Archives par mot-clé : France

A la recherche des œufs brouillés parfaits #4

Alors que j’étais arrivée au bout de mes tests sur les œufs brouillés proposés par Food52 (3 recettes effectuées en respectant scrupuleusement tous les moindres détails des consignes, pour vous offrir les meilleurs œufs brouillés de France, non du monde, non de l’univers intergalactique tout entier), j’avoue que je restais un peu sur ma faim.
Les œufs 1 étaient canon, les œufs 2 d’une réalisation rapide et fun et les 3 encore plus rapides, mais au final, au niveau du goût, seuls les premiers étaient vraiment conformes à ma vision de l’œuf brouillé, sans pour autant être incroyables non plus. Après vous me direz, ce ne sont que des œufs, avec du sel, du poivre, éventuellement de la crème, ça laisse peu de variables d’ajustements pour en faire de meilleurs que d’autres.
Et puis, oh suspense insoutenable, alors que je triais de vieux magasines de cuisine lus et relus 20 fois que je ne me résigne jamais à jeter au cas où j’aurais un jour besoin d’une huitième de recette de pot-au-feu, je tombe sur une recette… d’œufs brouillés. La technique pas à pas, dans la rubrique « La leçon d’Adrienne », tirée d’un Cuisine et vins de France de 2005 (oui oui!). Dubitative, incrédule, et surtout affamée et n’ayant rien prévu pour le repas, je me lance immédiatement dans la réalisation de cette recette.
Quelle galère, le bain marie! Surtout quand on a des casseroles Tefal avec des poignées amovibles, qu’on pense que c’est une bonne idée d’enlever la poignée de la petite casserole pour qu’elle rentre dans la grande… Jusque là tout va bien mais on rigole moins quand on essaye de rattraper la casserole, qui vogue d’un bout à l’autre en évitant le manche qui essaye de s’accrocher, une véritable pêche aux canards en direct!
Et là, la surprise, la révélation, le don du ciel : ces œufs sont certes un peu pénibles à faire, mais ils sont tellement bons!! je suis retournée dans la cuisine finir les bords de la casserole avec les doigts ( casserole trop petite pour que ma tête passe dedans, sinon j’aurais léché directement!)
Des 4 méthodes testées jusqu’à maintenant, je ne sais pas si cette méthode est la plus officielle, je suis peut-être la seule à découvrir ça alors que la France entière la connaissait déjà depuis longtemps?
Toujours est-il que jusqu’à nouvel ordre j’ai adopté cette recette comme étant « mon » secret de fabrication, et j’entretiendrai la légende de la recette héritée d’un grand oncle américain que je n’ai pas le doit de divulguer (sauf à vous, bien entendu!)
Avis aux amatrices, n’hésitez pas à tester et dites moi si vous avez mieux!
  oeuf-brouille

Oeufs brouillés

Pour 2 personnes

  • 4 oeufs
  • 30 g de beurre
  • 10 cl de crème liquide
  • Sel, poivre

oeuf-brouille2Cassez les œufs dans un bol, salez, poivrez, fouettez légèrement.

Faîtes chauffer une casserole à fond épais. Mettez y à fondre la moitié du beurre en le faisant tourner dans la casserole pour qu’il se répartisse bien partout.

En parallèle, faîtes chauffer une deuxième casserole (plus grande que la première) à demi remplie d’eau. Quand le beurre est bien fondu, déposez la casserole de beurre dans la casserole d’eau pour obtenir un bain marie.

Versez alors les œufs battus et mélangez sans cesse avec une cuiller en bois, pendant environ 6 minutes, pour obtenir un mélange très crémeux.

Lorsque la consistance idéale des œufs brouillés est atteinte, retirez la casserole du bain marie et ajoutez le reste de beurre puis la crème, sans cesser de remuer.

Servez immédiatement.

 

oeuf-brouille3

La petite Cour // Lille

Rien qu’à cause du nom, j’ai pas mal hésité avant de me rendre dans ce restaurant. Bah oui, La Petite Cour, c’est très alléchant, mais au mois de février je ne vais pas en profiter beaucoup de la cour! Et puis bon, à force de regarder la carte et les bons commentaires sur ce lieu, j’ai fini par me laisser tenter sans attendre les beaux jours.

Quelle riche idée ! Déjà en réservant, l’accueil au téléphone était adorable. Ensuite en arrivant sur place, le lieu m’a tout de suite séduite et j’ai su que je passerais forcément une bonne soirée.

Le bâtiment, ancien et préservé dans son jus, offre tout le charme des architectures du Vieux Lille : briques apparentes, belle hauteur sous plafond avec poutres apparentes et au fond, de beaux murs moulurés. La déco un rien kitch mais plutôt light ajoute une note d’humour sympathique : portraits anciens, fausse chouette empaillée, scooter doré accroché au mur…

La carte arrive, bien cachée dans une pochette de vinyle de Serge Lama.

En gros, La Petite Cour c’est du fromage et de la viande. Comprenez des spécialités fromagères comme le welsch, la tartiflette ou le croquant au maroilles, et un joli choix de viandes, de l’onglet au carré d’agneau.

IMG_20140215_214628

Justement, nous jetons notre dévolu sur les croquants au maroilles en entrée, puis sur l’onglet et le carré d’agneau pour le plat.
Un choix de vin sympathique accompagne tout ça et charmante attention pour les néophytes, chaque vin est sous titré avec les plats auxquels il s’accorde le mieux.

Avant d’attaquer, on nous apporte une petite assiette de rillettes et du pain pour accompagner l’apéritif, c’est offert et c’est bon!

IMG_20140215_215824

Le craquant aux maroilles arrive, sous forme d’une crêpe, un rien grasse mais très bonne, accompagnée d’une petite salade d’endives. Le pain est très bon également, ce qui ne gâche rien!

IMG_20140215_222518

Ensuite arrivent les plats. Nous sommes déjà ravis de la quantité, car les assiettes dont jolies et très bien servies. En goûtant c’est le bonheur total : les meilleures viandes que j’aie mangé depuis un bon moment! Cuissons parfaites, viande tendre et goûteuse, sauces et accompagnements en accord… Absolument rien à redire, on lèche les assiettes!

IMG_20140215_222543

Enfin, le dessert, là ou le bât blesse chez beaucoup d’adresses de qualité.
Malheureusement, il ne manquait pas grand chose pour friser la perfection, mais un petit impair est arrivé sur la fin. De mon côté j’ai opté pour un muffin au chocolat blanc et coulis de fruits rouges, un peu trop sucré et lourd après une assiette copieuse, mais je suis une bonne mangeuse donc j’ai apprécié !
Mon homme se laisse tenter par le dessert du jour qui est accessoirement son pêché mignon : des profiteroles. Et là, c’est le drame, l’erreur diplomatique, l’accident de parcours, bref vous avez compris : les demoiselles étaient sèches et insipides, soupçonnées de délit de congélateur.

Quel dommage, avec des plats qui étaient limite les meilleurs que j’aie mange en 2014,   de n’avoir pas su tenir la distance sur les profiteroles! Pourquoi s’embarquer dans des classiques complexes comme ce dessert quand on n’a pas les compétences?
Dommage, car sans ce détail je n’aurais rien trouvé à redire!

IMG_20140215_230253

Mais j’avoue que le reste était tellement bon que même malgré ça, cela reste une très belle découverte que je recommande totalement !

IMG_20140215_230301
La Petite cour, 17 Rue du Curé Saint-Étienne à Lille. Tél : 03 20 51 52 81

Baguette à l’ail

baguette-ail
Pour la fête des boulangers, j’avais envie de vous proposer une recette sympathique tournant autour du pain, et j’ai longuement hésité sur la préparation que j’allais faire. Je ne voulais pas d’une recette qui oblige à avoir une machine à pain, (même si j’adore la mienne quand elle me fait des pains tout chauds le dimanche), pour ne pas frustrer celles ou ceux qui n’en ont pas, mais je voulais quelque chose d’original et qui ait le niveau (ou presque) d’une vraie préparation de boulanger…
C’est alors que j’ai eu un flash en pensant à l’un des produits que je préfère chez mon boulanger préféré (qui est aussi un très bon ami, mais cette préparation est objectivement excellente même sans faire entrer l’amitié dans la balance!)…
Cette recette démoniaque n’est autre qu’une baguette tartinée généreusement de beurre et d’ail et repassée quelques instants au four. A déguster à l’apéritif, un peu chaud, avec le beurre bien fondant et le pain qui croustille… C’est une véritable catastrophe pour l’aspect calorique mais une franche réussite sur l’échelle du bonheur (qui est bien plus importante vous l’admettrez)
Par rapport à la recette de mon ami boulanger, j’ai ajouté du persil, surtout pour la couleur, mais si vous n’en avez pas, vous pouvez vous en passer.
Attention en préparant cette recette à vraiment mixer l’ail et ne pas vous contenter de l’émincer finement : les morceaux trop gros d’ail se sentent et apportent un goût moins agréable. Utilisez un presse-ail, un hachoir ou ce que vous voulez mais l’ail doit être réellement mixé!
A part ce détail, cette recette est inratable et incroyablement bonne, faîtes moi confiance!
baguette-ail2

Baguette à l’ail

  • 1 petite baguette précuite (de la taille d’une demi-baguette)
  • 25 g de beurre salé
  • 2 gousses d’ail dégermées
  • 1 c à s de persil frais émincé
Préchauffez le four à 200°C.
Fendez la baguette dans la longueur mais sans séparer totalement les deux moitiés.
Hachez les gousses d’ail avec le persil. 
Faites fondre légèrement le beurre (il faut juste qu’il soit mou). 
Mélangez le beurre, l’ail et le persil, pour former une pâte homogène. 
Étalez ce mélange sur chaque face du pain.
Mouillez légèrement l’extérieur du pain avec un peu d’eau et mettez au four pour une dizaine de minutes (vérifiez les instructions de votre pain précuit)

Spécialité provençale : mini pissaladière pour 2

Cette semaine démarre le festival de Cannes, avec son défilé de nibards dénudés stars renommées, ses films improbables incontournables, et un souvenir de José Garcia qui restera gravé dans les mémoires de toute une génération.
min-pissaladiere-oignon

Pour fêter cet événement, j’ai envisagé de vous proposer une recette typiquement canonisé. Oui mais… C’était sans compter sur le fait qu’il n’en existe apparemment pas. Après des recherches infructueuses sur internet, je tombe sur un article qui explique que la ville de cannes ne possède aucune spécialité gastronomique! J’ai encore du mal à y croire, et si un cannois a connaissance d’une recette qu’il se lève maintenant pour sauver la réputation de cette charmante ville!

Bref, noyée dans le chagrin et l’amertume, je me suis rabattue sur une spécialité de pas trop loin (Nice pour être précise), la pissaladière.

min-pissaladiere-oignon3

Ce choix n’est pas innocent car il faut savoir que je déteste les anchois, mais j’adore me lancer des défis en espérant qu’ils vont me faire changer d’avis sur un produit.

Du coup, me voilà avec cette recette très légèrement adaptée de la recette d’origine, principalement au niveau de son aspect.

J’avoue que cette recette m’a beaucoup plu, et j’envisage donc de décliner les anchois dans d’autres plats pour confirmer si je suis définitivement conquise par cet étrange poisson!

min-pissaladiere-oignon4

Mini pissaladières aux deux oignons

Pour deux mini pissaladières

  • 200 g de pâte à pain du boulanger
  • 2 oignons rouges
  • 1 oignon blanc
  • 100 g d’anchois à l’huile
  • 4 olives noires
  • 2 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 2 cuillers a soupe d’herbes de Provence
  • 5 cuillers à soupe d’huile d’olive
  • poivre

Coupez les oignons en rondelles. Dans une grande poêle profonde, faites chauffer 5 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Mettez les oignons dans la poêle, ajoutez du poivre, les herbes de Provence et le sucre en poudre.

Ne salez pas, les anchois sont déjà très salés.

Gardez 4 filets d’anchois et mettez le reste dans la poêle avec les oignons.

Les anchois vont fondre à la chaleur et se mélanger aux oignons. Ajoutez une cuillère à soupe de l’huile des anchois dans la préparation.

Faites revenir les oignons jusqu’à que leur couleur soit légèrement jaune. Il ne faut pas qu’ils reviennent de trop car ils vont encore cuire dans le four.

Étalez la pâte à pain sur une plaque de four huilée à l’huile d’olive.

Versez votre préparation sur la pâte et mettez des anchois et des olives pour la décoration.

Préchauffez votre four à 220°C et mettez la pissaladière.

Pour le temps de cuisson dès que la pâte à pain est cuite (voir aux bords de la pâte) vous pouvez sortir votre pissaladière.

Vous pouvez déguster votre pissaladière chaude, tiède ou froide, accompagnée d’une salade verte.

min-pissaladiere-oignon2

Source d’inspiration :
http://m.marmiton.org/recettes/recette_pissaladiere_20407.aspx

Les bases de la cuisine indienne : le garam massala et le ghee

Certains ingrédients de la cuisine indienne, qui composent la majorité des plats indiens, ne sont pas disponibles en France ( ou pas dans une qualité intéressante), c’est pourquoi avant d’attaquer votre repas indien, vous devrez vous attaquer à certains préparatifs maison.

C’est le cas notamment du Garam Masala, du Ghee et du Paneer.
Qu’est ce que c’est que tout ça? Le Garam Masala, c’est un peu le « mélange indien » de Ducros, mais version authentique, où les épices ont été dosées et réduites en poudre par vous même.
Le Ghee, c’est le beurre indien, qui est en autres termes un beurre clarifié. Et le Paneer, c’est le fromage frais indien, une sorte de caillé qui s’utilise dans des plats comme nous mettrions de la crème liquide, mais cette préparation là je ne vous la détaillerai pas aujourd’hui, car je n’en avais pas besoin pour mon repas.
J’ai trouvé toutes ces explications dans le super livre « Bolly Cook », de Julie Schwob, acheté spécialement pour l’occasion et dont je suis ravie.
De nombreuses techniques de base y sont expliquées, et les recettes sont classées par régions ce qui permet de comprendre un peu les habitudes alimentaires dans ce pays. Enfin, les recettes sont adaptées aux produits disponibles en France, mais gardent une touche authentique qui différencieront votre cuisine de celle faite habituellement en France avec des pots de sauce toutes prêtes ou des mélanges d’épice industriels.
3414375680_17b415d390_z
Photo par rajkumar1220 @Flickr

Le Garam Masala

Les masala sont des  mélanges d’épices indiens, que vous pourrez conserver dans une boite hermétique et utiliser dans vos préparations indiennes. Il en existe des centaines de variantes, le Garam Masala étant le plus connu.
Ingrédients
– 1 c à c de poivre noir en grains
– 2 c à c de graines de cumin
– 1 c à c de graines de cardamome sans l’enveloppe
– 1 c à c de clous de girofle
– 3 feuilles de laurier séchées
– 2 cm de bâton de cannelle
A l’aide d’un mortier, d’un moulin ou d’un mixeur, réduisez ce mélange en poudre.
Personnellement, mon mixeur n’a pas réussi à parfaitement moudre le mélange finement, il restait notamment de gros morceaux de feuilles de laurier.
J’ai ré-écrasé un peu à la main et j’ai finalement laissé les morceaux un peu plus gros. Ça ne m’a pas gênée dans les plats.
5414603050_7eed2e6cb6_z
Photo par ljguitar @Flickr

Le Ghee

Le Ghee est la matière grasse de base utilisée en Inde, un peu comme le beurre en France ou l’huile d’olive en Italie. C’est un beurre clarifié, qui reste donc liquide et qui développe un arôme assez différent du beurre!
Le beurre perd un peu de son poids lors de  sa transformation, aussi en fonction de la quantité de Ghee qu’il vous fait, prévoyez 5% de plus ( ex pour 100 g de Ghee, prévoyez 105 g de beurre – pour 475 g de Ghee, 500 g de beurre), voire même un peu plus car si vous n’êtes pas très doué vous perdrez encore un peu plus de matière ( ce qui fut mon cas!). Sinon vous pouvez carrément en faire beaucoup plus que nécessaire, le ghee se conserve parfaitement est c’est très bon! Dans ce cas mettez le dans un récipient hermétique et servez vous quand nécessaire, il ne rancit pas et n’a pas besoin d’être mis au frigo.
Ingrédients :
500g de beurre doux
Prenez du beurre de bonne qualité, idéalement bio
Coupez le beurre en dés.
déposez le dans une casserole et mettez la à chauffer à feu très doux.
Laissez le beurre fondre sans y toucher.
Quand il sera totalement fondu, une couche de petites bulles blanches épaisses viendra se placer à la surface. A l’aide d’une étamine ( ou dans mon cas d’une cuiller) venez ramasser très doucement l’écume blanche, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que du beurre fondu bien transparent dans la casserole. Ce beurre fondu transparent, c’est le Ghee. Vous pouvez l’utiliser comme de l’huile, dans une préparation de gâteaux, une recette, ou pour faire revenir vos légumes dans une poêle.

Financiers au muguet

Le 1er mai, c’est la fête du travail. Si c’est une drôle d’idée de vouloir fêter le travail, c’est encore plus bizarre de le fêter avec un jour non travaillé, enfin ce n’est que mon humble avis.
Dans ma famille, le 1er mai a longtemps été synonyme de balades dans les brocantes de villages, et je sais précisément que mes souvenirs datent de ce jour car les trottoirs étaient bordés de petits vendeurs de muguet.
financiers-muguet
Je l’ignorais à l’époque mais cette tradition inventée à la renaissance s’est généralisée à la belle époque, à tel point qu’en France la vente de muguet « à la sauvette » est une activité légale ce jour là !
Enfin, on dit que le muguet de mai porte bonheur, et j’aurais certainement dû m’en équiper pour réaliser cette recette car elle n’a été qu’un enchaînement de catastrophes!
Je vous laisse imaginer : après avoir versé de la noix de coco sur la farine au lieu de la poudre d’amandes, j’ai passé 10 minutes à faire le tri entre la farine et la noix de coco qui ont évidemment la même couleur. J’ai ensuite mis mes œufs dans le robot pour en faire des œufs en neige, jusqu’à ce que je réalise que je n’aurai rien de mieux qu’une omelette puisque j’ai oublié de séparer les blancs des jaunes. Qu’à cela ne tienne, j’ai pris quatre  nouveaux œufs pour recommencer, et en prenant un bol dans le lave-vaisselle pour mettre mes jaunes, une assiette jaillit du lave vaisselle ( oui j’ai bien dit « jaillit »! Cette assiette était dotée d’une volonté qui lui était propre) avant de d’exploser lamentablement au sol.
J’ai mis alors mon beurre à fondre, et la casserole a perdu l’équilibre et le beurre fondu s’est déversé sur mes plaques de cuisson. A ce moment j’ai tourné la tête et trouvé mon chat en train d’absorber la préparation aux œufs et amandes ( que peut bien apprécier un chat là dedans??).
Quand j’ai enfin versé ma préparation hasardeuse dans les moules et les ai  amenés au four, j’ai réalisé que j’avais oublié l’arôme.
Enfin, le muguet m’a peut être porté bonheur après tout, car malgré tout ça ces financiers étaient excellents !
Le dosage du muguet était un peu imprécis car par moment 3 gouttes tombaient d’un coup. J’ai donc estimé l’ensemble à 15 gouttes mais il vous faudra gouter vote mélange pour vérifier que le dosage est bon. Le goût doit être présent mais pas trop fort.
Enfin, réfrénez toute idée de remplacer l’arôme de muguet par du véritable muguet… Celui-ci est toxique dans son état naturel!
financiers-muguet3

Financiers au muguet

Ingrédients

  • 60 g de farine
  • 100 g de poudre d’amandes
  • 100 g de sucre
  • 4 blancs d’œufs
  • 15 gouttes d’arôme muguet
  • 100 g de beurre doux

Préchauffez votre four à 200°.
Montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel.
Dans un saladier, mélangez la farine, la poudre d’amandes, le sucre, les blancs d’œufs et l’arôme muguet.
Faîtes fondre le beurre à feu très doux dans une casserole jusqu’à ce que celui-ci commence à roussir légèrement. Versez le doucement au reste du mélange en le passant à travers un chinois pour enlever les dépôts qui se sont formés à la surface.
Mélangez à nouveau.
Versez la préparation dans des moules à financier et mettez au four 15 mn.

financiers-muguet2

Spécialité bretonne : Tourte bretonne

Quand j’ai entendu parler récemment de la tourte bretonne, ma première question intérieure a été « Mais comment ai-je pu ignorer que ça existait?? »
   tourte-bretonne5

Une recette ultra simple, blindée d’oignons, conviviale pour l’apéro… Tout ce que j’aime en somme !

tourte-bretonne2

J’ai donc profite d’un petit apéro filles pour vite réparer cette injure et tester cette spécialité locale au plus vite.Moralité… Ils ont vraiment tout bon les bretons! La tourte bretonne rappelle par ses parfums une bonne flammekueche, avec le côté croustillant des crêpes extérieures, celles de l’intérieure restant bien moelleuses…

tourte-bretonne

J’ai fait ma recette avec 6 crêpes, et la garniture était assez légère sur chaque étage. Mais au final c’était suffisant, même si une version deux fois plus haute à douze crêpes serait surement plus jolie.
Le seul défaut de cette recette réside dans sa tenue.. Je l’avais prévue pour un apéro dinatoire mais ensemble s’effondre un peu das tous les sens si on le mange à la main… Mieux vaut le réserver pour une entrée servie en assiette, avec une belle balade en accompagnement!
tourte-bretonne3

Tourte bretonne

6 galettes de sarrasin
6 tranches fines de poitrine fumée
5 gros oignons
2 x 30 g de beurre
2 c. à soupe d’huile
1 c. à café de sucre
1 pincée de thym
Sel
Poivre

Faites fondre 30g de beurre et deux cuillers à soupe d’huile dans une casserole sur feu doux.

Ajoutez les oignons épluchés et émincés, et faites fondre lentement pendant 20 minutes en remuant régulièrement.
Ajouter le sucre, le sel, le poivre et le thym et laisser cuire encore 20 minutes toujours en remuant, jusqu’à ce que les oignons prennent une teinte caramélisée.
Coupez la poitrine fumée en petits morceaux, faîtes la revenir dans une poêle et ajoutez la au mélange.
Préchauffer le four à 200 °C.
Déposez dans un plat à tarte une galette, recouvrez-la d’oignons, puis ajoutez une galette et alternez les couches, pour finir sur une galette.
Parsemez le dessus de la dernière galette de petits morceaux de beurre.
Faites cuire 20 à 30 min au four.
Servez en découpant des parts comme pour une tarte, accompagné d’une salade verte.
tourte-bretonne4
Source : http://www.keldelice.com/guide/specialites/la-tourte-bretonne

6 cocktails provoquant un bonheur presque parfait!

 Un cocktail magique n’est pas, à mon sens, un cocktail complexe à réaliser, avec des dégradés de huit couleurs et des sculptures de fruits au dessus.  Celui là, on se le garde à boire au View bar de Shanghaï ou au Mariott de Varsovie, et on laisse à leurs talentueux barmans le plaisir de nous faire mouiller la culotte fondre sur nos chaises.

 

Là, je vous parle plutôt du cocktail simple, voire simplissime pour certains, au point qu’on les boit au quotidien presque aussi facilement qu’une bière, et qu’ils deviennent nos petites madeleines (d’alcoolos).

Cette sélection est très personnelle, et elle sera amenée à bouger dans le temps, au fil des découvertes et des envies.

1 – Le mojito basilic

 

Mojito made with rum, lime, sugar, mint, club soda, served in a tall glass.

Le mojito, qui est récemment devenu un sport national en France, est une passion depuis plusieurs années chez nous. Les bars à mojito fleurissent de partout, avec leurs recettes de mojito fraise, framboise, leurs french mojito avec même pas de rhum, j’en passe et des meilleures. Une variante qui a conquis mon cœur est le mojito basilic, tellement plus frais que frais qu’il en deviendrait presque plus mojito que le mojito classique. Une autre variante sympa est le mojito concombre, mais je ne l’ai pas retenu ici car j’ai déjà un autre cocktail au concombre dans ma liste (oui, j’aime pouvoir boire en ayant l’impression d’être au potager)


=>6 cl de rhum blanc
=>eau gazeuse Citron/Citron Vert
=>5 cl de sucre de canne liquide
=>1/2 cuillère de sucre roux
=>1/2 citron vert
=> 7 feuilles de basilic
=>glace pilée ou glaçons

Couper une rondelle de citron vert et la déposer au fond du verre à cocktail.
Mettre des glaçons dans un torchon propre, et les piler avec un marteau.
Couper les feuilles de basilic en petits morceaux et les mélanger à la glace pilée.
Remplir le verre de glace pilée/basilic aux 2/3.
Ajouter les 5 cl de rhum, 5 cl de sucre de canne liquide et le jus du reste de citron vert, puis compléter avec l’eau gazeuse.
Saupoudrer de sucre roux.

Photo par TheCulinaryGeek @Flickr

2 – La vodka caramel

Une petite douceur dont je ne me lasse pas, à noyer de glace pilée pour plus de plaisir.

2 cl de sirop au caramel Monin

4cl de vodka

Glace pilée à outrance

Mélanger- boire

3 – La poire vanille

Une association magique testée dans de nombreux cocktails. A la maison, je le bois en version on ne peut plus simple, et c’est un régal. Glace pilée exigée ici aussi.

2 cl de sirop de vanille

4 cl de vodka

6 cl de jus de poire

Mélanger- boire

4 – L’absolut Pears cranberry

Découvert dans un petit bar de Stockholm, ce mélange est simplement divin et tellement simple à réaliser, si ce n’est la grande difficulté à trouver la fameuse absolut Pears en France. On peut toujours remplacer l’absolut Pears  par de la absolut normale et du jus de poire, mais ça n’a alors plus vraiment le même goût qu’en suède.

4 cl d’absolut pears

10 cl de jus de cranberry (Oceanspray va très bien)

Mélanger- boire

5 – Le kir châtaigne

Selon moi, le sirop de châtaigne rend sa dignité à tout mauvais mousseux, et rien que pour ça, il faut lui dire merci.

1,5 cl de sirop de châtaigne

10 cl de mousseux, clairette, ou champagne (mais l’intérêt est plutôt de rendre buvable les mauvais mousseux, le bon champagne est bon sans rien)

Mélanger- boire

6 – Le pimm’s

5670084817_4b7b4db2fa_b

Découvert au Dog’s bar d’Édimbourg, après un repas au restaurant du même nom, ce cocktail tout frais me rappelle immédiatement l’ambiance cosy et chaleureuse de ce lieu, aménagé comme une vieille bibliothèque de grand mère Scottish dans un sous sol.

Le Pimm’s est assez dur à trouver en France. Il y a en aurait dans les Lafayette Gourmet ( le bon vieux Lafayette de Lille ne fait malheureusement pas ce rayon), chez Nicolas ( en ligne tout au moins, à vérifier en boutique) et (oh!) on en trouve actuellement à bas prix chez Cdiscount. (oui, oui).


– 4cl de Pimm’s
– de la limonade
– un concombre
– des fruits: fraises, pommes oranges, citrons…à ajuster suivant la saison
– de la menthe fraîche


Dans un grand verre, mettre des glaçons, le Pimm’s.
Ajouter une rondelle de concombre coupée en quarts, une fraise coupée en 4, une lamelle de pomme, une framboise, une mini tranche d’orange coupée en triangle isocèle et 4 ou 5 feuilles de menthe.
Arroser le tout de limonade et mettre une paille dans le verre.

Mélanger- boire
Photos par whitneyinchicago @Flickr

Ma sélection de livres de cuisine à dévorer – Mars

Photo par Rodrigo Galindez @FLickr
Pour vous aider à dépenser vos sous (des fois que vous manqueriez d’idées hein!), pour faire des jolis cadeaux gourmands aux autres mais surtout à vous mêmes, je vous propose une sélection de livres de cuisine du moment : sorties récentes, thèmes du moment, coups de cœur… cette liste est totalement arbitraire et n’engage que moi mais si j’avais un peu plus de sous, ils tomberaient directement dans mon panier !

Mug cakes salés

Les mug cakes ont beau être répandus sur les blogs depuis plusieurs années, c’est seulement depuis 6 mois environ que l’édition a rattrapé cette mode, avec une flopée de jolis bouquins qui sont sortis depuis mi-2013.
Parmi eux, j’apprécie particulièrement celui-ci, plus original car orienté sur les mug cakes salés. Jolies photos et recettes simples, de quoi se faire des petits plats gourmands et équilibrés quand on veut!

Street Food

La street food est un de mes fers de lance, ce très joli livre ne pouvait donc pas m’échapper! Ici le livre s’attaque à la cuisine de rue du monde entier, avec plus de 30 plats à manger sur le pouce, enfin plutôt sur ses jambes! Seul reproche, que je me dois de faire en tant que Not Parisienne… Les adresses citées en France sont toutes à Paris! Quand le monde de l’édition réalisera-t-il que 97% des français vivent dans le reste de la France?

Le Larousse du pain

Le credo de ce livre : vous faire réussir chez vous, et sans machine à pain plus de 80 recettes de pain! Si ‘j’avais, su , je n’aurais pas investi dans ma machine à pain! J’avoue que le piètre niveau des boulangeries lilloises et à fortiori de mon quartier me pousse de plus en plus à envisager le pain maison dès que e souhaite accompagner un bon repas ou préparer un brunch. J’ai déjà abandonné totalement les pains à burger et les brioches industriels, ce livre pourrait me faire sauter le pas du « tout maison »

Cheesecakes Berko

Pour ceux qui ne connaissent pas Berko, c’est une chaîne de pâtisseries spécialisée dans le les cheesecakes et cupcakes. Rien que la couverture en arc en ciel de cheesecakes réussit à me faire baver instantanément. Le crédo de Berko, c’est la déclinaison d’un cheesecake sur des parfums de toutes sortes. ce libre donne donc plein d’idées!

Jamie en 15 minutes

Après son livre en 30 minutes chrono, Jamie pense aux gens encore plus pressés et sort 15 minutes! Je suis une fan inconditionnelle de Jamie Oliver, et s’il peut enjoliver ma cuisine du quotidien en seulement 15 minutes, je signe tout de suite!

Petites cuillers de Saint Jacques poêlées et salicorne

Si vous avez suivi mes articles précédents, vous savez que j’avais ramené entre autres de la salicorne fraîche du salon envies culinaires. J’ai cuisiné cette recette quelques jours après le salon, mais je n’avais pas encore eu le temps de vous la partager ici.
Pour un premier essai j’ai choisi de la manger crue en salade, avec des saint jacques juste poêlées.
L’ensemble présente pas mal, c’était plutôt frais en amuse bouche pour l’apéro.
IMG_0740
La salicorne n’a pas un goût incroyable, son atout réside plutôt dans son côté frais et croquant. Attention, en bouche elle a une note salée, donc il ne faut pas saler le plat que vous préparerez avec.
Cette recette conviendra parfaitement aux régimes sans gluten.

Petites cuillers de Saint Jacques poêlées et salicorne

– une petite barquette de Salicorne fraîche

– 8 Saint Jacques de bon calibre (ou 16 petites)
– 1 cuiller à soupe de vinaigre de cidre
– 1 filet d’huile d’olive
– Baies roses
– Poivre

 

IMG_0774

Assaisonnez la salicorne avec le vinaigre, l’huile, le poivre. (ne salez pas)

Répartissez la dans les 8 petites cuillers
Poêlez rapidement les Saint Jacques dans un peu de matière grasse, déposez-les sur la salicorne, ajoutez quelques baies roses en décoration et mangez vite.

IMG_0772