Archives par mot-clé : exotique

Spécialité ch’ti : Soupe à la bière

Je pense vous avoir déjà parlé de ma passion pour la bière, qui dépasse bien sûr le simple cadre de la beuverie, bien que ce soit comme ça que nôtre relation à commencé à la base.
J’aime dénicher des bières peu connues de tous les horizons à la recherche de parfums vraiment originaux, et j’aime aussi beaucoup cuisiner la bière, notamment certaines variétés que je trouve peu intéressantes à boire telles quelles. J’avais par exemple tenté de le brownie à la bière et le pain à la bière avec succès!
J’ai été déroutée lors de mes vacances à Étretat par le maigre choix de bières disponibles dans les bars. Il me semble que le reste du monde a opéré le virage de la bière, c’est à dire pris conscience qu’il y a des amateurs pour cette boisson et qu’on peut la déguster comme un vin pour apprécier ses arômes et parfums divers. Mais j’oublie parfois que je vis dans le nord, une des région françaises de la bière et voisine de la Belgique ! À Étretat, il semble que la brasserie Pelforth ait la mainmise sur la ville, et la boisson la plus exotique que nous ayons pu trouver est une Leffe en canette de 33 cl à 5.80€. Je ne plaisante pas ! En dehors de ça, un seul bar (encore ouvert) a fait le pari des bières belges, mais il les vend presque un bras par canette de 33 cl (7.90€ pour être exacte)… Quand je pense qu’à Lille beaucoup de bars ont adopté le tarif unique de 5€ la pinte, j’ai préféré prendre mon mal en patience et boire de l’eau de mer (du vin/du cidre/des cocktails qui finalement n’étaient pas plus chers que la bière).
Tout ceci est d’autant plus fou qu’il y a une très belle production de bière locale en Normandie. J’en ai ramené pas mal, je vous en reparle prochainement, elles sont très bonnes et je reste donc perplexe, pourquoi les restaurateurs et tenanciers de bars ne mettent-ils pas à l’honneur ces produits locaux pour encourager les producteurs du coin? Je suis sûre que je ne suis pas la seule touriste qui aurait avec plaisir commandé une bière normande à siroter au bord de l’eau !
Bref, en rentrant de vacances, j’ai eu envie de renouer avec ma boisson fétiche, et la célèbre braderie de Lille m’a donné un prétexte tout trouvé car j’aime cuisiner ch’ti à cette occasion. Un rapide coup d’œil dans mon livre Eul cuisine ch’ti m’a donné la solution : une bonne soupe à la bière ! Bon Ok, je n’y ai pas mis une bière d’exception au contraire, mais les bonnes bières je préfère les boire que les cuisiner!
Ce n’est pas ma première tentative dans le domaine puisque j’avais mis au point une délicieuse soupe au welsch il y a quelques temps. Celle-ci est plus traditionnelle, moins fromagère, mais c’est un vrai régal rustique et réconfortant que je vous recommande !
 

 Soupe à la bière

  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 50 g de beurre
  • 50 g de farine
  • 75 cl de bière blonde (Heineken par exemple)
  • 25 cl de bouillon de volaille
  • 3 c. à s. de crème fraîche épaisse
  • 1 jaune d’œuf

Pelez et émincez l’oignon en rondelles. Pelez et écrasez l’ail.

Dans une grande casserole, faites blondir l’oignon à feu moyen dans le beurre. Ajoutez alors l’ail et mélangez.

Ajoutez la farine, mélangez bien puis terminez comme un roux en ajoutant petit à petit le bouillon de volaille en mélangeant bien entre chaque ajout.

Faites de même avec la bière, une fois qu’elle est ajoutée laisse cuire 5 minutes à petits bouillons.

 

Dans un bol, battez l’œuf et la crème. Ajoutez ensuite une petite louche de bouillon et mélangez. Versez alors ce mélange dans la casserole.

Mélangez bien, salez et poivrez à votre goût et servez bien chaud.

 
Source : Eul cuisine ch’ti

Gombolaya

Connaissez-vous le gombo ou okra?

Ce légume exotique ressemble à un long piment poilu en apparence. Originaire d’Égypte avant de se développer aux États-Unis et en Europe, le gombo contient un liquide gélatineux qui peut dérouter au premier abord, mais qui est très intéressant pour donner de la consistance à des jus ou bouillons!

gombolaya
J’en ai trouvé dans une épicerie asiatique et je n’ai pas pu résister à la tentation d’en acheter sans savoir quoi en faire au premier abord.
Pour découvrir ce légume, j’ai choisi de le cuisiner dans un plat mijoté inspiré du jambalaya au chorizo.
Ce plat se sert accompagné de riz basmati pour un repas complet, et c’est un régal !
Pour une version végétarienne de ce plat, utilisez du chorizo végétal ou supprimez-le totalement du plat!

 

P.S. : Si vous adorez comme moi le chorizo dans les ragoûts, en voici un autre super bon ici!

gombolaya-3

Gombolaya

  • 100 g de chorizo
  • 150 g de poivron multicolore
  • 600 g d’okras
  • ½ oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 37,5 cl d’eau
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 400 g de pulpe de tomate
  • ½ c. à c. paprika
  • ¼ c. à c. de piment de cayenne
  • 200 g de riz basmati
  • Sel, poivre

Pour servir 

  • 2 c. à s. de coriandre fraîche

Faites revenir le chorizo coupé en rondelles dans une poêle profonde. Laissez le jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

Émincez le poivron, les okras, l’oignon, émincez l’ail. Ajoutez tout dans la poêle, faites cuire 5 minutes, puis ajoutez la pulpe de tomates, le bouillon de volaille et le riz .

Ajoutez les épices et mélangez bien.

Couvrez et cuisez à feu moyen pour 15 minutes.

Ajoutez la coriandre et mangez tout de suite.
gombolaya-2

Source d’inspiration : http://www.theveggiegirl.com/2014/03/04/vegan-crockpot-jambalaya/

Colombo de potiron

Le colombo est un curry créole qui nous vient tout droit de la Martinique et de la Guadeloupe, mais ses origines sont plus lointaines, puisque ce plat s’inspire du curry Sri Lankais. Sur les îles, « Colombo » est devenu un terme générique pour désigner un ragoût de viande ou de fruits de mer.

Si le colombo est souvent au porc ou au poulet, j’ai été tout de suite interpellée quand j’ai vu cette super recette végétarienne sur le blog Ce soir on clape quoi? C’est un blog que j’apprécie beaucoup, j’y ai d’ailleurs pioché pas mal de recettes, allez vite le découvrir si vous ne le connaissez pas!

Comme j’adore le potiron, j’ai tout de suite eu envie de tester cette recette, par contre mon homme n’est pas fan de ce légume, donc j’ai hésité à lui faire goûter ce plat… Mais je me suis lancée et cette fois-ci, il a trouvé qu’avec tous les autres ingrédients, c’était délicieux ! C’est la première fois qu’il apprécie un plat au potiron, c’est pour dire! J’ai moi-même beaucoup aimé : le potiron se désintègre en partie pendant la cuisson, et il épaissit la sauce pour lui donner une texture parfaite!

Mélange d’épices antillais par excellence, la poudre de colombo est composée dans des proportions variables de curcuma, de coriandre, de fenugrec, de clou de girofle, de cumin, de graines de moutarde et d’ail. Comme je n’avais pas d’épices à colombo, j’ai choisir de composer moi même mon mélange, et ce fut parfait!

On en trouve bien sûr tout prêt dans le commerce, notamment au rayon exotique des supermarchés ou dans les épiceries du monde, mais rien ne vous empêche de préparer vous même votre mélange comme moi! Bien que ces épices ressemblent à du curry, résistez à la tentation de remplacer le mélange à colombo par du curry…. Sinon ça sera très bon, mais ça ne sera plus un colombo, mais un curry!


P.S. : Si comme moi vous ne vous lassez pas de manger du potiron tout l’hiver, jetez un œil à cette recette!

Colombo de potiron

  • 400 g de potiron
  • 20 cl de lait de coco
  • 1/2 c. à s. de purée de cacahuètes
  • 1 oignon jaune
  • 1 peu d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de colombo en poudre (ou les épices ci-dessous pour le faire vous-même)
  • Sel, poivre

Pour la poudre de colombo

  • 1/2 c. à c. de coriandre sèche
  • 1/2 c. à c. de curcuma en poudre
  • 1/2 c. à c. de graines de moutarde
  • 5 graines de fenugrec
  • 1/4 c. à c. de graines de cumin
  • 1/4 c. à c. de poudre de gingembre
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1 filament de safran en poudre

Si vous faites les épices vous-mêmes, pilez les épices qui ne sont pas moulues, puis mélangez l’ensemble des épices.

Épluchez et lavez l’oignon et le potiron. Coupez le potiron en petits cubes. Émincez finement l’oignon, faites-le revenir 2 minutes dans un peu d’huile. Ajoutez le potiron et faites-le cuire 5 minutes à feu vif en remuant de temps en temps avec 2 cuillères a soupe d’eau. Pendant ce temps, dans un bol, mettez les épices a colombo, le lait de coco, le sel et la purée de cacahuètes, mélangez bien puis versez ce mélange dans la sauteuse, et faites cuire 10 à 15 minutes supplémentaires à couvert.

Plantez la pointe d’un couteau dans un dé de potiron pour voir si cela est cuit.

Goûtez et rectifiez l’assaisonnement.

Source d’inspiration :
http://dlaclapeadonf.canalblog.com/archives/2016/05/20/33838396.html

Curry de chayotte et patate douce

Connaissez-vous la chayotte ? Si vous suivez assidûment mon blog vous avez déjà dû en entendre parler ici, sinon voici une petite leçon de rattrapage.
La chayotte est une cucurbitacée qui se cultive en climats chauds, on l’appelle aussi chouchou ou christophine, c’est très bon et de plus en plus facile à trouver, en épicerie asiatique ou même en supermarché au rayon fruits et légumes exotiques !

curry-patate-douce-chayotte-2

Cette fois-ci, c’est en curry que je vous propose de la découvrir. La chayotte a une texture à mi-chemin entre la courge et la courgette, c’est un légume assez aqueux mais qui se tient quand même pas trop mal en cuisson, bref elle est parfaite pour ce type de plat!

Cela vous permet d’obtenir une très bonne recette végétarienne, et avec cet ingrédient secret, vous avez ce qu’il vous faut pour intriguer vos convives et leur faire oublier l’absence de viande!

curry-patate-douce-chayotte-3

P.S. : Si vous voulez découvrir plein de manières de cuisiner le curry sans difficulté, découvrez ce petit livre très simple :

Curry Super facile

Curry de chayotte et patate douce

Pour 6 personnes

  • 1 petit oignon jaune
  • 1 c. à s. d’huile végétale
  • 3 gousses d’ail
  • 1/3 c. à c. de cannelle
  • 1/3 c. à c. curcuma
  • 1/3 c. à c. cumin
  • 1/2 c. à c. de coriandre
  • 2 clou de girofle
  • 1 c. à c. de curry noir
  • 1/3 c. à c.  de gingembre
  • 80 cl d’eau
  • 400 g de pulpe de tomates en boite
  • 1 grande patate douce
  • 2 chayottes
  • 15 g de crème de coco
  • 600 g de riz complet rouge
  • Sel

Épluchez les chayottes et la patate douce et coupez les en gros dés.

Dans une grande poêle profonde, chauffez l’huile végétale et un petit oignon jaune émincé. Laissez ramollir pendant 3-4 minutes. Hachez l’ail et le piment et les épices.

Ensuite, ajouter l’ail, le piment, les épices. Remuez et laisser les épices se mêler avec les oignons pendant plusieurs minutes.

Ajouter presque tous les autres ingrédients dans la casserole : la boîte de tomates, la crème de noix de coco, les chayottes, la patate douce. Ajoutez l’eau et couvrez.

Monter 10 minutes à ébullition. Retirez le couvercle, prolongez de 20 minutes. Baissez le feu et prolongez de 25 minutes la cuisson en surveillant.  Faites chauffer le riz en parallèle. Rectifiez l’assaisonnement et remettez des épices si besoin.

À la dernière minute avant de servir, ajouter une cuiller à soupe de crème fraîche. Servez sur le riz.

curry-patate-douce-chayotte

Spécialité indienne : aloo tikki

La cuisine indienne fait partie de mes préférées, vous le savez peut-être déjà, ou pas. J’avoue que je suis du genre à dire ça de presque toutes les cuisines, et notamment la cuisine américaine, anglaise, thaïlandaise, italienne… Mais ce n’est pas un mensonge pour autant, que voulez-vous? Je les aime toutes!

La cuisine indienne, j’ai tendance à la cuisiner rarement, c’est plutôt une cuisine que j’apprécie au restaurant ou même en livraison à domicile. Quel bonheur après une journée difficile de voir arriver chez soi un gros curry fumant et de beaux naans tout gonflés…

Mais en bonne blogueuse culinaire que je suis, je ne peux pas rester longtemps à apprécier un plat sans essayer de le faire par moi-même… C’est pourquoi vous allez découvrir de nombreuses recettes indiennes sur mon blog dans les mois à venir!

Je commence ici avec une recette qui m’a tentée immédiatement quand je l’ai découverte sur le blog de Gridelle, des galettes de pomme de terre nommés aloo tikki, c’est exactement le genre de plat que j’adore, et je n’en avais jamais goûté lors de mes nombreuses dégustations de plats indiens au restaurant donc j’étais ravie de tester cette spécialité!

Ces galettes  m’ont d’ailleurs tout de suite inspiré une recette que je vais vous dévoiler très prochainement mais chut, je ne vous en dis pas plus pour l’instant!

aloo-tikki-galettes-indiennes-2

Faut-il vous présenter le mythique blog de Gridelle? Vous savez, celle qui nous fait baver avec ses belles recettes exotiques qui sentent le soleil à longueur d’année? Celle qui nous rend même parfois un peu jalouses quand elle nous parle du magnifique endroit où elle habite? Moi en tout cas je lis son blog presque quotidiennement et je n’avais pas encore eu l’occasion de tester sa cuisine ou de lui faire un clin d’œil dans un de mes articles, c’est donc chose faite! Et je peux vous assurer que cette recette est délicieuse, du coup j’ai déjà commencé à en repérer d’autres à piocher sur son blog!

Si vous n’avez pas de farine de pois chiche, je pense qu’une farine de châtaigne ou au pire une farine classique pourront faire l’affaire.

aloo-tikki-galettes-indiennes

 

P.S. : Si vous aimez la cuisine épicée et colorée, ce gaspacho d’inspiration indienne devrait vous plaire également!

 Spécialité indienne : aloo tikki

Pour environ 12 galettes

  • 4 belles grosses pommes de terre
  • 2 blancs de poireau coupés en fines rondelles
  • 2 cm de gingembre frais râpé
  • 1 gousse d’ail émincée
  • 1 c. à c. de curcuma
  • 1/2 c. à c. de cumin
  • 1 c. à c. de garam masala
  • 1 pincée de paprika
  • 1 petit piment émincé
  • 1 petit bouquet de coriandre fraîchement ciselée
  • 4 c. à s. de farine de pois chiche
  • 2 c. à s.  pleines de yaourt nature
  • 1 c. à c. de jus de citron vert
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre

Pelez les pommes de terre, coupez-les en gros cubes et faites-les cuire à l’eau bouillante pendant 20  minutes, jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres. Égouttez-les et écrasez-les à la fourchette ou au presse-purée dans un grand plat. Émincez les blancs de poireau, et faites-les revenir quelques minutes dans l’huile chaude avec le gingembre pelé et râpé, le curcuma, le garam massala, le cumin et l’ail. Ajoutez la farine, le yaourt, le piment et le jus de citron aux pommes de terre. Incorporez le mélange au poireau ainsi que la coriandre. Mélangez l’ensemble. Salez et poivrez un peu. Formez des petites boules, puis aplatissez-les  avec le plat de la main. Faites-les revenir 3 minutes de chaque côté dans une poêle chaude avec un peu d’huile d’olive. Dégustez bien chaud.

aloo-tikki-galettes-indiennes-3

 Source d’inspiration :

http://www.les-voyages-de-gridelle.com/article-aloo-tikki-galettes-de-pommes-de-terre-indiennes-121551387.html

Gaspacho ajo blanco

Je vous propose aujourd’hui de partir a la découverte de la cuisine espagnole, avec une recette andalouse délicieuse et fraîche ! D’apparence un peu crémeuse, elle est composée d’un mélange d’amandes, de pain, d’huile d’olive et d’ail, passés au blender, assaisonnés et allongés de vinaigre et d’eau.

gaspacho-ajo-blanco

Cette recette de gaspacho, appelée ajo blanco à cause de sa couleur et de sa composition à l’ail est très rafraîchissante et plutôt légère! Servez-la en verrine à l’apéritif ou en entrée, cette recette simple mais  originale ravira les amateurs d’ail, pourquoi aps accompagnée de billes de melon ou de raisin ou même des dés de pain dur frit, mais là, côté calories c’est une autre histoire !

Personnellement j’ai mis un peu de pignons dans la recette, mais vous pouvez les remplacer par plus d’amandes, vous obtiendrez alors une version plus traditionnelle.

 

P.S. : Si vous êtes à la recherche de saveurs plus exotiques, mon gaspacho indien au curry vous plaira!

gaspacho-ajo-blanco-3

Gaspacho ajo blanco

  • 100 g d’amandes entières
  • 50 g de pignons
  • 100 g de chapelure
  • 4 gousses d’ail (1 tête d’ail )
  • 1 bouillon cube de volaille
  • 3 c. à s. d’huile d’olive
  • 30 à 50 cl d’eau
  • 20 cl de lait ou lait de soja
  • 2 c. à s. de vinaigre de Xérès
  • Sel, poivre blanc moulu
  • 2 c. à s. d’amandes effilées

Préchauffez le four à 180°C. Coupez le haut de la tête d’ail pour que toutes les gousses soient découvertes. Déposez la tête sans un plat, versez un filet d’huile dessus et enfournez pour 20 minutes. Coupez le four et laissez 10 minutes supplémentaires.

Mettez la chapelure à tremper dans le lait.

Dans un blender, mixez les amandes entières, la chapelure, l’ail et le lait avec 4 gousses d’ail, puis incorporez le vinaigre et l’huile d’olive. Salez et poivrez, puis ajustez la consistance en ajoutant de l’eau progressivement. Rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
Réservez ensuite au frais.

Versez le gaspacho dans une verrine. Placez quelques amandes effilées sur le dessus.

gaspacho-ajo-blanco-2

Résultats du défi légumes exotiques!

 

Au mois de janvier, je vous proposais de participer au défi des légumes exotiques sur le site Recettes.de!

Vous avez été très nombreux à participer et les autres membres du jury et moi-même avons eu bien du mal à nous décider tellement il y avait de recettes appétissantes!!!

Voici l’heure de vous dévoiler les heureuses gagnantes :

Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui ont participé!

Si vous aimez les défis, rendez-vous sur le site Recette.de qui organise chaque mois des défis culinaires! Le défi du moment c’est la cuisine en rose, j’y participe d’ailleurs moi-même et je vous encourage à y participer également !

 

102349997

Mangue pochée au thé

Aujourd’hui, ma résolution est de manger de saison. Manger de saison signifie manger un aliment lors de sa pleine période récolte « naturelle ». ça veut dire que potentiellement le fruit ou le légume a nécessité moins d’engrais pour pousser, qu’il a été cultivé de manière naturelle et que vous le consommez dans les meilleures conditions, quand il est le plus gorgé de bonnes choses, goûteux et pas trop cher.
Janvier n’est pas une saison idéale pour les fruits cultivés en France, mais c’est le meilleur moment pour acheter des fruits exotiques en général. J’ai donc choisi la mangue dont la saison s’étale de décembre à février, même si en variant les zones d’importation, on peut en trouver toute l’année. La mangue est un fruit que je ne connais pas bien : les seules fois où je me suis risquée à en acheter une fraîche, elle était dure et insipide et j’ai du me forcer pour la manger.
Aussi cette fois ci j’ai pris mon temps pour choisir ma mangue, et je me suis pas mal interrogée sur ce que j’allais en faire.J’ai finalement pensé la pocher dans du sirop, comme on le ferait avec une pêche. J’ai aromatisé mon sirop avec du thé mangue litchi, le petit goût obtenu est frais et exotique.

 

P.S. : Si vous voulez continuer dans la cuisine au thé, essayez mon cheesecake aux nashi et thé matcha !mangue-pochee-au-the

Mangue pochée au thé vert

  • 1 mangue
  • 1 sachet de thé vert mangue litchi (ou autre parfum de style « exotique »)
  • 500 ml d’eau
  • 75 g de sucre
  • 4 c à c d’amandes effilées
  • 4 c à c de pistaches concassées

Épluchez la mangue et coupez-la en 8 tranches.
Faîtes bouillir l’eau et le sucre.
Dès que le mélange arrive à ébullition, ajoutez la mangue et le sachet de thé.
Au bout de 2 minutes, enlevez le thé et poursuivez pour 10 minutes.
Laissez les pêches refroidir dans le sirop.
Coupez-les finement, et servez saupoudré d’amandes effilées et de pistaches concassées.

 

mangue-pochee-au-the2

Chayotte farcie au curry et poivron

Quand je suis tombée sur cet espèce d’énergumène qu’est la chayotte dans une épicerie asiatique, mon cœur a fait un bond. « Chouette, un machin zarbi que je n’ai jamais cuisiné! » Me suis-je dit en l’attrapant de toute urgence comme si quelqu’un allait vider le rayon juste avant moi!

Je suis rentrée bienheureuse avec mes chayottes, mais ensuite elles ont trainaillé plusieurs jours dans ma cuisine, car j’étais bien incapable de savoir quoi en faire. J’ai pensé les manger telles qu’elles en dessert, mais grand bien m’en a pris de me renseigner un peu, car j’ai découvert que les chayottes étaient des légumes de la famille des cucurbitacées, je doute que ça aurait été fameux mangé cru!

Bref, après quelques recherches approfondies, j’ai découvert que ce légume se cuisine beaucoup à la Réunion et aux Antilles et qu’ils le cuisinent souvent en gratins ou farcis au four!

Comme 2015 est l’année du fun, je me suis donc lancée directement dans une recette de ma composition sans même connaître le goût du légume. Et comme 2015 est aussi l’année de la réussite inespérée, le résultat a été à la hauteur de mes espérances!

chayotte-farcie-poivrons-curry-3

Au final j’ai trouvé que la chayotte avait un super goût : un peu comme une courgette à la texture de navet si je peux essayer de vous décrire ça!

L’alliance avec le curry et le fromage fonctionne au top et c’est très simple à réaliser! Alors si vous voulez comme moi adopter la résolution du jour de cuisiner les légumes exotiques, lancez-vous sans attendre!

Je profite de cette recette pour vous annoncer le thème du concours du mois de janvier du site recettes.de : les légumes exotiques! Comme vous le voyez avec cette recette, ils ne sont pas forcément compliqués à cuisiner et super bons!

Mais qu’est ce qu’on entend par légume exotique ? Il y a par exemple les christophines, les chayottes et les chouchous, les avocats tropicaux, la banane plantain, les différents choux chinois, bok choï, pak choï etc., l’igname, la patate douce, le taro, mais aussi le fruit à pain, le gombo et bien d’autres !

Vous en trouverez sur les étals de votre marché habituel, de l’épicerie exotique, africaine, asiatique, antillaise etc. de votre quartier pour faire encore plus de découvertes!

Alors lancez-vous vite, je fais partie du jury et j’ai hâte de découvrir vos recettes ^^

C’est par ici que ça se passe :
http://recettes.de/defi-legumes-exotiques

N’hésitez pas à aller découvrir les blogs respectifs des autres membres du jury :
Les membres du jury ce mois-ci sont :

Bénédicte de Les gourmandises de Bénédicte
Christine de Secrets2cuisine
Coralie de Gourmet et gourmand
Dr Chocolatine de La médecine passe par la cuisine
Dorothée de Le journal de Mademoiselle M.
Erika de Sucre d’orge
Jean-Michel de Saveurs et traditions
Niniss de 123gourmandises
Ninou de Recettes piémontaises
Rabia de La ligne gourmande
Yaël de Gourmandise and Co

chayotte-farcie-poivrons-curry

Chayotte farcie au curry et poivron

Pour la farce :

  • 1 chayotte
  • 2 c. à s. de ricotta
  • 1/4 de c. à c. de pâte de curry rouge
  • 1/4 c. à c. de curry en poudre
  • 1/4 c. à c. de coriandre fraîche hachée
  • 1 pincée de cumin
  • 20 g de poivron vert coupé en tous petits dés
  • 30 g de comté coupé en tous petits dés
  • Sel, poivre

Pour gratiner : 

  • 2 c. à c. de chapelure
  • 1 pincée de paprika

Ouvrez la chayotte en deux et enlevez le noyau. Faîtes cuire la chayotte à l’eau bouillante salée 30 à 40 minutes.
Laissez refroidir puis évidez la pour récupérer la chair sans abimer la peau.
Faites revenir le poivron émincé en tous petits dés 5 à 10 minutes.

Mélangez tous les ingrédients et épices sauf la chapelure et le paprika, puis versez cette préparation dans les coques de chayotte.

Couvrez de chapelure puis de paprika.

Mettez au four 15 minutes à 180°C.

chayotte-farcie-poivrons-curry-2

Tajine de poulet au potiron et lentilles corail

S’il y a une institution dominicale que j’adore respecter (à part celle du brunch, celle du DVD sous la couette, et celle de ne rien foutre de toute la journée) c’est bien le poulet rôti du dimanche midi.

Je n’en prépare pas quand nous sommes uniquement à deux, par contre dès qu’on reçoit c’est un classique que j’adore réaliser, car il est ultra simple, inratable et je n’ai jamais trouvé personne qui n’aime pas le poulet rôti ( et pourtant je connais des gens bizarres qui n’aiment pas le chocolat, pas les burgers ou pas le fromage, c’est pour dire ^^).
Depuis que nous avons emménagé dans notre maison il y aun an et demi, nous avons investi dans un four de compétition, genre piano de cuisson ultra large. Il intègre même un tourne broche et honnêtement, je pense qu’on pourrait embrocher 3 poulets les uns derrière les autres tellement il est grand!
Alors voilà, ça a un goût incroyable sans avoir à rien faire, un peu comme le poulet qui vous chatouille les narines au marché le dimanche matin et vous donne immédiatement faim même s’il n’est que 10 heures du matin!
Mais parfois, on se dit que tomber dans la routine ce n’est pas bien, c’est pourquoi ma résolution du jour est de revisiter le poulet du dimanche autrement! Et bien sûr, on n’est jamais à l’abri de bonnes surprises! Ce tajine en est l’exemple-type : accompagné de petits légumes de saison et d’épices exotiques, le poulet prend une toute autre dimension, mais n’en est pas moins super savoureux et goûteux!
A tel point que je pourrais parfois abandonner mon poulet à la broche pour un tajine de poulet, qui pourrait devenir une nouvelle institution dominicale!
J’ai réalisé cette recette pour le concours du poulet St Sever, « Revisitez le poulet du dimanche ».
poulet-tajine-potiron

Tajine de poulet au potiron et lentilles corail

Pour 6 personnes

  • 6 cuisses de poulet
  • 600 g de potiron épluché
  • 2 oignons rouges
  • 2 gousses d’ail
  • 75 g de lentilles corail
  • 300 g de chou vert
  • 2 petits navets
  • 8 tomates
  • 2 bouillon cubes de volaille
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1/2 c. à c. de curcuma
  • 1/2 c. à c. de gingembre
  • 1/2 c. à c. de cannelle
  • 1/2 c. à c. de  muscade
  • 1/2 c. à c. de cardamome ou 4 graines entières
  • 1 c. à c. de harissa ou de purée de piments
  • 4 clous de girofle
  • 4 c. à c. de ras el hanout
  • huile d’olive
  • Sel, poivre
 poulet-tajine-potiron-2

Épluchez les oignons et l’ail et émincez-les. Épluchez et coupez en dés tous les légumes. Faites fondre les cubes de bouillon dans un litre d’eau bouillante.
Dans un tajine ou un plat avec couvercle, faites chauffer un peu d’huile d’olive. Ajoutez les oignons et les gousses d’ail hachées et faites-les revenir quelques minutes.
Ajoutez le poulet et faites-le dorer.
Ajoutez tous les légumes sauf les lentilles, puis la harissa, le ras el hanout, les épices et mélangez.
Versez le bouillon et laissez mijoter à couvert environ 1 heure.
Ajoutez les lentilles et poursuivre la cuisson 12 minutes.
Ajoutez les pois chiches et prolongez de deux minutes.
Ajustez l’assaisonnement selon votre goût.
Versez un filet d’huile d’olive de bonne qualité sur le plat et servez chaud, accompagné de semoule.

poulet-tajine-potiron-3