Archives par mot-clé : roumanie

Halloumi burger

Je pense vous avoir assez parlé de l’halloumi récemment pour que vous sachiez que je suis fan de ce fromage. Vraiment, je ne lui trouve aucun défaut et je le trouve surtout très polyvalent! Je m’étais imaginée que l’on pourrait facilement le décliner dans un burger puisque sa forme est presque celle d’un steak…
 
 
Et l’été dernier, lors d’une promenade à Bucarest, j’ai eu la preuve que c’était une bonne idée! Lors d’une balade dans la vieille ville, je suis tombée sur un petit « food court » avec plusieurs food trucks qui permettaient de grignoter en plein air. L’endroit était très sympa, et l’un des camions vendait entre autres… Des hamburgers à l’halloumi!
 
Nous nous sommes empressés d’en commander un, et une fois rentrés à la maison, nous avons essayé de refaire notre propre version, inspirée de ce qui nous avait plu en Roumanie, un peu remanié à notre façon! Le résultat est top et désormais je sais qu’à chaque fois que je ferai des halloumi burgers, je me régalerai et qu’en plus, cela me rappellera de jolies vacances ensoleillées!
 
 
La recette d’origine contenait un peu de poivrons, ce que j’ai essayé de reproduire car l’halloumi se marie très bien aux légumes du soleil. J’ai jouté une sorte de galette de pommes de terre et courgettes pour rendre le burger plus nourrissant… Était-ce indispensable je ne sais pas, niveau calories il y avait déjà de quoi faire sans! Mais au niveau du goût, ça nous a bien plu!
 
  
 

Halloumi burger

Quantité ou nb de personnes: Pour 2 personnes

Halloumi burger

Ingrédients

    Pour le rösti
  • 200 g de pomme de terre râpée
  • 125 g de courgette râpée
  • 35 g de farine
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 5 cl d'huile pour cuisson
    Pour l'halloumi
  • 160 g d'halloumi
  • 2 c. à s. d'huile olive
  • 1 c. à c. herbes pro
  • 1 filet de jus de citron
  • Sel, poivre
    Pour la sauce
  • 5 c. à s. de mayonnaise
  • 1 c. à s. de concentré de tomates
  • 1 c. à c. d'harissa
  • Sel, poivre
    Pour le montage
  • 2 pains à burger
  • 1 petit poivron rouge coupé en deux puis en lamelles

Préparation

  1. Mélangez les ingrédients de la sauce et réservez-la au frais.
  2. Râpez les courgettes et les pommes de terre.
  3. Salez la courgette et mettez-la à dégorger 1 heure au frais.
  4. Passé ce temps, pressez-la bien entre vos mains, puis mélangez-la avec les pommes de terre, l'huile d'olive et la farine.
  5. Coupez l'halloumi en deux dans l’épaisseur, pour obtenir deux blocs, huilez-le avec un pinceau et saupoudrez-le d'épices, puis mettez de coté
  6. Faites cuire les galettes de courgette à la poêle, 2 minutes par face environ.
  7. Faites revenir le poivron avec l'huile restant dans la poêle pendant 5 à 10 minutes, jusqu'à ce qu'il soit bien fondant.
  8. Faites revenir l'halloumi recto verso jusqu'à ce qu'il soit doré, 1 minute par face environ, en remettant sur le côté les poivrons et röstis pour qu'il réchauffent un peu.
  9. Tartinez le pain de sauce des deux côtés, déposez dessus le rösti, l'halloumi, le poivron.
  10. Servez immédiatement.

Les produits chinois dans mon placard

Photo t-mizo @Flickr
 
Je reprends aujourd’hui une série d’articles que je n’avais pas enrichie depuis un moment, que j’ai nommée « dans mon placard » puisque le but était de vous présenter les produits que j’ai chez moi et que je vous recommande, en provenance d’un pays en particulier… Je vous avais par le passé présenté mes produits favoris en provenance de Belgique, de Russie, d’Angleterre, des Etats-unis, de Roumanie et d’Italie. Il y a un pays à coté du quel je ne pouvais pas passer, c’est la Chine! 
 
J’ai eu la chance de visiter la Chine il y a quelques années, c’est un pays superbe qui m’a laissé de magnifiques souvenirs ! Mai au delà de ça, je suis passionnée d’Asie depuis ma jeune adolescence et je crois que c’est vers mes 12 ou 13 ans que j’ai découvert qu’une virée à Tang frères m’amusait bien plus qu’une séance shopping dans les boutiques de vêtements! Aujourd’hui, je vous propose un petit focus sur quelques produits incontournables de la cuisine chinoise et asiatique que j’adore utiliser dans mes recettes. Je vous rassure, pas besoin d’aller trop loin pour les trouver, ce sont des produits qui se trouvent en France dans les épiceries chinoises ou au rayon asiatique du supermarché pour certaines! C’est parti !

La sauce soja

 
Un classique que tout le monde connaît et qui chez moi a une place indispensable. Je l’utilise notamment à la place du bouillon dans tous mes plats, même non asiatiques, à hauteur d’une cuiller à soupe pour 50 cl d’eau, que je complète d’épices et poudre de légumes.
 

Photo Jayel Aheram @Flickr

La sauce soja sucrée ou kecap manis

 
Cette sauce plus indonésienne que chinoise et moins passe partout car épaisse et sucrée est absolument divine dans des nouilles sautées ou pour laquer une viande, du tofu… 

Le vin de shaoxing

Ce vin est issu de la fermentation du riz et s’utilise comme le vin de Xérès en cuisine, pour déglacer les plats, pour mijoter la viande, dans les marinades, les farces…
 

Photo wyinoue @Flickr

L’arôme de pandan

Cet arôme unique et très répandu en Indonésie, que j’aurais tendance à rapprocher de celui de la pistache ou de la fève tonka est absolument divin notamment en pâtisserie! On trouve par exemple du pudding au pandan tout prêt à mélanger avec de l’eau. Je suis notamment fan de la glace au pandan, et des biscuits gélatineux au pandan que vend mon épicier favori. 
 

Photo Huyzee Vu @Flickr

Les nouilles udon

Ces grosses nouilles sont japonaises et non chinoises, mais je les achète dans mon épicerie chinoise! Elles sont délicieuses et très rapides à cuisiner, je les adore!
 

Photo jeffreyw @Flickr

La pâte d’ail

Cet ail préservé en bocal haché est ultra pratique à utiliser dans n’importe quelle recette quand on n’a plus d’ail frais, c’est un pur basique du placard pour moi! J’ai aussi toujours dans le placard la pâte d’ail et gingembre, parfaite pour tous les plats exotiques.
 

Photo Leslie Seaton @Flickr

Le thé au lait

Aussi nommé thé façon Hong-Kong, c’est un thé qui contient déjà du lait et du sucre et que l’on infuse donc pour le boire, comme à Hong-Kong. C’est une de mes boissons chaudes favorites.
 

Photo City Foodsters @Flickr

Le lait de coco en poudre

Ce produit n’a rien de révolutionnaire, tout le monde connait le lait de coco, mais ce que j’aime acheter dans mon épicerie asiatique, c’est le lait de coco en poudre! Il suffit de le mélanger à de l’eau pour obtenir du lait de coco, ce qui permet de doser précisément ce qu’il nous faut et évite le syndrome de la briquette de lait de coco ouverte dont on ne sait pas quoi faire!
 

Les algues au sésame

Il s’agit de bandes de feuilles d’algues, un peu comme celles dont on entoure les sushis, mais elles sont parfumées au soja et au sésame et grillées au four. Cela donne une collation addictive que j’adore servir à l’apéro (ou engloutir toute seule la tête dans le placard).
 

Les délices à l’arôme de bai toei

Je vous en parlais plus haut, j’adore ces pâtisseries gélatineuses au pandan! J’en achète systématiquement un quand je passe en caisse de mon épicier chinois ( il en a sur le comptoir, le fourbe!) et je le grignote directement en sortant du magasin parce que c’et trop long d’attendre jusque chez moi! Tous les gens à quoi j’ai fait goûter ce gâteau le trouvent plutôt mauvais, au mieux juste passable, mais j’en suis folle! Ces pâtisseries existent aussi à la banane, mais là le goût est trop chimique, même pour moi!
 
 

Les petites gelées bonbons

Je ne sais même pas comment se nomment ces gelées, mais j’en suis fan depuis mon adolescence, et pourtant je ne suis pas une grande mangeuse de bonbons. Leur goût est leur texture sont 100% chimiques!
 

Photo Steven Depolo @Flickr
 
Et vous, connaissez-vous d’autres produits chinois que vous adorez utiliser?

Que manger en Roumanie?

Photo Ștefan Jurcă @FLickr
 
Vous le savez-peut-être déjà, cet été j’ai eu la chance de découvrir la Roumanie. Comme j’aime le faire à chaque fois que je reviens d’un voyage, je vous propose aujourd’hui de découvrir les spécialités culinaires de ce joli pays! La Roumanie est un endroit où l’on se régale. La cuisine est un mélange d’influences de pays de l’est de et pays méditerranéens, ce qui donne une cuisine simple, peu chère mais très goûteuse et copieuse, bref, tout ce que j’aime! Voici un petit guide pour vous aider à manger de façon typique si vous vous rendez là-bas.
 
 
Photo Paul Chiorean @FLickr    
 

Les zacusca ou tartinades en tous genres

Dans la même veine que les mezze du Moyen-Orient, la plupart des entrées froides en Roumanie sont à base de légumes et délicieuses! Il existe une grande variété de dips destinés à être mangés avec du pain. La star est la zacusca de vinete, une purée d’aubergines qui pourra rappeler le baba ganoush. Vous trouverez cette salade d’aubergines grillées et de nombreuses autres à base de tomates et de poivrons dans les restaurants, les bars ou les supermarchés. Quand rien ne vous tente au resto, ou si vous êtes végétarien, une solution simple est de sauter la section «plats principaux» du menu et créer votre propre assiette en commandant un assortiment de ces salades avec du pain. 
 

Les soupes

Les soupes en Roumanie peuvent être considérées comme une entrée mais aussi comme un repas principal, car elles ont tendance à être copieuses et nourrissantes, et souvent accompagnées de croûtons. Servies dans des gros bols, certaines s’approchent d’ailleurs plus de la purée ou du ragoût que de la soupe! Vous en trouverez à base de toute sortes d’ingrédients : betteraves, pommes de terre, lard, bœuf, ou même tripes. La ciorba de fasole, ou soupe aux haricots blancs est une soupes très courante, ainsi que la crème de champignons. On trouve aussi le borş, une soupe légèrement aigre traditionnellement réalisée à base de son fermenté. 
 
Photo Ivana Sokolović @FLickr

Les grillades et la viande

Les roumains sont friands de grillades. Il y a un grand choix dans ce domaine, notamment des grillades de porc et de bœuf, ou encore le mici, des sortes de saucisses de viande hachée aromatisée qui rappellent d’aspect le mexicanos mais est assez différent au niveau du goût. 
 
Photo @joefoodie @FLickr

Les champignons

Les champignons sous toutes leurs formes sont très présents en Roumanie, avis aux amateurs! Dans un ragoût crémeux, légèrement sautés, cuits avec d’autres légumes, farcis de fromage, ils sont proposés à toutes les sauces!
 

La polenta

La polenta, ou mamaliga, est un accompagnement fréquent. Elle est traditionnellement servie avec des couches de fromage et de crème, c’est un peu riche mais délicieux! J’en ai aussi vu nature, aux champignons, aux herbes… 

Ragoûts

On trouve de nombreux ragoûts à base de viande, mais aussi aux légumes, comme les ragoûts de chou ou de champignons.
 

Les snacks

Les kebab sont très présents en Roumanie. Plus typiques, on trouve aussi également beaucoup de snacks salés en boulangerie. Vous trouverez de petits points chauds vendant des sortes de viennoiseries sucrées et salées à chaque coin de rue. Pour un prix dérisoire, vous pouvez y acheter des pain en forme de bretzel, des placinte, sortes de tartelettes avec différents garnitures,  et des feuilletés fourrés à la viande, à l’oignon, du chou…
 

Le fromage

Les fromages du coin que j’ai eu l’occasion de tester sont le telemea et le burduf. Attention, le burduf est traditionnellement conservé dans une panse ou une peau de mouton, ce qui peut en rebuter certains! Une autre version est contenue dans une boite en résine de pin. Pour les différencier, basez-vous sur le forme : ceux stockés dans une panse sont ronds, ceux stockés dans du bois de pin sont cylindriques.
Une spécialité au fromage que l’on trouve beaucoup en Roumanie est le cascaval pane, du fromage pané frit. C’est plutôt une entrée, mais accompagnez-le d’un ou deux dips, et vous obtiendrez un repas consistant!
 
Photo Jollof Malt @FLickr

Pour les végétariens

Bien que la cuisine roumaine soit en grande partie à base de viande, au moins quelques options végétariennes figurent dans les menus de la plupart des régions du pays. En effet, comme je l’expliquais ici, les orthodoxes pratiquement le jeune régulier (deux fois par semaine ou six semaines par an) et ne consomment alors ni viande ni poisson, ce qui fait que la plupart des établissements se sont adaptés à eux. Vous trouverez souvent une soupe, un ragoût de champignons, du fromage pané ou des dips apéritifs que vous pouvez cumuler pour les rendre assez consistants pour en faire un repas. Il y a toujours un grand choix de légumes pour les accompagnements aussi, parmi eux les champignons ont la part belle, ainsi que les légumes du soleil : tomates, poivrons, aubergines…

Vous trouverez peut-être aussi des kremzli, des pommes de terre coupées finement  un peu comme un rösti suisse, frites avec un œuf, ou le fasule batuta, une purée de haricots garnie d’une compotée d’oignons à la tomate.
 

Les desserts

Les desserts les plus sympas selon moi sont les crêpes, et les papanasi, des espèce de donuts servis avec du fromage blanc et une compotée de fruits rouges, assez bourratifs mais rigolos. Il y a ensuite des gâteaux plus classiques comme on en trouve beaucoup dans les pays de l’est.
 
 
Photo Ehud ELIA @FLickr
 

Les boissons

Les amateurs de bière seront ravis car il y a de nombreuses brasseries et micro brasseries là bas. La bière la plus célèbre à Bucarest sont la Ursus et la Zaganu (qui est produite dans la ville de Bucarest), mais ce ne sont pas mes favorites, les petites productions locales étant plus sympa! Il existe également un alcool de prune, le palinka, des vins roumains.

Spécialité de Roumanie : Dip aux noix

Aujourd’hui je vous emmène en Roumanie, avec une recette que je n’ai pas testée sur place mais découverte dans un livre que j’ai ramené de là-bas. Quoi qu’il en soit, cette recette est assez caractéristique de mes vacances, car c’est une tartinade et il ne s’est pas passé un journée sans que nous mangions un plateau de tartinades avec du bon pain.
 
 
Nous avons été surpris de voir en Roumanie pas mal de choix végétariens sur la carte des restaurants, bien que la cuisine roumaine soit traditionnellement riche en plats à la viande, qu’elles soient en sauce ou grillées. En fait, près avoir cherché un peu, j’appris que beaucoup de roumains sont orthodoxes et pratiquent le jeûne hebdomadaire. Durant ce jeûne, ils ne consomment idéalement ni alcool, ni viande, ni produit laitiers, bien que chacun puisse l’adapter à ses contraintes. L’église recommande même de faire durant ce jeûne de faire une détox des médias, ou du moins des émissions frivoles et vides de sens pendant cette période, pour se concentrer sur les évangiles. Le mercredi et le vendredi sont les jours les plus fréquents pour réaliser ce jeûne. Cette pratique étant courante, tous les restaurants proposent au moins un choix qui permette de servir les personnes qui viendraient manger chez eux lors de leur jeûne.
 
Cela fait que ce pays est finalement très adapté aux végétariens, végans, ou tout simplement aux personnes qui souhaitent manger de façon équilibrée, car ce sont des plats très sains, principalement à base de légumes.
 
 
Dans le livre que j’ai ramené de là-bas, il y a donc plusieurs tartinades aux légumes, très simples dans leurs ingrédients, comme celle que je vous propose aujourd’hui, qui ne contient ni viande, ni fromage, ni crème. Elle m’a tapé dans l’œil car j’adore les noix. Elle n’a pas une texture crémeuse comme beaucoup de dips apéro, c’est plutôt comme des copeaux de noix et c’est donc plus difficile à tartiner et un peu « sec ».
 
Vous pouvez augmenter légèrement la quantité d’eau pour que cela ne soit pas trop sec non plus. Évitez de faire cette tartinade trop à l’avance car les noix boivent l’eau, ou alors, remettez un peu d’eau et de vinaigre juste avant le service. Vous pouvez ajouter un peu de crème ou de yaourt, mais cela perdra bien sûr le sens d’origine de la recette. Enfin, vous pouvez aussi déposer un peu de ce mélange sur une autre tartinade, comme la divine zacusca, roumaine elle aussi. J’ai vu des roumains empiler ainsi leurs différentes tartinades sur un seul bout de pain, et j’avoue que c’est très bon comme ça !
 
 
 
Spécialité de Roumanie : Dip aux noix

Quantité ou nb de personnes: Pour 1 bol

Spécialité de Roumanie : Dip aux noix

Ingrédients

  • 1 tranche de pain dur (15 g)
  • 200 g de noix
  • 8 gousses d'ail
  • 6 c. à s. d'huile de noix
  • 3 c. à s. de vinaigre de vin blanc
  • 4 c. à s. d'eau
  • 2 c. à s. de persil frais
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Imbibez le pain dans un peu d'eau pour le ramollir. Mixez-le avec les noix et les gousses d'ail pour obtenir une pâte. Versez ce mélange dans un bol puis ajoutez l'huile de noix, le vinaire de vin blanc, l'eau, le persil frais haché, du sel et du poivre.
 
 

Gâteau carottes amandes

Aujourd’hui c’est mon anniversaire! Je ne vais pas vous demander de me chanter « Happy Birthday to you » je vous rassure, mais je voulais quand même faire un post sur ce sujet en ce jour!
 
Je suis assez partagée vis à vis de ce jour car je déteste vieillir! J’ai bien conscience que voir les années passer en étant en bonne santé est une chance, et c’est tout ce qui compte. Mais quand je pense à tout ce que je rêve encore de faire, je me dis qu’une seule vie ne suffira pas!
 
 
Quoi qu’il en soit, j’y travaille activement et notamment sur mon envie de voir le monde! J’ai pu cette année visiter quelque villes de France comme Cabourg, Tours, et Cognac, de Belgique comme Anvers et Nieuport et surtout de Roumanie où nous avons découvert Bucarest la capitale, mais aussi la Transylvanie avec les villes de Sinaïa, Brasov, et Bran, où se trouve le château qui a inspiré le célèbre livre Dracula.
 
J’espère continuer à faire de belles découvertes et j’en ai déjà une de taille qui va arriver très vite, car je vais m’envoler pour une semaine à San Francisco courant octobre! C’est pour un déplacement professionnel mais je piaffe d’impatience!
 
 
Tout ça pour dire que j’espère que cette année à venir sera aussi riche en  voyages, amitiés et bonne humeur que l’a été l’année qui vient de s’écouler!
 
Côté cuisine, cette année j’ai beaucoup végétalisé mon alimentation et cela donné lieu à quelques déconvenues notamment en pâtisserie, mais désormais je gère à peu près le sujet et on se régale en mangeant moins d’œufs et de produits laitiers. J’espère profiter l’année à venir pour continuer à m’améliorer, et développer un peu de technique supplémentaire en pâtisserie, ce n’est vraiment pas mon point fort… Tiens, je réalise que je n’ai pas de gâteau d’anniversaire à proprement parler à vous proposer d’ailleurs, je veux dire, pas de gâteau vraiment décoré ou élaboré pour marquer le coup. Je fais toujours des gâteaux très simples… Cela pourrait être un challenge pour mon anniversaire dans un an!
 

via GIPHY

Donc pour mon anniversaire, je vous propose bien sûr un gâteau, simplement l’un de mes favoris parmi tous. Il s’agit du gâteau à la carotte, il y en a déjà d’autres versions sur ce blog comme le gajjar halwa ou le gâteau à la carotte de l’automne, mais celui-ci, plus simple et à l’amande, est mon chouchou et en fait, le premier que j’ai découvert il y a bien longtemps! Nous le faisons régulièrement aux repas de famille et c’est un succès à chaque fois.

 
 
 
Gâteau carottes amandes

Gâteau carottes amandes

Ingrédients

  • 4 œufs
  • 180 g de sucre en poudre
  • Le zeste d'un citron
  • 300 g de carottes
  • 200 g de poudre d'amandes
  • 60 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 sachet de levure
    Pour le glaçage
  • Le jus d'1 citron
  • 65 g de sucre glace

Préparation

  1. Battez le jaune des œufs avec le sucre jusqu'à blanchiment du mélange.
  2. Ajoutez progressivement la moitié du jus de citron et le zeste entier, les carottes que vous aurez râpées, la poudre d'amandes, la farine, la pincée de sel et le demi sachet de levure.
  3. Après avoir bien mélangé, incorporez délicatement les 4 blancs montés en neige ferme.
  4. Versez dans un moule graissé et mettez 45 minutes dans le four préchauffé à 180°C.
  5. Après refroidissement, ajoutez le glaçage en étalant sur le gâteau le jus du demi citron qui vous reste, mélangé au sucre glace.
  6. Laissez durcir avant de servir.

Bucketlist de septembre

Photo paul bica@Flickr
 
Le mois de septembre est arrivé! C’est pour moi comme pour tous les parents d’enfants qui vont à l’école un mois de course, où il faut s’habituer au rythme de l’école, aux activités, racheter quelques vêtements pour l’école, mais aussi, manger plus sainement pour compenser les excès de l’été! Allez, rassurez-moi, vous n’avez pas mangé que de la salade cet été hein?
   
 

Ma bucket list de septembre :

 
– Reprendre le rythme de l’école avec une organisation que j’espère un peu plus sereine que l’an dernier
 
 Photo Melissa@Flickr
 
– Faire refaire ma terrasse. Oui bon l’été sera fini haha, mais que voulez-vous, le professionnel qu’on a choisi n’avait pas de disponibilité avant!
 
– Cuisiner « healthy » pour me faire du bien après les trop nombreux restaurants et excès de l’été!
 
Photo Marco Verch@Flickr
 
– Cuisiner des spécialités roumaines, grâce au livre de cuisine que j’ai ramené de là-bas
 
Photo julie corsi@Flickr
 
– Voir l’île aux chiens, que j’ai raté au cinéma faute de baby-sitter!
 
Et vous, qu’avez vous en projet pour le mois à venir?  

Bucketlist d’août

Photo Samuel S@Flickr
 
Le mois d’août est arrivé! C’est pour moi le mois des vacances et donc un mois où tout tourne au ralenti, ou du moins, tout tourne autour de ça! Ça ne m’empêche pas d’avoir quelques idées et envies, pas trop gourmandes en temps ! Et vous, des vacances prévues?
 

Ma bucket list d’août :

 
– Préparer mes valises et filer en vacances! Cette année, je ferai de (très courtes) étapes en Basse-Normandie, à Cognac, à Tours, à Cabourg puis… En Roumanie! Je pense que vous commencez à connaître ma petite passion pour les pays situés à l’est et j’ai hâte de découvrir celui-ci!
 
 Photo John Jones@Flickr
 
– Profiter des vacances pour lire un maximum. Au programme, la route de Jack Kerouac, Les deux tomes de Dirk Gently, et s’il me reste du temps, La vie secrète des arbres.
 
Photo caligula1995@Flickr
 
– Préparer la rentrée de façon à redémarrer sereinement! Je trouve cette période beaucoup plus stressante depuis que ma fille est scolarisée il y a pas mal de choses auxquelles il faut penser! 
 
Photo 246-You@Flickr
 
– Voir la saison 2 de 13 reasons why, série très ado mais que j’adore!
 
Et vous, qu’avez vous en projet pour le mois à venir?  

Les produits roumains dans mon placard

La cuisine roumaine n’est pas parmi les plus célèbres par chez nous. Personnellement jusqu’à il n’y a pas très longtemps, j’ignorais totalement de quoi elle était composée. Mais depuis quelques temps, une épicerie roumaine a ouvert près de chez moi, et elle me permet de découvrir des produits et préparations vraiment fun! Voici une sélection de ceux que j’ai testés et approuvés jusqu’à maintenant. Si vous tombez dessus, n’hésitez pas à les tester, vous aurez de bonnes surprises!

Zacusca de vinete

La zacusca de vinete est une sorte de ratatouille froide servie en tartinade à l’apéritif. On la trouve toute faite en bocal, mais les roumains peuvent aussi la réaliser maison et la mettre en bocaux pour en avoir d’avance.
Pour ceux qui voudraient tester, la recette est par ici!

zacusca-vinete

Mici

Ces espèces de blocs de viande hachée agglomérée, mélange de boeuf, porc et agneau rappellent un peu nos mexicanos par leur forme. Les roumains en sont friands l’été pour les barbecues. Je ne suis jamais allée en Roumanie, mais il paraît que tous les marchés en plein air embaument le mici au barbecue et mettent tout le monde en appétit!

15331466247_01b59e3d96_z

Photo par young shanahan @Flickr

Saucisse fumée ou cabanossi

Cette saucisse fine est plus tendre que nos saucissons, a un délicieux goût fumé et rappelle un peu les saucisses bifi pour ceux qui connaissent. Je l’adore coupée en tranches à l’apéro, trempée dans de la moutarde !

Paprika en bocal

Le paprika est une épice, mais c’est avant tout une variété de poivrons rouges, qui peut aussi se consommer telle qu’elle. On en trouve en bocaux déjà cuits, parfaits pour de multiples utilisations rapides : sur des toasts, dans des plats, sur les plateaux apéro comme le plateau paysan roumain

Fromage roumain

Leur fromage frais, telemea, rappelle la feta et se mange avec de la polenta. Un autre fromage, un peu plus sec, le branza de burduf, rappelle un fromage de brebis à la texture douce. La vendeuse a eu l’air surprise que j’en achète, peut-être car j’ai découvert après coup que ce fromage se fabrique dans des panses de brebis, ce qui peut ne pas plaire à tout le monde!
Ils sont parfaits tous les deux en cubes à l’apéro. On trouve également le penteleu, le premier fromage roumain à avoir obtenu une AOC.

2806079799_1ed7e7e0a9_z

Photo par Kai Hendry @Flickr

24 recettes pour accompagner chaque pays de l’Euro!

L’événement sportif de l’année démarre tout juste! Personnellement le foot me passe un peu au dessus de la tête tout comme les autres sports d’ailleurs ! Par contre je vois dans cette série de matchs une belle occasion de faire des découvertes à un tout autre niveau : celui de l’estomac !
Que diriez-vous d’assortir vos grignotages aux matchs que vous regardez?

Si cette idée vous branche, je vous ai concocté une petite recette de chaque pays qui participera à l’Euro cette année! Pour respecter l’esprit match, je ne vous ai sélectionné que des choses qui se grignotent tranquillement avec les doigts devant la télévision bien sûr! Bonne découverte!

France : Baguette vin rouge saucisson

baguette-saucisson-vin-rouge

Slovaquie : chlebíčky obložené

schlebiby-tosts-slovaques-4

Autriche : Kasekrainer

image

Islande : Pylsur

image

Belgique : Pain à l’ail

pain-ail-herbes-2

Pologne : cottage cheese aux radis

tartinade-cottage-cheese-radis-3

Albanie : Kyopolou

kyopolou-3

Suède : Gubbrora

tartinade-anchois-suede-gubbrora

Irlande : Crisp sandwich

sandwich-chips-3

République tchèque : Dip à l’ail

dip-tcheque-3

Irlande du Nord : Toasts cheddar crackers

crackers-cheddar-tomato-relish

Italie : Pizza napoletanapizza-napolitaine-3

 

Turquie : Pide

pide-oeuf-fromage-3

Russie : Belyachi

belyachi-2

Croatie : Strukli

strukli

Roumanie : Platou taraznek

platou-taranesk-3

Hongrie : Chaussons à l’oignon

chaussons-hongrois-2

Pays de Galles : Welsch

IMG_0878

Ukraine : Zrazys de pommes de terre

zrazy-pomme-de-terre

Angeleterre : Pigs in blanket

pigs-in-blanket-3

Portugal : Francesinha

francesinha-3

Espagne : Poivrons au thon

tapas-poivron-thon

Suisse : Croûtes appenzelloises

croute-appenzelloise-2

Allemagne : Curry wurst

curry-wurst

Spécialité roumaine : platou taranesk

Je vous avais fait découvrir récemment la zacusca de vinete, une spécialité roumaine qui ressemble à une ratatouille mais se sert froide à l’apéritif…

Cette préparation entre dans la composition d’une autre spécialité roumaine, le platou taranesk ou plateau paysan, dont je vais vous parler aujourd’hui !

Le platou taranesk est une spécialité  servie en toute occasion en Roumanie :  soirées, anniversaires ou fêtes religieuses par exemple.  Le principal avantage de ce plateau traditionnel est qu’il contient à la fois de la charcuterie, du fromage et des légumes. Chacun peut donc y trouver son compte! Les combinaisons sont infinies, et un plateau se prépare en quelques minutes.

platou-taranesk

Visuellement, ce plateau a un aspect un peu kitsch par son accumulation d’ingrédients, et rappelle les plateaux de charcuterie des traiteurs des années 80. C’est selon moi ce qui fait le charme de cette spécialité, j’ai donc joué le jeu en matière de présentation en m’inspirant de photos de là-bas!

platou-taranesk-3

Voici comment composer un plateau roumain traditionnel :

La charcuterie
Le plateau roumain doit nécessairement contenir des produits traditionnels à base de viande. Il intègre généralement, des morceaux de bacon, de saucisse sèche, saucisse de foie, de jambon….

Le fromage
Mettez des fromages roumains si vous le pouvez, sinon de la feta nature et un fromage à pâte dure de brebis seront à mon sens ce qui s’en rapproche le plus!
Un creamcheese au paprika est facile à faire et donne une touche typique supplémentaire!

Les légumes
La verdure joue un rôle important dans le plateau traditionnel roumain. Optez pour des tomates, des poivrons, du concombre, des olives, de l’oignon rouge, du persil… Personnellement j’ai ajouté de la zacusca de vinete, j’ai vu plusieurs personnes qui en mettaient et cela apporte une touche végétarienne en plus!

L’assemblage
Utilisez de grandes assiettes, ou mieux une planche de bois pour un effet rustique.  Posez au centre les préparations à tartiner, fromage frais ou zacusca, puis répartissez autour l’ensemble des produits.

platou-taranesk-2

Plateau paysan roumain

  • 100 g de creamcheese
  • 1 c. à s. de paprika
  • 1 poivron ou paprika en conserve
  • 8 rondelles de concombre
  • 1 oignon rouge
  • 1 saucisse sèche
  • 2 tranches de jambon
  • 50 g de poitrine fumée non tranchée
  • 60 g de fromage dur de brebis + 100g
  • 100 g de fromage frais de brebis
  • 8 olives vertes
  • 8 olives noires
  • 100 g de zacusca de vinete

 

Mélangez le paprika et le creamcheese, salez et mettez dans un petit bol.

Coupez le jambon en 6 bandes, la saucisse sèche en rondelles et la poitrine fumée en petits dés.

Lavez l’ oignon, le poivron et le concombre. Si vous n’avez pas trouvé de poivron en conserve, cuisez votre poivron au four 30 minutes coupé en deux, épluchez le avant de le couper en lanières.

Coupez les fromages en dés sauf 60 g de fromage dur que vous couperez en 6 sticks.

Roulez les sticks de fromage dans les tranches de jambon.

Déposez la zacusca de vinete dans un bol.

Assemblez tous les éléments joliment dans un plat de service ou une planche en bois.

platou-taranesk-4

Source d’inspiration :
http://www.retetecalamama.ro/retete-culinare/retete-diverse/zacusca-de-vinete.html