Archives par mot-clé : Belgique

Spécialité belge : nids d’oiseau

J’ai la chance de vivre près de la Belgique, et de m’y rendre régulièrement pour un petit week-end, une balade en ville, une journée à la plage, un avion à prendre, un concert… C’est un pays dont je ne me lasse pas, tant pour sa belle architecture flamande, que pour la sympathie de ses habitants ou encore sa gastronomie… Oui, vous avez bien lu, les mauvaises langues diront sans doute que je fais référence aux frites, mais la gastronomie belge est bien plus riche qu’on ne l’imagine au premier abord!
 
 
Parmi mes favoris de la cuisine belge, il y a le stoemp, que j’aime refaire chaque hiver. Lors d’un week-end à Namur, j’avais aussi eu l’occasion de goûter les nids d’oiseau, des espèces de scottish egg version belge. J’ai beaucoup aimé ces grosses boulettes et j’ai donc essayé de les refaire à la maison dès que j’en ai eu l’opportunité.
 
 
Les nids d’oiseau ne sont pas compliqués à réaliser, l’étape la plus délicate est juste d’enfermer les œufs durs dans les boulettes… Pour cela, prenez l’équivalent d’une boulette de viande et aplatissez-la en dans la paume de votre main. Ensuite placez l’œuf dur au milieu et refermez en rabattant la viande tout autour. Insistez bien pour que le haché soit bien fermé et sans fissures, sinon il pourrait se craqueler une fois dans le bain de friture.
 
Servez ces boulets avec des frites, un peu de salade et du ketchup maison.
 
 

 

Nids d'oiseau

Portions : Pour 2 boulettes

Nids d'oiseau

Ingrédients

  • 2 œufs durs
  • 150 g de viande hachée
  • 1 œuf
  • 1/2 gros oignon
  • 1 gousse d' ail
  • 1 c. à s. de persil haché
  • 3 c. à s. de chapelure + 1/2 tasse
  • Sel, poivre

Instructions

  1. Commencez par faire cuire les œufs durs si ce n'est pas encore fait.
  2. Faites-les refroidir dans l'eau froide pour mieux savoir les écaler, puis séchez-les avec du papier absorbant.
  3. Hachez très finement les oignons et l'ail, mélangez-les à la viande hachée avec les épices et l’œuf, insistez bien sur le sel et le poivre.
  4. Ajoutez ensuite 3 c. à s. de chapelure pour obtenir une pâte homogène. Elle ne doit pas être trop sèche, il faut qu'elle colle encore aux doigts pour qu'elle puisse bien adhérer aux œufs durs.
  5. Enfermez les œufs durs dans les boulettes. Pour cela, aplatissez en ovale dans la paume de votre main une boule de viande, ensuite placez l’œuf dur au milieu et refermez en rabattant la viande. Faites attention à ne pas laisser de zones non couvertes. Malaxez bien dans les mains pour que la viande hachée soit bien fermée.
  6. Mettez la demi tasse de chapelure dans une assiette creuse. Roulez dans le blanc d’œuf battu puis dans de la chapelure, recommencez une seconde fois.
  7. Mettez au réfrigérateur minimum 2 heures.
  8. Faites chauffer l'huile de la friteuse à 170°C et déposez-y les boulets.
  9. Laissez bien dorer en retournant régulièrement, pendant +- 8 minutes, jusqu’à ce qu'ils soient bien bruns.
  10. Coupez en 2 au moment de servir.
 
Source d’inspiration :

http://www.domicuisine.be/article-29964456.html

Frites à la mimolette, oignons grillés et mayonnaise à la truffe

La recette que je vous propose aujourd’hui trouve son origine à Anvers. Bien sûr, les frites sont souvent considérées comme une spécialité belge, bien que d’autres pays se réclament « rois de la frite » de nos jours. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle je parle de cette origine! En hiver, j’aime organiser un petit week-end en amoureux avec mon compagnon, et c’est souvent pour nous l’occasion d’aller découvrir une jolie ville de Belgique. L’an dernier, nous avion jeté notre dévolu sur Anvers, ville magnifique que nous avons adoré parcourir!
 
 
Là-bas, nous avons découvert par hasard une enseigne de frites « de luxe ». Le restaurant était assez stylé pour un fast-food, la déco était noire et dorée il me semble, et il y avait une carte très bien présentée avec des frites cuisinées de façon gastronomiques!
 
Entre autres, une recette avait attiré notre attention, mais il n’était pas l’heure de manger quand nous sommes passés devant cette échoppe…  C’est pourquoi nous nous étions noté de refaire la même idée à la maison.
 
 
C’est aujourd’hui chose faite, et c’est cette recette que je vous propose de découvrir! Je dois dire que nous l’avons bien appréciée, notamment cette mayonnaise à la truffe qui est très sympa! La frite est souvent un accompagnement, mais ici elle est un snack qui se suffit à lui-même, enfin sauf si vous avez vraiment très très faim…
 
Dans ce cas, vous pouvez servir un welsch burger ou un burger hivernal à la raclette pour aller avec, mais ne vous pesez pas pendant au moins une semaine ensuite!
 
  
 
 
Frites à la mimolette, oignons grillés et mayonnaise à la truffe

Frites à la mimolette, oignons grillés et mayonnaise à la truffe

Ingrédients

  • Pour 2 à 4 personnes
  • 800 g de pommes de terre à frites
  • 75 g de mimolette râpée
  • 1 oignon rouge coupé en cercles
  • 2 c. à s. d'huile végétale
  • 1  pincée de piment de cayenne
    Mayonnaise truffée
  • 1 jaune d’œuf
  • 1/4 de litre d'huile
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 1 c. à c. de vinaigre de cidre
  • 4 c. à s. d'huile de truffe
  • 4 lamelles de truffes émincées finement
  • Sel, poivre

Instructions

  1. Épluchez l'oignon puis coupez-le en ronds. Faites frire 5 minutes à la poêle dans de l'huile à feu assez vif, sans le laisser brûler.
  2. Faites une mayonnaise normale en mélangeant la moutarde avec le jaune d’œuf, puis en ajoutant l’huile tout en battant énergiquement au fouet. Quand 'huile normale est incorporée, finissez à l'huile de truffe et enfin ajoutez les morceaux de truffe.
  3. préchauffez le four à 180°C.
  4. Faites vos frites à la friteuse.
  5. Lorsqu'elles sont prêtes, mettez-les dans un plat à four, salez, poivrez, saupoudrez de piment, déposez la mimolette râpée et les oignons et passez au four 5 minutes en mode grill.

Comment jeter moins de déchets en cuisine

Photo Alosh Bennett @Flickr
Quand on aime cuisiner, arrive forcément un moment où l’on se demande comment faire pour gaspiller le moins possible en cuisine. C’est un thème qui m’inspire beaucoup et j’adore la cuisine anti-gaspi, comme je vous l’expliquais par exemple ici. Aujourd’hui, j’ai voulu vous proposer d’autres façons de générer moins de déchets en cuisine, cette fois en valorisant les déchets que l’on peut plus cuisiner. 

Installer un compost

Le compost consiste à transformer les déchets organiques  comme les restes de fruits et légumes ou d’herbes par le biais de micro-organismes pour obtenir une sorte de humus, très utile en agriculture et en jardinage. Il permet d’apporter aux plantes des éléments indispensables à leur croissance. Il existe des composteurs que l’on peut acheter, mais le principale de base est très simple : au lieu de jeter les déchets organiques dans la poubelle normale, il suffit juste de les mettre dans un récipient à part, que vous videz régulièrement dehors dans un petit coin de votre jardin !
 

Réutiliser ses coquilles d’œuf

Aliment de base de très haute qualité, les œufs sont une source de protéine peu onéreuse et très appréciée des sportifs. Il est dommage que les coquilles rejoignent souvent la poubelle car leur composition est de 95% de minéraux. Si vous avez suivi mon conseil n°1, elles pourront désormais rejoindre votre bac à compost, en les émiettant finement avant qu’elles ne rejoignent le composteur. Vous pouvez aussi les utiliser au jardin comme barrière contre les rampants, en les émiettant grossièrement. Il vous suffit ensuite d’étaler une bande suffisamment large et haute de coquilles d’œufs autour de vos plantes. Vous pouvez aussi réutiliser vos coquilles d’œufs comme supports de culture pour vos semis, en perçant d’abord un petit trou en dessous et en les remplissant de terreau. Il ne vous reste qu’à les replanter en terre quand les semis ont pris en cassant plus largement la base à ce moment-là pour aider les racines à se développer. Enfin, vous pouvez aussi utiliser vos coquilles directement comme engrais. Émiettez-les le plus finement possible et répandez-les au pied de vos cultures  puis incorporez-la à la terre par un griffage léger. 
 

Photo Personal Creations @Flickr

Faire repousser les légumes

Plutôt que de gaspiller des restes de légumes et de plantes dont vous n’avez plus besoin, pourquoi ne pas essayer de les faire repousser ?
Certains aliments sont faciles à faire repousser à la maison à partir des restes, et certains d’entre eux peuvent même être cultivés directement sur votre comptoir de cuisine. Il suffit globalement de conserver la base du légume et de la déposer dans de l’eau pour que les pousses épanouissent à nouveau. Cela marche avec les légumes de la famille de l’oignon, de la salade, du gingembre, du céleri, de l’ail, des carottes… Après lesquels jours dans l’eau, transférez dans la terre pour que le légume y poursuive son développement.
 

Photo woodleywonderworks @Flickr

Réutiliser son marc de café

Pour pouvoir réutiliser votre marc de café, il faut d’abord veiller à ce qu’il soit bien sec en le faisant sécher bien étalé sur une plaque près d’un radiateur ou au four à 80°C. Vous pouvez ensuite le conserver dans un bocal, et l’utiliser en répulsif contre les insectes en le déposant au pied des plantes de votre jardin. Disposez-le aussi au pied des plantes, ou lors des semis en couche fine et régulière pour aider à la pousse.  Il sera aussi utile pour l’entretien de vos canalisations à raison d’une cuiller à soupe à déposer dans l’évacuation avant de faire couler de l’eau. Vous pourrez également en déposer une coupelle dans le réfrigérateur ou dans vos placards pour lutter contre les mauvaises odeurs. Enfin, il peut être utilisé en remplacement du liquide vaisselle, car ses grains vont aider à décrocher les aliments accrochés aux plats, et en gommage pour le visage ou le corps, en le délayant dans un peu d’huile végétale.
 

Photo Joe King @Flickr

Rendre en magasin les contenants après utilisation

Personnellement, je ramène à chaque fois que je fais des courses mes bocaux vides et propres (ma boutique vrac les reprend), les boites à œufs (mon Biocoop les reprend), les bouteilles de bière (je vis près de la Belgique qui pratique encore les consignes). Cela allège fortement la taille des poubelles!
 

Photo Richard Elzey @Flickr

Congeler les déchets de légumes

Que faire d’un trognon de chou-fleur? Pas grand chose tout seul, alors je le coupe en petits morceaux et je le congèle. Au fur et  mesure j’y ajoute les verts de poireaux, les déchets de légumes passés à l’extracteur de jus, d’autres trognons… Et dès que le volume est suffisant, ça finit en soupe!
 

Photo Bob Peters @Flickr
 
Et vous, vous avez d’autres idées pour moins jeter en cuisine?
 

Les produits chinois dans mon placard

Photo t-mizo @Flickr
 
Je reprends aujourd’hui une série d’articles que je n’avais pas enrichie depuis un moment, que j’ai nommée « dans mon placard » puisque le but était de vous présenter les produits que j’ai chez moi et que je vous recommande, en provenance d’un pays en particulier… Je vous avais par le passé présenté mes produits favoris en provenance de Belgique, de Russie, d’Angleterre, des Etats-unis, de Roumanie et d’Italie. Il y a un pays à coté du quel je ne pouvais pas passer, c’est la Chine! 
 
J’ai eu la chance de visiter la Chine il y a quelques années, c’est un pays superbe qui m’a laissé de magnifiques souvenirs ! Mai au delà de ça, je suis passionnée d’Asie depuis ma jeune adolescence et je crois que c’est vers mes 12 ou 13 ans que j’ai découvert qu’une virée à Tang frères m’amusait bien plus qu’une séance shopping dans les boutiques de vêtements! Aujourd’hui, je vous propose un petit focus sur quelques produits incontournables de la cuisine chinoise et asiatique que j’adore utiliser dans mes recettes. Je vous rassure, pas besoin d’aller trop loin pour les trouver, ce sont des produits qui se trouvent en France dans les épiceries chinoises ou au rayon asiatique du supermarché pour certaines! C’est parti !

La sauce soja

 
Un classique que tout le monde connaît et qui chez moi a une place indispensable. Je l’utilise notamment à la place du bouillon dans tous mes plats, même non asiatiques, à hauteur d’une cuiller à soupe pour 50 cl d’eau, que je complète d’épices et poudre de légumes.
 

Photo Jayel Aheram @Flickr

La sauce soja sucrée ou kecap manis

 
Cette sauce plus indonésienne que chinoise et moins passe partout car épaisse et sucrée est absolument divine dans des nouilles sautées ou pour laquer une viande, du tofu… 

Le vin de shaoxing

Ce vin est issu de la fermentation du riz et s’utilise comme le vin de Xérès en cuisine, pour déglacer les plats, pour mijoter la viande, dans les marinades, les farces…
 

Photo wyinoue @Flickr

L’arôme de pandan

Cet arôme unique et très répandu en Indonésie, que j’aurais tendance à rapprocher de celui de la pistache ou de la fève tonka est absolument divin notamment en pâtisserie! On trouve par exemple du pudding au pandan tout prêt à mélanger avec de l’eau. Je suis notamment fan de la glace au pandan, et des biscuits gélatineux au pandan que vend mon épicier favori. 
 

Photo Huyzee Vu @Flickr

Les nouilles udon

Ces grosses nouilles sont japonaises et non chinoises, mais je les achète dans mon épicerie chinoise! Elles sont délicieuses et très rapides à cuisiner, je les adore!
 

Photo jeffreyw @Flickr

La pâte d’ail

Cet ail préservé en bocal haché est ultra pratique à utiliser dans n’importe quelle recette quand on n’a plus d’ail frais, c’est un pur basique du placard pour moi! J’ai aussi toujours dans le placard la pâte d’ail et gingembre, parfaite pour tous les plats exotiques.
 

Photo Leslie Seaton @Flickr

Le thé au lait

Aussi nommé thé façon Hong-Kong, c’est un thé qui contient déjà du lait et du sucre et que l’on infuse donc pour le boire, comme à Hong-Kong. C’est une de mes boissons chaudes favorites.
 

Photo City Foodsters @Flickr

Le lait de coco en poudre

Ce produit n’a rien de révolutionnaire, tout le monde connait le lait de coco, mais ce que j’aime acheter dans mon épicerie asiatique, c’est le lait de coco en poudre! Il suffit de le mélanger à de l’eau pour obtenir du lait de coco, ce qui permet de doser précisément ce qu’il nous faut et évite le syndrome de la briquette de lait de coco ouverte dont on ne sait pas quoi faire!
 

Les algues au sésame

Il s’agit de bandes de feuilles d’algues, un peu comme celles dont on entoure les sushis, mais elles sont parfumées au soja et au sésame et grillées au four. Cela donne une collation addictive que j’adore servir à l’apéro (ou engloutir toute seule la tête dans le placard).
 

Les délices à l’arôme de bai toei

Je vous en parlais plus haut, j’adore ces pâtisseries gélatineuses au pandan! J’en achète systématiquement un quand je passe en caisse de mon épicier chinois ( il en a sur le comptoir, le fourbe!) et je le grignote directement en sortant du magasin parce que c’et trop long d’attendre jusque chez moi! Tous les gens à quoi j’ai fait goûter ce gâteau le trouvent plutôt mauvais, au mieux juste passable, mais j’en suis folle! Ces pâtisseries existent aussi à la banane, mais là le goût est trop chimique, même pour moi!
 
 

Les petites gelées bonbons

Je ne sais même pas comment se nomment ces gelées, mais j’en suis fan depuis mon adolescence, et pourtant je ne suis pas une grande mangeuse de bonbons. Leur goût est leur texture sont 100% chimiques!
 

Photo Steven Depolo @Flickr
 
Et vous, connaissez-vous d’autres produits chinois que vous adorez utiliser?

Galette des rois poire et spéculoos

Aujourd’hui, je vous propose une variation sur le dessert classique de l’Épiphanie : La galette des rois! La galette des rois est une galette traditionnellement consommée dans la plupart des régions de France, mais aussi au Québec, en Suisse, au Luxembourg, ou en Belgique à l’occasion de l’Épiphanie, fête chrétienne qui célèbre chaque année le 6 janvier la visite des rois mages à l’enfant Jésus. 
 
 
Il y a plusieurs années, je vous avais proposé la recette de la galette des rois frangipane classique, au bon goût d’amandes. C’est ma favorite, mais il faut savoir se renouveler! Cette année, je vous propose une déclinaison avec des poires et de la crème de spéculoos. 
 
Cette recette gourmande permet d’obtenir facilement une galette bien moelleuse grâce à la poire, et surtout super bonne. Entre le croustillant de la pâte feuilletée, le fondant de la crème de spéculoos et la touche de poires caramélisées , on obtient un dessert incroyablement gourmand ! 
 
 
Cette galette est très facile à végétaliser car elle ne contient qu’un seul œuf pour la dorure. Pour la rendre 100% végétale, supprimez cette dorure ou remplacez-la par 2 cuillers à soupe de lait végétal dans lesquels vous ajouterez une pointe de curcuma pour accentuer la couleur.
 
Il ne vous reste qu’à choisir quelle fève vous y mettez… Saviez-vous que 68 % des gens qui partagent une galette trichent pour donner la fève aux plus jeunes? J’avoue faire partie de cette catégorie de personnes, le sourire de ma fille recevant la couronne valant toutes les tricheries du monde!
 
  
 
 
Galette des rois poire et spéculoos

Galette des rois poire et spéculoos

Ingrédients

  • 2 rouleaux de pâte feuilletée
  • 2 poires
  • 15 g de beurre
  • 1 c. à s. de sucre roux
  • 270 g de pâte de spéculoos
    Pour le montage
  • 1 jaune d'œuf
  • 2 cl d'eau
  • 60 cl de lait d'avoine
  • 5 c. à s. rase de fécule de maïs, soit 25 g
  • 100 g de sucre roux
  • 1 c. à s. d'huile de tournesol
  • 1 gousse de vanille
  • 1 pointe de curcuma (facultatif)

Instructions

  1. Épluchez les poires, coupez-les en quatre, retirez le trognon et coupez chaque quart en trois tranches. Faites-les dorer à feu moyen, dans une grande poêle avec le beurre.
  2. Saupoudrez-les de 1 cuillère à soupe de sucre roux pour qu'elles caramélisent un peu.
  3. Après environ 10 minutes, les poires doivent avoir un peu doré et ne plus rendre de jus, coupez le feu et réservez-les.
  4. Étalez la première pâte feuilletée et tartinez-y 70 g de pâte de spéculoos.
  5. Portez le lait végétal à ébullition dans une casserole avec le sucre, l'huile et la gousse de vanille fendue en 2.
  6. Placez la maïzena dans un saladier et ajoutez-y peu à peu le lait bouillant en battant énergiquement au fouet.
  7. Ajoutez la pointe de curcuma pour jaunir légèrement la préparation. Replacez la crème obtenue dans la casserole et laissez épaissir sur feu doux en comptant 2 minutes à partir de l'ébullition.
  8. Laissez refroidir 30 minutes. Couvrez la crème d'un film pendant qu'elle refroidit et remuez-la de temps en temps pour qu'elle ne forme pas de croûte.
  9. Mélangez cette crème refroidie avec la pâte de spéculoos restante. Fouettez le jaune d’œuf avec un peu d'eau pour réaliser la dorure.
  10. Disposez le premier disque de pâte sur une plaque allant au four garnie de papier sulfurisé, puis passez un peu de dorure sur le bord.
  11. Versez la crème sur 1 cm d'épaisseur, déposez une fève et les poires. Posez ensuite le deuxième disque par-dessus et soudez les bords. Marquez le dessus en le quadrillant avec la lame d'un couteau, dans un sens puis dans l'autre.
  12. Couvrez le dessus de la galette de jaune d'œuf battu. Enfournez pour 30 à 40 minutes en surveillant bien la dorure. Laissez tiédir avant de déguster.
 

Carbonnade de légumes d’hiver

Aujourd’hui 15 novembre, c’est la fête du Roi en Belgique aussi appelée parfois fête de la Dynastie. La fête du Roi est une fête célébrée depuis 1866 le jour de la Saint-Léopold (nom des deux premiers et du quatrième rois de Belgique) dans le calendrier germanique. 
 
 
La famille royale assiste à cette occasion à une célébration religieuse, mais depuis l’an 2000 les autorités civiles organisent aussi une cérémonie laïque au palais de la Nation.
 
Cette date a aussi été choisie comme jour de fête de la Communauté germanophone en Belgique. C’est un jour férié pour une grande partie des fonctionnaires de l’état.
 
A cette occasion, je vous propose une recette populaire en Belgique et dans le nord de la France, la carbonnade flamande. Le mot «carbonnade » est issu du mot « charbon ». 
C’est un plat composé de morceaux de viande de bœuf, de porc ou de cheval mijotés dans une sauce à la bière, idéalement une brune belge ou du Nord-Pas-de-Calais. C’est un peu la cousine du bœuf bourguignon où le vin est remplacé par de la bière.
 
Quand il fait plus froid comme en ce moment, c’est le temps idéal pour se réconforter avec de bons ragoûts et des épices d’automne. 
Ça tombe bien, la carbonnade est souvent préparée avec du pain d’épices et un peu de cassonade! C’est un plat mijoté délicieux, et comme beaucoup d’autre plats mijotés, il est encore meilleur quand il est préparé la veille. 
 
 
Ayant diminué ma consommation de viande, j’ai eu envie de décliner une carbonnade de légumes. J’ai utilisé des légumes racine et des champignons, et ce fut un délice! On réalise alors que ce qui fait ce plat, c’est bien sa sauce et sa texture, car j’ai eu autant de plaisir à le manger qu’une version à la viande!
 
La carbonnade est généralement servie avec de bonnes frites au gras de bœuf, mais si vous êtes végétarien, vous préférerez bien sûr un autre type de cuisson pour vos pommes de terre.  
 

P.S. : Si vous aimez la cuisine du nord, découvrez également mon feuilleté au maroilles!

 
Carbonnade de légumes d’hiver

Portions : Pour 4 personnes

Carbonnade de légumes d’hiver

Ingrédients

  • 650 g de carottes 
  • 1 panais
  • 1 navet
  • 1 rutabaga
  • 250 g de champignons de Paris
  • 20 g de vergeoise
  • 1 bouquet garni
  • 75 cl de bière brune belge
  • 2 oignons rouges
  • 4 échalotes
  • 5 tranches de pains d'épices
  • 30 g de beurre
  • 3 c. à s. de moutarde
  • 15 cl d'eau
  • 1 cube de bouillon
  • 3 gousses d'ail
  • 1 c. à s. d'huile
  • 3 cl vinaigre de cidre
  • 1 c. à s. de farine
  • Sel

Instructions

  1. Épluchez les légumes et coupez-les en cubes de 2 à 3 centimètres de côté.
  2. Découpez grossièrement les oignons et les échalotes.
  3. Faites fondre le beurre et l'huile et faites suer les oignons dedans 10 minutes pour les ramollir. Ajoutez l'ail et les champignons en saupoudrant la vergeoise dessus, sur feu au minimum et à couvert, et prolongez de 5 minutes.
  4. Déglacez avec le vinaigre et laissez-le s’évaporer, puis mettez les légumes dans la cocotte, remuez.
  5. Mettez le feu au minimum. Singez en ajoutant la farine puis ajoutez le bouquet garni et recouvrir de bière et d'eau. Ajoutez le cube de bouillon, salez très légèrement.
  6. Recouvrez délicatement toute la surface avec le pain d'épices couvert de moutarde'. Laissez mijoter à couvert 1 heure 30 sans remuer, tant que le pain d'épices n'est pas fondu.

Gâteau carottes amandes

Aujourd’hui c’est mon anniversaire! Je ne vais pas vous demander de me chanter « Happy Birthday to you » je vous rassure, mais je voulais quand même faire un post sur ce sujet en ce jour!
 
Je suis assez partagée vis à vis de ce jour car je déteste vieillir! J’ai bien conscience que voir les années passer en étant en bonne santé est une chance, et c’est tout ce qui compte. Mais quand je pense à tout ce que je rêve encore de faire, je me dis qu’une seule vie ne suffira pas!
 
 
Quoi qu’il en soit, j’y travaille activement et notamment sur mon envie de voir le monde! J’ai pu cette année visiter quelque villes de France comme Cabourg, Tours, et Cognac, de Belgique comme Anvers et Nieuport et surtout de Roumanie où nous avons découvert Bucarest la capitale, mais aussi la Transylvanie avec les villes de Sinaïa, Brasov, et Bran, où se trouve le château qui a inspiré le célèbre livre Dracula.
 
J’espère continuer à faire de belles découvertes et j’en ai déjà une de taille qui va arriver très vite, car je vais m’envoler pour une semaine à San Francisco courant octobre! C’est pour un déplacement professionnel mais je piaffe d’impatience!
 
 
Tout ça pour dire que j’espère que cette année à venir sera aussi riche en  voyages, amitiés et bonne humeur que l’a été l’année qui vient de s’écouler!
 
Côté cuisine, cette année j’ai beaucoup végétalisé mon alimentation et cela donné lieu à quelques déconvenues notamment en pâtisserie, mais désormais je gère à peu près le sujet et on se régale en mangeant moins d’œufs et de produits laitiers. J’espère profiter l’année à venir pour continuer à m’améliorer, et développer un peu de technique supplémentaire en pâtisserie, ce n’est vraiment pas mon point fort… Tiens, je réalise que je n’ai pas de gâteau d’anniversaire à proprement parler à vous proposer d’ailleurs, je veux dire, pas de gâteau vraiment décoré ou élaboré pour marquer le coup. Je fais toujours des gâteaux très simples… Cela pourrait être un challenge pour mon anniversaire dans un an!
 

via GIPHY

Donc pour mon anniversaire, je vous propose bien sûr un gâteau, simplement l’un de mes favoris parmi tous. Il s’agit du gâteau à la carotte, il y en a déjà d’autres versions sur ce blog comme le gajjar halwa ou le gâteau à la carotte de l’automne, mais celui-ci, plus simple et à l’amande, est mon chouchou et en fait, le premier que j’ai découvert il y a bien longtemps! Nous le faisons régulièrement aux repas de famille et c’est un succès à chaque fois.

 
 
 
Gâteau carottes amandes

Gâteau carottes amandes

Ingrédients

  • 4 œufs
  • 180 g de sucre en poudre
  • Le zeste d'un citron
  • 300 g de carottes
  • 200 g de poudre d'amandes
  • 60 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 sachet de levure
    Pour le glaçage
  • Le jus d'1 citron
  • 65 g de sucre glace

Instructions

  1. Battez le jaune des œufs avec le sucre jusqu'à blanchiment du mélange.
  2. Ajoutez progressivement la moitié du jus de citron et le zeste entier, les carottes que vous aurez râpées, la poudre d'amandes, la farine, la pincée de sel et le demi sachet de levure.
  3. Après avoir bien mélangé, incorporez délicatement les 4 blancs montés en neige ferme.
  4. Versez dans un moule graissé et mettez 45 minutes dans le four préchauffé à 180°C.
  5. Après refroidissement, ajoutez le glaçage en étalant sur le gâteau le jus du demi citron qui vous reste, mélangé au sucre glace.
  6. Laissez durcir avant de servir.

Découvrez une recette de chaque pays de la coupe du monde!

Photo Jorge Figueroa @Flickr

Que cela vous plaise ou non, vous n’êtes pas sans ignorer que très bientôt, démarrera la coupe du monde de football.

Personnellement cela me laisse totalement presque indifférente. Je suis plutôt embêtée que la plupart des bars se sentent obligés d’allumer des écrans de télévision à cette occasion, je trouve cela très désagréable quand on veut boire un verre. En fait, je trouve que cela donne à  n’importe quel bar aussi cosy soit-il une ambiance de PMU! Quoi qu’il en soit, je ne fréquente plus trop les bars depuis que j’ai un enfant, donc ce n’est plus vraiment mon problème!
 

Mais s’il y a une chose qui me plaît pendant la coupe du monde, c’est de m’amuser à cuisiner en fonction des pays qui jouent les matchs! J’avais partagé pas mal de recettes à l’époque de la dernière coupe du monde, et j’ai voulu remettre le couvert cette année, mais puisque j’ai déjà pas mal de choix sur ce blog, je vous ai directement fait un récapitulatif! Vous trouverez donc ci-dessous une idée de recette pour chaque pays qui va jouer, afin de vous aider si vous voulez cuisiner à thème vous aussi! J’ai choisi majoritairement des recettes qui se grignotent sur le pouce, plus quelques plats et desserts pour compléter.

Bon appétit, ou plutôt bons matchs!

Europe

 

curry-wurst-2

Allemagne : curry wurst
Angleterre : pigs in blancket
Belgique : stoemp
Croatie : strukli
Danemark : ristet hot-dog
Espagne : poivrons farcis au thon
France : saucisson en brioche
Islande : pyslur
Pologne : twarozek
Portugal : arroz doce
Russie : salade Olivier
Serbie : très prochainement!
Suède : gubbrora
Suisse : croûtes appenzelloises

Afrique

 

Egypte : très prochainement!
Maroc : tajine kefta oeuf
Nigeria : shuku shuku
Sénégal : yassa de pois chiches
Tunisie : tajine végétarien

Amérique du Sud

 

bread-cheese-balls2

Argentine : empanadas de humita
Brésil : pao de queijo
Colombie : palitos de queso
Uruguay : chivito
Pérou : papas a la huancaïna

Asie & Océanie

goji-wanja-jorang

Arabie Saoudite : œufs durs épicés
Australie : bacon and eggs pie
Corée du Sud : boulettes goji wanja jorim
Iran : naan berenji
Japon : onigiri

Amérique du Nord, centrale et Caraïbes

 

flan-coco-3

Costa Rica : flan à la noix de coco
Mexique : panochas de maiz
Panama : très prochainement!

Spécialité de Belgique : Filet américain

Aujourd’hui, je vous propose une recette de chez moi ou presque! Le filet américain est, comme son nom ne l’indique pas, une recette belge, et par extension adoptée dans le nord de la France. Cette spécialité fait partie des incontournables de la gastronomie populaire de l’autre côté de la frontière, au même titre que les fameuses frites. D’ailleurs, il se déguste accompagné de frites maison et d’une bonne bière bien fraîche!
 
Le filet américain aurait été inventé en 1924 par un restaurateur nommé Albert Niels. Il était à l’époque réalisé à partir de viande de cheval, qui était abondante en Belgique. On faisait même frire les frites à la graisse de cheval en ce temps là. C’est une tradition encore perpétuée dans certaines friteries belges d’ailleurs. De nos jours, le filet américain est plus couramment composé avec du bœuf haché.
 
Si vous n’avez jamais goûté de filet américain, c’est un plat très proche du tartare français, mais il y a quelques nuances. La principale est qu’il contient de la mayonnaise. Cela lui donne une texture plus pâteuse, plus proche d’une sauce que le tartare français. Le filet américain est aussi relevé d’oignons finement hachés, de sauce Worcestershire et de câpres. On le sert idéalement accompagné de la bouteille de sauce Worcestershire, pour permettre à chacun d’ajuster l’assaisonnement. 
 
Ici dans le nord, tout le monde connait le filet américain, mais comme c’est censé être une spécialité du coin, je me demande si vous en consommez beaucoup dans les autres régions? Chez nous, on ne le consomme pas qu’au restaurant. Il constitue aussi une garniture de sandwich extrêmement populaire, le « pistolet à l’américain » comme on dit chez nos amis les belges (à ne pas confondre avec l’américain tout court, qui lui ne contient pas nécessairement de filet américain!). On trouve donc dans toutes les bonnes boulangeries des sandwiches au filet américain, et beaucoup de gens achètent des barquettes toutes faites au supermarché ou chez le boucher, qu’il ne reste plus qu’à tartiner sur du pain. 
C’est mon homme qui a décidé il y a quelques temps de se lancer dans la réalisation d’un vrai bon filet américain maison. Il a étudié et mixé de nombreuses recettes vues sur la toile, fait quelques tests et est arrivé à cette version qui nous a beaucoup plu. Ce n’est pas « la » recette classique de l’inventeur du filet américain, mais une version qui s’approche de nos goûts et de ce qu’on a pu goûter de meilleur ! Je doute notamment que la recette originale contienne de la sauce samouraï, mais elle donne un coup de fouet à l’ensemble qui est très sympa. A l’opposé de la barquette toute faite dans laquelle on a du mal à distinguer les ingrédients, celui-ci est un pur régal! 
 
Voici quelques infos si vous voulez vous lancer dans le filet américain. La viande doit être de première qualité et être préparée le plus tard possible avant le repas pour la garder bien fraîche. Les petits oignons au vinaigre et les câpres sont les petits secrets de fabrication qui vont donner du pep’s à l’ensemble. Ne prenez pas de mayonnaise toute faite pour cette recette mais une mayonnaise maison, c’est vraiment meilleur. Au passage, faites-en un peu plus et vous en aurez pour accompagner vos frites! 
 
 
P.S. : Pour un menu belge, complétez par cette délicieuse tarte au riz!
 
Spécialité de Belgique : Filet américain

Spécialité de Belgique : Filet américain

Ingrédients

    Pour la mayonnaise
  • 2 jaunes d’œuf
  • 2 c. à s. de moutarde
  • 15 cl d’huile de tournesol
    Pour le reste de la recette
  • 500 g de steak haché de bœuf
  • 2 échalotes
  • 1/2 oignon
  • 3 cornichons
  • 4 petits oignons pickles
  • 3 c. a s. de ketchup
  • 1 c. a s. de sauce samouraï
  • 1 c. à s. de paprika
  • 1 c. à s. de persil plat haché
  • 1 c. à s. de ciboulette hachée
  • 1 c. à c. de sauce Worcestershire
  • 1 c. à s. de câpres
  • Quelques gouttes de Tabasco
  • Sel, poivre

Instructions

    Pour la mayonnaise
  1. Battez les 2 jaunes d’œufs avec les deux cuillers de moutarde. Ajoutez petit à petit 15 cl d'huile de tournesol tout en battant au fouet.
    Pour le tartare
  1. Taillez grossièrement l'oignon et l’échalote. Mettez la viande dans le mixeur avec la mayonnaise et mixez pour bien mélanger, puis ajoutez les autres ingrédients en mixant jusqu’à ce que tout soit mélangé. Réservez au frais jusqu'au service.

Spécialité de Belgique : tarte au riz

Bien que j’en sois une grande fan, la bière n’est pas la seule spécialité que nous devons à nos amis les belges. Cette semaine, je vous propose de (re)découvrir un de leurs desserts. Ceux qui ont eu la chance de visiter la Belgique ou comme moi de vivre à proximité, connaissent sans doute la tarte au riz, ou « dorêye » en wallon liégeois, une spécialité de la province de Liège, plus précisément de Verviers. Cette ville francophone aurait donné naissance à cette tarte suite à l’introduction du riz au XVII ème siècle. Elle a fait la renommée de la ville et est est même défendue par une confrérie nommée « Vervi-riz ». D’ailleurs, l’authentique tarte au riz est faite avec du riz rond provenant des rizières de Verviers.
 
 
La tarte au riz est une pâtisserie consistante et très nourrissante, mais surtout très bonne ! C’est une recette qui donne envie de se resservir, tant pour sa gourmandise que son onctuosité. On la trouve dans presque toutes les boulangeries belges.
 
 
J’ai trouvé cette recette sur le blog de Guy, qui vit dans le nord comme moi et propose donc souvent des spécialités du coin comme la galette au Maroilles ou le pain d’chien. La tarte au riz est normalement réalisée à base de pâte levée mais pour gagner du temps, j’en ai fait une version à la pâte brisée. J’ai aussi végétalisé cette tarte pour en faire une version plus légère. Elle s’est avérée délicieuse telle qu’elle, avec un goût de vanille hyper présent et une texture bien crémeuse. Si vous voulez la version à la pâte levée, et plus traditionnelle, regardez chez Guy!
 
  
 
Spécialité belge : tarte au riz

Portions : 8

Spécialité belge : tarte au riz

Ingrédients

  • 1 pâte brisée
  • 30 cl de lait d'avoine
  • 3 c. à s. rases de fécule de maïs, soit 12 g
  • 50 g de sucre roux
  • 1/2 c. à s. d'huile de tournesol
  • 1 gousse de vanille
  •  
  • Pour le riz au lait :
  • 60 cl de lait d'avoine
  • 90 g de riz à dessert
  • 110 g de sucre
  • 1 pincée de cannelle

Instructions

    Pour le riz au lait
  1. Dans une casserole, faites bouillir le lait. Ajoutez ensuite le riz et la gousse de vanille préalablement fendue et les grains de vanille. Faites cuire le riz en remuant régulièrement jusqu'à ce qu'il soit légèrement croquant au centre, "al dente" en somme. Ajoutez le sucre, faites cuire encore 3 à 4 minutes. Retirez la gousse de vanille ( ne la jetez pas), versez ensuite le tout dans un récipient et réservez au frais pendant minimum 3 heures.  
  2.  
    Pour la crème pâtissière
  1. Portez le lait végétal à ébullition dans une casserole avec le sucre, l'huile et la gousse de vanille récupérée du riz au lait. Placez la maïzena dans un saladier et ajoutez-y peu à peu le lait bouillant en battant au fouet. Ajoutez la pointe de curcuma pour jaunir légèrement la préparation. Replacez la préparation dans la casserole et laissez épaissir sur feu doux en comptant 2 minutes à partir de l'ébullition. Laissez refroidir 30 minutes avant utilisation. Couvrez la crème d'un film pendant qu'elle refroidit et remuez-la pour qu'elle ne fasse pas de croûte. Une fois froide, conservez-la au frigo.
  2.  
    Pour la tarte
  1. Préchauffez votre four à 180°C
  2. Disposez votre pâte brisée dans votre plat à tarte couvert de papier sulfurisé. Ajustez bien les bords de votre pâte au plat et coupez si nécessaire.
  3.  
  4. Faites cuire votre pâte à blanc 15 minutes.
  5.  
  6. Sortez votre riz au lait du frais et ajoutez la crème pâtissière, mélangez délicatement.
  7.  
  8. Versez ensuite l'appareil de riz au lait dans la tarte, égalisez.
  9.  
  10. Enfournez pour 20 minutes, la tarte doit être dorée. Conservez la tarte au réfrigérateur jusqu'au service et dégustez-la bien froide !
 
Source d’inspiration :
http://guy59600.over-blog.com/2015/03/tarte-au-riz.html