Archives par mot-clé : lard

Ma sélection de films de Noël

6576631175_47d0a44ebe_b
Photo par zigazou76 @Flickr
Ha, les vacances de Noël… On court partout pour trouver des cadeaux, faire la fête avec la famille, mais aussi les amis, proches ou de passage.. Du coup, le reste du temps, le plaisir c’est de cuver se reposer tranquillement, en revoyant pour la centième fois les films qu’on a aimés enfants, adolescents, adultes… Au fil des années la liste s’allonge et il faudra poser plus de jours pour avoir le temps de tous les voir!

Le Père Noël est une ordure

Un bon film humoristique français, du temps où les français savaient faire des films drôles (ou alors, j’étais trop jeune pour avoir développé mon sens critique)

A regarder en mangeant des doubitchous, ou un kloug

Elf

Un film américain pas franchement subtil, mais j’adore tellement Will Ferel que je ne peux pas résister!

A regarder en mangeant une assiette de spaghettis au sirop!

Maman, j’ai (encore) raté l’avion

Deux vrais classiques de mon enfance, vus, revus et re revus jusqu’à ce que la VHS commence à montrer des signes de  faiblesse.

A regarder en mangeant une pizza 4 fromages

L’étrange Noël de Monsieur Jack

Le mélange hasardeux de mes deux fêtes préférées, mis en images par mon réalisateur préféré, forcément, ça devait me plaire.

A regarder en mangeant un gâteau à la citrouille

Les Gremlins

Pour replonger dans les années 80 et se dire que finalement, mon chat n’est pas si insupportable que ça.

A regarder en mangeant après minuit

Les bronzés font du ski

Parce qu’on ne pourra plus jamais s’empêcher de crier « flexion, extension » à chaque fois qu’on ira au ski.

A regarder en buvant un alcool de crapaud.

Les 12 travaux d’Astérix

Les Astérix sont toujours sur-diffusés en période de noël, celui-ci est mon préféré avec Astérix et Cléopâtre.
A regarder en mangeant du sanglier of course

Le Grinch

Je saturais déjà fortement des mimiques de Jim Carrey à l’époque de la sortie de ce film, mais le Grinch étant une histoire traditionnelle américaine, on ne peut pas décemment y échapper.
A regarder en mangeant rien du tout, le Grinch ayant tout volé.

Le noël de Mickey

Le conte de Dickens en version Mickey, un autre classique de mon enfance.
A regarder en mangeant un repas gargantuesque

Harry Potter

Le premier Harry Potter est léger et fantastique comme tout bon film de Noël.
A regarder en dégustant des dragées surprise de Bertie Crochue, des ballongommes du Bullard, des chocogrenouilles, des patacitrouile, des fondants du chaudron et des baguettes magiques à la réglisse.

Edward aux mains d’argent

Un conte magique, qui m’a fait découvrir la poésie mélancolique de Burton.
A regarder en mangeant avec des ciseaux à la place des mains, donc certainement pas grand chose.

Charlie et la chocolaterie

On continue sur Tim Burton qui vous l’aurez compris est une de mes idoles, et on retombe en enfance avec ce film magique adapté du roman tout aussi magique de Roald Dahl.
A regarder en mangeant des chocolats

3615 code Père Noel

Je n’ai pas encore vu ce film mais c’est le prochain que je vais tester, et peut-être faire entrer dans la postérité de ma liste de films de Noel.

Sélection de livres de cuisine à offrir ou à recevoir

Si comme moi vous vivez bouffe, vous respirez bouffe et vous mangez bouffe, (ah bah oui, normal quoi!), je suppose que votre liste au père Noël comporte bien un ou deux beaux livres de cuisine! Pour vous aider, voici ma sélection de beaux livres de cuisine du moment, à offrir ou se faire offrir!

8273499378_289e77b552_z

Photo par Kristina Servant @Flickr

Les super aliments santé

J’ai beau poster constamment des recettes de burgers et de grilled cheese, je suis toujours intéressée par ces aliments miracles, aussi bons au goût que pour la santé… Peut être parce qu’il faut bien compenser mes excès 😉
Ici vous trouverez une présentation et des recettes avec les plus célèbres d’entre eux : baies de goji ou d’acerola, thé matcha, cranberries ou graines de chia, ils sont tous là !

 

Du bœuf et des patates

Voilà, tout le bonheur du monde est résumé dans le titre de ce livre! Il fallait bien que quelqu’un se penche sur la question : comment renouveler ce classique si savoureux pour qu’on puisse en manger plus souvent sans avoir l’air de manger toujours pareil?

Cuisine système D avec Jamie

C’est Jamie, et tout le monde devrait avoir tous les livres de Jamie ! Le pitch de celui-ci? Des recettes rapides, économiques avec des produits du placard pour limiter le gaspillage!

Le gâteau magique

Le gâteau magique, qui permet d’obtenir 3 textures différentes avec une seule préparation, vous connaissez? Pour sortir du gâteau magique de base et explorer toutes ses possibilités à travers des parfums variés, et pour découvrir comment ne jamais rater son gâteau magique, ce livre est idéal!

Michalak Masterbook

Parce que Michalak est sexy sur la couverture du livre le meilleur en pâtisserie, et que je voudrais que mon niveau passe un cran en pâtisserie pour impressionner mes invités!

La cuisine est un jeu d’enfants

Nostalgie quand tu nous tiens! Une réédition d’un classique qui a peuplé mon enfance et peut-être donc mené à la création de ce blog 😉

Super gâteaux

Rien que les photos me font baver! Décidément la pâtisserie est mon dada du moment!

Gastronogeek

Ce livre combine à la perfection des photos super belles, des recettes appétissantes et sophistiquées et un univers geek dans lequel on adore se plonger! Retour vers le futur, Dracula, Conan ou encore Harry Potter… Les recettes sont toutes inspirées des univers geek et de la pop culture de ma (notre?) génération!

Game of thrones : le livre des festins

Du petit déjeuner du Mur en passant par la Truite au lard du Sud, sans oublier le gâteau au citron de Port Réal… Les meilleures recettes nées de l’esprit des blogueuses d’Inn at the Crossroad sont compilées ici, pour le plaisir de se replonger dans la saga!

 

Saint Nicolas : confiture de clémentine à la cannelle

Dans 2 jours c’est la saint Nicolas! Je crois que cette fête n’est pas célébrée partout en France, mais surtout dans le nord et le nord-est… Chez nous (le nord, donc), saint Nicolas se balade dans les villages avec son âne, et on reçoit en cadeau des clémentines et des brioches en forme de Jésus (enfin, je crois) qu’on appelle des coquilles, des cugnolles ou des follards, suivant les zones géographiques!

confiture-clementine-cannelle-2

 La Saint-Nicolas est un peu un entraînement avant Noël, les enfants recevant parfois aussi un petit cadeau…
 Dans certains pays saint Nicolas se substitue même carrément au père Noël et assure la logistique complète de la distribution annuelle de cadeaux.

Pour l’occasion, je pensais donc vous proposer soit la recette de la fameuse brioche, soit quelque chose à tartiner dessus. Ma machine à pain étant en panne, le sort a donc décidé que ce serait quelque chose à tartiner!

confiture-clementine-cannelle

 Cette confiture aux saveurs d’hiver est franchement délicieuse, un brin acide mais pas non plus comme la marmelade d’oranges… Elle accompagnera parfaitement vos petits-déjeuners d’hiver jusqu’à Noël!

Si possible, achetez des clémentines bio, car nous allons utiliser les zestes, et la peau est la partie du fruit qui absorbe le plus de pesticides!

 

confiture-clementine-cannelle-3

 

Avec cette recette, je participe au concours « Cadeaux Gourmands » de Tizi Cooks!

 

logo-concours-fete7-1024x1024

Confiture de clémentine à la cannelle

Pour 2 pots

  • 8 clémentines
  • 1 citron vert
  • 30 cl d’eau
  • 250 g de sucre à confiture
  • 1 c. à c. de cannelle
 Lavez les clémentines sous l’eau chaude. Zestez 3 clémentines puis épluchez toutes les clémentines, séparez les quartiers et enlevez un maximum de filaments. Mettez-les dans une grande casserole avec les zestes. Écrasez grossièrement avec un presse purée et ajoutez l’eau et le jus du citron vert.

Portez à ébullition et laissez frémir 1 heure à couvert.Le liquide doit réduire de moitié. Laissez infuser 24 heures au frais.

Ajoutez le sucre et la cannelle. Faites chauffer en remuant pour faire fondre le tout. Une fois le mélange arrivé a ébullition, faites cuire à gros bouillon pendant 10 min. Mélangez de temps en temps.

Mettez la gelée en pots, fermez et retournez-les pour chasser l’air.

Petites tartines comme des gâteaux

Aujourd’hui je vous propose une recette qui est certainement la plus simple de toute l’histoire de ce blog… Ce n’est pas à proprement parler une recette d’ailleurs, plutôt une présentation originale pour ce qui est le goûter le plus basique du monde : la tartine de Nutella.

 Oui oui vous avez bien lu! A l’instar de plein de mamans du web, j’ai voulu décorer mes tartines façon ludique et attractive pour les goûters des enfants…
 Ce que j’aime dans ces articles, ce sont avant tout les titres, à peine excessifs du genre « Par amour pour ses enfants, elle décore leurs tartines chaque jour ». Alors, si on ne fait pas chaque jour un repas ultra sophistiqué et créatif à nos enfants comme une reproduction de la Joconde en lard et haricots, on est une mère indigne et feignasse qui n’aime pas ses enfants? Bonjour la culpabilisation!

Bon OK, ma fille a un mois, elle ne risque pas de manger ces tartines ni même d’apprécier la déco, mais que voulez-vous, je suis un grand enfant donc je n’ai pas pu résister !

 Pour couper les tranches de pain, j’ai utilisé des ciseaux, car un couteau arrache trop le pain, et des emporte-pièces m’ont permis de faire les cercles pour les donuts.
Le nutella peut facilement être remplacé par du marshmallow fluff, de la pâte de spéculoos… Et les décorations peuvent être déclinées à l’infini suivant ce qui traine dans vos placards : bonbons, cerneaux de noix, rondelles de knacki (bah quoi, ça s’accorde super bien au nutella!)
 tartines-nutella-facon-patisseries-2
Avec cette recette, je participe au concours organisé par le blog « Gâteaux en fêtes de Lilou 25 », sur le thème : Goûters rigolos
99918609

Tartines façon pâtisserie

  • Du pain de mie
  • Du nutella
  • Des décorations, ici : pralin, bananes, perles alimentaires, mini marshmallow.
 tartines-nutella-facon-patisseries-3

Coupez le pain de mie délicatement. Aidez-vous d’un gabarit en papier si besoin. Tartinez délicatement de Nutella puis décorez. Mangez vite!

tartines-nutella-facon-patisseries

Tartines aux lardons, pesto et mozzarella

J’adore cuisiner (et manger) des tartines de toutes sortes. Il suffit de quelques restes dans le placard et d’un peu d’imagination pour sortir quelque chose de sympa, avec parfois une très très bonne surprise… Ce fut le cas avec cette tartine au pesto que je m’empresse donc de vous partager!
tartine-pesto-mozzarella-3

Dans toute tartine qui se respecte, il y a une bonne dose de fromage… Ici c’est une tartine double-mozzarella que je vous propose, rien que ça! Et tant qu’à voir double, j’ai aussi doublé les oignons, rien que pour vous!

tartine-pesto-mozzarella-2

Tartines aux lardons, pesto et mozzarella

  • 4 grandes tranches de pain aux graines
  • 4 c. à s. de pesto
  • 1 poignée de roquette
  • 1 poignée de mâche
  • 100 g de lardons fumés
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de miel de tilleul
  • 1 boule de mozzarella
  • 4 c. à s. de mozzarella râpée
  • 1/2 oignon rouge
  • 1 oignon nouveau
  • 1 c. à c. d’origan
  • Sel, poivre
tartine-pesto-mozzarella
Émincez l’oignon rouge. Dans une poêle, faites revenir les lardons avec l’oignon rouge émincé sans ajouter de matière grasse. Pendant ce temps, tartinez les tranches de pain avec le pesto.
Dès que les oignons et les lardons sont cuits, déposez-les sur les tartines.
Préchauffez le four à 180°C.
Coupez la mozzarella en tranches et déposez les tranches sur chaque tartine.
Saupoudrez avec la mozzarella râpée puis avec l’origan.
Mettez les tartines au four pour 12 minutes.
Pendant ce temps, émincez finement l’oignon nouveau. Dans un petit bol, mélangez la roquette, la mâche avec l’oignon nouveau, l’huile, le vinaigre balsamique et le miel. Salez et poivrez.
Lorsque les tartines sont chaudes, déposez-les dans des assiettes puis déposez la salade assaisonnée sur chaque tartine, et mangez tout de suite.
tartine-pesto-mozzarella-4

 

Sablés au melon, feta et pavot

Le melon, c’est bon, c’est bon, du moins quand il est bon! Quelle pitié, quelle rage et quelle désolation quand on salive d’avance sur un melon qui sent trop bon et que ce traître se révèle insipide, fadasse et plein d’eau… Malheureusement ça m’arrive souvent, j’ai beau lire les conseils sur internet je me trompe régulièrement  en les choisissant!
Ici, j’ai voulu donner du pep’s à un melon un peu tristoune en l’associant à de délicieux sablés au parmesan pour l’apéro. Le résultat était joli, appétissant et goûtu, mais le parmesan prenait pas mal de dessus sur mon melon faiblard.
Moralité, cette recette sera meilleure si vous réussissez à vous acheter un vrai bon melon qui a du goût! Comme quoi y’a pas de secret, c’est avec les meilleurs produits qu’on fait les meilleurs plats!
 sables-melon-pavot-3

Sablés au melon, feta et pavot

  • 1/2 melon
  • 130 g de beurre demi-sel mou
  • 1 sachet de parmesan râpé
  • 150 g de farine
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 c. à s. de graines de pavot
  • 1 c. à c. de miel
  • 200 g de feta
  • Sel, poivre
sables-melon-pavot
Mélangez le beurre mou en dés avec la farine et le parmesan. Ajoutez le jaune d’œuf et mélangez jusqu’à obtenir un mélange homogène. Formez alors un boudin de 3 cm de diamètre environ et mettez-le au frigo 1 heure enroulé dans du film alimentaire.
Préchauffez le four  à 180°C.
Sortez la pâte du réfrigérateur et coupez-la en tronçons d’un petit centimètre d’épaisseur environ.
Déposez ces palets sur une plaque allant au four et laissez 10 minutes environ jusqu’à ce qu’ils soient dorés, puis laissez refroidir.
Coupez le melon et la feta en petits dés.
Sur chaque sablé, déposez quelques cubes de melon, quelques cubes de feta. Ajoutez un filet de miel puis saupoudrez de sel, de poivre et de graines de pavot.
sables-melon-pavot-2

Spécialité picarde : le bisteu

Je ne regarde pas assidûment l’émission Le Meilleur Boulanger (parce qu’il faudrait que je pose toutes mes après-midi pour la voir étant donné son heure de diffusion!) mais récemment avec les jours fériés je suis tombée dessus deux fois, et les deux fois cela m’a donné immédiatement envie de cuisiner pour tenter les spécialités que j’y avais vues à la maison! 

La première fois cela a donné la fameuse rabote picarde, une très belle découverte. Me revoici aujourd’hui avec une autre curiosité picarde, le bisteu. Cette tourte aux pommes de terre et lardons a eu un véritable succès lorsque je l’ai préparée. Simple à réaliser et super bonne, je la referai dès que possible! 
Le seul point d’attention de cette recette est la cuisson des pommes de terre. Coupez les bien fines pour les aider à cuire plus vite, et n’hésitez pas à attraper une pomme de terre en passant une fourchette par le trou central pour la goûter, et à rallonger la cuisson si elle vous semble trop juste! 

Personnellement je n’ai pas fait reposer 30 minutes après cuisson car on mourait de faim. Le résultat était excellent mais manquait de tenue. Je pense que le repos doit aider l’ensemble à solidifier pour un service plus facile, donc si vous pouvez, ne vous dispensez pas de cette étape.

bisteu2

P.S. : La cuisine de Picardie est malheureusement trop méconnue, découvrez-la un peu mieux à travers ce livre :

Bisteu Picard

  • 2 pâtes feuilletées
  • 600 g de pommes de terre (Bintje)
  • 400 g de lard cru fumé et découenné
  • 15 g d’oignons émincés
  • 4 œufs entiers
  • 60 cl de crème fleurette
  • 1 pincée de muscade
  • Sel, poivre
  • 1 jaune d’œuf
 

Épluchez les pommes de terre et les oignons. Coupez des lamelles de pommes de terre sans les rincer. Émincez les oignons. Coupez le lard en tranches de 0,5 mm.

Dans un plat à tarte aux bords assez hauts, étalez une pâte feuilletée et mettez une couche de pommes de terre et oignons. Salez, poivrer. Disposez les tranches de lard, remettez une couche de pommes de terre et d’oignons. Salez, poivrez.

Dans un saladier, mélangez les œufs, la crème, le sel, le poivre, la muscade et versez la préparation sur les pommes de terre. Recouvrez avec la seconde pâte feuilletée et faites une cheminée (un trou au centre de la pâte). Dorez la pâte avec le jaune d’œuf battu et mélangé avec une cuiller à soupe d’eau.

Mettez à cuire à 175°C pendant 2 h. Laissez reposer 30 minutes avant de servir.

 

bisteu

7 bonnes raisons de ne pas maigrir en été

Si comme moi vous êtes un(e) abonné(e) régulier(e) aux régimes qui échouent inlassablement, vous devez connaitre la saisonnalité des motivations à perdre du poids : l’hiver, on voudrait perdre du poids pour être parfait l’été, mais au final on finit par se dire qu’avec le froid, le manque de lumière et les microbes qui circulent, la maladie et la déprime nous guettent si on se prive trop, et que donc on devrait la manger cette raclette, bordel.
Arrive ensuite le printemps où l’on se dit qu’avec les premiers rayons de soleil on devrait avoir un regain d’énergie pour une diète express, mais au final il pleut tout le temps, il ne fait pas si beau, et l’été est déjà proche donc de toutes façons c’est foutu pour le bikini en taille 36!
A ce moment là on se console en se disant qu’à la plage on ne connaît personne, que tout le monde se moque de nos bourrelets une fois dans l’eau et qu’en prime avec la chaleur, l’été on se nourrit exclusivement de salade et de fruits frais, ce qui nous laisse une chance de revenir avec un corps de déesse à la rentrée sans même avoir fait trop d’efforts…

Au risque de vous décevoir, vous n’êtes sans doute pas prêts de perdre le moindre gramme cet été! 
Voici déjà 7 bonnes raisons qui montrent que vous risquez si non de grossir, tout au moins de rentrer de vacances avec le même poids qu’avant de partir. Chienne de vie…

– Les salades

2334882118_a76bda37df_z  Photo @Flickr par jenny downing

On pense souvent qu’en mangeant de bonnes salades, l’été il sera naturel de perdre du poids. C’est sans compter le fait qu’une salade peut souvent être aussi calorique qu’un plat (Ex : la salade Mc Do). De plus vous devez admettre que dans la salade, ce que vous préférez ce ne sont pas les feuilles vertes, mais la vinaigrette, les dés de fromage, les lardons ou la tartine de chèvre chaud qui est posée dessus!… Des composants aussi caloriques que ceux qui entrent dans la préparation d’une tartiflette quoi!

– Les cocktails d’été et le rosé

8296263650_87fff79eaf_z
Photo @Flickr  par gabriel amadeus

Le soleil et le beau temps font une parfaite excuse pour s’enfiler bouteilles de rosé et mojitos en tous genres pendant de longues heures… A moins d’être enceinte ou de détester l’alcool, vous n’échapperez sans doute pas à toutes ces calories liquides!

– Les glaces

1191717420_8672c73223_zPhoto @Flickr par Christian Cable

Les glaces, on peut en manger toute l’année mais il n’y a qu’avec la chaleur qu’elles dont vraiment appréciables. Attention, contrairement à une idée dans laquelle on aime généralement se conforter, les glaces ce n’est pas que de l’eau! C’est avant tout du lait ou de la crème, du sucre, et d’autres choses démoniaques comme coulis de caramel, pépites de chocolat ou noisettes grillées !

– Les barbecue

4570117128_5c8be7a130_z
Photo @Flickr par stevendepolo


Bien sûr, un barbecue peut être sain, mais la plupart de temps il est surtout constitué de trop de viande, trop de sauce, trop de pain! On ajoute à ça des salades composées, saines dans l’absolu mais comme on veut toutes les goûter on en mange en trop grandes quantités… Si en prime vous êtes adepte du camembert au barbecue ou des marshmallows grillés pour le dessert, alors là je ne réponds plus de rien.

– Les tapas et apéros à rallonge

3370372292_57193455e0_z
Photo @Flickr par WordRidden


Pour accompagner les mojitos cités plus haut, on s’enfile souvent biscuits apéro, brochettes de légumes et dés de fromage ou saucisson, puis on finit par se rendre compte qu’il est tard et par sauter le repas… Mais on a déjà ingurgité l’équivalent de 3 assiettes de frites rien qu’en cacahuètes donc on n’y gagne pas franchement!

– Les spécialités de vacances

 12696684825_68253d4c26_z
Photo @Flickr par msquirrell

Qu’on parte à deux heures de chez soi sur la côte ou à l’autre bout du monde, il y a forcément des spécialités locales, qu’on ne peut pas rater puisqu’elles sont locales et que c’est peut être notre seule occasion de les goûter cuisinées « comme il se doit ». Une bonne excuse pour manger des plats souvent trop copieux et trop riches! Sans compter que pour ceux qui partent à l’hôtel, cela signifie restaurant deux fois par jour pour toute la durée du voyage.

– L’automne arrive à grand pas

Une fois l’été arrivé, il est trop tard pour espérer perdre du poids pour les vacances à la plage qui démarrent genre, demain. Par contre dans un mois on sera en septembre, on pourra inaugurer un nouveau jean et cette petite veste qui cache si bien notre vilain bidon. Et pour les vacances de l’été prochain, on a encore le temps de s’y mettre!

Spécialité d’Auvergne : la truffade

Quand mon homme a entendu parler au détour d’une conversation  de la truffade, il m’a immédiatement envoyé un message pour me demander de tester ce plat sur mon blog. J’ai d’abord été trompée par le nom de cette recette et j’ai été tentée de lui demander s’il croyait que j’avais un amant assez riche pour payer les truffes, mais après quelques vérifications, j’ai découvert que la truffade était un plat riche certes, mais pas un plat de riches.
Il m’a suffi de regarder quelques secondes les photos de fromage dégoulinant pour savoir que je serais conquise par cette recette. 
Parce que c’est ça, la truffade : du fromage dégoulinant sur des patates. Cette petite bombe calorique est à l’Auvergne ce que la tartiflette est à la Savoie : un emblème gastronomique qui tient vachement au corps.
truffade4


Comme toute recette (presque) vieille comme le monde, il y a autant de variantes que de personnes qui l’ont testée, mais j’ai essayé de compiler une version simple et qui satisfasse à peu près tout le monde. Certains utilisent du Salers, d’autres de la Tomme de cantal, d’autres enfin du Cantal tout court. Parfois on y ajoute du lard, parfois pas. L’ail, on en met souvent, sauf dans la région du Cantal ou on préfère sans…
Finalement, le seul ingrédient qui fasse l’unanimité c’est la pomme de terre, mais certains la coupent en rondelles, d’autres en cubes.

Bref vous l’aurez compris, j’aurai certainement tout faux dans ma recette pour une partie non négligeable des auvergnats, mais j’aurai au moins tout bon sur un élément : le goût.

Pour le fromage, j’ai porté mon choix sur le Cantal, non pas que je juge ce fromage meilleur que les autres, mais c’est le plus facile à trouver quand on ne vit pas en Auvergne.

Je n’ai pas mis de lardons car j’avais peur que le plat finisse par trop ressembler à une tartiflette, et j’ai mis une petite touche d’ail, juste parce que j’adore ça. Laissez moi vous dire que le résultat vaut le détour!

Cette recette conviendra parfaitement aux régimes végétariens et sans gluten (sans les mouillettes d’accompagnement).

 truffade2

Truffade auvergnate

Pour 4 personnes

  • 800 g de pommes de terre
  • 400 g de cantal entre deux
  • 1 gousse d’ail
  • 75 g de beurre
  • Sel, poivre

truffade

Dans une marmite, mélangez les pommes de terre préalablement coupées en tranches fines avec le beurre, l’ail haché et une pointe de sel.

Faites revenir à feu vif  pour 5-10 min puis baissez sur feu doux et laissez à couvert 25 à 30 minutes.

Quand les pommes de terre sont presque cuites, posez dessus la tomme coupée en fines tranches. Couvrez et laissez mijoter 10 à 15 minutes sans mélanger.
Remuez ensuite la truffade jusqu’à l’obtention de filaments, tout en écrasant grossièrement les pommes de terre pour garder de gros morceaux.
Salez et poivrez à votre goût et mangez avant que ça prenne!

truffade3

Mouillettes au sésame

Pour 4 mouillettes
  • 1 galette de blé
  • un peu de beurre mou
  • 1 c. à c. de graines de sésame
  • Sel, poivre
Coupez les bords de la galette pour qu’elle forme un grand carré. Tartinez la galette de blé. Tranchez-la en 4 mouillettes identiques.
Saupoudrez de graines de sésame, salez, poivrez.