Archives de catégorie : Autres snacks

Spécialité turque : boreks à la viande hachée

Aujourd’hui 29 octobre, c’est la date anniversaire de la naissance de la république turque, qui a eu lieu en 1923. A cette occasion, j’ai voulu vous proposer une recette de là-bas, bien qu’elle soit populaire dans plusieurs autres pays : les boureks ou boreks. C’est un plat traditionnel que l’on peut déguster accompagné d’une soupe ou corba comme la mercimek çorbasi (soupe aux lentilles), l’ezogelin çorbasi (soupe aux lentilles rouges et boulgour) et la yogurt çorbasi (soupe de yaourt, de riz, d’œuf). Je n’en ai testé aucune pour le moment mais ça ne saurait tarder!
 
 
Les boureks font généralement partie des éléments essentiels de la table au ramadan. Ils sont réalisés dans de la pâte filo (ou à défaut, des feuilles de brick) et sont assez proches des briouates marocains ou des briks tunisiens, bien que chaque recette ait ses spécificités.
 
Les boureks se présentent sous différentes formes et tailles et avec des garnitures variées. Ils peuvent être préparés avec de la viande hachée, du poulet, des épinards, du fromage, des légumes… Bref, quasiment tout, vous l’aurez compris! 
 
 
Aujourd’hui, je vous présente des boureks à la viande hachée. J’ai utilisé du bœuf haché mais vous pouvez aussi utiliser un mélange de bœuf et d’agneau. Je les ai faits sous forme de cylindres individuels car je trouve ça pratique à manger, mais on en trouve aussi de beaucoup plus grands, comme des tartes salées que l’on coupe ensuite en carrés, ou encore des boureks en escargot… Vos seules limites seront votre imagination et votre dextérité!
 
Suivant la quantité que vous proposez et la richesse de vos garnitures, les boureks peuvent être assez copieux et pourront être consommés comme un repas complet, accompagnés d’une salade verte. Ils peuvent également constituer une délicieuse collation ou un dîner léger pendant les chaudes nuits d’été. Oui je sais, ce n’est pas pour tout de suite!
 
Je peux vous dire que moi qui ne connaissais les boureks que de nom, j’ai été hyper séduite par cette première tentative. Maintenant, j’ai super envie de faire le tour de toutes les variétés de boureks. Il y a tellement de choix… Je sens que je vais me régaler!
 
 
 
Spécialité turque : boreks à la viande hachée

Ingrédients

  • 1 paquet de feuilles de brick ou filo
  • 700 g de bœuf haché
  • 1 oignon
  • 2 tomates
  • 1 c. à s. de concentré de tomates
  • 1 pincée de piment rouge en poudre
  • 1 c. à c. de cumin
  • 1 c. à c. de coriandre fraîche
  • 12 cl d'huile d'olive
  • 12 cl d'eau
  • Sel, poivre
    Pour la dorure
  • 6 cl d'huile
  • 6 cl de lait
  • Un peu de lait

Préparation

  1. Préchauffez le four à 180°C le temps de la préparation. Mélangez dans un saladier, la viande et l'oignon coupé en petits morceaux puis faites revenir la préparation une dizaine de minutes dans une poêle en remuant souvent.
  2. Émincez finement les tomates. Ajoutez celles-ci et le concentré de tomate à la viande cuite. Laissez revenir une dizaine de minutes en mélangeant régulièrement. Salez, poivrez et ajoutez les épices. Réservez.
  3. Pliez vos feuilles de brick ou filo en triangles isocèles. Pour cela rabattez les côtés vers le centre. Mélangez l'huile et l'eau dans un récipient, puis badigeonnez-en au pinceau les triangles. 
  4. Placez un peu de garniture à la viande sur la base du triangle de pâte.
  5. Repliez un côté de la pâte vers le centre puis l'autre bord. Roulez le triangle jusqu'à la pointe. Renouvelez cette opération avec le reste des triangles de pâte.
  6. Placez les boreks dans un plat recouvert de papier de cuisson les uns contre les autres pour qu'ils ne puissent pas bouger pendant la cuisson. Badigeonnez de lait mélangé à l'huile restante. Faites cuire 10 minutes environ dans un four préchauffé à 200°C.
  7. Servez bien chaud. 

Spécialité de Pologne : zapiekanka

Aujourd’hui, je vous emmène en Pologne. J’ai eu la chance de visiter la Pologne et notamment Cracovie il y a quelques années avec mon homme, et comme lors de chaque voyage, nous avions cherché partout des petites spécialités à tester sur place.

Pourtant, il est retourné à Cracovie il y a quelques semaines pour un déplacement professionnel, et il est revenu en m’annonçant avec effroi que nous avions raté à l’époque une spécialité mythique, typique de Cracovie : les zapiekanka!

Mais comment était-ce possible? Il fallait vite réparer cet affront et cuisiner nous-mêmes cette recette pour que je puisse la goûter sans attendre une autre occasion d’aller en Pologne.

La zapiekanka est un sandwich qui se présente sous la forme d’une baguette tranchée, couverte de garnitures et passée au four, un peu comme une pizza sur une base de pain. Cette spécialité est l’un des mets préférés des polonais, elle fait partie de la street food polonaise. On la trouve dans des kiosques et c’est surtout la nuit qu’elle est consommée.

 

Mon homme a donc guidé l’élaboration de cette recette, sur la base de celle qu’il avait goûtée là-bas. Il existe en Pologne des restaurants ou snacks à zapiekanka qui ne font que cette spécialité. La zapiekanka de base est plutôt au fromage, champignons et couverte de ketchup, mais ensuite ils ont plein de variantes, comme pour les pizzas ou les hamburgers… On en trouve notamment au bacon, à la feta, au thon… Mon homme a choisi cette variante qui lui a semblé un peu plus typique et élaborée. Je dois dire que c’était absolument délicieux! Nous nous sommes régalés à la déguster au frais sur la terrasse accompagné d’une bonne bière. Le mélange des saveurs est parfait… C’est vraiment très très gourmand! J’en referai sans hésiter à d’autres parfums prochainement.

Ne prêtez pas trop attention aux quantités, c’est vraiment une recette à adapter à vos goûts et préférences. Vous pourriez aimer moins de confiture de cranberries et plus de champignons, ou l’inverse. Cela ne tient qu’à vous!

Vous pouvez utiliser une baguette un peu défraîchie pour cette recette, cela peut vous éviter de gaspiller. Mais du pain frais convient très bien aussi.  Le fromage fumé que j’utilise est un fromage polonais, mais vous aurez du mal à en trouver donc je vous recommande la scamorza italienne qui a un peu la même texture et surtout le même côté fumé.

 

Spécialité de Pologne : zapiekanka

Ingrédients

  • 2 demi baguettes
  • 100 g de champignons de Paris
  • 1 gousse d'ail
  • 100 g de fromage fumé type scamorza
  • 60 g de cheddar râpé
  • 1 oignon frais émincé avec ses tiges vertes
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 4 c. à s. de confiture de cranberries

Préparation

  1. Faites revenir la moitié de l'oignon émincé avec l'huile d'olive, l'ail écrasé et les champignons émincés grossièrement.
  2. Râpez le cheddar et mettez-le sur le fond des baguettes de façon à bien les recouvrir.
  3. Ajoutez par dessus les champignons, le fromage fumé coupé en rondelles, le reste de l'oignon émincé. Ajoutez un tour de poivre.
  4. Préchauffez le four à 180°C en mode grill 10 minutes environ, jusqu’à ce que le fromage soit fondu.
  5. Ajoutez par dessus la confiture et le vert d'oignon et servez tout de suite.

Wraps au thon épicé

Sur mon blog, on trouve assez peu de recettes au poisson. Ce n’est pas que je n’aime pas, au contraire, mais mon homme a toujours préféré la viande, et j’ai bien du mal à intercaler des recette au poisson dans nos menus. Avec la diminution progressive de notre consommation de produits animaux ces dernières années, quitte à ne manger des produits animaux qu’une fois tous les 36 du mois, ce n’était certainement pas sur du thon qu’il allait se précipiter! J’avais donc tendance à acheter du thon uniquement pour les dips apéro quand je recevais, et il s’est trouvé une fois où il m’est resté une boite, avec laquelle j’ai donc pu me faire plaisir!
 
 
J’adore manger des wraps, je dirais même que j’en suis amoureuse. Ils sont un peu comme des sandwichs mais en moins bourratifs, et on peut mettre quasiment n’importe quoi dedans, le résultat est invariablement bon! J’aime aussi bien les manger coupés en rouleaux à l’apéro qu’entiers pour un repas léger le soir… Attention, quand je dis qu’ils sont légers, c’est à condition de ne pas en manger quinze, hein!
 
 
J’ai donc préparé du thon épicé, que j’ai accompagné d’œufs durs, de mayonnaise, et de roquette, oui il faut bien un peu de verdure pour aller avec tout ça quand même! Ces wraps sont parfaits pour les déjeuners d’été! Imaginez-vous le grignoter en terrasse à l’ombre d’un parasol!
 
Pour accélérer la préparation ce repas, vous pouvez préparer le mélange au thon à l’avance. Mais tartinez-le à la dernière minute pour ne pas détremper les wraps!
 
 
 
P.S. : J’ai peu de recettes au thon sur ce blog, mais ce clafoutis au thon est délicieux !
 
 
Wraps au thon épicé

Ingrédients

    Pour la tartinade au  thon
  • 160 g de thon en boite
  • 1 tomate coupée en petits dés
  • 1 c. à s. de mascarpone
  • 1 c. à s. de concentré de tomates
  • 1 c. à s. de harissa
  • 1/2 c. à c. de cumin
  • 1/2 c. à c. de coriandre
  • 1/2 c. à c. d'ail en poudre
  • Sel, poivre
    Pour le montage
  • 2 galettes tortillas de blé
  • 2 oeufs durs
  • 30 g de poivrons marinés
  • 2 c. à s. de mayonnaise
  • 2 poignées de mâche

Préparation

  1. Mélangez tous les ingrédients de la tartinade au thon.
  2. Tartinez ce mélange dans deux wraps. déposez dessus les œufs durs coupés en rondelle, les poivrons marinés en lanières, la roquette, et la cuiller de mayonnaise.
  3. Roulez e mangez immédiatement.

Grilled rocamadour en tortilla

Vous connaissez mon amour pour le grilled cheese, ce cousin américain du croque monsieur terriblement gourmand… Je saute sur l’occasion quand il me reste quelques tranches de pain pour en réaliser, mais cette fois, il me restait quelques tortillas! Je n’avais pas forcément envie de les utiliser pour faire des tacos comme d’habitude, alors je me suis dit après tout, pourquoi pas, c’est un peu comme du pain non? Et je me suis décidée à les préparer façon grilled cheese! 
 
 
Le rocamadour est un fromage que j’aime beaucoup et que vous connaissez tous je pense. Il a souvent sa place dans mon frigo, car je suis une amatrice de chèvre, que ce soit en tartines ou dans la cuisine. J’apprécie son côté fondant et doux, onctueux et crémeux. C’est un fromage de chèvre au lait cru entier de la famille des cabécous. Son nom vient de la commune de Rocamadour dans le département du Lot. Il parait que c’est une ville magnifique à visiter, vous connaissez? 
 
 
Le rocamadour est connu depuis le XV ème siècle, et j’ai lu qu’il pouvait, d’après les écrits de l’époque, servir de monnaie pour payer les métayers ou les impôts. Je n’ai pas essayé de payer mes impôts en grilled cheese, je pense que je me ferais recevoir, mais cela peut peut-être amadouer l’inspecteur si vous voulez négocier un délai de paiement!
 
 
 
 
Grilled rocamadour en tortilla

Ingrédients

  • 1 oignon rouge
  • 10 g de beurre
  • 1 c. à s. d'huile de tournesol
  • 4 tortillas
  • 2 rocamadour
  • 4 pincées de thym
  • 2 c. à c. de miel
  • 20 g de beurre fondu
  • Poivre

Préparation

  1. Émincez l'oignon rouge. Faites le revenir à feu doux 10 à 15 minutes dans une poêle avec 10 g de beurre et une cuiller à soupe d'huile en mélangeant et surveillant régulièrement.
  2. Dans chaque tortilla, déposez une cuiller de la compotée d'oignons, 1/2 rocamadour, 1/2 c. à c. de miel, une pincée de thym, du poivre.
  3. Pliez en deux les tortillas et beurrez-en l'extérieur à 'laide d'un pinceau.
  4. Faites chauffer une poêle avec une petite cuiller d'huile. Déposez les tortillas et faites les dorer deux minutes par face.
 

Spécialité du Mexique : elotes preparados

La saison des barbecues bat son plein! Si vous cherchez un petit accompagnement original pour accompagner vos grillades, voici un de mes chouchous! « Elote » est le terme espagnol pour désigner le maïs en épi qui est très populaire dans les rues du Mexique. C’est une recette simple qui consiste en un épi de maïs roulé dans de la crème ou de la mayonnaise et saupoudré de fromage et de piment. 
 
Ce qui est top avec ce maïs, c’est qu’il est incroyablement facile à faire! Prenez juste quelques minutes pour le préparer la prochaine fois que vous aurez du maïs frais et vous vous retrouverez avec une spécialité mexicaine vraiment sympa. 
 
 
Beaucoup de recettes utilisent de la crème fraîche, d’autres de la mayonnaise pure, certaines enfin, un mélange des deux. J’ai essayé avec la mayonnaise, ça cela me semblait plus « street food »! C’est à vous de voir en fonction de votre préférence personnelle.
 
Le fromage utilisé au Mexique, nommé cotija, ne se trouve pas facilement en France, mais il peut être remplacé par le parmesan, plus facile à trouver, bien qu’il ne soit évidemment pas authentique.
 
Si vous n’aimez pas les plats trop piquants, remplacez la poudre de piment chipotle par du paprika fumé.
 
 
Le résultat est un maïs riche en saveurs… A la fois doux, fumé, salé, et bien sûr, délicieux.  Il y a un million de façons différentes de faire du maïs mexicain. Je ne sais pas si ma recette est la plus traditionnelle, mais elle est 100% délicieuse!
 
Si le temps n’est pas de la partie, bonne nouvelle, cette recette se décline facilement au four! C’est aussi bon que ça en a l’air!
 
  
 
Spécialité du Mexique : elotes preparados

Ingrédients

  • 2 épis de maïs frais
  • 3 c. à s. de mayonnaise
  • 1 c. à c. d'eau
  • 1/4 c. à c. de poudre d'ail
  • 30 g de parmesan émietté 
  • 2 c. à s. de coriandre, hachées
  • 1 pincée poudre de piment chipotle (ou paprika)
  • 1 citron vert

Préparation

    Version au four :
  1. Si elles sont encore présentes, laissez les feuilles autour du maïs. Préchauffez le four à 170° C. Placez le maïs directement sur la grille du four et faites-le cuire pendant 20 à 25 minutes ou jusqu'à ce que le maïs soit tendre et juteux.
    Version au barbecue, grill ou plancha :
  1. Vous pouvez laisser les feuilles de maïs ou les retirer pour obtenir de jolies marques au contact de la grille du barbecue. 
  2. Faites griller les épis de maïs jusqu'à ce qu'ils commencent à noircir un peu. Comptez environ 10 minutes, en fonction de la température du barbecue, du grill ou de la plancha, à couvert si possible pour éviter qu'il sèche.
    Pour les deux versions :
  1. Dans un petit bol, mélangez la poudre d'ail avec la mayonnaise et l'eau. Placez le parmesan dans un plat ou une assiette peu profonde. Lorsque le maïs est cuit, retirez les feuilles et brossez le maïs avec la mayonnaise à l'ail. Roulez ensuite le maïs dans le fromage  et saupoudrez-le de coriandre et de poudre de piment. Servez avec des morceaux de citron vert que vous presserez sur le maïs.
 
Source d’inspiration :
http://littlespicejar.com/mexican-street-corn-elotes/
 
 

Spécialité de Cuba : croquetas de jamon

Voilà le début de l’été! Cela me donne envie de m’envoler vers le soleil et pour l’occasion, je vous ai préparé une recette d’origine cubaine! Alors détendez-vous et imaginez-vous : une plage paradisiaque, un petit rhum et ces croquetas, et vous voilà à Cuba!
 
 
Les croquetas de jamon sont un peu à Cuba ce que sont aux villes côtières du nord les croquettes de crevettes grises. Au goût, je les ai d’ailleurs trouvées assez ressemblantes, enfin en imaginant que le jambon ait le goût de crevettes bien sûr! Ces croquettes sont faites d’un mélange de jambon mixé et roulé en petits cylindres panés et frits. C’est une recette qui prend un peu de temps, et de nos jours peu de Cubains se donnent la peine de les faire à la maison puisqu’on en trouve là-bas dans les boulangeries, les restaurants, et en surgelé, un peu comme nos pommes dauphines finalement!
 
 
Bien que traditionnellement servies lors des fêtes, ces croquettes sont consommées à toute heure de la journée. Elles peuvent être servies au petit-déjeuner, en apéritif façon tapas, ou au dîner, et même préparées en sandwich au déjeuner. 
 
 
Ceci est ma version assez simple de ces croquettes, elle peut être customisée et assaisonnée de millions de manières différentes suivant vos goûts. 
 
J’ai fait frire ces croquettes à la casserole, mais la friteuse peut convenir également. Faites simplement bien attention à laisser l’huile réchauffer entre chaque fournée.
 
  
 
 
Spécialité de Cuba : croquetas de jamon

Quantité ou nb de personnes: Pour 15 à 20 croquettes

Ingrédients

    Pour la garniture
  • 200 g de dés de jambon
  • 35 g de beurre
  • 1 petit oignon émincé
  • 25 cl de lait
  • 80 g de farine
  • 1 c. à c. de persil séché
  • 1 c. à c. de cumin
  • 1/2 c. à c. d'origan
  • 1/2 c. à s. d'ail en poudre
  • 1 c. à s. de vinaigre de xérès
  • Sel, poivre
    Pour la panure et la friture
  • 1 œuf battu
  • 2 c. à s. de lait
  • 100 g de chapelure
  • 50 cl d'huile de friture

Préparation

  1. Dans un un petit bol, mélangez la farine et les épices, salez et poivrez. Réservez. 
  2. Mixez le jambon jusqu'à ce qu'il soit finement moulu. Réservez.
  3. Dans une grande poêle, faites revenir légèrement l'oignon dans le beurre à feu moyen-élevé, environ 1 minute.
  4. Baissez le feu à moyen doux. Ajoutez le lait et, en remuant constamment, faites cuire environ 1 à 2 minutes.
  5. Ajoutez le mélange de farine, le jambon haché et le vinaigre de xérès à la poêle et mélangez jusqu'à ce que les ingrédients forment une pâte. Retirez du feu. Laissez ce mélange revenir à  température ambiante, puis, couvrez-le et réfrigérez-le pendant au moins 2 heures.
  6. Une fois que cette garniture a été réfrigérée, prendre environ 1,5 cuillère à soupe de pâte à la fois et formez de longs cylindres aux extrémités arrondies.
  7. Une par une, plongez les croquettes dans l'œuf battu avec le lait, puis roulez-les dans la chapelure. Recommencez le trempage dans le lait puis dans la chapelure une seconde fois pour que les croquettes soient bien enrobées.
  8. Faites chauffer l'huile dans une petite casserole. Faites frire les croquettes par petits lots jusqu'à obtenir une coloration dorée, en laissant l'huile remonter en température entre chaque lot.
 
Source d’inspiration :
http://www.heartofhomemade.com/croquetas-de-jamon-cuban-ham-croquettes/
 

Spécialité de Russie : Piroshki aux champignons et pomme de terre

La coupe du monde en Russie démarre! A défaut de regarder les matchs, cela m’a donné envie de replonger dans la cuisine russe ! Je vous l’avais résumée avec mes spécialités favorites ici, et cette fois, c’est une recette que je vous partage, que j’ai pu goûter sur place et que j’ai adoré! J’ai donc voulu la refaire moi-même. Là-bas, les piroshki sont à la carte de tous les restaurants, et l’on peut s’en régaler à l’apéritif ou s’en faire un repas complet, car ils sont très nourrissants. 
 
 
« Pirog » est le mot russe pour « tarte », et « piroshki » signifie donc « petites tartes ». Ces piroshki peuvent être garnis de presque tout, du chou à la viande en passant par le sarrasin kasha, le fromage, les œufs durs ou en version sucrée, la confiture. La garniture que je vous propose aujourd’hui est un mélange addictif de pommes de terre, d’oignons caramélisés, de champignons et d’aneth frais. 
 
Les piroshkis sont un plat authentique de cuisine russe et ils prennent un peu de temps à faire, surtout pour la pâte, mais ça vaut le coup. En soi il n’y a rien de compliqué, et une fois que vous avez fait la pâte, vous pouvez le remplir avec un des garnitures différentes, aussi bien sucrées que salées. 
 
 
Je ne peux pas dire que la pâte que je vous propose ici soit strictement identique à celle que j’avais testé là-bas, mais elle est très bonne. Pendant la cuisson, ma maison sentait comme une boulangerie. La pâte à piroshkis russe n’est pas feuilletée mais moelleuse, un peu semblable à une pâte à calzone épaisse. 
 
Ces piroshki aux champignons ont un goût délicieux et sont bien nourrissants. Ils sont faciles à manger avec les doigts,  et faciles à transporter pour les ramener à une fête par exemple. Les champignons ont une saveur terreuse, donc ces piroshkis se marieront bien avec un vin rouge moyennement corsé. 
 
  
 
Spécialité de Russie : Piroshki aux champignons et pomme de terre

Ingrédients

    Pour la pâte
  • 25 cl de lait tiède
  • 1/2 c. à s. de sucre
  • 1 sachet de levure sèche de boulanger
  • 15 g de beurre fondu
  • 1 oeuf
  • 1/2  c. à c. de sel
  • 390 g de farine
  • 8 g de beurre
    Pour la garniture
  • 600 g de pommes de terre cuites à l'eau, pelées et coupées en dés
  • 2 petits oignons hachés
  • 15 g de beurre
  • 3 c. à c. d'huile d'olive
  • 150 g  de champignons égouttés et coupés en morceaux 
  • 1 c. à s. d'aneth finement haché
  • Sel, poivre

Préparation

  1. Placez 12 cl de lait tiède dans une tasse ou un petit bol. Incorporez le sucre et saupoudrez la levure sur le dessus. Laissez reposer jusqu'à ce que la levure mousse, soit environ 10 minutes.
  2. Versez le lait restant dans un grand bol. Ajoutez le beurre fondu, l'œuf, le sel et une partie de la farine. Incorporez le mélange de levure, puis ajoutez de la farine petit à petit jusqu'à ce que la pâte ne colle pas à vos mains ni au bol. Couvrez le bol d'un linge et placez-le dans un endroit chaud pour qu'il monte pendant environ 1 heure. La pâte devrait presque tripler de volume.
  3. Faites chauffer une poêle à feu moyen-élevé.
  4. Ajoutez l'huile d'olive et le beurre.
  5. Lorsque le beurre est fondu, ajoutez les oignons.
  6. Faire sauter les oignons jusqu'à ce qu'ils aient une couleur caramélisée.
  7. Ajoutez les champignons et faites cuire encore 5 minutes en remuant de temps en temps.
  8. Ajoutez le sel et le poivre, puis l'aneth.
  9. Ajoutez les pommes de terre cuites coupées en dés et mélangez bien.
  10. Placez la pâte sur une surface farinée et formez doucement dans un long serpent d'environ 5 cm de large. Coupez-le en morceaux de 2,5 cm environ et roulez chaque morceau en boule. Aplanissez les boules à la main jusqu'à ce qu'elles atteignent  10 à 12 cm de diamètre. Placez une cuillerée de garniture au centre et repliez la pâte pour l'entourer. Pincez les bords ensemble pour sceller le chausson. Recommencez avec chaque chausson.
  11. Préchauffez le four à 200° C. Placez les piroshki sur une plaque à pâtisserie, en laissant de la place entre chaque pour qu'ils se développent en cuisant.
  12. Faites cuire au four pendant 20 minutes, ou jusqu'à ce que les piroshkis soient dorés.
 
Source d’inspiration :

Spécialité d’Inde : pakoras

Souvent, les jours de pluie (ou de poisse), j’aime préparer un repas vraiment réconfortant. Dans ce cas, je me penche du côté des petites choses grasses à grignoter avec les doigts! Avec le retour du mauvais temps qui ne saurait tarder, je commence donc à réfléchir à des petites recettes gourmandes et faciles à faire!
J’adore les pakoras, je me jette toujours dessus au restaurant indien. A Lille nous avons aussi des chaînes de restauration rapide indiennes, et on y trouve des sortes de kebabs, mais où la galette est remplacée par un naan et la garniture par des pakoras végétariens. J’aime beaucoup cette variante qui est plus épicée et plus équilibrée (enfin, je crois) qu’un kebab!  Maintenant que je sais faire les pakoras, j’essayerai sûrement un jour ou l’autre de faire des sandwichs garnis comme ceux-là version maison!
D’ailleurs en Inde et au Pakistan, les pakoras sont vendus également comme street food. Ils peuvent aussi être servis comme une collation pour accompagner le thé pendant les fêtes ou tout simplement quand on reçoit des amis.
Les pakoras que je vous propose sont aux légumes, mais il existe de nombreuses variantes, j’espère avoir l’occasion de vous les faire découvrir petit à petit!
La réalisation des pakoras est assez simple, il suffit de préparer la pâte et ensuite de frire l’ensemble. Il est aussi important d’émincer bien finement les légumes pour obtenir le côté très irrégulier de ces beignets. La pâte est faite avec de la farine de pois chiches, elle est donc complètement sans gluten.
Servez vos pakoras aux légumes avec du chutney de mangue, de la sauce pimentée ou de la sauce au yaourt et à la menthe ( ou les 3!)
 
P.S. : Pour un menu indien, vous pouvez enchaîner sur un poulet korma!

Pakoras

Pour 6 pakoras
  • 40 g de chou finement haché
  • 30 g de carotte hachée finement
  • 30 g de chou-fleur finement haché
  • 30 g de poivron finement haché
  • 25 g de haricots verts finement hachés
  • 30 g  d’oignons hachés
  • 1 piment vert haché
  • 3 c. à s. de feuilles de coriandre hachées
  • ½ c. à c. de gingembre haché
  • 1/2 c. à c. d’ail haché
  • 70 g de farine de pois chiches
  • 7 cl d’eau (+ ou – )
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 c. à c. de graines de Grenade
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de garam masala en poudre
  • Sel

Rincez, pelez et hachez finement toutes les légumes. Mettez-les dans un bol.
Ajoutez également les oignons hachés, les piments verts et le gingembre.
Ajoutez toutes les épices, y compris le sel. Mélangez le tout, puis ajoutez la farine.
Mélangez encore et mettez de côté pendant 5 minutes.
Ajoutez de l’eau progressivement. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais fluide.
Faites chauffer l’huile pour la friture. Lorsque l’huile devient chaude, déposez des cuillerées de la pâte dans l’huile. Faîtes frire les pakoras.
Quand un côté est cuit et bien doré, retournez et faites frire de l’autre côté.
Retournez quelques fois et faites frire jusqu’à ce que les pakoras soient croustillants et dorés partout.
Enlever les pakoras de la friture. Égouttez-les sur des essuie-tout. Continuez de frire les pakoras par petites quantités de cette façon.

Hot-dogs à la française

A la maison, autant en semaine nous mangeons pas mal de légumes et de repas plutôt équilibrés, autant le week-end nous aimons nous faire plaisir avec des repas un peu plus riches ! C’est pour nous l’occasion de nous régaler avec burgers, hot-dogs et pizzas en tous genres, qu’on cuisine ensemble avec mon homme. Que voulez-vous, on adore ça et on se dit que si c’est fait maison, ça ne peut pas vraiment nous faire (trop) de mal !

Le hot-dog est une spécialité américaine qui est aujourd’hui, avec le hamburger, un des snacks les plus consommés dans le monde. Sa recette varie d’un coin du globe à l’autre en fonction des habitudes alimentaires de chaque pays. Il est par exemple préparé avec du chou en Allemagne ou avec de la sauce rémoulade au Danemark. Je ne sais pas s’il existe une version française officielle, mais je connais beaucoup de gens qui utilisent de la baguette, et qui ajoutent de la salade et du fromage fondu.

L’an dernier lors de mon petit voyage au Danemark j’avais pu goûter des franske hotdog, ou hot-dog français, mais je n’ai pas bien compris pourquoi ils leurs donnaient ce nom : je n’en ai jamais vu de tels chez nous! Les saucisses semblaient fusionnées dans une sorte de pain cylindrique qui leur évoque peut-être notre baguette mais ne s’en approche franchement pas. Cela ne m’empêchera pas pour autant d’essayer d’en faire un jour ou l’autre!

En tout cas, aujourd’hui c’est « ma » version française que je vous propose de retrouver ici. J’ai choisi d’utiliser de la baguette, du fromage français (j’ai pris de la raclette, même s’il est dur de choisir dans ce domaine tant nous avons de choix en France!) et de la bonne moutarde à l’ancienne bien de chez nous! Voilà un snack pour agrémenter une soirée film en famille ou pour recevoir des amis lors d’une soirée conviviale!

Hot-dogs à la française

Pour 4 hot-dogs

  • 1 baguette
  • 4 tranches de fromage à raclette
  • 4 saucisses type knacks d’Alsace
  • 1 oignon rouge
  • 1 oignon blanc
  • 4 c. à s. de moutarde à l’ancienne

Préchauffez le four à 180°C.
Épluchez et émincez les oignons. Faites cuire les oignons émincés dans une poêle 10 minutes avec de l’huile et 1 cuiller à soupe d’eau puis ajoutez les saucisses. Faites-les dorer recto verso 5 minutes au total dans les oignons.
Coupez le pain en 4 tronçons. Tartinez le  pain de moutarde puis déposez les tranches de raclette coupées en 2. déposez enfin l’oignon et la saucisse.

Enfournez pour 10 minutes.

Tempuras de carottes et oignons rouges, sauce miel, soja et gingembre

Je sais bien que la nourriture frite est riche et mauvaise pour la santé, mais personnellement j’ai du mal à admettre qu’il en va de même pour les tempuras! Ok ils sont frits, mais leur goût est tellement fin et leur pâte si aérienne que j’ai toujours l’impression de manger une recette saine. Sans compter que les tempuras sont souvent à base de légumes ou de fruits de mer, et qu’ils sont japonais! JA-PO-NAIS! Rien de malsain ne provient du Japon si? Bon ok, je fais preuve de mauvaise foi, mais il faut avoir que j’adore grignoter ces petites cochonneries croustillantes!

Allez, oubliez le cholestérol, jetez définitivement ce jean dans lequel vous ne rentrez plus depuis deux ans, zappez vos résolutions de nouvel an de ne plus jamais manger de gras, et goûtez ces délicieux tempuras!

En réalité, je ne mange pas souvent des tempuras, j’en commande seulement quand je dîne dans un bon restaurant japonais car je les préfère aux sushis, mais je n’en faisais jamais à la maison… Jusqu’à maintenant! J’ai finalement cédé et décidé d’en faire moi-même! Pour dire de faire bonne figure, j’en ai fait aux légumes, donc certainement parmi les plus légers que l’on puisse trouver.

Au restaurant, ils servent souvent un assortiment large de légumes, qui peut inclure des champignons, des aubergines, de la racine de lotus, ou encore des feuilles de shiso, (du moins c’est ce qu’il m’a semblé reconnaître). J’en ai aussi goûté avec un légume en forme d’éventail, mais j’ai eu beau chercher sur internet, je n’ai pas réussi à déterminer ce que c’était! En fait, je pense que tout légume peut devenir un délicieux tempura! Pour cette fournée, j’en ai réalisé à base de carottes et d’oignons, l’ensemble était très bon mais vous pouvez varier suivant ce que vous avez dans votre corbeille ou suivant la saison.

Il n’y a rien de compliqué à faire pour préparer des tempuras : il suffit de plonger des morceaux de légumes dans la pâte, puis les frire… C’est encore plus simple chez moi puisque comme j’aime le préciser, c’est mon homme qui est préposé à la friture.

Lors de la fabrication de tempuras, l’objectif est d’obtenir une panure croustillante et aérée qui n’absorbe pas trop l’huile pendant la friture. La clé du succès réside dans la pâte et dans la température de l’huile. Lorsque la pâte est trop liquide, les tempuras manquent de texture. Lorsque la pâte est trop épaisse, on la sent trop au contraire. Il faut donc trouver le bon dosage et ne pas trop mélanger la pâte pour arriver au bon résultat.

En ce qui concerne la température, d’abord il est important que les ingrédients qui composent la pâte soient froids, et que celle-ci soit froide avant d’être plongée dans l’huile chaude.
La température de l’huile doit être comprise entre 160 ° C à 180 ° C en fonction de la durée nécessaire pour cuire les ingrédients. Plus vos légumes sont épais et longs à cuire, plus la température doit être basse pur pouvoir prolonger la cuisson sans brûler la pâte, mais toujours en restant entre 160° et 180°C. Enfin, ne remplissez pas trop la friteuse, car les tempuras étant plongés froids dans l’huile, ils peuvent abaisser la température de l’huile s’ils sont trop nombreux.

La sauce que je vous propose n’a rien de traditionnel, elle est à base de mayonnaise, mais elle s’est très bien mariée avec les tempuras, nous l’avons adorée!

P.S. : Si vous aimez la cuisine japonaise, allez faire un tour sur ma recette de curry japonais au boeuf!

Tempuras de carottes et oignons rouges, sauce miel, soja et gingembre

  • 2 carottes
  • 1 oignon rouge
  • 100 g de farine
  • 1 jaune d’œuf
  • 10 cl d’eau glacée
  • 1/2 c. à c. d’estragon
  • 1/4 c. à c. de romarin
  • Huile de friture
  • Sel, poivre

Sauce

  • 3 grosses c. à s. bombées de mayonnaise
  • 1 c. à c. de sauce soja
  • 1 c. à c. de miel
  • 1 c. à c. rase d’ail semoule
  • 1 c. à c. rase de gingembre en poudre
  • Sel poivre

Préparez la sauce à l’avance en mélangeant tous les ingrédients, et réservez au frais.

Lavez et coupez la carotte et l’oignon rouge en rondelles d’environ 1/2 cm d’épaisseur.

Posez les rondelles sur du papier absorbant et saupoudrez de sel.
Posez par dessus un autre papier absorbant.

Dans un bol, battez le jaune d’œuf avec une fourchette.
Ajoutez 10 cl d’eau glacée et mélangez.

Ajoutez 100 g de farine petit à petit tout en mélangeant.
Salez, poivrez et mettre les herbes.

Faites chauffer de l’huile dans une poêle ou une friteuse.
Trempez les morceaux de légumes dans la préparation puis déposez-les dans l’huile chaude.

Retournez les beignets. Lorsqu’ils sont dorés, posez-les dans une assiette sur du papier absorbant.
Servez chaud avec la sauce.

Avec cette recette à la carotte, je participe à Cuisinons de saison !