Archives par mot-clé : fromage

Ficelles picardes

Pour la Chandeleur, j’avais envie de tester une nouvelle façon de préparer les crêpes et j’ai pensé à la ficelle picarde. Je ne sais pas si ce plat est très connu dans tout la France, personnellement je le connaissais de nom mais ne l’avais jamais réalisé maison. Mon homme étant picard, je me suis dit qu’il était dommage qu’on ne cuisine pas plus de spécialités de chez lui à la maison et j’ai donc profité de l’occasion pour me lancer.
 
 
Pour ceux qui ne connaîtraient pas, ce plat délicieux est composé de crêpes garnies de jambon et de béchamel que l’on roule, qu’on recouvre de fromage et qu’on passe au four. Ça fait envie non?
 
Pour trouver ma recette de base, je me suis rendue sur un blog que je suis au quotidien et qui regorge de recettes des hauts de France (entre autres), Les petits plats de Béa. Il ne se passe pas une semaine sans que je ne repère une recette délicieuse à tester chez elle!
 
 
Celle-ci ne m’a pas déçue, ces crêpes étaient tout à fait réussies. Elles présentent aussi l’avantage d’être faciles à faire et de pouvoir être réalisées avec des crêpes déjà cuites, comme par exemple tout à fait au hasard, un reste de crêpes de la Chandeleur. Si vous avez cuit plus de crêpes que vous n’avez pu en manger, cette recette est LA solution qu’il vous faut!
 
 
 
 
Ficelles picardes

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ficelles picardes

Ingrédients

  • 4 crêpes non sucrées
  • 4 tranches de jambon (végétal pour moi)
  • 250 g de champignons
  • 1 gousse d'ail
  • 3 échalotes
  • 4 c. à s. bombées de crème fraîche épaisse
  • 50 g de gruyère râpé
  • 1 pincée muscade
  • 1 pincée d'herbes de Provence
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffez le four à 200°C.
  2. Épluchez les champignons, les échalotes et hachez-les menu. Écrasez la gousse d'ail.
  3. Faites fondre les échalotes avec le beurre à feu doux pendant 10 minutes, ajoutez les champignons, la gousse d'ail, mélangez l'ensemble et faites mijoter pendant 5 à 10 minutes.
  4. Retirez du feu ajoutez 2 cuillères à soupe de crème fraîche, du sel , du poivre et mélangez le tout.
  5. Garnissez chaque crêpe avec une demi tranche de jambon, 1 cuillère à soupe et demi du mélange aux champignons, roulez l'ensemble, mettez ces crêpes dans deux plats individuels allant au four, nappez  avec le reste de crème fraîche et saupoudrez avec le fromage râpé.
  6. Faites gratiner au four pendant 8 à 10 minutes, servez bien chaud.
 
Source d’inspiration :

Sirop de pamplemousse rose

Aujourd’hui, je vous propose un basique à réaliser avec vos pamplemousses cet hiver pour ensoleiller votre cuisine et vos cocktails. Même s’il fait froid dehors, on a parfois besoin de servir des apéritifs et boissons rafraîchissants non? On ne va pas boire du chocolat chaud ou du café à l’apéro ! 
 
 
Je ne partage pas très souvent de recette de boissons avec vous, mais une fois de temps en temps, il m’arrive d’en faire maison et celle d’aujourd’hui était une super trouvaille, elle mérite donc totalement sa place ici! Même si je ne suis pas fan de pamplemousse, ce sirop a une saveur acidulée et douce à la fois issue de l’utilisation du zeste de pamplemousse, et je l’ai trouvé tout à fait délicieux! Cette boisson ne vous fera pas plisser les yeux car elle est beaucoup moins acide que le pamplemousse seul, même si on retrouve son arôme typique.
 
 
Ce sirop pourra vous servir aussi bien dilué dans de l’eau ou du soda que complété d’un alcool pour improviser un petit cocktail très parfumé. Vous pouvez aussi utiliser le sirop de pamplemousse dans la cuisine, par exemple versé sur des pancakes ou des gaufres, pour garnir les crêpes, ou pour sucrer un yaourt ou un fromage blanc.
 
C’est un simple sirop réalisé avec du jus de pamplemousse fraîchement pressé et du jus de citron, ainsi que le zeste d’un pamplemousse. Le zeste est la clé pour apporter la saveur de pamplemousse, mais pas trop d’acidité. Il faut laisser l’ensemble infuser pendant une nuit mais à part ça, la recette n’a absolument rien de compliqué.
 
Niveau conservation, je ne sais pas combien de temps celui-ci peut durer car la quantité que j’ai réalisée est assez minime, mais je l’ai quand même gardé quelques semaines au frais sans qu’il ne s’abîme.
 
  
 
P.S. : Si vous aimez faire vos sirops maison, je vous propose aussi le sirop de citron!
 
Sirop de pamplemousse rose

Quantité ou nb de personnes: Pour 25 cl environ

Sirop de pamplemousse rose

Ingrédients

  • 2 pamplemousses roses
  • 300 g de sucre
  • 2 c. à s. de jus de citron

Préparation

  1. Recueillez les zestes d'un pamplemousse.
  2. Pressez les pamplemousses afin de récolter le jus. 
  3. Ajoutez les zestes au jus de pamplemousses et laissez infuser au frais pendant 24 heures dans un bocal ou une bouteille fermée.
  4. Filtrez au chinois le jus de pamplemousse pour enlever les zestes et les morceaux de pamplemousse.
  5. Dans une casserole, mélangez le sucre, le jus de citron et le jus de pamplemousse.
  6. Portez à ébullition pendant 5 minutes jusqu'à l'obtention d'un sirop de sucre puis coupez le feu.
  7. Mettez votre sirop en bouteille, laissez-le refroidir totalement avant de le conserver au frais.

Omelette raclette et fondue d’échalotes au four

Aujourd’hui, c’est le blues monday, autrement dit le jour le plus déprimant de l’année! En ce moment dans le nord, il fait très froid et gris bien qu’il ne neige pas… Les fêtes sont derrière nous, la nuit tombe tôt et c’est vrai qu’il y a de quoi déprimer!
 
A  propos de journée déprimante, un peu avant Noël, nous avons visité le marché de Noël de Boulogne-sur-Mer, il faisait un temps infâme et nous nous sommes retrouvés trempés jusqu’aux os en moins de deux minutes. Impossible d’apprécier les stands, à part celui qui vendait des gants que nous avons d’ailleurs dû acheter en urgence car nous avions les mains qui devenaient bleues avec le froid. Pour parfaire le tout, une coupure de courant généralisée s’est déclenchée vers 19 heures et ne s’est finie qu’en pleine nuit, ce qui fait qu’après le restaurant nous avons passé la soirée dans notre logement de location dans le noir complet, et sommes allés nous coucher sans chauffage alors qu’il ne devait pas faire beaucoup plus de zéro dehors… Ajoutez à cela que nous avons été pris dans un barrage sur l’autoroute et sommes restés immobilisés pendant près d’une heure… Il y a parfois de quoi se demander si on ne serait pas mieux à la maison! Je plaisante, car cela ne nous a pas empêchés de passer un très bon week-end, mais cela m’a donné encore plus envie de recettes cocooning, faciles et qui réchauffent!
 
 
Aujourd’hui je vous propose donc un plat qui saura vous réconforter quand vous en aurez besoin, sans trop exploser le compteur calorique. C’est un plat simple et parfait pour écouler les petits restes de fromage après une raclette. Vous pouvez d’ailleurs l’accompagner d’un peu de charcuterie s’il vous en reste, et d’une bonne salade verte.
 
Une omelette bien faite a quelque chose de magique (oui, rien que ça!), que ce soit dans sa texture, dans sa couleur, dans l’harmonie des garnitures… Je ne connais pas de repas qui soit aussi bon tout en étant aussi simple pour le quotidien! 
 
Le composant principal d’une omelette est bien sûr les œufs. J’aime manger une omelette toute simple avec juste une pincée de sel et de poivre, mais nous pouvons tous convenir qu’avec du fromage à raclette, c’est plus gourmand. Assurez-vous ici d’avoir la main légère sur le sel car le fromage en contient pas mal. 
 
 
Il y a juste quelques astuces à connaître pour réussir une omelette parfaite. D’abord, utilisez une bonne poêle. Par «bonne», je sous-entends une poêle antiadhésive. Cela facilitera non seulement la cuisson, mais aussi la partie délicate qui consiste à faire glisser l’omelette à la fin de la cuisson.
 
En outre, un autre secret d’une omelette bien faite est de ne pas trop la cuire. Le haut de l’omelette doit paraître un peu humide, tandis que le bas doit être sec et ferme. Le plus souvent, cela ne devrait pas prendre plus de deux minutes. Évitez également la cuisson à feu trop vif, qui brûlerait le fond de l’omelette alors que le dessus serait encore cru. Si vous ajoutez des garnitures, certaines d’entre elles doivent être préalablement cuites ou réchauffées afin de pouvoir les verser sur l’omelette lorsque la cuisson est presque terminée, et de juste gratiner rapidement au four.
 
Une omelette au four peut se faire avec plus d’œufs qu’une omelette à la poêle, mais celle que je vous propose aujourd’hui est petite (pour deux personnes). Votre poêle ne doit pas non plus être trop grande pour éviter que votre omelette ne soit trop fine, sinon c’est pareil, vous ne pourrez pas gérer la cuisson et la retourner correctement.
 
 
J’aime bien la méthode de cuisson de l’omelette au four, car la cuisson est homogène, même sur le dessus. Cela permet de mettre de gros morceaux de fromage et qu’ils fondent bien de manière harmonieuse.
 
Voilà, je pense vous avoir tout dit pour que cette délicieuse omelette soit inratable! SI vous aimez les omelettes, en voici une autre sympa par ici!
 
Omelette raclette et fondue d’échalote

Omelette raclette et fondue d’échalote

Ingrédients

  • 75 g de fromage à raclette
  • 1 c. à s. d'huile
  • 1/2 c. à c. d'ail
  • 1 c. à s. de persil frais
  • 2 échalotes
  • 10 g de beurre
  • 4 œufs
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Émincez les échalotes. Faites revenir les échalotes émincées dans le beurre. Réservez.
  2. Mélangez les œufs, le persil, l'ail, salez, poivrez et battez.
  3. Coupez chaque tranche de fromage en 2.
  4. Préchauffez le four à 200°C en mode gril.
  5. Faites chauffer l'huile restante, faites chauffer les œufs 3 minutes environ jusqu'à ce que le fond soit pris mais le dessus liquide.
  6. Déposez le fromage.
  7. Enfournez pour 5 minutes environ jusqu'à ce que le fromage soit fondu et l’œuf un peu doré. Mangez bien chaud.
 

Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Aujourd’hui, je vous propose une recette que j’ai découverte dans une petite brasserie parisienne il y a quelques années. Je m’étais mis en tête de la refaire tant elle m’avait plu. Il faut dire qu’elle n’avait rien de complexe, mais était super savoureuse et riche en sauce, tout ce que j’aime quoi!
 
 
Le gorgonzola est très populaire dans le nord de l’Italie et fréquemment utilisé dans les plats de pâtes ou de gnocchi, mais aussi dans des risottos et sur les pizzas. Il fait partie comme tous les fromage bleus de ces aliments que l’on aime ou qu’on déteste. Je suis clairement dans le camp de l’amour! C’est selon moi l’un des meilleurs fromages pour les sauces pour pâtes! 
 
J’ai utilisé des champignons de Paris pour cette recette, car c’est ceux que l’on m’avait servi au restaurant mais si vous préférez, je pense que d’autres variétés s’y prêteront très bien aussi.
 
 
Il n’y a rien de compliqué dans cette recette aussi j’ai peu de conseils à vous donner. Faites juste attention à ne pas trop cuire le fromage pour qu’il ne se « décompose » pas. Vous devez juste le mélanger à feu doux jusqu’à ce qu’il soit presque fondu, puis éteindre le feu. 
 
Si vous en avez, vous pouvez remplacer la ciboulette par le vert d’un oignon frais, cela convient très bien également.
 
A déconseiller aux âmes sensibles, ou en tout cas à ceux qui n’aiment pas le bleu, ce plat est selon moi très réussi, et très proche de celui que j’avais mangé à Paris. Mon homme l’a adoré également. En prime, il est assez facile à préparer pour un dîner rapide en semaine et présente assez bien pour être servi quand on reçoit. Servez-le avec un peu de roquette pour apporter une touche de fraîcheur au repas. 
 
  
 
Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Quantité ou nb de personnes: Pour 4 personnes

Ravioles au gorgonzola, noix et champignons

Ingrédients

  • 300 g de raviolis frais au fromage
  • 25 cl de crème liquide
  • 5 cl de vin blanc sec
  • 175 g de champignons de Paris
  • 150 g de gorgonzola crémeux
  • 25 g de noix en morceaux
  • 3 brins de ciboulette
  • 1 gousse d'ail
  • 1 filet d'huile d'olive
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Nettoyez et coupez-les champignons en morceaux. Concassez grossièrement les noix. Coupez le gorgonzola en petits morceaux.
  2. Plongez les raviolis dans l'eau bouillante salée et laissez cuire le temps indiqué sur l'emballage.
  3. Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans 1 poêle et ajoutez les champignons et l'ail. Remuez, salez, poivrez et laissez mijoter.
  4. Versez le vin blanc sec et portez à ébullition sans couvrir jusqu'à ce que le liquide soit réduit de moitié.
  5. Ajoutez la crème liquide et la moitié du gorgonzola. Laissez épaissir à feu doux 2 à 3 minutes. Le fromage doit juste fondre mais l'ensemble ne doit pas bouillonner.
  6. Mélangez délicatement les pennes égouttées avec la sauce aux champignons et au gorgonzola.
  7. Avant de servir, ajoutez les dés de gorgonzola restants et les noix. Ciselez de la ciboulette par dessus. Salez et poivrez généreusement.
 

Spécialité de Lorraine : quiche lorraine

La quiche lorraine est sans doute la tarte salée la plus populaire en France, et constitue un repas de base pour beaucoup d’entre nous. Elle tient son nom du nom de la région Lorraine du nord-est de la France, d’où elle est originaire. Je n’avais pas encore publié cette recette, pourtant j’en réalise régulièrement et j’adore ça.
 
 
La quiche se réalise sans effort et se sert en toute occasion, qu’il s’agisse d’un brunch avec des amis ou d’un déjeuner en semaine. Je l’aime à n’importe quelle saison, que ce soit l’hiver avec un bol de soupe ou l’été, accompagnée d’une simple salade verte. La quiche lorraine peut être servie tiède ou froide, elle est délicieuse dans les deux cas, ce qui la rend idéale pour les pique-niques. Elle reste même tout aussi bonne une fois réchauffée et se conserve quelques jours. Mais rappelez-vous, qu’il est préférable de la réchauffer dans un four traditionnel plutôt qu’au micro-ondes.
 
Il existe de très nombreuses versions de la quiche lorraine, et j’ai essayé de vous partager ma version préférée, à la fois très crémeuse et un peu croustillante sur les bords. J’espère que vous l’aimerez aussi!
 
Bien que faire votre propre pâte à tarte soit un excellent choix, si vous êtes comme moi, à courir partout à longueur de temps, vous préférerez peut-être opter pour une pâte à tarte achetée en magasin. Dans notre monde où l’on manque constamment de temps, je pense qu’il n’y a pas de honte à ça! Cela dit, n’hésitez pas à utiliser votre recette de pâte à tarte préférée si vous vous en sentez le courage. 
 
 
Ne faites pas trop cuire votre quiche. Elle doit être dorée sur les bords, mais légèrement molle au centre, et elle continue de cuire un peu une fois sortie du four.
 
Bien que certains aiment alléger leur recette de quiche lorraine, je conseille vivement de ne pas remplacer la crème liquide entière par une version plus light, car la consistance et la texture de la quiche obtenue seront bien plus agréables avec.
 
Je vous donne ma recette de base, mais vous pouvez ensuite ajouter ou remplacer ce que vous voulez : mettre du thon au lieu des lardons, ajouter des tomates, plus de poivre, plus de fromage, du bleu ou du morbier, pourquoi pas! Il n’y a pas de limites! Ça ne sera juste plus une quiche Lorraine, mais une quiche tout court!
 
 
P.S. : Découvrez aussi ma  tarte carotte cumin et lait de coco
 
Spécialité de Lorraine : quiche lorraine

Spécialité de Lorraine : quiche lorraine

Ingrédients

    Pour la pâte
  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre demi-sel + 15 g pour le plat
  • 4 c. à s. d'eau
    Pour la garniture
  • 200 g de lardons fumés
  • 3 œufs
  • 2 jaunes d’œufs
  • 20 cl de crème liquide entière
  • 20 cl de lait
  • 1 pincée de noix de muscade
  • 4 c. à s. de gruyère râpé 
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Mixez la farine et le beurre dans le bol d'un robot pour obtenir une pâte sableuse. Ajoutez l'eau et mixez à nouveau, puis récupérez la pâte avec les mains et formez une boule.
  2. Couvrez-la et mettez-la au frais pendant le reste des préparatifs.
  3. Faites revenir les lardons à la poêle 5 minutes pour leur faire rendre leur gras.
  4. Dans un saladier, battez le lait, les œufs, les jaunes, la crème liquide, salez et poivrez.
  5. Préchauffez le four à 210°C.
  6. Étalez la pâte dans un plat à l'ide d'un rouleau à pâtisserie couvert de beurre.
  7. Déposez les lardons puis le mélange aux œufs.
  8. Enfournez pour 20 minutes. Le mélange doit avoir bien figé. Saupoudrez le gruyère râpé par dessus et remettez pour 5 à 10 minutes au four, jusqu’à ce que la cuisson soit finie et le fromage gratiné.

Que faire avec les restes de repas?

Les restes… Voilà un sujet qui occupe souvent mon esprit vu la quantité de repas que je prépare ! Je pense que nous avons tous de temps en temps quelques restes de nos dîners, et en cette période de fêtes, plus que jamais nous avons tendance à voir trop grand et à les accumuler. La plupart du temps, il n’est pas possible de les resservir tels quels, simplement parce que la quantité restante ne suffit pas pour constituer un autre repas pour toute la famille. Sans compter que certains membres de la famille peuvent râler quand les repas sont répétitifs! Ma fille par exemple peut adorer un repas un soir et le détester le lendemain si on lui ressert le même. C’est le membre le plus exigeant de la famille en matière de repas du haut de ses quatre ans!
 
Il y a de nombreux aliments faciles à réutiliser dans une autre recette, comme un reste de sauce tomate, un demi oignon, un peu de viande hachée, mais aujourd’hui ce que je vous propose, ce sont des recettes dans lesquelles vous pouvez recycler un reste entier d’un plat cuisiné avec des ingrédients mélangés, comme par exemple, un reste de ratatouille ou de bœuf bourguignon.
 

Dans un plat cuisiné individuel

Cette solution est de loin la plus basique. Vous n’avez peut être plus assez de restes pour nourrir toute la famille, mais il y en a peut être assez pour un seul membre. Vous pouvez donc congeler ce plat en portion individuelle et le garder pour le jour ou vous êtes seule à la maison, où l’un d’entre vous rentre plus tard que prévu, etc.
 

Dans une tourte

Si votre reste est assez conséquent, vous le glissez entre deux pâtes feuilletées et vous enfournez. Si votre reste est un peu juste en quantité et ne contient pas de féculent, vous y ajoutez une ou deux pommes de terre déjà cuites pour rendre l’ensemble plus compact et c’est parfait! Vous pouvez tout y mettre, même un reste de riz cantonnais!
 
 

Dans une quiche

N’importe quel reste peut être mélangé avec de l’œuf, du lait, du fromage râpé, versé dans une pâte et passé au four. Ça ne rate pour ainsi dire jamais, que votre reste contienne des légumes de la viande, du poisson, et même du riz ou des pâtes, peu importe! Ça sera toujours bon!
 
 
 

Dans une omelette

Encore plus rapide, mais l’esprit reste le même. Vous mélangez à de l’œuf, un peu de crème et de fromage et hop, à la poêle!
 
 

Dans un gratin

Si votre reste contient déjà un féculent, il vous faudra en rajouter pour augmenter la quantité globale et obtenir un plat assez conséquent pour votre famille. Par exemple si votre reste est une poêlée forestière avec quelques dés de pommes de terre, vous cuisiez à part 3 ou 4 pommes de terre supplémentaires, vous les coupez les rondelles et les ajoutez à la poêlée. Si votre reste ne contenait que des légumes, de la viande ou du poisson, vous n’avez qu’à choisir le féculent que vous voulez. Vous cuisez donc une bonne quantité de riz, pâtes pou pommes de terre que vous mélangez à votre reste. Vous rallongez de crème liquide ou de pulpe de tomates suivant ce qui va le mieux avec votre reste, vous couvrez de fromage râpé, chapelure et herbes en tous genres et vous enfournez.
 

Dans une pizza

N’importe quel reste peut finir sur une pizza. cela peut sonner bizarre mais au final ça sera bon! Vous tartinez la pâte de sauce tomate ou de crème, vous déposez votre reste, vous saupoudrez un peu de fromage et c’est parti! Il n’y  plus u’à enfourner!
 
 
 
 

Dans un hachis

Votre reste peut devenir la base de viande d’un hachis. Il ne vous reste plus qu’à le couvrir de purée et de chapelure et c’est parti! Peu importe si votre reste contenait un peu de pâtes ou de riz, ça ne se sentira pas une fois l’ensemble cuit. Si votre reste est un peu juste, il faut juste le compléter avec de la viande hachée ou du haché végétal en plus pour atteindre la bonne quantité, et délayer avec un peu de sauce tomate si besoin pour que ce ne soit pas trop compact. 
 
 

Dans une soupe

Ça peut sembler bizarre, mais n’importe quel reste, recuit dans un bouillon de légume puis mixé, vous donnera une soupe tout à fait sympathique. Si vous disposez de quelques légumes déjà présents dans le plat vous pouvez en rajouter au passage pour en renforcer le goût, ou rajouter un oignon, et cela fonctionnera! Vous pouvez aussi laisser le reste entier qui flottera dans le bouillon, pour former une sorte de minestrone.
 

Dans des bricks

N’importe quel reste est délicieux dans de la feuille de brick, que ce soit en format individuel, en samoussa ou en nem. Ajoutez un œuf en version individuelle si vous voulez rendre le plat plus nourrissant.
 
 
 Voilà mes techniques pour ne jamais rien jeter et franchement, je n’ai jamais été déçue, sans compter que cela permet de manger pour vraiment pas cher les jours où on capitalise sur un reste! Vous avez d’autres méthodes auxquelles je n’ai pas pensé pour écouler vos petits restes?

Voyage gourmand à Strasbourg : Que ramener?

Photo Evan Bench @ Flickr
 
Il y a quelques jours je vous ai parlé des spécialités à manger lors d’un séjour à Strasbourg. Si vous êtes gourmand comme moi, vous ne pouvez pas profiter d’une escapade en Alsace sans goûter aux spécialités et sans rapporter chez vous des souvenirs culinaires que vous pourrez trouver dans toute la région! Personnellement quand je visite un endroit, j’adore découvrir les produits locaux et tester les spécialités proposées par les artisans.
 
Voici donc cette fois quelques idées de produits à ramener de Strasbourg et des villages environnants si vous vous y rendez pour les marchés de Noël, ou à un autre moment!

A ramener

Du munster

Ce fromage supportera tout à fait le voyage, mais si vous êtes en train, même bien emballé, vous risquez de faire fuir vos voisins… A vous de voir!
 
Photo francois schnell @ Flickr
 

Des bretzels

Très répandus en Alsace, les bretzels se déclinent également en petits pains appelés mauricettes, que l’on utilise pour faire des sandwichs. N’en prenez pas trop car ils se garderont quelques jours mais pas plus, à moins de les acheter en version industrielle sous vide, ce qui est moins sympa!

Des mannele

Le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, on consomme ces petits bonhommes briochés aux yeux de raisins. Ils sont adorables et vous les trouverez quasiment partout!
 

Du vinaigre

On trouve en Alsace une marque de vinaigre très célèbre localement, le Melfor. C’est un mélange spécifique et il existe en version avec des épices, les deux sont délicieux! Je l’utilise pour un petit peu tout, et tout le monde l’adore!

Du kugelhopf… ou un moule

Cette énorme brioche au look si traditionnel est absolument divine, et on peut l’acheter bien emballée prête à voyager, ne faites pas l’impasse! Si vous ne pouvez pas en ramener, vous pouvez aussi acheter le moule traditionnel qui vous permettra d’en faire maison. Ce n’est pas aussi difficile qu’on pourrait le penser, et franchement délicieux!
 

Photo Hajime NAKANO @ Flickr

Du pain d’épices

Vous trouverez cette célèbre spécialité de fêtes sur les marchés de Noël ou dans les boulangeries.

Des bredele

Ces petits gâteaux de Noël se préparent et s’offrent dès la fin novembre. Il y a un nombre invraisemblable de saveurs toutes aussi délicieuses les unes que les autres! 
 

Du christollen ou christstollen

Aussi appelé stollen, ce gâteau de Noël est bourré de fruits confits et de pâte d’amandes, j’en suis fan!
 

Photo Whitney @ Flickr

Du schnaps

Cette eau de vie typique réalisée avec des fruits locaux comme la mirabelle, la quetsche, la cerise, la poire… Elle se consomme bien fraîche ou à température ambiante.

Du vin

L’Alsace est une grande région productrice de vins, notamment de blancs fruités et légers, parfaits pour l’apéritif ou pour accompagner les plats locaux. On y trouve 7 vins A.O.C. issus de 7 cépages : Gewurztraminer, Riesling, Sylvaner, Pinot blanc, Tokay Pinot Gris, Pinot Noir, Muscat. Vous pouvez également ramener du crémant d’Alsace qui pourra accompagner vos apéritifs et repas de fêtes.
 

Photo Jason Weaver @ Flickr

Des bières alsaciennes

L’Alsace est la première région brassicole de France. Évitez les marques célèbres que l’on trouve partout en France, mais profitez de votre séjour pour ramener de petites productions locales à découvrir une fois rentrés chez vous.
 
Voilà mes idées pour ramener des souvenirs gourmands et utiles d’un séjour en Alsace. Je ne suis pas exhaustive tant cette région regorge de spécialités! En connaissez-vous que j’ai oublié?
 
 
 
 

Confit d’oignons rouges au vin rouge

Aujourd’hui, je vous propose un classique qui se retrouve à mes tables de fête tous les ans. Le confit d’oignons est une petite douceur typique de la période de fin d’année, que l’on aime souvent associer avec le foie gras de canard. Vous pouvez tout à fait vous en servir de cette façon. Mais si comme moi, vous ne mangez pas de foie gras de canard, il y a plein d’autres façons de l’utiliser aussi! Vous pouvez par exemple l’utiliser pour accompagner des viandes froides, en tartiner dans un sandwich, sur des crackers ou encore le proposer dans un petit pot sur votre plateau de fromages. Le confit d’oignons présente alors l’avantage de contrebalancer le côté riche du fromage par son goût à la fois acidulé et sucré.
 
 
A cette période de l’année, si je n’ai plus de confit d’oignons en stock, je sais qu’il est temps de m’activer, de collecter de jolis pots, et d’acheter un stock d’oignons! Pour les contenants, de simples pots avec des couvercles à vis suffisent, comme des petits pots de confiture ou de moutarde récupérés. 
 
 
Ce confit pourra aussi faire un joli petit cadeau d’invités si vous le décorez d’une jolie étiquette et d’un petit ruban, ou faire partie de coffrets gourmands que vous offrirez pour les fêtes. Il est si facile d’en préparer en grande quantité que vous pouvez en faire tout un stock pour vos fêtes de fin d’année en un après-midi.
 
Une fois que vous avez préparé ce confit d’oignons, vous pouvez commencer à le manger dès qu’il a refroidi si vous le souhaitez. Cependant, il durera un an en bocal, ce qui signifie que vous pouvez en faire un gros lot et en profiter toute l’année.
Une fois ouvert, conservez votre confit au réfrigérateur dans un récipient couvert pendant deux semaines maximum. 
 
 
P.S. : Pour aller avec ce confit d’oignons, découvrez mes brochettes de foie gras au pain d’épices!
 
 
Confit d’oignons rouges au vin rouge

Ingrédients

  • 500 g d'oignons rouges coupés en petits morceaux
  • 2 c. à s. de sucre en poudre
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 30 g de beurre
  • 20 cl de vin rouge
  • 1/2 c. à c. de sel

Préparation

  1. Mettez les oignons à revenir dans une poêle sur feu très doux avec l'huile d'olive.
  2. Ajoutez le sucre et le vin rouge, couvrez et faites cuire sur tout petit feu pendant 30 minutes, en vous assurant que cela ne brûle pas.
  3. Mettez en bocal stérilisé.

Vegan de Marie Laforêt

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre Vegan, de Marie Laforêt, que j’ai eu la chance de découvrir grâce à la boutique Natura sense! Natura sense est une boutique spécialisée dans la santé et la vitalité. Vous y trouverez tout ce qu’il faut pour mieux vous alimenter : extracteurs de jus, déshydrateurs, robots, germoirs… C’est d’ailleurs chez eux que j’ai commandé mon extracteur de jus il y a quelques mois, et j’en suis ravie! Pour compléter le tout, ils proposent plein d’ouvrages qui tournent autour de l’alimentation saine, bio, ou végétarienne!
 
 
L’auteur de ce livre, Marie Laforêt, est une référence de l’alimentation végétale, auteure du blog 100 % Végétal depuis 2009, mais aussi créatrice culinaire et photographe.
 
Ce livre est tout d’abord très beau et agréable à feuilleter. « Vegan » est un énooorme livre de plus de 300 pages. Il est très complet et balaye un spectre très large de la cuisine vegan. Marie Laforêt y aborde des recettes de base, mais propose également des recettes plus élaborées tout en restant plus alléchantes les unes que les autres. Les photos qui l’accompagnent, réalisées par elle-même,  sont un véritable régal pour les yeux.
 
Quand on ouvre ce livre, il commence par une longue et très intéressante introduction écrite par l’auteure, qui nous livre ses conseils sur le mode de vie vegan. Elle est ensuite poursuivie par le Dr Jérôme Bernard-Pellet, qui expose les grandes lignes de l’équilibre nutritionnel végétalien : où trouver principaux nutriments (protéines, calcium, vitamine B12, fer, etc.), mais aussi les erreurs à éviter…
 
 
Comme promis dans le titre du livre, les recettes sont ben entendu toutes vegan! De plus, 90% des recettes sont sans gluten. Chaque recette est accompagnée de petits pictos qui permettent de savoir si la recette est rapide, facile ou peu chère. Vegan est un livre vraiment très bien fourni en recettes. Il y en a énormément, et celles-ci s’étendent des plus classiques aux plus originales. Plus qu’un simple recueil de recettes, l’ouvrage propose des dizaines de basiques vraiment indispensables pour adopter une alimentation végane et variée.  
 
Les recettes sont claires, et la plupart ne demandent pas mille et un ingrédients introuvables à mon sens… Mais j’avoue que je suis déjà bien équipée! Pour ceux qui n’ont pas encore tout le nécessaire, il leur faudra se constituer un placard de base. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est qu’elle revisite certaines recettes traditionnelles en mode vegan. Au total plus de 500 recettes pour toutes les situations, adaptées aux petits comme aux grands, aux repas festifs, ou qui quotidien. 
 
 
Les premières recettes qui m’ont tapé dans l’œil immédiatement sont le pâté de lentilles d’hiver, la tartinade crémeuse aux pois cassés, les quinoa burgers aux herbes, le risotto aux fèves, et le chapitre complet concernant les fromages végétaux. Côté sucré, les  flans au caramel ont immédiatement attiré ma fille, quand à moi, je jetterais bien mon dévolu sur le gâteau citron-amandes-vanille,  ou les biscuits moelleux à l’okara cajou-noisettes!
 
 
En résumé, c’est pour moi un véritable coup de cœur et je sais déjà qu’énormément des recettes de ce livre vont devenir des classiques pour moi! De mon point de vue, ce livre mérite vraiment d’avoir une place dans la bibliothèque. Je ne suis pas vegan et ne projette pas de devenir, mais j’apprécie beaucoup cette cuisine respectueuse de l’environnement et saine.  Ce livre va me donner des dizaines d’idées pour végétaliser un peu plus mon alimentation!
 
 
Je pense aussi que ce livre est un indispensable pour toutes les personnes qui deviennent vegan et ne veulent pas se contenter d’acheter des galettes de céréales en magasins bio. Mais il sera aussi une aide précieuse pour recevoir des convives vegan, ou juste pour adopter une alimentation qui fait la part belle aux fruits et légumes.
 
Si avec tout ça je vous ai donné envie d’acheter ce livre, vous le trouverez ici chez Natura Sense, foncez-y vite, l’envoi est rapide et très soigné ! Et si vous êtes en recherche de livres pour préparer une cuisine saine, goûteuse et vitaminée, vous y trouverez plein d’autres ouvrages!
 
Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir la première recette que j’ai testée dans ce livre !
 
      
 

Voyage gourmand à Strasbourg : Que manger ?

Strasbourg est connue pour être une ville superbe, et maintenant que j’ai eu la chance de la visiter, je ne peux que confirmer. C’est une ville qui comme beaucoup en Alsace est réputée pour son marché de Noël, et bien qu’il soit moins charmant que dans les tout petits villages aux alentours, il est très étendu et il est impossible de ne pas y trouver son bonheur!
 
Je trouve que le mois de décembre est une période parfaite pour découvrir cette ville mise en valeur par ses superbes décorations de Noël. Si cela fait partie de vos projets de visiter Strasbourg prochainement, alors ce petit guide pourra vous être utile. J’y ai listé les spécialités culinaires à ne pas rater sur place. 
 

Les winstub et bierstub

La winstub ou « pièce à vin » est typique de l’art de vivre strasbourgeois. À l’origine, c’était une pièce de la maison chauffée et ouverte au public, permettant aux producteurs d’écouler le surplus de leur production viticole. Le vin était servi accompagné de plats simples.
Aujourd’hui, la winstub est le restaurant typiquement alsacien, à l’esprit terroir et bistrot. On y retrouve des plats d’autrefois, comme le baeckoffe et la choucroute. Quelques winstub subsistent à Strasbourg. On trouve également les bierstub, brasseries typiquement alsaciennes, où on sert les plats avec de la bière.
 

Source dierk schaefer @Flickr

Côté entrées

La salade de cervelas

En entrée, vous pourrez tester cette salade simple et principalement composée de cervelas, comme son nom l’indique. Certaines variantes incluent aussi du gruyère.

La salade de pommes de terre

Autre salade typique, la salade de pommes de terre peut être servie froide ou tiède. On l’accompagne souvent d’une knack ou de jambon.

La flammekueche

Cette spécialité a dépassé les frontières de l’Alsace et est célèbre partout en France. Il s’agit d’une fine pâte recouverte de crème, d’oignons et de lardons et servie sur une planche de bois. La tradition est de la partager et de la manger avec les doigts. 
 

Source Guilhem Vellut @Flickr

La tarte à l’oignon

Cette spécialité servie dans les winstubs ne doit pas être confondue avec la flammekueche. Elle est bien plus épaisse que cette dernière. Elle contient parfois des lardons mais cela n’a rien d’indispensable, et peut être considérée comme une entrée ou comme plat principal.

Côté plats

Le kassler 

Le kassler est un rouleau de viande de porc qui peut rappeler la palette à la diable en plus moelleux. Il se déguste dans une choucroute garnie ou accompagné de pommes de terre. 

La carpe frite

Recette typique du Sud Alsace ou Sundgau, la carpe est panée dans de la semoule fine puis frite et accompagnée de frites et mayonnaise. C’est un peu le fish and chips local!

La matelote à l’alsacienne

Cette bouillabaisse alsacienne est composée de morceaux de poissons d’eau douce pêchés localement, et elle s’accompagne de nouilles aux œufs.

Le baeckoffe

Ce ragoût cuit à l’étouffée avec du vin blanc alsacien dans un plat traditionnel se compose de pommes de terre, de légumes, et d’un mélange de viandes : agneau, bœuf, porc…

La choucroute

Emblème alsacien, la choucroute provient de la fermentation naturelle du chou. Garnie, celle-ci s’accompagne de pommes de terre et d’un assortiment de viande et de charcuteries : porc, petit salé, knack… Il existe aussi une variante de la mer, aux différentes variétés de poissons.
 

Source Guilhem Vellut @Flickr

La knack

On ne peut pas venir à Strasbourg sans manger une knack d’Alsace ou saucisse de Strasbourg. Cette saucisse longue et fine est réalisée à base de viande de bœuf et de porc et légèrement fumée au bois de hêtre. Si vous avez des enfants, ils adoreront en manger une avec des frites, le menu enfant par excellence dans les brasseries alsaciennes. On peut aussi la manger sur le pouce dans les marchés de noël, accompagnée d’une bonne bière et d’un bretzel si vous avez faim! 

Le foie gras

Vous ne le savez peut-être pas, mais le « pâté de foie gras » d’oie est l’invention d’un cuisinier strasbourgeois. 

Le bibeleskäs

Ce fromage blanc accompagne les pommes de terre sautées. On le sert avec de l’ail, du persil, de la ciboulette de l’oignon, et chacun l’agrémente selon ses goûts.

Le waedele

Il s’agit d’un jambonneau accompagné de moutarde et de raifort, typique de la cuisine des winstub.

Les fleischschneka

Ce sont des rouleaux réalisés en plaçant de la farce à la viande sur une pâte à nouilles, que l’on roule, que l’on coupe en tronçons avant de les cuire à la poêle puis dans un bouillon.

Les spaetzle

Cette spécialité que l’on peut rapprocher des pâtes est caractérisée par une forme irrégulière. On les sert nature pour accompagner des plats en sauce, ou au fromage, aux lardons…
 

Source Michela Simoncini @Flickr

La tourte vigneronne alsacienne

La tourte vigneronne se compose de viandes cuisinées au Riesling et cuites dans une pâte feuilletée.

Côté desserts

Le strudel

Cette pâtisserie alsacienne est composée de pâte garnie d’un mélange de pommes hachées et de fruits secs et parfumée à la cannelle. Le strudel peut aussi être garni de fromage blanc ou avec des cerises à la place des pommes.
 

Source (vincent desjardins) @Flickr

Le mendiant d’Alsace

C’est une sorte de clafoutis rustique, fait à partir de pain rassis délayé de lait. Agrémenté de cerises noires, il embaume le kirsch et la cannelle. 

La Linzer Torte

D’origine autrichienne, la Linzer Torte est très répandue en Alsace. Composée d’une pâte sablée recouverte de confiture de fruits rouges, elle est reconnaissable à son aspect tressé sur le dessus.

La kaeskuche

Cette tarte au fromage blanc est un peu le cheesecake alsacien. C’est une tarte passée au four et à la texture assez légère.

Côté boissons

Le vin chaud

Il règne en maître sur les marchés de Noël avec ses effluves de cannelle et d’épices. Si vous venez en hiver, il est inévitable!
 
 

La bière

La bière d’Alsace, ou elsassbier, est une institution. L’Alsace est la première région brassicole de France. Parmi les plus célèbres et moins intéressantes il y a la Heineken et la Carlsberg, mais vous pouvez aussi trouver des bières plus originales comme la Licorne, que l’on trouve partout, la Fischer, ou mieux, des bières de brasseries artisanales, comme les bières de la brasserie Perle ou celles de la brasserie Bendorf.

Le kirsch

Côté boissons, le kirsch est un classique. Il est obtenu par fermentation puis distillation des cerises.

Le schnaps

Le schnaps ou eau de vie clôture souvent les bons repas. Il est réalisé à partir de framboise, prune, mirabelle, quetsche, kirsch, poire ou de marc de gewurtztraminer. 
 
Si vous êtes déjà allés en Allemagne, vous avez sans doute remarqué dans cette liste quelques points communs avec la cuisine de ce pays, ce qui n’est pas pour me déplaire car j’adore la cuisine allemande! Voilà, je reviendrai prochainement vous parler des spécialités que l’on peut ramener dans ses bagages en souvenir d’Alsace. Si vous êtes déjà allés en Alsace ou si vous y vivez, est-ce que j’ai oublié des plats emblématiques? N’hésitez pas à me l’indiquer pour que je les ajoute à la liste!