Archives par mot-clé : chocolat

Cookies café, noix de macadamia et chocolat blanc

Les derniers mois de 2017, j’ai été assez stressée et overbookée, mais depuis le début d’année cela va mieux, le rythme se calme un peu et je peux souffler! Le naturel revient alors au galop et je me cherche de nouvelles missions à accomplir, à croire que cela me manque d’avoir mille choses à faire… Cela passe notamment par le fait de faire un peu plus de cuisine « maison ». Bon, je fais bien sûr mes repas moi-même, sinon ce blog n’existerait pas! Par contre, j’achète encore assez souvent des compotes, des yaourts ou encore des biscuits tout faits, et j’aimerais les remplacer quand c’est possible par du fait maison pour que ma fille mange des produits plus naturels. Cela ne veut pas dire que cela ne sera pas gourmand, mais que cela ne contiendra que de « vrais » ingrédients. Pas de conservateurs ou de « e »-quelque chose!
 
 
C’est donc l’occasion pour moi de faire un peu plus de biscuits et autres sablés en tous genre, finalement très simples à faire en règle générale. Parmi eux, les cookies sont mes petits favoris. Je suis toujours contente d’en tester une nouvelle variante!
 
Si vous aimez les cookies autant que moi, cette recette va vous rendre heureux! Même si je ne suis pas la plus grande fan de chocolat blanc au monde (j’aime ça, mais pas autant que le chocolat noir ou au lait), ces cookies m’ont vraiment plu. Il fait dire que l’association du chocolat blanc avec les noix de macadamia fonctionne super bien! Les biscuits sont légèrement croustillants à l’extérieur avec un intérieur plus mou, plein de morceaux de noix de macadamia et de chocolat blanc.  J’ai fait beaucoup de versions de cookies, mais je pense qu’ici on atteint l’apothéose! Encore que, il faudrait que je re-goûte toutes mes autres recettes pour bien me rappeler avant de comparer! 
 
 
On pourrait penser que pour faire des cookies au chocolat blanc, il suffit de prendre sa recette de cookies habituelle et d’échanger le chocolat noir par du blanc! Mais ce n’est pas si simple! Le chocolat blanc est beaucoup plus sucré que le chocolat noir, ce qui fait qu’il faut réussir à créer l’équilibre avec une pâte moins sucrée. L’ajout de noix contrebalance aussi le côté sucré du chocolat et donne du pep’s et du croquant à l’ensemble. Inutile de vous dire que je suis ravie d’avoir trouvé cette recette qui est absolument divine! J’ai utilisé des noix de macadamia grillées et salées – leur saveur légèrement salée mélangée au chocolat blanc et à la pâte à cookie est une combinaison parfaite. 
 
P.S. : Si vous aimez tellement les cookies qu’il vous en faut toujours plus, ce cookie géant va vous ravir!
 
 
 
 
Cookies café, noix de macadamia et chocolat blanc

Quantité ou nb de personnes: Pour une vingtaine de cookies

Ingrédients

  • 1 œuf
  • 125 g de beurre mou
  • 120 g de noix de macadamia
  • 175 g de farine
  • 140 g de chocolat blanc
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 4 c. à c. de café soluble
  • 40 g de sucre en poudre
  • 60 g de sucre roux

Préparation

  1. Concassez les noix de macadamia et le chocolat à l'aide d'un couteau.
  2. Dans un saladier, mélangez le beurre mou et les sucres. Ajoutez l’œuf, puis la farine, la levure et le café soluble. Mélangez rapidement pour obtenir un mélange homogène.
  3. Ajoutez alors le chocolat et les noix et mélangez délicatement.
  4. Formez une vingtaine de boules et déposez les sur une plaque allant au four couverte de papier cuisson en les aplatissant légèrement. Réservez au frais.
  5. Préchauffez le four  à 180°C.
  6. Enfournez pour 12 minutes environ. Laissez tiédir avant de le décoller de la plaque.

Que faire avec un extracteur de jus?

Photo Rob Bertholf@Flickr
 
Depuis quelques semaines, j’ai fait l’acquisition d’un nouveau jouet qui me ravit : un extracteur de jus! C’est un achat que j’ai bien médité avant de me lancer, car je craignais de me retrouver avec un attrape poussière de plus! Vous savez, les appareils à fondue à chocolat, à pop-corn, à pâtes, à woks, j’en ai des étagères entières et je ne vous cache pas qu’ils ne me servent quasiment jamais! Mais cette fois-ci, je dois dire que j’ai déjà plus qu’utilisé mon extracteur! C’est bien simple, j’y suis accro! Aujourd’hui, je vous propose d’en savoir un peu plus sur les fonctions d’un extracteur de jus car figurez-vous qu’il ne sert pas qu’à faire des jus!
 
   
Photo Rob Bertholf@Flickr

Des jus

 
Oui évidement, je ne pouvais pas ne pas vous en parler! Mais il faut comprendre qu’avec cet appareil, vous obtiendrez des jus vraiment très différents des jus que vous pouvez réaliser au blender, et que rien que cette fonctionnalité justifie l’acquisition de la bête! Grâce à votre extracteur, vous obtiendrez en quelques secondes, un jus totalement fluide, à la texture parfaite, sans filtrage nécessaire, et ce, même avec des fruits ou légumes très durs, comme la carotte ou la pomme! C’est tout simplement bluffant de voir le résultat!
 

Des coulis

 
Bien sûr, si l’appareil peut faire des jus, il peut vous permettre de faire de délicieux coulis de fruits, comme le coulis de framboises pour vos glaces et desserts, ou de légumes, comme le coulis de tomates que l’on met sur les pizzas par exemple!  C’est à la fois rapide et économique , idéal quand c’est la saison en remplacement des boîtes de conserve!
 
Photo Angela Mueller@Flickr

Des laits végétaux

 
Une des fonctions que j’utilise le plus, c’est la réalisation de laits végétaux! En 2 minutes, vous pouvez obtenir un litre de lait d’amandes ou de noisettes, et vous obtenez des déchets de noix, que l’on nomme « okara », délicieux et réutilisables dans plein de recettes.
 

Du café moulu

 
Je n’avais pas du tout pensé à cela avant mon achat, mais les extracteurs peuvent moudre le café! C’est parfait pour moi qui suis passée au vrac : j’achète donc mon café en grains en vrac, et je le mouds à la maison. Il faut savoir que le café perd très vite de son arôme après avoir été moulu, donc le faire au fur et à mesure apporte un vrai gain au niveau du goût!
 
Photo Marco Verch@Flickr

Des pâtes d’oléagineux

 
A vous les pâtes de noisettes, d’amandes, le tahin… Toutes ces délicieuses préparations sont souvent assez chères dans le commerce, mais avec votre extracteur vous pouvez en faire en moins de deux, la quantité précise qu’il vous faut!
 
Photo Smabs Sputzer@Flickr

Des huiles

 
Grâce à un accessoires supplémentaire, vous pouvez réaliser vos propres huiles avec votre extracteur. Je n’ai pas encore testé cette fonction, mais je compte bien acheter l’accessoire nécessaire et me lancer prochainement! je ne sais pas si tous les modèles sont compatibles avec cette fonctionnalité, mais le mien, que j’ai trouvé chez Natura Sense et que j’adore, oui!)
 
Et vous, l’extracteur, ça vous fait envie? Vous en avez un ou pas? Si oui, vous avez d’autres utilisations auxquelles je n’ai pas pensé?

Quel poivre utiliser dans vos recettes?

Photo Tim Simpson @Flickr
 
Tout le monde connait le poivre. Vous en avez forcément chez vous, rangé dans le placard de votre cuisine avec les autres épices du quotidien. Le poivre que l’on a chez soi est généralement du poivre noir, en moulin ou déjà moulu. On l’utilise car il apporte du piquant et relève les plats. Mais le poivre a une histoire très riche à raconter, et peut vous apporter bien plus en cuisine! Les différents poivres cultivés dans le monde, ainsi que les différents stades de maturité auxquels on le cueille offrent des saveurs diversifiées qui permettent de sublimer des plats très différents. Je vous propose donc de découvrir les différentes variétés qui existent, et à quelle utilisation les réserver.
 
    
Photo Markus Grossalber @Flickr

Comment choisir un poivre?

On trouve le poivre noir moulu en grande surface pour le côté pratique, mais ce n’est vraiment pas l’idéal. Il est souvent issu de mélanges de poivres peu qualitatifs, et il perd rapidement ses qualités aromatiques. Si vous recherchez la qualité, achetez votre poivre de préférence en grains entiers et moulez-le au fur à mesure de vos besoins pour profiter de saveurs encore bien prononcées. Vous pourrez ainsi connaître l’origine et la variété du poivre que vous consommez.

Comment conserver du poivre

Le poivre que nous consommons au quotidien est du poivre séché. Qu’il soit noir, rouge vert ou blanc, conservez-le dans un pot bien fermé, au sec et à l’abri de la lumière.
 


Photo tokyofoodcast @Flickr

Comment utiliser le poivre?

 
Ne faites pas cuire le poivre, car la chaleur détruit sa saveur. Mettez plutôt quelques tours de moulin en fin de cuisson.

Vrai poivre ou faux poivre?

Il existe différentes espèces de poivriers qui appartiennent à la famille des pipéracées et qui sont considérés comme de « vrais poivres ». C’est le cas du piper nigrum, qui donne le poivre vert, blanc, rouge et noir, suivant la maturité des baies au moment de la récolte). C’est LE poivre par excellence! Le piper longum ou poivre long, le piper cubeba ou poivre cubebe, et enfin le piper bordonese ou poivre Voatsiperifery sont aussi généralement acceptés comme étant de vrais poivres, car ils sont de la famille des pipéracées. Il existe enfin de « faux poivres », des baies parfumées qui ressemblent au poivre, et s’utilisent de la même façon que du poivre, mais qui n’en sont pas dans le sens strict du terme. Ils n’en restent pas moins délicieux et très intéressants en cuisine, bien que le terme « faux poivre puisse sembler dévalorisant!
 
Parmi les faux poivres, on peut citer :
 


Photo Bob Richmond @Flickr

Les vrais poivres, ou piper nigrum



Le piper nigrum, est la variété la plus connue et la plus commune de poivre. certains puristes diront même que c’est le seul véritable poivre. Il donne naissance au poivre vert, blanc, rouge et enfin au poivre noir. Ces différentes couleurs correspondent au degré de maturité du poivre.
 

Le poivre vert



Pour obtenir du poivre vert, la baie est récoltée avant maturité, à 6 mois. Elle est ensuite séchée, lyophilisée ou encore conservée dans du sel ou en saumure ou même utilisée fraîche. Le poivre vert est frais avec des notes végétales. Il est moins piquant que le poivre noir.



Utilisation : Dans les sauces, ou sur les poissons et viandes comme les entrecôtes, ou le canard, et dans les plats de cuisine française ou thaï.

Le poivre noir



Le grain est récolté juste avant maturité et séché au soleil où il noircît (d’où sa couleur), fermente et se flétrit pour donner un poivre très aromatique.



Utilisation : sur les légumes, viandes blanches, poissons.
 

Le poivre blanc, ou mignonnette



La baie est récoltée mûre, quand l’écorce de la baie devient rouge. Cette enveloppe rouge est ensuite enlevée par trempage dans l’eau et la graine est séchée jusqu’à ce qu’elle blanchisse. Il est doux et subtil car débarrassé de son écorce.
 

Utilisation : Sur les grillades et marinades, ainsi que les viandes rouges, volailles, poissons ou salades.

Le poivre rouge



Les baies sont récoltées à maturité après 9 mois et séchées à l’abri du soleil afin de garder leur écorce bien rouge. Son goût est piquant et intense, un peu caramélisé.



Utilisation : Volailles, le canard et le porc.
 

Les autres poivres de la famille des pipéracées

Le poivre long



Ce poivre a des baies très longues, comme son nom l’indique. Il est très parfumé avec des notes sucrées et florales.
 
Utilisation : Dans les ragoûts, soupes et plats d’hiver

Le poivre cubebe



Le poivre cubèbe au grain très rond est aussi appelé poivre à queue. Il est cultivé en Indonésie.
 
Utilisation : sur les plats aux œufs, les légumes ou encore le melon

Le poivre Voatsiperifery



Ce poivre sauvage pousse en pleine forêt, notamment à Madagascar. Il a de petits grains noirs et fripés aromatiques, et il est très résineux. Découvrez-le ici
 
Utilisation : sur les viandes, les poissons, les pommes de terre

Les poivres d’appellation



Ce sont des vrais poivres, qu’ils soient noirs, blancs, verts ou rouges, produits dans une région particulière et qui développent grâce au terroir local une saveur particulière.

Le poivre de Penja



C’est un poivre d’exception qui pousse sur les terres volcaniques de Penja. La culture s’est étendue mais il reste assez rare, car il est récolté à la main deux fois par an. Il a un piquant prononcé, et des notes boisées et ambrées.



Utilisation : Avec vos viandes rouges, du foie gras poêlé, du poisson à chair ferme, des poêlées de légumes ou du fromage de chèvre. 

Le poivre de Tellicherry



Ce poivre à gros grains brun foncé a un nez épicé et boisé et une longue persistance en bouche avec des notes fraîches d’agrumes et résine. Découvrez-le ici
 
Utilisation : sur les viandes rouges, des poissons gras ou encore du chocolat.

Le poivre de Lampong

 
Venant d’Indonésie, ce poivre a un nez très agréable de brioche, notes de bois, de cuir et de girofle.


Utilisation : avec les viandes rouges, les marinades ou les chutneys.

Le poivre de Sarawak



Ce poivre issu du nord de l’île de Bornéo en Malaisie est puissant et piquant, avec des notes de fruits exotiques et de citron vert.



Utilisation : avec des magrets de canard, une pièce de bœuf, du poisson ou des fruits de mer. 
 


Photo Abdulla Al Muhairi @Flickr

Le poivre Karimunda

 
Le poivre Karimunda de la région du Kerala en Inde est une des plus anciennes variétés de poivre en Inde. Ses grains sont petits, ronds, et fripés et son piquant est vif mais équilibré.



Utilisation : sur une salade de fruits  ou des fruits poêlés, avec du chocolat, ou encore dans les cocktails.
 

Le poivre de Kampot



Produit au Sud du Cambodge, il a des notes florales et épicées.
 
Utilisation : Viandes, légumes et poissons fins côté salé, sur des fruits exotiques comme cette pavlova à l’ananas côté sucré.
 
 
Photo Gisela Francisco @Flickr
 
 

Vous voulez commander des poivres de qualité? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!

Comment passer un week-end gourmand à Paris?

 Photo Tommie Hansen@Flickr
 
Vous connaissez mon amour des voyages et des petits week-ends, qu’ils soient tout à côté ou à l’autre bout du monde… Vivant à Lille, je dispose de nombreuses destinations faciles d’accès pour un week-end rapide, et parmi elles, il y a bien sûr Paris! Ce n’est pas la destination la plus originale qui soit, mais j’y ai pas mal d’amis et de famille et il y a toujours quelque chose à faire là-bas! Aujourd’hui, je vous propose mes petits conseils pour aller y passer un séjour sur le thème de la gourmandise!
 
   Photo e.b.archiuav@Flickr
 

Faire des balades gourmandes à travers Paris

Si vous voulez profiter d’une journée ou d’un week-end à thème gastronomique sans tout avoir à organiser, il existe des sociétés qui vous proposent des séjours tout prêts sur ce thème! La marina de Paris propose par exemple un diner croisière gastro à Paris, qui ont lieu sur la Seine bien sûr, et le site Paris City Vision recense des dizaines de balades gourmandes à Paris dont certaines très sympa comme le tour du chocolat à saint germain des prés ou la balade à travers le maris, un quartier que j’adore! 

 


Photo Louis Beche@Flickr

Acheter des macarons

 
Les macarons sont des spécialités de nombreuses villes . Mais le macaron que l’on trouve fourré et décliné de plein de couleurs est plutôt parisien et de nombreuses pâtisseries en proposent une gamme à vous faire tourner la tête. Il y a bien sûr Ladurée, mais aussi Pierre Hermé, Dalloyau, Lenôtre…

Tester des pâtisseries de renom

 
Il y a  des grands classiques, mais aussi des pâtisseries plus fashion dont on ne sait pas si elles dureront sur le long terme mais qui sont toujours rigolotes à tester. Vous trouverez par exemple une pâtisserie Michalak à saint germain des prés, La pâtisserie des rêves de Conticini dans plusieurs arrondissements, ou encore l’éclair de génie si vous avez une obsession pour cette pâtisserie en particulier.
 
Photo snowpea&bokchoi@Flickr

Goûter de bons chocolats

 
On continue dans les sucreries, car il y a de très bons chocolatiers à Paris! Il y a le chocolat Alain Ducasse, Patrick Roger, dont j’ai testé les parfums très originaux lors de mon dernier passage à Paris, Pierre Marcollini, pour ne citer que les plus célèbres!
 
Photo patrick janicek@Flickr

La rue des petits carreaux et rue de Montorgueil

 
Ces deux rues qui se prolongent l’une l’autre sont très gourmandes et proposent de nombreuses boutiques de métiers e bouche, des pâtisseries, des bars, des restaurants. La rue de Montorgueil a une vraie ambiance village avec ses étals de poissonniers, bouchers.. J’adore y faire un tour quand je passe à Paris!

Les boutiques de cuisine

 
Il y a de très bons commerçants pour qui cherche des choses assez spécifiques en matière de cuisine à Paris. J’aime notamment faire u tour chez G. Detou,  qui propose notamment des épices et ingrédients rares pour la cuisine et la pâtisserie, la petite épicerie, le bon marché, la grande épicerie, et surtout Tang frères, dans le quartier chinois!
 

Et vous, vous avez d’autres endroits gourmands que vous aimez visiter à paris? Je suis preneuse de nouvelles adresses!

Banana bread au rhum et raisins secs

Je pense avoir déjà dit que j’étais une grande fan de cuisine américaine. Elle ne se limite pas aux hot-dogs et aux burgers comme on a tendance à le penser, au contraire, elle est très riche en influences et très variée suivant les régions des États-Unis. Parmi toutes leurs spécialités, il y a beaucoup de recettes américaines qui ont intégré mon quotidien, mais aucune autant que le banana bread je pense!
 
C’est une recette plus « healthy » que beaucoup de recettes américaines, du moins, la recette de base! Après suivant ce qu’on met dedans, cela devient plus ou moins gourmand… Plutôt plus que moins avec moi! Depuis que j’ai testé cette recette de banana bread, j’en ait fait, re-fait et re-re-fait, un nombre invraisemblable de variantes qui ne m’ont jamais déçue! Je repars toujours de la même base à laquelle j’ajoute des garnitures : fruits confits, pépites de chocolat, caramel au beurre salé, nutella
 
banana-nutella-bread-4
 
Cette version a un petit côté exotique apporté par le rhum dans lequel on imbibe les raisins, qui se marie très bien avec la banane. Ce banana bread est vraiment parfait selon moi. Il est humide et parfaitement moelleux à l’intérieur, et un peu croustillant à l’extérieur. Le parfum de banane est présent juste comme il faut. Bref, il est délicieux et vraiment addictif. Le dernier que nous avons fait a été englouti en deux repas alors que nous n’étions que deux à la maison, cela vous laisse imaginer à quel point on l’a aimé!
 
Un avantage de cette recette, c’est qu’elle est est orientée « zéro déchet » puisqu’on peut utiliser des bananes trop mûres pour la réaliser. En fait, il vaut même mieux que vos bananes soient trop mûres. C’est ce qui donne la saveur à votre banana bread. Moi c’est bien simple, dès que je vois 3 bananes qui commencent à noircir dans le panier de fruits, je suis contente, car je sais comment elles vont finir!
 
banana-nutella-bread-2

Banana bread au rhum et raisins secs

 
  • 75 g de beurre demi sel
  • 150 g de cassonade
  • 1 œuf
  • 3 bananes 
  • 100 g de farine blanche
  • 100 g de farine semi complète
  • 20 g de flocons d’avoine
  • 1 c.à c. de levure
  • 1 c. à c. d’arôme vanille
  • 1 pincée de cannelle
  • 60 g de raisins secs
  • 10 cl d’eau
  • 1 bouchon de rhum
Faites tremper les raisins dans le rhum et l’eau la veille au soir, ou au minimum 2 heures avant.

Préchauffez le four à 180°C. 

Écrasez les bananes avec un presse purée ou une fourchette pour qu’elles gardent quelques morceaux. Réservez. 

Dans un mixeur, mélangez la cassonade, le beurre, l’œuf, la vanille.

Dans un autre bol, mélangez les farine, la levure et les flocons d’avoine puis versez l’ensemble dans le mélange à l’œuf et mélangez à nouveau. Ajoutez la cannelle.

Ajoutez les bananes et mélangez à la main.
Ajoutez les raisins et le reste de rhum si tout n’a pas été bu par les raisins.
 
Mélangez doucement.
 
Faites cuire pour 50 minutes environ, jusqu’à ce que la pointe d’un couteau ressorte propre.
Laissez refroidir environ 10 minutes dans le plat avant de démouler et de manger tiède.
 
 
banana-nutella-bread-3
 
Avec cette recette à la banane, je participe à Cuisinons de saison !
 

Que faire avec de la fève tonka?

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de mes ingrédients phares en pâtisserie… La fève tonka! L’avez-vous déjà testée? Autrefois associée à la haute gastronomie, elle s’est maintenant pas mal démocratisée à la maison. Je vous propose d’en savoir un peu plus sur elle et surtout, de vous donner des idées pour l’utiliser dans vos desserts! 

La fève tonka, c’est quoi?

 
La fève tonka est un ingrédient exotique qui pousse notamment en en Amérique du Sud et en Guyane. Ces petites gousses noires proviennent d’un arbre à fleurs nommé cumaru, et appartiennent à la famille des pois. Les fèves tonka  mesurent environ 2 cm de long, et ressemblent à une sorte de raisin sec en bois ou de noyau d’olive de couleur brune. Le caractère le plus distinctif de la fève tonka se perçoit cependant avec le nez et non avec les yeux : elle dégage des saveurs capiteuses de vanille, des arômes de clou de girofle, de magnolia et de bois de santal. C’est un pur délice qui l’a rendue très convoitée dans l’industrie du parfum. Elle entre d’ailleurs dans la composition de certains parfums de renommée mondiale.

Quel goût a la fève tonka?

 
La fève tonka n’a pas le goût de fèves classiques, c’est le moins qu’on puisse dire. Elle rappelle plutôt la vanille, avec une légère touche d’épices fruitées et parfois des notes d’amande et de caramel.

La fève tonka est-elle toxique?

L’histoire de la fève tonka est entourée d’un peu de mysticisme. Pendant des siècles, les païens et les adeptes de l’occulte ont cru que cette fève pouvait aider à guérir la dépression voire même, à l’aide d’ un rituel, vous accorder votre souhait le plus cher. Je vous laisse essayer si vous voulez… Mais je pense qu’elle sera bien plus efficace pour envoûter vos invités à table! La fève tonka est interdite aux États-Unis, car elle contient un composé appelé «coumarine», qui peut causer des problèmes de foie lorsqu’il est pris à fortes doses. Il y a donc beaucoup d’articles circulant sur la toxicité des fèves tonka. La réalité est qu’il faut arrêter de pousser mémé dans les orties : il vous faudrait manger l’équivalent de 30 fèves tonka entières pour que la teneur en coumarine devienne dangereuse – et comme on peut en général faire de nombreuses recettes avec une seule fève, vous avez peu de risques de dépasser les quantités autorisées.
 
    

Où trouver  de la fève tonka?



Les fèves Tonka ne sont pas encore un ingrédient ultra courant, donc les boutiques d’épices en ligne sont le meilleur endroit pour les trouver. Je vous recommande David Vanille, dont je vous ai parlé plusieurs fois pour la qualité de ses produits, qui propose de très belles fèves tonka du Brésil. je vous propose d’ailleurs un code promo en fin d’article si vous voulez commander chez lui.

Comment utiliser la fève tonka?



Tout d’abord, avec parcimonie! Il en faut peu pour donner son parfum à une recette, alors ne vous lâchez pas trop. Râpez les fèves tonka avec une râpe de type microplane, comme vous le feriez avec de la muscade, pour obtenir une poudre très parfumée.
Vous pouvez acheter une râpe à fève tonka si vous voulez, mais toute râpe fine fera l’affaire. Comme la vanille, la fève tonka est le plus souvent infusée dans des liquides, comme le lait ou la crème. On peut l’infuser entière, ou en copeaux, que l’on ajoute alors au liquide à feu moyen, en évitant de faire bouillir la préparation, pour ne pas altérer la saveur de la fève.
 

Comment conserver la fève tonka?

 
Conservez les fèves tonka dans un bocal hermétique, comme n’importe quelle autre épice. Rangez-le dans un endroit frais, sec et sombre si possible. Les fèves tonka se conservent des mois, voire des années de cette façon, mais au fil du temps, leur saveur va s’altérer, il est donc préférable de ne pas attendre trop longtemps pour les consommer.

Que faire avec la fève tonka ? 

Des recettes au chocolat



La fève tonka forme un accord parfait avec le chocolat. Râpez-en un peu dans toutes vos recettes habituelles au chocolat, par exemple dans des cœurs coulants au chocolat, ou dans des truffes.
 
Photo TALMADGEBOYD @Flickr

Des recettes aux fruits



La fève tonka accompagne très bien les desserts aux fruits comme les fraises, les pommes ou les abricots par exemple. Si vous voulez être plus olé olé, allez même jusqu’à en mettre dans une tarte sucrée à la citrouille, un régal!



Du pain

 
Mélangée avec de la farine, la fève tonka vous permettra de réaliser un délicieux pain tonka.

Des macarons

 
Mélangez la fève tonka avec le sucre glace pour faire des macarons au goût de tonka, digne des grands chefs.
 
Photo Coralie Ferreira @Flickr

De la glace

 
Partez de votre recette habituelle de glace vanille, mais au lieu d’infuser de la vanille, mettez de la fève tonka, et préparez-vous à vous régaler.

De la crème chantilly



La veille, placez une fève de tonka dans un récipient avec de la crème et laissez reposer au réfrigérateur toute la nuit. Réalisez ensuite votre chantilly normalement, elle sera délicatement parfumée.

Du caramel



Faites une sauce caramel maison. Une fois qu’elle a refroidi un peu, râpez de la fève tonka et mélangez.
 
Photo Joy @Flickr



Des pâtisseries françaises classiques



La fève tonka se marie particulièrement bien aux pâtisseries à la française. essayez par exemple d’en mettre dans des éclairs à la vanille, un mille feuille, ou encore, dans un fraisier.

Des crèmes et entremets



La fève étant pratique à infuser dans de la crème ou du lait, elle se prête particulièrement aux crèmes et entremets. Essayez par exemple dans le tiramisu, les crèmes brûlées, les sabayons ou les flans.

Photo Luke,Ma @Flickr

Dans les purées de pommes de terre, les soupes ou les sauces salées



Côté salé, leur léger parfum d’amande amère fonctionne également bien dans les plats salés, comme la purée de pommes de terre, les sauces et les soupes.
 

Des poissons



Tout comme la vanille, la tonka peut très bien s’associer à des poissons fins ou à des fruits de mer. essayez par exemple d’en saupoudrer sur des Saint Jacques juste snackées.
 

Des sucres et sirops

 
Réalisez un sirop de fève tonka que vous pourrez utiliser dans vos cocktails, cafés ou vos recettes de cuisine. faites chauffer un mélange de 35 cl d’eau et 35 cl de sucre à la casserole avec une fève de tonka jusqu’à ce que le sucre soit dissout. Retirez du feu et laisser infuser dans une bouteille pendant 1 mois ou plus. Les fèves tonka entières peuvent également parfumer vos sucres ou votre café, pour cela, ajoutez une fève entière directement dans votre bocal et laissez reposer.

Des cocktails



La saveur complexe de la fève tonka en fait également un ingrédient de cocktail intéressant, ses notes épicées faisant notamment des merveilles avec les whiskies et des cognacs. Faites infuser la fève directement dans vos alcools, ou faites des cocktails en utilisant un sirop de fève tonka, je vous en parle juste en dessous.
 
Photo ben.lumley @Flickr
 

Vous voulez commander des fèves tonka? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!
 
Et vous, vous aimez la fève tonka? Vous avez d’autres idées pour l’utiliser?

Comment recycler ses chocolats de Pâques?

Photo Jackie @Flickr
 
Je vous souhaite de joyeuses Pâques à tous! Chaque année, ce sont des dizaines de chocolats qui s’accumulent dans nos placards après Pâques. Même si de mon côté, j’engloutis tout dans les deux jours qui suivent le ramassage des œufs dans le jardin, au bout d’un moment, les enfants n’en ont plus envie et peinent à les terminer. Ces restes de chocolat, pas question de les jeter! Après tout, du chocolat, peu importe qu’il soit en forme de lapin ou de poule, ça reste du chocolat ! Je vous propose donc plusieurs idées qui vous aideront à écouler plus rapidement votre stock sans risquer de vous lasser. 
 
 
Photo ketnyelvugyerek @Flickr

Pour le goûter des enfants

Après l’école, proposez à vos enfants un morceau de pain avec un peu de beurre et un petit œuf en chocolat glissé dedans. C’est plus nourrissant et moins écœurant que de manger les chocolats tels quels.
 

Dans vos gâteaux

Tout le monde raffole des gâteaux au chocolat. Les œufs de Pâques, qu’ils soient blancs, noirs, praliné, au lait, vous permettront de remplacer les tablettes de chocolat, tout simplement. Cassez votre chocolat et pesez le avant de le faire fondre. Si votre chocolat est très gras ou très sucré, diminuez un peu la dose de sucre ou de beurre dans votre recette d’origine. Si vous avez des œufs fourrés en chocolat, vous pouvez les utiliser aussi, ou pourquoi pas, les mettre tels quels au centre de fondants individuels pour former un cœur coulant
 
 Photo Neil Conway @Flickr

Dans des cookies

Certains gâteaux ou biscuits contiennent des pépites de chocolat, comme les fameux cookies. S’il vous reste quelques petits morceaux de chocolats de Pâques, utilisez-les à la place de vos pépites. Pour cela, il vous suffit de les couper en petits morceaux. 
 

Pour décorer vos pâtisseries

Vous pouvez par exemple décorer le sommet de vos cupcakes avec un œuf praliné, ou déposer un petit personnage sur un gâteau. Vos enfants n’en feront qu’une bouchée !
 
 Photo P. James Murray @Flickr
 

Dans vos chocolats chauds

Le chocolat se fond facilement pour réaliser un délicieux chocolat chaud qui ravira les petits comme les grands. Pour cela, placez quelques morceaux de chocolat dans le fond d’une tasse et de verser le lait bien chaud par-dessus en remuant. Vous pouvez ajouter une lichette de rhum ou de whisky dans les tasses pour les adultes, soyons fous !

Dans vos céréales

J’adore le muesli au chocolat! Pour utiliser les « vieux » chocolats, il suffit de les couper en petits morceaux et de les mélanger à vos flocons d’avoine, et le tour est joué!
 
Et vous, vous êtes du genre à avoir des restes de chocolat ou à tout manger?

Petits paniers d’œufs mimosa

Pâques approche à grand pas! Je n’arrive pas à croire que cette fête soit arrivée aussi vite cette année! Je sais qu’elle arrive car il y a des publicités pour du chocolat partout dans ma boîte aux lettres, mais j’ai l’impression que Noël était juste hier! 
 
Pâques est une fête où le chocolat est omniprésent, mais aussi les œufs sous toutes leurs formes. Je ne suis pas une fan de l’agneau pascal, donc je vous avoue que je préfère largement explorer le thème de l’œuf au long de ce repas! Le deviled egg, ou comme on dit chez nous l’œuf mimosa est une spécialité un peu désuète en France mais très fréquemment proposée dans les repas américains.
 
 
Il existe notamment des recettes super mignonnes où les oeufs prennent la forme de poussins qui sortent de leur coquille, ou encore des variantes avec des œufs colorés. J’ai voulu préparer moi aussi une version sympa dans sa présentation, en réalisant des petits paniers avec de la ciboulette pour former les anses. Je me suis bien amusée à les faire et tout le monde les a trouvés adorables au moment du service!
 
Maintenant, je dois vous avertir : ces œufs vont disparaître de votre table rapidement, alors assurez-vous d’en faire une belle quantité. J’ai été agréablement surprise de voir à quel point ceux-ci étaient populaires, alors que la préparation n’a vraiment rien de sorcier. Ma recette est pour 2 œufs mais elle est très facile à multiplier suivant le nombre d’invités que vous aurez. 
 
Ces œufs plairont aussi bien à la table des enfants qu’à la table des adultes, mais au cas où vous chercheriez des saveurs plus prononcées pour les grands, jetez un œil à mes œufs de Pâques aux anchois.
 
 
 

Petits paniers d’œufs mimosa

 
  • 2 œufs
  • 30 g de poivron rouge émincé très finement
  • 1 échalote
  • 30 g de betterave cuite râpée 
  • 2 tiges de ciboulette
  • 1 c. à s. de persil haché
  • 2 c. à s. de mayonnaise
  • Sel, poivre

Pour le montage

  • Quelques tiges de persil
  • 1 c. à s. de persil haché
  • 1 c. à s. de mayonnaise
 
Faites cuire les œufs pendant environ 10 à 12 minutes, puis passez-les sous l’eau froide et écalez-les.
 
Coupez en tout petits cubes les poivrons, râpez la betterave, émincez l’échalote et hachez la ciboulette et le persil.
Coupez le haut de chaque œuf, de façon à accéder au jaune et pouvoir le retirer de la cavité très délicatement. 
 
Écrasez-le et mélangez-le avec les légumes.
 
Assaisonnez avec le sel et le poivre, ajoutez la mayonnaise et remuez jusqu’à obtenir une consistance crémeuse.
 
Déposez un peu de mayonnaise dans une assiette et trempez y les bords de vos œufs. Trempez-le ensuite dans le persil haché.
 
Remplissez les œufs du mélange réalisé précédemment, puis plantez une tige de ciboulette de chaque côté pour qu’elle forme une anse.
 
Avant le service, conservez vos œufs au réfrigérateur, recouverts d’une feuille.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.mohakonyha.hu/2014/04/husveti-tojaskosarkak.html

 

Chocolat façon « Crunch » maison

Quand arrive Pâques, j’aime offrir de petits cadeaux faits maison à ma famille. Parmi tous les chocolats que l’on trouve à la période de Paqûes, j’avoue que j’en trouve beaucoup écœurants ou trop sucrés. Ce que je préfère, ce sont les plaques de bon chocolat, tout simplement! Mais j’avoue que ça ne fait pas très festif d’offrir de simples plaques de chocolat… Heureusement, il est facile de fabriquer soi-même des chocolats au look un peu plus artisanal, que l’on peut ensuite emballer joliment. Ça a tout de suite un petit côté sympa pour offrir!
 
Faire votre propre chocolat ne nécessite aucun équipement spécial, même pas un thermomètre de cuisine. Et cela prend 10 minutes à tout casser. Il suffit de faire fondre le chocolat doucement et de mélanger avec les autres ingrédients. Ensuite, vous versez le tout dans un plat couvert de papier cuisson ou dans un moule en silicone. Vous laissez refroidir, et c’est prêt! 
 
 
J’ai déjà réalisé plusieurs gourmandises de ce genre, comme ces plaques de chocolat fantaisie. Cette fois-ci, j’avais envie de réaliser une sorte de « crunch » maison, un chocolat au riz soufflé tout simple et bien croustillant.  Je savais que ce parfum plairait à pas mal de membres de ma famille et c’était vraiment un cadeau vite fait bien fait. Ce fut un grand succès, je peux dire que tout le monde a adoré! Pour présenter joliment mes chocolats, je les ai moulés en petits cercles, mais en format plaque cela fonctionne très bien aussi, faites avec ce que vous avez!
 
Le seul conseil que je peux vous donner à propos de cette recette est de préparer vos ingrédients. Faites vos pesées avant de commencer à faire fondre le chocolat, car le chocolat fond assez vite et vous devez rester à côté pour le surveiller une fois qu’il est sur le feu. 
 
Quand j’étais enfant, j’étais une fan de céréales au riz soufflé, mais maintenant que je suis adulte, il ne me viendrait plus à l’idée d’en manger telles quelles dans un bol avec du lait : je préfère les flocons d’avoine ou le muesli! Du coup, il me reste un bon demi paquet de riz soufflé à l’issue de cette recette. Si vous avez des idées de quoi faire de sympa avec, je suis preneuse! 
 
  
 
P.S. : Si vous êtes à la recherche d’autres idées de cadeaux gourmands pour pour Pâques, en voici une ici!

Chocolat façon « Crunch » maison

 
Pour 4 plaques environ
 
  • 400 g de chocolat au lait
  • 30 g de riz soufflé
 
Faites fondre au bain marie le chocolat.
Une fois fondu, mélangez-le sans attendre au riz soufflé.
Versez la préparation dans des moules en silicone et lissez-la.
Mettez 30 minutes minimum au réfrigérateur avant de démouler.
 

Ma sélection de films en rapport avec la cuisine

Photo Kevin Dooley @Flickr
 
Aujourd’hui je vous propose de changer un peu des recettes… Rassurez-vous, on reste bien dans le domaine de la cuisine! J’aime tellement la cuisine que je l’apprécie aussi dans les films, et j’ai pensé qu’il serait sympa de vous partager ma sélection de films en rapport de près ou de loin avec la nourriture!
Les avez-vous vus? En connaissez-vous d’autres? Si oui, je suis preneuse de vos recommandations, je ne me lasse pas de cette thématique!

Charlie et la chocolaterie

Qui n’a jamais rêvé de visiter la merveilleuse usine de Willy Wonka et de rencontrer ses adorables Oompas loompas? Moi oui, en tout cas! Je ne désespère pas de trouver un ticket d’or un jour l’autre dans un de mes emballages de chocolat! Je suis une fan inconditionnelle de Roald Dahl depuis mon enfance, et Charlie et la chocolaterie est l’un des plus féériques de ses livres à mes yeux! Alors forcément, vu par Tim Burton, un de mes réalisateurs favoris pour sa façon créer des univers à la fois magiques et presque réels, cela ne pouvait que me plaire! 
 

The lunchbox

Dans ce film, deux êtres se rencontrent par erreur, à travers une lunchbox, qui suite à une erreur de transmission, leur servira de messager. J’aime beaucoup l’Inde, et découvrir la vie à Bombay à travers cette comédie romantique m’a beaucoup plu. 
 

Les délices de Tokyo

Je suis une fan du Japon, mais aussi de tout ce qui a trait à la culture japonaise, dont les livres et films! Donc j’ai voulu voir instantanément ce film lorsqu’il est sorti. Il parle d’un homme qui tient une petite échoppe à dorayakis (des sortes de pancakes fourrés à la pâte de haricot rouge), et qui embauche une vielle dame pour l’assister dans la réalisation de cette spécialité. On découvre alors avec lui petit à petit l’histoire de cette femme, et le film révèle alors à travers elle un aspect bouleversant de l’histoire du Japon que je ne connaissais pas du tout.

Julie et Julia

Ce film n’a rien d’exceptionnel, mais il m’a amusée car il décrit la vie d’une blogueuse culinaire qui se met en tête d’apprendre à cuisiner aussi bien que son idole, Julia Child, en testant une par une toutes ses recettes sur un blog pendant un an. Je ne connaissais pas Julia Child avant de voir ce film, mais elle semble être une vraie peau de vache, je ne sais pas si c’est vrai!
 

Le festin chinois

Un homme que la femme a quitté parce qu’il s’investissait trop dans son métier de cuisinier a perdu toute motivation et sombré dans l’alcoolisme, jusqu’à jour où un autre chef le défie, l’obligeant à se remettre au travail. C’est un film assez comique, et bien que je ne sois pas trop habituée à l’humour des films chinois, il m’a bien fait sourire. Ce film est peut-être un peu kitsch, mais je l’ai découvert à l’adolescence, grâce à une amie qui en était fan et m’a passé son virus! 

 

Ratatouille

J’ai toujours adoré les Disney et celui ci n’échappe pas à la règle! L’intrigue n’a rien d’incroyable mais je trouve le film très bien fait, l’univers vraiment rigolo et le petit rat très attachant! J’ai hâte que ma fille grandisse un peu pour le regarder à nouveau avec elle!
 

Chef

L’histoire d’un chef étoilé qui tourne en rond dans son restaurant, et qui finit par ouvrir un food truck et faire le tour des États-Unis avec. Ce film est très chouette, c’est tout à fait mon genre, il met de la bonne humeur et donne le sourire. En plus, la bande originale est géniale, au point qu’il y a même eu une suite, un deuxième CD qui été édité!  Je les écoute super souvent!
 

L’aile ou la cuisse

Là je retombe en enfance, je n’ai pas vu de film de Louis de Funès depuis bien longtemps, mais petite, je me souviens d’avoir ri aux éclats devant ce film! Est-ce lui qui m’a donné ma passion de la cuisine? Difficile à dire!
 

Ceux que je n’ai pas vus

J’ai aussi repéré d’autres films que je compte voir un jour ou l’autre comme Merci pour le chocolat, le grand restaurant, Soul Kitchen ou beignets de tomate verte. Par contre, je ne sais pas si je finirai par voir Comme un chef, car je ne suis déjà pas une grande fan de films français, mais encore moins de Mickaël Youn!