Archives par mot-clé : tartinade

Spécialité niçoise : caviar d’anchois ou fachoira

Je ne sais plus si je vous ai parlé de mon amour pour la ville de Nice. C’est une ville qui a une signification particulière pour moi. J’y vais depuis mon enfance en vacances (du moins, dans une plus petite ville à 15 minutes de là), et désormais certains de mes meilleurs amis y sont installés, ce qui me donne envie d’y retourner plus souvent. J’espère d’ailleurs y aller à Pâques cette année, si je peux prendre quelques jours de vacances! 
 
En cette période de carnaval, c’est tout naturellement à Nice que j’ai pensé, bien que nous ayons le fameux carnaval de Dunkerque dans le nord… Je n’ai jamais eu l’occasion daller à Nice à cette période, mais j’aimerais beaucoup. Le carnaval de Nice est le premier carnaval de France et l’un des plus importants du Monde par le nombre de sujets et chars en carton pâte qui y défilent. Tout cela repose sur le travail titanesque des carnavaliers. A peine un carnaval est fini, que le thème du suivant est dévoilé, presque un an à l’avance donc. Les carnavaliers partent alors à la recherche d’idées, puis ils en font des croquis, sur la base desquels un sculpteur modèle alors le prototypes de l’argile. Les carnavaliers y appliquent ensuite le papier mâché. Il leur reste ensuite à peindre et habiller le personnage obtenu. Quel travail, c’est impressionnant! 
 
 
Une autre tradition qui me plait dans ce carnaval (du moins j’imagine, car je ne l’ai jamais vue en vrai), c’est la bataille de fleurs. Cela consiste en un défilé de chars entièrement fleuris, sur lesquels des personnes déguisées lancent au public des bouquets de fleurs. Il faut savoir qu’à Dunkerque, c’est du hareng qu’ils jettent sur la foule, c’est tout de suite moins glamour et plus odorant !
 
Bref, j’ai voulu vous proposer une petite recette de là-bas pour célébrer le carnaval. Il s’agit d’un caviar d’anchois ou « fachoira » en niçois. Cette tartinade ou dip apéro rappelle bien sûr la tapenade, bien qu’elle en soit légèrement différente. Vous pouvez être sûrs que si vous aimez la tapenade, la fachoira vous séduira à son tour, alors, profitez-en pour changer de votre recette habituelle!
 
 

Caviar d’anchois ou fachoira

 
  • 125 g d’olives noires au sel dénoyautées (de Nice si possible)
  • 1 gousse d’ail
  • 1 filet d’anchois
  • 1 feuille de basilic
  • 1 c. à s. de câpres
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • Poivre
 
Épluchez votre gousse d’ail. Mettez l’ensemble des ingrédients sauf l’huile dans votre mixeur. Hachez finement au mixeur et mélangez bien, puis ajoutez l’huile, une cuiller à la fois tout en mixant, pour obtenir la consistance d’une pâte.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.tresor-vieux-nice.com/recettes/recettes.htm

Tamagoyaki à la spiruline

À la vue du titre de cet article, vous devez vous demander où je suis allée chercher une recette pareille! Le nom n’évoque pas grand chose, mais en réalité c’est un plat très simple qui se cache derrière!

Le tamagoyaki n’est rien de plus qu’une omelette japonaise, généralement servie au petit déjeuner, mise dans un bento comme plat d’accompagnement ou encore utilisée comme garniture de sushis ou de sandwich. L’originalité par rapport à une omelette française vient principalement de sa forme roulée, qui nécessite de la cuire idéalement dans une poêle carrée. Au Japon, on trouve donc des poêles rectangulaires spécialement pour cette omelette, mais vous pouvez aussi comme moi utiliser une poêle antiadhésive ronde.

Le processus de roulage de l’œuf peut sembler un peu rebutant au début, il vous faudra peut-être un peu de temps pour vous y habituer. Mais une fois que vous avez le coup de main, c’est facile et très rapide à faire. Un tamagoyaki comme celui-ci prend 5 minutes à cuire, soit à peu près le même temps qu’une omelette bien de chez nous. La première couche n’a pas besoin d’être roulée à la perfection, puisqu’elle va surtout donner le volume de base du tamagoyaki. Ensuite plus on avance dans le roulage et mieux il se forme, ce qui fait qu’au final ça rend bien, même quand on pense être mal parti!

Bien que ce soit un plat très simple, il est vraiment délicieux, même servi seul. Le tamagoyaki contient souvent un peu ou même beaucoup de sucre, j’ai choisi de faire un tamagoyaki pas trop sucré, mais vous pouvez mettre plus ou moins de sucre à votre goût.

La spiruline quand à elle est un super aliment. Elle est réputée car elle contient de nombreux nutriments qui sont bons pour nous : des vitamines, des protéines, du fer et des oméga-6, mais surtout des bêta-carotènes qui ont pour effet de ralentir le vieillissement de la peau.

La spiruline aurait été une source de nourriture pour les Aztèques et autres Méso-Américains jusqu’au XVIe siècle. Elle a été découverte par les Européens lors de la conquête de l’Amérique.

Elle aurait peut-être même une origine plus ancienne au Tchad, où elle aurait été connue dès le IXe siècle. Là-bas, elle est encore utilisée dans la cuisine quotidienne, notamment sous forme de pastilles sèches appelées « Dihé », utilisées pour faire des bouillons.

La spiruline n’est pas toujours facile à utiliser à cause de son goût assez prononcé. C’est une des raisons pour lesquelles elle est majoritairement consommée en gélules. Mais comme il s’agit tout simplement d’une algue, ou plus exactement d’une micro-algue en forme de spirale (d’où son nom) j’avais envie de chercher des recettes pour l’intégrer en cuisine.

J’ai donc enquêté un peu et vu qu’on pouvait l’utiliser dans les desserts, les boissons, les salades ou les tartinades comme le guacamole. Voici mon premier essai et je dois dire que ce fut très bon, le goût de l spiruline n’était pas trop présent malgré l’odeur forte de l’algue qui m’a inquiétée au premier abord.

  
P.S.: Si vous aimez les omelettes et la cuisine japonaise, vous aimerez aussi ces onigiri à l’oeuf brouillé!

Tamagoyaki à la spiruline

  • 1 c. à c. rase de spiruline
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à s. de mirin
  • 2 c. à c. de sucre
  • 3 gros œufs
  • Sel

Commencez par battre vos œufs dans un bol avec la sauce soja, le mirin, le sucre, la spiruline. Salez.
Chauffez la poêle et huilez-la avec parcimonie mais uniformément.
Déposez une première louche de mélange à l’oeuf. Il faut que la couche soit assez fine tout en couvrant toute la surface de la poêle.

Attention il faut agir assez vite. Avec une spatule, dès que vous voyez que l’omelette a pris, commencer à rabattre un bord vers le centre de la poêle en le roulant, petit à petit, délicatement. Roulez l’omelette sur elle-même jusqu’au bout. Repoussez-la alors sur le côté de la poêle, de manière à ce que le côté vide de la poêle soit du côté « ouvert » de l’omelette rouée.
Verser une louche plus petite d’œufs battus dans le prolongement de la première omelette, le mélange doit se coller au bord de l’omelette précédente et fusionner. Attendez trente secondes que cela commence à cuire.

Recommencer l’opération encore deux fois ou plus, jusqu’à épuisement du mélange aux œufs.

Retirez l’omelette de la poêle.
Découpez les extrémités, puis faites de belles tranches.

 

Découvrez une recette de chaque pays que j’ai visité!

Comme vous l’avez sûrement remarqué, je suis fan de voyages et  j’aime ramener des souvenirs culinaires de chaque pays visités! J’aime aussi essayer à mon retour de voyage, de cuisiner des recettes du pays que je viens de visiter, pour prolonger mes souvenirs! Aujourd’hui, je me suis amusée à récapituler les pays que j’ai visités, et j’y ai associé une recette testée… Et approuvée! Ci-dessous j’ai mis une petite carte des pays que j’ai eu la chance de parcourir jusqu’à maintenant, en espérant qu’il y en ait plein d’autres!



 

 

 Russie


Salade Olivier : Je n’ai pas goûté cette recette là-bas mais elle me semble authentique!

 Danemark 


 Ristet hot-dog : Un des snacks dont je me suis quasiment exclusivement nourrie pendant mes vacances au Danemark, j’adore!

Principauté de Monaco 

barbagiuans-2
 Barbagiuan : Sur place, j’avais détesté car je m’attendais à une spécialité sucrée, mais maintenant j’adore!

Andorre

trinxat-2
 Trinxat :Je n’ai pas mangé typique là-bas car je n’y ai fait qu’un court passage, mais j’ai trouvé cette recette suite à des recherches faites à mon retour.

Chine

concombre-ecrase
 Salade de concombres écrasés :Simple et super bonne!

République Tchèque

dip-tcheque-3
 Tartinade à l’ail :Si vous aimez BEAUCOUP l’ail, vous adorerez!

Ecosse

scottish-stovies
 Scottish stovies : En fan de ragoûts, ça ma régalée!

Angleterre

fish-and-chips3
 Fish and chips : Un de mes plats fétiches depuis toujours!

Belgique

IMG_0856
 Stoemp : Ou l’histoire d’un coup de foudre culinaire à Bruxelles!

Pays-Bas

kaasvlinders
 Kaasvlinders : Ils pourraient devenir un classique de vos apéros!

Allemagne

curry-wurst-2
 Curry wurst : Tellement bon à toute heure 🙂

Suède

kottbullar-3
 Kottbullar : A servir avec une gelée de cranberries!

Autriche

wiener-schnitzel
 Wiener schnitzel : Est-ce autrichien, italien… Le débat est ouvert, mais c’est en Autriche que  j’ai mangé la plus grosse!

Pologne

szarlotka2
 Szarlotka : Un de mes plaisirs dans les salons de thé en vacances en Pologne!

Espagne

tapas-poivron-thon-2 Poivrons farcis au thon : Ha les tapas, quel bonheur!

Portugal

arroz-doce2
 Arroz doce : C’est au Portugal qu’a débuté mon histoire d’amour avec la cannelle, quel régal!

Italie

florentins
 Fiorentini : Dur de choisir une recette : tout est bon en Italie!

Etats-Unis

corn-dogs-sauce-miel-3
 Corn-dogs : Moins connus que le burger, et tellement gourmands!

Tartinade aux fèves et à la fêta

Aujourd’hui c’est la fête, on se prépare un petit dip et on sort l’apéro! En fin de semaine, j’adore organiser des apéros dînatoires. Peu importe qu’on soit 6 , 4 ou seulement deux, je trouve ça très agréable et je ne m’en prive pas. Bien sûr, je ne vais pas faire un repas de chips, donc mon plaisir c’est de faire 2 ou 3 tartinades et d’acheter du bon pain pour aller avec. D’ailleurs, j’ai le plus grand mal à trouver du vraiment bon pain à Lille, je commence à croire que je suis trop exigeante.
 
Une de mes inventions les plus réussies en matière de dip récemment est cette tartinade aux fèves crémeuse et pleine de saveurs! Cette recette m’est venue naturellement. J’avais besoin d’un apéritif pour un dîner et je voulais quelque chose de sain, frais et coloré. J’ai alors pensé à ce mélange aux influences du sud : de la fêta, de fèves, de la sarriette, et de l’huile d’olive bien sûr!
 
 
Je l’ai faite avec des fèves surgelées, qui présentent l’avantage d’être disponibles toute l’année, et aussi d’être déjà épluchées car ce n’est pas une tâche passionnante… Mais en saison, il n’y a rien de mieux que les légumes frais et dans ce cas il y a une technique pour les éplucher sans trop de difficultés : les plonger dans l’eau bouillante environ 30 secondes pour que peau se décolle d’elle-même. Ça reste long mais presque amusant, si vous avez des enfants vous pourrez facilement les exploiter pour cette tache ingrate.
 
Comme la plupart des tartinades, celle-ci est idéale pour les soirs où vous n’avez pas beaucoup de temps, car il y a très peu de préparation à part l’éventuel épluchage des fèves – que vous pouvez faire un jour ou deux à l’avance. En dehors de cela, il suffit de  tout mettre dans un robot  et d’appuyer sur le bouton jusqu’à ce que vous ayez atteint le résultat attendu.
 
La saveur est vive et fraîche, avec une légère amertume des fèves, et un parfum délicieux d’ail tranchant pour réveiller les papilles.
 
 

Dans cette recette, j’ai utilisé de la sarriette, une herbe dont on ne parle pas beaucoup et que j’ai reçue grâce à l’Étal des épices.  La sarriette est une herbe aromatique consommée dans de nombreux plats méditerranéens et elle possède une saveur poivrée, ce qui fait qu’elle a parfois servi de substitut au poivre, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale où l’épice se faisait rare.

Elle s’utilise très  bien avec les féculents et les légumineuses, mais aussi avec les viandes, particulièrement les grillades, en marinades.

 
Ici la sarriette se marie très bien avec la saveur du fromage et des fèves. N’hésitez pas à saupoudrer par dessus des noix hachées, de l’huile d’olive de haute qualité et du paprika fumé. Et bien sûr, servez  du pain grillé et croustillant en accompagnement!
 
 
 Si vous voulez faire un apéro dînatoire, complétez avec ce dip façon enchilada et ces sablés apéritifs au parmesan et ça sera parfait!
 
 
 
Pour consulter la recette, c’est par ici!

C’est mon blogiversaire!

Photo Paul Downey @Flickr

 

Ce 21 novembre, c’est le quatrième anniversaire de ce blog! 🍰
C’est fou comme le temps passe vite! Lorsque j’ai posté mon premier article il y a 4 ans, je ne savais pas du tout vers quoi j’allais ni même si je tiendrais plus d’un mois de publications régulières! L’animation d’un blog de cuisine est un voyage au long cours qui demande de nombreuses heures à manger froid, photographier des plats, rédiger les articles, répondre aux commentaires et visiter d’autres blogs. Je consacre beaucoup de temps à ce blog, pas seulement pour rédiger des articles, mais aussi pour améliorer mes talents de photographe, tester et re-tester les recettes dans la cuisine, me former à la cuisine, écrire… Cela prend du temps certes, mais c’est un vrai bonheur de recevoir des retours de lecteurs qui ont vraiment testé mes recettes et les ont appréciées! Je trouve assez génial que ce blog reçoive un nombre de visites et de messages toujours grandissant, je n’aurais jamais imaginé en arriver là un jour!

 

Chaque blogiversaire est une étape importante pour moi. J’aime profiter des dates anniversaire pour prendre un peu de recul et revenir sur ce qui s’est passé. J’ai vécu beaucoup d’expériences enrichissantes au cours de ces 4  années. Je me suis régalée, j’ai découvert des produits inconnus pour moi, et surtout j’ai rencontré des blogueuses (et blogueurs car ils sont plus rare mais je ne les oublie pas!) super sympas qui sont devenues de vraies amies à mes yeux (virtuelles ou réelles suivant la distance qui nous sépare. 💐
 
 
J’ai beaucoup, beaucoup de projets pour ce blog l’année prochaine et j’espère que je les accomplirai tous. Quels sont-ils? Hé bien il y en a pas mal, dont je vous parlerai plus en détail au fil de l’eau mais voici un aperçu. Je compte déjà maintenir ma cadence de publication qui est assez sportive pour moi. J’ai aussi conscience que je dois encore progresser en photo. Même si je me suis vraiment mobilisée sur ce sujet cette année, il me reste du chemin à parcourir! J’ai aussi envie de mettre un peu à jour le design du blog, car il n’a presque pas changé en quatre ans et même si je m’y reconnais encore, je voudrais le mettre au goût du jour. Les changements seront sûrement subtils et progressifs, mais ils rendront le site plus clair et agréable. Enfin, j’aimerais avancer vers quelque chose de constructif, creuser un peu plus des sujets, et pour cela j’ai pensé à écrire des petits e-books sur des thèmes qui me plaisent. Affaire à suivre!

 

 

Au final, beaucoup de choses ont évolué en quatre ans, et ça va continuer! Mais une chose n’a pas changé cependant, c’est le plaisir que j’ai à animer ce blog. Je le dois principalement à vous, qui lisez mes articles. Je me dis que tout le temps consacré en vaut la peine quand je vois que vous lisez mes posts. Ce blog a commencé comme un moyen de partager ma passion pour la nourriture, et j’ai découvert que c’était bien plus, car c’est un super moyen de rester en contact et de discuter avec plein de gens d’horizons différents et j’adore ça.

 

Je profite donc de l’occasion pour vous remercier, que vous soyez blogueursses, lecteurs/trices, visiteurs/euses de mon blog. Merci pour vos commentaires que j’apprécie et qui m’encouragent beaucoup! 💗 Sans vos retours, je ne serais pas allée aussi loin et je n’aurais tant appris! Bon je vais arrêter de vous accabler de compliments, vous allez saturer 🙂 

 

Pour marquer ce quatrième anniversaire, j’ai pensé que j’allais simplement vous proposer une compilation de mes meilleures recettes : les 12 qui ont emporté vos suffrages au cours de l’année, mais aussi mes propres coups de cœur, les recettes qui me font encore baver rien qu’à y repenser!

 

Mes recettes les plus populaires

Novembre :

Grilled cheese au bleu et avocat

 

Décembre :

Pancakes salés au cheddar

 

Janvier :

 Mont d’or à l’ail

 

Février :

Coulants au chocolat

Mars :

Onion rings

 

Avril :

Omelette aux fanes de radis

 

 

Mai :

Tzaziki

 

 

Juin :

Oeufs au four à la sauce tomate épicée

 

Juillet :

One pot pasta tomates et basilic

 

Août :

Aubergines à la turque

 

Septembre :

Crèmes ultra vanillées au lait concentré

 

Octobre :

Tarte salée au potiron et comté

 

 

Celles qui m’ont le plus régalée :

Novembre :

Pain d’chien ou pudding du nord

 

 

Décembre :

Yakitori de canard

 

Janvier :

Lu rou fan

 

 

Février :

Tarte amandine pommes cannelle

 

Mars :

Huevos rancheros en taco bowl

 

Avril :

Pastizzu

 

Mai :

 Scones au cheddar

 

Juin :

 Crumb cake aux abricots et nectarines

 

Juillet :

 Tian de patate douce et fromage de brebis

 

Août :

 One pot de fettucine à la burrata

 

Septembre :

Galette rustique aux pommes caramélisées

 

Octobre :

Tatins aux echalotes

 
Voilà, j’espère que ça vous a plu! Vous êtes prêts à rempiler pour une année? Moi en tout cas oui!

Que faire avec des citrons ?

Les citrons doivent être l’un de mes ingrédients préférés en cuisine. C’est étrange car depuis toujours j’ai eu beaucoup de mal avec les agrumes, mais depuis un an ou deux j’ai eu un déclic. J’ai commencé à les apprécier, un peu, beaucoup, à la folie… Désormais il ne se passe pas une journée sans que je n’aie des citrons dans mon panier à fruits! Que je les utilise pour assaisonner des salades, pour me faire une citronnade ou pour les zestes en pâtisserie, ils apportent leur douceur acidulée à de nombreuses recettes.
Je ne sais pas vous, mais dans mon supermarché, le filet de 5 à 6 citrons est limite moins cher qu’un citron à la pièce, ce qui fait qu’en bonne radine économe que je suis, je bugge totalement quand il me faut un citron et j’en achète systématiquement 6. J’ai le sentiment de faire une économie certes, mais encore faut-il utiliser tous ces citrons et ne pas les mettre à la poubelle bien sûr!
Heureusement c’est un fruit qui se conserve pas mal du tout, cela laisse un peu le temps de voir venir. Mais même comme ça, il m’arrive d’avoir des citrons à finir en urgence. Le pire, c’est quand j’ai un demi citron entamé ou un citron zesté car dès lors il se dessèche très vite et  il ne reste pas plus de 48 heures pour décider de quoi en faire avant qu’il ne dépérisse totalement!
Voici donc mes conseils et idées pour utiliser les citrons à leur plein potentiel. Si vous avez d’autres astuces ou idées, je suis bien sûr preneuse!
 Source pyntofmyld @Flickr

Quand il me faut un jus de citron mais pas les zestes

Je zeste le citron avant de prélever son jus et je conserve ces zestes au congélateur dans un petit pot. De cette façon, le jour où il me faut des zestes, pas besoin d’acheter et d’utiliser un citron juste pour ça.

Quand il me faut zestes de citron mais pas le jus

Soit j’ai des zestes au congélateur grâce à l’astuce juste au dessus, soit je zeste un citron puis je prélève tout de suite son jus que je congèle dans des bacs à glaçons. Une fois zesté, le citron va se dessécher en 48 h chrono donc je ne prends pas de risques inutiles!

Quand des citrons s’abîment et que je n’ai pas le temps de cuisiner

Je les congèle coupés en morceaux pour les mojitos, limonades et détox water en tous genres. Ou alors, je les zeste et les presse et congèle séparément les zestes et le jus.

Avec un citron usé

Oui,  même la peau du citron reste utile après avoir prélevé le jus et les zestes! Dans le lave-vaisselle, un ou deux demi citrons font une vaisselle éclatante et pour pas cher siouplé! Pour faire fuir les fourmis,  je dépose un demi citron près de leur zone de squat. Attention l’odeur est atroce donc ça fait aussi fuir les humains, mais ça permet de faire partir ces indésirables sans que personne ne soit blessé!

Équivalences

Si vous conservez comme moi des zestes ou du jus déjà pressé au congélateur, il est utile de savoir combien de jus ou de zestes il faut quand une recette demande le jus ou les zestes d’un citron.
Le jus d’un citron = 5 cl ou 3 c. à s. de jus de citron
Les zestes d’un citron = 1 c. à s. de zestes (certains diront 2 c.à s. mais je n’ai jamais réussi à récupérer 2 c. à s. sur un de mes citrons, peut-être est-ce possible avec des plus gros citrons)

Et côté cuisine, que faire avec ces citrons?

Avec 1/2 citron

Avec 1 citron

Avec 2 citrons

Avec 3 citrons

Avec 4 citrons

Source Tony Hisgett @Flickr

Poivronade jaune

Et si on réalisait une petite préparation à tartiner pour l’apéro pour changer des traditionnels tapenades et houmous? La poivronade est comme son nom l’indique très bien, une purée de poivrons. C’est un apéro facile à réaliser, en fait à la base il suffit d’avoir des poivrons et du sel! Ici c’est une version un peu plus travaillée que je vous propose, j’y ai ajouté du vinaigre pour le pep’s et du mascarpone pour le crémeux. Que demander de plus ? Quelques rondelles de baguette passées sous le gril du four, et le tour est joué !
Je fais toujours la cuisson de mes poivrons au four, même si c’est un peu long cela leur donne une saveur incomparable. Cela permet de plus de les éplucher très facilement une fois que la peau est bien noire.
 
N’hésitez pas à ajuster l’assaisonnement à votre goût lors de l’étape du mixage, et à choisir la quantité d’huile en fonction de la texture que vous voulez. Mettez en très peu pour obtenir une trempette assez épaisse, et un peu plus si vous voulez un mélange plus liquide et facile à tartiner.
Cette poivronade est pour moi idéale sur des toasts à l’apéro, mais vous pouvez l’utiliser sur des pâtes, ou pour tartiner des buns à burgers à la place de la sauce par exemple. Vous pouvez bien sûr choisir de la faire avec des poivrons verts ou rouges. J’ai choisi des jaunes car leur saveur est délicatement sucrée, et cela donne une très jolie couleur qui égaye les plateaux apéro. J’ai d’ailleurs renforcé encore le jaune avec une touche de curcuma. Évitez juste de faire un mélange de trois couleurs ou vous obtiendrez une tartinade toute marron moins jolie!

Poivronade jaune

  • 2 beaux poivrons jaunes grillés natures
  • 35 g de mascarpone
  • 1 gousse d’ail
  • 1 filet d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de vinaigre de cidre
  • 1/2 c. à c. de curcuma
  • Sel et poivre blanc
Préchauffez votre four à 240°C. Coupez les poivrons en 2 , enlevez la partie blanche interne, les pépins et la queue. Mettez les poivrons coupés en 2 au four. Enfournez pour 30 minutes.
A partir de 20 minutes de cuisson, surveillez les poivrons pour les retirer dès qu’ils seront noirs et boursoufflés. Laissez ensuite refroidir dans un plat couvert d’un film plastique ou d’un couvercle, et ensuite épluchez.
Tout mixer.

Crackers au caviar d’aubergine et feta

Aujourd’hui, je vous propose de réaliser une petit recette qui fleure bon l’ail la Méditerranée…
Le caviar d’aubergine, aussi appelé baba ghanoush, est un mezze très consommé dans la cuisine libanaise. Tout comme les tapenades et autres tartinades de légumes, j’adore en faire tout au long de l’été. Bah oui, qui dit été, dit apéros à gogo, et il faut bien éponger l’alcool! La version que je vous propose aujourd’hui n’est pas une version libanaise authentique mais plutôt « ma » version du caviar d’aubergines. J’y ai notamment mis de la purée de noisettes à la place de la traditionnelle pâte de sésame. cela donne un goût très sympa qui change un peu!
C’est un peu une double recette que je vous propose ici, car plutôt que de servir mon caviar d’aubergines avec du pain frais, j’ai choisi d’en faire une jolie présentation apéritive en déposant des cuillers de caviar sur des crackers puis en décorant l’ensemble de fêta.
Hop, on tartine tout ça et on obtient des petites merveilles à grignoter! Ces crackers sont un vrai délice et offrent une explosion de saveurs en bouche. Une fois de plus, les meilleures recettes sont souvent les plus simples!
Le caviar d’aubergines peut se conserver couvert au réfrigérateur pendant plusieurs jours. Alors, pour changer des éternels biscuits apéro, cacahuètes et autres biscuits en tous genre, laissez-vous tenter!
 

Crackers au caviar d’aubergine et feta

Pour le caviar d’aubergines
  • 1 aubergine moyenne ou 3/4 d’une grosse aubergine
  • 1 large gousse d’ail, écrasée or finement émincée
  • le jus d’un citron
  • 2 c. à s. de purée de noisettes
  • 4 c. à s. de sésame
  • 1 c. à c. d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de coriandre fraîche
  • 1 c. à s. persil
  • Huile d’olive
  • Sel
Pour le service
  • 1 paquet de crackers triangulaires
  • 1 pot de fêta aux herbes de Provence
Pour le caviar d’aubergines :
Préchauffez le four en mode gril et placez la plaque du four le plus haut possible.
Coupez votre aubergine en tranches, saupoudrez-la de sel  et placez-la dans une passoire dans l’évier pour égoutter l’excès de liquide.  Au bout de 10 minutes, rincez  et séchez l’aubergine .
Déposez les tranches sur une plaque à pâtisserie et arrosez-les avec de l’huile d’olive et une pincée de sel.
Mettez à rôtir pendant 5 à 10 minutes, en les retournant une ou deux fois, jusqu’à ce que l’aubergine soit ramollie et dorée des deux côtés.
Retirez du four, empilez et enveloppez les tranches dans du papier d’aluminium et laissez reposer 5 minutes. Retirez la plupart de la peau de l’aubergine et mettez la chair dans un robot culinaire.
Ajoutez le jus de citron, l’ail, la pâte de noisettes, une pincée de sel et mixez jusqu’à obtenir consistance crémeuse. Ajoutez les herbes en dernier et mixez à nouveau pour incorporer.
Pour le montage
Déposez une cuiller de caviar d’aubergines sur crackers puis 1/2 cube de feta dessus.

Cannelés au chorizo, courgettes et emmental

Les cannelés sucrés sont un de mes pêchés mignons, que je ne me suis pas encore risquée à en réaliser maison! J’ai pourtant acheté des moules exprès il y a plusieurs années, mais allez savoir pourquoi, je n’ai jamais fait de vrais cannelés avec! Je me contente de les utiliser pour faire des petits cakes apéro à l’occasion. Il va vraiment falloir que je me lance!
En attendant, j’ai flashé sur des cannelés salés sur le blog Art de vivre. Les cannelés salés que j’avais faits par le passé étaient simplement des cakes en forme de cannelés, alors qu’ici la texture s’approche vraiment d’un cannelé, avec le côté plus cuit à l’extérieur et fondant à l’intérieur. Autant vous dire que c’est un régal et que je les aurais tous engloutis avant que les invités n’arrivent si j’avais osé! Mais j’ai bien fait de les servir, car ces petits cannelés au chorizo ont été dévorés en moins de deux! Bref, je vous conseille d’essayer, vous allez faire des heureux lors de votre prochain apéro !
Je n’ai pas changé grand chose par rapport à la recette originale, j’ai simplement râpé la courgette et modifié les herbes utilisées. Pour la cuisson, j’ai un four à chaleur tournante très violent, et mes cannelés étant de taille normale, je les ai donc cuits 30 minutes en chaleur tournante puis 15 minutes avec uniquement la chaleur venant du bas (comme un four traditionnel pour éviter qu’ils ne brûlent avant d’être cuits au cœur  Si vous avez un four normal, rien de compliqué, cuisez les 45 minutes et le tour sera joué! Si vous avez des moules à mini cannelés, 30 minutes suffiront puisque la préparation cuira plus vite à cœur. Pendant la cuisson, ne paniquez pas si le mélange bouillonne avec le gras du chorizo, ou si le dessus noircit. Les cannelés vont être très cuits à l’extérieur, c’est le principe du cannelé. N’arrêtez pas la cuisson avant la fin, sinon l’intérieur serait insuffisamment cuit.
Si vous ne connaissez pas le blog Art de vivre, je ne peux que vous recommander d’aller y jeter un œil ! Il est bourré de recettes pleines de saveurs plus appétissantes les unes que les autres!
   
Pour obtenir de beaux cannelés, il existe des moule en silicone (c’est ce que j’ai) mais pour obtenir la texture parfaite et bien grillée au tour, rien de mieux que les moules en métal comme ceux- ci :
P.S. : Si vous aimez comme moi le chorizo et l’apéro, essayez aussi ces petits palmiers au chorizo, régalade assurée!

Cannelés au chorizo, courgettes et emmental

  • 50 cl de lait demi-écrémé
  • 60 g de beurre
  • 100 g de farine
  • 1 œuf
  • 1 jaune d’œuf
  • 130 g d’emmental râpé
  • 1 c. à c. d’herbes de Provence
  • 70 g de chorizo coupé en petits dés
  • 40 g de courgette crue
  • Sel, poivre
Préparez vos dés de chorizo et râpez la courgette.
Fouettez l’œuf et le jaune d’œuf dans un bol. Ajoutez la farine et mélangez. Réservez.
Versez le lait dans une casserole avec le beurre , portez à ébullition. Retirez du feu, salez et poivrez.
Préchauffez votre four à 210°C.
Versez le lait sur le mélange œuf/farine par petites quantités et mélangez progressivement.
Ajoutez le fromage râpé, les dés de courgettes et de chorizo et les herbes de Provence et mélangez.
Versez la pâte dans les moules.
Enfournez 45 minutes pour les grands cannelés et 30 minutes pour les petits.  Vous pouvez déguster chaud ou froid.
Source d’inspiration :

Bricks aux sardines et brebis

Pour une entrée gourmande ou pour un repas léger, partez en vacances avec ces délicieuses bricks farcies aux sardines à l’huile et aux œufs !

La sardine, j’en mettrais partout si je pouvais, j’en suis fan absolue. La sardine fraîche est délicieuse quand on en trouve, mais la sardine en boîte a plein d’atouts également ! Elle est bourrée d’oméga-3 qui combattent le mauvais cholestérol et surtout, c’est vraiment super bon !

Personnellement j’en ai toujours dans mon placard pour les repas improvisés et c’est pourquoi j’ai été ravie quand j’ai pu tester les Sardinettes Gonidec grâce au site Cuisine à l’Ouest.

On peut en faire de délicieuses tartinades, ou encore les mettre dans des pâtes , ou dans une salade de pommes de terre… Les possibilités sont infinies !

Si comme moi vous adorez les sardines, testez vite ces petits bricks , vous en redemanderez. Ce petit plat est gourmand et ultra croustillant, nul doute qu’il ravira vos convives… Au final, j’ai trouvé que c’était vraiment une super façon d’utiliser les sardines en boite et je referai cette recette à coup sûr !

Cette recette participe à l’opération organisée par :

Avec les sardinettes Gonidec

 

Bricks aux sardines et brebis

Pour 4 bricks

  • 4 feuilles de brick
  • 4 œufs
  • 2 petites pommes de terre (175 g)
  • 1/2 oignon
  • 6 olives noires
  • 50 g de fromage de brebis
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 boîte de sardinettes
  • 1 c. à s. de persil haché
  • 1 c. à s. de coriandre hachée
  • 1 pincée de gingembre
  • 1/2 c. à c. de cumin
  • 1/2 c. à c. de zestes de citron
  • 1 pincée de coriandre séchée
  • 1 pincée d’ail semoule
  • 1 pincée de piment de cayenne
  • 1/2 c. à c. de harissa
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Pelez et faites cuire les pommes de terre à l’eau une vingtaine de minutes. Refroidissez–les à l’eau froide et coupez-les en petits cubes.

Coupez le fromage en dés.

Hachez l’oignon, la coriandre, le persil, et les olives. Enlevez l’arête dorsale des sardines et émiettez-les grossièrement.
Mélangez tous les ingrédients sauf les œufs en écrasant un peu. Salez, poivrez.

Déposez le mélange sur 4 feuilles de brick bien au centre. Faites un puits en centre du mélange et déposez-y un œuf délicatement. Rabattez-les 4 côtés des bricks pour obtenir un carré et retournez-les. Faites chauffer l’huile dans une poêle.

Faites cuire les bricks deux par deux des deux côtés quelques minutes jusqu’à ce que les bricks soit dorés et croustillants.