Archives par mot-clé : Melon

Gaspacho ajo blanco

Je vous propose aujourd’hui de partir a la découverte de la cuisine espagnole, avec une recette andalouse délicieuse et fraîche ! D’apparence un peu crémeuse, elle est composée d’un mélange d’amandes, de pain, d’huile d’olive et d’ail, passés au blender, assaisonnés et allongés de vinaigre et d’eau.

gaspacho-ajo-blanco

Cette recette de gaspacho, appelée ajo blanco à cause de sa couleur et de sa composition à l’ail est très rafraîchissante et plutôt légère! Servez-la en verrine à l’apéritif ou en entrée, cette recette simple mais  originale ravira les amateurs d’ail, pourquoi aps accompagnée de billes de melon ou de raisin ou même des dés de pain dur frit, mais là, côté calories c’est une autre histoire !

Personnellement j’ai mis un peu de pignons dans la recette, mais vous pouvez les remplacer par plus d’amandes, vous obtiendrez alors une version plus traditionnelle.

 

P.S. : Si vous êtes à la recherche de saveurs plus exotiques, mon gaspacho indien au curry vous plaira!

gaspacho-ajo-blanco-3

Gaspacho ajo blanco

  • 100 g d’amandes entières
  • 50 g de pignons
  • 100 g de chapelure
  • 4 gousses d’ail (1 tête d’ail )
  • 1 bouillon cube de volaille
  • 3 c. à s. d’huile d’olive
  • 30 à 50 cl d’eau
  • 20 cl de lait ou lait de soja
  • 2 c. à s. de vinaigre de Xérès
  • Sel, poivre blanc moulu
  • 2 c. à s. d’amandes effilées

Préchauffez le four à 180°C. Coupez le haut de la tête d’ail pour que toutes les gousses soient découvertes. Déposez la tête sans un plat, versez un filet d’huile dessus et enfournez pour 20 minutes. Coupez le four et laissez 10 minutes supplémentaires.

Mettez la chapelure à tremper dans le lait.

Dans un blender, mixez les amandes entières, la chapelure, l’ail et le lait avec 4 gousses d’ail, puis incorporez le vinaigre et l’huile d’olive. Salez et poivrez, puis ajustez la consistance en ajoutant de l’eau progressivement. Rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
Réservez ensuite au frais.

Versez le gaspacho dans une verrine. Placez quelques amandes effilées sur le dessus.

gaspacho-ajo-blanco-2

Spécialité des Etats-Unis : Peach & melon cobbler

Tout le monde connait le crumble, le cobbler est en quelques sorte son cousin moins célèbre… En tout cas en France, car aux États-Unis, ce dessert est mythique!
Mais qu’est-ce donc que le cobbler? C’est un dessert composé simplement de fruits couverts de pâte et cuits au four, comme le crumble donc. La différence réside surtout dans la pâte, qui est ici moins sableuse et plus moelleuse, avec un bon goût de beurre…

On raconte que ce dessert aurait été invente aux États-Unis par les premiers colons anglais frustrés de ne pas trouver les ingrédients pour leur traditionnel pudding… Drôle de résultat, en tout cas à 10.000 lieues du pudding anglais si vous voulez mon avis!

Le cobbler dispose d’autant de variantes s’il y’a d’États aux États-Unis, le peach cobbler étant une des plus célèbres… Je vous en propose ma version enrichie de melon aujourd’hui, un régal bien estival à dévorer d’urgence!

 peach-melon-cobbler-3

Peach & melon cobbler

Pâte :

  • 50 g de sucre
  • 50 g de sucre brun
  • 25 g de beurre mou
  • 1/2 c. à c. d’extrait de vanille
  • 1 oeuf
  • 30 g de farine
  • 30 g de flocons d’avoine
  • ½ pincée de baking powder
  • 1 pincée de sel
Garniture
  • 2 pêches épluchées coupées en petits morceaux
  • 40 g de melon coupé en petits dés
  • ½ c. à c.  de jus de citron

peach-melon-cobbler

Préchauffez le four à 180 degrés.
Mettez les sucres et le beurre dans le bol d’un mélangeur électrique et battez à vitesse moyenne jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène. Ajoutez alors la vanille et l’oeuf et battez bien.
Dans un bol moyen, mélangez la farine, l’avoine, la baking powder et le sel. Ajoutez ensuite ce mélange au mélange de sucre en mélangeant au robot à basse vitesse jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène.
Couvrez et réfrigérez 30 minutes.
Combine tous les ingrédients de la garniture dans un bol.
Huilez légèrement un moule carré ou des moules individuels et verser le mélange de pêche et de melons.
Déposez la garniture sur les pêches pour couvrir complètement les fruits.
Mettez  à cuire au four pendant 20 minutes, jusqu’à ce que le gâteau sur le dessus soit brun clair et gonflé.
peach-melon-cobbler-2

Sablés au melon, feta et pavot

Le melon, c’est bon, c’est bon, du moins quand il est bon! Quelle pitié, quelle rage et quelle désolation quand on salive d’avance sur un melon qui sent trop bon et que ce traître se révèle insipide, fadasse et plein d’eau… Malheureusement ça m’arrive souvent, j’ai beau lire les conseils sur internet je me trompe régulièrement  en les choisissant!
Ici, j’ai voulu donner du pep’s à un melon un peu tristoune en l’associant à de délicieux sablés au parmesan pour l’apéro. Le résultat était joli, appétissant et goûtu, mais le parmesan prenait pas mal de dessus sur mon melon faiblard.
Moralité, cette recette sera meilleure si vous réussissez à vous acheter un vrai bon melon qui a du goût! Comme quoi y’a pas de secret, c’est avec les meilleurs produits qu’on fait les meilleurs plats!
 sables-melon-pavot-3

Sablés au melon, feta et pavot

  • 1/2 melon
  • 130 g de beurre demi-sel mou
  • 1 sachet de parmesan râpé
  • 150 g de farine
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 c. à s. de graines de pavot
  • 1 c. à c. de miel
  • 200 g de feta
  • Sel, poivre
sables-melon-pavot
Mélangez le beurre mou en dés avec la farine et le parmesan. Ajoutez le jaune d’œuf et mélangez jusqu’à obtenir un mélange homogène. Formez alors un boudin de 3 cm de diamètre environ et mettez-le au frigo 1 heure enroulé dans du film alimentaire.
Préchauffez le four  à 180°C.
Sortez la pâte du réfrigérateur et coupez-la en tronçons d’un petit centimètre d’épaisseur environ.
Déposez ces palets sur une plaque allant au four et laissez 10 minutes environ jusqu’à ce qu’ils soient dorés, puis laissez refroidir.
Coupez le melon et la feta en petits dés.
Sur chaque sablé, déposez quelques cubes de melon, quelques cubes de feta. Ajoutez un filet de miel puis saupoudrez de sel, de poivre et de graines de pavot.
sables-melon-pavot-2

Spécialité des Pays-Bas : les Kaasvlinders

Pour la seconde journée de coupe du monde, je ne vous emmène pas bien loin puisque je vous invite à soutenir les pays-bas.

Les Pays-Bas représentent à mes yeux un pays particulièrement attrayant : pas pour ses tulipes, ses moulins ou ses coffee shop, mais avant tout parce que comme le disait Dave, la Hollande c’est l’autre pays du fromage. Et si vous trouvez sympa la mimolette et le gouda qu’on trouve chez nous, dites vous bien que vous n’avez rien goûté avant de dévaliser une fromagerie chez eux! Hormis la compétence fromagère, la cuisine hollandaise pourrait se situer comme un mix de cuisine allemande, anglo-saxonne et flamande : les plats simples et encas y sont légion, et la cuisine bio et végétarienne sont florissantes. Au final (comme pour les allemands, les flamands et les anglais) les français (avec leur gros melon culinaire) ont tendance à dire qu’il n’y a pas de cuisine hollandaise, mais c’est faux et elle gagne à être connue!

Aujourd’hui je vous propose une petite préparation apéritive au gouda. Cette recette est très simple mais parfaitement adaptée aux grignotages de soirs de matches. Autant ne pas s’y tromper, c’est un régal et ça prend très peu de temps à faire, si vous essayez vous allez l’adopter!

kaasvlinders

N’hésitez pas ensuite à continuer votre découverte de ce pays avec des plats plus complets!

Kaasvlinders

 

  • 1 grande pâte feuilletée rectangulaire
  • 70 g de gouda râpé
  • 1 œuf
  • Sel, poivre

Étalez votre pâte sur une feuille de papier sulfurisé. Saupoudrez la pâte feuilletée avec le fromage râpé, et roulez chaque extrémité de pâte vers l’autre. Battez l’œuf et badigeonnez la pâte pâte où les deux cotes de pâte se rencontrent, afin qu’ils se collent.

Couvrez d’un film plastique et mettez au réfrigérateur pendant environ trente minutes, tandis que le four préchauffe à 190°C
Retirez la pâte et coupez-la en morceaux d’un petit centimètre d’épaisseur. Placez chaque tranche a plat sur la plaque de cuisson. Assaisonnez avec le sel et le poivre et placer les palmiers dans le four. Mettez à cuire au four pendant 20 minutes environ,  jusqu’à ce qu’ils soient gonflés et dorés. 
Mangez chaud, tiède ou froid!

kaasvlinders-2
Source :

http://www.thedutchtable.com/2012/05/kaasvlinders.html?m=1

Cultivez votre propre menthe!

Pour toutes celles qui disposent d’un jardin, d’un balcon ou même d’un rebord de fenêtre, planter de la menthe me semble une riche idée. D’abord parce qu’elle sent bon et pousse ultra facilement. Pas besoin d’être née avec des pelles à la place des mains pour savoir la cultiver, la jolie verte se débrouille toute seule!
Presque trop, au point d’envahir tout votre jardin si vous n’y prêtez pas garde.
P1060548

De mon côté, quand j’ai eu la chance d’avoir un jardin après dix ans d’appartement, j’ai vite piqué deux pousses un peu miteuses a ma maman, que j’ai mises en pot, et au vu de leur aspect défraîchi, j’ai vite profité d’une balade chez compagnons des saisons pour acheter un deuxième plant que j’ai mis dans un autre pot a côté des premiers. Quelques jours plus tard, les premières pousses étaient totalement requinquées et celle achetée s’épanouissait à vue d’œil.
Quelques semaines plus tard, les beaux jours arrivant, je découvre sous ma haie quelques plantations qui pointent leur nez : avec l’hiver, je n’avais pas remarqué que j’avais déjà de la menthe chez moi!
Suivant les conseils de mon entourage, je décidé de la déterrer pour éviter qu’elle ne se propage, et je la replante dans une jolie bassine.
Il faut que je vous explique que jamais en 30 ans d’existence je n’ai gardé une plante en vie, de ma première kalanchoé au bonsaï que j’ai eu lycéenne et que j’arrosais au coca cola.
Bref je déterre, je plantouille tant bien que mal, les pousses ne tiennent même pas debout et je ne suis   P1060547même pas sûre d’avoir gardé assez de racines pour que le machin puisse vivre. J’abandonne dubitative ma bassine dans un petit coin, et puis je n’y pense plus.

Quelques jours plus tard, j’avais un champ de menthe dans la bassine… Et ça commençait déjà à repousser dans le jardin là ou j’avais tout arraché !
Cette plante a un instinct de survie dingue, et peut vous fournir plusieurs fois par an sur un même plant!

Et c’est tant mieux, car il en faut une belle quantité, rien que pour le thé a la menthe et le mojito.

P1060549

Ensuite, il y a  des dizaines d’utilisations magiques pour la menthe, comme :

Une astuce déco pour les boissons d’été : les glaçons framboise et menthe

Personnellement vers la fin de l’été avant qu’elle ne commence à dépérir, je cueille tout et je congèle en petites portions : dans les mojitos il suffit de la mettre encore gelée dans le verre, elle dégèle immédiatement au contact du liquide.