Archives par mot-clé : sauce

Les bases de la cuisine indienne : le garam massala et le ghee

Certains ingrédients de la cuisine indienne, qui composent la majorité des plats indiens, ne sont pas disponibles en France ( ou pas dans une qualité intéressante), c’est pourquoi avant d’attaquer votre repas indien, vous devrez vous attaquer à certains préparatifs maison.

C’est le cas notamment du Garam Masala, du Ghee et du Paneer.
Qu’est ce que c’est que tout ça? Le Garam Masala, c’est un peu le « mélange indien » de Ducros, mais version authentique, où les épices ont été dosées et réduites en poudre par vous même.
Le Ghee, c’est le beurre indien, qui est en autres termes un beurre clarifié. Et le Paneer, c’est le fromage frais indien, une sorte de caillé qui s’utilise dans des plats comme nous mettrions de la crème liquide, mais cette préparation là je ne vous la détaillerai pas aujourd’hui, car je n’en avais pas besoin pour mon repas.
J’ai trouvé toutes ces explications dans le super livre « Bolly Cook », de Julie Schwob, acheté spécialement pour l’occasion et dont je suis ravie.
Bollycook - 50 recettes indiennes
De nombreuses techniques de base y sont expliquées, et les recettes sont classées par régions ce qui permet de comprendre un peu les habitudes alimentaires dans ce pays. Enfin, les recettes sont adaptées aux produits disponibles en France, mais gardent une touche authentique qui différencieront votre cuisine de celle faite habituellement en France avec des pots de sauce toutes prêtes ou des mélanges d’épice industriels.
3414375680_17b415d390_z
Photo par rajkumar1220 @Flickr

Le Garam Masala

Les masala sont des  mélanges d’épices indiens, que vous pourrez conserver dans une boite hermétique et utiliser dans vos préparations indiennes. Il en existe des centaines de variantes, le Garam Masala étant le plus connu.
Ingrédients
– 1 c à c de poivre noir en grains
– 2 c à c de graines de cumin
– 1 c à c de graines de cardamome sans l’enveloppe
– 1 c à c de clous de girofle
– 3 feuilles de laurier séchées
– 2 cm de bâton de cannelle
A l’aide d’un mortier, d’un moulin ou d’un mixeur, réduisez ce mélange en poudre.
Personnellement, mon mixeur n’a pas réussi à parfaitement moudre le mélange finement, il restait notamment de gros morceaux de feuilles de laurier.
J’ai ré-écrasé un peu à la main et j’ai finalement laissé les morceaux un peu plus gros. Ça ne m’a pas gênée dans les plats.
5414603050_7eed2e6cb6_z
Photo par ljguitar @Flickr

Le Ghee

Le Ghee est la matière grasse de base utilisée en Inde, un peu comme le beurre en France ou l’huile d’olive en Italie. C’est un beurre clarifié, qui reste donc liquide et qui développe un arôme assez différent du beurre!
Le beurre perd un peu de son poids lors de  sa transformation, aussi en fonction de la quantité de Ghee qu’il vous fait, prévoyez 5% de plus ( ex pour 100 g de Ghee, prévoyez 105 g de beurre – pour 475 g de Ghee, 500 g de beurre), voire même un peu plus car si vous n’êtes pas très doué vous perdrez encore un peu plus de matière ( ce qui fut mon cas!). Sinon vous pouvez carrément en faire beaucoup plus que nécessaire, le ghee se conserve parfaitement est c’est très bon! Dans ce cas mettez le dans un récipient hermétique et servez vous quand nécessaire, il ne rancit pas et n’a pas besoin d’être mis au frigo.
Ingrédients :
500g de beurre doux
Prenez du beurre de bonne qualité, idéalement bio
Coupez le beurre en dés.
déposez le dans une casserole et mettez la à chauffer à feu très doux.
Laissez le beurre fondre sans y toucher.
Quand il sera totalement fondu, une couche de petites bulles blanches épaisses viendra se placer à la surface. A l’aide d’une étamine ( ou dans mon cas d’une cuiller) venez ramasser très doucement l’écume blanche, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que du beurre fondu bien transparent dans la casserole. Ce beurre fondu transparent, c’est le Ghee. Vous pouvez l’utiliser comme de l’huile, dans une préparation de gâteaux, une recette, ou pour faire revenir vos légumes dans une poêle.

Friterie le King // Lille

J’ai fait ce rêve, impénétrable et inavouable, qu’ont effleuré de nombreux esprits affamés sans jamais l’atteindre totalement, d’accomplir la quête du graal ch’ti, trouver à Lille une vraie bonne friterie.
P1070535
Entendons nous sur le terme, une bonne frite, ce n’est pas une frite Mc Do toute fine, ce n’est pas une frite de Kebab, à la coupe régulière et surgelée, c’est une frite coupée main, cuite fraîche, molle au cœur et croquante voire cramée pour les plus petites.
La vraie friterie du Nord, c’est celle qui propose des américains mexicanos, des poulycroc, des vol au vents frits et autres invention machiavéliques belges, c’est un choix dithyrambique de sauces aux dénominations improbables comme la Hannibal, la bourguy burger ou l’Andalouse.
La première étape de ma quête m’a menée dans le quartier de Saint Maurice, a la redécouverte du King. Le King a un atout de taille : son look. Déjà c’est une baraque, une vraie, garée sur un parking, et il en reste peu à Lille. Comble du kitch avec sa façade taggée aux coloris chamarés et totalement incompatibles, la baraque concourt grandement au plaisir de la visite.
Le choix est à la hauteur et teinté de choix bien flamands.
J’avais connu cette friterie dans une ancienne vie, et j’adorais à l’époque leur américain steak, aux petits oignons bien grillés.
Je me suis jetée dessus avec le même enthousiasme qu’Alf avant d’engloutir un chat domestique que Proust devant une Madeleine.
P1070536
Hélas, le résultat ne fut pas tout à fait à la hauteur de mes attentes. Est-ce que j’avais embelli la chose dans mon souvenir ou le propriétaire a changé et n’a plus la même passion du graillon?
Toujours est-il que ma déception se résume en 3 points :
Frites : pas non plus des frites de Kebab, mais pas la frite jouissive de la friterie de quartier, loin de là, aussi bien en qualité qu’en quantité (normalement astronomique)
Steak : pas vraiment un steak haché, plutôt un burger avec 50% de viande, 50% d’on  ne sait quoi.
Oignons : bin y’en avait pas.
Bref, en 2014 j’aurai l’occasion de poursuivre la recherche ailleurs, et même si cette friterie n’est pas non plus mauvaise, j’espère pouvoir élever le niveau, même si nous ne sommes qu’à Lille et pas dans les Flandres profondes.
P1070537
Friterie Le King, rue du Buisson à Lille

Bastide 48

Bastide 48, c’est ce beau bâtiment, juste à la sortie de Rihour, devant lequel je suis passée tous les jours pendant 5 ans (j’habitais à côté) sans jamais y entrer. La façade, le logo, tout me laissait à penser que je n’avais pas le look coco ni le portefeuille pour le lieu. Ce qui est en partie vrai, mais pas seulement. Parce que comme beaucoup d’autres endroits fashion, Bastide 48 se découpe en deux parties, une « gastro », et une « bistro ».
Si la partie « gastro » est à réserver aux occasions particulières, la partie bistrot et bien plus accessible, et nous avons donc décidé d’y accéder.
D’abord, il faut avouer que le lieu est très sympathique. Une belle maison, un beau parquet, des éclairages tamisés, bref l’endroit cosy comme on les aime quand on mange à deux un vendredi soir en amoureux.
Les serveurs étaient par contre plutôt balbutiants : ne connaissaient pas la carte des boissons, ne pouvaient pas donner de carte des boissons qui était en cours de réimpression, ne savaient pas trop quoi recommander, un qui prend la commande et un autre qui arrive deux minutes plus tard pour la demander sans savoir que l’autre est déjà venu… Loin d’être désagréables, mais loin du genre de service qu’on imagine avoir dans des lieux de ce style.
planche-charcuterie
Nous avons attaqué l’entrée avec une planche de charcuterie et fromage. Sur les conseils avisés de la serveuse, on n’en a pris qu’une pour deux, et même si on est des gros mangeurs, grand bien nous en a pris. L’assiette était chargée comme la langue de Miley Cirus un lendemain de cuite, et ceux qui nous connaissent savent qu’on ne peut pas laisser une miette d’un bout de fromage ou de charcuterie. Nous nous sommes donc fait un devoir de la finir malgré sa taille. J’étais mitigée sur cette planche. Même si elle est proposée pour l’apéritif, donc peut-être plus pour des gens qui ont besoin d’éponger que des gens en quête de cuisine fine, les produits étaient industriels, ce qui ne valorise pas la cuisine du lieu. La quantité est un bon point, mais j’aurais préféré une assiette deux fois plus petite, avec des charcuteries régionales coupées sur place et des fromages originaux qu’on ne trouve pas chez Carrefour. Forcément quand tu entres là dessus, tu pries pour que le reste du repas ne fasse pas trop cantine.
cabillaud-chorizo
Heureusement ce ne fut pas le cas. Mon homme prit un veau à cuisson lente, et moi un  cabillaud au chorizo. Bien que les cuissons soient perfectibles, l’ensemble était très bon et les accompagnements (purée, flan de courgette) et sauces étaient délicieux.
veau-cuisson-lente
La quantité était une fois de plus au rendez-vous : de mon côté j’avais deux pièces de cabillaud, au point que mon homme a du finir mon assiette! (oui il faut admettre qu’on n’est pas vraiment sortables dans un lieu chic)
profiteroles
Enfin, les desserts, furent une vraie surprise : je pris une tatin à la poire, et mon homme des profiteroles, un de ses desserts favoris mais souvent malmené dans les restaurants français car sorti tout droit du congélateur. Et là, le bonheur absolu : des desserts excellents, des pâtes faites sur place, des goûts qui explosent, bref, un pur moment de bonheur.
tatin-peches
Au final, voilà vraiment ce qui me pousse à mettre ce restaurant dans mes coups de cœur : le repas n’a fait qu’aller crescendo en qualité, pour finir sur une apothéose sucrée. Et d’habitude, dans la plupart des restaurants c’est plutôt l’inverse. Et j’avoue que même si la charcuterie de l’entrée était trop basique, quand on finit sur une touche pareille, on paye son addition avec un grand sourire et on repart sur un petit nuage.
Bastide 48, 48 Rue de l’Hôpital Militaire à Lille. Tél : 03.20.86.50.81

Lingots du nord façon baked beans

Dans ma famille, le gigot d’agneau s’accompagne depuis toujours de haricots blancs. Je me suis donc sentie donc « obligée » de compléter ma purée de chou-fleur d’une préparation de haricots. En grande fan de brunchs je vous les propose cuisines façon baked beans, légèrement sucrés! En bonne ch’ti, je les ai réalisés avec des lingots du nord. Cette variété de haricots ne nécessite pas de trempage. Vous pouvez les remplacer par une autre variété de haricots blancs, en ajoutant le trempage si nécessaire.

Cette recette très simple conviendra parfaitement aux régimes sans gluten. Pour les végétariens et vegan, il vous faudra remplacer la sauce Worcestershire par un équivalent vegan ou la supprimer de la recette.

lingots-du-nord-baked-beans

Lingots du Nord façon Baked Beans

Pour 6 personnes

  • 250 g de lingots du nord
  • 1 boite de 400g de tomates concassées
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 2 c . à s. de concentré de tomate
  • 1 c. à s. de Worcestershire sauce
  • 4 c. à s. de sirop d’érable
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 l d’eau
  • 1 c. à s. de ketchup
  • 4 gouttes de Tabasco
  • Sel, poivre

lingots-du-nord-baked-beans2

Pelez l’oignon puis émincez-le. Faites de même pour l’ail.
Faites chauffer une cocotte avec 2 cuillères à soupe d’huile d’olive.
Ajoutez l’oignon puis faites-le revenir sur feu moyen pendant 5 minutes.
Ajoutez les haricots rincés, les tomates concassées, le concentré de tomate, le sirop d’érable, la sauce Worcestershire, l’ail et l’eau.
Mélangez, portez à ébullition puis couvrez la cocotte.
Baissez le feu et laissez mijoter pendant 2 heures et 30 minutes.
Mélangez de temps en temps. Si le mélange vous parait trop sec, ajoutez un peu d’eau.
A la fin de la cuisson, salez, ajoutez le tabasco et le ketchup, mélangez.
Goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement.

 

lingots-du-nord-baked-beans3

Menu de Pâques : Burger d’agneau

burger-agneau-feta
Pour le plat de mon menu de Pâques, j’ai eu envie de vous proposer un burger, pour changer! Bon pour moi ça ne change pas beaucoup, j’en mange plutôt souvent, je l’admets! Par contre ça renouvelle le traditionnel repas de Pâques en capitalisant sur l’ingrédient principal : l’agneau.
Pour cette recette, je n’ai pas fait de pain à burger maison car je voulais tester une nouveauté découverte récemment : le Brioch’Burger de la Fournée Dorée.
brioch-burger
La promesse : un bun à burger brioché, pour des préparations aussi bien salées que sucrées.
Mon avis? L’odeur et a texture rappellent les pains au lait et les brioches sucrées classiques. Cuisiné en version salée, ce pain fonctionne très bien, rappelant les préparations américaines type hot-dog. Contrairement aux pains à burger classiques souvent un peu secs si on ne les fait pas griller deux minutes, ce pain passe très bien même sans cuisson, ce qui convient ici parfaitement à ma recette car le formage et la sauce n’ont pas besoin de cuire. résultat, j’ai simplement cuit les steaks à la poêle et assemblé le reste des ingrédients à froid. Son seul défaut serait son aspect un peu austère sans graines sur le dessus.
Verdict de ce burger : je ne suis pas une folle d’agneau au premier abord, mais ce burger est un véritable régal, à faire et à refaire, une vraie trouvaille à adopter en toutes circonstances!
   burger-agneau-feta2

Burger d’agneau aux tomates rôties et à la feta

Pour 2 burgers
  • Environ 200g d’agneau haché
  • 8 tomates cerises
  • 2 buns briochés
  • 1 cuiller à soupe d’ail
  • 60 g de feta
  • 1 yaourt grec
  • 1 petite cuiller à café de vinaigre balsamique
  • 1 belle tige de menthe
  • 2 cuillers à soupe de persil plat
  • 1 cuiller à soupe de ciboulette
  • 1 c à c d’herbes de Provence
  • 1 filet d’huile d’olive
burger-agneau-feta4
Déposez vos tomates cerises dans un plat allant au four. Saupoudrez avec les herbez de Provence, du sel, du poivre, le filet d’huile d’olive.
Mettez au four 35 minutes à 160°C, en vérifiant et retournant régulièrement les tomates pour les rouler dans le fond d’huile.
A la fin, la peau doit être éclatée et les tomate toute molles.
réservez.
Mélangez le yaourt grec avec la menthe finement ciselée, une cuiller à soupe de persil plat ciselé, la ciboulette ciselée, le vinaigre balsamique, du sel et du poivre.
Mélangez la viande d’agneau avec l’ail, émincé très finement, et une cuiller à soupe de persil plat ciselé finement. Salez, poivrez et modelez deux buns.
Mettez les buns à cuire à la poêle avec un peu d’huile, à la cuisson que vous aimez.
Préparez les pains : couvrez les deux faces de sauce au yaourt. Sur la partie du dessous, déposez les tomates cerises. sur la partie du dessus, déposez la feta coupée en tranches.
Dès que les steaks d’agneau sont cuits, déposez les dans le pain, fermez et mangez tout de suite.
Rendez-vous très bientôt pour des idées d’accompagnements, si vous voulez changer des frites!
burger-agneau-feta3

Les 5 (+1) manières de reconnaître un burger digne de ce nom au restaurant

408384716_52cde3b4f1_zPhoto  par pointnshoot  @Flickr
Aujourd’hui, je vous livre mes astuces pour reconnaître un vrai bon restaurant de burgers. C’est en gardant cela en tête que (j’évalue les restaurants cités sur ce blog d’ailleurs. Bon la plupart du temps, pour pourvoir évaluer le urger, il faut l’avoir devant soi, et dans ce cas le plus simple est encore de le goûter. Mais dans certaines brasseries où je buvais un verre, en me demandant s je ne resterais pas manger le simple fait de voir les burgers arriver à une table voisine m’a permis de changer de crèmerie pour manger et d’éviter un gros fail.
2525387947_0e0d0ef572_b
Photo par dweekly @Flickr

1 – Le pain

Il est fait maison, ou par le boulanger du quartier. En tout cas, il n’a pas Harry’s gravé au milieu du bun.

2 – la viande

Le patty doit être composé sur place, donc sa forme ne doit pas être trop régulière ni trop plate. Idéalement, il est même plutôt épais, pour rester moelleux à cœur même en étant grillé sur les côtés

3 – le fromage

S’il est orange, tout carré comme les burgers Charal micro-ondables, c’est pas bon. Si ce n’est pas vraiment du fromage mais plutôt une sauce parfum fromage, fuyez, vous êtes chez Mc Do.

4 – les frites

Idéalement elles devraient être maison. Malheureusement beaucoup d’établissements proposant de très bons burgers n’ont pas encore compris cette règle. Certains s’en sortent mieux que d’autres en proposant des potatoes, qui à mon avis supportent mieux le surgelé que les frites classiques ( qui font tout de suite mc cain, mc do ou kebab).

5 – les légumes

Si vous avez 3 feuilles de salade, une rondelle de tomates et 3 morceaux d’oignons émincés, vous êtes dans un kekab. Si la salade n’est pas en sachet, que l’assaisonnement est maison, et qu’on vous ajoute quelques pickles marinés sur place ou un coleslaw maison, vous avez gagné.

6 – en bonus : les sauces maison

Rien de tel qu’une vraie mayonnaise ou sauce cocktail. Cela ne prend que quelques instants à préparer mais la plupart ne s’embêtent pas et posent la Bénédicta et le Heinz à même la table. Le pire c’est qu’on ne sait pas depuis combien de temps il sèche là (le bout rouge tout collé de ketchup donne parfois une idée) , ni qui a mis ses doigts dedans ( cf certains restaurants où la moutarde et à moitié à l’air libre). Vraiment, une sauce maison, à al fois dans le burger et pour accompagner les frites, c’est le détail qui fait la différence entre une bonne adresse et une adresse exceptionnelle.
La plupart des adresses de bons burgers ne respectent pas intégralité de ces points. Disons que si la moitié des points est remplie, (avec la priorité sur les premiers), vous pouvez vous régaler. Si vous trouverez une adresse qui cumule l’ensemble de ces remarques, vous avez tiré le gros lot : ne donnez cette adresse à personne!

La Box Eat Your Box de mars

J’ai pas mal traîné avant de vous présenter la box Eat Your Box de mars, non pas que je l’aie reçue en retard ou qu’elle ne m’ait pas plu, mais j’avais préparé l’article et oublié de le poster ^^.
Heureusement le mois de mars n’est pas fini et je m’empresse donc de vous dévoiler son contenu.
box-mars3
Cette box m’a beaucoup plus car contrairement aux précédentes les produits salés sont un peu plus présents. Le reproche principal que je faisais ces derniers mois étant justement que les sélections contenaient trop de produits sucrés…
La plupart des produits m’ont bien plu et ont déjà fini dans mon estomac, seul regret sur le Melfor, qui était déjà présent dans une box il y a 2 ou 3 mois… J’aime beaucoup ce produit et ce sont deux arômes différents, mais j’aurais préféré qu’il se passe plus de temps avant de recevoir cette nouvelle bouteille.
box-mars
La box de mars contient :
  • Un smoothie nu ananas banane coco : je l’ai englouti aussi sec, un très bon smoothie qui n’est pas sans rappeler la Pina Colada ( version sans alcool à consommer dès 8 h du matin…)
  • Une mayonnaise au Wasabi : goût très sympa qui reproduit bien le wasabi, une sauce idéale pour grignoter et trempouiller des crudités à l’apéro
  • 2 paquets de chips pop chips une texture et des parfums sympa
  • Une bouteille de Melfor, sorte de vinaigre assez doux parfumé aux épices, spécialité d’Alsace
  • Une préparation à cupcakes Valentine et Patachou : je n’avais jamais testé ce type de préparation, je me suis donc empressée de cuisiner ce produit et le résultat est très sympa!
  • Une huile d’olive aromatisée au basilic Oliviers et Co : produit que je connais déjà et que j’aime beaucoup
  • Un zesteur   qui finira bientôt en cadeau pour vous car j’en ai déjà un 😉
Voilà, vous découvrirez prochainement les tests réalisés avec ces produits, et notamment les cupcakes au caramel au beurre salé réalisés avec la préparation pour cupcakes, et un tartare de Saint Jacques au Melfor.
box-mars2

2 recettes de rillettes de poisson (et un livre) à découvrir

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai beau être cent pour cent connectée, accro à internet et liseuse compulsive de jolis blogs, j’aime toujours autant les livres. Rien ne remplace la beauté d’une photo imprimée sur un papier de qualité, ni le plaisir de feuilleter dans un sens puis dans l’autre un livre qu’on vient d’acheter.
D’ailleurs ma bibliothèque est pleine à craquer et les livres de cuisine y occupent une belle place!

rillettes-thon-sardine2

Aujourd’hui c’est le salon du livre, que je n’aurai pas l’occasion de visiter cette année, mais à cette occasion je vous propose de découvrir un livre de ma collection, à travers deux recettes qui en sont issues!

RILLETTES

Le livre que j’ai choisi s’appelle Rillettes – pour apéro, sandwichs, navettes… De Sabrina Fauda-Role. C’est un livre de la collection Petits plats Marabout, vous savez ces jolis petits livres carrés aux belles photos et au prix très doux.

rillettes-thon-sardine

J’adore ce livre car au delà des recettes charcutières classiques, on y trouve de nombreuses recettes au poisson (sardine, thon, saumon, maquereau…) qui se font très rapidement et permettent de proposer des tartinades originales pour l’apéro ! Il y’a même quelques recettes veggies de rillettes de légumes, comme les rillettes de tomates séchées que je n’ai pas encore testées mais qui me font de l’œil!

Pour vous faire découvrir ce livre, je vous ai sélectionné deux petites recettes toutes simples et excellentes, à servir a l’apéro ou même en repas léger avec un peu de pain et une petite soupe pour les soirs de flemme ! Cette recette conviendra parfaitement sans gluten (pas tartinées sur du pain, of course).

rillettes-thon-sardine4

Rillettes de sardines à la japonaise

  • 1 boite de sardines a l’huile
  • 1 cuiller à soupe de vinaigre de riz
  • 1 échalote
  • 1 filet de sauce soja
  • 1 filet d’huile d’olive

Écrasez les sardines égouttées avec le vinaigre, l’échalote finement ciselée, la sauce soja et l’huile d’olive.

rillettes-thon-sardine3

Rillettes de saumon

  • 100 g de saumon fumé en tranches
  • 200 g de petit suisse
  • 4 c a s de jus de citron
  • Le zeste d’1/2 citron

Hachez finement le saumon au mixeur.
Mélangez avec le petit suisse, le jus de citron et les zestes, sans saler.

Personnellement j’aime recette avec juste un peu moins de citron, 120 g de petit suisse, et j’ajoute du poivre et un petit peu d’aneth.

Ces deux petites recettes sont un vrai régal, ultra simples et avec des ingrédients que j’ai (quasi) toujours chez moi… Je les ai adoptées pour les apéros improvisés, c’est plus sympa (et sain) que le guacamole industriel ou la sauce chili pour les dips!

 

Boulettes irlandaises pour la Saint Patrick

La saint Patrick tout le monde le sait, c’est la fête de la bière. Mais boire des pintes, au bout d’un moment ça donne faim. La Saint Patrick n’étant pas spécialement réputée pour ses bons petits plats, je vous ai concocté une recette de boulettes cuites… à la bière. La Guinness n’est pas une bière que j’aime spécialement boire, mais en cuisson elle passe très bien, et apporte un bon goût caramélisé aux boulettes. Vous pouvez les manger façon apéro, à piquer dans des petites boites avec des cure -dents ou façon plat, avec des frites et un bon coleslaw… A vous de voir!
Et en bonus, je vous propose cette petite boite à imprimer pour mettre vos boulettes, vos biscuits apéro ou tout ce que vous voudrez pour votre soirée!

boulettes-irlandaises2

P.S. : Cette recette n’est pas originaire d’Irlande, je l’ai imaginée en hommage à ce pays que j’aime beaucoup! Si vous cherchez des recettes en provenance de là-bas, jetez un œil à ce livre:
Mon Irlande: Une balade culinaire en passant par Belfast, Dublin, Cork & Galway

Boulettes irlandaises

  • 350 g de viande hachée
  • 1/2 carotte
  • 1/2 boite de concentré de tomates
  • 1/2 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à s. de Savora (ou moutarde)
  • 1 c. à s. de sauce Worcestershire
  • quelques gouttes de Tabasco
  • 1 tranche de pain de mie
  • 1 œuf
  • 25 cl de Guinness ou autre bière

 

boulettes-irlandaises3

Émiettez la mie de pain et mettez-la à tremper dans 6 cl de bière.
Coupez en touts petits dés la carotte, émincez l’oignon et l’ail finement.
Dans un saladier, mélangez-les à la viande, avec l’œuf, la mie, la moutarde, la sauce Worcestershire et le tabasco. Modelez des boulettes.
Dans un plat allant au four, déposez les boulettes en les espaçant bien, puis versez la bière restante. Ajoutez le concentré de tomates.
Salez, poivrez, et laissez cuire 40 minutes environ, a 200°.

boulettes-irlandaises

Sauce

  • 5 c. à s. de sauce barbecue
  • 1 c. à s. de sauce Worcestershire
  • 1 c. à  c. de paprika
  • 1 c. à s. de Savora (ou moutarde)
  • 1 filet de tabasco

Mélangez et trempez vos boulettes dedans!

 

boulettes-irlandaises4

Le Maharani // Lille centre et livraison

 entrees-maharani2   Il est de ces instituions dont on aime qu’elles ne changent pas, justement parce que ce sont des instituions. Comme le port d’un pull moche à tête de renne pour Thanksgiving aux États-Unis, le burger bien gras englouti un lendemain de cuite, ou le film du dimanche soir, dont plus le scénario est faible, plus on est content de le regarder. Le Maharani c’est un peu pareil, une adresse qui existe certainement depuis plus longtemps que  nous, qui nous survira certainement, et qui a la stabilité de l’épaule sur laquelle on aime se reposer après une dure journée.
Le Maharani, malgré son emplacement très proche du centre de Lille est avant tout un ponte de la livraison à domicile. Ceux qui l’ont testé sur place savent que le lieu ne paie pas de mine, mais qu’on y est plutôt bien accueilli et que les menus sont de très bons rapport qualité prix.
entrees-maharani
Ce n’est pas la première fois que je teste cette adresse. C’est très rare pour moi de faire plusieurs fois le même restaurant, il y en a tellement de nouveaux tester! Mais le maharani fait partie de ceux pour lesquels je fais une exception, car quand on veut manger en livraison à domicile un bon indien, il est le seul avec les Indes à vraiment me satisfaire.
Nous avons attaqué l’entrée avec un Baigan Pakora et un poulet Tikka, accompagnés d’une sauce un peu piquante sucrée que j’adore (certainement aussi banale que du ketchup là bas)
Ensuite, un poulet Vindaloo et des crevettes Massala. L’agneau était parfaitement épicé. Pour les crevettes j’ai regretté qu’elles ne soient pas un peu plus pimentées, et qu’il y ait assez peu de crevettes par rapport à la sauce. Mais l’ensemble était très bon.
plat-poulet-maharani
Les nan sont excellents. SI vous êtes un abonné du cheese nan, soyez un peu fou et tentez le garlic nan, et le stuff au légumes, vous ne le regretterez pas.
Enfin pour le dessert nous avons pris un Suji Halwa, sorte de gâteau de semoule très sec  et très compact, mais avec un bon gout de fruits secs quand même qui compense. Comme dans beaucoup de cuisines asiatiques le dessert n’est pas un point fort, mais franchement ça ne m’a pas déplu non plus!
plat-crevette-maharani
Au final, le Maharani est l’adresse classique par excellence. Pas celle où on emmène une conquête potentielle qu’on veut impressionner pour un premier rencard, mais plutôt celle où on emmène ce meilleur ami d’enfance qu’on n’a pas revu depuis deux ans et avec qui on veut passer un moment simple et bon.
dessert-maharani
Maharani, 25 Rue de l’Hôpital Militaire à Lille. Tél : 03.20.50.76.23