Archives par mot-clé : foie gras

Comment profiter à fond du mois de décembre?

Photo PokemonaDeChroma @Flickr
 
On clôture l’année en beauté avec le mois de décembre! Nous allons bien sûr célébrer Noël et le nouvel an, mais il y a plein d’autres façons d’apprécier ce joli mois festif! Je vous en parle dans cet article.
 
Voici mes meilleurs conseils pour passer un bon mois de décembre :
 

Réinventez votre menu de fêtes

Le dîner de Noël est un moment propice à la famille, à la détente et surtout à la nourriture! Mais si vous servez le même repas année après année, il commence peut-être à dater un peu. Ajoutez un peu de piquant à vos festivités cette année avec un menu alternatif pour le dîner de Noël. Pourquoi ne pas abandonner le foie gras ou le saumon au profit d’aliments moins communs par exemple, ou remplacer la dinde ou la bûche?

     
Photo CCFoodTravel.com @Flickr

Faites une tourte

Le 1er décembre est la journée mondiale de la tourte, n’est-ce pas l’occasion rêvée de se régaler? Sérieusement, la tourte est un plat tellement réconfortant qu’on devrait en cuisiner beaucoup plus souvent! On peut même garnir sa tourte avec des restes du frigo et en faire un plat zéro déchet et délicieux.


Photo Darren Foreman @Flickr

Faîtes des bredele

Connaissez-vous cette tradition made in Alsace absolument géniale? Vous préparez de délicieux biscuits dans plein de formes et goûts différents, vous en faites un stock phénoménal et vous en offrez à tous ceux que vous aimez durant le mois de décembre. 


Photo Frédérique Voisin-Demery @Flickr

Visitez les marchés de Noël

Durant tout le moi de décembre, on a la possibilité de visiter plein de marchés de Noël plus jolis les uns que les autres. Si vous avez la chance de pouvoir aller en Alsace c’est vraiment le meilleur endroit pour en profiter, à défaut chaque ville ou presque propose son modeste marché de Noël. profitez-en pour faire quelques achats, boire un vin chaud manger un bretzel… 


Photo Matthias Ripp @Flickr

Organisez un secret santa

Cette tradition consiste à organiser un petit Noël entre amis ou avec la famille, les collègues… On fixe un budget à ne pas dépasser, généralement très raisonnable comme 5 ou 10 € maximum. Ensuite, chacun tire au sort le nom de la personne qu’il devra gâter, mais ne devra surtout pas le révéler jusqu’au jour J. Ainsi à Noël, chacun reçoit un cadeau totalement surprise, tant sur son contenu que sur son émétteur!


Photo Alexander Baxevanis @Flickr

Voilà mes idées pour faire de décembre un mois (encore plus)  unique! Et vous, vous aimez d’autres choses dans ce mois en particulier?

Comment profiter à fond du mois de février?

Photo Giuseppe Milo @Flickr

Contrairement à la croyance populaire, février n’est pas que le mois de la saint Valentin! Et même si février est le mois le plus court de l’année, et que la nuit tombe encore très tôt, il y a  de nombreuses choses à fêter en cette période. découvrez mes idées pour faire de février un mois de fête!

Voici mes meilleurs conseils pour passer un bon mois de février :

Célébrez la journée du Nutella

Le 5 février est la journée du Nutella. Pensez à l’environnement et célébrez plutôt la journée de la pâte à tartiner sans huile de palme, ça sonne moins bien c’est vrai, mais il en existe plusieurs, comme Noisette, la pâte à tartiner de casino ou le Nociolatta, mon chouchou au bon goût de noisettes! Pour cette journée, vous pouvez simplement réaliser une recette à base de pâte à tartiner, comme des fondants au Nutella ou un banana bread aux spirales de Nutella!


Photo Rex Roof@Flickr

Profitez de la neige.. Si elle se montre!

Certes, si vous travaillez, la neige va vous compliquer la vie, mais il faut admettre que voir un beau paysage enneigé, c’est un pur plaisir! Si vous partez au ski, ou pour les autres, si vous avez de la chance, la neige se montrera peut-être en février. Regardez-la s’accumuler par la fenêtre, servez-vous un bon chocolat chaud, prenez un plaid et préparez-vous à passer du bon temps sur Netflix bien au chaud!


Photo Stephane Mignon @Flickr

Célébrez la Saint Valentin

Je sais que c’est cliché, mais toutes les excuses sont bonnes pour passer un bon moment en amoureux non? personnellement j’aime organiser un bon repas en têt, ou sortir au restaurant à cette occasion. Mais comme je détester les menus imposés des restaurants du soir de la saint valentin ( trop chers et composés de choses que je n’aime pas comme le foie gras qui est souvent au menu), nous sortons au restaurant non pas le 14, mais le 15! 


Photo Michael@Flickr

Profitez des soldes

Le mois de février marque la fin des soldes et donc la période où les prix sont les plus avantageux. Pour éviter d’acheter n’importe quoi, j’identifie toujours en amont les choses dont j’ai besoin ou envie depuis longtemps, et que les soldes peuvent me permettre d’acquérir à meilleur prix. Si je ne trouve pas, tant pis, je ne prends rien!


Photo Andrew_Writer@Flickr

Fêtez le carnaval et mardi gras

Février est un mois dédié à la fête et aux déguisements! Si vous avez la chance d’avoir un carnaval à proximité de chez vous, l’idéal est d’y participer, sinon, si vous avez des enfants, rien ne vous empêche d’organiser Mardi gras à la maison!


Photo tacowitte @Flickr

Cuisinez chinois pour le nouvel an chinois

Cette année le nouvel an chinois a lieu en février. J’adore cette fête bien que je n’aie aucune origine chinoise, mais je vous un « culte » aux cultures asiatiques, et à leur cuisine si divine! Je profite donc de cette occasion pour cuisiner un repas authentique avec des spécialités que je n’ai jamais réalisées maison. cette année, j’aimerais essayer de réaliser de vrais nems!


Photo BenGrantham @Flickr

Faites sauter les crêpes

La chandeleur est une fête vraiment gourmande et qui plaît à tout le monde puisqu’on peut mettre ce qu’on veut sur les crêpes. découvrez mon article où javais réuni toutes mes idées concernant cette fête par ici.


Photo charlene mcbride@Flickr

Préparez un voyage

Les beaux jours approchent et si vous voulez vous faire une petite virée au Printemps, c’est maintenant qu’il fat y penser et réserver. Ça aide à se motiver le matin de penser à ses prochaines vacances, non? Pareil pour les vacances d’été, si vous n’avez pas encore commencé à les organiser, c’est le bon moment pour choisir votre destination et réserver vos billets ou votre location. 


Photo Jon Åslund @Flickr

Voilà mes idées pour faire de février au top! Et vous, vous aimez d’autres choses dans ce mois en particulier?

Mes spécialités de Noël favorites

Photo Antonio Castagna @Flickr
 
Pour ce jour de réveillon de Noël, j’ai eu envie de vous proposer un petit post à thème. Vous savez bien que j’aime vraiment beaucoup la nourriture. Noël est un moment où je peux manger BEAUCOUP, et je dois dire que ça me convient bien! Et avec le recul, je réalise qu’une des choses dont je me souviens le plus à propos de mes Noël passés, c’est le repas et les gourmandises que l’on mange pendant les fêtes.
 
A cette période de l’année, les supermarchés ressemblent un peu à l’usine du film «Charlie et la chocolaterie», débordant de gourmandises de partout, brillant de mille décorations! On a envie de tout acheter mais la réalité c’est que chacun retourne inlassablement vers ses classiques.
 

Le soir du réveillon et le lendemain midi, mes repas de fêtes se ressemblent d’ailleurs beaucoup au fil des années. Il y a des classiques auxquels on n’aime pas déroger! J’ai donc eu envie de vous parler de mes aliments favoris à manger lors du repas de Noël…

Spoiler alert : au risque de vous décevoir, il n’y a ni foie gras, ni saumon fumé, ni bûche, ni dinde dans cette liste!

Le cidre chaud

Je trouve le cidre chaud encore plus gourmand et réconfortant que son cousin le vin chaud. On le trouve moins facilement mais il est rapide à réaliser à la maison.

Les toasts

Tout bon repas de fêtes commence par des toasts, et c’est généralement la partie du repas que je préfère! On pourrait sans souci pour moi annuler la dinde et doubler le nombre de toasts, cela me conviendrait très bien!
 

Les pommes dauphines

Dans le plat de résistance, ce n’est pas la dinde que j’aime, mais les pommes de terre en accompagnement! Dans ma famille, ce sont souvent des pommes dauphines, j’en raffole, mais les duchesse ou autres variétés me plaisent beaucoup aussi!
 

La poêlée de champignons

Pour aller avec ces pommes de terre, j’adore les champignons rôtis, il faut dire que je suis globalement accro à toutes les recettes aux champignons!
 
 

La charlotte aux marrons

Un dessert familial très riche en crème de marrons et où les biscuits cuiller sont imbibés dans un sirop de whisky… Un pur délice que je me dois de vous partager un jour où l’autre!
 

Les gourmandises de fêtes

Parmi elles, je raffole des écorces confites d’orange et de clémentines trempées dans le chocolat, des marrons glacés et des mendiants. Je suis moins fan de truffes mais tout est affaire de goût!
 
 
Et vous, quelles sont vos spécialités favorites? Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un très beau réveillon!
 
 
 
 
 

Feuilletés au saumon fumé

Les fêtes approchent! Avez-vous fait votre choix en ce qui concerne votre menu de fêtes? Tous les ans, on tourne du côté de la dinde, du foie gras, du saumon… Mais je suppose que comme moi, vous avez envie de varier un peu vos recettes avec ces ingrédients stars! Si c’est votre cas, ça tombe bien! Je vous propose un amuse-bouche facile et appétissant à base de saumon que vous pourrez servir à l’apéritif. Le saumon et l’aneth constituent des ingrédients typiques des repas de fêtes, et je pense qu’ils sont parfaits pour un joli apéritif de Noël. 
 
 
L’ingrédient clé de cette recette, à part le saumon bien sûr, est la pâte feuilletée. Vous pouvez l’acheter toute prête en choisissant une pâte de qualité, la commander à votre boulanger, ou la faire maison, c’est vous qui voyez. Je fais rarement ma pâte feuilletée maison par flemme, mais c’est un délice inégalable, alors si vous avez plus de courage que moi, lancez-vous, votre apéritif de fêtes s’en ressentira!
 
Une fois que vous avez votre pâte, cette recette n’est rien d’autre que de l’assemblage. On mélange du saumon, de la ricotta, des herbes, on dépose tout cela dans la pâte, et hop c’est prêt! C’est parfait pour ne pas se compliquer les fêtes, non?
 
 
Il ne vous reste plus qu’à les cuire pendant environ 20 minutes. Une fois sortis du four, ils sont gonflés et dorés, et ils sentent tellement bon!  Difficile d’attendre les invités, mais bon, il faut apprendre à vous maîtriser… Ou pas!
 
Petit bonus pour votre organisation, ces feuilletés peuvent être préparés à l’avance et conservés au frais jusqu’au moment de les servir, simplement en les repassant au four quelques minutes juste au moment de l’apéro. 
 
 P.S. : Si vous cherchez une autre recette au saumon, essayez ces petites fleurs au saumon!
 
Feuilletés au saumon fumé

Feuilletés au saumon fumé

Ingrédients

  • 2 pâtes feuilletées
  • 2 tranches de saumon fumé
  • 2 grosses c. à s. de ciboulette ciselée
  • 80 g de ricotta
  • 2 grosses pincées d'ail en semoule
  • 1 c. à s. de lait
  • Poivre

Instructions

  1. Découpez des carrés dans la pâte feuilletée, disposez-les sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé, puis placez-les au frais le temps de préparer le reste de la recette.
  2. Coupez le saumon fumé en tout petits morceaux, ciselez la ciboulette, puis mettez tous les ingrédients sauf le lait dans un bol et mélangez bien.
  3. Sortez les carrés de pâte du frigo. Déposez un peu de garniture sur chacun, en diagonale, sans aller trop près des bords. Ramenez les deux autres coins vers le centre pour recouvrir la garniture. Appuyez pour les souder et les empêcher de se décoller pendant la cuisson. 
  4. Badigeonnez de lait à l'aide d'un pinceau et enfournez pour 20 minutes à 200°C.
 
Source d’inspiration :
http://www.lesharicotsdiaboliques.fr/feuilletes-au-saumon-fume/

Confit d’oignons rouges au vin rouge

Aujourd’hui, je vous propose un classique qui se retrouve à mes tables de fête tous les ans. Le confit d’oignons est une petite douceur typique de la période de fin d’année, que l’on aime souvent associer avec le foie gras de canard. Vous pouvez tout à fait vous en servir de cette façon. Mais si comme moi, vous ne mangez pas de foie gras de canard, il y a plein d’autres façons de l’utiliser aussi! Vous pouvez par exemple l’utiliser pour accompagner des viandes froides, en tartiner dans un sandwich, sur des crackers ou encore le proposer dans un petit pot sur votre plateau de fromages. Le confit d’oignons présente alors l’avantage de contrebalancer le côté riche du fromage par son goût à la fois acidulé et sucré.
 
 
A cette période de l’année, si je n’ai plus de confit d’oignons en stock, je sais qu’il est temps de m’activer, de collecter de jolis pots, et d’acheter un stock d’oignons! Pour les contenants, de simples pots avec des couvercles à vis suffisent, comme des petits pots de confiture ou de moutarde récupérés. 
 
 
Ce confit pourra aussi faire un joli petit cadeau d’invités si vous le décorez d’une jolie étiquette et d’un petit ruban, ou faire partie de coffrets gourmands que vous offrirez pour les fêtes. Il est si facile d’en préparer en grande quantité que vous pouvez en faire tout un stock pour vos fêtes de fin d’année en un après-midi.
 
Une fois que vous avez préparé ce confit d’oignons, vous pouvez commencer à le manger dès qu’il a refroidi si vous le souhaitez. Cependant, il durera un an en bocal, ce qui signifie que vous pouvez en faire un gros lot et en profiter toute l’année.
Une fois ouvert, conservez votre confit au réfrigérateur dans un récipient couvert pendant deux semaines maximum. 
 
 
P.S. : Pour aller avec ce confit d’oignons, découvrez mes brochettes de foie gras au pain d’épices!
 
 
Confit d’oignons rouges au vin rouge

Confit d’oignons rouges au vin rouge

Ingrédients

  • 500 g d'oignons rouges coupés en petits morceaux
  • 2 c. à s. de sucre en poudre
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 30 g de beurre
  • 20 cl de vin rouge
  • 1/2 c. à c. de sel

Instructions

  1. Mettez les oignons à revenir dans une poêle sur feu très doux avec l'huile d'olive.
  2. Ajoutez le sucre et le vin rouge, couvrez et faites cuire sur tout petit feu pendant 30 minutes, en vous assurant que cela ne brûle pas.
  3. Mettez en bocal stérilisé.

Voyage gourmand à Strasbourg : Que manger ?

Strasbourg est connue pour être une ville superbe, et maintenant que j’ai eu la chance de la visiter, je ne peux que confirmer. C’est une ville qui comme beaucoup en Alsace est réputée pour son marché de Noël, et bien qu’il soit moins charmant que dans les tout petits villages aux alentours, il est très étendu et il est impossible de ne pas y trouver son bonheur!
 
Je trouve que le mois de décembre est une période parfaite pour découvrir cette ville mise en valeur par ses superbes décorations de Noël. Si cela fait partie de vos projets de visiter Strasbourg prochainement, alors ce petit guide pourra vous être utile. J’y ai listé les spécialités culinaires à ne pas rater sur place. 
 

Les winstub et bierstub

La winstub ou « pièce à vin » est typique de l’art de vivre strasbourgeois. À l’origine, c’était une pièce de la maison chauffée et ouverte au public, permettant aux producteurs d’écouler le surplus de leur production viticole. Le vin était servi accompagné de plats simples.
Aujourd’hui, la winstub est le restaurant typiquement alsacien, à l’esprit terroir et bistrot. On y retrouve des plats d’autrefois, comme le baeckoffe et la choucroute. Quelques winstub subsistent à Strasbourg. On trouve également les bierstub, brasseries typiquement alsaciennes, où on sert les plats avec de la bière.
 

Source dierk schaefer @Flickr

Côté entrées

La salade de cervelas

En entrée, vous pourrez tester cette salade simple et principalement composée de cervelas, comme son nom l’indique. Certaines variantes incluent aussi du gruyère.

La salade de pommes de terre

Autre salade typique, la salade de pommes de terre peut être servie froide ou tiède. On l’accompagne souvent d’une knack ou de jambon.

La flammekueche

Cette spécialité a dépassé les frontières de l’Alsace et est célèbre partout en France. Il s’agit d’une fine pâte recouverte de crème, d’oignons et de lardons et servie sur une planche de bois. La tradition est de la partager et de la manger avec les doigts. 
 

Source Guilhem Vellut @Flickr

La tarte à l’oignon

Cette spécialité servie dans les winstubs ne doit pas être confondue avec la flammekueche. Elle est bien plus épaisse que cette dernière. Elle contient parfois des lardons mais cela n’a rien d’indispensable, et peut être considérée comme une entrée ou comme plat principal.

Côté plats

Le kassler 

Le kassler est un rouleau de viande de porc qui peut rappeler la palette à la diable en plus moelleux. Il se déguste dans une choucroute garnie ou accompagné de pommes de terre. 

La carpe frite

Recette typique du Sud Alsace ou Sundgau, la carpe est panée dans de la semoule fine puis frite et accompagnée de frites et mayonnaise. C’est un peu le fish and chips local!

La matelote à l’alsacienne

Cette bouillabaisse alsacienne est composée de morceaux de poissons d’eau douce pêchés localement, et elle s’accompagne de nouilles aux œufs.

Le baeckoffe

Ce ragoût cuit à l’étouffée avec du vin blanc alsacien dans un plat traditionnel se compose de pommes de terre, de légumes, et d’un mélange de viandes : agneau, bœuf, porc…

La choucroute

Emblème alsacien, la choucroute provient de la fermentation naturelle du chou. Garnie, celle-ci s’accompagne de pommes de terre et d’un assortiment de viande et de charcuteries : porc, petit salé, knack… Il existe aussi une variante de la mer, aux différentes variétés de poissons.
 

Source Guilhem Vellut @Flickr

La knack

On ne peut pas venir à Strasbourg sans manger une knack d’Alsace ou saucisse de Strasbourg. Cette saucisse longue et fine est réalisée à base de viande de bœuf et de porc et légèrement fumée au bois de hêtre. Si vous avez des enfants, ils adoreront en manger une avec des frites, le menu enfant par excellence dans les brasseries alsaciennes. On peut aussi la manger sur le pouce dans les marchés de noël, accompagnée d’une bonne bière et d’un bretzel si vous avez faim! 

Le foie gras

Vous ne le savez peut-être pas, mais le « pâté de foie gras » d’oie est l’invention d’un cuisinier strasbourgeois. 

Le bibeleskäs

Ce fromage blanc accompagne les pommes de terre sautées. On le sert avec de l’ail, du persil, de la ciboulette de l’oignon, et chacun l’agrémente selon ses goûts.

Le waedele

Il s’agit d’un jambonneau accompagné de moutarde et de raifort, typique de la cuisine des winstub.

Les fleischschneka

Ce sont des rouleaux réalisés en plaçant de la farce à la viande sur une pâte à nouilles, que l’on roule, que l’on coupe en tronçons avant de les cuire à la poêle puis dans un bouillon.

Les spaetzle

Cette spécialité que l’on peut rapprocher des pâtes est caractérisée par une forme irrégulière. On les sert nature pour accompagner des plats en sauce, ou au fromage, aux lardons…
 

Source Michela Simoncini @Flickr

La tourte vigneronne alsacienne

La tourte vigneronne se compose de viandes cuisinées au Riesling et cuites dans une pâte feuilletée.

Côté desserts

Le strudel

Cette pâtisserie alsacienne est composée de pâte garnie d’un mélange de pommes hachées et de fruits secs et parfumée à la cannelle. Le strudel peut aussi être garni de fromage blanc ou avec des cerises à la place des pommes.
 

Source (vincent desjardins) @Flickr

Le mendiant d’Alsace

C’est une sorte de clafoutis rustique, fait à partir de pain rassis délayé de lait. Agrémenté de cerises noires, il embaume le kirsch et la cannelle. 

La Linzer Torte

D’origine autrichienne, la Linzer Torte est très répandue en Alsace. Composée d’une pâte sablée recouverte de confiture de fruits rouges, elle est reconnaissable à son aspect tressé sur le dessus.

La kaeskuche

Cette tarte au fromage blanc est un peu le cheesecake alsacien. C’est une tarte passée au four et à la texture assez légère.

Côté boissons

Le vin chaud

Il règne en maître sur les marchés de Noël avec ses effluves de cannelle et d’épices. Si vous venez en hiver, il est inévitable!
 
 

La bière

La bière d’Alsace, ou elsassbier, est une institution. L’Alsace est la première région brassicole de France. Parmi les plus célèbres et moins intéressantes il y a la Heineken et la Carlsberg, mais vous pouvez aussi trouver des bières plus originales comme la Licorne, que l’on trouve partout, la Fischer, ou mieux, des bières de brasseries artisanales, comme les bières de la brasserie Perle ou celles de la brasserie Bendorf.

Le kirsch

Côté boissons, le kirsch est un classique. Il est obtenu par fermentation puis distillation des cerises.

Le schnaps

Le schnaps ou eau de vie clôture souvent les bons repas. Il est réalisé à partir de framboise, prune, mirabelle, quetsche, kirsch, poire ou de marc de gewurtztraminer. 
 
Si vous êtes déjà allés en Allemagne, vous avez sans doute remarqué dans cette liste quelques points communs avec la cuisine de ce pays, ce qui n’est pas pour me déplaire car j’adore la cuisine allemande! Voilà, je reviendrai prochainement vous parler des spécialités que l’on peut ramener dans ses bagages en souvenir d’Alsace. Si vous êtes déjà allés en Alsace ou si vous y vivez, est-ce que j’ai oublié des plats emblématiques? N’hésitez pas à me l’indiquer pour que je les ajoute à la liste!

Que manger en décembre?

Voilà le fameux mois de décembre, qui ne ressemble à aucun autre! Noël approche et avec lui sa série de repas festifs et souvent trop lourds! Mais il n’y a pas que le réveillon, il faut bien manger les autres jours aussi…
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois à venir, pour vous inspirer si vous êtes en recherche d’idées pour manger de saison!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Marrons : Panna Cotta aux brisures de marrons glacés
 
Clémentine : Pudding chocolat clémentines
 
Kiwi : Detox water kiwi citron vert concombre
 
Poire : Crumble poire, chocolat et muesli
 
Pomme : Cake aux pommes et noisettes

🍠 Côté légumes : 

 
Betterave : Verrines à la betterave
 
Carotte : Tarte carottes, cumin et lait de coco
 
Chou : Soupe de haricots et choux de Bruxelles façon Loubia
 
Endive : Gratin d’endives et raclette
 
Epinard : Stoemp aux épinards frais
 
 
Navet : Tatin de navets à l’orange et vinaigre balsamique
 
 
Oignon : Tempuras de carottes et oignons rouges

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les repas de fête
– Le vin chaud
– Les bretzels sur les marchés de Noël
 
Et vous, vous aimez manger quoi en décembre?

Que manger en novembre?

Nous sommes en novembre! Halloween est derrière nous et maintenant Noël va approche  grands pas! Les rois et les reines de l’organisation commencent d’ailleurs déjà à s’avancer sur les cadeaux, les idées de déco… et les magasins sont déjà tous en mode festif! Mais avant de se ruer sur la dinde, le foie gras et le champagne, il nous reste deux petits mois à passer et autant en profiter pour manger de bonnes choses!
 
Voici mon récapitulatif des fruits et légumes de saison pour le mois à venir, pour vous inspirer si vous êtes en recherche d’idées pour manger de saison!
 

🥝 Côté fruits : 

 
Châtaigne : Coulants à la châtaigne
 
Coing : Crumble pommes, coings, noisette
 
Clémentine : Petites crèmes à la clémentine
 
Poire : Entremets caramel, spéculoos et poire
 
Pomme : yaourt à la pomme et au muesli
 
Raisin : Muffins au raisins secs et à l’avoine

🍠 Côté légumes : 

 
Betterave : Houmous à la betterave
 
Brocoli : Gratin de pâtes au brocoli et au fromage
 
Carotte : Dip carottes kiri
 
Chou : Caldo verde
 
Chou-fleur : Mini cakes au chou-fleur
 
Endive : Tarte perdue aux endives
 
 
Épinard : œufs cocotte au Stilton et épinards
 
 
Navet : navets sauce soja et saké
 
IMG_0856
Panais : Stoemp au panais, poireaux et saucisse

🧀Autres plaisirs du moment : 

– Les bredele
– Les légumes racine
– Les boissons chaudes
 
 
 
Et vous, vous aimez manger quoi en novembre?

Voyage gourmand à Budapest : Que manger ?

Photo Frank Schmidt@Flickr
 
Cette année, j’ai eu la chance de retourner à Budapest pour la deuxième fois! C’est assez rare que j’aille deux fois au même endroit, mais la dernière fois, j’étais enceinte de 5 mois ce qui avait limité un peu certaines activités! Il y avait la fatigue, la difficulté à faire de trop longues marches, et le fait que j’étais restreinte sur de nombreuses catégories d’aliments et l’alcool bien sûr. La seconde fois, j’ai donc bien apprécié les spécialités locales, et j’en ai profité pour vous rédiger ce petit guide gourmand de Budapest! Très consistante, calorique et copieuse, la cuisine hongroise peut surtout être délicieuse. 
     
 

Le paprika

Le paprika est emblématique de la cuisine hongroise. Il est présent dans beaucoup de plats, ce qui explique que la cuisine hongroise puisse sembler relevée, mais il existe du paprika doux. Vous pourrez notamment essayer le poulet au paprika, ou paprikàscsirke, présent sur toutes les cartes des restaurants. Il est généralement servi avec des sortes de petits gnocchis, nommés galuskas ou tarhonyas.

Les soupes

Tout au long de l’année, le repas hongrois commence par une soupe. Elles sont donc courantes dans les repas hongrois, et permettent un repas à prix raisonnable, car  elles sont consistantes et servies avec du pain. Extrêmement variées, elles sont plus ou moins épaisses, plus ou moins garnies, et rappellent souvent des ragoûts plus que des soupes. La plus célèbre est le goulasch, qui contient de la viande, des poivrons, des oignons, des pommes de terre et du paprika. On le sert dans un petit chaudron ou dans un pain creusé, ce qui devient carrément copieux si vous mangez le bol en pain quand vous avez fini la soupe. Vous pourrez aussi goûter le bableves, aux haricots secs, le magyaros gombaleves, aux champignons, ou le halászlé, au poisson.

Les crêpes farcies

 
Les crêpes farcies, ou Hortobágyi palacsinta sont des crêpes farcies avec de la viande, des oignons, de la sauce et des champignons. Officiellement ce sont des entrées, mais assez copieuses. Si vous avez un petit appétit, elles vous suffiront en plat.

Les poissons

 
On trouve peu de poissons d’eau de mer sur les cartes des restaurants, mais on peut apprécier les poissons d’eau douce en provenance du Danube comme la carpe, le sandre ou le poisson chat. Les poissons sont en général servis frits ou panés, plus rarement grillés, et sont accompagnés de sauce tartare et de pommes de terres. Parmi les spécialités à base de poisson, il y a le halászlé, une sorte de bouillabaisse au paprika, et le racponty, plat de fêtes par excellence, composé de pommes de terre, carpe marinée, paprika, oignons et tomates, cuits au four avec de la crème fraîche et du bacon fumé.
 
Photo Roger Hsu@Flickr
 

La viande

 
Que ce soit à la ville ou à la campagne, la viande est principalement servie en sauce ou en ragoût. Vous pourrez tester le ragoût hongrois au paprika, oignons et crème fraîche, nommé pörkölt. Il peut être réalisé à base de différentes viandes, notamment du veau, et est souvent accompagné de pâtes qui rappellent les spätzle. Vous aurez du mal à faire l’impasse sur l’incontournable escalope viennoise, que l’on trouve dans tous les pays de l’est et en Hongrie également. Vous pouvez aussi tester le paprikàscsirke, poulet au paprika dont j’ai parlé plus haut.
 
Photo snapboot@Flickr
 

De la charcuterie

 
Vous ne le saviez peut-être pas, mais le foie gras est une spécialité que la France partage avec la Hongrie! On le trouve dans les grands restaurants, parfois servi frit. Il est plutôt réalisé à partir de foie d’oie. Si vous aimez la charcuterie, vous trouverez aussi à la carte des bars à vins la hidegtál, une planche de charcuterie. Il existe aussi du saucisson au paprika.
 
Photo eossnap@Flickr
 

Les légumes

On trouve assez peu de spécialités aux légumes frais malheureusement. Les légumes consistent généralement en du chou et du concombre, servis marinés dans une préparation fermentée à base de vinaigre sucré.
 
Photo Didriks @Flickr
 

Pour les végétariens

 
Les végétariens auront du mal à manger très typique, car par définition les plats typiques sont à la viande ou au poisson. Les soupes peuvent sembler une bonne option, comme le bableves, aux haricots secs ou le magyaros gombaleves ou le gombapaprikás aux champignons, mais la base risque d’être du bouillon de volaille ou de bœuf. Le főzelék, une sorte de soupe épaisse, est traditionnellement servie avec du lard, mais celui-ci peut être enlevé puisqu’il est généralement ajouté au moment du service. Vous pouvez chercher le rantott sajt, du fromage frit, ou le lángos, des sortes de beignets sans viande, mais notez que la friture est souvent faite dans une sorte de saindoux d’origine animale. Si vous en trouvez, les túrógombóc, des dumplings au cottage cheese, le tarhonya, sorte de couscous, le padlizsánkrém, sorte de salade d’aubergine écrasée, ou le Körözött, un dip de fromage, paprika et oignon sont de bonnes solutions. Les túrós tészta or mákos tészta sont des pâtes au pavot et au cottage cheese. Enfin, vous trouverez facilement des spätzle, des sortes de pâtes. Avec un peu de chance, la garniture sera végétarienne ou pourra être adaptée. 
 
Dans un genre plus moderne, le quartier juif regorge de spécialités de type falafel, houmous, labneh, servis en repas à table ou sur le pouce, et constituent une bonne alternative pour les végétariens. De même les food trucs, à défaut d’être typiques, ont souvent au moins une partie de leur carte végétarienne.
 
Photo julie corsi @Flickr

Les desserts

Il y a énormément de choix de ce côté là, mais ne vous attendez à rien de léger. Marquées par la période d’occupation autrichienne, les pâtisseries sont garnies de crème, mousse, avec des étages empilés et de bons gros glaçages. Si cela ne vous tente pas, essayez les túróspalacsinta, des crêpes au fromage blanc et aux raisins, les gundel palacsinta, des crêpes fourrées aux noisettes, écorces d’orange confites, et chocolat, ou enfin le rétes, sorte de version hongroise du strudel servi chaud.
 
Photo clubvino@Flickr
 

Les boissons

La bière est très consommée en Hongrie, notamment dans des bars à bière. On trouve aussi du vin hongrois, à déguster dans les borozó, caves à vins. Le plus connu est  le fameux Tokaj, un vin blanc qui peut rappeler notre Sauternes. Essayez également le Eger, ou le Villány. Côté digestifs, les hongrois ont une eau de vie d’abricot, le barackpálinka, et consomment aussi de l’unicum, une boisson amère traditionnelle, qui pourra rappeler le jagermeister.

 

Quel poivre utiliser dans vos recettes?

Photo Tim Simpson @Flickr
 
Tout le monde connait le poivre. Vous en avez forcément chez vous, rangé dans le placard de votre cuisine avec les autres épices du quotidien. Le poivre que l’on a chez soi est généralement du poivre noir, en moulin ou déjà moulu. On l’utilise car il apporte du piquant et relève les plats. Mais le poivre a une histoire très riche à raconter, et peut vous apporter bien plus en cuisine! Les différents poivres cultivés dans le monde, ainsi que les différents stades de maturité auxquels on le cueille offrent des saveurs diversifiées qui permettent de sublimer des plats très différents. Je vous propose donc de découvrir les différentes variétés qui existent, et à quelle utilisation les réserver.
 
    
Photo Markus Grossalber @Flickr

Comment choisir un poivre?

On trouve le poivre noir moulu en grande surface pour le côté pratique, mais ce n’est vraiment pas l’idéal. Il est souvent issu de mélanges de poivres peu qualitatifs, et il perd rapidement ses qualités aromatiques. Si vous recherchez la qualité, achetez votre poivre de préférence en grains entiers et moulez-le au fur à mesure de vos besoins pour profiter de saveurs encore bien prononcées. Vous pourrez ainsi connaître l’origine et la variété du poivre que vous consommez.

Comment conserver du poivre

Le poivre que nous consommons au quotidien est du poivre séché. Qu’il soit noir, rouge vert ou blanc, conservez-le dans un pot bien fermé, au sec et à l’abri de la lumière.
 


Photo tokyofoodcast @Flickr

Comment utiliser le poivre?

 
Ne faites pas cuire le poivre, car la chaleur détruit sa saveur. Mettez plutôt quelques tours de moulin en fin de cuisson.

Vrai poivre ou faux poivre?

Il existe différentes espèces de poivriers qui appartiennent à la famille des pipéracées et qui sont considérés comme de « vrais poivres ». C’est le cas du piper nigrum, qui donne le poivre vert, blanc, rouge et noir, suivant la maturité des baies au moment de la récolte). C’est LE poivre par excellence! Le piper longum ou poivre long, le piper cubeba ou poivre cubebe, et enfin le piper bordonese ou poivre Voatsiperifery sont aussi généralement acceptés comme étant de vrais poivres, car ils sont de la famille des pipéracées. Il existe enfin de « faux poivres », des baies parfumées qui ressemblent au poivre, et s’utilisent de la même façon que du poivre, mais qui n’en sont pas dans le sens strict du terme. Ils n’en restent pas moins délicieux et très intéressants en cuisine, bien que le terme « faux poivre puisse sembler dévalorisant!
 
Parmi les faux poivres, on peut citer :
 


Photo Bob Richmond @Flickr

Les vrais poivres, ou piper nigrum



Le piper nigrum, est la variété la plus connue et la plus commune de poivre. certains puristes diront même que c’est le seul véritable poivre. Il donne naissance au poivre vert, blanc, rouge et enfin au poivre noir. Ces différentes couleurs correspondent au degré de maturité du poivre.
 

Le poivre vert



Pour obtenir du poivre vert, la baie est récoltée avant maturité, à 6 mois. Elle est ensuite séchée, lyophilisée ou encore conservée dans du sel ou en saumure ou même utilisée fraîche. Le poivre vert est frais avec des notes végétales. Il est moins piquant que le poivre noir.



Utilisation : Dans les sauces, ou sur les poissons et viandes comme les entrecôtes, ou le canard, et dans les plats de cuisine française ou thaï.

Le poivre noir



Le grain est récolté juste avant maturité et séché au soleil où il noircît (d’où sa couleur), fermente et se flétrit pour donner un poivre très aromatique.



Utilisation : sur les légumes, viandes blanches, poissons.
 

Le poivre blanc, ou mignonnette



La baie est récoltée mûre, quand l’écorce de la baie devient rouge. Cette enveloppe rouge est ensuite enlevée par trempage dans l’eau et la graine est séchée jusqu’à ce qu’elle blanchisse. Il est doux et subtil car débarrassé de son écorce.
 

Utilisation : Sur les grillades et marinades, ainsi que les viandes rouges, volailles, poissons ou salades.

Le poivre rouge



Les baies sont récoltées à maturité après 9 mois et séchées à l’abri du soleil afin de garder leur écorce bien rouge. Son goût est piquant et intense, un peu caramélisé.



Utilisation : Volailles, le canard et le porc.
 

Les autres poivres de la famille des pipéracées

Le poivre long



Ce poivre a des baies très longues, comme son nom l’indique. Il est très parfumé avec des notes sucrées et florales.
 
Utilisation : Dans les ragoûts, soupes et plats d’hiver

Le poivre cubebe



Le poivre cubèbe au grain très rond est aussi appelé poivre à queue. Il est cultivé en Indonésie.
 
Utilisation : sur les plats aux œufs, les légumes ou encore le melon

Le poivre Voatsiperifery



Ce poivre sauvage pousse en pleine forêt, notamment à Madagascar. Il a de petits grains noirs et fripés aromatiques, et il est très résineux. Découvrez-le ici
 
Utilisation : sur les viandes, les poissons, les pommes de terre

Les poivres d’appellation



Ce sont des vrais poivres, qu’ils soient noirs, blancs, verts ou rouges, produits dans une région particulière et qui développent grâce au terroir local une saveur particulière.

Le poivre de Penja



C’est un poivre d’exception qui pousse sur les terres volcaniques de Penja. La culture s’est étendue mais il reste assez rare, car il est récolté à la main deux fois par an. Il a un piquant prononcé, et des notes boisées et ambrées.



Utilisation : Avec vos viandes rouges, du foie gras poêlé, du poisson à chair ferme, des poêlées de légumes ou du fromage de chèvre. 

Le poivre de Tellicherry



Ce poivre à gros grains brun foncé a un nez épicé et boisé et une longue persistance en bouche avec des notes fraîches d’agrumes et résine. Découvrez-le ici
 
Utilisation : sur les viandes rouges, des poissons gras ou encore du chocolat.

Le poivre de Lampong

 
Venant d’Indonésie, ce poivre a un nez très agréable de brioche, notes de bois, de cuir et de girofle.


Utilisation : avec les viandes rouges, les marinades ou les chutneys.

Le poivre de Sarawak



Ce poivre issu du nord de l’île de Bornéo en Malaisie est puissant et piquant, avec des notes de fruits exotiques et de citron vert.



Utilisation : avec des magrets de canard, une pièce de bœuf, du poisson ou des fruits de mer. 
 


Photo Abdulla Al Muhairi @Flickr

Le poivre Karimunda

 
Le poivre Karimunda de la région du Kerala en Inde est une des plus anciennes variétés de poivre en Inde. Ses grains sont petits, ronds, et fripés et son piquant est vif mais équilibré.



Utilisation : sur une salade de fruits  ou des fruits poêlés, avec du chocolat, ou encore dans les cocktails.
 

Le poivre de Kampot



Produit au Sud du Cambodge, il a des notes florales et épicées.
 
Utilisation : Viandes, légumes et poissons fins côté salé, sur des fruits exotiques comme cette pavlova à l’ananas côté sucré.
 
 
Photo Gisela Francisco @Flickr
 
 

Vous voulez commander des poivres de qualité? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!