Archives par mot-clé : miel

Cookies au gingembre confit

Aujourd’hui je vais vous parler des cookies au gingembre confit que j’ai fait l’autre jour, juste pour le plaisir, sans occasion particulière, parce que j’avais du gingembre confit et que cela m’a semblé une façon bien sympathique de le consommer!
 
J’avais ce gingembre confit qui attendait sagement d’être mangé, je ne m’inquiétais pas trop pour lui car je ne savais pas du tout quoi en faire, mais cela se garde bien donc il n’y avait pas d’urgence à en faire quelque chose. Et puis par le plus grand des hasards je suis tombée sur ces biscuits chez Elodie, qui m’ont donné une irrésistible envie! Je n’aurais jamais pensé à mettre du gingembre confit dans des biscuits mais après avoir vu sa recette, qui est au gingembre frais, cela m’a semblé une évidence!
 
 
Si vous ne connaissez pas le blog Biscuits passion, je ne peux que vous le recommander Comme son nom l’indique c’est  une vraie mine d’or pour les biscuits et gâteaux, brioches ne tous genre, il y a de quoi satisfaire les gourmands!
 
Je me suis donc inspirée de sa recette, dans laquelle j’ai remplacé le gingembre frais par du gingembre confit et du gingembre en poudre, histoire d’être sûre que ça ait le goût de gingembre, j’ai mis tout ça au four, j’ai croisé les doigts très fort et… Tadaaa! Ces biscuits sont top!!
 
D’abord ces biscuits ne sont pas trop piquants. La saveur de gingembre est tout à fait présente mais avec le sucre, cela crée un équilibre très agréable. La texture des biscuits est top également, ils sont croquants mais pas durs, un peu plus moelleux au centre, et j’adore tomber sur une belle pépite de gingembre confit! Moi qui ne suis pas très biscuits (je ne sais pas qui j’arrive à tromper avec une phrase comme celle-là!), je dois dire que ceux-ci m’ont bien plu et je n’ai pas laissé les deux autres estomacs sur pattes de la maison tout manger! Même ma fille de 3 ans s’est régalée avec, malgré mes réticences à lui en donner à cause du côté épicé du gingembre!
 
Ces biscuits se conservent plutôt bien dans une boite hermétique, si vous êtes capables de ne pas tout manger d’un coup bien sûr.
 
  
P.S. : Si vous aimez le gingembre, régalez-vous aussi avec ces carrés citron gingembre bien parfumés!

 Cookies au gingembre confit

 
  • 300 g  de farine
  • 1/2 c. à c. de levure chimique
  • 125 g de sucre roux
  • 125 g de beurre mou
  • 1 c. à s. de miel liquide
  • 1 œuf
  • 1 c. à c. rase de gingembre en poudre
  • 75  g de gingembre confit coupés en tous petits morceaux
 
Préchauffez votre four à 180°C.
Mélangez le sucre et le beurre mou.
Ajoutez le miel et l’œuf, continuez à bien mélanger.
Ajoutez la farine avec la levure petit à petit pour bien l’intégrer dans l’appareil.
 
Coupez le gingembre confit en petits dés.
 
Ajoutez le gingembre en poudre et confit à la préparation, puis malaxez bien avec la main pour bien l’incorporer.
 
Formez des petites boules de pâte, puis aplatissez-les un peu avec la paume de votre main. Placez-les sur une plaque couverte de papier cuisson.
 
Enfournez pour 13 à 15 minutes selon le four.
 
A la sortie de la cuisson, laissez-les bien refroidir.
 
 
Source d’inspiration :

Infusion de curcuma et gingembre

Je vous ai parlé il y a quelques jours du fabuleux livre d’Anya Kassof, Green! J’ai eu la chance de le recevoir grâce à Natura sense, une boutique qui propose extracteurs de jus, déshydrateurs, robots, germoirs, et une belle série de livres healthy!
 
Je ne me lasse pas de feuilleter ce livre et de baver sur ses jolies photos mais bien sûr, il m’en fallait un peu plus… Il était temps de tester une petite recette! Quand je dis recette, c’est un bien grand mot car c’est une réalité une boisson très simple que j’ai choisi de réaliser : un thé au gingembre et curcuma frais. Bien que la majorité des recettes issues du libre Green demandent un certain nombre d’ingrédients, celle-ci n’en contient que trois : du citron, du gingembre, du curcuma frais… et de l’eau bien sûr, mais ça ne compte pas puisque vous en avez en permanence à disposition.
 
Rien de bien compliqué dans cette recette, mais même s’il est très facile de trouver du gingembre et du curcuma en poudre, ici ce sont bien des produits frais qu’il nous faut. Le gingembre frais se trouve dans n’importe quel supermarché, un peu moins le curcuma frais! J’en trouve de mon côté en boutique asiatique mais aussi en boutique bio.
 
Le curcuma frais ressemble énormément au gingembre vu de l’extérieur, mais une fois coupé, il a une belle couleur orange carotte. Comme le gingembre, le curcuma frais doit être épluché avec un couteau à éplucher, un épluche-légumes ou même une cuillère car sa peau est très fine, avant de le préparer comme vous le souhaitez. Il est plus facile de râper le curcuma que le gingembre, car il est moins fibreux. Rappelez-vous simplement qu’il s’agit d’un colorant naturel, qui sera également efficace sur votre planche à découper et vos doigts. Lavez immédiatement votre plan de travail et portez des gants, ou préparez-vous à avoir les doigts jaunes!
 
Maintenant qu’il commence à faire bien froid, je me suis dit que ce thé au gingembre et au curcuma serait parfait pour m’aider à lutter contre les microbes et pour renforcer mes défenses naturelles. Je suis une fan de remèdes naturels, donc je ne pouvais pas passer à côté de cette boisson! 
 
 
Je dois dire que j’ai adoré ce thé. Cette boisson chaude est absolument merveilleuse, bien parfumée et sucrée. Elle vous réchauffe de l’intérieur, et j’adore sa jolie couleur qui rappelle celle des feuilles d’automne. J’ai bu cette boisson chaude parce que c’est l’hiver et que ça s’imposait donc, mais vous pouvez aussi laisser refroidir la boisson tout en la laissant infuser et la servir froide en filtrant juste avant le service.
 
On dit que la ville d’Okinawa a la plus forte population de centenaires, d’où le fameux régime Okinawa qui, à l’instar du régime méditerranéen ou crétois, est sensé nous aider à vivre plus longtemps. Fait intéressant, une boisson très populaire à Okinawa est le thé au curcuma! Est-ce un hasard? Je ne sais pas, mais en tout cas ce thé ne peut nous faire que du bien! Le curcuma a plus de bienfaits pour la santé que n’importe quelle autre plante ou presque.
 
Si vous avez un coup de mou cet hiver, essayez cette boisson!
 
  
 

Infusion de curcuma et gingembre

 
 Pour 3 tasses environ
 
  • 1 citron pressé ou coupé en rondelles
  • 1 morceau de 5 cm environ de curcuma frais râpé et pelé
  • 1 morceau de 5 cm environ de gingembre frais râpé et pelé
  • 75 cl d’eau bouillante
  • 2 c. à s. de miel, à ajuster au goût
 
Réunissez le citron en rondelles, le curcuma, le gingembre et le miel dans une casserole, ajoutez l’eau bouillante, couvrez et laissez infuser 10 minutes.
 
Filtrez et buvez bien chaud. 
 

Spécialité d’Inde : Aloo akbari ou curry de croquettes de pommes de terre

Aujourd’hui, je vous propose une recette indienne assez peu connue, je ne sais même pas si c’est une vraie recette indienne en fait, bien que le nom sonne tout à fait indien.
 
J’ai flashé sur cette recette su un blog américain, et quand j’ai voulu creuser un peu le sujet de ce aloo akbari en cherchant d’autres versions sur internet, il s’est avéré que toutes les recettes que je trouvé revenaient au même site, donc c’est à croire qu’il n’y a qu’elle qui a testé ce plat, elle dit l’avoir découvert dans un restaurant indien.
 
Pour la signification de son nom, en indien « aloo » signifie « Pommes de terre », comme dans le aloo gobi. « Akbari » indique que ce plat est fait à la façon de l’empereur moghol Akbar. C’est un terme utilisé dans d’autres recettes comme le poulet Akbari, mais pas associé à de la pomme de terre en général. Bref, je ne sais pas trop à quel point ce plat est authentique, mais la photo m’a semblé si appétissante que j’ai voulu essayer de faire ma propre version de ce plat. J’y ai modifié des éléments : je l’ai simplifiée un peu, et surtout, j’y ai intégré un mélange d’épices que j’adore et que je voulais vous faire découvrir : le panch phoron.
 
 
J’ai eu la chance de pouvoir tester ce délicieux mélange grâce à l’Étal des épices, un site qui propose une multitude d’épices qui font toute plus envie les unes que les autres!
 
Le panch phoron, aussi appelé « panch phora » est originaire d’Inde et plus particulièrement de la région du Bengale. Sa composition varie mais le plus souvent, il est composé de cinq épices : fenugrec, cumin, fenouil, graines de moutarde et nigelle. Pour l’utiliser, on le fait roussir dans de l’huile chaude jusqu’à ce que les graines commencent à sauter et deviennent bien croustillantes. Ensuite on les intègre telles qu’elles ou pilées au mortier à la recette en fin de cuisson.
 
Le panch phoron, trop méconnu à mon goût, change agréablement des plus célèbres curry ou garam masala. Sa saveur légèrement anisée s’accorde particulièrement bien avec les légumes. J’ai donc choisi d’ajouter ce mélange d’épices dans cette recette, et je dois dire que le résultat fut absolument délicieux. C’est l’un des meilleurs plats végétariens indiens que j’aie eu l’occasion de goûter et j’adorerais trouver ça dans un restaurant indien!
 
  

Curry de croquettes de pommes de terre

 
Pour 4  personnes
 
Pour les croquettes
 
  • 450 g de pommes de terre cuite
  • 1/2 c. à c.  de garam masala
  • 1/2 c. à c.  de poudre de chili rouge
  • 1 pincée de bicarbonate de soude 
  • 7 noix de cajou coupées en petits morceaux
  • 6 raisins secs hachés grossièrement
  • 1 à 2 c.à s. de maïzena
  • Huile pour friture.

Pour la sauce

  • 1 c. à s. d’huile 
  • 1 oignon haché grossièrement
  • 30 g de noix de cajou
  • 3 gousses d’ail pelées et hachées
  • 1 c. à c. de gingembre frais haché
  • 25 cl d’eau
  • Sel

Épices à faire revenir

  • 1 c. à c. de curry noir ou jaune
  • 1 c. à c. de panch phoron 
  • 1 c. à c. de curcuma
  • 1 c. à s. de miel
  • Sel
 
La veille, faites cuire les pommes de terre et laissez -les refroidir complètement. 
 
Faites chauffer 25 cl d’eau et faites-y tremper les noix de cajou, l’oignon haché grossièrement, le gingembre et l’ail. Mettez de côté pendant 10 minutes environ, le temps de faire le reste de la recette.
 
Prenez les noix de cajou et les raisins secs prévus pour les croquettes et coupez-les en petits morceaux. Mélangez et réservez dans un bol.
 
Prenez les pommes de terre cuites et refroidies. Écrasez-les bien, à la fourchette ou à l’écrase purée, en vous assurant qu’il n’y a pas de grumeaux ou de gros morceaux.
 
Ajoutez le garam masala, la poudre de chili rouge, le bicarbonate de soude. Si les pommes de terre ne forment pas vraiment une pâte, commencez à ajouter la maïzena petit à petit pour aider à lier l’ensemble.
 
Formez 8 boules avec cette purée. Aplatissez-les au centre de votre paume. Prenez un peu de mélange au noix de cajou et aux raisins et placez-le au milieu de la pâte de pommes de terre. Ramenez les côtés de la pâte de pommes de terre au centre, pour enfermer les noix au milieu. Formez des boules aplaties, bien fermes et sans fissures. 
 
 
Faites chauffer l’huile dans la poêle, puis quand elle est chaude, réduire le feu à moyen-élevé. Faites cuire les croquettes, en les faisant par 2 ou 3 à la fois, dans l’huile chaude dans la casserole.
 
Ces croquettes sont très délicates, ne les retournez pas trop pour éviter de les casser. Faites-les frire sur chaque face, jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.
 
Sortez-les délicatement avec une cuillère et placez-les délicatement sur une assiette recouverte de papier absorbant. 
 
 
 
 Versez dans le mixeur le mélange aux oignons et cajou que vous avez laissé tremper pendant ce temps et mixez jusqu’à obtenir une pâte lisse. 
 
Faites chauffer 1 cuillère à soupe d’huile dans lune poêle antiadhésive. Ajoutez la poudre de curry, le curcuma, le panch phoron à l’huile chaude. Réduisez le feu et faites revenir les épices quelques secondes jusqu’à ce qu’elles crépitent.
 
Ajoutez alors le mélange aux noix de cajou et à l’oignon dans la poêle, ajoutez le miel et mélangez.
 
Couvrir la casserole avec le couvercle et laisser cuire à feu moyen-doux jusqu’à ce que le curry soit réduit et bien cuit, soit environ 10 minutes.
 
Servez ce mélange sur du riz blanc avec les croquettes de pommes de terre.
 
 
Source d’inspiration :

Burger d’automne patate douce, champignons et comté

La soirée burgers est une de mes soirées à thème préférées. J’aime composer mes hamburgers en fonction de ce qui est de saison et ce qui passe dans mon frigo. Honnêtement, outre le fait que les burgers maison ont un goût canon, je suis toujours ravie de la variété de choses qu’on peut y mettre, même des légumes, oui oui!
 
Ces hamburgers sont donc remplis avec mes saveurs de saison préférées, comme la patate douce et le champignon. Je dois dire que je voue un véritable culte aux champignons  Rien ne me fait plus rêver qu’une bonne poêlée de champignons pleine d’ail, c’est grave docteur? Ici j’ai lié le tout avec une sauce légèrement sucrée au miel qui fait vraiment ressortir la saveur des légumes.
 
 
J’ai ajouté en plus des steaks des galettes de patate douce, ça rend l’ensemble nourrissant bien sûr, mais franchement ça ne nous a pas empêchés de venir à bout de ces burgers non plus!
 
Des frites de patate douce seront parfaites en accompagnement, en cohérence avec la garniture des burgers. Dois-je préciser qu’ils s’accompagneront aussi très bien d’une petite bière?
 
 

 Burger d’automne

 
 
  • 2 galettes de patate douce
  • 2 steaks hachés
  • 50 g de chorizo
  • 65 g de champignons de Paris
  • 2 buns toastés
  • 75 g de comté

Pour les galettes de patate douce

  • 175 g de patate douce
  • 1 œuf
  • 3 cl de lait
  • 25 g de farine
  • 1/2 c. à c. de levure
  • 1/2 c. à c. de curry
  • 1/2 oignon râpé
  • 1 c.à s. d’huile
  • Sel, poivre

Sauce

  • 4 c. à s. de mayonnaise
  • 1 c. à s. de concentré de tomates
  • 1/2 c. à c. de miel
  • 1/2 c. à c. de curcuma
  • 1/2 c. à c. de curry
  • Sel
Préparez les galettes de patate douce. Lavez, épluchez et râpez la patate douce. Émincez l’oignon. Mélangez dans un saladier avec autres ingrédients des galettes sauf l’huile qui va servir pour la cuisson. Formez deux galettes.
 
Préchauffez le four à 170°C. Chauffez une poêle avec 1 cuiller à soupe d’huile, et mettez-y les galettes à revenir 4 minutes par face. Déposez-les ensuite sur du papier sulfurisé et enfournez-les pour 20 minutes. Réservez au chaud.
 

Mixez le bœuf, le chorizo, les champignons, salez, poivrez et réservez.

Mélangez les ingrédients de la sauce et réservez.

Ouvrez vos pains à burger. Étalez de la sauce sur chaque face, déposez les galettes de patates douce et le fromage puis mettez au four 10 minutes.

Pendant ce temps, faites cuire les steaks et posez-les sur le fromage si les 10 minutes de cuisson au four ne sont pas écoulées.

Refermez les burgers et servez de suite.

 

Avec cette recette à la patate douce et aux champignons, je participe à Cuisinons de saison !
 

 

Salade d’automne à la feta marinée

L’automne n’est pas seulement ma saison préférée en matière de mode, de fêtes (aaah, Halloween!) ou de pumpkin spices latte. Dans la cuisine également, l’automne est mon favori invaincu! Citrouilles, choux, champignons, cannelle, pommes, poires… Ce ne sont que quelques-uns de mes ingrédients préférés d’automne!
 
Aujourd’hui, voici peut-être ma première recette de salade de l’année, bien que ce ne soit pas la saison la plus connue pour consommer des salades! J’ai eu envie de réaliser une salade de mâche avec de la feta marinée et bien sûr des produits d’automne, comme de la grenade, du chou de Bruxelles et de la patate douce. Cette salade est copieuse, cosy, parfumée, automnale, fraîche, fruitée, avec une légère touche sucrée! Elle est facile à préparer et peut être servie froide ou avec la patate douce et le chou de Bruxelles encore un peu tièdes (je préfère comme ça!). C’est le mélange parfait pour un déjeuner léger, équilibré et automnal. J’ai assaisonné l’ensemble avec une vinaigrette au miel et au vinaigre balsamique, simple et délicieuse!
 
Le résultat est vraiment merveilleux, tout le monde a aimé cette salade, même mon homme qui était pourtant bien dubitatif quand je lui ai annoncé le menu.
 
 
Avez-vous déjà utilisé une grenade? Ce fruit peut sembler un peu intimidant, j’ai longuement hésité à en acheter car je ne savais pas bien comment cela se préparait ni ce que j’allais en faire. Mais une fois qu’on connait le truc, c’est en fait très facile à utiliser. D’abord pour ouvrir la grenade, il faut la couper en deux mais en coupant juste la peau, pas les graines qui sont dedans. Vous entaillez la peau sur tout le tour, puis vous utilisez vos mains pour séparer délicatement les deux moitiés, un peu comme on ouvre une matriochka ou un œuf Kinder (enfin, les modèles de mon enfance car maintenant ils sont plus faciles à ouvrir que dans le temps!)
 
 
Il y a quelques méthodes pour facilement récupérer les graines de la grenade. Ma préférée c’est de frapper la grenade pour que les grains tombent, au passage ça défoule! Pour cela, tenez une moitié de grenade dans votre main au dessus d’un bol. Utilisez une grande spatule ou une cuiller pour frapper le haut de la grenade. Cela devrait faire tomber toutes les graines facilement!
 
J’espère qu’après avoir fait et mangé cette salade d’automne sucrée et croustillante à la grenade, vous aurez envie d’apprécier les grenades plus souvent! Cette salade est tellement bonne! Les noix ajoutent une texture et une saveur au top également.
 
Pour cette recette, j’ai fait mariner la feta moi-même, c’est très simple et bien meilleur que d’acheter du fromage qui baigne dans l’huile. J’ai utilisé un mélange d’épices à salades composé par l’Étal des épices, que voulez-vous, j’ai forcément été tentée de le détourner de son usage d’origine, mais pour avoir testé en salade je peux vous dire qu’il est top comme ça aussi! C’est un mélange qui contient notamment du de l’ail, du basilic, de la coriandre, du curcuma, du piment doux, de la cannelle, du poivre blanc et du clou de girofle. Ça change des simples herbes de Provence!
 
 
 
 Pour consulter cette délicieuse recette, c’est par ici!
 
 
 
 
 
Avec cette recette à la courge, au choux de Bruxelles et à la grenade, je participe à Cuisinons de saison !
 

 

Entremets poire, spéculoos et caramel

Aujourd’hui je vous propose un dessert un poil plus sophistiqué que d’habitude, enfin façon de parler! Disons que c’est un dessert individuel façon entremet, mais quand vous verrez la recette vous comprendrez qu’il n’y a rien de bien compliqué là dedans!
Concrètement, c’est un biscuit sablé sur lequel repose une crème caramel et des lamelles de poires.  Rien que du très bon quoi!

Les différentes saveurs fonctionnent selon moi très bien ensemble, le mélange fondant/croquant est top.
 
Le petit secret c’est que pour faire la crème, je n’ai pas pris plus de cinq minutes car elle est à base de crème dessert, comme les fameuses Danette par exemple.


 

 

Honnêtement vous le comprenez donc,  il n’y rien de très complexe à faire, mais il faut s’y prendre à l’avance car il y a un temps nécessaire pour que la crème prenne au frigo… Je vous conseille donc de réaliser cette recette une journée à l’avance.
 
Il vous faudra également des cercles à pâtisserie pour que tout cela tienne debout le temps que la crème prenne au frigo, à part ça, rien de bien particulier.



Cet entremet a eu beaucoup de succès et tout le monde l’a trouvé bluffant! Je me suis bien gardée de parler du secret de ma crème! Ce qui compte, c’est que c’est bon!

  

 

P.S. : Si vous aimez les desserts à la poire, vous serez peut-être tentés également par ce gâteau à l’huile d’olive au miel et à la poire.



Entremets poire, spéculoos et caramel

Pour 2 desserts individuels

  • 100 g de spéculoos
  • 50 g de beurre
  • 250 g de crème dessert caramel
  • 1 sachet de gélatine alimentaire
  • 2 poires au sirop
  • 1 c. à s. de confiture d’abricot



Réservez quelques miettes de spéculoos pour la déco. Mixez les spéculoos et le beurre fondu. Tassez la pâte obtenue dans deux cercles à pâtisserie déposés dans des assiettes de service ou sur du papier cuisson.



Délayez la gélatine dans 2 cuillers à soupe d’eau et laissez tremper deux minutes.

Faites chauffer la crème dessert au micro-ondes. Elle doit être chaude mais pas bouillante. Versez la gélatine dans la crème dessert.

Versez ce mélange sur les biscuits.



Mettez au frais une heure.



Épluchez les poires. Tranchez les poires en lamelles et disposez-les joliment sur la crème.



Mélangez la confiture d’abricot avec 1 cuiller à café d’eau dans un petit bol et étalez ce mélange sur la surface des fruits avec un pinceau. Saupoudrez de miettes de spéculoos.

Remettez au frais jusqu’au service.

Avec cette recette à la poire, je participe à Cuisinons de saison !
 

 

 

Pumpkin spice oatmeal

J’adore les flocons d’avoine. C’est un petit dessert/petit-déjeuner tellement réconfortant! Je les aime avec un peu de miel ou de sirop d’agave, ou avec des raisins et de la cannelle, ou avec des pommes et des noix, ou encore avec des rondelles de banane, de la cardamome… Bref, vous l’avez compris, je les aime de cent façons! Je m’empresse de noter à chaque fois que je trouve une nouvelle idée pour préparer le porridge, et depuis la fin de l’hiver dernier, je voulais essayer d’en faire avec de la citrouille et des épices d’automne, ou « pumpkin spices »!
Quand j’ai vu sur le compte Instagram d’Alexane, Flavour beans qu’elle avait fait un porridge à  ce parfum, cela m’a rappelé cette envie, qui est maintenant pile de saison! J’ai su qu’il fallait que je me lance! Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Flavour beans est un blog beauté qui ne se prend pas la tête et où les articles sont en général bien marrants! Depuis quelques temps, elle a adopté une alimentation beaucoup plus healthy dont elle parle notamment dans ses vidéos ici ou ici si cela vous intéresse! Mais ce n’est pas un blog de cuisine et elle n’a pas publié de recette pour ce porridge si alléchant! Pas de quoi me laisser démonter, j’ai donc inventé le mien! Je suis heureuse de vous annoncer que ma recette est maintenant testée, approuvée et délicieuse. Ces flocons d’avoine sont si bons et faciles à faire!Il me tardait de les partager avec vous!
Sans compter qu’avec l’automne qui est bien installé, c’est tout à fait de circonstance! Les recettes d’automne sont mes préférées. Je sais d’ailleurs que les potirons ont envahi mon blog ces dernières semaines, mais c’est la même chose dans ma vie. En automne, nous mangeons de la citrouille (ou des courges) presque à tous les repas. Je n’y peux rien, ce légume me rend l’idée du froid imminent un peu plus supportable.
Au quotidien, je fais toujours cuire mon porridge au micro-ondes. Je remue toutes les 30 secondes tout en contrôlant la texture obtenue, parfois je rajoute en cours de route plus de liquide. Je regarde à travers la vitre de micro-ondes pour m’assurer qu’ils ne bouille pas et ne déborde pas – parfois je détourne le regard 2 secondes et hop, ça déborde! Au final, je fais mes porridges au pif et je n’en obtiens jamais deux tout à fait pareils. Mais là, comme je voulais vous partager la recette, j’ai essayé de faire une recette plus précise et plus aboutie et donc j’ai tout pesé, et j’ai pris le temps de  cuire les flocons d’avoine de façon traditionnelle à la casserole. Je suppose que vous pouvez obtenir quelque chose d’à peu près similaire au micro-ondes si vous ne voulez pas salir de casserole!
Les épices à potiron se trouvent toutes faites aux États-Unis, comme ici le mélange à vin chaud ou à pain d’épices. Je vous ai mis tout le détail car je suppose que vous n’avez pas plus ça dans vos placards que moi ! J’utilise dans ma recette de la purée de citrouille, on en trouve en boite de conserve aux Etats-Unis ( je vous ai mis la boite sur la photo pour que voyez à quoi ça ressemble – vous avez vu qu’ils font de la pub pour Pinterest sur le couvercle?), mais ce n’est rien d’autre que de la citrouille préalablement cuite et mixée. Vous pouvez utiliser un petit reste de citrouille que vous avez, tant qu’il n’a pas été assaisonné de poivre par exemple!
Etes-vous tenté d’essayer cette recette? Si oui faites-moi savoir ce que vous pensez!
 
P.S. : Si comme moi vous êtes en mode full obsession du potiron, essayez aussi cette tarte à la citrouille!

Pumpkin spice oatmeal

Pour un bol

  • 30 g de quaker oats
  • 20 cl de lait
  • 1 c. à s. de raisins secs
  • 40 g de purée de citrouille
  • 1 c. à s. de sirop d’épices à citrouille (ou sirop d’érable ou agave)
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille liquide
  • ¼ c. à c. de cannelle
  • 1 pincée de 4 épices
  • 1 pincée de muscade
  • 1 pince de gingembre
Garnitures
  • 1 c. à s. de sirop d’épices à citrouille (ou sirop d’érable ou agave)
  • Quelques graines de citrouille
  • Quelques raisins secs
  • 1 pincée de cannelle
Amenez l’eau à ébullition dans une petite casserole. Ajoutez le porridge et les raisins secs et faites cuire pendant 5 minutes en remuant de temps en temps.
A deux minutes de la fin de la cuisson, ajoutez tous les ingrédients du porridge restants et remuez. Laissez cuire pendant les deux minutes restantes pour que tout soit uniformément chaud.
Une fois la cuisson terminée, versez le mélange dans un bol. Saupoudrez par dessus des raisins secs, des graines de courge. Versez enfin un filet de sirop d’épices à citrouille ou de sirop d’érable, ajoutez une pincée de cannelle et mangez chaud.
Avec cette recette au potiron, je participe à Cuisinons de saison !

 

Crèmes au riz à la vanille et figues poêlées

Le riz au lait à la vanille est le dessert réconfortant et régressif par excellence. Je pense qu’il fait retomber en enfance la majorité d’entre nous dès la première bouchée! Quand j’étais enfant, ma maman faisait de gros gâteaux de riz plutôt compacts qu’elle servait avec de la confiture. C’était très bon, et assez différent des riz au lait tout prêts que l’on peut trouver sous forme de yaourts dans le commerce, qui sont tellement crémeux qu’on a parfois l’impression de manger une crème à la vanille dans laquelle quelques grains de riz sont tombés par hasard.
Bien sûr, au niveau du goût rien ne vaut le fait maison et la recette de ma maman, mais je me suis souvent demandé comment obtenir un dessert aussi crémeux que ceux du commerce au niveau de la texture. Récemment, j’ai donc décidé de me lancer dans la réalisation de ce que j’appelle des crèmes au riz, et non du riz au lait, puisqu’il y a plus de crème que de riz!
J’ai profité d’avoir reçu une vanille de Papouasie Nouvelle Guinée magnifique de la part de David Vanille pour me lancer dans la réalisation de ces crèmes. Cette vanille est de la même espèce que celle de Tahiti (la vanille tahitensis), et David vanille l’importe chez un  petit producteur. C’est une vanille bien humide aux notes intenses et florales. Ses notes gourmandes peuvent faire merveille dans de nombreuses recettes je pense, et notamment dans les macérations.
Si vous ne connaissez pas David Vanille, n’hésitez pas à aller découvrir sa sélection de vanilles ( car il y en propose plein d’autres!) c’est par ici que ça se passe!
Puisque c’est l’automne, j’ai enrichi mes petites crèmes de miel, de figues et de noix. Grand bien m’en a pris car l’ensemble était tout simplement à tomber. Au niveau de la texture, ce simple dessert fait avec les ingrédients habituels du riz au lait dans des proportions un peu modifiées est tout simplement parfait! La texture est celle d’une crème assez liquide dans laquelle se mêlent de gros bouts de noix croquants, des figues fondantes rôties au miel, du riz bien moelleux, et bien sûr, cette vanille parfume le tout d’une manière subtile et forte à la fois… Si vous aimez la saveur de la vanille authentique, cette crème au riz addictive est faite pour vous. J’espère vous avoir donné envie de tester cette recette d’urgence!
 
P.S. : On n’y pense pas toujours, mais la vanille fait aussi des merveilles dans les recettes salées, comme dans cette  purée à la vanille.

Crèmes au riz à la vanille et figues poêlées

  • 50 g de riz arborio
  • 70 cl de lait entier
  • 30 cl de crème liquide + 10 cl en fin de cuisson
  • 40 g  de sucre
  • 1 gousse de vanille
  • 1 jaune d’œuf

Pour la poêlée de figues

  • 200 g de figues sèches
  • 30 g de miel liquide
  • 1 c. à s. d’eau
  • 40 g de beurre
  • 30 g de noix
  • 1 pincée de cannelle
Rincez le riz puis  mettez-le dans une casserole avec le lait froid,  les 30 cl de crème liquide, la gousse de vanille fendue et grattée et le sucre.
Allumez le feu et laissez cuire le riz tout doucement. Le lait doit à peine frémir pendant la cuisson.
La cuisson va durer 35 à 40 minutes, les grains de riz doivent être parfaitement moelleux et la crème et le lait doivent encore être présents dans la casserole. Ne vous inquiétez pas si le riz n’affleure pas la surface comme d’habitude, il y a volontairement plus de lait que de riz dans cette recette!
Dans un bol, mélangez les 10 cl de crème et le jaune d’œuf. Quand la cuisson du riz est terminée, versez ce mélange dans le riz au lait encore sur le feu.
Mélangez quelques minutes puis éteignez le feu et laissez refroidir.
Versez votre riz au lait  dans des ramequins et mettez au réfrigérateur.
Coupez les figues en quatre.
Dans une casserole, faîtes revenir les figues émincées dans le beurre avec le miel, les noix et une pincée de cannelle. Mélangez bien et laissez caraméliser quelques minutes.
Attendez que le riz au lait ait pris quelques heures puis déposez ce mélange délicatement sur chaque riz au lait. Le mélange va un peu s’enfoncer dans le riz au lait. Remettez au frais jusqu’à lendemain et servez frais.
 

Mini tatins d’échalotes au parmesan

Je vous propose aujourd’hui une version à base de légumes de la fameuse tarte tatin !

Je suis sûre que vous connaissez tous la tatin aux pommes et sa petite histoire… Elle serait née de la maladresse de deux sœurs qui auraient fait tomber leur tarte et c’est pourquoi on l’a sert avec la pâte posée au-dessus pour la cuisson puis la tarte retournée pour le service. J’ai récemment lu qu’en fait la tarte ne serait pas tombée mais simplement brûlée, c’est ce qui est sympa avec les légendes, il y en a plein de versions!

Cette tarte tatin savoureuse a une saveur sucrée salée, dûe à la douceur naturelle des échalotes qui la composent. C’est une manière très agréable de profiter des qualités de ces légumes, toujours présents sur les étales des marchés, mais qui viennent égayer nos assiettes de leurs belles couleurs surtout en hiver. J’aime beaucoup l’idée de mettre à l’honneur ce légume qui n’est souvent utilisé que comme faire valoir d’un plat. L’échalote est tellement douce et parfumée qu’elle se suffit à elle seule !

En plus d’être succulente par sa saveur et le fondant des légumes, cette tatin est très jolie visuellement! Servez cette tatin en entrée ou en accompagnement, et servez la chaude, tiède ou même froide. Accompagnez-la d’une salade de crudités et d’un verre de vin et partagez-la avec vos amis, c’est ça le bonheur!

 

Tatins d’échalotes au parmesan

Pour 4 tartelettes

  • 600 g d’échalotes
  • 1 pâte feuilletée
  • 40 cl de lait
  • 15 cl de bouillon de légumes
  • 30 g de beurre
  • 2 c. à c. de miel
  • 30 g de parmesan
  • 2 c. à c. de crème de balsamique
  • Sel, poivre

Épluchez les échalotes en les laissant entières.
Mettez-les dans une casserole avec le lait, portez à ébullition, baissez le feu et laissez cuire 10 à 15 minutes à feu doux en surveillant jusqu’à ce qu’il n’y ait quasiment plus de lait.

Dans une poêle, faites fondre le beurre avec le miel, ajoutez les échalotes et faites confire à feu doux pendant 30 minutes en ajoutant du bouillon petit à petit pour ne pas qu’elles brûlent.
Les échalotes doivent être dorées et fondantes.

Préchauffez le four à 230°C.

Coupez 4 cercles dans votre pâte feuilletée au format des moules. Disposez les échalotes dans quatre plats à tartelettes, salez et poivrez et recouvrez avec la pâte feuilletée.

Enfournez pour 15 minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien gonflée et dorée.
Démoulez sur un joli plat, faites un tourbillon de balsamique sur els échalotes, râpez le parmesan par dessus, parsemez de poivre et servez.

Tempuras de carottes et oignons rouges, sauce miel, soja et gingembre

Je sais bien que la nourriture frite est riche et mauvaise pour la santé, mais personnellement j’ai du mal à admettre qu’il en va de même pour les tempuras! Ok ils sont frits, mais leur goût est tellement fin et leur pâte si aérienne que j’ai toujours l’impression de manger une recette saine. Sans compter que les tempuras sont souvent à base de légumes ou de fruits de mer, et qu’ils sont japonais! JA-PO-NAIS! Rien de malsain ne provient du Japon si? Bon ok, je fais preuve de mauvaise foi, mais il faut avoir que j’adore grignoter ces petites cochonneries croustillantes!

Allez, oubliez le cholestérol, jetez définitivement ce jean dans lequel vous ne rentrez plus depuis deux ans, zappez vos résolutions de nouvel an de ne plus jamais manger de gras, et goûtez ces délicieux tempuras!

En réalité, je ne mange pas souvent des tempuras, j’en commande seulement quand je dîne dans un bon restaurant japonais car je les préfère aux sushis, mais je n’en faisais jamais à la maison… Jusqu’à maintenant! J’ai finalement cédé et décidé d’en faire moi-même! Pour dire de faire bonne figure, j’en ai fait aux légumes, donc certainement parmi les plus légers que l’on puisse trouver.

Au restaurant, ils servent souvent un assortiment large de légumes, qui peut inclure des champignons, des aubergines, de la racine de lotus, ou encore des feuilles de shiso, (du moins c’est ce qu’il m’a semblé reconnaître). J’en ai aussi goûté avec un légume en forme d’éventail, mais j’ai eu beau chercher sur internet, je n’ai pas réussi à déterminer ce que c’était! En fait, je pense que tout légume peut devenir un délicieux tempura! Pour cette fournée, j’en ai réalisé à base de carottes et d’oignons, l’ensemble était très bon mais vous pouvez varier suivant ce que vous avez dans votre corbeille ou suivant la saison.

Il n’y a rien de compliqué à faire pour préparer des tempuras : il suffit de plonger des morceaux de légumes dans la pâte, puis les frire… C’est encore plus simple chez moi puisque comme j’aime le préciser, c’est mon homme qui est préposé à la friture.

Lors de la fabrication de tempuras, l’objectif est d’obtenir une panure croustillante et aérée qui n’absorbe pas trop l’huile pendant la friture. La clé du succès réside dans la pâte et dans la température de l’huile. Lorsque la pâte est trop liquide, les tempuras manquent de texture. Lorsque la pâte est trop épaisse, on la sent trop au contraire. Il faut donc trouver le bon dosage et ne pas trop mélanger la pâte pour arriver au bon résultat.

En ce qui concerne la température, d’abord il est important que les ingrédients qui composent la pâte soient froids, et que celle-ci soit froide avant d’être plongée dans l’huile chaude.
La température de l’huile doit être comprise entre 160 ° C à 180 ° C en fonction de la durée nécessaire pour cuire les ingrédients. Plus vos légumes sont épais et longs à cuire, plus la température doit être basse pur pouvoir prolonger la cuisson sans brûler la pâte, mais toujours en restant entre 160° et 180°C. Enfin, ne remplissez pas trop la friteuse, car les tempuras étant plongés froids dans l’huile, ils peuvent abaisser la température de l’huile s’ils sont trop nombreux.

La sauce que je vous propose n’a rien de traditionnel, elle est à base de mayonnaise, mais elle s’est très bien mariée avec les tempuras, nous l’avons adorée!

P.S. : Si vous aimez la cuisine japonaise, allez faire un tour sur ma recette de curry japonais au boeuf!

Tempuras de carottes et oignons rouges, sauce miel, soja et gingembre

  • 2 carottes
  • 1 oignon rouge
  • 100 g de farine
  • 1 jaune d’œuf
  • 10 cl d’eau glacée
  • 1/2 c. à c. d’estragon
  • 1/4 c. à c. de romarin
  • Huile de friture
  • Sel, poivre

Sauce

  • 3 grosses c. à s. bombées de mayonnaise
  • 1 c. à c. de sauce soja
  • 1 c. à c. de miel
  • 1 c. à c. rase d’ail semoule
  • 1 c. à c. rase de gingembre en poudre
  • Sel poivre

Préparez la sauce à l’avance en mélangeant tous les ingrédients, et réservez au frais.

Lavez et coupez la carotte et l’oignon rouge en rondelles d’environ 1/2 cm d’épaisseur.

Posez les rondelles sur du papier absorbant et saupoudrez de sel.
Posez par dessus un autre papier absorbant.

Dans un bol, battez le jaune d’œuf avec une fourchette.
Ajoutez 10 cl d’eau glacée et mélangez.

Ajoutez 100 g de farine petit à petit tout en mélangeant.
Salez, poivrez et mettre les herbes.

Faites chauffer de l’huile dans une poêle ou une friteuse.
Trempez les morceaux de légumes dans la préparation puis déposez-les dans l’huile chaude.

Retournez les beignets. Lorsqu’ils sont dorés, posez-les dans une assiette sur du papier absorbant.
Servez chaud avec la sauce.

Avec cette recette à la carotte, je participe à Cuisinons de saison !