Archives par mot-clé : salade

Petits croissants à la brique du Nord

Dès demain, les cyclistes du Tour de France vont avoir la chance de traverser « l’enfer du nord », surnom donné à notre chère région par les journalistes à propos de la Course Paris-Roubaix…
En effet dans notre coin les rues sont fortement pavées, et pas que de bonnes intentions, ce qui donne pas mal de fil à retordre aux cyclistes!
La légende voudrait que notre fromage local  » la brique du nord » soit nommé ainsi en hommage à ces pavés infernaux… Mais ce n’est qu’une piste d’explication (peut-être farfelue) car ce fromage a surtout la couleur de nos belles façades typiques!
En tout cas, j’ai choisi d’accompagner dignement cet événement local avec deux petites recettes à partir de ce délicieux fromage. La deuxième recette arrivera demain…
Ces croissants sont de taille significative, aussi comptez un croissant par personne pour une entrée, ou adaptez la recette en coupant de plus petits triangles pour faire des mini croissants pour l’apéritif!
C’est une préparation simplissime et le résultat m’a beaucoup plu, j’imagine déjà beaucoup de variantes de ces croissants salés!
croissant-brique-nord

Croissants à la brique du Nord

  • 1 tube de pâte à croissants (4 croissants)
  • 60 g de brique du Nord
  • 4 c. à s. de lait

Préchauffez le four à 200°C.
Étalez la pâte sur une plaque allant au four et séparez les triangles pré-découpés. Poivrez la surface de la pâte. Coupez la brique du Nord en 6 bâtonnets de 10 g environ et posez un bâtonnet sur chaque croissant, le long du plus petit côte du triangle (celui par  lequel on va commencer à rouler).
Roulez le croissant autour de ces bâtonnets comme indiqué sur l’emballage des croissants.
A l’aide d’un pinceau, badigeonnez les croissants avec le lait.
Mettez au four pour 10 minutes.
Râpez les deux bâtonnets de brique du Nord restants.
Remettez au four pour 5 minutes puis servez chaud avec une salade.

 

croissant-brique-nord-2

7 bonnes raisons de ne pas maigrir en été

Si comme moi vous êtes un(e) abonné(e) régulier(e) aux régimes qui échouent inlassablement, vous devez connaitre la saisonnalité des motivations à perdre du poids : l’hiver, on voudrait perdre du poids pour être parfait l’été, mais au final on finit par se dire qu’avec le froid, le manque de lumière et les microbes qui circulent, la maladie et la déprime nous guettent si on se prive trop, et que donc on devrait la manger cette raclette, bordel.
Arrive ensuite le printemps où l’on se dit qu’avec les premiers rayons de soleil on devrait avoir un regain d’énergie pour une diète express, mais au final il pleut tout le temps, il ne fait pas si beau, et l’été est déjà proche donc de toutes façons c’est foutu pour le bikini en taille 36!
A ce moment là on se console en se disant qu’à la plage on ne connaît personne, que tout le monde se moque de nos bourrelets une fois dans l’eau et qu’en prime avec la chaleur, l’été on se nourrit exclusivement de salade et de fruits frais, ce qui nous laisse une chance de revenir avec un corps de déesse à la rentrée sans même avoir fait trop d’efforts…

Au risque de vous décevoir, vous n’êtes sans doute pas prêts de perdre le moindre gramme cet été! 
Voici déjà 7 bonnes raisons qui montrent que vous risquez si non de grossir, tout au moins de rentrer de vacances avec le même poids qu’avant de partir. Chienne de vie…

– Les salades

2334882118_a76bda37df_z  Photo @Flickr par jenny downing

On pense souvent qu’en mangeant de bonnes salades, l’été il sera naturel de perdre du poids. C’est sans compter le fait qu’une salade peut souvent être aussi calorique qu’un plat (Ex : la salade Mc Do). De plus vous devez admettre que dans la salade, ce que vous préférez ce ne sont pas les feuilles vertes, mais la vinaigrette, les dés de fromage, les lardons ou la tartine de chèvre chaud qui est posée dessus!… Des composants aussi caloriques que ceux qui entrent dans la préparation d’une tartiflette quoi!

– Les cocktails d’été et le rosé

8296263650_87fff79eaf_z
Photo @Flickr  par gabriel amadeus

Le soleil et le beau temps font une parfaite excuse pour s’enfiler bouteilles de rosé et mojitos en tous genres pendant de longues heures… A moins d’être enceinte ou de détester l’alcool, vous n’échapperez sans doute pas à toutes ces calories liquides!

– Les glaces

1191717420_8672c73223_zPhoto @Flickr par Christian Cable

Les glaces, on peut en manger toute l’année mais il n’y a qu’avec la chaleur qu’elles dont vraiment appréciables. Attention, contrairement à une idée dans laquelle on aime généralement se conforter, les glaces ce n’est pas que de l’eau! C’est avant tout du lait ou de la crème, du sucre, et d’autres choses démoniaques comme coulis de caramel, pépites de chocolat ou noisettes grillées !

– Les barbecue

4570117128_5c8be7a130_z
Photo @Flickr par stevendepolo


Bien sûr, un barbecue peut être sain, mais la plupart de temps il est surtout constitué de trop de viande, trop de sauce, trop de pain! On ajoute à ça des salades composées, saines dans l’absolu mais comme on veut toutes les goûter on en mange en trop grandes quantités… Si en prime vous êtes adepte du camembert au barbecue ou des marshmallows grillés pour le dessert, alors là je ne réponds plus de rien.

– Les tapas et apéros à rallonge

3370372292_57193455e0_z
Photo @Flickr par WordRidden


Pour accompagner les mojitos cités plus haut, on s’enfile souvent biscuits apéro, brochettes de légumes et dés de fromage ou saucisson, puis on finit par se rendre compte qu’il est tard et par sauter le repas… Mais on a déjà ingurgité l’équivalent de 3 assiettes de frites rien qu’en cacahuètes donc on n’y gagne pas franchement!

– Les spécialités de vacances

 12696684825_68253d4c26_z
Photo @Flickr par msquirrell

Qu’on parte à deux heures de chez soi sur la côte ou à l’autre bout du monde, il y a forcément des spécialités locales, qu’on ne peut pas rater puisqu’elles sont locales et que c’est peut être notre seule occasion de les goûter cuisinées « comme il se doit ». Une bonne excuse pour manger des plats souvent trop copieux et trop riches! Sans compter que pour ceux qui partent à l’hôtel, cela signifie restaurant deux fois par jour pour toute la durée du voyage.

– L’automne arrive à grand pas

Une fois l’été arrivé, il est trop tard pour espérer perdre du poids pour les vacances à la plage qui démarrent genre, demain. Par contre dans un mois on sera en septembre, on pourra inaugurer un nouveau jean et cette petite veste qui cache si bien notre vilain bidon. Et pour les vacances de l’été prochain, on a encore le temps de s’y mettre!

Spécialité suisse : Croûtes appenzelloises

J’adore les recettes de tartines au four. On peut les faire avec des vieux bouts de pain, des vieux bouts de fromage et un peu tout ce qui passe, et hop! le résultat est invariablement bon!

Aussi quand j’ai vu cette recette très simple de croûtes à l’Appenzell, elle m’a semble parfaite à grignoter sur un plateau télé un soir de match Suisse – France! J’avoue, je manque totalement de patriotisme à vous proposer une recette suisse au lieu de soutenir la France aujourd’hui!
Mais une recette française viendra pour un prochain match je vous rassure.

L’Appenzell est un fromage (suisse donc, je vous le mets dans le mille) vachement bon et qui gagne à être connu. Il a un goût assez développé et je pense qu’on peut facilement l’utiliser à la place du comté dans de nombreuses recettes pour changer un peu.

Pour cette recette, j’ai utilisé des petites baguettes pré-cuites, mais un pain bis ou complet seront plus proches de la recette d’origine.
croute-appenzelloise-2

Croûtes appenzelloises

  • 2 mini baguettes précuites ou 4 tranches de pain bis
  • 2 c. à s. de crème fraîche
  • 2 c. à s. de moutarde a l’ancienne
  • 100 g d’Appenzell râpé
  • 200 g de poires au sirop
  • 4 tranches de poitrine fumée en tranches
  • 1 pincée d’herbes de Provence
  • Sel, poivre

Mélangez la crème et la moutarde et tartinez le pain.
Déposez l’Appenzell râpé sur toute la surface, puis l’équivalent d’une demi-poire par tartine, tranchée en lamelles assez fines, puis la poitrine fumée.
Mettez au four 10 à 15 minutes.

Mangez chaud avec une salade.

croute-appenzelloise

Spécialité du Chili : Chorípan

Quand j’ai entendu parler du choripan, j’ai été incapable comprendre une chose : comment ai-je pu ne pas y penser moi-même ? Du chorizo cuit dans du pain, non mais vraiment, comment?
Cette recette est très simple et faite avec des ingrédients trouvables partout. Si jamais vous en trouvez, remplacez la sauce salsa par de la chimichurri, préférée par les chiliens.
Sinon, je vous en livrerai peut-être la recette une prochaine fois!
N’hésitez pas non plus à ajouter une feuille salade et une rondelle de tomate pour avoir une petite touche de fraîcheur.

Déjà avec cette variante très basique nous nous sommes régalés, et j’entrevois maintenant tellement de possibilités culinaires à base de chorizo… Affaire à suivre!

 

choripan

Chorípan

Pour 2 choripan

  • 2 petits pains carrés ou morceaux de baguette
  • 160 g de chorizo
  • 2 c. à s. de sauce salsa épicée
  • 2 c. à s. de mayonnaise

Coupez le chorizo en deux dans la longueur puis en deux dans l’épaisseur.
Préchauffez le four à 180°C.
Faites cuire les morceaux de chorizo à la poêle 5 minutes par face sans matière grasse.
Pendant ce temps, mettez le pain à toaster au four.
Quand les steaks de chorizo sont cuits, tartinez une face de sauce salsa, une de mayonnaise, déposez deux morceaux de chorizo par sandwich et mangez vite.

choripan-2

Source:

http://southamericanfood.about.com/od/snacksstreetfood/r/Chor-Ipan-Chorizo-Sandwich-On-French-Bread.htm

Spécialité d’Algérie : Maâkouda

Voilà un moment que j’avais entendu parler des maâkouda en me promenant sur des blogs et il me tardait d’en faire. Aussi quand j’ai vu que l’Algérie allait jouer pour la Coupe du Monde, j’ai tout de suite pensé à ce plat!

Je n’ai pas été déçue… Les maâkouda font partie à mes yeux de ces plats qui arrivent sans artifice à être exceptionnels avec des ingrédients de tous les jours!

 

maakouda

Bon, OK, vous me direz que ce ne sont que des galettes de pommes de terre. Mais pas n’importe quelles galettes! L’extérieur est croquant, l’intérieur fondant à souhait, et le goût est magique!

Nul doute que les Maâkouda deviendront un basique de la cuisine pour tous ceux qui se décideront à les tenter, sans compter qu’il est facile de les décliner à l’infini : avec d’autres légumes, comme de la patate douce, de la citrouille ou encore de la carotte. Vous pouvez également les farcir avec de la mortadelle, du salami, du poisson ou des fromages râpés.

Si vous cherchez du safran, vous en trouverez par ici :

maakouda-2

Maâkouda

  Type : végétarien
  • 4 pommes de terre épluchées et coupées en petits cubes
  • 1 poignée d’épinards frais émincés
  • 1 oeuf
  • Une poignée de persil haché
  • Quelques feuilles de coriandre
  • 3 gousses d’ail
  • 1 dose de filament de safran
  • sel, poivre

Panure : 

  • 2 c à s de farine
  • 2 œufs
  • 4 c à s de chapelure (aromatisée à votre goût d’herbes de Provence, de poivre, de sel, de paprika ou d’ail en poudre)

Farce (en option, ci-dessous celle que j’avais choisie)
50 g de gouda coupé en petits cubes


Faites cuire les pommes de terre dans l’eau salée. Lorsque les pommes de terre sont presque tendres, ajoutez dans l’eau les épinards et poursuivez la cuisson environ 5 minutes puis retirez du feu.
Égouttez bien les pommes de terre et épinards.
Écrasez l’ensemble à la fourchette ou au presse purée.
Ajoutez les épices et le fromage puis formez des petites boules.
Battez les deux oeufs dans un bol. Dans un autre bol mettez la farine et dans un dernier la chapelure.
Trempez les boules dans la farine, l’œuf, puis la chapelure mélangée aux herbes.
Aplatissez-les légèrement pour obtenir des galettes d’environ 1 cm d’épaisseur.

Mettez à frire dans une poêle avec 1 cm d’huile bien chaude.
Épongez pour enlever l’excédent d’huile puis salez et poivrez avant de servir.

Servez bien chaud avec de la salade.

maakouda-3

Source :

http://thetealtadjine.blogspot.com/2011/12/maakouda-algerian-potato-croquettes.html?m=1

Oeuf cocotte tout simple au chorizo

Les œufs cocotte sont une de mes entrées préférées, et ce pour plusieurs raisons : d’abord, parce que j’adore les œufs. Mes tentatives d’œufs brouillés sont là pour le prouver! Ensuite, parce que ça prend 30 secondes à préparer. Enfin, parce qu’on peut en faire avec n’importe quel reste du frigo : la cuiller d’épinards qui traîne dans le fond d’une casserole, la dernière tranche de jambon qui commence à se replier sur elle-même sur les côtés ou encore la croûte de fromage qui vous fait tourner de l’œil dès que vous cherchez un yaourt.
Et cerise sur le gâteau, même si on met de très bonnes riches choses dedans, les quantités sont si petites que ça reste une douceur très équilibrée !

oeuf-cocotte-chorizo

Ici j’y suis allée mollo avec le chorizo parce que je n’avais plus que ça, mais une ou deux rondelles de plus ne gâcheront rien, au contraire!

Pour le parmesan, essayez autant que possible d’en acheter en morceaux, et de le râper vous-mêmes, c’est bien meilleur. Mais du parmesans râpé tout fait fera bien l’affaire si vous n’avez que ça…

oeuf-cocotte-chorizo3

Oeufs cocotte au chorizo

Type : sans gluten

Pour 2 personnes

  • 2 œufs
  • 2 tranches de chorizo
  • 10 g de parmesan
  • 2 c à c de crème fraîche
  • Sel, poivre

Déposez au fond du ramequin la cuiller de crème, puis cassez l’œuf sans abîmer le jaune.

Ajoutez la rondelle de chorizo coupée en tous petits morceaux, et le parmesan râpé.

Poivrez, salez.

Mettez au four 6 à 10 minutes, jusqu’à ce que le blanc soit pris ( le jaune doit rester coulant).

Servez en entrée avec une feuille de salade verte, ou pour un repas léger du soir avec une petite soupe…

oeuf-cocotte-chorizo2

 

 

 

 

La petite Cour // Lille

Rien qu’à cause du nom, j’ai pas mal hésité avant de me rendre dans ce restaurant. Bah oui, La Petite Cour, c’est très alléchant, mais au mois de février je ne vais pas en profiter beaucoup de la cour! Et puis bon, à force de regarder la carte et les bons commentaires sur ce lieu, j’ai fini par me laisser tenter sans attendre les beaux jours.

Quelle riche idée ! Déjà en réservant, l’accueil au téléphone était adorable. Ensuite en arrivant sur place, le lieu m’a tout de suite séduite et j’ai su que je passerais forcément une bonne soirée.

Le bâtiment, ancien et préservé dans son jus, offre tout le charme des architectures du Vieux Lille : briques apparentes, belle hauteur sous plafond avec poutres apparentes et au fond, de beaux murs moulurés. La déco un rien kitch mais plutôt light ajoute une note d’humour sympathique : portraits anciens, fausse chouette empaillée, scooter doré accroché au mur…

La carte arrive, bien cachée dans une pochette de vinyle de Serge Lama.

En gros, La Petite Cour c’est du fromage et de la viande. Comprenez des spécialités fromagères comme le welsch, la tartiflette ou le croquant au maroilles, et un joli choix de viandes, de l’onglet au carré d’agneau.

IMG_20140215_214628

Justement, nous jetons notre dévolu sur les croquants au maroilles en entrée, puis sur l’onglet et le carré d’agneau pour le plat.
Un choix de vin sympathique accompagne tout ça et charmante attention pour les néophytes, chaque vin est sous titré avec les plats auxquels il s’accorde le mieux.

Avant d’attaquer, on nous apporte une petite assiette de rillettes et du pain pour accompagner l’apéritif, c’est offert et c’est bon!

IMG_20140215_215824

Le craquant aux maroilles arrive, sous forme d’une crêpe, un rien grasse mais très bonne, accompagnée d’une petite salade d’endives. Le pain est très bon également, ce qui ne gâche rien!

IMG_20140215_222518

Ensuite arrivent les plats. Nous sommes déjà ravis de la quantité, car les assiettes dont jolies et très bien servies. En goûtant c’est le bonheur total : les meilleures viandes que j’aie mangé depuis un bon moment! Cuissons parfaites, viande tendre et goûteuse, sauces et accompagnements en accord… Absolument rien à redire, on lèche les assiettes!

IMG_20140215_222543

Enfin, le dessert, là ou le bât blesse chez beaucoup d’adresses de qualité.
Malheureusement, il ne manquait pas grand chose pour friser la perfection, mais un petit impair est arrivé sur la fin. De mon côté j’ai opté pour un muffin au chocolat blanc et coulis de fruits rouges, un peu trop sucré et lourd après une assiette copieuse, mais je suis une bonne mangeuse donc j’ai apprécié !
Mon homme se laisse tenter par le dessert du jour qui est accessoirement son pêché mignon : des profiteroles. Et là, c’est le drame, l’erreur diplomatique, l’accident de parcours, bref vous avez compris : les demoiselles étaient sèches et insipides, soupçonnées de délit de congélateur.

Quel dommage, avec des plats qui étaient limite les meilleurs que j’aie mange en 2014,   de n’avoir pas su tenir la distance sur les profiteroles! Pourquoi s’embarquer dans des classiques complexes comme ce dessert quand on n’a pas les compétences?
Dommage, car sans ce détail je n’aurais rien trouvé à redire!

IMG_20140215_230253

Mais j’avoue que le reste était tellement bon que même malgré ça, cela reste une très belle découverte que je recommande totalement !

IMG_20140215_230301
La Petite cour, 17 Rue du Curé Saint-Étienne à Lille. Tél : 03 20 51 52 81

Spécialité provençale : mini pissaladière pour 2

Cette semaine démarre le festival de Cannes, avec son défilé de nibards dénudés stars renommées, ses films improbables incontournables, et un souvenir de José Garcia qui restera gravé dans les mémoires de toute une génération.
min-pissaladiere-oignon

Pour fêter cet événement, j’ai envisagé de vous proposer une recette typiquement canonisé. Oui mais… C’était sans compter sur le fait qu’il n’en existe apparemment pas. Après des recherches infructueuses sur internet, je tombe sur un article qui explique que la ville de cannes ne possède aucune spécialité gastronomique! J’ai encore du mal à y croire, et si un cannois a connaissance d’une recette qu’il se lève maintenant pour sauver la réputation de cette charmante ville!

Bref, noyée dans le chagrin et l’amertume, je me suis rabattue sur une spécialité de pas trop loin (Nice pour être précise), la pissaladière.

min-pissaladiere-oignon3

Ce choix n’est pas innocent car il faut savoir que je déteste les anchois, mais j’adore me lancer des défis en espérant qu’ils vont me faire changer d’avis sur un produit.

Du coup, me voilà avec cette recette très légèrement adaptée de la recette d’origine, principalement au niveau de son aspect.

J’avoue que cette recette m’a beaucoup plu, et j’envisage donc de décliner les anchois dans d’autres plats pour confirmer si je suis définitivement conquise par cet étrange poisson!

min-pissaladiere-oignon4

Mini pissaladières aux deux oignons

Pour deux mini pissaladières

  • 200 g de pâte à pain du boulanger
  • 2 oignons rouges
  • 1 oignon blanc
  • 100 g d’anchois à l’huile
  • 4 olives noires
  • 2 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 2 cuillers a soupe d’herbes de Provence
  • 5 cuillers à soupe d’huile d’olive
  • poivre

Coupez les oignons en rondelles. Dans une grande poêle profonde, faites chauffer 5 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Mettez les oignons dans la poêle, ajoutez du poivre, les herbes de Provence et le sucre en poudre.

Ne salez pas, les anchois sont déjà très salés.

Gardez 4 filets d’anchois et mettez le reste dans la poêle avec les oignons.

Les anchois vont fondre à la chaleur et se mélanger aux oignons. Ajoutez une cuillère à soupe de l’huile des anchois dans la préparation.

Faites revenir les oignons jusqu’à que leur couleur soit légèrement jaune. Il ne faut pas qu’ils reviennent de trop car ils vont encore cuire dans le four.

Étalez la pâte à pain sur une plaque de four huilée à l’huile d’olive.

Versez votre préparation sur la pâte et mettez des anchois et des olives pour la décoration.

Préchauffez votre four à 220°C et mettez la pissaladière.

Pour le temps de cuisson dès que la pâte à pain est cuite (voir aux bords de la pâte) vous pouvez sortir votre pissaladière.

Vous pouvez déguster votre pissaladière chaude, tiède ou froide, accompagnée d’une salade verte.

min-pissaladiere-oignon2

Source d’inspiration :
http://m.marmiton.org/recettes/recette_pissaladiere_20407.aspx

Spécialité bretonne : Tourte bretonne

Quand j’ai entendu parler récemment de la tourte bretonne, ma première question intérieure a été « Mais comment ai-je pu ignorer que ça existait?? »
   tourte-bretonne5

Une recette ultra simple, blindée d’oignons, conviviale pour l’apéro… Tout ce que j’aime en somme !

tourte-bretonne2

J’ai donc profite d’un petit apéro filles pour vite réparer cette injure et tester cette spécialité locale au plus vite.Moralité… Ils ont vraiment tout bon les bretons! La tourte bretonne rappelle par ses parfums une bonne flammekueche, avec le côté croustillant des crêpes extérieures, celles de l’intérieure restant bien moelleuses…

tourte-bretonne

J’ai fait ma recette avec 6 crêpes, et la garniture était assez légère sur chaque étage. Mais au final c’était suffisant, même si une version deux fois plus haute à douze crêpes serait surement plus jolie.
Le seul défaut de cette recette réside dans sa tenue.. Je l’avais prévue pour un apéro dinatoire mais ensemble s’effondre un peu das tous les sens si on le mange à la main… Mieux vaut le réserver pour une entrée servie en assiette, avec une belle balade en accompagnement!
tourte-bretonne3

Tourte bretonne

6 galettes de sarrasin
6 tranches fines de poitrine fumée
5 gros oignons
2 x 30 g de beurre
2 c. à soupe d’huile
1 c. à café de sucre
1 pincée de thym
Sel
Poivre

Faites fondre 30g de beurre et deux cuillers à soupe d’huile dans une casserole sur feu doux.

Ajoutez les oignons épluchés et émincés, et faites fondre lentement pendant 20 minutes en remuant régulièrement.
Ajouter le sucre, le sel, le poivre et le thym et laisser cuire encore 20 minutes toujours en remuant, jusqu’à ce que les oignons prennent une teinte caramélisée.
Coupez la poitrine fumée en petits morceaux, faîtes la revenir dans une poêle et ajoutez la au mélange.
Préchauffer le four à 200 °C.
Déposez dans un plat à tarte une galette, recouvrez-la d’oignons, puis ajoutez une galette et alternez les couches, pour finir sur une galette.
Parsemez le dessus de la dernière galette de petits morceaux de beurre.
Faites cuire 20 à 30 min au four.
Servez en découpant des parts comme pour une tarte, accompagné d’une salade verte.
tourte-bretonne4
Source : http://www.keldelice.com/guide/specialites/la-tourte-bretonne

Menu de Pâques : Oeufs cocotte à la vache qui rit

Après l’apéritif au chocolat, je continue mon repas de pâques avec une entrée aux œufs… Thématique de Pâques oblige! J’adore les œufs cocotte, et la douceur de la vache qui rit va très bien dans cette recette ultra simple qui devrait plaire à tout le monde… Cette recette est la deuxième tirée de mon coffret de mini-livres « la petite épicerie », après les tartines à la sardine et feta.
Coffret magnets Petite épicerie
Cette recette très simple conviendra parfaitement aux régimes sans gluten et végétariens.
oeuf-cocotte-vache-qui-rit3

Oeufs cocotte à la vache qui rit

Pour 2 personnes

 

  • 5 cl de crème liquide
  • 2 vache qui rit
  • 2 œufs extra frais
  • une pincée de ciboulette ciselée
  • Poivre, fleur de sel
oeuf-cocotte-vache-qui-rit2


Préchauffez le four à 200° C

Mélangez la crème et les vache qui rit, poivrez.

Versez la préparation dans 2 ramequins beurrés.
Cassez un œuf dans chaque ramequin, sans abîmer le jaune.

Ajoutez la ciboulette finement ciselée.
Disposez les ramequins dans un plat rempli d’eau bouillante à mi-hauteur des ramequins.
Mettez au four à cuire 6 à 8 minutes, jusqu’à ce que le blanc soit pris mais le jaune toujours liquide.
Ajoutez un peu de fleur de sel.
Servez immédiatement avec une salade verte.
oeuf-cocotte-vache-qui-rit