Archives par mot-clé : ail

Gombolaya

Connaissez-vous le gombo ou okra?

Ce légume exotique ressemble à un long piment poilu en apparence. Originaire d’Égypte avant de se développer aux États-Unis et en Europe, le gombo contient un liquide gélatineux qui peut dérouter au premier abord, mais qui est très intéressant pour donner de la consistance à des jus ou bouillons!

gombolaya
J’en ai trouvé dans une épicerie asiatique et je n’ai pas pu résister à la tentation d’en acheter sans savoir quoi en faire au premier abord.
Pour découvrir ce légume, j’ai choisi de le cuisiner dans un plat mijoté inspiré du jambalaya au chorizo.
Ce plat se sert accompagné de riz basmati pour un repas complet, et c’est un régal !
Pour une version végétarienne de ce plat, utilisez du chorizo végétal ou supprimez-le totalement du plat!

 

P.S. : Si vous adorez comme moi le chorizo dans les ragoûts, en voici un autre super bon ici!

gombolaya-3

Gombolaya

  • 100 g de chorizo
  • 150 g de poivron multicolore
  • 600 g d’okras
  • ½ oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 37,5 cl d’eau
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 400 g de pulpe de tomate
  • ½ c. à c. paprika
  • ¼ c. à c. de piment de cayenne
  • 200 g de riz basmati
  • Sel, poivre

Pour servir 

  • 2 c. à s. de coriandre fraîche

Faites revenir le chorizo coupé en rondelles dans une poêle profonde. Laissez le jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

Émincez le poivron, les okras, l’oignon, émincez l’ail. Ajoutez tout dans la poêle, faites cuire 5 minutes, puis ajoutez la pulpe de tomates, le bouillon de volaille et le riz .

Ajoutez les épices et mélangez bien.

Couvrez et cuisez à feu moyen pour 15 minutes.

Ajoutez la coriandre et mangez tout de suite.
gombolaya-2

Source d’inspiration : http://www.theveggiegirl.com/2014/03/04/vegan-crockpot-jambalaya/

Purée de petits pois, scones aux pommes de terre et sauce pistache

La semaine dernière je vous ai parlé du superbe livre de Cléa, Recevoir en bio, que j’ai eu la chance de recevoir grâce au site Natura Sense.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette boutique en ligne, Natura Sense propose plein de produits qui tournent autour du bien-être et de la santé par l’alimentation. Vous y trouverez notamment des extracteurs de jus, des robots… Et une super sélection de livres qui tournent autour du bio, de l’alimentation bien-être, de la déshydratation des aliments… De quoi apprendre à mieux s’alimenter et préparer ses produits !
J’avais choisi ce livre de Cléa parce qu’au-delà du fait qu’il est très graphique et visuellement réussi, il aborde un thème qui me tient à cœur. Quand on essaye d’avoir une alimentation saine, et aussi de réduire sa consommation de viande et de poisson, cela peut sembler difficile de préparer un repas en accord avec ces principes quand on reçoit, surtout pour les fêtes traditionnelles, comme Noël où tout le monde attend la dinde farcie à table!
Après avoir lu le livre de Cléa et parcouru les recettes, je dois dire que c’est mission accomplie. Franchement, même un carnivore endurci ne remarquerait pas forcément l’absence de viande à table tant ses menus font diversion par diverses techniques !
Il me tardait donc de tester une recette de son livre pour découvrir si en plus d’avoir des idées attirantes, celles-ci étaient bonnes à manger…
J’ai choisi une recette avec des ingrédients simples, comme beaucoup dans ce livre je vous rassure, à base d’un légume que j’adore : les petits pois !
J’ai adapté un ou deux détail de sa recette pour la rendre plus simple à réaliser et ajouter ma petite touche, mais je n’ai pas modifié les proportions.
Résultat des courses : comme je l’espérais, mon homme s’est régalé ! Pas à un seul instant il n’a suggéré que le repas manquait d’un bout de viande ou d’un œuf pour accompagner. Pas une fois il n’a reconnu les ingrédients « pour végétariens » comme la crème de soja ou la pâte de noix… Il n’a pas trouvé la purée plus fade que celles que je fais souvent au beurre ou à la crème fraîche, au contraire, il a adoré et en a redemandé!
On a eu un vrai coup de cœur pour la sauce à la pistache, originale, facile à faire et délicieuse ! Vous pouvez être sûrs que je la déclinerai dans d’autres recettes dès que possible ! Les scones étaient bien moelleux et gonflés, avec un petit goût de pois chiche très agréable.
Par rapport à la recette de base, J’ai remplacé cristaux d’huile de basilic de la purée par de la menthe séchée, et la purée d’amandes par de la purée de noix qui apporte du pep’s je trouve !
   

Purée de petits pois, scones aux pommes de terre et sauce pistache

 
Pour les scones
  • 125 g de pommes de terre cuite en purée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 40 ml de lait végétal
  • 2 œufs
  • 50 g de farine de pois chiche
  • 150 g de farine de blé
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 20 g de parmesan râpé
Pour la purée
  • 600 g de petits pois frais ou surgelés
  • 15 cl de crème liquide végétale
  • 2 c. à s. rases de purée de noix
  • 1 c. à c. de menthe séchée
  • Sel, poivre
 Pour la sauce
  • 1 yaourt de brebis ou soja
  • 2 c. à c. de purée de pistache
  • 2 c. à s. de pistaches broyées et torréfiées
  • Sel, poivre
Préparez les scones. A la fourchette, délayez la purée avec l’huile, le lait, les œufs. Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le parmesan et une pincée de sel. Ajoutez-y la préparation liquide et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Si la pâte colle, farinez légèrement.
Abaissez sur une épaisseur de 2 cm en un grand cercle, et coupez 8 parts triangulaires dedans.
Disposez sur une plaque de cuisson et faites cuire au four à 190°C pendant 18 minutes.
Pendant ce temps, faites cuire les petits pois 15 minutes dans de l’eau bouillante salée
Égouttez et mixez avec tous les autres ingrédients de la purée
Mélangez dans un petit bol les ingrédients de la sauce.
Servez la purée chaude avec deux scones tièdes par assiette et un peu de sauce.

Petits coulants au chocolat

Voilà un moment que je me disais que si mon blog reflète bien mon amour des plats réconfortants et riches, il ne reflète pas tout à fait mon amour du chocolat. Je propose bien quelques recettes au chocolat comme le gâteau au chocolat et au chou-fleur et le pudding chocolat clémentines, mais le fond du truc avec le chocolat, c’est que j’en suis littéralement dingue, surtout quand quand il est très fort, bien noir, et fondant, compact voire coulant! J’aime les recettes bien riches comme la marquise par exemple…
Et donc en ce début d’année, j’avais pris la résolution de vous publier MA recette de gâteau au chocolat, pas forcément mon invention, mais tel que je l’aime le plus! J’ai hésité longuement, notamment entre la marquise et le fondant, mais en y réfléchissant bien, mon bonheur ultime c’est le coulant au chocolat! C’est le seul dessert que je pourrais manger même après un couscous royal ou une raclette familiale individuelle (comprenez : acheter des quantités de fromage pour 6 et les manger tout seul).
Le coulant au chocolat, c’est aussi mon test de qualité dans les restaurants. Tout comme les profiteroles, il est à la carte de plein de restaurants, mais c’est souvent le signe d’un dessert surgelé… Quand les deux sont à la carte, il faut d’ailleurs se méfier doublement !
Mais quand le coulant est maison, et que la cuisson est maîtrisée, quel bonheur!
Je me suis donc lancée et pour l’occasion j’ai utilisé du chocolat Valrhona de compétition.
Le résultat a été une tuerie ! Si vous réfléchissez à votre menu de saint Valentin, c’est selon moi LE dessert qui va le rendre fou d’amour (ou l’achever, si vous lui avez fait la raclette familiale individuelle avant!)
 

Petits coulants au chocolat

Pour 4 coulants
  • 100 g de chocolat + 4 carrés
  • 95 g de beurre
  • 2 jaunes
  • 1 œuf
  • 75 g de sucre
  • 60 g de farine
Faites fondre le chocolat et le beurre au micro- ondes. Battez les œufs et le sucre au batteur jusqu’à ce qu’ils blanchissent et que la préparation prenne du volume.  Ajoutez farine, battez encore puis ajoutez le chocolat fondu.
Versez dans 4 ramequins, ils doivent être remplis aux 2/3. Piquez 4 carrés de chocolat dedans et réservez au frais au moins une heure.
Préchauffez le four à 200°C. Faites cuire 8 à 10 minutes et dégustez chaud.

Spécialité du Japon : honmei choco

La Saint Valentin approche! Pour aborder cette fête sous un jour nouveau, je vous emmène au Japon! J’ai trouvé ces infos sur le site xpatnation, et je vous en apporte une version simplifiée et interprétée à ma façon!
On dit souvent que les japonais sont des gens pudiques, et beaucoup d’entre eux sont réticents à exprimer leurs sentiments directement avec des mots. Là-bas, les cadeaux sont donc un moyen d’exprimer leurs émotions en général, et plus encore dans le cadre de la Saint-Valentin.
 
La Saint-Valentin est arrivée là-bas par l’entremise purement commerciale des fabricants de cadeaux dans les années 30. Le concept a mis du temps à prendre, mais dans les années 50, une société commença à promouvoir des chocolats en forme de cœur, et d’autres confiseurs ont rapidement suivi l’exemple. Les grands magasins ont vu cette fête comme une occasion de développer leurs ventes, et la saint Valentin s’est alors développée tout au long des années 60, époque de prospérité économique. Aujourd’hui, la Saint-Valentin est bien installée au Japon, mais comme dans beaucoup d’autres domaines, on ne peut pas dire que les japonais fassent les choses comme nous pour autant!
La plus grande différence est que là-bas, le 14 février, ce sont uniquement les femmes qui sont censées donner des chocolats aux hommes. Pas seulement à un homme d’ailleurs, mais à TOUS les hommes qu’elles fréquentent! On distingue deux sortes de chocolats: les « Giri-choco» (littéralement « chocolat obligé ») et les « Honmei-choco» (ou « chocolat véritable »). En fait, il n’y a rien de commun entre les giri-choco et les honmei-choco, et n’importe qui là-bas peut les différencier en deux minutes!
Les Giri-choco sont un cadeau sans romantisme, que chaque femme doit offrir par convention à ses amis masculins, ses collègues, et même à son patron. Il s’agit de chocolats achetés en magasin, et elles offrent les mêmes à tout le monde.
 
Au contraire, les Honmei-choco sont offerts à une personne spéciale : un ami, un amant, un mari (ou éventuellement si vous êtes ouverts d’esprit, à chacun des 3). Les femmes japonaises préparent leurs Honmei-choco elles-mêmes, soit en les réalisant intégralement, soit achetant des friandises de qualité et en les rangeant elles-mêmes dans une jolie boîte. Une note personnelle est vraiment nécessaire pour que ce cadeau soit unique!
Mais l’histoire ne s’arrête pas là… Dans les années 1980 a été lancé le White Day, qui a lieu le 14 mars. C’est une saint Valentin inversée où les hommes achètent des bonbons pour les femmes afin d’inverser les rôles!
Tandis que beaucoup d’hommes distribueront des Giri-choco à toutes les femmes de leur entourage, la vraie pression est de trouver le cadeau idéal pour la femme qui vous a donné des Honmei-choco cmeux Honmei choco, les chocolats pour l’être aimé! Je vous ai mis 3 recettes différentes : faites un assortiment de chaque et réalisez une jolie boit en papier japonais façon origami pour les ranger!
P.S. : Pourquoi ne pas faire un menu japonais pour la Saint-Valentin? Si votre « dulciné » n’aime pas les sushis comme le mien, voilà un curry qui va le réconcilier avec la cuisine japonaise!

Honmei choco

Chocolats au gianduja

  • 30 g de Gianduja
  • 150 g de chocolat au lait
  • 1 c. à s. de petites billes en sucre

Chocolats au dulce de leche

  • 2 c. à s. de dulce de leche
  • 150 g de chocolat blanc
  • 1 c. à s. de petites billes ou cœurs roses en sucre

Chocolats aux écorces de clémentines confites

Chocolats au gianduja

Faites fondre votre chocolat au lait au bain marie, il doit fondre mais surtout pas trop chauffer, mélangez donc très régulièrement et dès qu’il est fondu, retirez du feu.

Dans les moules à chocolats, déposez quelques billes ou cœurs décoratifs au fond de chaque cavité. Faites alors couler un peu de chocolat au fond de chaque moule, en faisant bouger le moule dans tous les sens pour que le chocolat enrobe bien les bords. Ajoutez-en jusqu’à bien enrober chaque cavité, s’il y en a trop faites-le couler pour enlever le trop- plein.

Déposez ensuite 1 petit dé de gianduja au cœur de ces cavités. faites ensuite couler le chocolat restant pour refermer les chocolats.

Laissez durcir totalement avant de consommer.

Chocolats au dulce de leche

Faites fondre votre chocolat blanc au bain marie, il doit fondre mais surtout pas trop chauffer, mélangez donc très régulièrement et dès qu’il est fondu, retirez du feu.

Dans les moules à chocolats, déposez quelques billes ou cœurs décoratifs au fond de chaque cavité. Faites couler un peu de chocolat au fond de chaque moule, en faisant bouger le moule dans tous les sens pour que le chocolat enrobe bien les bords. Ajoutez-en jusqu’à bien enrober chaque cavité, s’il y en a trop faites-le couler pour enlever le trop- plein.

Déposez ensuite 1 demi cuiller à café de dulche de leche au cœur de ces cavités. Faites ensuite couler le chocolat restant pour refermer les chocolats.

Laissez durcir totalement avant de consommer.

Chocolats aux écorces de clémentines confites

 

Réalisez une ganache, mélangez la avec les écorces de clémentines coupées en tout petits morceaux.

Faites fondre votre chocolat noir au bain marie, il doit fondre mais surtout pas trop chauffer, mélangez donc très régulièrement et dès qu’il est fondu, retirez du feu.

Dans les moules à chocolats, déposez quelques billes ou cœurs décoratifs au fond de chaque cavité. Faites couler un peu de chocolat au fond de chaque moule, en faisant bouger le moule dans tous les sens pour que le chocolat enrobe bien les bords. Ajoutez-en jusqu’à bien enrober chaque cavité, s’il y en a trop faites-le couler pour enlever le trop- plein.

Déposez ensuite 1 demi cuiller à café de dulche de leche au cœur de ces cavités. faites ensuite couler le chocolat restant pour refermer les chocolats.

Source d’inspiration :
http://xpatnation.co/how-do-the-japanese-show-their-love-on-valentines-day/#. g94O52k9G

Recevoir en bio avec Cléa!

Aujourd’hui je vais vous parler du livre Recevoir en bio de Cléa que j’ai eu la chance de pouvoir découvrir grâce à la boutique Natura sense! Natura sense est une boutique spécialisée dans la santé, le plaisir et la vitalité : vous y trouverez tout ce qu’il faut pour mieux vous alimenter, et notamment des extracteurs de jus, des déshydrateurs de qualité professionnelle, des robots, des germoirs.. Et pour compléter le tout, une catégorie livres avec plein d’ouvrages qui tournent autour de l’alimentation saine, bio, ou végétarienne!

Comme son titre l’indique, Recevoir en bio est un recueil de recettes bio, et comme son titre ne l’indique pas, végétariennes par la même occasion. Le leitmotiv de Cléa à travers ce livre : nous démontrer qu’il est possible de recevoir et d’organiser des fêtes, même les plus traditionnelles, en bio et végétarien… Sans déclencher les commentaires désobligeants des carnivores !

Ce livre est tout d’abord un très bel objet, au design vraiment soigné, frais et coloré. J’ai notamment adoré ses jolis titres aux couleurs pastels. Les photos de Myriam Gauthier-Moreau sont superbes et lumineuses, et la mise en page est très aboutie. Les sommaires sont clairs et facilitent l’accès aux recettes et aux ingrédients. Petite originalité du livre, des petites fiches sont intercalées à l’intérieur, en plus des recettes, et proposent des idées de cadeaux gourmands qui respectent eux aussi la ligne directrice du livre bien sûr !

Comme promis dans le titre du livre, les recettes sont vraiment destinées à recevoir. Elles sont classées par thème : réveillon chic, pique-nique, apéro dînatoire, printemps, Noël en famille, soirée entre amis… J’ai beaucoup aimé cette organisation peu commune et plutôt ludique!

Parlons maintenant des recettes! Elles capitalisent sur les techniques qui ont fait le succès du blog de Cléa et sur ses ingrédients fétiches : fromage de chèvre, purées d’oléagineux, mélange aux algues… Les recettes sont claires et ne nécessitent globalement pas des dizaines d’ingrédients. Comme beaucoup de recettes de fêtes, certaines demandent de la préparation et dans ce cas, on trouve des conseils pour s’organiser et faire à l’avance une partie des étapes de la recette.

Les premières recettes qui m’ont tapé dans l’œil immédiatement sont les crêpes de pois chiches à la coriandre et la linzertorte salée aux figes, noisettes et chèvre. Côté sucré, la brioche à l’orange confite et aux cranberries me fait de l’œil et la galette des rois poire noisettes a directement rejoint ma to-do list!

En conclusion, j’apprécie particulièrement le fait que ce livre associe le bio avec des recettes à la mode (comme les cookies in  a jar), des recettes gourmandes ( ce n’est pas parce qu’on est végétarien qu’on ne cuisine que des algues bouillies) tout en en limitant les mauvaises graisses et les excès de sucre.

Si avec tout ça je vous ai donné envie d’acheter ce livre, vous le trouverez ici chez Natura Sense, foncez-y vite, l’envoi est rapide et très soigné ! Et si vous êtes sensibles à l’idée d’une cuisine saine, goûteuse et vitaminée, vous y trouverez plein d’autres ouvrages canon !

Si ça ne vous suffit pas pour être conquis, alors rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir la première recette que j’ai testée et qui va achever de vous séduire !

Galettes lentilles poireaux

J’adore les lentilles, et puisque je mange peu de viande, elles représentent pour moi un excellent moyen d’avoir un apport en protéines! Seul souci, je manque souvent d’inspiration pour les cuisiner. A part les lentilles corail que je cuisine en dahl, j’ai très peu d’idées pour les lentilles vertes!


En fait, c’est bien simple, je fais tout le temps la même recette : avec des oignons, des lardons, façon classique ! En dehors de ça, je n’ai pas grand chose en stock côté recettes! Pourtant les lentilles sont les légumineuses les plus simples à préparer car elles ne nécessitent pas de trempage.

Vu que je suis une fan de croquettes en tous genres, j’ai flashé sur une recette de croquettes aux lentilles trouvé sur le blog Caneylle Gourmandises. Je n’ai apporté qu’une modification majeure à sa recette, une cuisson au four plutôt qu’à la poêle, car c’est moins fastidieux et que j’ai souvent à garder les galettes de ce genre en une belle forme bien ronde sans les casser quand je les cuis à la poêle!
Elles sont un peu longues à préparer, mais cela tient surtout au temps de cuisson des lentilles, que vous pouvez anticiper pour gagner du temps; l’avantage des lentilles vertes est qu’elles restent fermes et se tiennent bien à la cuisson. Faites attention à ne pas brûler vos poireaux, il faut les cuire à feu très doux. Respectez cela et prenez le temps de bien cuire vos lentilles, ces galettes en valent le coup !
  
P.S. : Si vous aimez les galettes en tous genres, jetez aussi un œil à ces pancakes salés à la pomme de terre!

Galettes lentilles poireaux

Pour une quinzaine de galettes

  • 100 g de lentilles vertes
  • 2 échalotes
  • 3 poireaux
  • 50 g parmesan
  • 2 œufs
  • 1 c à s. de sauge
  • sel, poivre
  • 1 c. à s. de farine de lentilles


Faites cuire les lentilles, rincées à l’eau froide, pendant 20 minutes ou plus suivant les indications de votre paquet.

Émincez les poireaux et les échalotes et faites-les revenir à la poêle 5 à 10 minutes.

Salez, poivrez et réservez. Quand les lentilles sont bien cuites, mélangez les lentilles et les poireaux.

Battez les œufs et ajoutez-les aux légumes. Ajoutez  ensuite le parmesan et la farine de lentilles et rectifiez l’assaisonnement.

Préchauffez le four à 180°C. Formez des pâtés d’1,5 cm d’épaisseur et pas trop larges (5 cm de diamètre environ). Déposez les sur une plaque couverte de papier sulfurisé.

Enfournez pour 15 minutes, retournez et prolongez de 15.

Servez bien chaud.



Source d’inspiration :
http://www.caneyllegourmandises.fr/galette-lentilles-poireaux-parmesan/

Purée de lentilles corail et potiron

Si vous lisez ce blog depuis un certain temps, vous devez savoir que j’aime la nourriture réconfortante. J’ai tendance à cuisiner des plats complets et familiaux qui tiennent bien au corps, surtout l’hiver bien sûr, parce que j’aime ça!

Mais cela ne veut pas dire manger mal pour autant (enfin, pas toujours). La nourriture qui a du goût et vous fait vous sentir bien n’est pas forcément calorique, ou du moins elle peut contenir de « bonnes » calories!

Cette purée de lentilles et potiron ne fait pas exception à cette règle : elle tient au corps et apporte plein de fibres, d’antioxydants et de minéraux pour être en pleine forme et affronter le froid!

Cette purée est un plat polyvalent, qui va avec à peu près tout tout au long de l’automne et de l’hiver : elle accompagnera parfaitement du canard, du poulet ou une côte de porc par exemple. Si comme moi vous mangez peu de viande, elle est aussi parfaite avec un œuf poché dessus! Mon conseil, n’écrasez pas trop la purée pour garder des morceaux et de la texture!

J’ai trouvé cette chouette recette chez Babeth Cuisine, qui l’a elle même « créée » à partir d’un dahl qui avait trop cuit et pris une texture de purée! Eh bien, c’est un super incident de parcours, car cette purée est délicieuse et bien épicée, je l’ai adorée! Sa version était au patidou, la mienne est au potiron car j’en avais à utiliser!

 

P.S. : Si le mariage des lentilles corail et du potiron vous a conquis, essayez aussi ce tajine poulet, lentilles et potiron, super bon!

Purée de lentilles et potiron

  • 500 g de potiron
  • 2 oignons
  • 300 g de lentilles corail
  • 3 pommes de terre
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à c. de graines de cumin,
  • 1 c. à c. de graines de coriandre
  • 1 c. à c. de cannelle
  • 1 c. à c. de curcuma
  • 4 capsules de cardamome
  • 1 pointe de couteau de piment en poudre
  • 2 c. à s. de coriandre fraîche hachée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Lavez le potiron et les pommes de terre, épluchez-les ainsi que les oignons et coupez le tout en petits morceaux.

Dans un faitout, faites revenir la gousse d’ail écrasée et les oignons dans un peu d’huile d’olive avec les épices. Ajoutez rapidement les lentilles et les autres légumes, couvrez d’eau froide et laissez cuire une vingtaine de minutes.

Les légumes et les lentilles doivent être tendres. Retirez les capsules de cardamome et écrasez grossièrement. Prolongez la cuisson 8 à 10 minutes si vous voulez épaissir un peu la purée.

Salez et poivrez.

Saupoudrez d’un peu de coriandre fraîche avant de servir.

Source d’inspiration :
http://babethcuisine.blogspot.fr/2013/01/lentilles-et-patidou-rattrapees-par-des.html

Poke Cake à la Jello

Le Poke cake, vous connaissez ? Je vous avais fait une présentation rapide ici, mais si vous voulez, voilà une leçon de rattrapage!
Le poke cake, c’est un gâteau simple et vite fait, genre le bon gâteau au yaourt, que vous customisez et rendez vraiment unique en le trouant de partout et en versant un liquide dans les trous… Attention, pas n’importe quel liquide : du caramel, du coulis, du chocolat fondu… Un truc gourmand évidemment!
Ma première tentative au caramel était ultra bonne, je vous l’avais proposée ici et ça m’a donné envie de recommencer très vite!

J’ai choisi de vous faire un poke cake à base de jello, ces gelées anglaises qui font hurler certains français d’horreur.

Ceci est le gâteau plus humide que vous aurez jamais l’occasion de manger et certainement le meilleure manière d’utiliser ces gelées du vous en récupérez par hasard. Avec la gelée, ce gâteau obtient une texture moelleuse, limite spongieuse très surprenante mais vraiment bonne! Quand vous croquez dedans, le gâteau semble mouillé, mais si vous mettez un doigt dessus vous verrez qu’il est sec : c’est l’effet de la gelée!
J’ai fait ce gâteau à la gelée d’orange et accompagné de morceaux d’orange. Vous pouvez facilement varier avec des fraises, du citron…
Si vous n’avez pas de jello, vous pouvez la remplacer par une gelée maison, ça sera encore meilleur. Je vous mets les explications adaptées aux deux cas dans le détail de la recette.

 
Poke Cake à la Jello


Pour le gâteau

  • 200 g de farine
  • 80 g de sucre
  • 100 g de beurre
  • 25 cl de jus d’orange
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 sachet de levure
  • Crème chantilly
  • Rondelles d’orange


Pour la version avec jello

  • 1 boîte de Jello orange gélifiée (135g)
  • 10 cl + 38 cl d’eau

Pour la version sans jello

  • 48 cl de jus d’orange
  • 4 feuilles de gélatine


Préchauffez le four à 180°C.
Faites fondre le beurre. Mélangez la farine, le sucre, le sucre vanillé et la levure.
Ajoutez petit à petit le beurre fondu puis le jus d’orange.
Versez dans un moule rond à gâteaux préalablement beurré et fariné.
Enfournez pour 15 à 20 min à 180°C.

Retirez le gâteau du four. Laissez refroidir 30 minutes.
Avec le dos d’une cuillère en bois, percez des trous dans le gâteau.


Pour la version avec jello
Mettez la gelée avec 10 cl d’eau froide au micro-ondes 1 minute, mélangez puis ajoutez le reste de l’eau froide, mélangez.

 

Pour la version sans jello

Faites ramollir vos feuilles de gélatine dans de l’eau froide quelques minutes.
Faites chauffer votre jus d’orange à la casserole ou au micro-ondes. Quand le jus est bien chaud, mettez y les feuilles de gélatine et mélangez bien.

Versez délicatement le mélange uniformément sur le dessus du gâteau. Couvrez et placez au réfrigérateur pour laisser refroidir pendant quelques heures.

Au moment de servir, faites des spirales de crème chantilly uniformément sur le dessus du gâteau. Coupez en morceaux et servez avec des tranches d’orange.

Spécialité des États-Unis : mac’n cheese

Le mac and cheese est un classique de la cuisine américaine, très proche du « macaroni cheese » anglais. Aux Etats-Unis, ce plat de comfort food peut être vendu directement en boite, c’est LE plat que l’on fait 5 minutes quand on a besoin de réconfort! Le mac & cheese peut sembler banal ou simple au premier abord, mais ne vous y trompez pas!

En utilisant du fromage de qualité et en travaillant une texture bien fondante, ce plat peut devenir un véritable régal que vous risquez d’adopter parmi vos incontournables de semaine !

mac-n-cheese-3

Cette version, au cheddar et aux graines de moutarde apporte de la saveur à ce plat familial. Une fois que vous l’aurez testée, il y a fort à parier que vous voudrez réaliser très vite d’autres versions avec le large panel de fromages dont on dispose en France !

mac-n-cheese-2

P.S. : Pour un repas purement américain, finissez le repas avec un bon brownie!

Mac’n cheese

  • 400 g de pâtes
  • 45 g de beurre
  • 30 g de farine
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 1/2 c. à c. de graines de moutarde
  • 1/4 c. à c. de poivre
  • 1/8 c. à c. de paprika
  • 50 cl de lait
  • 200 g de cheddar râpé

Faites cuire les pâtes al dente, selon les instructions du paquet. Égouttez et rincez à l’eau froide pour arrêter la cuisson et mettez de côté.
Préchauffez le four à 180°C.
Dans une casserole à feu moyen, faîtes fondre le beurre. Ajoutez la farine, le sel, les grains de moutarde, le poivre, et le paprika.
Remuez constamment à feu moyen pendant environ trois minutes.
Délayez avec le lait et laissez cuire toujours sur feu moyen en mélangeant au fouet constamment pendant environ 10 minutes, jusqu’à ce que l’ensemble ait une texture de sauce assez fluide.
Enlevez du feu et ajouter 130 g de fromage, et remuez jusqu’à ce qu’il soit bien mélangé.

Versez la sauce au fromage sur les pâtes et mélangez délicatement jusqu’à ce que les pâtes soient enrobées.

Versez la moitié des pâtes dans un plat allant au four. Saupoudrez la moitié du fromage. Ajoutez le reste de pâtes. Saupoudrez le reste de fromage et saupoudrez légèrement avec du paprika.

Mettez au four environ 15 à 20 minutes, jusqu’à ce que le dessus commence à dorer.

mac-n-cheese

Cake aux peaux de banane

Ces derniers temps, je fais vraiment de mon mieux pour respecter l’environnement. J’achète des produits verts, je fais certains produits ménagers et produits de beauté moi-même, je consomme un maximum de produits locaux… Cela est légèrement contrebalancé par mon amour des gadgets de cuisine et des livres en tout genres, mais enfin si je ne suis pas encore prête à passer à la liseuse, je trouve que j’ai fait beaucoup de progrès quand même!

Une chose sur laquelle je suis plutôt catégorique, c’est le gaspillage de nourriture. Je déteste jeter les choses et heureusement, j’ai un très bon frigo et un congélateur qui optimise bien les durées de conservation. Je fais de petites courses chaque semaine plutôt qu’un gros plein mensuel, cela m’évite de découvrir des périmés au fond du frigo en fin de mois, et c’est la seule solution de toutes manières quand on veut manger des fruits et légumes frais!
J’ai d’ailleurs pris la résolution ici de trouver encore plus de solutions pour cuisiner des choses que l’on jette habituellement! Je cuisine pas mal d’éléments que l’on pense bons pour la poubelle comme les fanes de radis ou les épluchures de pommes de terre, mais une chose que je ne mange généralement pas est la peau des bananes. Jusqu’à ce que je voie un gâteau aux peaux de banane (oui vous avez bien lu) sur le blog de Virginie Moreau. Si vous ne connaissez pas allez le découvrir, vous y trouverez plein de recettes géniales!
J’étais sceptique au premier abord. Je veux dire, les peaux de banane sont épaisses, ont une odeur forte, et c’est généralement le genre de chose que l’on jette immédiatement à la poubelle. mais intrigué, il me fallait tester ça et vérifier le résultat par moi-même!

J’ai suivi les instructions et j’ai cuit les peaux de banane à l’eau puis je les ai mixées et mélangées à l’appareil du gâteau. Une fois le gâteau cuit, je peux vous dire que le résultat est top : une bonne odeur de banane, une texture entre le flan et le cake, ce banana bread du pauvre est délicieux! Un conseil si vous vous lancez : utilisez des bananes bio car les épluchures sont le lieu de logement de plein de vitamines, mais aussi de tous les pesticides!
 
P.S. : Si vous voulez un banana bread plus classique mais tout aussi bon, c’est par ici!

Cake aux peaux de banane

  • 3 peaux de bananes (bien lavées, en coupant leurs extrémités)
  • 80 g de raisins secs
  • 2 œufs
  • 40 g de sucre en poudre
  • 40 g de sucre cassonade
  • 180 g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 50 g de beurre
  • 250 g d’eau
  • 2 c. à s. de rhum
Faites gonfler les raisins avec 2 cuillers à soupe de rhum et 2 cuillers à soupe d’eau.
Faites cuire les peaux de bananes dans l’eau sur feu assez vif, en mélangeant très souvent et en surveillant bien jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’eau et que les peaux soient toutes noires.
Mixez-les et réservez cette purée.
A l’aide d’un batteur électrique, fouettez les jaunes d’œufs avec le beurre mou et les sucres.
Ajoutez la farine, la levure, le rhum restant et les peaux de bananes mixées.
Ajouter délicatement les blancs d’oeufs montés en neige.
Incorporez les raisins.
Préchauffez le four  à 220°C.
Verser la pâte dans un moule à cake beurré et faites cuire 30 minutes.
Source d’inspiration :