Purée d’amandes maison

J’adore la purée d’amandes, et j’en ai toujours dans mes placards. Par facilité, j’ai tendance à l’acheter toute faite, mais au final, comme toutes les purées d’oléagineux, c’est très facile à réaliser maison. Il suffit d’avoir des amandes à mixer et c’est parti!
 
 
 
En réalisant vos purées d’oléagineux maison, vous ferez sans doute de belles économies, car les amandes en vrac ne sont pas très couteuses, alors que la purée d’amandes vaut assez cher.
 
 
La torréfaction n’est pas indispensable, mais elle va renforcer le goût des amandes et ajouter une petite note grillée à l’ensemble, c’est encore meilleur!
 
 
L’huile n’est pas indispensable en théorie, puisqu’en mixant, on extrait l’huile qui est déjà contenue à l’intérieur des amandes. Simplement cela facilite le démarrage du mixage et aidera à obtenir une purée bien lisse, sachant que nos robots (ou en tout cas le mien!) sont un peu moins puissants que ceux utilisés par les industriels.
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Fruit de saison : le pamplemousse

Photo liz west @Flickr

Le pamplemousse est un fruit que l’on aime ou que l’on déteste, avec son amertume caractéristique. On l’utilise notamment pour son jus, mais il existe plein d’autres manières de le consommer : tel quel, en gâteau, en salade de fruits, pour son écorce…. Aujourd’hui, je vous dis tout sur ce fruit gorgé de vitamines!

Comment choisir des pamplemousses?

Ils doivent avoir une peau brillante et sans défaut et être lourds pour leur taille, denses, ce qui indique qu’ils contiennent beaucoup de jus et que la chair n’est pas sèche. Si vous avez l’intention d’utiliser l’écorce dans votre recette, par exemple en zeste ou pour faire des écorces confites, choisissez un pamplemousse bio.


Photo liz west @Flickr

Quand les pamplemousses sont-ils de saison?

Les pamplemousses sont disponibles toute l’année, mais sont à leur apogée  en hiver (de décembre à avril).

Comment conserver des pamplemousses?

Les pamplemousses se conserveront à la température de la pièce pendant une semaine et au moins deux semaines au réfrigérateur. Dans ce cas, sortez-les en avance et attendez qu’ils reviennent à température ambiante avant de les manger.


Photo isox4 @Flickr

Comment préparer des pamplemousses?

Les pamplemousses et leurs zestes sont des arômes de choix, utilisables aussi bien dans les plats sucrés que salés. 
Le pamplemousse cru peut être utilisé dans les salades de fruits mais aussi dans les salades salées. Ils se marie notamment très bien avec le fromage de chèvre.
Utilisez-le également dans les smoothies, les marinades et les vinaigrettes. Le pamplemousse fera aussi merveille dans les gâteaux, que ce soit en y ajoutant des zestes ou en les imbibant d’un sirop réalisé à partir du jus. 
Vous pouvez aussi réaliser une eau infusée au pamplemousse en mettant quelques rondelles à tremper dans de l’eau fraîche. 


Photo dailyfood @Flickr

Mes recettes favorites au pamplemousse

Sirop de pamplemousse rose

Cuillers apéritives crevette et pamplemousse rose

Daiquiris pamplemousse cerises

daiquiri-cerise-2

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Masque pour les cheveux à la banane

Il y a quelques temps, une grande marque de cosmétiques a lancé une gamme de soins, avec plein de produits alimentaires, comme par exemple un masque pour les cheveux à la banane. Cela m’a immédiatement plu, car je suis gourmande, jusque dans mes produits de beauté, j’aime que ceux-ci soient appétissants!
 
 
 
Je me suis dit qu’à la première occasion, j’essaierais donc de me fabriquer un soin home made à la banane. J’ai d’abord pensé écraser de la banane dans le soin, mais j’avais peur de la durée de conservation de celui-ci. J’ai ensuite pensé à un soin que je réaliserais à l’avance en partie, et où j’ajouterais la banane à la dernière minute avant l’application. Mais je n’ai pas toujours des bananes dans mon panier à fruits!
 
 
Enfin, par hasard j’ai découvert qu’il existait de la banane en poudre, que l’on peut acheter en pot pour les soins maison. En voilà une solution simple et efficace! C’était l’occasion de tester cette poudre et de mettre à exécution mon idée de masque pour les cheveux.
 
J’ai donc réaliser un masque, en m’inspirant d’une base de masque déjà réalisé par le passé et que j’ai un peu ajusté durant la réalisation pour obtenir la texture que je voulais. Ensuite, est venue l’heure du test…
 
 
Hé oui, quand on réalise des soins maison en “inventant” soi-même la recette, on prend le risque que celle-ci soit décevante… J’avais peur que le soin ne laisse mes cheveux tout gras, ne se rince pas bien, ou autre… Mais non, j’ai pu utiliser ce masque sans rinçage sur mes pointes sèches avec succès, mes cheveux se sont retrouvés plus jolis, souples et brillants. Le masque n’a pas fait de paquet ni graissé mes cheveux, le résultat est absolument parfait. Sans compter que je suis fan de l’odeur de ce soin ! C’est une odeur riche et gourmande, aux notes d’amandes et de vanille, avec un petit côté herbal. Me voilà convertie!  
 
Au niveau de l’utilisation, ce soin est à appliquer sur vos pointes et longueurs après lavage des cheveux. Appliquez de façon homogène et passez le peigne pour bien lisser l’ensemble. Il n’est pas nécessaire de rincer.
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Toasts au chèvre et salinu

Lorsque je suis partie en Corse en septembre dernier, j’ai découvert dans une petite boutique de Bastia le salinu. Le salinu est une préparation à base de noisettes mixées, (de délicieuses noisettes corses bien sûr), et de sel. Cette spécialité m’a intriguée, et après avoir résisté un court moment, je suis retournée dans la boutique où je l’avais vue pour acheter un bocal et en ramener chez moi. 
 
 
 
Au goût, le salinu est un mélange salé mais pas trop, un peu croustillant, que l’on peut saupoudrer avant le service sur de nombreux plats pour les parfumer. Il est par exemple recommandé d’en ajouter sur les soupes, les salades, les gratins, ou encore les fromages de chèvre. 
 
 
Lors d’une soirée vins et fromages organisée chez moi entre deux confinements, j’ai mis un petit pot de salinu à disposition, et chacun pouvait en saupoudrer sur son fromage de chèvre. Cela a beaucoup plu, et c’est donc de cette façon que j’ai choisi de continuer à utiliser mon pot de salinu.
 
 
Cette fois-ci, j’ai simplement tartiné du chèvre sur du bon pain, ajouté un peu de miel, passé le tout au four quelques minutes, et ajouté le salinu après cuisson. Avec cette méthode, le salinu ne brûle pas et garde sa saveur, c’est à la fois joli et délicieux, très rapide à faire.
 
Si vous n’avez pas la chance d’aller en Corse prochainement, vous pouvez réaliser le salinu vous-même, en mixant des noisettes de qualité avec du sel. Autre solution encore plus rapide, vous pouvez saupoudrer un peu de noisette en poudres et de sel sur vos toasts pour un résultat approchant.
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Pommes paillasson

Les pommes paillasson sont des sortes de rösti. Je pense qu’il y a de nombreux noms pour cette spécialité ou des variantes approchantes, mais dans tous les cas, elles sont toujours délicieuses, surtout pour moi qui adore toutes les recettes à base de pomme de terre ! C’est un régal!
 
 
 
Utilisez si possible du persil frais, c’est ce que j’ai fait et ça fait la différence. Pour le thym, c’est pareil, prenez du frais si vous en avez! Moi, je ne sais pas pourquoi, j’ai beau planter du thym, que ce soit dans mon jardin, à l’intérieur, sur les balconnières, etc., il ne survit jamais!
 
 
Faites attention de ne pas brûler ces petites galettes avec une cuisson trop vive. Elles seront toujours mangeables, mais ça sera beaucoup moins présentable!
 
 
 
Source d’inspiration :
http://m.marmiton.org/recettes/recette_paillassons-de-pommes-de-terre_21432.aspx

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Pain shokupan japonais

Le shokupan est un pain japonais dont j’ai entendu parler de nombreuses fois… La dernière fois, en me promenant sur le blog de Le camphrier magique, j’ai vu qu’elle avait fait un “chigiri pan”, un pain trop mignon en forme de jolis nounours! Elle indiquait que sa base était le shokupan, un pain japonais très moelleux. Je me suis dit qu’il était temps de me lancer, peut-être pas dans cette version-là, mais déjà dans une version plus simple pour commencer. 
 
 
 
De fil en aiguille, j’ai donc enquêté sur ce fameux shokupan. Comme j’ai toujours un peu peur de me prêter à ce genre d’exercice et de rater, j’ai subtilement envoyé la recette à mon chéri qui aime beaucoup la boulangerie.
 
 
Comme je l’espérais, il n’a pas pu résister à l’idée de se lancer. Il a recommencé plusieurs fois ses tests avec plus ou moins de succès, jusqu’à maîtriser parfaitement la recette, et je dois dire que je suis ravie, car le moelleux de ce pain est vraiment incomparable! 
En plus, il est vraiment délicieux! Je ne suis pas une fan de pain de mie à la base, mais ici on arrive à obtenir très filante, c’est vraiment divin! Je suis fan et je pourrais en manger tous les jours!
 
 
Le shokupan se réalise en deux étapes. La première, à faire idéalement la veille, est la confection du « yudane » : on vient simplement ébouillanter de la farine avec de l’eau et bien mélanger le tout afin que l’amidon soit gélatinisé, ce qui permet de conserver l’humidité dans le pain. On obtient à cette étape une boule assez compacte qu’il faudra mettre au frigo durant 8h. Le lendemain, on vient réaliser le reste du pain de façon plus classique. Je vous explique tout cela ci-dessous!
 
Pour la farine, je vous recommande d’en choisir une avec un taux de protéines élevé (idéalement supérieur à 10g pour 100g).
 
 

Sources d’inspiration :

http://camphriermagique.canalblog.com/archives/2020/11/15/38652315.html

https://ohmonbento.com/shokupan-le-pain-au-lait-japonais-a-la-mie-douce-et-aerienne/

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Découvrez 15 épices de la cuisine du monde

Photo Mike McBey @Flickr

En bonne passionnées d’épices, j’en ai un nombre invraisemblable dans mes placards. Parmi elles, il en a certaines que j’utilise tous les jours, d’autres plus rarement, mais j’adore avoir le choix et me renseigner sur chacune pour savoir comment les utiliser. Comme j’aime la cuisine du monde, aujourd’hui je vous propose un petit voyage à travers certaines épices typiques de pays du monde! C’est parti pour le voyage!

Antilles : colombo

Le colombo de poulet est un plat typique des Antilles. ce mélange d’épices, assez proche du curry, est composé de coriandre, curcuma, piment doux, cumin, fenugrec, gingembre.

Allemagne : cannelle

La cannelle est typique de l’Allemagne et notamment de ses spécialités de Noël comme les pains d’épices. Les marchés de Noël sentent la cannelle à plein nez! Mais j’aurais aussi pu citer le Portugal! Une grande partie des desserts portugais sont saupoudrées de cette épice divine!

 

Cambodge : cardamome

La cardamome est très présente dans la cuisine asiatique et indienne, mais elle est réellement typique du Cambodge. En effet, c’est une espèce endémique qui pousse à l’état sauvage dans la chaîne des cardamomes au Cambodge.


Photo Maxpax @Flickr

Chine : 5 épices

Le 5 épices évoque la cuisine chinoise.  Il n’y a pas deux mélanges identiques mais il contient généralement de l’anis, du fenouil, de la coriandre, du poivre de Sichuan, des clous de girofle… Et ne se limite pas forcément à 5 épices!

 

Grèce : menthe

La menthe s’apprécie dans les desserts, les entrées et les boissons. Elle permet notamment de réaliser le délicieux tzatzíki.

Hongrie : paprika

En Hongrie on a l’impression que tout est parfumé au paprika, et il est vendu partout sur les marchés. Là-bas, il a longtemps été le remplaçant du poivre, trop cher pour le peuple. Il permet notamment de réaliser la délicieuse goulash.

Inde : curry

Le curry n’est pas à proprement parler une épice mais un mélange d’épices, dont il existe de nombreuses variantes, plus ou moins pimentées. Ce mélange sert à réaliser les plats du même nom comme le curry rouge ou le curry aux oeufs.

Italie : Basilic

Le basilic est un emblème de l’Italie à lui tout seul, et il parfume aussi bien les plats de pâtes, les pizzas, les risottos ou entre dans la composition du fameux pesto ou de la salade tomate mozzarella. J’en suis fan et je pourrais en mettre partout!

Japon : gingembre

Le gingembre se trouve dans de nombreuses cultures, et notamment dans la cuisine japonaise. Mariné, il accompagne les sushis. Il est aussi souvent utilisé dans les sauces, les marinades, les soupes ou même pour parfumer le riz et les poissons.

Liban : sésame

Le sésame est très présent dans la cuisine libanaise, puisqu’il compose notamment le tahin, ou pâte de sésame qui sert elle même à faire le houmous. Il permet aussi de composer le zaatar, un condiment qui peut remplacer le sel et parfumer les plats.

Malaisie : curcuma

Le curcuma est connu pour sa jolie couleur. Il est originaire d’Inde et de Malaisie et entre donc dans beaucoup de recettes de cette zone géographique. parmi les recettes originaires de là-bas, il existe un curry malaisien, le curry rendang, le poulet capitan ou le poulet à la malaisienne par exemple. 

Maroc : ras el hanout

Le ras el hanout est un mélange typique du Maroc qui peut être composé d’une vingtaine d’épices ou même beaucoup plus. Ce mélange bien parfumé et plus ou moins piquant est parfait dans les couscous, tajines, pastillas, ou dans les plats de légumes marocains.


Photo Clyde Robinson @Flickr

Scandinavie : Aneth

L’aneth m’évoque toujours la Scandinavie, il est très présent là-bas et notamment et notamment au saumon mariné, la betterave marinée, les sauces au skyr et aux petites herbes ou encore celles au raifort… Il faut l’utiliser à petite dose, sinon il peut vite prendre le dessus sur els autres ingrédients.

 

Thaïlande : coriandre

La coriandre est sans doute mon herbe favorite et surtout dans sa version fraîche! Elle parfume de nombreux plats d’Asie et de Thaïlande en particulier.

Voilà un aperçu de mes cuisines et épices du monde préférées. Et vous quelles sont vos épices chouchou?

Turquie : cumin

Le cumin est présent dans beaucoup de cuisines mais j’avais envie de vous parler de la cuisine turque, une cuisine dont je suis folle. La Turquie produit du cumin, et le met à l’honneur dans de nombreux plats de viande et notamment avec du bœuf haché comme dans les keftas.

Et vous, quelles sont vos cuisines du monde et vos épices favorites?

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Cocktail aux fraises et au muscat

À l’approche de Pâques, je vous propose un petit cocktail très simple, pas trop fort et très parfumé qui vous permettra d’accueillir vos invités avec gourmandise. C’est un cocktail que j’ai réalisé à base de vin muscat, un vin assez sucré qui convient donc bien à la réalisation de cocktails. J’y ai ajouté du jus de fraises, car pour moi Pâques est toujours synonyme du retour des fraises dans nos jardins.

 

Au moment où j’ai réalisé ce cocktail, je n’avais que du jus de fraises sous la main. Cependant si vous avez des fraises fraîches, n’hésitez pas à en ajouter une ou deux sur des pics à brochettes pour décorer votre cocktail, il sera bien plus appétissant et festif !

 

L’eau gazeuse rend ce cocktail léger et pas trop sucré, et le citron lui donne une petite pointe d’acidité que j’aime beaucoup.

Vous pouvez réaliser ce cocktail à l’avance en assemblant tous les ingrédients, à l’exception de l’eau gazeuse qu’il vaut mieux ajouter à la dernière minute pour éviter qu’elle ne perde ses bulles.

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 2

Jus de pommes, pissenlit et citron

Voilà longtemps que je me demandais si je ne pourrais pas manger tous ces vilains pissenlits qui envahissent mon jardin… Et puis en regardant mon extracteur de jus, j’ai eu une idée!
 
 
 
Il me semblait avoir déjà vu des jus de pissenlit, et je me suis dit, pourquoi pas? Pour cette recette, il vous faut un extracteur, car si vous la faites avec un mixeur ou un blender, vous risquez d’avoir des fibres désagréables en bouche. Seul l’extracteur vous permettra d’extraire réellement le jus du du pissenlit.
 
 
Essayez de ramasser les pissenlits dans une zone qui n’est pas trop polluée, et sur laquelle personne ne marche… Dans tous les cas, il vous faudra bien les nettoyer! Prenez des pissenlits jeunes, de début de saison, leur goût est plus subtil et moins amer… C’est une plante assez amère, c’est pourquoi je la couple avec un autre fruit beaucoup plus sucré et doux, la pomme.
 
 
Le résultat est frais et sympa, plein de vitamines, c’est vraiment le top pour retrouver son énergie au retour du printemps!
 

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Mélange d’épices de printemps

Vous savez que j’aime beaucoup les épices, et en plus d’utiliser des épices et mélanges d’épices tout faits, j’aime aussi en composer moi-même. J’ai par exemple voulu réaliser un mélange printanier que je pourrais utiliser au retour des beaux jours sur mes salades, dips, gratins… 

 

 

J’en ai réalisé une jolie quantité et je me suis amusée à offrir des petits pots à ma famille à Pâques, je trouvais ça sympa et ça change un peu du chocolat !

Mon mélange contient de l’ail, du fenouil, de la coriandre, du cumin, de l’origan, des herbes de Provence, de la moutarde, des zestes de citron séchés… Bref il est très parfumé, et il se marie bien à de nombreuses recettes printanières, c’est exactement ce que je voulais !

 

Ce mélange sera parfait avec de la crème fraîche dans laquelle on trempe les crudités telle que les carottes, le choux fleur. Il parfumera agréablement une vinaigrette, un tzatziki  ou un houmous. Il s’associe aussi bien à l’huile d’olive pour mariner le poulet, l’agneau, des grillades au barbecue.

Share and Enjoy !

0Shares
0 1

Recettes et voyages culinaires d'une gourmande aventurière

Suivez-moi!