Archives de catégorie : Non classé

Comment faire aimer le chou-fleur aux enfants… et aux grands!

Tout comme les épinards ou les choux de Bruxelles, le chou-fleur fait partie des bêtes noires des enfants… et parfois des adultes aussi! Pourtant, c’est un légume qui a de multiples possibilités dont certains sont bluffantes! Pour convertir un réfractaire, je vous propose un plan en plusieurs étapes!

On fait manger du chou-fleur sans en avoir l’air…

L chou-fleur sait se fait plus discret qu’on ne l’imagine. Dans ce gâteau au chou-fleur, il est indétectable et vous pouvez mettre vos convives au défi de trouver l’ingrédient secret… Ils ne le trouveront pas!

gateau-chocolat-chou-fleur-3

 

On continue avec une pâte à pizza au chou-fleur… Couverte de tomates, de mozzarella et de chorizo par exemple, qui soupçonnerait la présence du chou-fleur dans la pâte?pate-pizza-chou-fleur-2

Après ça, ils seront peut être assez bluffés pour accepter de goûter à ces cakes au chou-fleur, dont le gout doux et la texture peuvent plaire au plus grand nombre!

 

On camoufle le goût du chou-fleur…

C’est souvent le goût du chou-fleur qui peut rebuter mais celui-ci n’est pas si fort! On le camoufle donc avec des épices, comme le curry dans cette soupe au chou-fleur et curry

soupe-chou-fleur-curry-2

On utilise les grands moyens en noyant le chou-fleur sous du munster, un des fromages les plus parfumés qui existe, avec ce gratin de pommes de terre, chou-fleur et munster!

gratin-chou-fleur-munster-3

On camoufle sa texture..

Certains ont aussi du mal avec la texture du chou-fleur. Mais quand on le mixe, sa texture se transforme totalement, puisque ses bouquets se réduisent en petits grains : on obtient quelque chose qui rappelle le riz ou la semoule, comme dans ce chou-fleur sauté!

saute-chou-fleur

On emballe bien l’ensemble

 

Avec ces pop tarts salées chou fleur vache qui rit, le gout du chou-fleur est presque méconnaissable, mais c’est surtout la forme de petits chaussons qui va donner envie aux plus jeunes de dévorer ce plat!

pop-tart-sale-1

 

Voilà mes meilleures recettes qui utilisent le chou-fleur sous une forme détournée ou facile à apprécier pour les plus jeunes et les plus difficiles! Et vous, vous avez d’autres recettes « camouflage » pour faire manger du chou-fleur à tout le monde?

Dans mon placard anglais

L’Angleterre est un pays que j’adore :  le temps n’y est pas forcément sublime, mais j’ai toujours été fascinée par l’ambiance qui se dégage des romans d’Agatha Christie, et par l’opposition entre traditionalisme et folie qui semble régner dans tout ce pays!

Par extension, j’aime beaucoup également la cuisine anglaise, et comme celle-ci a mauvaise réputation, je me fais un grand plaisir de bousculer les idées reçues en réalisant des plats délicieux en provenance de là-bas!

Lorsque je je vais à Londres, j’aime visiter les supermarchés et épiceries à la recherche de produits rigolos à ramener en France. Découvrez ici mes petits favoris!

 

La mustard powder

La moutarde en poudre est un condiment très sympa : on peut soit renconstituer de la moutarde à partir de cette poudre, soit la verser directement dans un plat. La saveur est légèrement différente de celle de notre moutarde française, et donne une notre très originale aux plats.

5204996556_7e8c0a6e0d_zPhoto SteveR- @Flickr

La jelly

Ces petites gelées multicolores aux parfums chimiques sont un cliché qui résume la cuisine anglaise aux yeux de beaucoup d’entre nous, mais bien qu’elles ne soient pas délicieuses telles qu’elles, j’adore les détourner! On peut les utiliser pour faire des jello shot, petits shooters de jelée à la vodka à boire à l’apéro, ou encore en mettre dans les gateaux pour leur donner une texture spongieuse originale.

5315744700_c218752d0e_zPhoto Fiona Henderson @Flickr

Le tomato relish

Le tomato relish est une véritable gourmandise dont je ne me lasse pas : il s’agit d’une sorte de sauce tomate très concentrée, dont le goût se situe entre le ketchup, le concentré de tomate et la tomate séchée, mélangée à des aromates, c’est tout simplement un délice tel quel sur des crackers ! On peut aussi en mettre une ou deux cuillers dans des sauces tomate, pour leur donner un goût plus fort.

La marmite

On ne va pas se mentir, la marmite a un goût tout à fait atroce. C’est comme du bouillon cub à tartiner, mais encore plus concentré. Manger une cuiller de marmite un lendemain d’une soirée trop arrosée, c’est le vomi assuré. Mais à petites doses, il permet de faire des recettes assez fun! Sa variante australienne, la vegemite, est très sympa également, et 100 % végétale comme son nom l’indique!

2995874035_d0b7ef6ebf_zPhoto David Martyn Hunt @Flickr

Les biscuits digestive

Ces biscuits très basiques sont idéaux pour la réalisation des cheese cakes ! On peut bien sûr les remplacer par des dizaines d’autres biscuits bien français, mais quand j’en trouve j’aime m’en acheter un ou deux paquets d’avance.

La worcestershire sauce

Cette sauce se trouve en France, mais elle est emblématique de la cuisine anglaise. On l’utilise assez peu au quotidien pourtant elle permet de donner une touche originale à un plat. Je l’adore également dans le welsch rarebit, un de mes plats au fromage favori!

Le porridge

On trouve du porridge partout en France mais je ne pouvais pas parler de cuisine anglaise sans l’aborder : le porridge me rend dingue, j’adore ça! En Angleterre, on le trouve en cups individuelles, déjà parfumé à la cannelle ou d’autres parfums, il ne reste plus qu’à ajouter de l’eau ou du lait et à passer au micro-ondes. Ce pays est fait pour moi!

9671842200_03590a322e_zPhoto Health Gauge @Flickr

Attention…

Il y a parfois des produits très bizarres en Angleterre, et dont il faut connaitre l’utilisation. La sauce à la menthe pour le gigot est assez bizarre, et la préparation mincemeat est atroce si on la goûte telle quelle! J’ai cru que c’était une confiture, et j’en ai mangé une pleine bouchée, avant de découvrir qu’il s’agit d’un condiment à base de graisse de rognon à cuisiner!

Et vous, connaissez vous d’autres produits anglais que vous aimez?

 

Technique : la cuisson à la vapeur douce

Aujourd’hui, je vous propose un article qui sort un peu de l’ordinaire, puisque je ne vais pas vous présenter une recette à proprement parler mais des modes de cuisson! Plus particulièrement, je vous propose découvrir les modes de cuisson dites « douces »! Ça ne vous évoque rien au premier abord? Pourtant, vous connaissez tous sans le savoir au moins un mode de cuisson douce, pratiquée depuis des siècles : la cuisson à l’étouffée… Récemment j’ai découvert aussi la cuisine dite « crue », dans laquelle les produits sont cuits à très basse température ou pas du tout, et enfin, la cuisson à la vapeur douce! Ces modes de cuisson promettent de conserver tous les nutriments des produits grâce à une absence de cuisson ou une cuisson à température très faible! Je vais vous faire découvrir leurs particularités si vous souhaitez les découvrir!

La cuisson à l’étouffée

7776779642_432028a0d8_z

Photo jeffreyw @Flickr

Il s’agit du mode de cuisson utilisé déjà à l’époque par nos grands-mères : la bonne grosse marmite qui mijote doucement sur la cuisinière… Aujourd’hui, ce mode de cuisson s’est pas mal rajeuni et amélioré grâce à des accessoires qui permettent une cuisson à l’étouffée sans eau et sans perte de la qualité nutritionnelle et la saveur des aliments.

Ce mode de cuisson est top, car il permet de cuire mais aussi de cuisiner, les aliments conservent leur saveur naturelle. Elle convient donc aux novices comme aux cordons bleus, notamment pour la réalisation de délicieux plats mijotés!

La cuisson s’effectue entre 60 et 90°C pour la plupart des aliments.

 

Un exemple de papillotes en silicone parfaites pour la cuisson au four à l’étouffée :

Lékué Coffret Papillote 2 personnes Vert avec filtre blanc

 

La cuisson à la vapeur douce

 

15184750063_fae950307e_z

Photo cédric Icower @Flickr

La cuisine à la vapeur douce serait pratiquée depuis plus de 6000 ans en Chine, mais elle est arrivée seulement récemment chez nous! C’est une cuisson diététique par excellence : elle respecte le goût et la texture des aliments tout en préservant leur valeur nutritive. C’est une cuisson très simple car elle permet de cuire sans cuisiner. Il suffit de remplir le faitout d’eau et de superposer une passoire contenant les aliments à cuire. Cette cuisson est parfaite pour les légumes, mais aussi pour les viandes car une partie des graisses aura transpiré dans l’eau de cuisson. C’est une cuisine que l’on dit « sans surveillance », car la température est constante!

La température de cuisson est de 95°C.

Un exemple de cuit-vapeur permettant la cuisson à la vapeur douce, le
cuit vapeur douce, Vapok :

cuit-vapeur-vapok

La tendance cru, ou raw food

 

3492571614_be2ddb279f_z

Photo Kari Sullivan @Flickr

Consommer majoritairement des aliments végétaux crus (légumes, fruits, noix, graines et légumineuses germées)… Le but ? Profiter de tous leurs enzymes, leurs vitamines et leurs antioxydants. On exclut généralement de cette alimentation les produits d’origine animale : viande, beurre, œufs, miel, produits laitiers…

La température de cuisson est de 42°C maximum, température à partir de laquelle les enzymes commencent à être abîmés), on prépare les produits autrement : en les hachant, en les mixant, en les faisant fermenter ou germer, en les déshydratant…

Un exemple de déshydrateur (celui que j’ai acheté récemment d’ailleurs)

Domoclip DOM202 Déshydrateur

Qu’en pensez-vous, avez-vous déjà testé l’un de ces modes de cuisson? Avez-vous des recettes fétiches? De mon côté je n’ai pas encore publié de recettes sur ces thèmes, mais je compte bien enrichir mes recettes de ces nouveaux modes de cuisine très rapidement!