Archives de catégorie : Zéro déchet

Comment réduire votre bilan carbone en cuisine?

 
Je continue ma série de conseils écolo et après mon post sur la réduction du plastique, je vous propose aujourd’hui de découvrir quelques points qui vont vous permettre de réduire facilement votre empreinte carbone en cuisine. Vous allez le voir, il ne faut parfois pas grand chose pour que nos gestes aient un impact positif sur l’environnement… Tentés ? C’est par ici!
 
 

Évitez les aliments qui viennent de loin

La majorité du CO2 que vous provoquez vient des aliments qui viennent de loin. Je ne dis pas que vous ne pourrez plus jamais manger une banane ou un avocat, mais manger un peu de plus de produits issus de vos producteurs locaux fera clairement du bien à la planète et aussi à l’économie de votre région!
 

Photo Tony Kennick @Flickr
 

Mangez de saison

Les fruits et légumes consommés hors saison nécessitent souvent de électricité pour leur apporter la lumière dont ils ont besoin pour grandir, et on augmente ici aussi fortement la facture en Co2, sans compter qu’ils demandent plus d’engrais et produits chimiques pour se développer.
 

Photo sophie @Flickr
 

Évitez les aliments transformés

Les aliments les plus transformés et raffinés sont aussi ceux qui demandent le plus d’énergie pour être produits. Que ce soit les biscuits apéritifs, les bonbons, les plats tout prêts, les nuggets ou autres… Limitez-les au maximum pour baisser votre dépense en Co2.
 

Photo Philip Choi @Flickr
 

Réduisez la viande

Une réduction de votre consommation de viande est un vrai plus pour l’environnement et pour votre santé. La diminution de la viande rouge dans votre alimentation est celle qui aura le plus d’impact, car la production de viande bovine est l’une des industries les plus polluantes qui soient. Mon conseil pour garder le même budget : achetez-en moins et prenez une viande élevée localement par un agriculteur travaillant dans une ferme à l’échelle humaine. Cela sera bon à la fois pour vous, pour la planète et encore une fois, pour l’économie locale.

Photo Kevin Doncaster @Flickr
 
Voilà mes gestes tout simples pour réduire le bilan carbone dans votre cuisine. Connaissez-vous d’autres gestes qui demandent peu d’efforts pour beaucoup de résultats?

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Que faire avec du persil?

Photo Phelyan Sanjoin @Flickr
 
Le persil, c’est bien simple, on peut en mettre partout ou presque. Mais voilà, on utilise souvent une petite quantité par ci par là, et on trouve parfois dans le commerce d’ÉNOOOORMES bouquets! Ils sont moins chers et plus écolos que les toutes petites barquettes plastiques dans lesquelles il y a 3 brins qui se battent en duel, donc je préfère largement prendre ces énormes bouquets. Mais ensuite, il faut tout utiliser, sinon l’économie n’a plus d’intérêt! Si ce phénomène vous arrive aussi parfois, voici mes idées pour utiliser une belle quantité de persil et ne plus jamais en gâcher!

Bien le conserver

Déjà, conservez le mieux possible votre persil. De toutes les méthodes que j’ai testées, la plus efficace m’a semblé être de mettre le bouquet entier dans un verre avec de l’eau et de le stocker au frigo.
 

Photo Kate Ter Haar @Flickr

Le congeler

La congélation du persil fonctionne assez bien. Vous pouvez le congeler dans un petit bocal déjà ciselé, ou encore en tiges entières que vous couperez une fois que vous l’aurez sorti du congélateur. Dans les deux cas, ne décongelez pas votre persil, il est tellement fin qu’il décongèlera naturellement en quelques secondes au contact des autres aliments.


Photo Glenn Fleishman @Flickr

Dans une une soupe/un velouté

Si vous avez un bouquet entier, faites-le avec des pommes de terre dans de l’eau (mettez les pommes de terre d’abord et le persil 5 minutes avant la fin de la cuisson), mixez, et vous obtiendrez une soupe divine. Si vous en avez moins, ajoutez-le simplement à n’importe quelle soupe 5 minutes avant de mixer, sa saveur relèvera l’ensemble à la perfection.

Dans un taboulé libanais

Le « vrai » taboulé, le libanais du moins, contient bien plus de persil qu’il ne contient de boulgour, c’est une façon délicieuse de liquider votre stock. Il vous en faudra 1 à deux bouquets suivant la quantité souhaitée. Il se réalise avec du persil plat, mais si vous avez du persil frisé à finir, ce n’est pas traditionnel mais ça reste tout à fait délicieux! 


Photo Giles Turnbull @Flickr

Dans un pesto de persil

Pour réaliser un pesto de persil, c’est tout simple, vous prenez une recette de pesto standard et vous mettez du persil à la place du basilic. C’est un pur délice, à utiliser dans des pâtes, sur des pommes de terre au four, sur des toasts avec du chèvre frais…

Photo poppet with a camera @Flickr

Dans une omelette

Vous pouvez réaliser une omelette dans laquelle vous mettez vraiment beaucoup de persil, c’est un délice, découvrez par exemple le koukou, originaire d’Iran!

Et vous, avez vous d’autres recettes qui permettent d’utiliser une grande quantité de persil d’un coup?

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Comment faire une bonne action gratuitement ou presque

Photo Stewart Black @Flickr
 
Nous avons tous envie de contribuer a un monde meilleur, mais parfois, nos propres soucis, notre budget limité ou notre manque de temps nous empêche de mettre en pratique ces actions que dans l’absolu, on aimerait faire. Aujourd’hui, je vous propose donc de mettre en place des mini actions que vous ne remarquerez presque pas, mais qui vous permettront d’agir concrètement pour la planète, les animaux, ou d’autres causes justes!
 

Arrêtez les œufs de poule élèves en cage

Choisissez des oeufs de poule issus de poules bio ou élevées en plein air, c’est la seule faon d’être sûr de leurs conditions de vie. Par la même occasion, arrêtez les œufs de caille, puisqu’il n’en existe actuellement pas (en grande distribution en tout cas) qui sont produits à partir de cailles élevées dans des conditions décentes. 
 

Photo Rob and Stephanie Levy @Flickr

Acceptez les micro-dons

De nombreuses entreprises proposent le micro-don. Le principe, arrondit le prix de votre a chat au montant inférieur, la différence étant reversée à une association. Par exemple, si vous achetez un article à 8.60, vous le payerez 9€ et les 40 centimes seront donc reversés. Cela ne se sent pas sur la note, mais à l’échelle de tous les clients, cela fait de belles sommes collectées.

 


Photo FoodBankCENC.org @Flickr

Donnez vos vieux objets

Plutôt que de jeter dès que vous ne voulez plus de quelque chose, mettez vos objets de côté et donnez-les aux associations qui en feront bon usage : Oxfam ou Emmaüs reprennent un peu de tout,  tandis que d’autres associations sont plus spécialisées dans les livres comme la bouquinerie du Sart pour les lillois, dans les jouets comme Ludopital, dans les lunettes comme lunettes sans frontières. Il existe une association pour récupérer à peu près tout et le redistribuer à ceux qui ont besoin, et cela ne vous coûte rien qu’un peu de temps!

 


Photo Janet McKnight @Flickr

Mettez un tote bag dans votre sac à main

Ce petit geste ne vous coûtera rien mais sera vraiment bénéfique pour la planète, puisqu’il vous permettra de refuser plus souvent les sacs plastique qu’on propose en caisse des magasins.


Photo storebukkebruse @Flickr

Donnez vos tickets resto périmés

Si vous avez du mal à finir vos tickets restaurant en fin d’année, ou si vous en retrouvez quelques un au fond de votre sac à main le 2 janvier, pas de panique! Sachez qu’ils peuvent être envoyés à Action contre la faim. Cela évite qu’ils soient gâchés et permet de nourrir des personnes qui en ont besoin. Ce don est même déductible des impôts, alors pourquoi se priver? Découvrez le principe en détail en cliquant ici.

Choisissez des cosmétiques cruelty free

Il existe des dizaines de choix en matière de cosmétiques, mais certains sont plus respectueux des animaux que d’autres. repérez le logo « cruelty free » ou une phrase indiquant que le produit n’ pas été testé sur des animaux sur les emballages et vous saurez que vous pouvez acheter votre produit avec bonne conscience. Ces produits plus respectueux ne sont même pas plus chers alors pourquoi se priver?


Photo Heather Kennedy @Flickr

Gardez vos chaussettes dépareillées

Lors que vous avez des chaussettes dépareillées ou trouées, ne les jetez plus! Certaines associations les récupèrent, comme chaussettes dépareillées. A Lille, une association les collecte à la boutique Oxfam, il est facile de les déposer en faisant son shopping dans le centre ville.


Photo StarsApart @Flickr
 
Et vous, avez-vous d’autres techniques pour faire des petits gestes, malgré un budget restreint ou le manque de temps?
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Comment tout recycler ou presque en cuisine?

Source Rick Ligthelm @Flickr
 
Notre planète croule sous le poids des déchets, nous le savons tous, et pourtant il n’est pas toujours facile de savoir quoi faire pour réduire le volume de nos poubelles! S’il faut garder en tête que le meilleur moyen de réduire les déchets, c’est de ne pas les créer, et donc ne pas acheter de choses inutiles, jetables, ou à la durée de vie limitée comme les produits « cheap » qui s’abîment en moins de deux, cela n’est pas toujours possible malheureusement!
 
Aujourd’hui, je vous propose donc mes idées pour mieux jeter, réutiliser ou recycler les déchets qui peuvent venir de votre cuisine. Si j’ai oublié des choses ou si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à m’en faire part pour que j’enrichisse ce récapitulatif que je compte maintenir à jour!
 
 

Les légumes

Un petit reste de légumes cuits ou crus
 
Dans une omelette, des pâtes, mélangé à une bolognaise maison…
Le congeler pour plus tard
En compost
Les épluchures de légumes
Les congeler jusqu’à en avoir assez, puis les utiliser pour faire un bouillon
En compost
Les trognons, feuilles abîmées des choux, salades…
Les congeler jusqu’à en avoir assez, puis les utiliser pour faire une soupe, avec d’autres légumes
 

Source Jeremy Keith @Flickr

Les fruits

Un petit reste de fruits cuits ou crus
 
 
Dans une compote, un gâteau, sur un yaourt
Le congeler pour plus tard
Les épluchures de fruits
Les congeler jusqu’à en avoir assez, puis les utiliser pour faire une infusion
En compost
En infusion avec du sirop d’érable
Les épluchures d’agrumes
Dans le lave-vaisselle en désodorisant


Source Nathalie  @Flickr

La boulangerie et les biscuits

Du pain dur, des viennoiseries séchées
 
 
Dans un pudding
En croûtons dans une soupe
Mixés pour faire une chapelure
De vieux biscuits ramollis ou séchés
Émiettés pour faire un crumble
Émiettés dans votre muesli ou granola

 


Source Loren Kerns @Flickr

Les boissons

Un sachet de thé
Directement sur les plantes en pot ou dans le jardin en engrais
Du marc de café
 
Directement sur les plantes en pot ou dans le jardin en engrais
En gommage pour la peau
De l’eau (un verre non terminé par exemple)
Sur les plantes
Du cola éventé
 
Pour détartrer (les robinets par exemple)
En cuisine dans les carottes au coca
Du vieux vin
Congelé en petites portions pour l’utiliser en cuisine

 


Source Tracy Hunter @Flickr

Les contenants

Un bocal
 
 
Réutiliser comme contenant pour vos épices, pâtes, confitures
Réutiliser comme contenant pour vos aliments à congeler ou pour vos petits restes
Le ramener en boutique zéro déchet
Une boite de conserve
 
En bocal pour conserver les amandes, le cacao… (Il existe des couvercles spéciaux réutilisables)
Pot pour une plante, pour des crayons
Une boite à oeufs
 
En petits pots pour vos semences
La ramener en boutique zéro déchet ou biocoop vendant les oeufs à l’unité

Source How can I recycle this @Flickr

La vaisselle

De la vaisselle dépareillée
 
 
La donner sur un site de don
La donner à une association
La ramener à son travail pour l’espace repas

Source Joel Kramer @Flickr

L’électro ménager

Un appareil défectueux
Contacter un réparateur plutôt que de racheter du neuf immédiatement
Un appareil qui fonctionne encore dont vous ne voulez plus
Le donner sur un site de don
Le donner à une association
 
Source jonobacon @Flickr
 
Voilà, ce n’est que le début de ce qui pourrait devenir une très longue liste d’idées, avez-vous d’autres petits trucs liés à la cuisine pour jeter moins? N’hésitez pas à me les donner pour que j’enrichisse ce tableau.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Comment fêter la Chandeleur en mode zéro déchet?

La chandeleur approche! J’aime beaucoup cette petite fête qui promet un accueil enthousiaste des petits comme des grands. Qui n’aime pas se régaler d’une dizaine de bonne crêpe? Je vous parlais il y a quelques temps de mes idées pour une chandeleur originale, et aujourd’hui je vais compléter cet article par un autre qui me tient à cœur : comment réduire ses déchets en organisant une chandeleur zéro déchet?
 
Si vous aussi, vous essayez de réduire le poids de votre poubelle et de consommer des produits qui génèrent moins d’emballages, ce petit guide est pour vous!
 

La pâte à crêpes

La pâte à crêpes est par définition plutôt zéro déchet puisqu’elle se réalise à partir d »ingrédients très basiques et disponibles sans emballages comme les œufs, le lait, la farine. Si vous arrivez à tous les acheter en vrac, vous avez tout bon! Il existe aussi des recettes de pâtes à crêpes sans œufs, au lait végétal ( à réaliser maison pour éviter les emballages), à l’eau… Je réalise la majorité du temps une pâte à la bière, c’est la faute de mes origines du nord! J’en profite alors pour utiliser des fonds de bière éventée. Si vous avez du petit-lait à écouler, il passera aussi parfaitement dans votre pâte à crêpes. Je vous conseille de réaliser une pâte à crêpes nature afin qu’elle convienne aussi bien aux crêpes salées que sucrées, cela facilitera l’utilisation des restes!

Les garnitures salées

On a l’embarras du choix pour les garnitures salées : aux champignons, au fromage, à la bolognaise… Tout est possible! Pour réaliser des crêpes salées vraiment écolo, choisissez simplement vos ingrédient en vrac, et de saison en ce qui concerne les légumes utilisés. Exit les tomates ou les courgettes dans les crêpes à la chandeleur donc… Mais les champignons, les courges ou les carottes sont les bienvenues! Vous pourrez sans doute trouver des idées en regardant du côté de votre congélateur, car les crêpes salées sont une recette fourre-tout parfaite pour y glisser les petits restes en tous genres.

Les garnitures sucrées

Le problème avec les garnitures sucrées, c’est qu’on a tendance à vouloir faire dans la profusion, la surenchère, et ça c’est tout sauf zéro déchet! Si vous aimez comme moi avoir du choix pour garnir vos crêpes sucrées et proposer à table confitures, sucres et pâtes  tartiner en tous genres, essayez de vous limiter à quelques basiques. Les sucres et cassonades en tous genres sont disponibles en vrac et vous devez déjà avoir du choix dans vos placards. Pour les confitures et pâtes à tartiner, privilégiez aussi celles qui dorment dans vos placards, ou achetez-en en petites quantité et en bocaux en verre uniquement. De mon côté, j’essaye chaque année d’écouler ce qui traîne dans mes placards et en complément je réalise une recette maison, une seule, comme un caramel au beurre salé, une pâte à tartiner aux noisettes… Ajoutez pourquoi pas des dés de fruits dans vos crêpes, et vous obtiendrez quelque chose de très sympa!

 Photo Abi Porter@Flickr

 

Les restes de crêpes

Une fois votre soirée crêpes finie, pas question de gâcher. Il va sans doute vous rester des crêpes car il est difficile d’estimer précisément la quantité que l’on va manger. Dans ce cas, congelez-les ou utilisez-les rapidement. Vous pourrez par exemple faire un gâteau de crêpes, ou des breakfast crêpes si vous avez un brunch prévu. Vous pouvez aussi les utiliser pour faire une galette saucisse, ou encore en brochettes pour l’apéro ou en ficelles picardes.

Et vous, vous aimez préparer vos crêpes comment? Vous avez d’autres idées pour les réutiliser?

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Comment réduire le plastique dans vos vies?

Photo moonjazz @Flickr
 
Ces dernières années, le plastique est devenu l’ennemi numéro 1 public. Bien qu’il ait ses avantages, ce dernier est coupable de polluer nos coins de verdures et nos océans… Pire, à une échelle quasi microscopique, celui-ci s’insinue dans à peu près tout ce que nous consommons et est quasiment impossible à faire disparaître totalement! S’il est difficile de le supprimer totalement de nos vies, il est possible de réfléchir à moins et mieux l’employer! Ci-dessous, je vous partage mes conseils pour facilement en faire disparaître une belle quantité de votre vie.
 
 

Refusez les sacs plastique

 
On a tendance à dire qu’ils sont désormais interdits, que ce n’est plus un problème, mais dans les faits, il y a encore de nombreux magasins qui écoulent leurs stocks et notamment les petits magasins de quartier. Prévoyez toujours un tote bag et refusez les sacs à usage unique qu’on vous propose. Dans les grandes surfaces, les fruits et légumes sont désormais proposés dans des sacs faits à base de maïs, mais attention, ce n’est pas la panacée. Leur production demande une énorme consommation énergétique, et en plus, une grande partie de ceux ci contiennent une infime quantité de plastique qui fait que certes ils se décomposeront, mais ils diffuseront un peu de plastique dans la nature. De plus, ils ne décomposent que dans un circuit adapté, et si vous les jetez dans les poubelles non recyclables classiques, il y a fort à parier que dans 10 ans, il ne seront toujours pas dégradés.
 
Photo zeevveez @Flickr

Achetez des fruits et légumes sans emballages

Entre es produits à acheter au poids et ceux qui sont déjà dans un emballage plastique et donc pré-pesés, par 500 g, 1 kg… privilégiez au maximum ceux au poids. Non seulement cela vous permettra d’utiliser moins d’emballage mais aussi d’acheter la juste quantité de fruits ou légumes qu’il vous fait. Pour mettre vos fruit et légumes, certaine enseignes proposent des sacs en papier, d’autres des sacs en plastique compostable (à base de fécule), d’autres encore vous autorisent à prendre  vos propres contenants, c’est encore le mieux. Si vous êtes obligés de prendre des sacs, sous réserve de ne pas les abîmer, vous pourrez les ramener la fois suivante et les utiliser plusieurs fois. Il est parfois sidérant de voir comment certaines enseigne suremballent leurs fruits et légumes, par exemple, ils mettent un seul avocat dans une barquette avec un autocollant « mûr à point « , ou deux bananes dans une barquette, ça ne sert à rien et en évitant de les acheter, les enseignes finiront peut être par se décider à arrêter de le faire. Malheureusement, quand on veut bien manger, la majorité des enseignes suremballent précisément les produits bio! La solution est alors d’aller acheter vos fruits et légumes bio chez le primeur, le fermier local ou en boutique bio, qui eux ne pratiquent pas le suremballage.


Photo Euro Slice @Flickr

Prévoyez vos accessoires pour le bureau

En une année, sans s’en rendre compte, ce sont des dizaines de gobelets et de couverts en plastique que l’on utilise au travail. On peut éviter tout cela très facilement en amenant de vieux couverts de chez soi au bureau!   Ajoutez à cela une gourde, un verre et une serviette en tissu, et vous êtes prêts. Il vous suffit de les laver chez vous le soir si vous n’avez pas tout le nécessaire pour le faire directement sur votre lieu de travail. Personnellement je remplis chaque matin ma gourde, en même temps que je prépare mon plat à réchauffer au bureau. J’ajoute la vaisselle nécessaire si je sais qu’il va me manquer quelque chose. 


Photo Thejas Panarkandy @Flickr

Évitez les plats cuisinés

Les plats cuisinés sont généralement emballés dans du plastique, ou tout au moins couvert d’un opercule en plastique. Il y a en plus un suremballage carton qui n’apporte rien. Si on ajoute que ces plats ne contiennent pas grand chose de bon pour vous, il y a tout à gagner à diminuer leur consommation.

Achetez moins de surgelés

La surgélation a de nombreux avantages et notamment celui de permettre d’avoir d’avancer des fruits et légumes sains prêts à cuisiner. Lorsqu’on a peu de temps, c’est une bonne façon de réussir à manger de façon équilibrée, mais malheureusement, ils sont la plupart du temps emballés du plastique. Privilégiez donc ceux qui sont emballés dans du carton, ou réalisez vous-mêmes vos surgelés à partir de fruits et légumes frais. Vous pouvez par exemple émincer une belle quantité d’oignons ou de poivrons d’avance, ou couper du chou-fleur en bouquets et le conserver pour un futur gratin. Cela vous coûtera moins cher, ce qui ne gâche rien!
 

Photo Mitch Kasanami @Flickr
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Le kit de base du zéro déchet

Photo torbakhopper @flickr
 
Vous le savez (ou pas), depuis quelques temps je me suis engagée dans une démarche globale de réduction de mes déchets domestiques. Je ne suis pas parfaite, loin de là et il y a sans doute des dizaines de gens qui génèrent moins de déchets que moi. Cependant, j’ai pu constater que mes efforts ne sont pas vains et que mes poubelles sont bien plus vides qu’avant! 
  
 
Aujourd’hui, je vous partage mes conseils sur les premiers équipements de base à prévoir si vous voulez franchir le cap du zéro déchet. Vous allez voir, il ne faut franchement pas grand chose pour débuter! 
 

Des sacs cabas

C’est sans doute évident , la base de tout est de ne plus accepter de sacs lors de vos courses, et pour ça il vaut mieux avoir quelques cabas et sacs en tissu d’avance. 

 


Photo The Co-op Group @flickr

Des bocaux

Ici, pas besoin d’investir, il vous suffit de commencer à laver et enlever les étiquettes des prochains bocaux que vous terminerez. Essayez d’avoir un assortiment avec des tailles différentes. Les gros bocaux comme ceux de compote ou de cornichons sont pratiques pour stocker les féculents et les légumineuses, les plus petits seront parfaits pour les épices, les condiments…

 


Photo Denise Krebs @flickr

Des bouteilles en verre

Gardez quelques bouteilles en verre comme par exemple celles des jus de fruits et lavez-les. Elles vous serviront pour stocker vos liquides comme les jus maison, les soupes, les huiles… Ou encore, elles peuvent vous servir de gourde, de carafe, ou de bouteille pour avoir de l’eau  disposition dans votre chambre.

 


Photo Celeste Lindell @flickr

Un entonnoir large

Les petits entonnoirs sont pratiques pour les liquides, mais pour verser vos céréales, pâtes et riz dans vos bocaux, un entonnoir à embout large vous rendra de grands services!

Un marqueur

 
Il vous sera simplement utile pour annoter vos bocaux : ne croyez pas que vous souviendrez de tout! Difficile de différencier un riz rond d’un riz à risotto, ou une farine complète d’une semi complète! Il m’est arrivé de cuisiner des truc un peu au hasard simplement parce que je n’arrivais plus à reconnaître le contenu du bocal, alors ne faites pas la même erreur que moi!
 
Voilà, c’est tout ce qu’il vous faudra pour démarrer dans le monde du zéro déchet. Rien de plus simple hein? Et vous, vous achetez déjà vos courses en vrac? Cela vous tente?
 
 
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Comment organiser des fêtes de fin d’année plus éthiques?

Source Marco Verch @Flickr
 
A l’approche des fête de fin d’année, je vous propose aujourd’hui de réfléchir à comment organiser des fêtes plus équitables! Hé oui en ces périodes de fête, on pense bien sûr à faire plaisir à son prochain, à nos amis, nos enfants… Mais si on peut en plus penser à notre planète et à ceux qui nous entourent, c’est encore mieux! En cherchant un peu, il n’y a rien de bien contraignant à faire pour cela, alors pourquoi s’en priver?
 
Suivez mes petits conseils pour des fêtes vraiment responsables!
 

Évitez la vaisselle et les serviettes jetables

 
Si vous manquez de plats ou de vaisselle, demandez à vos invités d’amener ce qui manque. Pour les serviettes, investissez dans de belles serviettes en tissu assez neutres (on évite les bonhommes de neige) pour qu’elles puissent resservir à toutes les occasions. C’est bien plus joli et économique sur le long terme!
 

Ralentissez sur le foie gras

 
Je sais que je vais en perdre plus d’un là-dessus, c’est une institution des fêtes mais nous sommes plus nombreux chaque année à arrêter d’en consommer ou à ralentir notre consommation à cause de la technique du gavage. La bonne nouvelle pour les accros, c’est que celle-ci n’est pas obligatoire pou obtenir un foie gras, et certaines fermes, malheureusement rares, arrivent désormais à produire du foie gras sans gaver les oies, c’est à dire en les laissant simplement se nourrir plus pour l’hiver et donc se « gaver » elles-mêmes et sans souffrance. Pour ceux qui en trouveront c’est le top car en plus ces foie gras sont, dit-on, délicieux! De mon côté, je n’en achèterai tout simplement pas, il y a bien d’autres mets qui me plaisent plus pour les fêtes.
 
Source Frédéric BISSON @Flickr

Adoptez un calendrier de l’avent réutilisable et zéro déchet

 
Plutôt que d’acheter un calandrer de l’avent plein de plastique, achetez un très beau calendrier en bois que vous réutiliserez chaque année, ou cousez en un avec de jolies chutes de tissu. remplissez-les de sucreries zéro déchet ( chocolats achetés au poids sans emballage) et le tour est joué!
 
Source whatleydude @Flickr

Envisagez des cadeaux plus écolos

 
Je ne parle pas forcément d’offrir des gourdes ou des shampoings solides à toute vitre famille ( encore que, pourquoi pas!), mais d’envisager d’autres options : les cadeaux d’occasion, si les personnes que vous fréquentez l’acceptent, ou mieux, les cadeaux immatériels: offrez du temps ensemble, comme un week-end en famille, un resto… ce sont de bon souvenir que vous créerez et cela risque de plaire encore plus à vos amis que des attrape poussière!
 

Achetez localement

 
A défaut d’arrêter de consommer, prenez le temps d’acheter localement pour cette fête. Souvent, à la dernière minute, on panique, on se dit qu’on aura plus vite fit de finir dans un centre commercial énorme où tout est à portée de bras, mais c’est juste un véritable enfer! En anticipant un peu, vous pouvez acheter vos légumes chez le primeur, vos cadeaux chez des petits libraires ou boutiques indépendantes, vos objets de déco au marché de Noël de votre ville… Le shopping devient alors un pur moment de plaisir, et votre argent ira dans la poche de petits commerçants plutôt que d’enrichir des chaines.
 
Source RubyGoes @Flickr

Pensez aux autres

 
En cette période de grand faste, on peut certes se faire plaisir, mais on n’est pas obligé d’oublier les autres pour autant. cette période est idéale pour faire preuve de charité. Si vous avez des enfants vous pouvez leur proposer quelques mois avant les fêtes de faire le tri pour faire de la place aux nouveaux jouets. Ceux en très bon état peuvent être donnés à des associations qui les distribuent comme Ludopital ou les vendent comme Oxfam, dont les bénéfices permettent d’agir contre les injustices et la pauvreté au niveau mondial.
 
Source Dhilung Kirat @Flickr
 
Et vous, pensez-vous à l’éthique lorsque vous réparez le fêtes de fin d’année? Si oui, avez-vous d’autres idées?
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Locavores : mode ou réel bienfait ?

De plus en plus d’entre nous essaient de favoriser les achats de produits locaux, et notamment de fruits et légumes. Mais au final, qu’est ce que cela implique vraiment, et quels sont les avantages réels à être locavore ? Est-ce un phénomène de mode ou une véritable lame de fond ? Dans cet article, je vous présente les 5 principales raisons selon moi de passer à une alimentation de proximité.

Les produits cultivés localement sont plus frais et plus savoureux

Les aliments cultivés localement ont généralement plus de goût, les récoltes étant cueillies à leur apogée lors de leur saison naturelle. Ce sont des aliments qui ont mûri à la lumière du soleil et non sous des lampes au beau milieu d’une serre ou dans les cales d’un bateau, et ça, ça se ressent forcément sur leur goût !
 

La nourriture locale est meilleure pour vous

Plus le délai entre la ferme et votre table est court, moins les aliments perdent leurs qualités nutritionnelles. Les aliments qui viennent de loin ont voyagé dans des camions ou des avions et ont patienté dans des entrepôts avant d’arriver en magasin. Ils sont mécaniquement plus anciens que ceux de votre coin, et donc moins riches en vitamines et autres nutriments !

Les aliments locaux favorisent la variété

Dans le système agricole moderne, les variétés de fruits et légumes sont choisies pour leur capacité à mûrir de manière uniforme, à résister à la récolte, à l’emballage et aux transports et à se garder longtemps, de sorte que le choix génétique s’en retrouve limité. En revanche, les petites exploitations locales cultivent souvent de nombreuses variétés différentes pour couvrir une large plage de récolte, et pour proposer les meilleures saveurs.

Manger local, c’est soutenir les agriculteurs et les producteurs

Une alimentation locale soutient évidemment l’économie locale. Les prix de rachat que les agriculteurs obtiennent lorsqu’ils revendent leurs produits à l’industrie alimentaire ou à la grande distribution sont bas, souvent proches du coût de production. Les agriculteurs qui vendent directement aux consommateurs éliminent les intermédiaires et obtiennent donc le prix de détail intégral de leurs aliments, ce qui aide les familles d’agriculteurs à rester sur leurs terres !
En achetant aux agriculteurs locaux, vous contribuez à faire en sorte qu’il y ait toujours des fermes demain. Pour ceux qui veulent faire leurs courses localement sans avoir à faire la tournée des commerces et des marchés, il existe des sites qui vous permettent d’être livrés par des producteurs locaux, comme la Ruche qui dit Oui en Île-de-France, qui permet de se fournir chez plusieurs producteurs en même temps et de tout recevoir chez vous 2 heures après. Fruits, légumes et même viandes, miel et fromages !
 

Les aliments locaux ont moins d’impact sur l’environnement

Soutenir les productions locales signifie généralement moins d’énergie dépensée, d’émissions de CO2 et de kilomètres effectués par notre nourriture. L’industrie alimentaire mondiale a un impact négatif sur notre planète et notre économie, en polluant nos ressources en eau, en air et nos sols, en provoquant l’érosion et en éliminant la faune locale à cause de l’utilisation de pesticides et d’engrais synthétiques.
Les exploitations locales plus petites agissent souvent de façon plus responsable et mettent en œuvre des méthodes agricoles durables qui favorisent des écosystèmes plus sains. Ils mettent souvent en place l’utilisation réduite de pesticides, le compostage, la culture alternée, et bien sûr, de faibles émissions liées aux transports plus courts de la marchandise.

Mon expérience sur l’achat de produits auprès de producteurs locaux

Tout ce que je vous ai dit ci-dessus est vrai, mais cela reste de grands principes théoriques ! Bien sûr, je ne vous parlerai pas de tout cela si moi-même je n’achetais pas régulièrement mes produits auprès de producteurs locaux. Donc au-delà de la bonne intention que cela représente, je peux aussi vous dire ce qu’il en est réellement. Et globalement : tout est vrai !

De la fraîcheur !

D’abord, les produits sont clairement plus frais.

Je le constate à chaque fois, déjà simplement parce qu’ils sont beaux (je ne parle pas de leur forme régulière, mais de leur aspect : peau lisse et non flétrie, légumes sans coups…), les feuilles sont en général bien fraîches, et ensuite, ils se gardent 2 fois voire 3 fois plus longtemps que ceux que j’achète au supermarché ! C’est bien simple, les fruits et légumes que j’achète au supermarché doivent être consommés dans les 2 à jours maximum, alors que ceux que j’achète auprès de producteurs locaux sont encore beaux après une semaine dans mon frigo ! Cherchez l’erreur… Il n’y en a pas, c’est juste logique !

Des prix plus justes

Ensuite, au niveau du prix, c’est frappant également. On pourrait penser que c’est la centrale d’achat des supermarchés et hypermarchés qui fait pression sur les producteurs pour leur faire baisser leurs coûts, et c’est vrai ! Mais ils ne le font que pour mieux ajouter leur marge ensuite, donc au final, ce n’est pas moins cher pour nous les consommateurs. Les achats réalisés après de producteurs locaux, tout en n’étant pas spécialement plus chers, permettent de rémunérer beaucoup mieux les fermes chez qui vous achetez.

De la variété

Au niveau des variétés c’est pareil, on pourrait penser que de petits producteurs n’ont pas les moyens de produire de la variété, mais c’est tout le contraire, et on a un super choix de variétés anciennes, inconnues, oubliées… De quoi vraiment renouveler ses repas et changer un peu des patates basiques et des carottes orange ! Et c’est pareil dans tous les domaines : fromages du coin, yaourts, bières artisanales… Vous trouvez un choix de produits vraiment bons et différents de ceux que l’on connaît actuellement !

Conclusion

Bref, vous aurez compris que de mon côté, je suis conquise ! Je vous parle régulièrement de mon envie de faire plus pour notre planète… Hé bien là, c’est à la fois pour notre planète et pour les producteurs qui nous entourent, ça profite à tout le monde !

Et vous, il vous arrive d’acheter local ou pas du tout ? Si oui, par quel biais le faites-vous ? Êtes-vous contents de la qualité des produits que vous achetez ? Ave-vous une expérience à partager sur le sujet ? C’est à vous !
 
Sources
Sheila Sund @Flickr
ilovebutter @Flickr
Juha Kinnunen @Flickr
Alice Henneman @Flickr

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Que faire avec du caramel au beurre salé?

Avis aux gourmands, aujourd’hui on parle caramel au beurre salé! Quand je pars en vacances en Bretagne et que je vois cette petite merveille à l’état pur dans les petites épiceries artisanales, je ne peux pas m’empêcher d’en ramener un (ou plusieurs ) pots pour me régaler à la maison.
 
Il m’arrive aussi de me lancer dans sa réalisation maison… Mais ensuite, je me demande parfois ce que je vais en faire. Je ne me vois pas tout manger à la cuiller ( bien que j’en sois capable, il faut « savoir raison garder » comme dirait Aristote, à moins que ce ne soit de maître Yoda… Hihi), alors il me faut des idées pour l’utiliser et varier les plaisirs.
 
Si comme moi vous avez parfois un pot complet ou entamé de caramel au beurre salé qui dort chez vous, voici quelques idées pour l’utiliser.
 
Et vous, vous utilisez comment votre caramel au beurre salé?

 

Sur des crêpes, gaufres 

Dans un tiramisu

tiramisu-caramel-beurre-sale-2

 

Dans un crumble

crumble-pomme-beurre-sale-3

Dans un gâteau pommes caramel

Dans des crèmes vanille caramel

Dans des muffins

cupcake-caramel-beurre-sale5

Dans un poke cake

caramel-poke-cake

Dans un dutch baby

dutc-baby-pomme-caramel-2

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0