposer), du basilic frais. 
 
Comme vous le voyez, la sauce marinara ne contient pas grand chose, mais cela fait vraiment la différence avec une simple sauce tomate! Une fois que vous aurez testé cette recette, vous pourrez dire adieu à la sauce pour pâtes achetée en magasin, c’est clair! 
 
 
Les tomates mûres sont la clé pour réussir cette sauce. Elles apportent la meilleure saveur quand elles sont de saison. L’été, prenez donc des tomates fraîches et très mûres, les roma étant parfaites. Je vous recommande d’en faire de belles quantités et d’en congeler pour l’hiver. Si vous devez réaliser cette recette en plein hiver, je vous recommande d’opter pour des tomates en conserve de bonne qualité à la place des tomates, qui ne seront pas assez mûres et goûteuses à cette période de l’année. La sauce marinara est idéale pour garnir tout vos plats, des pâtes à la pizza, c’est un basique qui vous servira régulièrement.
 
Utilisez une poêle, ou une casserole très large pour cette recette. Cela permettra à la sauce de cuire uniformément et de s’épaissir rapidement. 
 
   

Sauce marinara

 
  • 400 g de tomates très mûres en saison, ou en boite entières
  • 3 cl d’huile d’olive
  • 4 gousses d’ail pelées et écrasées 
  • 1 pincée piment de Cayenne
  • 1/2 c. à c. de  sel
  • 5 feuilles de basilic
  • 1/2 c. à c. d’origan séché  
Versez les tomates dans un grand bol et écrasez-les avec les mains. Versez 1 tasse d’eau dans la boîte et faites-en le tour pour obtenir les jus de tomates. Réservez. Dans une grande poêle à feu moyen, chauffez l’huile. Quand l’huile est chaude, ajoutez l’ail. Quand l’ail grésille mais avant qu’il brunisse, ajoutez les tomates puis l’eau de la boite de tomates. Ajoutez le piment entier ou les flocons de piment rouge, l’origan, le sel et remuez. Déposez les feuilles de basilic dans la sauce, faites mijoter la sauce jusqu’à épaississement soit environ 15 minutes. Jetez le basilic et le piment. Rectifiez l’assaisonnement.
 
 

Tamagoyaki à la spiruline

À la vue du titre de cet article, vous devez vous demander où je suis allée chercher une recette pareille! Le nom n’évoque pas grand chose, mais en réalité c’est un plat très simple qui se cache derrière!

Le tamagoyaki n’est rien de plus qu’une omelette japonaise, généralement servie au petit déjeuner, mise dans un bento comme plat d’accompagnement ou encore utilisée comme garniture de sushis ou de sandwich. L’originalité par rapport à une omelette française vient principalement de sa forme roulée, qui nécessite de la cuire idéalement dans une poêle carrée. Au Japon, on trouve donc des poêles rectangulaires spécialement pour cette omelette, mais vous pouvez aussi comme moi utiliser une poêle antiadhésive ronde.

Le processus de roulage de l’œuf peut sembler un peu rebutant au début, il vous faudra peut-être un peu de temps pour vous y habituer. Mais une fois que vous avez le coup de main, c’est facile et très rapide à faire. Un tamagoyaki comme celui-ci prend 5 minutes à cuire, soit à peu près le même temps qu’une omelette bien de chez nous. La première couche n’a pas besoin d’être roulée à la perfection, puisqu’elle va surtout donner le volume de base du tamagoyaki. Ensuite plus on avance dans le roulage et mieux il se forme, ce qui fait qu’au final ça rend bien, même quand on pense être mal parti!

Bien que ce soit un plat très simple, il est vraiment délicieux, même servi seul. Le tamagoyaki contient souvent un peu ou même beaucoup de sucre, j’ai choisi de faire un tamagoyaki pas trop sucré, mais vous pouvez mettre plus ou moins de sucre à votre goût.

La spiruline quand à elle est un super aliment. Elle est réputée car elle contient de nombreux nutriments qui sont bons pour nous : des vitamines, des protéines, du fer et des oméga-6, mais surtout des bêta-carotènes qui ont pour effet de ralentir le vieillissement de la peau.

La spiruline aurait été une source de nourriture pour les Aztèques et autres Méso-Américains jusqu’au XVIe siècle. Elle a été découverte par les Européens lors de la conquête de l’Amérique.

Elle aurait peut-être même une origine plus ancienne au Tchad, où elle aurait été connue dès le IXe siècle. Là-bas, elle est encore utilisée dans la cuisine quotidienne, notamment sous forme de pastilles sèches appelées « Dihé », utilisées pour faire des bouillons.

La spiruline n’est pas toujours facile à utiliser à cause de son goût assez prononcé. C’est une des raisons pour lesquelles elle est majoritairement consommée en gélules. Mais comme il s’agit tout simplement d’une algue, ou plus exactement d’une micro-algue en forme de spirale (d’où son nom) j’avais envie de chercher des recettes pour l’intégrer en cuisine.

J’ai donc enquêté un peu et vu qu’on pouvait l’utiliser dans les desserts, les boissons, les salades ou les tartinades comme le guacamole. Voici mon premier essai et je dois dire que ce fut très bon, le goût de l spiruline n’était pas trop présent malgré l’odeur forte de l’algue qui m’a inquiétée au premier abord.

  
P.S.: Si vous aimez les omelettes et la cuisine japonaise, vous aimerez aussi ces onigiri à l’oeuf brouillé!

Tamagoyaki à la spiruline

  • 1 c. à c. rase de spiruline
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à s. de mirin
  • 2 c. à c. de sucre
  • 3 gros œufs
  • Sel

Commencez par battre vos œufs dans un bol avec la sauce soja, le mirin, le sucre, la spiruline. Salez.
Chauffez la poêle et huilez-la avec parcimonie mais uniformément.
Déposez une première louche de mélange à l’oeuf. Il faut que la couche soit assez fine tout en couvrant toute la surface de la poêle.

Attention il faut agir assez vite. Avec une spatule, dès que vous voyez que l’omelette a pris, commencer à rabattre un bord vers le centre de la poêle en le roulant, petit à petit, délicatement. Roulez l’omelette sur elle-même jusqu’au bout. Repoussez-la alors sur le côté de la poêle, de manière à ce que le côté vide de la poêle soit du côté « ouvert » de l’omelette rouée.
Verser une louche plus petite d’œufs battus dans le prolongement de la première omelette, le mélange doit se coller au bord de l’omelette précédente et fusionner. Attendez trente secondes que cela commence à cuire.

Recommencer l’opération encore deux fois ou plus, jusqu’à épuisement du mélange aux œufs.

Retirez l’omelette de la poêle.
Découpez les extrémités, puis faites de belles tranches.

 

Fondants au Nutella (4 ingrédients)

Je ne sais pas vous, mais moi j’évite au maximum d’acheter du Nutella et toutes les autres préparations à tartiner. D’abord, parce que ça ne contient pas grand chose de très bon pour ma ligne, ensuite parce que quand j’en ai, je ne peux pas m’empêcher de taper dans le pot à la cuiller, et en prime parce que je ne petit-déjeune pas donc je n’en ai pas franchement l’utilité. Mais allez savoir pourquoi, j’en ai quand même plein mes placards! Il y a les rescapés de la chandeleur, il y a les cadeaux, les paniers gourmands en tous genres, ceux que je reçois dans des box…

Pour ne pas être tentée de tout manger à même le pot, j’essaye au maximum de cuisiner ces pâtes à tartiner en tous genres. Ça donne des gâteaux ultra gourmands, mais moins culpabilisants puisqu’on les partage avec tout le monde!

Alors quand j’ai vu des petits fondants au Nutella avec seulement 4 ingrédients, j’ai vu une occasion de dégommer un pot et de faire un peu de place sur mes étagères… Enfin, si vous saviez tout ce qu’elles contiennent ces étagères, ce n’est pas avec un pot que je vais libérer de la place mais bon, c’est toujours ça de pris…

Bref, je vous l’annonce tout de suite, cette recette c’est du lourd, du très lourd ! Tout ce que je peux vous dire c’est que ces petits gâteaux individuels ont été dévorés ! Leur texture est vraiment parfaite, ce sont de vrais fondants au chocolat comme on les aime. Si vous aimez le Nutella et les recettes simples qui en jettent un max, alors, cette recette est pour vous.

La recette est on ne peut plus simple. On bat les œufs, on ajoute le Nutella, la farine, les noisettes, on fait cuire et tout le monde se régale! Que dire de plus pour vous convaincre? N’attendez plus ! Cette recette deviendra assurément l’une de vos classiques!

P.S. : Si vous avez encore du Nutella à utiliser après ça, essayez mon brownie au Nutella!

Fondants au Nutella (4 ingrédients)

  • 300 g de Nutella
  • 2 oeufs
  • 130 g de farine
  • 50 g de noisettes grossièrement concassées

Préchauffez le four à 180°C. Couvrez des moules à muffins de papier sulfurisé. dans un bol, mélangez le Nutella et les œufs. Ajoutez alors la farine et mélangez. Déposez le mélange dans 6 moules à muffins et saupoudrez les noisettes grossièrement concassées par dessus.

Laissez cuire 15 à 18 minutes, jusqu’à ce que le dessus ait pris et craquelle un peu sur les bords. Un cure dents planté au centre doit ressortir encore un peu couvert de chocolat. Sortez du four et laissez refroidir 5 minutes avant de démouler et laissez refroidir totalement.

Source d’inspiration :

https://cupofjo.com/2014/02/four-ingredient-nutella-brownies/

Oeuf cocotte au saint nectaire, potiron et aux noix

Si comme moi, vous aimez les œufs, la petite recette que je vous propose aujourd’hui va vous plaire! Mais avant de parler de cuisine, j’ai envie de vous parler d’une initiative que j’ai découverte récemment et qui m’a beaucoup plu! J’aime les œufs voyez vous, mais j’aime aussi… Les poules! Sans elles, adieu les bons œufs frais, et j’aurais vraiment du mal à m’en passer, mais je suis horrifiée par les traitements que l’on fait subir à nos gentilles poulettes pondeuses dans industrie alimentaire.
 
Un geste simple est déjà de n’acheter que des œufs de poule achetés en plein air, mais cela ne résout pas tout malheureusement! Alors j’ai été enthousiasmée de découvrir une nouvelle marque d’œufs qui va plus loin! Il s’agit des œufs de marque Poulehouse. Ce sont des œufs bio issus de poules pondeuses qui ont été sauvées avant l’abattoir. Dans l’industrie classique, vers dix-huit mois, quand leur cycle de ponte commence à décliner, les poules partent en effet à l’abattoir.
 
 
Poulehouse propose donc de « sauver » ces poules pondeuses en leur permettant de vivre paisiblement jusqu’à leur fin de vie. Cette marque a signé des contrats avec quatre agriculteurs bio en Normandie, Hauts-de-France et Centre-Val de Loire, et récupèrent donc leurs poules qui continueront à pondre des œufs à un rythme un peu ralenti et dans de bonnes conditions. Malheureusement je ne trouve pas encore ces œufs près de chez moi, mais je trouve l’initiative innovante et elle mérite d’être encouragée. Et vous, qu’est-ce que vous en pensez? Vous connaissiez cette marque?
 
Revenons maintenant à notre recette! J’adore donc les œufs et j’adore les préparer en œuf cocotte, c’est tellement gourmand que j’ai du mal à réaliser que c’est un repas « léger ». Pourtant, servi avec une soupe, c’est vraiment idéal pour un repas du soir! Cette version contient trois de mes aliments préférés : du fromage, du potiron, et des noix! C’est un petit repas à la fois doux, réconfortant et rapide à faire, je peux vous dire que je l’ai adoré!
 
  
 P.S. : Si vous aimez les œufs cocotte, essayez aussi celui-ci, au coulommiers et cranberries!

Oeuf cocotte au saint nectaire, potiron et aux noix

 
Pour 2 cocottes
 
  • 2 œufs
  • 1/2 oignon
  • 20 cl de crème liquide entière
  • 2 pincées de de paprika
  • 1 pincée de graines de moutarde
  • 1 pincée d’aneth
  • 60 g de saint nectaire
  • 100 g de potiron
  • 20 g de noix
  • Sel poivre
 
Coupez le potiron en petits cubes et placez-les dans un saladier en verre allant au micro-ondes. Recouvrez d’eau et placez dans le micro-ondes 8 à 10 mn puissance 900 watts , jusqu’à ce que le potiron soit tendre.  Égouttez, salez, poivrez, écrasez grossièrement et réservez.
 
Salez et poivrez le fond du ramequin.
Versez la crème mélangez-y le potiron écrasé, les épices, la moitié du saint nectaire émincé en petits dés, mélangez bien. Ajoutez délicatement l’œuf et enfin le reste du fromage et les noix émincées grossièrement.
Préparez un bain-marie chaud et préchauffez le four à 180°C.
Enfournez pour 8 à 10 minutes. Le blanc doit être coagulé mais le jaune encore coulant.
 
 

 

Avec cette recette au potiron, je participe à Cuisinons de saison !
 

Tarte Piña colada

A chaque fois que je vois le mot piña colada, je ne peux pas m’empêcher de penser à la chanson de Rupert Holmes que l’on entend dans les gardiens de la galaxie … ♩  ♫ ♬ ♪ If you like Piña Coladas ♬♩ ♪ ♫  J’adore la bande originale rétro de ce film!
 
 
En tout cas, si vous aimez la Piña colada, vous aimerez cette tarte! Une pâte sablée couverte d’ananas caramélisé dans le rhum, lui-même couvert d’une crème à base de lait de coco, le tout surmonté d’une meringue à la vanille juste passée sous le grill… Il y a de quoi se régaler non?
 
Comme vous l’avez sûrement deviné si vous lisez mon blog, j’adore les bons cocktails et les bonnes boissons en général. Parmi elles, je ne peux pas dire que la piña colada soit dans mes favorites. Je la trouve un peu écœurante car elle est vraiment très sucrée en général, et pourtant tous les parfums que contient ce cocktail me plaisent vraiment beaucoup si on les prend séparément! Je crois simplement que je préfère manger du sucre que de le boire!
 
C’est cette réflexion qui m’a donné l’envie de préparer une piña colada façon tarte, à l’occasion d’un repas que j’ai organisé sur le thème des pirates. Je ne pense pas que les pirates se bourraient la g… à la piña colada, non, ce n’est pas assez viril pour eux bien sûr, mais c’est quand même une recette avec du rhum, et qui évoque les îles sur lesquels les pirates accostaient.
 
 
J’avais repéré cette recette sur le site de Gâteaux en fête de Lilou25, et je l’avais tout de suite mise de coté en pensant à ce repas à thème qui allait arriver. Je n’ai pas été déçue! Déjà elle était très facile à faire, ce qui était un peu mon inquiétude quand on connait les talents en pâtisserie de Marie-Laure que je suis loin d’égaler! Mais ici pas de décor complexe, (si vous voulez en prendre plein la vue allez voir son blog par ici!), c’est une recette familiale très simple surtout si comme moi vous prenez une pâte sablée toute faite. Bon, je m’étais dit que je ne le ferais plus, mais j’avais tellement de choses à préparer pour ce repas à thème que j’étais contente de gagner du temps sur la préparation de la pâte! Si vous avez le temps d’en faire une maison surtout n’hésitez pas la recette n’en sera que meilleure!
 
La garniture est aromatisée avec de l’arôme de noix de coco. Si vous n’en avez pas, vous pouvez faire sans ( Marie-Laure n’en mettait pas), et pourquoi pas ajouter des copeaux de coco pour renforcer le goût comme elle le fait elle-même.
 
Cette tarte contient une belle dose de rhum, je pense que l’alcool s’évapore en cuisant mais dans le doute si vous voulez la servir à des enfants ou des femmes enceintes, vous pouvez supprimer le rhum ou le remplacer par du sirop saveur rhum. J’en avais acheté pendant ma grossesse pour me faire des virgin mojitos, ce sirop a la saveur si caractéristique du rhum mais sans une goutte d’alcool!
 
Au final, cette tarte Piña Colada est un de mes nouveau desserts chouchous! Elle est à la fois légère et estivale, ce qui fait du bien avec ce mauvais temps, et les saveurs d’ananas et de noix de coco sont à tomber!  Alors, si vous aimez ces parfums, allez-y et offrez-vous une part de paradis tropical!
 
 
 
P.S. : Si vous aimez les desserts aux goûts des îles, ce gâteau à la confiture rhum ananas coco est absolument indécent!

Tarte Piña colada

 
  • 1 pâte sablée
  • 1 ananas
  • 20 cl de lait de coco
  • 30 g de beurre
  • 30 g de sirop de canne
  • 10 cl de rhum brun
  • 3 œufs
  • 30 g de sucre de canne
  • 3 c. à c. d’arôme coco
  • 1 c. à c. de vanille liquide
  • 75 g de sucre
 Préchauffez le four à 150° C.
 
Précuisez la pâte 10 minutes à blanc, piquée avec une fourchette et couverte de haricots de cuisson à 150°C et réservez.
 
Préchauffez le four à 210° C.
 
Coupez l’ananas en petits morceaux.
 
Dans une poêle, faites fondre le beurre, ajoutez le sirop de canne et mettez les morceaux d’ananas dedans. Faites caraméliser 5 minutes puis ajoutez le rhum. Prolongez la cuisson encore 5 bonnes minutes, le liquide doit quasiment disparaître.
 
Une fois les morceaux d’ananas bien caramélisés, jaunes et brillants, réservez.
 
Préchauffez le four à 210°C.
 
Préparez la crème : dans un gros bol, fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre de canne jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Incorporez le lait de coco et mélangez avec l’arôme coco.
 
Garnissez votre moule à tarte de pâte feuilletée, piquez le fond à la fourchette.
 
Versez l’ananas et son sirop sur le fond de tarte, répartissez bien puis versez la crème au lait de coco par-dessus, de façon à recouvrir entièrement l’ananas.
 
Enfournez 25 minutes environ.
 
Une fois la tarte refroidie, préparez la meringue. Battez doucement les blancs d’œufs avec la moitié du sucre. Fouettez en augmentant la vitesse progressivement. Quand ils commencent à être fermes, ajoutez la vanille et le reste du sucre.
 
Déposez la meringue sur la tarte et faites dorer sous le grill 2 à 3 minutes, en surveillant de près pour qu’elle ne brûle pas.
 
Placez ensuite au frais au-moins 4 heures avant de servir.
 
 
Source d’inspiration :
 
 
Avec cette recette à l’ananas, je participe à Cuisinons de saison !
 

Ma wishlist cuisine sur Fourniresto

Noël est à peine fini et je n’ai pas encore trouvé où ranger tous mes cadeaux… Mais si vous êtes comme moi, vous avez beau avoir été (trop) gâté(e), cela ne vous empêche pas de déjà avoir besoin d’autres choses! De mon côté, en cuisine il me manque toujours au moins une petite chose, et avec certain appareils qui sont tombés en panne, je dirais même de grosses choses! J’ai donc eu envie de vous partager ma Wishlit cuisine, réalisée sur le site Fourniresto, un spécialiste du matériel de restauration! Qui sait, le père Noël repassera peut-être par chez moi ( et par chez vous!)   

Une centrifugeuse

Voilà longtemps que je me pose la question d’investir dans une centrifugeuse, une vraie, car les jus maison sont bien meilleurs pour la santé que ceux qu commerce! Mais là, il y a le frein du budget car c’est un appareil très coûteux!

 

Un robot pâtissier

J’ai un fidèle robot mixeur/batteur qui m’accompagne depuis les débuts du blog mais voilà, celui-ci rend l’âme petit à petit… C’est devenu un calvaire de battre un blanc un neige avec, sans compter qu’il n’arrive plus à mixer les préparations un peu trop épaisses. Bref, je dois le remplacer et j’hésite à passer le cap d’acheter un vrai robot pâtissier avec ses accessoires. Le budget est ici aussi un frein, mais je suis sûre d’en avoir l’utilité!

Des couteaux japonais

Je sais à quel point c’est important d’avoir de bons couteaux, aiguisés et adaptés à chaque utilisation. Parmi eux, les couteaux japonais m’ont toujours fait envie! 

Une gouttière à bûche

Voilà encore une année où je n’ai pas fait de bûche à noël, par flemme mais aussi parce que je n’ai pas de moule adapté!

Un filtre à laits végétaux

Je remplace de plus en plus le lait par des boissons végétales dans mon quotidien, mais je trouve leur prix assez élevé et j’aimerais donc les faire moi même, pour que ça me coûte moins cher mais surtout j’imagine, pour qu’ils aient plus de goût!

 

 

Un moule à beurre

J’ai fait du beurre maison une fois et c’était très simple et bon. Je m’essaie aussi aux beurres végétaux ( je vous en parlerai une autre fois), et avec un moule pareil, mes beurres maison auraient drôlement la classe!

 

Et vous, vous avez des besoins envies en ce moment en matière de matériel de cuisine?