Archives par mot-clé : France

A la recherche des oeufs brouillés parfaits #1

L’œuf brouillé n’est pas une préparation si installée en France, alors que c’est la recette de base de toute ménagère américaine. Chez nous, on a trop souvent tendance à parler d’œufs brouillés pour une omelette qu’on a mélangée en petits morceaux, ce qui n’a en réalité absolument rien à voir. Non non. Comme le risotto n’est pas du riz avec une sauce blanche a la place de la sauce tomate, arrêtez de me révolter en massacrant les meilleurs plats du monde.


Bref, en bonne accro du brunch que je suis, je trouve les œufs brouillés aussi incontournables que la baguette confiture, et je rêve depuis longtemps de les faire aussi bien qu’aux States. Alors quand je suis tombée sur un article de food 52 comparant les 3 meilleures façons de les cuisiner, j’ai passé un pacte avec moi même, de tester les 3 recettes avec le moins de délai possible entre chaque pour réussir à comparer. Voici donc la première méthode! 

 

Cette méthode est nommée méthode « douce et lente », car elle consiste en gros à cuire a feu très doux et forcément du coup ça dure un certain temps.

 

J’ai suivi la note de la recette, qui détallait la méthode de Jean- Georges Vongerichten : j’ai utilisé une casserole et un fouet, alors que certains utilisent une poêle et une cuiller en bois. 

 

 

 

Le résultat est crémeux, riche, avec de petits grumeaux. La seule amélioration que j’apporterais est que j’aime mes œufs poivrés. Cette recette conviendra parfaitement aux régimes végétariens et sans gluten.

 

Les œufs brouillés parfaits #1

 Pour 2 personnes

  • 4 œufs
  • 2 cuillers à soupe de crème liquide
  • 15 g de beurre

Cassez les œufs dans un bol et fouettez avec 2 cuillères à soupe de crème ( ou plus!) . 

Faites chauffer votre casserole à feu doux ; laissez fondre une cuiller à soupe de beurre. Versez les œufs dans la casserole et remuez constamment avec un fouet. 

Vous devez faire cuire les œufs lentement, donc si ils commencent à coller, mettez le feu encore plus bas. 

Remuez, agitez, remuez, jusqu’à ce que les œufs ressemblent à une soupe d’œufs et que les morceaux d’œufs caillé soient tout petits. 

Retirez du feu juste avant qu’ils ne soient totalement cuits. Assaisonnez avec le sel et le poivre et mangez immédiatement.

 

 

 

Source : http://food52.com/blog/8583-how-to-make-perfect-scrambled-eggs

La box de décembre

Le box de décembre est arrivée, un peu comme un premier cadeau au pied du sapin avant l’heure   pailettes !

Elle est garnie de produits festifs, ce qui tombe drôlement bien!
Elle contient
  • de la poudre de pain d’épices : pour paner du foie gras, saupoudrer un dessert, une viande…
gavottes
  • des brisures de crêpes dentelle : pour saupoudrer les desserts, ou réaliser des fonds de tarte type Cheesecake
  • du Melfor : ce produit peu connu chez nous est un vrai basique chez nos amis alsaciens, qui l’utilisent a la place du vinaigre dans de nombreuses préparations… c’est plus doux et parfumé que du vinaigre classique, j’ai hâte de m’en servir!
melfor
  • une plaque de chocolat Ragusa : je vais devoir me retenir si je veux essayer de l’utiliser en cuisine, car une partie de moi a envie de l’engloutir immédiatement!
ragusa
  • du foie gras de canard : pour le déguster simplement à l’assiette, j’aime autant le faire maison, alors celui ci je l’utiliserai en cuisine, pourquoi pas dans une future création de burger.
  • une bouteille de vin blanc « Brise France », pour accompagner le (burger au) foie gras
  •  des adorables petits moules de noël, en forme d’étoile, de sapin, de renne… Parfaits pour la réalisation des Bredele!
moules
A très bientôt pour des créations de recettes inspirées de ces beaux produits!

Burgers morbier et reblochon

Après 5 ans passés en appartement en plein centre de Lille, nous avons choisi de déménager pour pouvoir profiter d’une maison avec jardin, dans le quartier de Fives. Quartier en plein devenir, ce que semble avoir compris Martine Aubry qui casse des bâtiments et des trottoirs à chaque coin de rue, mais pas encore Speed Burger. Doutent-ils de la rentabilité du déplacement ou ont-ils peur de se faire agresser dans notre beau quartier je ne sais pas, mais toujours est-ils qu’ils livrent tout Lille, à l’exception de chez nous. Inutile de dire qu’ils se privent d’un chiffre d’affaires substantiel, mon homme et moi étant des gros morfales amateurs éclairés de burgers précédemment abonnés quasi hebdomadairement à cette enseigne.

 

Pire, Speed Burger remue le couteau dans la plaie en nous envoyant régulièrement des e-mails avec des burgers plus alléchants que jamais, que nous n’aurons plus l’occasion de goûter.

 

A la réception du dernier e-mail, présentant les burgers fromagers le Morbier et le Reblochon, c’en était trop. La torture était telle qu’il fallait qu’on trouve une solution. Nous avons donc eu l’idée (brillante) de cuisiner nous mêmes lesdits burgers, en nous basant sur les ingrédients SpeedB. Le résultat a été à la hauteur de nos espérances…

 

Le morbier

Pour 1 burger

– 1 pain a burger classique au sésame

– 2 cuillers à soupe de sauce tartare

– une belle tranche de morbier, fine mais assez large pour couvrir le diamètre du pain

– 2 ou 3 petites feuilles de salade (feuille de chêne ou laitue iceberg)

– 1 pomme de terre moyenne 

– 1 steak haché 

 

Rincez et brossez la pomme de terre sans l’éplucher  Râpez la pomme de terre à l’aide d’un robot, ou de vos petits bras chétifs et d’une râpe si vous n’en avez pas.

Pressez la pomme de terre râpée obtenue dans de l’essuie-tout pour retirer un maximum de jus. Salez et poivrez.

 

Dans une poêle, faites chauffer un mélange de beurre et d’huile (soyez généreux sur la quantité). Déposez un rond à pâtisserie de X de diamètre et versez le mélange dedans. Pressez à fond avec une fourchette pour compacter l’ensemble et obtenir une galette. faites revenir à feu vif, quelques minutes sur chaque face, de manière à ce que la galette  soit dorée à l’extérieur mais encore molle à l’intérieur. Lancez la cuisson du steak haché.

 

Tartinez l’intérieur du couvercle du pain de sauce tartare, déposez le tranche de fromage, et passez au four ( fonction grill à 180°) ainsi que la tranche de pain du dessous, sans sauce.

 

Dès que le fromage a fondu, que le steak est cuit et la galette de pomme de terre dorée :

Tartinez le pain du bas de sauce tartare, ajoutez la salade, déposez la pomme paillasson, le steak, et refermez.

 

Mangez immédiatement.

 

 

 

 

Le reblochon  

Pour 1 burger

– 1 pain a burger classique au sésame

– 2 cuillers à soupe de sauce barbecue

– 1 cuiller à café de sauce au whisky

– deux belles tranches de reblochon, fines mais assez larges pour couvrir le diamètre du pain quand on les met côté à côte

– 2 ou 3 petites feuilles de salade (feuille de chêne ou laitue iceberg)

– 1 steak haché 

 

La sauce est une libre interprétation de la sauce Grill de SpeedBurger, aucun détail n’indiquant ce qu’elle contient et n’ayant pas eu l’occasion de la goûter.

 

Dans une tasse, mélangez la sauce barbecue et la sauce whisky, salez et poivrez.

 

Tartinez l’intérieur du pain de ce mélange. Il ne faut pas en mettre beaucoup, de manière à garder deux bonnes cuillers à soupe du mélange pour la suite. Déposez le pain ouvert sur votre grille de four, déposez le fromage sur le pain du dessus, et faites dorer à 180°, fonction grill.

 

Avec la sauce restante, tartinez généreusement le steak haché sur les deux faces. 

 

Faites chauffer une poêle huilée. Lancez la cuisson du steak haché.

 

Dès que le fromage a fondu et  que le steak est cuit, ajoutez la salade, le steak, et refermez.

 

 

 

Les frites 

 

Ici, pour des raisons hypocrites évidentes d’équilibre alimentaire, nous avons choisi d’accompagner ces burgers de frites cuites à l’Actifry, ce miracle de la technologie qui nous permet de manger des frites sans jamais grossir. Si? Ah bon.

Notre secret pour qu’elles ressemblent le plus possible à des vraies frites :

Prendre des pommes de terre « à frites ». Les brosser sous l’eau mais ne pas les éplucher. Faire une coupe plutôt épaisse (frites au format friterie ou Speedburger plutôt que Mc Do). Doubler la quantité d’huile (2 cuillers à soupe au lieu d’une). Bah oui, quand même, vous pensiez quoi? Y’a pas de secret, plus y’a de gras plus c’est bon. Assaisonner et épicer généreusement.

 

 

VERDICT

 

Le Reblochon est excellent, et bien que nous ayons quelques craintes sur la sauce, son goût assez prononcé se marie parfaitement avec le fromage.  Un burger qui vaudrait bien un 7.5 ou même un 8 sur l’échelle du Burger. 

Mais la surprise vient surtout du Morbier. Dès qu’on mord dedans, c’est un festival, un feu d’artifices, un concert de Rammstein au Stade de France, bref, on en prend plein la vue, ou plutôt plein les papilles.  Le fromage a un fondant parfait, son goût explose en bouche, la pomme paillasson est  moelleuse et croustillante à la fois, la sauce tartare se fond parfaitement au mélange… Un burger qui de notre avis unanime, mérite de rejoindre notre panthéon des 3 meilleurs burgers qu’on ait jamais cuisiné nous mêmes.

Et dire que sans SpeedBurger, on n’aurait peut-être jamais pensé à mettre ce fromage (déjà un délice au naturel) dans un burger! Merci, ô merci!