Archives par mot-clé : sandwich

Toasts au brie et à la grenade séchée

Le soir, j’aime réaliser des repas rapides, copieux et réconfortants à la fois. Oui oui, rien que ça! Donc, souvent, cela finit en tartine au four, un de mes repas « joker » ! Je trouve que c’est un plat parfait, gourmand à souhait et qui ne prend que quelques instants à préparer. Il suffit d’y ajouter une soupe ou une salade, et on obtient un repas complet et plutôt sain. Aujourd’hui, ces fameuses tartines au four se composent de brie et de grenade séchée, déposées sur des ronds de baguette aux céréales.
 
 
Ce n’est pas un mariage ordinaire, mais je dois dire qu’il m’a ravie! Je dirais même mieux, cette tartine est incroyablement facile à faire et vraiment délicieuse. Vous n’avez pas de brie sous la main? Substituez-le par du camembert ou du coulommiers, et c’est parti! 
 
 
Je pense que la clé du succès de cette tartine est le mélange du fromage salé avec le côté subtilement sucré des grenades. J’ai obtenu les grenades séchées dans une box que j’avais reçue il y a un certain temps. Elles se saupoudrent sur les salades, les gratins, les sandwiches, on peut en mettre partout en fait! J’ai vraiment adoré les utiliser, à tel point que je vais devoir me lancer dans la recherche de graines de grenades séchées pour refaire mon stock! Si vous n’en avez pas, je pense que vous pouvez les substituer par des graines de grenade fraîche, ou par de la figue coupée en tout petits dés.
 
J’ai réalisé cette recette pour moi toute seule, j’ai compté quatre rondelles de baguettes parce que j’avais une bonne soupe pour aller avec. Vous pouvez en faire plus par personne si vous avez très faim, ou alors n’en faire qu’une par personne mais le servir plutôt comme une entrée. Êtes-vous prêts à tester cette tartine? Parce qu’elle est tout bonnement délicieuse!
 
P.S. : SI comme moi vous adorez le brie, essayez le brie aux truffes
 
Toasts au brie et à la grenade séchée

Quantité ou nb de personnes: 4 toasts

Ingrédients

  • 4 rondelles de baguette aux céréales
  • 40 g de brie tranché en 4
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
  • 1 c. à c. de sirop d'agave
  • 1 c. à s. de graines de grenade séchées
  • 1 c. à s. de ciboulette ciselée
  • 1 noix de beurre
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Préchauffez le four à 180°C.
  2. Coupez la baguette en 4  rondelles. Tartinez les rondelles avec le beurre.
  3. Déposez le fromage sur chaque rondelle.
  4. Mettez les toasts à cuire 5 à 10 minutes, jusqu’à ce que le fromage soit fondu.
  5. Pendant ce temps, mélangez l'huile, le vinaigre, le sirop d'agave, le sel, le poivre dans un bol.
  6. Quand le fromage est fondu, sortez les toasts du four Saupoudrez-les de graines de grenade séchées, de ciboulette ciselée, de vinaigrette, et remettez un tour de moulin à poivre.
 

Spécialité de Belgique : Filet américain

Aujourd’hui, je vous propose une recette de chez moi ou presque! Le filet américain est, comme son nom ne l’indique pas, une recette belge, et par extension adoptée dans le nord de la France. Cette spécialité fait partie des incontournables de la gastronomie populaire de l’autre côté de la frontière, au même titre que les fameuses frites. D’ailleurs, il se déguste accompagné de frites maison et d’une bonne bière bien fraîche!
 
Le filet américain aurait été inventé en 1924 par un restaurateur nommé Albert Niels. Il était à l’époque réalisé à partir de viande de cheval, qui était abondante en Belgique. On faisait même frire les frites à la graisse de cheval en ce temps là. C’est une tradition encore perpétuée dans certaines friteries belges d’ailleurs. De nos jours, le filet américain est plus couramment composé avec du bœuf haché.
 
Si vous n’avez jamais goûté de filet américain, c’est un plat très proche du tartare français, mais il y a quelques nuances. La principale est qu’il contient de la mayonnaise. Cela lui donne une texture plus pâteuse, plus proche d’une sauce que le tartare français. Le filet américain est aussi relevé d’oignons finement hachés, de sauce Worcestershire et de câpres. On le sert idéalement accompagné de la bouteille de sauce Worcestershire, pour permettre à chacun d’ajuster l’assaisonnement. 
 
Ici dans le nord, tout le monde connait le filet américain, mais comme c’est censé être une spécialité du coin, je me demande si vous en consommez beaucoup dans les autres régions? Chez nous, on ne le consomme pas qu’au restaurant. Il constitue aussi une garniture de sandwich extrêmement populaire, le « pistolet à l’américain » comme on dit chez nos amis les belges (à ne pas confondre avec l’américain tout court, qui lui ne contient pas nécessairement de filet américain!). On trouve donc dans toutes les bonnes boulangeries des sandwiches au filet américain, et beaucoup de gens achètent des barquettes toutes faites au supermarché ou chez le boucher, qu’il ne reste plus qu’à tartiner sur du pain. 
C’est mon homme qui a décidé il y a quelques temps de se lancer dans la réalisation d’un vrai bon filet américain maison. Il a étudié et mixé de nombreuses recettes vues sur la toile, fait quelques tests et est arrivé à cette version qui nous a beaucoup plu. Ce n’est pas « la » recette classique de l’inventeur du filet américain, mais une version qui s’approche de nos goûts et de ce qu’on a pu goûter de meilleur ! Je doute notamment que la recette originale contienne de la sauce samouraï, mais elle donne un coup de fouet à l’ensemble qui est très sympa. A l’opposé de la barquette toute faite dans laquelle on a du mal à distinguer les ingrédients, celui-ci est un pur régal! 
 
Voici quelques infos si vous voulez vous lancer dans le filet américain. La viande doit être de première qualité et être préparée le plus tard possible avant le repas pour la garder bien fraîche. Les petits oignons au vinaigre et les câpres sont les petits secrets de fabrication qui vont donner du pep’s à l’ensemble. Ne prenez pas de mayonnaise toute faite pour cette recette mais une mayonnaise maison, c’est vraiment meilleur. Au passage, faites-en un peu plus et vous en aurez pour accompagner vos frites! 
 
 
P.S. : Pour un menu belge, complétez par cette délicieuse tarte au riz!
 
Spécialité de Belgique : Filet américain

Ingrédients

    Pour la mayonnaise
  • 2 jaunes d’œuf
  • 2 c. à s. de moutarde
  • 15 cl d’huile de tournesol
    Pour le reste de la recette
  • 500 g de steak haché de bœuf
  • 2 échalotes
  • 1/2 oignon
  • 3 cornichons
  • 4 petits oignons pickles
  • 3 c. a s. de ketchup
  • 1 c. a s. de sauce samouraï
  • 1 c. à s. de paprika
  • 1 c. à s. de persil plat haché
  • 1 c. à s. de ciboulette hachée
  • 1 c. à c. de sauce Worcestershire
  • 1 c. à s. de câpres
  • Quelques gouttes de Tabasco
  • Sel, poivre

Préparation

    Pour la mayonnaise
  1. Battez les 2 jaunes d’œufs avec les deux cuillers de moutarde. Ajoutez petit à petit 15 cl d'huile de tournesol tout en battant au fouet.
    Pour le tartare
  1. Taillez grossièrement l'oignon et l’échalote. Mettez la viande dans le mixeur avec la mayonnaise et mixez pour bien mélanger, puis ajoutez les autres ingrédients en mixant jusqu’à ce que tout soit mélangé. Réservez au frais jusqu'au service.

Tartinade à l’artichaut et au citron

Le soleil est de retour! Du moins dans le  nord, il nous honore de sa présence par moments et dans ce cas, il faut aller vite! Poser une nappe sur la table du jardin, sortir les boissons et l’apéro en quelques secondes, avant qu’un vilain nuage ne vienne gâcher tout ça!
 
Pour ce genre de situations, je suis du genre efficace. Déjà, j’ai toujours quelques boissons au frais, cela permet de gérer l’imprévu. Côté apéro, je ne suis pas fan de chips et de biscuits tout faits, qui sont certes rapides à servir, mais je m’en suis un peu lassée! Je préfère réaliser quelques dips variés. J’aime beaucoup celui que je vais vous présenter aujourd’hui, car il se réalise avec une simple boite de conserve de fonds d’artichauts, mais le résultat est tout simplement bluffant. On a  l’impression de déguster une spécialité italienne tout droit sortie d’une petite trattoria, alors qu’il ne prend que quelques instants à faire et ne demande rien de spécial côté ingrédients!
 
Ce dip aux artichauts est l’apéritif rapide parfait pour profiter des premiers rayons de soleil. En prime, cette recette est plutôt légère, si vous ne mangez pas une baguette entière avec… Je plaide coupable!



Ce que je trouve rigolo avec ce dip, c’est qu’il rappelle le houmous alors qu’il ne contient aucune légumineuse. Parmi mes invités, plusieurs m’ont d’ailleurs demandé si c’en était. J’ai perdu le compte du nombre de fois où j’ai servi du houmous fil des ans, et à chaque fois, je me demande comment varier de ma recette de base. Cette fois j’ai trouvé une manière de varier, en faisant ce faux houmous qui n’en est pas un!
 
 
Pour parfumer l’ensemble et lui donner du caractère, j’ai utilisé du piment doux fumé de l’Étal des épices. C’est un piment traditionnel espagnol, fumé au feu de chêne, il dégage une odeur incroyable et j’ai tout simplement envie d’en mettre partout!



Sans aucun doute, ce que je préfère à propos de cette recette est  sa simplicité. J’ai utilisé un mixeur et en gros, il suffit de tout mettre dedans et de mixer. Pas sorcier quoi!
 
Servez cette tartinade avec du pain pita et des bâtonnets de légumes. Vous pouvez aussi en faire une garniture pour vos sandwiches, ou en farcir de petits champignons à grignoter crus à l’apéritif.
 
  
 
P.S. : Si vous cherchez une recette de pain pour aller avec, ce  pain à la bière est un de mes favoris!
 
 
Tartinade à l’artichaut et au citron

Quantité ou nb de personnes: Pour 1 bol

Ingrédients

  • 200 g de fonds d’artichaut en boîte
  • 125 g de ricotta
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 5 feuilles de basilic ciselées
  • 1 gousse d’ail pressée
  • 1/2 c. à c. de piment fumé
  • 1 c. à s. huile olive
  • 1 c. à s. balsamique blanc
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Égouttez les fonds d’artichaut. Épluchez la gousse d’ail. Mettez l'ensemble des ingrédients au mixeur et mixez jusqu’à obtenir une préparation homogène. rectifier l’assaisonnement. Réservez au frais jusqu’au service.

Sauce samouraï

Aujourd’hui, c’est une recette de sauce que je vous propose! Si vous êtes amateurs de kebabs et/ou de friteries, il y a de grandes chances que vous connaissiez la sauce samouraï, la fameuse sauce bien piquante! Personnellement ce n’est pas ma favorite, elle pique un peu trop pour moi, et je suis une accro de la sauce Hannibal. D’ailleurs, pour ceux qui ne sont pas dans le nord de la France, connaissez-vous la sauce Hannibal? Je me demande si elle est connue partout ou seulement chez nous. Par contre la sauce samouraï est la favorite de mon homme. Comme nous aimons parfois nous faire des fast-food façon « maison », j’ai voulu essayer de lui faire cette sauce moi-même!
 
 
La sauce samouraï peut accompagner quasiment tous vos plats. Elle est notamment idéale pour relever les sandwiches, les kebabs, mais aussi pour accompagner une viande grillée ou des frites. Elle sera top aussi pour vos barbecues.  Méfiez-vous car elle est délicieuse mais assez pimentée ! 
 
Concrètement la samouraï c’est quoi? Bien qu’elle ait un nom assez japonisant, elle serait plutôt d’origine belge. C’est une sauce fabriquée à base de mayonnaise à la quelle on ajoute du  “sambal oelek”, une pâte de piments indonésienne. Si vous n’en trouvez pas, vous pouvez la remplacer par de la sauce harissa ou toute autre pâte de piment.
 
Et vous, avec quelle sauce vous prenez vos kebabs?
 
 
 
P.S. : Si vous avez de la sauce samouraï à finir, mettez-la dans ce burger toasté géant au camembert!
 
 
Sauce samouraï

Quantité ou nb de personnes: Pour 150 g de sauce

Ingrédients

  • 100 g de mayonnaise
  • 35 g de sambal oelek, harissa ou pâte de piment
  • 1 c. à c. de ketchup
  • 1 c. à c. de jus de citron
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Mélangez l'ensemble des ingrédients dans un bol. Gardez au frais jusqu’au service.
 
 

Tajine de boulettes aux lentilles

Les saveurs des tajines sont parmi mes préférées : des épices mijotées doucement dans une délicieuse sauce tomate, il n’en faut pas plus pour me régaler! Je n’ai pas de plat à tajine, mais j’avais très envie de retrouver ces saveurs, en les adaptant à ma sauce pour obtenir une recette saine qui évoque la cuisine d’Afrique du Nord. Le résultat que j’ai obtenu est hyper satisfaisant : des boulettes de lentilles au sésame, de la sauce tomate, des épinards et une délicieuse odeur de ras el hanout… Il y a de quoi plonger la tête dans le plat quand il sort du four!
 
Je vous préviens, c’est le genre de plat qui se prête à faire une belle quantité d’avance et à en manger à répétition pendant toute la semaine. J’ai servi ce tajine avec du couscous et beaucoup de sauce tomate, mais j’ai aussi réutilisé certaines des boulettes dans des wraps et ce fut super bon. Si vous avez des restes, vous pouvez aussi essayer de les utiliser dans des salades ou dans des sandwiches, ça sera parfait. 
 
 
Ne soyez pas rebutés par ce qui peut sembler une longue liste d’ingrédients, la plupart d’entre eux sont des épices ou des basiques qui, j’en suis sûre, se cachent dans vos placards, vous suppliant de les utiliser!
 
J’ai obtenu mon ras el hanout rouge chez l’Étal des épices. C’est un enchantement rien qu’à sentir. Il est à la fois parfumé et équilibré, je l’adore. C’est un mélange plein de saveur mais pas trop piquant, bien qu’il soit plus pimenté que le ras el hanout jaune. Il contient principalement du piment doux, de la coriandre, du carry, du laurier, du curcuma, du fenugrec et du piment fort.
 
 
Un tajine est un plat berbère souvent utilisé dans la cuisine nord-africaine. Il est traditionnellement fait d’argile. La partie inférieure est circulaire avec une base plate, et le couvercle est en forme de dôme avec un petit trou au bout, pour maintenir la condensation au fond pendant la cuisson, ce qui conserve le plat bien moelleux et parfumé.  Vous l’aurez compris, la cuisson en tajine est une cuisson à couvert, donc si comme moi vous n’avez pas de plat à tajine, il vous faudra un plat allant au four avec un couvercle, ou alors, vous pouvez couvrir votre plat de papier aluminium. Laissez juste une petite aération comme c’est le cas avec le plat à tajine.
 
  
P.S. : Si vous voulez une autre idée pour utiliser du ras el hanout, jetez un œil à ce pide turc!
 
 
La recette se trouve ici!

Dip carotte kiri

Bien que j’aie un blog de cuisine et que je cuisine donc beaucoup, je ne fais pas partie de celles qui se plaignent que leur homme ne fait jamais rien de ce côté là! Statistiquement je cuisine certes plus que lui, mais il me fait régulièrement des spécialités délicieuses et n’hésite pas à innover pour me faire plaisir! Lors de mon dernier anniversaire, il m’avait notamment prévu un petit repas surprise, durant lequel il avait servi cette délicieuse tartinade.

Cette tartinade à la carotte est parfaite pour l’apéritif, pour y tremper légumes et morceaux de pain grillé, c’est d’ailleurs comme ça que nous l’avons consommée. La texture est bien crémeuse et un peu compacte grâce à l’utilisation de fromages Kiri, ce qui fait qu’on pourrait aussi la tartiner directement sur des tranches de pain, sur un bagel ou dans un sandwich, à la place de la mayonnaise.

J’ai beaucoup aimé la jolie couleur de cette tartinade et son petit goût, les épices peuvent facilement être remplacées par d’autres suivant ce que vous avez sous la main, et en saison si vous avez de belles herbes dans le jardin comme de la ciboulette ou de l’estragon, n’hésitez pas à les y ajouter!

 

 

P.S. : J’aime souvent proposer un trio de dips avec du pain pour l’apéro, vous pouvez par exemple prévoir aussi un  houmous à la betterave et un tzatziki!

Dip carotte kiri

  • 250 g de carottes
  • 4 portions de Kiri
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 c. à c. de paprika
  • 2 c. à c. de cumin
  • 2 pincées de coriandre en poudre
  • Sel, poivre

Épluchez et coupez grossièrement les carottes.
Mettez les carottes à cuire 20 minutes environ, jusqu’à ce qu’elles soient tendres.

Mixez les carottes et l’huile olive, en ajoutant progressivement le kiri afin d’obtenir une purée homogène et onctueuse.

Assaisonnez avec la coriandre, le sel, le poivre, le paprika, le cumin. 
Laissez refroidir et reposer au moins 1 heure au réfrigérateur avant de servir.

Avec cette recette aux carottes, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Spécialité d’Inde : pakoras

Souvent, les jours de pluie (ou de poisse), j’aime préparer un repas vraiment réconfortant. Dans ce cas, je me penche du côté des petites choses grasses à grignoter avec les doigts! Avec le retour du mauvais temps qui ne saurait tarder, je commence donc à réfléchir à des petites recettes gourmandes et faciles à faire!
J’adore les pakoras, je me jette toujours dessus au restaurant indien. A Lille nous avons aussi des chaînes de restauration rapide indiennes, et on y trouve des sortes de kebabs, mais où la galette est remplacée par un naan et la garniture par des pakoras végétariens. J’aime beaucoup cette variante qui est plus épicée et plus équilibrée (enfin, je crois) qu’un kebab!  Maintenant que je sais faire les pakoras, j’essayerai sûrement un jour ou l’autre de faire des sandwichs garnis comme ceux-là version maison!
D’ailleurs en Inde et au Pakistan, les pakoras sont vendus également comme street food. Ils peuvent aussi être servis comme une collation pour accompagner le thé pendant les fêtes ou tout simplement quand on reçoit des amis.
Les pakoras que je vous propose sont aux légumes, mais il existe de nombreuses variantes, j’espère avoir l’occasion de vous les faire découvrir petit à petit!
La réalisation des pakoras est assez simple, il suffit de préparer la pâte et ensuite de frire l’ensemble. Il est aussi important d’émincer bien finement les légumes pour obtenir le côté très irrégulier de ces beignets. La pâte est faite avec de la farine de pois chiches, elle est donc complètement sans gluten.
Servez vos pakoras aux légumes avec du chutney de mangue, de la sauce pimentée ou de la sauce au yaourt et à la menthe ( ou les 3!)
 
P.S. : Pour un menu indien, vous pouvez enchaîner sur un poulet korma!

Pakoras

Pour 6 pakoras
  • 40 g de chou finement haché
  • 30 g de carotte hachée finement
  • 30 g de chou-fleur finement haché
  • 30 g de poivron finement haché
  • 25 g de haricots verts finement hachés
  • 30 g  d’oignons hachés
  • 1 piment vert haché
  • 3 c. à s. de feuilles de coriandre hachées
  • ½ c. à c. de gingembre haché
  • 1/2 c. à c. d’ail haché
  • 70 g de farine de pois chiches
  • 7 cl d’eau (+ ou – )
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 c. à c. de graines de Grenade
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de garam masala en poudre
  • Sel

Rincez, pelez et hachez finement toutes les légumes. Mettez-les dans un bol.
Ajoutez également les oignons hachés, les piments verts et le gingembre.
Ajoutez toutes les épices, y compris le sel. Mélangez le tout, puis ajoutez la farine.
Mélangez encore et mettez de côté pendant 5 minutes.
Ajoutez de l’eau progressivement. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais fluide.
Faites chauffer l’huile pour la friture. Lorsque l’huile devient chaude, déposez des cuillerées de la pâte dans l’huile. Faîtes frire les pakoras.
Quand un côté est cuit et bien doré, retournez et faites frire de l’autre côté.
Retournez quelques fois et faites frire jusqu’à ce que les pakoras soient croustillants et dorés partout.
Enlever les pakoras de la friture. Égouttez-les sur des essuie-tout. Continuez de frire les pakoras par petites quantités de cette façon.

Tamagoyaki à la spiruline

À la vue du titre de cet article, vous devez vous demander où je suis allée chercher une recette pareille! Le nom n’évoque pas grand chose, mais en réalité c’est un plat très simple qui se cache derrière!

Le tamagoyaki n’est rien de plus qu’une omelette japonaise, généralement servie au petit déjeuner, mise dans un bento comme plat d’accompagnement ou encore utilisée comme garniture de sushis ou de sandwich. L’originalité par rapport à une omelette française vient principalement de sa forme roulée, qui nécessite de la cuire idéalement dans une poêle carrée. Au Japon, on trouve donc des poêles rectangulaires spécialement pour cette omelette, mais vous pouvez aussi comme moi utiliser une poêle antiadhésive ronde.

Le processus de roulage de l’œuf peut sembler un peu rebutant au début, il vous faudra peut-être un peu de temps pour vous y habituer. Mais une fois que vous avez le coup de main, c’est facile et très rapide à faire. Un tamagoyaki comme celui-ci prend 5 minutes à cuire, soit à peu près le même temps qu’une omelette bien de chez nous. La première couche n’a pas besoin d’être roulée à la perfection, puisqu’elle va surtout donner le volume de base du tamagoyaki. Ensuite plus on avance dans le roulage et mieux il se forme, ce qui fait qu’au final ça rend bien, même quand on pense être mal parti!

Bien que ce soit un plat très simple, il est vraiment délicieux, même servi seul. Le tamagoyaki contient souvent un peu ou même beaucoup de sucre, j’ai choisi de faire un tamagoyaki pas trop sucré, mais vous pouvez mettre plus ou moins de sucre à votre goût.

La spiruline quand à elle est un super aliment. Elle est réputée car elle contient de nombreux nutriments qui sont bons pour nous : des vitamines, des protéines, du fer et des oméga-6, mais surtout des bêta-carotènes qui ont pour effet de ralentir le vieillissement de la peau.

La spiruline aurait été une source de nourriture pour les Aztèques et autres Méso-Américains jusqu’au XVIe siècle. Elle a été découverte par les Européens lors de la conquête de l’Amérique.

Elle aurait peut-être même une origine plus ancienne au Tchad, où elle aurait été connue dès le IXe siècle. Là-bas, elle est encore utilisée dans la cuisine quotidienne, notamment sous forme de pastilles sèches appelées « Dihé », utilisées pour faire des bouillons.

La spiruline n’est pas toujours facile à utiliser à cause de son goût assez prononcé. C’est une des raisons pour lesquelles elle est majoritairement consommée en gélules. Mais comme il s’agit tout simplement d’une algue, ou plus exactement d’une micro-algue en forme de spirale (d’où son nom) j’avais envie de chercher des recettes pour l’intégrer en cuisine.

J’ai donc enquêté un peu et vu qu’on pouvait l’utiliser dans les desserts, les boissons, les salades ou les tartinades comme le guacamole. Voici mon premier essai et je dois dire que ce fut très bon, le goût de l spiruline n’était pas trop présent malgré l’odeur forte de l’algue qui m’a inquiétée au premier abord.

  
P.S.: Si vous aimez les omelettes et la cuisine japonaise, vous aimerez aussi ces onigiri à l’oeuf brouillé!

Tamagoyaki à la spiruline

  • 1 c. à c. rase de spiruline
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à s. de mirin
  • 2 c. à c. de sucre
  • 3 gros œufs
  • Sel

Commencez par battre vos œufs dans un bol avec la sauce soja, le mirin, le sucre, la spiruline. Salez.
Chauffez la poêle et huilez-la avec parcimonie mais uniformément.
Déposez une première louche de mélange à l’oeuf. Il faut que la couche soit assez fine tout en couvrant toute la surface de la poêle.

Attention il faut agir assez vite. Avec une spatule, dès que vous voyez que l’omelette a pris, commencer à rabattre un bord vers le centre de la poêle en le roulant, petit à petit, délicatement. Roulez l’omelette sur elle-même jusqu’au bout. Repoussez-la alors sur le côté de la poêle, de manière à ce que le côté vide de la poêle soit du côté « ouvert » de l’omelette rouée.
Verser une louche plus petite d’œufs battus dans le prolongement de la première omelette, le mélange doit se coller au bord de l’omelette précédente et fusionner. Attendez trente secondes que cela commence à cuire.

Recommencer l’opération encore deux fois ou plus, jusqu’à épuisement du mélange aux œufs.

Retirez l’omelette de la poêle.
Découpez les extrémités, puis faites de belles tranches.

 

Houmous à la betterave

Je ne sais pas si vous aimez le houmous, moi j’adore, et surtout j’adore le décliner avec tous les légumes qui passent. Je crois que je ne m’arrêterai que quand je les aurai tous faits! J’en ai d’ailleurs déjà testé à la roquette et à la citrouille… Parmi toutes les versions possibles, le houmous à la betterave m’attirait particulièrement pour sa jolie couleur rose, du plus bel effet sur les plateaux apéro! C’est tellement lumineux et coloré qu’on ne peut qu’apprécier au milieu de l’hiver quand les jours sont gris!

J’ai trouvé cette recette sur un blog que j’aime beaucoup, Eva et Torocoro, c’est un blog qui parle de cuisine mais aussi de la balades avec de très très belles photos, j’adore y faire de belles découvertes!

J’avais un peu peur de me lancer dans la réalisation de ce houmous, car je craignais que la betterave ne soit trop trop puissante, voire qu’elle écrase le goût si fin des pois chiches. Mais pas du tout, le mélange s’est avéré parfait! Le citron et l’huile d’olive ont contribué à équilibrer parfaitement la saveur de ce houmous. Il est légèrement sucré, mais pas trop terreux. Je ne suis d’ailleurs pas la seule à avoir apprécié ce houmous. Je l’ai partagé avec plusieurs amis et ils ont tous convenu qu’il était au top!

Si vous voulez mon avis, ce houmous n’a que des qualités. D’abord, il est rose vif, et ça c’est drôlement cool. Deuxièmement, enrichir votre houmous avec un légume comme la betterave est en fait une façon de l’alléger puisque la betterave va augmenter votre quantité de houmous tout en augmentant à peine les calories car elle est très légère! Et la betterave apporte, comme tous les légumes, plein de bonnes choses! Enfin, ce houmous est super crémeux et savoureux!

Cerise sur le gâteau  c’est une recette très simple à faire. Il suffit en fait de tout mettre dans un robot culinaire et de mixer. Ce houmous se conserve également environ une semaine au réfrigérateur dans une boite hermétique, ce qui fait que s’il vous en reste après l’apéro, vous pouvez le recycler pour vos déjeuners en semaine ou vos collations à emporter. Je dois aussi avouer que j’ai mis de ce houmous sur à peu près tout ce qui passait : des légumes, des sandwichs, du pain grillé, des salades… La prochaine fois, je pense que j’en mettrai dans des burgers!

 

Houmous à la betterave

  • 250 g de pois chiches cuits
  • 65 g de betterave cuite
  • le jus d’un citron
  • 1 c. à s. de tahin
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 pincée de sel
  • Menthe fraîche

Lavez et rincez les pois chiches et mettez-les dans le bol de votre robot avec le reste des ingrédients sauf la menthe. Mixez.

Rajoutez quelques feuilles de menthe coupées finement par dessus et un filet d’huile d’olive.

Source d’inspiration :
http://evaettorocoro.com/pink-houmous-lapero-en-rose/

 

Spécialité d’Espagne (Catalogne) : Pan amb tomaquet

Le pa amb tomàquet, ou pain à la tomate, est une des préparations les plus typiques de Catalogne. Elle est très répandue également dans toute l’Espagne. Là-bas, il existerait des livres entiers consacrés à cette spécialité!
Le pa amb tomàquet rappelle un peu la bruschetta italienne même s’il n’est pas préparé tout à fait de la même manière. Il s’agit tout simplement de tranches de pain frottées avec une moitié de tomate, de l’ail, et assaisonnées avec de l’huile d’olive, du sel et du poivre.
Il se marie très bien avec de la charcuterie, comme un bon jambon de pays, ou avec de fines tranches de fromage, des légumes grillés, ou encore des sardines ou des gambas poêlées. Le pain à la tomate est souvent servi en Catalogne pour accompagner les tapas, mais il est aussi parfois mangé au petit-déjeuner ou utilisé comme base pour les sandwiches. Il faut dire que notre tendance à tout tartiner généreusement de beurre n’est pas aussi répandue en Espagne!
J’ai trouvé cette recette sur la cuisine de Gut, je ne sais pas si je dois encore présenter ce blog tant il m’a inspirée ces derniers temps! J’y ai notamment testé les aubergines à la turque et cette salade de melon, feta et concombre. Allez très vite y faire un tour si vous ne le connaissez pas!

J’ai réalisé cette recette en cinq minutes chrono, et je dois dire que tout le monde a adoré ces petits encas! Comme dans beaucoup de plats simples, le seul secret de la réussite réside dans le fait d’utiliser des produits de qualité : tomate bien mûre, huile d’olive extra vierge bien parfumée, fleur de sel… Et vous filez directement au paradis !
 

Pan amb tomaquet

  • 2 tranches de pain assez larges
  • 1/2 tomate
  • 1 gousse d’ail
  • 1 filet d’huile d’olive
  • Fleur de sel
  • Poivre au moulin

Faites griller les tranches de pain au grille-pain, assez longtemps pour qu’il soit un peu dur mais pas brûlé.

Épluchez l’ail et frottez le pain avec la gousse.

Frottez le pain avec votre demi tomate pour qu’il s’imbibe  du jus de tomate.
Arrosez d’un beau filet d’huile d’olive.

Poivrez et mettez un peu de fleur de sel.

 
Source d’inspiration :