Archives par mot-clé : Chine

Détachant pour le linge

Vous le savez, j’aime réaliser mes produits de beauté et mes produits ménagers maison. Je vous avais déjà proposé une lessive en poudre pour le linge, que j’utilise régulièrement. Aujourd’hui c’est au tour du détachant. Je cherchais une formule simple, pas trop agressive pour le linge et qui permette de nettoyer certaines tâches rebelles plus en profondeur. Je suis tombée sur un produit disponible dans les magasins de bricolage, au rayon du bicarbonate de soude et des produits nettoyants. En regardant la composition de ce produit, j’ai j’ai vu qu’il ne contenait que quelques ingrédients très simples, et je me suis dit que plutôt que de l’acheter, je pouvais facilement copier sa composition pour le refaire moi-même. En rentrant chez moi, j’ai fait quelques recherches sur internet et j’ai trouvé sur un blog que j’adore, Aromatips, une recette qui m’a semblée dans le même esprit que celle que j’avais repérée en magasin.

L’ingrédient numéro 1 était le savon noir que j’ai toujours en stock chez moi. Cette recette utilisait aussi un peu d’huile essentielle d’orange douce, je l’ai donc mise dans ma version. C’est sensé être un solvant naturel, mais je pense que vu les quantités son rôle se limite plutôt au parfum et non à une fonction détachante. On doit pouvoir s’en passer, sachant que le vêtement est lavé, ensuite donc l’odeur ne reste pas… Par ailleurs, l’odeur du savon noir est elle même déjà très prononcé, on aime ou on n’aime pas cette senteur d’olive, moi j’adore!

Enfin, le produit contient de la terre de Sommières, qui est souvent utilisé comme nettoyant pour ses propriétés absorbantes. J’en ai acheté pour réaliser ce détachant, et j’ai conservé le reste du pot, car cela a plusieurs fonctions. C’est un produit très absorbant qui peut être utilisé comme détachant naturel à sec, que ce soit pour les textiles ou les surfaces de la maison.

Au niveau de l’utilisation, il vous suffit d’humidifier le textile, puis d’appliquer un peu de ce produit à l’aide d’une cuillère ou du doigt sur la tâche, et de laisser s’imprégner un moment (une quinzaine de minutes). Quand les tâches sont vraiment coriaces, je fais en sorte de mettre de l’eau bien bouillante sur le tissu avant d’appliquer la crème, et je frotte en plus avec une petite brosse, en faisant évidemment attention aux textiles fragiles! Ensuite, sans rincer, je mets le vêtement au lavage comme d’habitude… Cela n’enlève pas certaines tâches anciennes qui sont complètement indélébiles, mais pour le plus gros des petites tâches du quotidien encore fraîches, cela fonctionne très bien ! Cette crème détachante marche notamment sur les taches fraîches de graisse, vin, herbe, boue, jus de fruits…

 

Le mélange se conserve jusqu’à 2 ans dans un endroit sec et tempéré. 

Source d’inspiration : 
http://www.aromatips.be/detachant-naturel-efficace-taches-rebelles/

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Découvrez 15 épices de la cuisine du monde

Photo Mike McBey @Flickr

En bonne passionnées d’épices, j’en ai un nombre invraisemblable dans mes placards. Parmi elles, il en a certaines que j’utilise tous les jours, d’autres plus rarement, mais j’adore avoir le choix et me renseigner sur chacune pour savoir comment les utiliser. Comme j’aime la cuisine du monde, aujourd’hui je vous propose un petit voyage à travers certaines épices typiques de pays du monde! C’est parti pour le voyage!

Antilles : colombo

Le colombo de poulet est un plat typique des Antilles. ce mélange d’épices, assez proche du curry, est composé de coriandre, curcuma, piment doux, cumin, fenugrec, gingembre.

Allemagne : cannelle

La cannelle est typique de l’Allemagne et notamment de ses spécialités de Noël comme les pains d’épices. Les marchés de Noël sentent la cannelle à plein nez! Mais j’aurais aussi pu citer le Portugal! Une grande partie des desserts portugais sont saupoudrées de cette épice divine!

 

Cambodge : cardamome

La cardamome est très présente dans la cuisine asiatique et indienne, mais elle est réellement typique du Cambodge. En effet, c’est une espèce endémique qui pousse à l’état sauvage dans la chaîne des cardamomes au Cambodge.


Photo Maxpax @Flickr

Chine : 5 épices

Le 5 épices évoque la cuisine chinoise.  Il n’y a pas deux mélanges identiques mais il contient généralement de l’anis, du fenouil, de la coriandre, du poivre de Sichuan, des clous de girofle… Et ne se limite pas forcément à 5 épices!

 

Grèce : menthe

La menthe s’apprécie dans les desserts, les entrées et les boissons. Elle permet notamment de réaliser le délicieux tzatzíki.

Hongrie : paprika

En Hongrie on a l’impression que tout est parfumé au paprika, et il est vendu partout sur les marchés. Là-bas, il a longtemps été le remplaçant du poivre, trop cher pour le peuple. Il permet notamment de réaliser la délicieuse goulash.

Inde : curry

Le curry n’est pas à proprement parler une épice mais un mélange d’épices, dont il existe de nombreuses variantes, plus ou moins pimentées. Ce mélange sert à réaliser les plats du même nom comme le curry rouge ou le curry aux oeufs.

Italie : Basilic

Le basilic est un emblème de l’Italie à lui tout seul, et il parfume aussi bien les plats de pâtes, les pizzas, les risottos ou entre dans la composition du fameux pesto ou de la salade tomate mozzarella. J’en suis fan et je pourrais en mettre partout!

Japon : gingembre

Le gingembre se trouve dans de nombreuses cultures, et notamment dans la cuisine japonaise. Mariné, il accompagne les sushis. Il est aussi souvent utilisé dans les sauces, les marinades, les soupes ou même pour parfumer le riz et les poissons.

Liban : sésame

Le sésame est très présent dans la cuisine libanaise, puisqu’il compose notamment le tahin, ou pâte de sésame qui sert elle même à faire le houmous. Il permet aussi de composer le zaatar, un condiment qui peut remplacer le sel et parfumer les plats.

Malaisie : curcuma

Le curcuma est connu pour sa jolie couleur. Il est originaire d’Inde et de Malaisie et entre donc dans beaucoup de recettes de cette zone géographique. parmi les recettes originaires de là-bas, il existe un curry malaisien, le curry rendang, le poulet capitan ou le poulet à la malaisienne par exemple. 

Maroc : ras el hanout

Le ras el hanout est un mélange typique du Maroc qui peut être composé d’une vingtaine d’épices ou même beaucoup plus. Ce mélange bien parfumé et plus ou moins piquant est parfait dans les couscous, tajines, pastillas, ou dans les plats de légumes marocains.


Photo Clyde Robinson @Flickr

Scandinavie : Aneth

L’aneth m’évoque toujours la Scandinavie, il est très présent là-bas et notamment et notamment au saumon mariné, la betterave marinée, les sauces au skyr et aux petites herbes ou encore celles au raifort… Il faut l’utiliser à petite dose, sinon il peut vite prendre le dessus sur els autres ingrédients.

 

Thaïlande : coriandre

La coriandre est sans doute mon herbe favorite et surtout dans sa version fraîche! Elle parfume de nombreux plats d’Asie et de Thaïlande en particulier.

Voilà un aperçu de mes cuisines et épices du monde préférées. Et vous quelles sont vos épices chouchou?

Turquie : cumin

Le cumin est présent dans beaucoup de cuisines mais j’avais envie de vous parler de la cuisine turque, une cuisine dont je suis folle. La Turquie produit du cumin, et le met à l’honneur dans de nombreux plats de viande et notamment avec du bœuf haché comme dans les keftas.

Et vous, quelles sont vos cuisines du monde et vos épices favorites?

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Machine à soda : écolo ou pas ?

Vous l’avez sans doute remarqué au travers de certains de mes précédents posts, depuis quelques années, j’ai essayé d’adopter une démarche de plus en plus écologique. Dans ce contexte, j’ai notamment essayé de réduire ma consommation d’emballages plastiques ménagers : barquettes, flacons, canettes et bien sûr les bouteilles en plastique qui représentent la plus grande part de nos déchets quotidiens, bien qu’étant les plus faciles à éliminer de notre routine.

Si je ne suis pas nécessairement une grande consommatrice de sodas ou d’eau gazeuse, j’ai eu la chance de me faire offrir une machine à soda dernièrement, et aujourd’hui je vais vous parler de mon expérience personnelle par rapport à cet appareil. Est-ce vraiment un accessoire écolo ou pas ? Est-ce que je vous la recommande ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le sujet.

Réalisez votre eau gazeuse vous-même

J’utilise ma machine à soda majoritairement afin de réaliser de l’eau gazeuse. J’ai l’habitude d’en faire pour accompagner le repas à chaque fois que je reçois des invités. J’en réalise aussi pour agrémenter des cocktails, ou simplement au retour des beaux jours, pour apprécier une eau gazeuse bien fraîche avec une rondelle de citron en terrasse…

Cela m’évite notamment de devoir stocker des packs d’eau gazeuse en prévision de ces petites envies du quotidien, mais surtout de réduire ma part de déchets de façon considérable. Si vous buvez souvent de l’eau gazeuse, vous avez sans doute remarqué que certaines marques ont des bulles plus ou moins fines, et j’imagine que vous avez votre préférence. Il est également possible de choisir la grosseur de ses bulles avec une machine à soda. Pour en savoir plus à ce sujet, visitez eau-petillante.fr, le guide ultime pour tout savoir sur les machines Sodastream.

Réalisez vos sodas et limonades maison

Je ne suis pas une buveuse de sodas au quotidien, par contre j’aime réaliser des cocktails quand je reçois, et dans ce cas, ma machine à gazéifier me permet d’avoir à disposition toute une série de sodas de base et rend possible une multitude de cocktails, comme le gin-tonic ou le mojito par exemple. Cela me permet au passage d’en réaliser de plus petites quantités, les sodas vendus dans le commerce étant souvent conditionnés en bouteilles d’1.5 litre alors que les bouteilles des machines à gazéifier sont plus petites. L’avantage est que cela occasionne moins de gaspillage.

Je me sers également ma machine à soda lorsque je reçois des amis qui ont des enfants. Je propose aux enfants de choisir leur parfum, puis de réaliser leur propre soda pour satisfaire les goûts de chacun. L’été, je fais aussi des limonades maison, bien moins sucrées que celles du commerce, avec de l’eau gazeuse, des rondelles de citron, de la menthe et un peu de sirop d’agave, un pur délice.

Est-ce plus écologique ?

L’acquisition d’une machine à soda est effectivement plus écologique que d’acheter des bouteilles en plastique quotidiennement lorsque vous faites vos courses. La consommation d’eau en bouteille n’est pas neutre pour l’environnement, entre la fabrication de la bouteille, le transport, le recyclage… Une cartouche de CO2 (utilisée dans les machines à soda) permet de réaliser 60 litres de boissons gazeuses et évite donc la production de 40 bouteilles d’1,5 litres ou 200 canettes métalliques. Certes, les canettes en métal sont recyclables, cependant cela ne signifie pas qu’elles le sont systématiquement, malheureusement. Et éviter la production d’un emballage et son recyclage sera toujours plus écologique, car l’énergie nécessaire à cette production aura été économisée.

Est-ce que c’est plus économique ?

La réponse est encore oui. Et pour cause, les machines à soda permettent de réaliser des boissons à base d’eau du robinet. L’autre avantage est qu’elle contient bien souvent autant de calcium et de minéraux que l’eau en bouteille. Le goût dépend bien sûr des régions, mais elle ne présente aucun danger à être consommée : c’est même l’une des eaux les plus contrôlées. Chez moi à Lille, je préfère la filtrer avant de la gazéifier, ce qui a pour effet de neutraliser son goût.

On peut le faire à l’aide d’un frigo filtrant, d’une carafe filtrante ou d’un morceau de charbon déposé dans une carafe standard. Sachant qu’une machine à soda est très accessible en termes de prix, si vous avez l’habitude d’acheter beaucoup de boissons en bouteille, vous pourrez rentabiliser votre machine à soda en quelques mois seulement. Si vous en consommez peu, vous arriverez quand même à la rentabiliser. C’est en effet une machine qui ne consomme pas d’électricité et ne contient pas de circuit électronique, donc durable dans le temps. La mienne a au moins 6 ou 7 ans et elle est en très bon état.

Est-ce plus sain ?

D’un point de vue diététique, les sodas réalisés maison sont généralement moins caloriques que les sodas traditionnels. Il est en effet possible de doser la quantité de sucre de vos sodas selon vos envies en y ajoutant des arômes notamment. Certains arômes sont d’ailleurs disponibles sans sucre. Vos sodas seront donc toujours moins sucrés que ceux vendus dans le commerce.

Est-ce plus pratique ?

Je trouve cela vraiment pratique, puisque cela m’évite de porter de lourds packs d’eau lorsque je fais mes courses, de les stocker en rentrant, etc. Il y a aussi la garantie d’avoir un grand choix de boissons à disposition pour les soirées improvisées, moi qui n’aime pas être prise au dépourvu, cela me plaît beaucoup.

Comment fonctionne une machine à soda ?

Le fonctionnement est très simple, même les enfants peuvent se préparer leurs propres boissons. Il suffit de remplir la bouteille d’eau fraîche du robinet, filtrée ou non. Vous l’emboîtez ensuite dans l’appareil puis vous pressez le bouton de gazéification selon la densité de bulles que vous souhaitez (légères, moyennes ou grandes), votre boisson est alors prête. Vous pouvez ensuite y ajouter du sirop ou du soda concentré si vous le souhaitez. Les machines à soda présentent ainsi de nombreux avantages, notamment d’un point de vue pratique, écologique et économique. Vous pouvez lire aussi : tartinade au fromage “façon pub”.

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Pain à la levure de bière maltée

Aujourd’hui, je vous propose un pain que j’ai réalisé il y a quelque temps avec de la levure de bière. La levure de bière est un complément alimentaire qui a de multiples bienfaits sur l’organisme et notamment la peau, consommé telle qu’elle en cure. Il m’en restait un peu et j’ai eu envie de la tester en cuisine puisqu’après tout, c’est un ingrédient comme un autre. J’ai eu envie d’ajouter ses propriétés à un pain tout simple. J’adore décliner des recettes assez simples de pain en y ajoutant simplement un ou deux ingrédients différents pour voir s’ils apportent quelque chose.
 
Ici je vous le dis tout de suite, la levure de bière n’a pas transcendé radicalement le goût de ce pain, mais la petite saveur de levure se prêtait très bien à l’exercice car c’est le genre de saveur que l’on s’attend à avoir dans un pain! Il était très bon, bien moelleux et parfumé.
 
Pour ce pain comme pour toutes les recettes de boulangerie en général, je vous recommande d’avoir un minimum de matériel adéquat. Bien qu’un pain puisse se réaliser avec trois fois rien, de bons outils feront la différence. Sans parler de l’investissement dans une machine à pains, qui est un sujet à part entière, je vous recommande surtout de bons moules, une lame de boulanger ou grignette, et surtout une balance professionnelle.
 
 
J’ai une longue histoire d’amour (ou plutôt de haine ) avec les balances. Ma première balance de cuisine était une balance professionnelle que j’adorais, très précise, mais elle a rendu l’âme après de longues années de bons et loyaux services. J’ai ensuite enchainé 3 ou 4 balances moins qualitatives avec toujours le même constat, la pesée était imprécise et changeait même parfois d’une minute à l’autre, alors que je remettais exactement la même chose sur la balance! Je me suis rendue à l’évidence, c’est un domaine où il faut investir dans du matériel professionnel, surtout si on se lance dans la boulangerie ou la pâtisserie. La balance est un outil indispensable afin de peser avec précision les ingrédients. 
 
 
Pour réussir un pain, il y a quelques principes de base :
 
– Il faut respecter scrupuleusement les quantités, d’où la balance précise.
 
– Il faut respecter l’ordre des ingrédients (notamment avec la machine à pain), et mettre dans la cuve d’abord les liquides, puis les solides en terminant par la levure, en faisant attention que celle-ci n’entre pas en contact avec le sel.
 
– Il faut respecter les temps de levée pour que la levure puisse faire son job. Avec une machine à pain, c’est pré-programmé donc vous n’avez pas à penser à ça.
 
Une fois ces petites choses dites, il n’y a pas de raison de rater son pain!
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Baguette à l’ancienne maison

Aimez-vous la baguette? Faites-vous partie de ces gens qui vont à la boulangerie tous les jours ou de ceux qui n’ont jamais de pain dans les placards? Moi c’est un peu tout ou rien… En confinement, il ne se passait pas une journée sans que j’aille acheter mon pain, car j’avais plus de temps pour petit-déjeuner, et ma fille adore savourer un bon bout de baguette fraiche!
 
 
 
Par contre pendant l’année je ne pense pas trop à en acheter, et si j’en achète au cas où, ou il finir vte par durcir car j’ai finalement fait autre chose et n’ai pas eu l’occasion de le manger…
 
Du coup je n’en achète pas souvent, et il m’arrive parfois de me retrouver à 18h avec une envie de pain et la flemme de ressortir en acheter.
 
 
Dans ce cas, je dégaine la machine à pain! En véritable sauveuse, elle me garantit du pain frais à peine 3 heures plus tard, tout chaud, un régal!
 
J’ai acheté un modèle de machine à pain qui cuit des mini baguettes, mais je préfère souvent en faire des plus grosses (format demi baguettes). Dans ce cas je les cuis au four après un pétrissage en machine. Mais tout peut être fait à la main.
 
 
Si besoin d’idées pour profiter de ce bon pain frais, jetez un œil à ma tartinade roquefort cranberries, tartinade au pois cassés ou côté sucré, ma pâte à tartiner chocolat noisettes!
 
Ci-dessous vous découvrirez les modalités pour réaliser cette recette, ainsi qu’un mélange de farine que vous pouvez réaliser pour obtenir ce pain légèrement brun et rustique. Mais vous pouvez remplacer les 100 g de farine “céréale noire” par un mélange tout fat du commerce, du type “pain de campagne” ou “céréales”.
 
 
 
Source d’inspiration :
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Légume de saison : la tomate

Photo FoodCraftLab @Flickr
  
Chaque mois, je vous propose de découvrir un légume ou un fruit de saison et d’apprendre à bien le préparer, le choisir et le cuisiner! Ce mois-ci, on se penche sur la tomate.
 
La tomate est l’un des légumes les plus appréciés et les plus polyvalents (même si officiellement c’est un fruit)! On a tout le temps besoin d’en  avoir dans la cuisine, mais lors de l’achat, leur qualité peut être difficile à vérifier. Malheureusement, ce n’est pas parce qu’elles sont disponibles toute l’année qu’elles sont bonnes toute l’année – quiconque a déjà eu l’occasion de manger une  tomate tout droit sortie d’un potager sait que cela n’a rien à voir avec celles que l’on trouve dans les étals du supermarché en février! Voici donc mes quelques conseils pour les choisir au mieux et profiter de leur goût incomparable!
 
 

Photo LID  @Flickr
 
 

Comment choisir vos tomates?

 
Les tomates sont parfois vendus en barquettes, ce qui complique la sélection puisqu’on ne les voit pas bien, et génère des déchets inutiles. Évitez-les au maximum. Essayez de trouver des tomates bien fermes, rouges et rebondies. Les tomates très molles seront savoureuses car bien mûres mais elles ne se conserveront pas longtemps. Achetez-les uniquement pour une consommation le jour-même.
 
 

Quand les tomates sont-elles de saison?

Ce légume est dans sa meilleure saison entre mai et octobre (plus ou moins selon les zones en France). La demande de tomates toute l’année a conduit les producteurs à développer des variétés rustiques à peau plus épaisse qui peuvent résister aux rigueurs de la récolte à la machine et des longues distances d’expédition pour pouvoir fournir nos supermarchés toute l’année. Malheureusement, ils n’ont pas inclus la saveur dans leurs critères prioritaires de sélection. En conséquence, leur goût est une mauvaise imitation des tomates disponibles sur les marchés de producteurs en haute saison. S’il est difficile de se passer totalement de tomates les 3/4 de l’année, limitez au maximum leur achat hors saison pour éviter toute déception.
 

Photo charlotte henard @Flickr
 

Comment conserver des tomates?

Stocker vos tomates dans le réfrigérateur interrompt leur activité enzymatique, est responsable de leur parfum et de leur saveur. Bien que ce soit une habitude pour la majorité d’entre nous, il ets préférable de ne pas conserver les tomates au réfrigérateur à moins qu’elles ne soient bien mûres. Même dans ce cas, laissez-les revenir à température ambiante et restituer leurs saveurs aromatiques avant de les consommer. Laissez-les simplement sur le comptoir, à l’abri du soleil direct.
 

Photo José J. Grimaldos @Flickr
 

Comment préparer des tomates?

 

Bien que certaines des meilleures façons de consommer les tomates n’impliquent pas du tout de cuisiner, comme dans la fameuse salade caprese, il existe de nombreuses façons de les préparer et de les cuire.

Faites-les cuire par exemple avec un peu d’huile d’olive et d’ail, pour réaliser une sauce tomates destinée aux pâtes et à la pâte à pizza, ou 
passez-les au four très doux pendant 1 heure pour obtenir de délicieuses tomate séchées. Les tomates peuvent être épluchées, pour cela, mettez-les d’abord 1 minute dans de l’eau bouillante après les avoir incisées à la base. La peau se détachera toute seule.

Mes recettes favorites à la tomate

 
Burrata aux tomates cerise
 
Cake aux poivrons, mozzarella et tomates séchées
 
Salade de tomates aux algues
 
Dip au chorizo et tomate séchée
 
 
 
Toasts au brocciu et tomate confite
 
Tartinade de tomates séchées
 
Tatin de tomates cerises
 
 
Brochettes de crêpes, mozzarella et tomates cerises
 
 
Soupe de chou-fleur à la tomate
 
 
C’est ensuite à vous! Si vous souhaitez partager une bonne recette, dites-le moi!
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Découvrez une recette de chaque pays d’Asie

J’ai une véritable passion pour la cuisine du monde, et si je rêve de découvrir en vrai chaque pays du globe, en attendant je me contente de les découvre en cuisine! près plusieurs années à expérimenter sur ce blog, j’ai réalisé que j’ai enfin testé une recette de chaque pays d’Asie! Je me suis basée sur la liste des pays du continent asiatique de Wikipédia pour constituer cette liste. Ce continent est le plus vaste et dispose d’une très grande variété culturelle, ce qui qui se ressent aussi en cuisine! Je vous fais donc découvrir ici ce voyage à travers 47 pays!

 

Afghanistan : dal afghan
Arabie saoudite : œufs durs aux épices
Arménie : gâteau aux pommes
Azerbaïdjan : à venir
Bahreïn : à venir
Bangladesh : poulet korma
Bhoutan : à venir
Birmanie : Sanwin makin
Brunei : à venir
Cambodge : boeuf loc lac
Chine : concombre écrasé
Corée du Nord : lentilles coréennes
Corée du Sud : boulettes goji wanja jorim
Émirats arabes unis : à venir
Géorgie : à venir
Inde : paneer lababdar
Indonésie : sambal kemiri
Irak : à venir
Iran : naan berenji
Israël : ozne aman
Japon : curry japonais au boeuf
Jordanie : ful madammas
Kazakhstan : à venir
Kirghizistan : à venir
Koweït : à venir
Laos : dip laosien
Liban : mujjadara
Malaisie : seri muka
Maldives : à venir
Mongolie : faux bœuf mongol
Népal : dal bhat
Oman : à venir
Ouzbékistan : à venir
Pakistan : moong dahl
Palestine : à venir
Philippines : abodong gulay
Qatar : à venir
Russie : belyachi
Singapour : curry puffs
Sri Lanka : pudding of dulya
Syrie : keshke
Tadjikistan : à venir
Thaïlande : crème de pandan
Timor oriental : à venir
Turkménistan : à venir
Turquie : aubergines à la turque
Viêt Nam : pho au poulet
Yémen : à venir

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 9

Pain de mie brioché

Vous aimez les croque-monsieur? Est-ce vraiment une question que l’on peut poser? Je n’ai jamais rencontré personne qui n’aime pas ça en fait…
 
 
A la maison, on adore les croque-monsieur et autre grilled-cheese, c’est un menu que je propose régulièrement à ma fille car je sais qu’elle ne refuse jamais! Je n’y mets pas de jambon car nous n’en mangeons pas, mais des tranches de légumes, des tomates confites, des herbes… Et bien sûr du fromage! Au morbier et champignons, au fromage à raclette, ou encore à la truffe, découvrez mes recettes favorites!
 
 
Quand je suis à l’arrache, je fais mes croque-monsieur avec un pain de mie du commerce, mais si vous voulez passer au niveau supérieur, le secret c’est d’utiliser un pain de mie maison! Je vous propose aujourd’hui une recette pour un pain de mie maison. Je l’ai trouvée sur le fameux blog Papilles et pupilles que je ne pense pas avoir besoin de vous présenter tant c’est une référence! 
 
 
 
 
Source d’inspiration :
https://www.papillesetpupilles.fr/2007/09/pain-de-mie-tout-moelleux.html/
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Mes idées pour des week-end fun et pas chers

Il n’y a pas que le shopping dans la vie! Je ne sais pas vous, mais moi j’aime faire des choses qui changent le week-end, pour vraiment me vider la tête et déconnecter du travail. Pour autant, je ne peux pas sauter dans l’avion à chaque fois que j’en ai envie! Alors, j’essaye d’avoir des idées de petites choses à faire qui permettent de se changer les idées, de voir du monde, de profiter d’une ambiance sympa, et ce, pour pas cher et sans s’éloigner beaucoup de chez soi. Je pense que beaucoup de ces idées peuvent s’appliquer à n’importe quel endroit en France, c’est pourquoi je les partage avec vous aujourd’hui! Allez, on part en week-end?

Les brocantes et vide-greniers

 
Dès qu’il fait beau, j’adore me promener dans les brocantes ou autres vide-greniers des villages alentours. On y fait des trouvailles, mais j’aime aussi profiter de l’ambiance, prendre le temps de découvrir le village où cela se produit, prendre l’air… L’hiver, on trouve des bourses aux jouets ou des brocantes organisées en salle, c’est moins sympa mais ça permet de continuer à se promener sans avoir trop froid!
 
Photo Mike Mozart @Flickr

Les bouquinistes

 
Dans le même esprit, j’aime aussi beaucoup chiner des livres d’occasion, prendre le temps de les feuilleter, de les choisir, de fouiller, ça amuse aussi beaucoup les enfants. Pour ça, il y a les bourses aux livres, mais aussi les boutiques d’occasion. A Lille, nous avons aussi une bourse aux livres permanente dans une très jolie cour carrée ancienne, c’est un must à visiter quand on visite la ville et on y trouve en permanence de super livres, anciens ou plus récents. Il existe aussi en Belgique dans les Ardennes, un “village du livre”, Redu, qui compte un nombre invraisemblable de bouquinistes dont certains sont situés dans de très jolies boutiques, je compte aller le découvrir au printemps prochain.
 
Photo Iván Santiesteban @Flickr

Les cueillettes de légumes et fruits

 
J’adorerais avoir un superbe jardin fruitier mais il faut se rendre à l’évidence, quand on vit dans une ville de + de 100.000 habitants, les grands jardins se font rares! La solution, c’est d’aller faire sa cueillette à la ferme, c’est vraiment amusant et pédagogique pour les enfants. On passe un bon moment, on profite du plein air, on apprend plein de choses sur les fruits et légumes, et ce pour pas un rond, à part le prix des produits que l’on choisit de ramener chez soi.
Dans la même idée et totalement gratuit, vous pouvez aussi aller en forêt, chercher des myrtilles, des noisettes, des champignons… Pour ces derniers, demandez de l’aide en pharmacie pour être sûrs que vous ne vous êtes pas trompé(e) avant de les manger.
 
Photo Ray Beaulieu @Flickr

Découvrir une ville pas loin

 
Pas besoin de partir à l’autre bout du monde pour en prendre plein la vue! Il y a forcément des dizaines de petits villages que vous ne connaissez pas près de chez vous et ils ont tous des petits recoins mignons à découvrir. Façades anciennes, églises classées, canaux ou encore monuments historiques ou vestiges de guerre, en fouillant sur internet ou dans des guides sur votre région, vous ferez de super découvertes.
 
Photo Dmitry Eliuseev @Flickr

Visiter un musée ou lieu de votre ville

 
On réalise souvent que l’on connait moins bien sa propre ville que celles que l’on visite en vacances, car durant l’année, pris dans la routine, on oublie de prendre le temps d’aller visiter les lieux historiques, les musées… Rien qu’à Lille, je sais que je n’ai jamais visité la maison natale de Charles de Gaulle, ni la célèbre villa Cavrois par exemple.
 

Les événements gastronomiques ou artisanaux

 
Fête de la pomme, de la cucurbitacée, du houblon… Chaque village y va de sa petite fête et si vous avez des enfants, c’est une super occasion de leur faire découvrir des bons produits, de leur faire profiter de petits concerts ou activités gratuites, et  vous, vous pourrez toujours voire un verre, faire des dégustations… Il y a aussi des salons de la gastronomie, du chocolat, du vin… Où l’on découvre plein  de choses, et on en ressort également le ventre plein.
 
Photo Marco Verch @Flickr

Aller à la mer ou près d’un lac

 
Même quand on n’a pas la chance de vivre près de la mer, il y a bien un lac, un canal, ou un point d’eau quelconque auprès duquel on peut aller se relaxer. La présence de l’eau fait toujours un bien fou! En ce qui me concerne, je peux être en moins d’une heure à la mer (un train nous relie en 30 minutes à Dunkerque, ce qui est plus rapide que d’aller à l’autre bout de la métropole en tramway!) , mais j’ai aussi découvert qu’il y avait de nombreux lacs dans ma région, je pense aller les visiter petit à petit.
 
Photo Rebecca Siegel @Flickr
 
Et vous, avez vous d’autres idées pour vous dépayser et vous changer les idées pour pas trop cher?
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Pains à hot-dogs à la machine à pain

Je vous ai alléchés il y a quelques jours avec ma recette de hot-dogs, voici maintenant la recette des pains briochés qui les accompagne. Vous pouvez bien sûr utiliser ces pains avec une autre recette de hot-dogs, ou inversement, mais je peux vous dire que l’ensemble est très bon!
 
 
Pour réaliser cette recette, j’utilise ma machine à pain, mais ce n’est pas obligatoire. C’est juste un gain de temps et un peu moins d’effort, mais rien que de bons bras ne puissent remplacer! Ma machine est une machine spéciale qui permet de cuire des mini baguettes : c’est top mais vous pouvez adapter et finir la cuisson au four sans problème. Le mode que j’ai choisi sur ma machine à pain dure 2h02 à 2h20 selon si l’on veut une cuisson dorée ou pas, mais si votre machine ne cuit pas les baguettes, alors le temps sera beaucoup plus court (uniquement le pétrissage) et il vous faudra compléter avec le four.
 
 
J’utilise de la levure boulangère sèche car c’est pratique d’en avoir d’avance dans les placards. De la levure fraîche peut convenir aussi si vous préférez, il parait même qu’on peut la congeler en petites portions quand on en a trop. Si vous utilisez de la levure fraîche, multipliez par trois le poids indiqué pour la levure sèche.
 
Vous l’aurez compris je pense, le fait-maison, j’adore, et c’est pourquoi j’ai posté il y a quelques jours un article sur le fait-maison, qui récapitule mes recettes et que je mettrai à jour régulièrement.  Et vous, vous aimez préparer vous mêmes votre pain?
 
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 71