Archives par mot-clé : poulet

Fagots de haricots verts

Avez-vous déjà essayé de réaliser vous-mêmes vos fagots de haricots verts? J’en avais déjà vu dans des repas de fêtes en tous genre, j’ai toujours trouvé ça très joli, mais je n’en avais jamais fait maison, et honnêtement cela me semblait assez galère à réaliser, allez savoir pourquoi! 
 
Il faut savoir que même si j’aime tous les légumes, et particulièrement les légumes verts, je n’ai vraiment pas d’atomes crochus avec les haricots verts. Je trouve leur saveur et leur texture assez inintéressante. Les années de haricots verts en boîte à la cantine ne sont peut-être pas étrangères à ce rejet de ma part! Mais mon homme aimant ce légume, il m’en a réclamé, si bien que j’ai fini par me décider à lui servir des fagots de haricots verts. 
 
 
J’en ai trouvé au rayon surgelés de mon supermarché, mais je me suis dit qu’au final, ce n’étaient quand même que quelques haricots roulés dans du lard, c’était vraiment dommage d’acheter cela tout fait, moi qui aime privilégier le fait-maison! Il fallait donc que je dépasse mes craintes et que je me lance! C’est donc ce que j’ai fait!
 
 
La manipulation s’est avérée bien plus facile que je ne le pensais. En fait, je crois que j’avais peur que le lard ne tienne pas bien et que tous les haricots s’échappent, mais rien de tout ça ne s’est produit. Cela va vraiment très vite à faire et je dois avouer que moi-même, j’ai bien aimé les manger. D’abord, parce qu’en utilisant des haricots frais cuits convenablement, ça n’a rien à voir avec les haricots en boite, et en plus, parce  qu’il faut bien l’avouer, le bacon rend tout meilleur!
 
Ces fagots sont parfaits en toutes occasions : ils sont assez faciles à faire pour les servir lors d’un repas de semaine, et assez jolis pour impressionner vos invités en accompagnement d’un bon steak quand vous recevez! Avec une poêlée de pommes de terre, ils formeront le binôme parfait pour un plat à la fois classique mais ultra gourmand! Si vous craignez de manquer de temps, ils présentent aussi l’avantage de pouvoir être assemblés à l’avance et congelés.


 
 
Fagots de haricots verts

Quantité ou nb de personnes: Pour 8 fagots

Ingrédients

  • 400 g de haricots verts extra-fin frais
  • 2 cubes de bouillon de poulet dégraissés
  • 8 tranches de lard fumé
  • 1 c. à c. d'ail en poudre
  • 1 c à s. d'huile végétale
  • Poivre

Préparation

  1. Faites chauffer 1 litre d'eau avec les cubes de bouillon, du sel, du poivre, et l'ail.
  2. Pendant ce temps, nettoyez les haricots verts, en prenant soin de les couper à la même taille!
  3. Faites cuire les haricots verts dans ce bouillon. Ils doivent être cuits, mais rester un peu croquants, soit environ 10 minutes.
  4. Égouttez et laissez refroidir un peu les haricots.
  5. Prenez une tranche de lard et quelques haricots, et enroulez le lard autour des haricots, de manière à façonner des petits fagots.
  6. Lorsque tous les fagots sont réalisés, faites chauffer dans une poêle une cuiller d'huile, et faites revenir les fagots très délicatement, afin de cuire le lard.

P.S. : Si vous cherchez quoi servir avec ces fagots, essayez ce boeuf au poivre sarawak!

 
Source d’inspiration : 

Carrot cake salé à la mimolette et au cumin

J’ai toujours été fan de carrot cake, et j’en ai déjà testé quelques variantes différentes, qui me rendent toutes encore plus amoureuse de ce gâteau. Il y a par exemple le gajjar halwa, le gâteau de carottes indien, qui est tout simplement divin. A force, j’avais fini par me dire que j’avais tout testé dans le domaine du carrot cake, car les recettes que j’ai trouvées sont si bonnes que je ne vois plus de raison d’essayer d’en faire une encore meilleure!
 
Mais c’était sans compter sur la créativité des blogueuses que je lis régulièrement! En navigant sur le blog  Recettes gourmandes by Kelou, j’ai vu qu’elle avait publié un carrot cake… Salé! Et là, je me suis demandé pourquoi je n’y avais pas pensé avant! Le côté moelleux et légèrement sucré de la carotte ne peut que très bien fonctionner dans un cake salé! Dès que j’ai eu l’occasion, je l’ai donc réalisé, et je n’ai pas été déçue. J’ai un peu adapté sa recette, car j’essaye de consommer moins d’œufs donc je les ai substitués par du yaourt. Ce fut parfait!
 
 
La texture rappelle vraiment le carrot cake sucré, c’est à dire une texture bien moite et moelleuse comme on l’aime. L’ensemble est parfumé grâce à la mimolette, nous avons eu du mal à ne pas manger tout le cake à deux sur un seul repas!
 
 
Si vous voulez réaliser ce carrot cake salé, proposez-le en repas du soir avec une salade ou une bonne soupe, pourquoi pas de fanes de carottes pour faire d’une pierre deux coups. Vous pouvez aussi le servir lors d’un brunch pour accompagner des œufs brouillés. Vous pouvez enfin l’accompagner d’une petite sauce aux herbes si vous aimez, mais ce n’est pas indispensable, car il n’est pas sec du tout!
 
Ce cake fait une recette de base fantastique et délicieuse à partir de laquelle vous pouvez varier les ingrédients en fonction de ce que vous avez envie de manger, ce qui est disponible ou ce qui est en saison.  Essayez par exemple de l’adapter en y mettant des épinards et de la muscade, du poulet et du curry,  du saumon et de l’aneth,  des tomates séchées… Vous pouvez également expérimenter avec des huiles différentes par exemple, un mélange d’huile de colza et de noisette, ou d’huile de pépins de courge.  N’hésitez pas à ajouter des herbes pour plus de saveur. Les herbes fraîches seront toujours meilleures, mais faites avec ce que vous avez!
 
  
 
Carrot cake salé à la mimolette et au cumin

Quantité ou nb de personnes: Pour 1 cake

Ingrédients

  • 220 g de farine
  • 1 yaourt brassé
  • 8 cl d''huile d'olive
  • 10 cl de lait de riz
  • 1 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 200 g de carottes
  • 125 g de mimolette
  • 1 c. à s. de cumin en poudre
  • 2 c. à s. de graines de tournesol

Préparation

  1. Allumez le four à 180°C.
  2. Épluchez les carottes.
  3. Râpez les carottes et la mimolette.
  4. Mettez le yaourt dans un saladier et battez-le.
  5. Ajoutez le lait et l'huile d'olive et battez à nouveau.
  6. Versez la farine, le sel, le bicarbonate et le cumin en poudre et mélangez rapidement.
  7. Ajoutez la mimolette, les graines de tournesol et les carottes râpées et mélangez de nouveau.
  8. Versez la pâte dans un moule à cake.
  9. Parsemez sur le dessus des graines de tournesol supplémentaires.
  10. Enfournez pour 45 à 50 minutes.
 
Source d’inspiration :
http://www.recettesgourmandesbykelou.com/2017/09/cake-sale-carotte-mimolette-cumin.html

Que manger en mai?

Voilà le joli mois de mai! Côté fruits, c’est toujours un peu léger, mais côté légumes on retrouve quelques petits nouveaux qui font plaisir! Et bien sûr, on apprécie retour des beaux jours, et c’est tout ce qui compte!
 
Voici donc mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois! Comme depuis ce début d’année, je vous propose mes meilleures recettes (selon moi), à essayer si vous voulez manger de saison ce mois-ci! 
 

🥝 Côté fruits : 

 
 
 
Citron : Gâteau fondant au citron et sucre perlé
  
Rhubarbe : Crumble pommes rhubarbe amandes
 

🍠 Côté légumes : 

 
kyopolou-3
Aubergine : Kyopolou, une spéicalité d’Albanie
 
burger-rose-chevere
Betterave  : Burger rose chèvre, saumon, betterave
 
 
sirop-concombre-2
Concombre : Sirop de concombre, ça peut sembler bizarre mais j’adoooore!
 
mug-cake-epinard-chevre
Epinard : Mug cake chèvre épinards et saumon fumé
 
philly2
Laitue : Philly cheese steak, oui je sais j’abuse!
 
egg-salad-radis-noir-3
Radis : Salade d’œufs au radis noir

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les apéros à rallonge en terrasse
– Les premiers barbecues
– Les salades en tous genres
 
Et vous, vous aimez manger quoi en mai?

Recette du Sénégal : Yassa de pois chiches

Connaissez-vous le yassa? La version la plus célèbre de ce plat du Sénégal est le poulet yassa. C’est un plat vraiment délicieux, qui se compose de poulet mariné dans de la moutarde et du jus de citron, puis cuit lentement avec une belle quantité d’oignons caramélisés.



Par extension, on peut transformer beaucoup d’autres aliments en version « yassa », les « yassaïser » si vous préférez! Je devrais déposer un copyright pour ce terme, non? Il s’agit donc de cuisiner une viande ou un légume avec beaucoup d’oignons, de jus de citron, de l’ail, de la moutarde de Dijon et du piment.
 
Il y a quelque temps, j’ai reçu des épices à yassa de la part de l’Étal des épices, et j’ai eu envie d’essayer pour l’occasion de reproduire les saveurs acidulées et pimentées du yassa dans une recette aux pois chiches et au chou. 
 
 
L’Étal des épices est mon site de référence en matières d’épices. Elles n’ont tout simplement rien à voir avec ce qu’on peut trouver dans les grandes surface au niveau de la qualité. Leur mélange d’épices à yassa est  composé d’oignon rose, d’ail, de poivre noir, de piment doux, de gingembre, de laurier et de thym. Il sent divinement bon, on est dépaysés immédiatement rien qu’en mettant le nez dessus!
 
 
J’ai donc expérimenté cette version saine et pleine de légumes du yassa. Fondamentalement, c’est un simple plat de légumes à la moutarde et au citron. Mais au final, cela donne un plat vraiment original et réconfortant, parfait pour les jours où vous avez besoin d’un plat qui fait du bien!
 
Idéalement, la cuisson du yassa se commence à la poêle puis finit au four, mais comme ici cette version aux légumes demande moins de cuisson, je l’ai faite cuire uniquement à  la poêle.


  
P.S. : Si vous aimez les plats à base de pois chiches, essayez aussi cette salade e pois chiches et poivrons!
 
Recette du Sénégal : Yassa de pois chiches

Quantité ou nb de personnes: 4

Ingrédients

  • 1 grosse boite de pois chiches cuits
  • 4 petits oignons en rondelles
  • 150 g de chou blanc, coupé en morceaux
  • 4 carottes épluchées et tranchées
  • 2 piments rouges émincés
  • 10 cl de jus de citron
  • 30 cl de bouillon de légumes
  • 2 feuilles de laurier
  • 4 gousses d'ail hachées
  • 2 c. à s. de moutarde de Dijon
  • 2 c. à c. de sa sauce soja
  • 2 c. à s. d'huile végétale
  • 1 c. à s. d'épices yassa
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Mélangez les pois chiches, les rondelles d'oignons, le chou émincé, les carottes en rondelles et les piments émincés dans un grand plat allant au four. Mélangez les ingrédients restants séparément pour former la marinade, puis versez-la sur les légumes. Mélangez doucement.
  2. Couvrez le plat et laissez-le à reposer pendant 30 minutes ou plus.
  3. Faites cuire 1 h 20 environ à couvert, jusqu'à ce que les légumes soient très tendres et que le liquide s'évapore.
  4. Servez avec du riz , du couscous ou du millet.

Que manger en avril?

Voilà le mois d’avril, et avec lui le retour des premiers légumes printaniers! Je suis tellement contente !
 
Me revoici donc avec mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois! Comme les mois précédents, je vous propose mes meilleures recettes (selon moi), à essayer si vous voulez manger de saison ce mois-ci! Il y a de quoi se faire plaisir!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Banane : Cake peau de bananes zéro déchet
 
Citron : tartinade feta, citron et romarin, qui sent bon le printemps!
  
Mangue : Grilled cheese mangue ricotta
 
 

🍠 Côté légumes : 

 
 
Bette : Calzone aux bettes, un régal ultra gourmand
 
Carotte : Gajjar halwa, un gâteau de carottes indien trop bon!
 
 
Chou : Velouté de chou à la patate douce
 
Epinard : Poulet fafa, en provenance directe de Tahiti
 
Oignon : Gratins d’oignons rouge, la photo n’est pas flatteuse, mais c’est délicieux!
 
Radis : tartinade aux sardines et radis

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les fromages frais : mozzarella, feta, creamcheese
– Les boissons légères et détox
– Les plats un peu plus légers en général!
 
Et vous, vous aimez manger quoi en mars?

Les meilleures spécialités russes pour la coupe du monde

Photo insatiablemunch @Flickr
 
La coupe du monde en Russie approche à grand pas! Je ne suis toujours pas devenue amatrice de foot, mais à cette occasion, je vous propose un petit tour d’horizon rempli de recettes délicieuses! C’est un pays que j’ai eu la chance de visiter, et je suis tombée littéralement amoureuse de sa gastronomie, si bien que je ne résiste pas à l’occasion de vous en reparler. 
 
Seuls quelques plats de cuisine russe ont une renommée internationale, ce qui est vraiment dommage à mon goût. En tant qu’amatrice de plats réconfortants, la cuisine russe en regorge, merci les températures qui peuvent descendre jusqu’à -30 ° C pendant l’hiver à Moscou! Si comme moi vous aimez les plats simples et copieux, les pommes de terre, le pain et les champignons, vous allez vous régaler!  
 

Les blinis

Le blini est la version russe de la crêpe française et un aliment de base en Russie. Généralement faits avec du sarrasin pour les garnitures salées ou de la farine blanche pour les garnitures sucrées, ils ne ressemblent pas franchement à ce que nous appelons « blini » en France. En version salée, ils sont souvent accompagnés de saumon fumé, de champignons à la crème, de crème fraîche, ou de de confiture en version sucrée. Si vous avez gagné au loto, vous pouvez aussi y mettre du caviar. 
 

Les syrniki

Une autre délicieuse crêpe russe, à base de fromage frais ce qui en fait une version plus dense, consommée pour le petit déjeuner ou le dessert. Ils sont servis avec des confitures faites maison à partir de baies russes, bien que le lait concentré, le miel et la crème fraîche soient également servis comme accompagnement. 

Le bœuf Stroganoff 

Ce plat russe et copieux est servi sur les tables du monde entier. C’est un plat de bœuf dans une sauce au beurre, vin blanc, crème fraîche, champignons moutarde et oignons. Il n’y a pas plus plus savoureux et crémeux, j’en suis fan! Mangez-le avec du riz, des pommes de terre ou des nouilles. Ma version avec des pâtes est ici!
 
 

Le borscht

Cette célèbre soupe de betterave et de chou rouge est servie avec ou sans viande, pommes de terre, herbes comme l’aneth,  et une cuillerée de crème russe qui équilibre et adoucit le goût. Elle est servie froide et sa couleur est vraiment très jolie. Accompagnée d’un morceau de pain, ce plat est assez copieux pour servir de repas, bien qu’il soit généralement consommé en entrée.
 
 
 Photo liz west @Flickr

Le chou aigre-douce

Le chou est cuit dans du vinaigre de vin rouge, de la compote de pommes, du beurre et des oignons. On ajoute sur le dessus des pommes en dés, du sucre, des feuilles de laurier et des clous de girofle. La pomme et la compote de pommes équilibrent l’aigreur du vinaigre et complètent le croquant du chou. 
 

Les golubtsy

Il s’agit d’une sorte de chou farci au bœuf. Les Russes aiment ajouter de la crème sûre sur le dessus, ce qui fait ressortir les saveurs. 
 

La julienne de champignons Zhulien iz gribov

Avec un goût qui rappelle le  stroganoff, mais sans viande, ce plat aux champignons crémeux se retrouve sur presque tous les menus comme entrée chaude. Il est fait avec des champignons émincés, du fromage, de  la crème fraîche. 
 

Les knish

Ces beignets sont un peu un croisement de calzone et de samossas, farcis de purée de pommes de terre, de bœuf haché, d’oignons et de fromage et sont frits ou cuits au four. 
 

Les khinkali

Cela ressemble aux dumplings chinois, mais garnis de saveurs d’Europe de l’Est. Le secret de leur gourmandise est que la garniture est crue quand on la met dans les boulettes. De cette façon, lorsqu’elle cuit à l’intérieur du « ravioli », le jus parfumé de la cuisson reste à l’intérieur. 
 

Les khachapuri 

Mon coup de cœur en Russie! Il s’agit d’un pain fraîchement cuit au four rappelant la pizza en forme de bateau et rempli de fromage fondu. Une sorte de compromis indécent entre la fondue et  la pizza, puisque vous mangez petit à petit le bord du pain en le trempant dans le fromage.
 
Photo Stefan Krasowski @Flickr

Les klotski

Il s’agit de boulettes de pommes de terre cuites dans un bouillon de poulet. 
 

Les pelmeni 

Des boulettes de pâte minces, sans levain et farcies avec de la viande hachée, des oignons, des champignons et parfois du navet. Cela ressemble à une variante russe des dumplings chinois. 

Les kotlety

Encore une variété de boulettes russes, qui se distinguent des pelmeni par les herbes ajoutées à la garniture et par la finesse de la pâte. 

L’okroshka 

C’est une soupe froide faite de babeurre, de pommes de terre et d’oignons, garnie d’aneth. La qualité des pommes de terre et la fraîcheur du babeurre font tout le plat, qui est vraiment délicieux.

Les piroshki

On retrouve des garnitures et des herbes similaires aux boulettes, mais ici elles sont enrobées de pâte et cuites à la poêle ou au four, ce qui donne de petits chaussons. Les piroshki sont sympa servis à l’apéritif ou peuvent être grignotés sur le pouce à toute heure.
 
Photo leighklotz @Flickr

La salade russe ou salade olivier

Cette salade est célèbre bien qu’on ne la fasse pas tout à fait en France comme ils la font en Russie. Cependant, la version russe est plus fraîche et plus croustillante avec une légère touche de mayonnaise. Cela pourrait être dû à l’utilisation de concombres frais ou de cornichons russes croquants, bien que la base de pommes de terre coupées en dés, les pois, les œufs et la mayonnaise. À Moscou, cependant, on l’appelle la salade Olivier, du nom du chef Lucien Olivier qui a créé la recette «secrète» vers le milieu des années 1800. Ma version est consultable ici!
 
 

Les shashlik 

Ces viandes rôties et les brochettessont une forme de shish kebab, bien que la version russe soit servie avec des portions plus épaisses d’agneau, de bœuf, de poulet ou de saumon et servi avec un pain sans levain, des cornichons russes et une sauce tomate parfois épicée. 
 

La soupe Solyanka

Une soupe copieuse faite de gros morceaux de boeuf et / ou de porc, cuit pendant des heures à feu doux avec de l’ail, des tomates, des poivrons et des carottes.Ce plat était originaire de Géorgie mais peut maintenant être trouvé partout en Russie. C’est copieux et comme à la maison. 
 

Le zharkoye

C’est un ragoût de bœuf, pommes de terre, carottes, persil et céleri, légèrement épicé avec de l’ail, des clous de girofle et de l’aneth. Servi chaud avec de la crème sûre, c’est un aliment réconfortant et facile à cuisiner.

Le rassolnik 

C’est une soupe chaude salée à base de cornichons accompagnés d’orge, de pommes de terre et de viande, le tout dans un liquide à base de jus de concombres marinés.
 

Le sbiten 

Le sbiten est une boisson à base d’eau et de plantes, une des plus anciennes et des plus populaires dans la Russie médiévale, bien avant même le thé russe. Il existe des centaines de recettes pour le sbiten. Le sbiten vous réchauffe même en plein hiver.
 

La Sharlotka 

C’est un cake aux pommes très riches en pommes, et sans beurre, délicieux.
 
Photo Linda Hartley @Flickr
 

Le tula 

Ce pain d’épice à base de miel et rempli de confiture ou de lait condensé occupe une place assez importante dans la cuisine russe.
 
 
 

Le medovik

Ce gâteau au miel à l’aspect complexe consiste à alterner des couches (entre 5 et 15 couches) ultra fines de génoise au miel avec de la crème sucrée. 
Photo Edinburgh Blog @Flickr
 

Les chak-chak

Ce sont des petites boules ou bûches de pâte garnies de sirop de miel et frites. Ça en fait un dessert vraiment pas sain à l’instar des churros ou beignets, mais c’est un délice!
 
Si vous cherchez d’autres idées, regardez aussi mon article que manger en Russie,  dans mon placard russe et celui sur comment réaliser un menu russe.

Potpie au poulet, bière et légumes verts

La Saint Patrick approche! A cette occasion, j’ai une recette ultra réconfortante pour vous! Je vous ai concocté une tourte, ou « potpie » irlandaise au poulet et à la bière! Miam, miam et triple miam! C’est une recette de confort food par excellence, combinant deux incontournables à mes yeux : la bière et le fromage! Ajoutez à cela de la pâte feuilletée, et vous obtenez un super repas!

Le résultat est délicieux, la garniture est top, bien riche et crémeuse. Le goût du houblon reste subtil et la bière forme un très mélange parfait avec le cheddar. Il faut dire que ces deux là sont faits pour aller ensemble, comme dans le fameux welsch rarebit, un de mes plats favoris!

 

Ce plat est parfait si vous avez un reste de poulet rôti qui traîne au congélateur. C’est l’excuse parfaite pour le réutiliser et le sublimer! Cette recette peut aussi se réaliser avec un reste de dinde. Si vous n’en avez pas, vous pouvez acheter des blancs de poulet mais cuisez-les avant de les mettre dans la tourte.

Vous faites quoi pour la Saint- Patrick? Si vous n’avez encore rien planifié, profitez-en pour vous régaler avec cette tourte, vous allez adorer!

 

 

Potpie au poulet, bière et légumes verts

  • 2 pâtes feuilletées
  • 300 g de poulet rôti ou de blanc de poulet cuit
  • 5 tranches de bacon 
  • 100 g d’épinards
  • 100 g de haricots plats coupés
  • 125 g de petits pois
  • 10 cl de bière
  • 35 g de cheddar râpé
  • 8 œufs
  • 2 c. à s. de ciboulette émincée
  • 4 c. à c. de crème fraîche
  • 1 c. à s. d’huile
  • 1 oignon émincé finement
  • 1 gousse d’ail
  • Sel, poivre

Étalez une pâte feuilletée dans un moule à bords hauts.
Faites cuire les épinards et les haricots plats avec du sel, du poivre, la gousse d’ail épluchée et écrasée pendant 12 minutes dans 10 cl d’eau. Ajoutez les petits pois et prolongez d’une 1 minute. Égouttez l’ensemble.
Battez les œufs en réservant un jaune pour la dorure, avec la crème, la ciboulette, le cheddar, du sel et du poivre.
Faites revenir le bacon et l’oignon pendant 5 minutes dans l’huile puis ajoutez le poulet cuit, mélangez, ajoutez alors la bière et prolongez la cuisson de 5 minutes jusqu’à évaporation. Ajoutez ce mélange aux œufs ainsi que les légumes et mélangez le tout.

Préchauffez le four  à 180°C. 

Déposez le mélange à l’œuf dans la pâte feuilletée, couvrez avec la deuxième pâte en appuyant bien sur les bords pour les souder.
Dorez la pâte avec le jaune que vous aurez gardé mélangé à une cuiller à soupe d’eau.

Faites cuire 45 à 55 minutes. Servez bien chaud.

 

Champignons crémeux au curry

Aujourd’hui je vous propose une recette de champignons au curry. Les currys sont parmi mes plats préférés, qu’ils soient aux légumes, aux lentilles, au poulet, au saumon… Je crois que je ne m’en lasserai jamais!
 
Les champignons sont des légumes que j’adore. Ils sont très polyvalents, pleins de protéines et ont toujours un goût canon. Je les  prépare de plein de façons. Jetez par exemple un œil à mon risotto aux champignons, mon poulet aux champignons ou mes  pâtes aux champignons et petits pois. Je les utilise aussi dans la pizza, les tortillas et même dans les burgers. En automne, il n’y a pratiquement pas une semaine où je ne mange pas de champignons, mais je n’en avais jamais réalisé au curry. Pourquoi? Parce que je n’y avais jamais pensé! Alors quand j’ai vu la recette passer sur le blog de ma copinaute Barbara, j’ai saisi l’occasion tout de suite. Quelle bonne idée!
 
La combinaison de champignons frais, d’épices indiennes et de crème épaisse est tout simplement délicieuse. Si vous voulez découvrir d’autres recettes comme celle-ci, allez visiter le blog Baba Kitchen, un super blog de cuisine rempli de tonnes d’idées recettes dont beaucoup sont parfaitement adaptées pour les soirs en semaine, c’est à dire rapides, faciles et gourmandes!
 
Le curry est bien sûr emblématique de la cuisine indienne, mais ici ce n’est pas une recette traditionnelle indienne, plutôt une recette simple aux saveurs indiennes. Une des raisons est que la recette utilise de la poudre de curry, qui contrairement à ce que l’on pense, ne vient pas d’Inde. Il s’agit plus d’une invention européenne dans la volonté de démocratiser la cuisine indienne. Pour ma part j’ai mis du curry noir, c’est un mélange très parfumé, mais du curry jaune convient tout à fait.
 
 
Le plat indien que l’on appelle curry est composé de plein d’épices que l’on met séparément (on les fait souvent torréfier avec la poêle avec du ghee, du beurre clarifié) , et c’est un plat très complet, avec légumes, riz, parfois viande… Ici, il s’agit simplement de champignons servis dans une sauce délicieuse, donc c’est plutôt un accompagnement, mais vous pourrez en faire un plat plus complet en les servant avec des céréales, du riz, pourquoi pas de la viande ou un steak de soja…
 
J’utilise du gingembre frais dans cette recette, mais quand je n’en ai plus j’ai toujours au frigo une pâte de gingembre et d’ail, c’est une spécialité que l’on trouve dans les épiceries asiatiques qui permet de retrouver en toute circonstance la saveur du gingembre frais. C’est pour moi un incontournable du placard, surtout que ça se garde très bien et que l’ail est très souvent associé au gingembre dans les recettes, donc ça fait d’une pierre deux coups.
 
Ce curry de champignons se prépare en moins de 20 minutes et constitue un repas de semaine savoureux, épicé mais pas piquant, vous apprécierez chaque bouchée!
 
 

 Champignons à la crème au curry

 
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 cm de gingembre frais
  • 1/2 oignon émincé
  • 1/2 c. à s de curry noir en poudre
  • 250 g de champignons de paris
  • 5 c. à s. de fromage blanc
  • 1 c. à s. purée de tomates
  • 1 c. à s. de coriandre fraîche hachée
  • 3 c. à s. d’huile
  • Sel, poivre
 
Nettoyez et tranchez les champignons, mettez-les à rissoler dans une grande poêle avec 2 cuillers à soupe d’huile, laissez évaporer toute l’eau rendue et laissez dorer en remuant régulièrement. Réservez.
 
Faites rissoler l’oignon dans 1 cuiller à soupe d’huile, quand il commence à ramollir, ajoutez l’ail émincé, le gingembre, prolongez de 2 minutes, puis ajoutez la poudre de curry, les champignons, la purée de tomate, le fromage blanc, et laissez cuire 2 à 3 minutes supplémentaires
 
Rectifiez l’assaisonnement, ajoutez la coriandre et servez, je me suis régalée.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.babakitchen.be/2017/11/champignons-epices-a-la-creme-et-au-curry.html
 

 

Avec cette recette aux champignons, je participe à Cuisinons de saison !
 

Spécialité d’Inde : pakoras

Souvent, les jours de pluie (ou de poisse), j’aime préparer un repas vraiment réconfortant. Dans ce cas, je me penche du côté des petites choses grasses à grignoter avec les doigts! Avec le retour du mauvais temps qui ne saurait tarder, je commence donc à réfléchir à des petites recettes gourmandes et faciles à faire!
J’adore les pakoras, je me jette toujours dessus au restaurant indien. A Lille nous avons aussi des chaînes de restauration rapide indiennes, et on y trouve des sortes de kebabs, mais où la galette est remplacée par un naan et la garniture par des pakoras végétariens. J’aime beaucoup cette variante qui est plus épicée et plus équilibrée (enfin, je crois) qu’un kebab!  Maintenant que je sais faire les pakoras, j’essayerai sûrement un jour ou l’autre de faire des sandwichs garnis comme ceux-là version maison!
D’ailleurs en Inde et au Pakistan, les pakoras sont vendus également comme street food. Ils peuvent aussi être servis comme une collation pour accompagner le thé pendant les fêtes ou tout simplement quand on reçoit des amis.
Les pakoras que je vous propose sont aux légumes, mais il existe de nombreuses variantes, j’espère avoir l’occasion de vous les faire découvrir petit à petit!
La réalisation des pakoras est assez simple, il suffit de préparer la pâte et ensuite de frire l’ensemble. Il est aussi important d’émincer bien finement les légumes pour obtenir le côté très irrégulier de ces beignets. La pâte est faite avec de la farine de pois chiches, elle est donc complètement sans gluten.
Servez vos pakoras aux légumes avec du chutney de mangue, de la sauce pimentée ou de la sauce au yaourt et à la menthe ( ou les 3!)
 
P.S. : Pour un menu indien, vous pouvez enchaîner sur un poulet korma!

Pakoras

Pour 6 pakoras
  • 40 g de chou finement haché
  • 30 g de carotte hachée finement
  • 30 g de chou-fleur finement haché
  • 30 g de poivron finement haché
  • 25 g de haricots verts finement hachés
  • 30 g  d’oignons hachés
  • 1 piment vert haché
  • 3 c. à s. de feuilles de coriandre hachées
  • ½ c. à c. de gingembre haché
  • 1/2 c. à c. d’ail haché
  • 70 g de farine de pois chiches
  • 7 cl d’eau (+ ou – )
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 c. à c. de graines de Grenade
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de garam masala en poudre
  • Sel

Rincez, pelez et hachez finement toutes les légumes. Mettez-les dans un bol.
Ajoutez également les oignons hachés, les piments verts et le gingembre.
Ajoutez toutes les épices, y compris le sel. Mélangez le tout, puis ajoutez la farine.
Mélangez encore et mettez de côté pendant 5 minutes.
Ajoutez de l’eau progressivement. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais fluide.
Faites chauffer l’huile pour la friture. Lorsque l’huile devient chaude, déposez des cuillerées de la pâte dans l’huile. Faîtes frire les pakoras.
Quand un côté est cuit et bien doré, retournez et faites frire de l’autre côté.
Retournez quelques fois et faites frire jusqu’à ce que les pakoras soient croustillants et dorés partout.
Enlever les pakoras de la friture. Égouttez-les sur des essuie-tout. Continuez de frire les pakoras par petites quantités de cette façon.

Spécialité d’Indonésie : Mie goreng végétarien

Pour le nouvel an chinois, je vous propose de réaliser une recette indonésienne… Cherchez l’erreur! Ce n’en est qu’une petite, car même si cette fête porte ce nom, elle est en réalité célébrée aussi dans d’autres pays où les communautés chinoises sont présentes et l’influence de la culture chinoise est importante, comme la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Viêt Nam. C’est aussi devenu un événement majeur dans les quartiers chinois de New York, de Londres et d’autres capitales mondiales. Bref, le Nouvel An chinois est un des événements les plus célébrés au monde, et pas qu’en Chine!
 
Les chinois ont très peu de jours de congés au sens où on l’entend chez nous, et pour eux les occasions de vacances sont plutôt liées aux jours fériés et aux ponts, par exemple pour le nouvel an chinois, il y a 7 jours de congés nationaux.
 
 
Les célébrations du nouvel an chinois commencent la veille du Nouvel An et durent généralement jusqu’au 15ème jour du Nouvel An, qui est le jour du Festival des Lanternes. Les festivités commencent avec le nettoyage de la maison pour balayer les mauvais esprits et faire de la place pour la bonne fortune, le bonheur, la richesse et la longévité. 
 
Le nouvel an chinois, aussi appelé Festival du Printemps, est une fête que j’apprécie beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les différentes cultures asiatiques, et j’ai eu la chance de voyager en Chine, pays qui m’a littéralement conquise, à tel point que j’ai même pris des cours de chinois, dont je n’ai pas retenu grand chose, je dois l’avouer!
 
Bref, je suis toujours contente d’approfondir ma connaissance de la culture asiatique, et ce, surtout quand ça passe par la cuisine, vous me voyez venir, grande gourmande que je suis!
 
Venons en à ce plat indonésien que je vous propose aujourd’hui! Le mie goreng (en indonésien, « nouilles frites »), aussi connu sous le nom de bami goreng, est un plat à base de nouilles frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des boulettes de viande, du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs. C’est un plat très répandu et très prisé que l’on retrouve dans quasiment tous les restaurants et les étals de l’archipel, de même que le nasi goreng.
 
Ce plat est dérivé du chow mein chinois, comme quoi, ça tient la route de le cuisiner au nouvel an chinois! Il a très probablement introduit par les nombreux immigrants chinois qui se sont établis tout au long de l’histoire dans l’archipel et la péninsule malaise.
 
J’ai toujours adoré les nouilles, et cette version indonésienne est l’un de mes plats préférés. Ce qui fait ce plat, c’est la sauce. Sa saveur principale vient du kecap manis, une sauce de soja super douce et collante, qui ressemble presque à de la mélasse. C’est super addictif. J’avais reçu cette sauce de la part de Rappelle-toi des mets suite à un concours que j’ai eu la chance de remporter sur son blog, et depuis je suis accro à cette sauce, j’en rachète très souvent!
 
La recette vous donnera 2 portions pas très grosses, si vous avez très faim n’hésitez pas à augmenter un peu la quantité de nouilles.
 
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour le nouvel an chinois, regardez cet article qui regroupe plein d’idées! Et si vous voulez en savoir plus sur la cuisine indonésienne, offrez-vous ce joli livre :
 
 

Mie goreng végétarien

 
Pour 2 personnes
 
  • 75 g de nouilles soba non cuites ou ramen
  • 1/2 oignon haché finement
  • 2 échalotes hachées
  • 60 g de haricots plats
  • 50 g de chou râpé
  • 35 g de haricots mungo
  • 1 carotte râpée
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 2 c. à s. d’huile d’arachide
  • 2 c. à s. de ketjap manis
  • 1 c. à c. de purée de piments sambal oelek ou de piment de cayenne
  • 1 œuf sur le plat
  • 1 c. à c. d’oignons frits
 
Préparer les nouilles selon les instructions de l’emballage; Égouttez et mettez de côté.
 
Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile et ajouter l’oignon, l’ail et le gingembre; Faire sauter jusqu’à ce que l’oignon est mou. Ajoutez les échalotes, les pois mange-tout, le chou et les haricots mungo et la crotte râpée, et cuire jusqu’à ce que tendre-croustillante.
 
Puis ajouter les nouilles, le kecap manis et le sambal.  Mélangez sur le feu Jusqu’à ce qu’il soit chaud (environ 5 minutes).
 
Faites cuire 2 oeufs au plate et déposez-les dessus, saupoudrez d’oignons frits.