Cupcakes bleu blanc rouge

Quand je m’amuse à parcourir des sites de cuisine américains, je suis toujours impressionnée car la créativité dont font preuve nos amis d’outre Atlantique pour célébrer leur fête nationale le 4 juillet. Moi honnêtement le 14 juillet me passe complètement au dessus de la tête. La dernière fois que j’ai du m’y intéresser c’était en 1989, j’avais 7 ans et j’ai du défiler dans les rues de mon village avec une marotte bleu blanc rouge sur la tête. Un moment que je préférerais oublier si vous voyez ce que je veux dire…
Mais cette année, j’ai décidé de faire honneur à mon pays en préparant de jolis cupcakes bleu blanc rouge. Bon, en y repensant j’aurais pu essayer de faire quelque chose de plus français que des cupcakes, mais c’est l’intention qui compte, je m’améliorerai l’an prochain!
Ces petits cupcakes sont assez simples à réaliser compte tenu du rendu plutôt impressionnant, et sont très bons, frais et moelleux à souhait!

cupcakes-bleu-blanc-rouge-3

Cupcakes du 14 juillet

Pour 12 muffins

  • 190 g de farine
  • 1 c. à c. bombée de baking powder
  • 1 pincée de sel
  • 12,5 cl de lait
  • 2 blancs d’œufs
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille
  • 90 g de beurre non salé
  • 125 g de sucre
  • Colorants alimentaires bleu et rouge

Pour le glaçage

  • 40 g de beurre mou
  • 60 g de sucre glace
  • 2 c. à s. de crème épaisse
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille
cupcakes-bleu-blanc-rouge

Préchauffez votre four à 190° C.  Couvrez 12 moules à cupcakes avec des caissettes en papier blanches.

Dans un grand bol, mélangez la farine, la baking powder et le sel.
Dans un autre bol, fouettez ensemble le lait, les blancs d’œufs et la vanille.

Dans le bol d’un batteur électrique muni d’un fouet, battez le beurre ramolli et le sucre à vitesse moyenne jusqu’à ce que le mélange obtenu soit léger et mousseux, soit  2-3 minutes.
Toujours en laissant le mélangeur en route mais à sa plus faible vitesse, ajoutez les ingrédients secs puis le  mélange de lait en plusieurs fois en alternant les deux mélanges.

Séparez la pâte obtenue en 3 parts égales. Colorez une part en rouge et une part en bleu.

Mettez au four et cuire au four pendant 15 minutes environ, jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre d’un cupcake en ressorte propre.

Retirez du four et laissez refroidir complètement sur une grille avant de réaliser le glaçage.

Dans un bol, battez le beurre et le sucre glace à vitesse moyenne jusqu’à obtenir une consistance légère et mousseuse, soit environ 1 à 2 minutes. Avec le mélangeur à basse vitesse, ajoutez graduellement la crème épaisse et la vanille, en mélangeant environ 1 à 2 minutes.
A l’aide d’une spatule ou d’une poche à douille, décorez les cupcakes avec le glaçage.
cupcakes-bleu-blanc-rouge-2

Bouchées d’abricot à la fourme d’Ambert

Je ne suis pas une fan de sucré-salé au premier abord, mais j’essaye une fois de temps en temps de me faire violence, à la recherche d’une bonne surprise. J’en ai découvert une ici avec cette recette toute simple mais très jolie et sympa à picorer pour l’apéro. Choisissez de beaux abricots bien sucrés pour que la recette ait du goût, ou augmentez un peu la dose de miel s’ils sont un peu fades. Pour un goût plus fort encore, vous pouvez remplacer la fourme par du roquefort ou du gorgonzola, mais personnellement je préfère que le mélange reste subtil!
abricots-fourme-pignon

Bouchées d’abricot à la fourme d’Ambert

Pour 4 abricots


  • 2 c. à s. de pignons
  • 2 c. à c. de miel
  • 1/4 de c. à c. de romarin séché
  • 30 g de fourme d’Ambert
  • 1 c. à s. de crème fleurette
abricots-fourme-pignon2

Préchauffez le four à 180°C.

Coupez les abricots en deux. Dans le creux du noyau, déposez un cube de fromage. Ajoutez ensuite un filet de crème, un filet de miel liquide, salez et poivrez puis saupoudrez de pignons et de romarin.

Mettez au four pour environ 8 minutes et mangez chaud ou tiède.

abricots-fourme-pignon3

Spécialité picarde : la rabote picarde

La rabote, j’imagine que comme moi, vous n’en aviez jamais entendu parler? Hé bien, sachez que cette spécialité n’a d’étrange que le nom et cache en fait une recette très simple à réaliser, puisqu’il s’agit d’une pomme au four enroulée dans une pâte feuilletée avant de se faire enfourner!
Vous vous dites peut être que c’est un détail sans importance mais attention, cette petite modification change significativement le résultat final. 
La pomme cuit à l’étouffée dans la pâte, ce qui la rend fondante à souhait, et quand vous coupez la pâte, vous obtenez un petit sirop de pomme caramélisé qui dégouline, et au final un dessert moins sec que la traditionnelle pomme au four que j’aime déjà tant!

 rabote-picarde-2

Rabote picarde

Pour 2 personnes

 

  • 1 pâte feuilletée
  • 2 pommes
  • 2 c. à c. de beurre
  • 4 c. à c. de cassonade
  • 3 pincées de cannelle en poudre
  • 1 jaune d’œuf dilué dans 1 c à c d’eau

Pelez et évidez les pommes avec un vide-pommes.
Préchauffez le four à 180°C.
Dans la pâte, découpez deux carrés de 15 cm de côté environ. 
Posez les pommes avec la tige (ou plutôt la non-tige puisque vous l’avez enlevée, mais enfin vous voyez ou elle devrait être) vers le haut au centre.
Versez dans le trou central la noisette de beurre, puis le sucre et enfin saupoudrez avec la cannelle.
Relevez les quatre coins de la pâte autour de la pomme, plissez-les et soudez-les entre eux avec un peu d’eau. 
Dorez la pâte au pinceau avec le jaune d’œuf dilué. 
Mettez au four pour 30 à 40 minutes. Servez chaud ou tiède.

rabote-picarde

Source : 

http://picardietourisme.com/fr/actualite/recette-rabote-picarde-pommes-en-robe-des-champs.aspx

Pommes de terre au four à la brique du Nord

En l’honneur du Tour de France qui passe aujourd’hui dans nos contrées,  je vous propose une recette très simple et savoureuse à base de brique du Nord.
La brique du Nord est un fromage régional que j’apprécie beaucoup. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un fromage à pâte dure à la couleur orange prononcée, dont le goût se rapproche de la mimolette demi-vieille. Si vous ne trouvez pas de brique du Nord chez vous vous pouvez donc effectuer cette recette avec de la mimolette!
Les pommes de terre farcies sont un dîner rapide et délicieux parfait pour petits et grands. Celles-ci sont fortes en fromage et ont une texture bien crémeuse, pas sèche du tout, tout le monde devrait adorer!

pomme-de-terre-four-brique-nord

Pommes de terre farcies à la Brique du Nord

  • 4 pommes de terre cuites
  • 4 c. à s. de crème fraîche
  • 60 g de pavé de Lille
  • 8 c. à s. de lait
  • 4 tranches de bacon
  • 4 c. à s. de gruyère râpé
  • ½ cuillère à café d’ail
  • Sel, poivre
  • Quelques brins de ciboulette
pomme-de-terre-four-brique-nord-2

Nettoyez la peau de vos pommes de terre et pré cuisez-les à l’eau pendant 40 minutes jusqu’à ce qu’elles soient tendres puis laissez refroidir.
Préchauffez le four à 180 º C. 
Coupez les pommes de terre en deux puis creusez chaque demi pomme de terre pour former un récipient. Laissez environ 1 cm de chair sur les côtés pour éviter d’abîmer les pommes de terre!

Écrasez la pomme de terre retirée du trou dans un bol. Ajoutez la crème, le fromage coupé en petits dés, le bacon émincé finement, le lait, le sel, le poivre, l’ail et la ciboulette ciselée finement. Salez et poivrez le mélange.

Versez délicatement le mélange dans les  pommes de terre puis placez-les dans un plat allant au four.

Mettez au four et laissez cuire les pommes de terre pendant 12 à 15 minutes.

Retirez et saupoudrez le gruyère sur chaque pomme de terre. Remettez au four 3 à 5 minutes, jusqu’à ce que le fromage soit fondu et gratiné.

Servez bien chaud avec une salade verte.
pomme-de-terre-four-brique-nord-3

Petits croissants à la brique du Nord

Dès demain, les cyclistes du Tour de France vont avoir la chance de traverser « l’enfer du nord », surnom donné à notre chère région par les journalistes à propos de la Course Paris-Roubaix…
En effet dans notre coin les rues sont fortement pavées, et pas que de bonnes intentions, ce qui donne pas mal de fil à retordre aux cyclistes!
La légende voudrait que notre fromage local  » la brique du nord » soit nommé ainsi en hommage à ces pavés infernaux… Mais ce n’est qu’une piste d’explication (peut-être farfelue) car ce fromage a surtout la couleur de nos belles façades typiques!
En tout cas, j’ai choisi d’accompagner dignement cet événement local avec deux petites recettes à partir de ce délicieux fromage. La deuxième recette arrivera demain…
Ces croissants sont de taille significative, aussi comptez un croissant par personne pour une entrée, ou adaptez la recette en coupant de plus petits triangles pour faire des mini croissants pour l’apéritif!
C’est une préparation simplissime et le résultat m’a beaucoup plu, j’imagine déjà beaucoup de variantes de ces croissants salés!
croissant-brique-nord

Croissants à la brique du Nord

  • 1 tube de pâte à croissants (4 croissants)
  • 60 g de brique du Nord
  • 4 c. à s. de lait

Préchauffez le four à 200°C.
Étalez la pâte sur une plaque allant au four et séparez les triangles pré-découpés. Poivrez la surface de la pâte. Coupez la brique du Nord en 6 bâtonnets de 10 g environ et posez un bâtonnet sur chaque croissant, le long du plus petit côte du triangle (celui par  lequel on va commencer à rouler).
Roulez le croissant autour de ces bâtonnets comme indiqué sur l’emballage des croissants.
A l’aide d’un pinceau, badigeonnez les croissants avec le lait.
Mettez au four pour 10 minutes.
Râpez les deux bâtonnets de brique du Nord restants.
Remettez au four pour 5 minutes puis servez chaud avec une salade.

 

croissant-brique-nord-2

L’adresse // Lille

Les adresses de burger continuent de faire des petits à Lille : parmi les adresses récentes, l’adresse porte bien son nom car c’en est une très bonne.

Mais où se situe l’Adresse? Elle est au début du vieux Lille, dans la rue des Bouchers, une rue pleine de belles adresses comme l’Atelier Gourmand, un de mes restaurants préférés à Lille ou encore le nouveau restaurant de Florent Ladeyn, le Bloemspot.

Tout d’abord quand on arrive à l’Adresse, on découvre un très joli lieu, à la décoration grise très contemporaine et très Vieux-Lille.

L’accueil est agréable, l’ambiance chaleureuse mais pas bruyante, le lieu est bien chauffé ce qui a son importance pour les gens comme moi qui ont toujours trop froid – pas besoin d’emmener votre plaid et vos chaussettes en laine.

IMG_20140328_210249

La carte du soir est relativement simple : des burgers, un seul accompagnement (pommes de terre sautées à l’ail), quelques desserts, et c’est tout.
Le midi il semble qu’il y ait des repas plus complets avec des entrées mais elles ne nous ont pas été proposées et en général quand on mange des burgers ils se suffisent à eux-mêmes, donc nous n’avons pas essayé d’en savoir plus.

IMG_20140328_210259

J’ai commandé un 3 vallées (veau, chorizo, tomme de Savoie, raclette et fourme d’Ambert) et mon homme une tour infernale (double bœuf, poitrine fumée, saint nectaire, oignons rouge et sauce barbecue maison).
La tour infernale,  modèle le plus copieux de la carte, s’est avéré réellement copieux. Les goûts étaient classiques, dans le bon sens du terme, et avaient la touche fraîche qu’on goûte rarement dans des burgers : cornichons bien croquants, légumes visiblement frais… Tout semble tout juste préparé et de très bonne qualité.
La qualité des ingrédients prime aussi avec le 3 vallées : le mélange des fromages avec la pomme est tout bonnement excellent et assez subtil pour ne pas être écœurant. Accompagnés de leurs pommes de terre en bocal (auxquelles on ne peut rien reprocher si ce n’est qu’on les souhaiterait plus nombreuses), ces burgers se positionnent dans le haut du panier du burger lillois, avec un côté plus travaillé et des mélanges de produits frais qui le différencient bien des autres.

IMG_20140328_212809

Coté dessert, la carte est plus chiche et montre bien que ce n’est pas ici la vocation du lieu : beaucoup de glaces ou desserts au fruit, peu de vrais gâteaux.
Nous tentons le burger sucré, qui sans être très compliqué a un goût très sympa. Preuve que quand on n’a pas de bon pâtissier, il vaut mieux éviter les desserts alambiqués ratés ou le surgelé, et se concentrer sur une ou deux recettes simples… Cela nous a bien plu et clôturait agréablement le repas.
Malgré un prix du burger plutôt élevé l’addition a été douce car le reste (boissons, desserts) n’est pas excessif.

IMG_20140328_212858

Aucun doute que l’Adresse, on la notera et je la placerai même en très bonne position du prochain podium des burgers lillois!

IMG_20140328_222850

L’adresse 34 bis rue des bouchers, lille // 03 59 89 66 33

Panna cotta poires expresso

La panna cotta est un de mes pêchés mignons depuis que je l’ai découverte il y a quelques années… Oui je sais, j’ai quasiment autant de péchés mignons qu’il existe de desserts dans le monde, mais celui-ci est quand même dans mon premier top 10 des meilleurs desserts. Mon premier oui, car j’en prévois un deuxième prochainement, c’est tellement dur de se limiter à seulement 10 desserts! 10 desserts!!

Si l’une des clés de la réussite de la panna cotta se situe dans sa texture, l’autre se situe inévitablement dans son accompagnement, souvent un coulis de fruits…

Cette variante au café et poire est selon moi à tomber! Pour cette recette j’ai utilisé une préparation toute faite que je voulais tester chez Alsa. J’ai aimé la panna cotta en elle-même mais pas le coulis qu’ils fournissent avec, aux fruits rouges trop chimiques qui évoquent plutôt le bonbon et cassent le goût délicat de la panna cotta. 
Un peu comme pour les cupcakes, j’ai du mal à percevoir la valeur ajoutée de cette préparation toute faite, la recette de base étant déjà extrêmement simple à réaliser! Mais pour ceux qui manquent de temps, qui n’ont jamais les bons ingrédients dans le frigo ou qui ne sont pas fans de pâtisserie, le résultat est cependant très bon. 
Pour les autres, j’ai mis ci-dessous la recette complète pour que vous puissiez faire votre panna cotta vous-mêmes!

panna-cotta-poire-expresso-2

Panna cotta poires expresso

  • 8 cl de café expresso
  • 75 g de sucre en poudre
  • 1 poire en boite coupée en tranches fines
  • 2 c. à s. de lait
  • 2 c. à c. de gélatine en poudre
  • 25 cl de crème fraîche
  • 250 ml de lait
  • 60 g de sucre brun
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille

Versez le café et le sucre en poudre dans une petite casserole sur feu doux et remuez pour dissoudre le sucre. Ajoutez les poires et faîtes cuire pendant 10 à 15 minutes, jusqu’à ce que le sirop ait légèrement épaissi. Mettez de côté.

Placez la gélatine et le lait dans un petit bol, bien mélanger et laisser reposer pendant 2-3 minutes ou jusqu’à ce que la gélatine soit dissoute.

Dans une casserole à feu moyen, portez à ébullition la la crème, le lait, la cassonade et la vanille . Retirez du feu, ajoutez la gélatine et fouettez pour bien mélanger. Laisser refroidir.

Verser le mélange de crème dans des tasses. Réfrigérez pendant une nuit avant de décorer avec les poires et le sirop et de servir.

panna-cotta-poire-expresso
Source :

https://www.donnahay.com.au/recipes/desserts-and-baking/pear-and-espresso-panna-cotta

Croquettes à la vache qui rit

La Vache Qui Rit fait partie des produits de mon enfance que j’aime toujours autant en vieillissant. Certains diront que ce n’est pas du « vrai » fromage, pas comme un bon camembert coulant et puant que seuls les vrais hommes savent apprécier trempé dans le café… Oui mais ça a beau être tout doux la Vache Qui Rit, c’est vachement bon. 
Jusqu’alors je me contentais de l’engloutir étalée sur mes tartines, mais pour changer, j’ai eu envie de vous la proposer dans une version cuisinée, sous forme de petites croquettes. J’ai voulu tester deux variétés de Vache Qui Rit : des normales et des parfum Leerdamer. 
J’ai été plutôt déçue par ces dernières, qui dont très bonnes mais trop proche des originales en terme de goût. Vous pouvez tenter d’autres parfums ou vous contenter des classiques… 
Respectez bien le temps de congélation, en dessous vos Vache Qui Rit seront impossibles à modeler car elles seront trop molles, au dessus elles commenceront à être vraiment trop dures!
Ne négligez pas la quantité et la chaleur de l’huile, les croquettes doivent saisir instantanément et être totalement immergées car ça sera compliqué de les retourner pendant la cuisson. Veillez aussi à ce qu’elles soient toutes bien espacées : si elles se touchent elles risquent de se coller entre elles, puis de coaguler et dégouliner de partout! En respectant ces contraintes vous aurez des croquettes magnifiques et surtout, gravement bonnes !

croquettes-vache-qui-rit

Croquettes à la Vache qui rit

Pour 20 croquettes

  • 10 vache qui rit
  • 20 g de chapelure
  • 20 g de polenta
  • 20 cl d’huile

Déballez les portions, coupez les en deux et mettez les au congélateur pour 20 minutes.
Sortez-les et formez 20 boules avec vos doigts.
Roulez ces boules dans une assiette dans laquelle vous aurez mélangé la chapelure et la polenta.
Mettez à frire dans une casserole avec 40 cl d’huile bien chaude.
Déposez sur un papier absorbant pour retirer l’excès de gras et mangez bien chaud!

 

croquettes-vache-qui-rit-2