Archives par mot-clé : sauce

Spécialité des Etats-Unis : onion rings

Je ne crois pas vous avoir déjà parlé de mon amour pour les onion rings! Il était temps de réparer cette grossière injustice! Pour être honnête, je les adore pour leur côté croustillant, pour leur goût d’oignon, mais aussi (surtout) parce qu’ils font un support parfait pour la sauce barbecue. Pour moi, les onion rings sont totalement indissociables de la sauce barbecue!
Je suis sûre que vous serez tous d’accord avec moi pour dire que les onion rings sont délicieux quand ils sont faits maison et frits juste avant le service… C’est donc ce que j’ai essayé de faire, en réalisant une recette traditionnelle américaine. Le résultat a dépassé nos espérances, c’était un véritable régal, mais… ça prend un certain temps! Je me suis souvent demandé pourquoi les restaurants de burgers proposent rarement des onion rings alors que c’est un complément ou un remplacement parfait aux frites. Après en avoir fait à la maison, je peux maintenant dire que les onion rings demandent beaucoup plus de travail!
Pour réussir vos onion rings, c’est moins sorcier qu’il n’y paraît par contre. D’abord, vous devez acheter des oignons bien grands pour former de beaux ronds. Tranchez-les bien épais, environ 1/2 centimètre d’épaisseur voire un peu plus.
Farinez bien vos oignons pour aider la pâte à adhérer, et assaisonnez votre chapelure pour donner ce petit truc en plus à votre recette!
Ensuite, il vous suffira de vous armer de patience pour enrober chaque cercle d’oignon dans la pâte et dans la chapelure, puis pour frire l’ensemble de petites quantités à la fois!
  
P.S. : Si vous aimez picorer des petites douceurs frites, essayez aussi ce babybel pané au chorizo!

Onion rings

  • 1 gros oignon
  • 125 g de farine
  • 1 c. à c. de baking powder ou de levure chimique
  • 1 c. à c. de sel
  • 1 œuf
  • 12 à 25 cl de lait, ou au besoin
  • 100 g  de chapelure sèche
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • Huile de friture


Faites chauffer l’huile dans une friteuse à 185° C.
Coupez les oignons en rondelles d’1/2 cm, puis séparez les différents anneaux de chaque rondelle sans les casser.

Dans un petit bol, mélangez ensemble la farine, le paprika, la levure chimique et le sel.

Trempez les tranches d’oignon dans le mélange de farine jusqu’à ce qu’ils soient tous bien enrobés.

Fouettez l’œuf et ajoutez-le à la farine restante. Versez-y le lait progressivement en mélangeant au fur et à mesure à l’aide d’une fourchette. Il faut obtenir une pâte liquide mais pas trop.

Trempez les anneaux farinés dans la pâte pour bien les enrober, puis déposez-les sur une grille pour lisser le surplus de pâte s’écouler.
Déposez la chapelure dans une assiette. Trempez-y les anneaux un par un en les enrobant bien.
Faites frire les anneaux en plusieurs fournées pour ne pas trop charger la friteuse, pendant 2 à 3 minutes, jusqu’à ce que les anneaux soient bien dorés. Retirer de l’huile, déposez sur du papier absorbant pour ôter l’excédent d’huile. Salez et poivrez et servez.
Source d’inspiration :

3 variantes de mini hot-dogs

J’ai cette étrange obsession des hot-dogs (et des burgers et des pizzas, vous le savez sans doute). Même si j’aime manger varié, même si j’adore les légumes, rien ne me fait plus saliver que de penser au parfum de mes prochains hot-dogs… Le mariage du pain brioché avec les saucisses, les sauces ou encore le fromage me fait baver d’envie! Ces 3 mini hot-dogs ne seront donc pas une surprise pour ceux qui me connaissent! Quand j’ai pensé « mini hot-dogs », je me suis dit : puisque c’est petit, on va pouvoir tester plus de parfums!
Je vous propose donc 3 variantes toutes aussi bonnes les unes que les autres, faciles à faire et très économiques aussi, puisque vous pouvez facilement adapter ces variantes avec des éléments que vous avez déjà dans votre frigo!
Les mini hot-dogs font de parfaits amuse-bouche lors d’un apéritif dînatoire, et ils sont toujours un succès avec les enfants (et les grands enfants comme moi aussi) à toutes les fêtes, apéros ou soirées télé possibles et imaginables. Si vous avez des enfants capables de cuisiner sans manger le fromage au lieu de le mettre dans le pain, ils peuvent facilement être mis à contribution pour préparer cette recette.
Alors que vous ayez un apéro ou une soirée télé en prévision, rien de plus simple, faites chauffer vos saucisses et à vous la soirée mini hot-dogs!
P.S. : Si vous êtes accros aux mini-hot dogs, j’en ai d’autres à la sauce sriracha par ici!

Mini hot-dogs

Classique aux oignons marinés
Pour 6 mini hot dogs
  • 6 mini buns à hot dog ou navettes
  • 6 saucisses cocktail
  • 3 petits oignons au vinaigre
  • 1 c. à s. de moutarde jaune américaine
  • 1 c. à s. de ketchup
  • 30 g de cheddar râpé
Bacon
Pour 6 mini hot dogs
  • 6 mini buns à hot dog ou navettes
  • 6 saucisses cocktail
  • 3 tranches de poitrine fumée
  • 1 c. à s. de moutarde mi forte
  • 1 c. à s. de sauce barbecue

Chili dog
Pour 6 mini hot dogs
  • 6 mini buns à hot dog ou navettes
  • 6 saucisses cocktail
  • 3 c. à s. de haricots rouges
  • 2 c. à s. de coulis de tomate
  • 1/2 c. à c. de vinaigre balsamique
  • 1 c. à s. de thym
  • 1 c. à s. de piment de Cayenne
  • 1 c. à s. de paprika
  • 2 c. à s. de cumin
  • 30 g de cheddar râpé
  • Sel, poivre

Classique aux oignons marinés
Préchauffez votre four à 180°C. Fendez vos pains à hot-dogs et tartinez-les avec la moutarde et le ketchup, déposez un demi-oignon au vinaigre dans chaque pain.
Faites chauffer vos saucisses cocktail à la poêle et ajoutez-les dans les pains. Déposez les hot-dogs sur une plaque allant au four et enfournez pour 2 à 3 minutes en mode grill, jusqu’à ce que le pain soit un peu tiède et le fromage fondu.
Bacon
Préchauffez votre four à 180°C. Fendez vos pains à hot-dogs  et déposez-les sur une plaque allant au four et enfournez pour 2 à 3 minutes en mode grill. Pendant ce temps enroulez les saucisses cocktail dans une demi tranche de poitrine fumée et maintenez avec un cure-dents. Faites cuire vos saucisses cocktail à la poêle. Sortez vos pains du four et tartinez-les avec la moutarde et la sauce barbecue.
Quand les saucisses sont dorées, enlevez les cure-dents et ajoutez-les dans les pains
Chili dog
Dans un bol, mélangez les haricots rouges, le coulis de tomates, le vinaigre balsamique, les herbes et épices. Préchauffez votre four à 180°C. Fendez vos pains à hot-dogs et tartinez-les avec le mélange aux haricots rouges.
Faites chauffer vos saucisses cocktail à l’eau ou au micro-ondes et ajoutez-les dans les pains. Déposez les hot-dogs sur une plaque allant au four, saupoudrez de cheddar râpé et enfournez pour 2 à 3 minutes en mode grill, jusqu’à ce que le pain soit un peu tiède et le fromage fondu.

Spécialité de Russie : Salade Olivier ou salade russe

Cette recette n’est pas innocente, car c’est pour moi l’occasion de vous annoncer que j’ai réservé mes vacances de cet été direction… La Russie! Je suis folle de joie et il me tarde tellement de boire des vodkas découvrir la place rouge que je sautille partout depuis que nos billets sont réservés! Pour fêter ça, je vous propose donc une petite recette russe, nul doute que je vous en partagerai plein d’autres à mon retour! En attendant je vais déjà vous raconter l’histoire de cette fameuse salade!
  
La salade russe, appelée « salade Olivier » en Russie et dans d’autres pays, est une salade composée de dés de légumes accompagnée de mayonnaise. En quelques sortes, c’est la macédoine russe, mais elle me plaît beaucoup plus que notre macédoine! Elle fait partie des traditions culinaires russes et là-bas, on la sert à l’occasion de toutes les grandes fêtes de famille, particulièrement le Jour de l’an.
Passons à la petite page histoire, car cette salade en a une! Elle a été inventée dans les années 1860 par Lucien Olivier, chef belge d’un célèbre restaurant moscovite de l’époque. Ce plat est rapidement devenu très prisé par les habitués du lieu et sa renommée a vite dépassé les frontières du restaurant.
La recette exacte était le secret du chef Lucien Olivier, mais on raconte que son assistant, Ivan Ivanov, parvint un jour à l’éloigner de sa cuisine et à noter la mise en place des aliments pour en déduire la composition du plat et de sa sauce.
Le vil et mesquin Ivanov se fit alors engager comme chef dans un autre restaurant où il proposa la « stolichnyj », une salade proche de celle d’Olivier… Mais les gourmets notèrent que la sauce n’était pas aussi bonne. On sait que celle d’Olivier était une sorte de mayonnaise, faite avec du vinaigre, de la moutarde et de l’huile d’olive, mais personne n’en connaît les proportions exactes.
Ivanov vendit sa recette à diverses maisons d’édition ce qui explique sa célébrité. Les ingrédients rares, coûteux ou difficiles à préparer ont été progressivement remplacés par des denrées moins chères et plus facilement accessibles, notamment pendant la révolution russe, jusqu’à devenir aujourd’hui une recette de tous les jours.
 
P.S. : Si vous voulez déouvrir la cuiisne russe, testez aussi le boeuf stroganov, un plat que j’adore!

Salade russe

  • 200 g de salami
  • 125 g de pommes de terres cuites
  • 2 c. à s. de petits pois cuits
  • 1 carotte cuite
  • 100 g de mayonnaise
  • 125 g de pickles
  • 1 c. à s. de moutarde
  • Sel, poivre
Coupez le salami, la carotte et les pommes de terre en petits dés, émincez grossièrement les pickles. Dans un bol, mélangez l’ensemble des ingrédients. Salez et poivrez à votre convenance et gardez au frais jusqu’au moment de servir.

Un petit concours pour fêter les beaux jours!

Pour fêter les beaux jours qui approchent (ou presque), je vous propose un petit jeu concours pour remporter un coffret de produits culinaires ! Cette fois-ci, j’ai choisi de vous composer un coffret sur le thème de l’Italie et des pâtes, un thème que j’avais déjà proposé et qui avait beaucoup plu!
 

Je vous ai donc concocté un nouveau coffret plein de produits culinaires sympa à gagner :

– un livre « Pasta »
– des spaghettis au poivron
– des pâtes « rosmarino »
– des canneloni
– de l’huile d’olive à l’ail
– des piments entiers
– une sauce au basilic
– un doseur à spaghetti
  

 

Pour participer, c’est super simple!Il vous faudra poster un commentaire directement sur cet article pour m’indiquer que vous participez!
Ensuite, je vous propose une chance supplémentaire pour chaque réseau social où vous me suivez ( que ce soit Hellocoton, Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest ou un autre dont j’ignorerais l’existence!)
Dans ce cas dites-moi juste dans votre message sur quel réseau vous me suivez, et donnez moi votre pseudo si ce n’est pas le même que dans le commentaire que je sache que c’est la même personne et que je puisse valider votre chance en plus!
Les réseaux sociaux vous offrent des chances en plus mais ne sont pas obligatoires, la seule obligation est le  commentaire sur cet article!
Le concours démarre maintenant et durera jusqu’au 8 avril en début de soirée!
 

Soupe au welsch

Avis aux amateurs de cheddar et de bière! Vous savez sans doute que j’aime beaucoup la bière, et si j’aime la boire, j’aime aussi l’utiliser en cuisine!  Cela fait une excuse pour finir la bouteille pendant que le plat mijote!
Cette soupe est une super occasion de boire un gros bol de fromage fondu. Entre le cheddar et la bière, dans cette soupe, on retrouve vraiment le goût caractéristique du welsch, un de mes plats de brasserie préférés! Avec la Saint Patrick qui approche, c’est le moment idéal pour réaliser cette petite soupe!
La soupe à la bière est une spécialité régionale d’Alsace-Moselle qui existe depuis siècles. On la consomme également dans le Nord, mais aussi en Belgique, en Allemagne, en République Thèque ou encore aux États-Unis.
A l’origine en Europe, elle était tout autant un plat du pauvre qu’un plat servi aux nobles ou au clergé. En effet, les abbayes la confectionnaient et la servaient en hiver à la façon d’un grog pour ses vertus hygiéniques et médicinale. Ici ce n’est pas une version particulièrement traditionnelle que je vous propose, mais simplement celle que j’aime faire!
Cette soupe est très riche, crémeuse et vraiment délicieuse. Si vous voulez en faire une version encore plus gourmande, ajoutez y des morceaux de lard revenus à la poêle… Régal assuré!
 

Soupe au welsch

  • 15 g de beurre
  • 1 oignon émincé
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 4 c. à s. maïzena
  • 25 cl de bière pils (stella, 1664, Heineken)
  • 1 litre d’eau
  • 2 cubes de bouillon de volaille
  • 10 cl crème liquide
  • 280 g de cheddar
  • 1 c. à s. de moutarde en poudre ou de graines de moutarde
  • 1 c. à c. de Worcestershire Sauce
  • Sel

Commencez par faire fondre le beurre à feu moyen. Ajoutez l’oignon et l’ail et faites-les cuire 3 à 4 minutes. Ajoutez la farine dans la casserole et remuez.

Ajoutez alors la bière et le bouillon. Laissez la soupe chauffer jusqu’à avoir une ébullition légère. Baissez alors le feu à doux et ajoutez la crème liquide et le fromage. Laisser le fromage fondre complètement, puis ajoutez la moutarde en poudre ou en graines et la sauce Worcestershire.

Passez votre soupe au mixeur. Salez et poivrez si besoin.

 
Source d’inspiration :
http://www.keyingredient.com/recipes/590945713/beer-cheese-soup/

Mes idées autour du bagel

Je ne sais pas vous mais moi j’adore les bagels! Impossible de dire si c’est leur look ou leur mie bien épaisse qui me plait, mais j’avoue que quand j’en trouve, j’adore en acheter ou en commander au restaurant pur changer du classique burger! Si à la base, le bagel se consommait beaucoup avec du cream cheese et du saumon fumé, il y a plein d’autres manières de les utiliser. Pour compenser le fait u’avec son trou central, on en mange moins, je vous propose des recettes ultra gourmandes et copieuses à faire avec ce délicieux pain!

Bagel burger sauce aux tomates cerises

bagel-burger-poulet-tomate-cerise-2

Bagel Burger Classique Culinaire

burger-bagel-luxe

Bagel burger au poulet et Rocamadour

burger-bagel-poulet-miel-2

Sriracha Bagel Burger

bagel-burger-sriracha-2

Mini bagels apéritifs

mini-bagels-aperitifs-3

Bagel in a hole saumon avocat

bagel-hole-saumon-avocat-2

Huevos rancheros taco bowl

Une belle assiette de huevos rancheros est un peu un repas « joker » pour moi, un repas savoureux que je peux faire régulièrement sans jamais me lasser. Ma précédente version maison préférée dispose d’une sauce à l’avocat crémeux et haricots noirs épicés et elle est franchement trop bonne.
Aujourd’hui c’est une variante végétarienne que je vous propose. Elle constitue un petit déjeuner délicieux, copieux et sain qui se prêtera très bien à un repas du soir également!
C’est le genre de plat végétarien tellement varié et parfumé que même les mangeurs de viande peuvent l’apprécier.
Cette recette peut être faite en moins de 30 minutes, elle est donc parfaite un week-end de brunch « paresseux ». Si comme moi, vous avez toujours une boîte de haricots rouges et des galettes de blé au fond du placard pour les urgences tex-mex (oui, ce genre d’urgence existe), alors vous pouvez improviser ce plat n’importe quand sans faire de courses!
La recette fonctionne bien sûr avec des haricots secs, mais j’aime que mes brunchs ne me demandent pas trop d’anticipation ou de temps en cuisine!
Cette version est vraiment fun car elle est servie dans des bols faits de tortillas, une idée vue à droite à gauche sur Internet et que je n’avais jusqu’à maintenant pas eu l’occasion de tester. C’est finalement facile à faire, et le  résultat visuel est top! Même si certains sont d’abord perplexes sur la manière de manger ce plat sans en mettre partout, il suffit de se lancer et tout se passe bien!
 

 Huevos rancheros taco bowl

Pour les haricots
  • 400 g de pulpe de tomate
  • 1 c. à s. d’huile
  • 1 gousse d’ail
  • 1 oignon moyen
  • 1 poivron rouge
  • 1 boîte de 400 g de haricots rouges
  • 1/2 c. à c. de cumin
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • Sel, poivre
Pour servir
  • 4 œufs
  • 4 tortillas de blé
  • 4 c. à s. de maïs, rincés et égouttés
  • 1 c. à s. de coriandre
  • 60 g de feta
  • 1/2 oignon rouge
Préchauffez le four à 180° C.
Hachez grossièrement l’oignon. Chauffez l’huile végétale dans une poêle à feu moyen et faites revenir l’oignon, l’ail et le poivron environ 5-10 minutes.
Versez la sauce tomate et les haricots, le cumin et le paprika. Laissez mijoter pendant 10 minutes et réservez au chaud.
Tapissez une feuille d’aluminium autour d’un bol qui est approximativement de la taille que vous voulez donner à votre bol de tortilla, de manière à modeler un bol en aluminium.
Micro-ondez les tortillas pendant 30 secondes. Mettez une tortilla dans le bol couvert d’aluminium, démoulez l’ensemble pour prendre la tortilla avec l’aluminium et recommencez pour chaque tortilla. mettez les tortillas maintenues par l’aluminium à cuire au four pendant 10 minutes ou jusqu’à coloration dorée en surveillant bien. Retirer les tortillas du bol d’aluminium et laissez-les refroidir.
Chauffez un peu d’huile végétale dans une poêle et faites cuire 4 œufs au plat.
Dans chaque bol déposez le mélange aux haricots rouges encore chaud, une cuiller de maïs, la feta, l’oignon rouge, un œuf, la coriandre fraîche hachée.

Pizza poulet curry

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas proposé une petite recette concoctée par mon homme… Comme vous le savez peut-être déjà, c’est lui qui manie la friteuse à la maison, et une grande majorité des cuissons des viandes, il est notamment passé maître des paupiettes l’an dernier! Côté pizzas, on se partage la tâche. Cela dépend de l’inspiration de l’un ou de l’autre, ou de sa motivation, du genre :

– Lui : Je mangerais bien des pizzas ce soir!

– Moi:  Ah oui mais non, j’ai déjà prévu un excellent ragoût de tofu sans gluten et sans saveur hypocalorique! (OK, ce n’est pas crédible).

– Lui : Bon, et si c’est moi qui cuisine?

– Moi :  (Après deux secondes de pseudo hésitation) Allez d’accord, je prendrai 2 pizzas XXL, une double fromage et une curry avec supplément poulet! 

Voilà comment au final, on ne mange jamais sans gluten et hypocalorique, et comment parfois, je ne fais pas à manger !

pizza-poulet-curry-

Mon homme est un très bon cuisinier lui aussi, et je dois dire que ses pizzas sont plutôt du genre canon. Parmi toutes celles qu’il m’a faites, celle-ci est au sommet du top du haut du panier, c’est pour dire! Je suis une fan de curry insatiable, évidemment ça joue, mais cette pizza, tout en n’étant pas trop riche, est un vrai festival de saveurs complémentaires et parfaitement bien dosées! Rien que ça!

pizza-poulet-curry-2

Pizza poulet curry

  • 1 pâte à pizza
  • 50 g de fleurettes de brocoli
  • 30 g de poivron vert
  • 30 g de pommes de terre bien cuite
  • 1 pincée de paprika
  • 1 pincée de thym
  • 30 g de mozzarella râpée
  • Sel, poivre

Pour la sauce curry

  • 1 yaourt brassé nature
  • 1/4 de c. à c. de pâte de curry rouge
  • 1 c. à c. de curry en poudre
  • 1/2 c. à c. de coriandre fraîche hachée
  • 1 c. à s. de mayonnaise
  • Sel, poivre

Pour le poulet

  • 100 g de poulet rôti
  • 1 pincée de thym
  • 1 pincée de curry
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Faites revenir le poivron et le brocoli 5 minutes à la poêle avec une cuiller d’huile, du sel, du poivre, la paprika et le thym.

Faites mariner le poulet dans une cuiller a soupe d’huile d’olive avec du sel, du poivre, 1 pincée de thym, une pincée de curry.

Faites la sauce au curry en mélangeant tous les ingrédients dans un bol.

Préchauffez le four à 180°C.

Étalez la sauce , puis disposez le brocoli et le poivron, la pomme de terre et le poulet, Saupoudrez de fromage râpé.

Mettez 10 minutes au four.

pizza-poulet-curry

Navets au saké

Lorsqu’on ne vit pas au Japon (comme moi) et qu’on essaye de cuisiner des recettes japonaises (comme moi aussi), les ingrédients peuvent être parfois un problème. Bien sûr, on trouve de la sauce soja partout, et des feuilles d’algue nori à peu près facilement au rayon cuisine du monde du supermarché, grâce à la popularité croissante de la nourriture asiatique en général et de la cuisine japonaise en particulier.
  
Mais quand on part vers le mirin ou le saké, ça se complique déjà un peu! Et là où ça devient vraiment le parcours du combattant, c’est quand il faut trouver des produits frais de là-bas! Il existe par exemple au Japon un légume racine nommé le gobo, que l’on traduit chez nous par grande bardane. Je n’en ai jamais vu dans un seul magasin, et pourtant nous avons un grand choix d’épiceries asiatiques! Je ne crois pas non plus en avoir vu à Paris dans le quartier chinois, mais j’y vais moins souvent donc je ne suis pas sûre, il faudra que je vérifie.
En attendant, j’avoue que je me jette sur les recettes japonaises ou japonisantes quand celles-ci ne demandent que de simples ingrédients que l’on trouve partout! C’est le cas ici puisque cette recette est à base de navets, que l’on trouve facilement et dont je ne sais jamais quoi faire en prime!
Dans cette recette, on accentue la douceur naturelle du navet avec une touche de sucre. Le seul ingrédient un peu compliqué à trouver sera peut être pour certains le saké. Si besoin vous pouvez le remplacer par un alcool blanc ou alcool de fruit dilué dans de l’eau pour en diminuer le degré alcoolique, du vinaigre de riz, ou encore un vin blanc sucré. Il faut savoir que le saké n’apporte qu’une saveur subtile et légèrement sucrée, vous pouvez donc sûrement le supprimer totalement, surtout dans une recette où il en faut aussi peu!

Ces navets sont franchement une super découverte! Moi qui n’ai pas d’attrait particulier pour ce légume, je m’en suis régalée!

P.S. : Pour un repas japonisant et léger, vous pouvez également tester cet avocat caramélisé, une super découverte pour moi!

Navets au saké

  • 2 navets épluchés et coupés en dés
  • 1 c. à s. de saké
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 gousse d’ail
  • 1 pincée de sucre
  • 1 c. à c. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de coriandre fraîche
Mélangez le saké, la sauce soja, l’ail écrasé, le sucre.  Saisissez le navet dans l’huile à feu vif 5 minutes. Ajoutez le mélange à la sauce soja, prolongez la cuisson de 5 minutes. Ajoutez la coriandre et servez.

Purée de petits pois, scones aux pommes de terre et sauce pistache

La semaine dernière je vous ai parlé du superbe livre de Cléa, Recevoir en bio, que j’ai eu la chance de recevoir grâce au site Natura Sense.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette boutique en ligne, Natura Sense propose plein de produits qui tournent autour du bien-être et de la santé par l’alimentation. Vous y trouverez notamment des extracteurs de jus, des robots… Et une super sélection de livres qui tournent autour du bio, de l’alimentation bien-être, de la déshydratation des aliments… De quoi apprendre à mieux s’alimenter et préparer ses produits !
J’avais choisi ce livre de Cléa parce qu’au-delà du fait qu’il est très graphique et visuellement réussi, il aborde un thème qui me tient à cœur. Quand on essaye d’avoir une alimentation saine, et aussi de réduire sa consommation de viande et de poisson, cela peut sembler difficile de préparer un repas en accord avec ces principes quand on reçoit, surtout pour les fêtes traditionnelles, comme Noël où tout le monde attend la dinde farcie à table!
Après avoir lu le livre de Cléa et parcouru les recettes, je dois dire que c’est mission accomplie. Franchement, même un carnivore endurci ne remarquerait pas forcément l’absence de viande à table tant ses menus font diversion par diverses techniques !
Il me tardait donc de tester une recette de son livre pour découvrir si en plus d’avoir des idées attirantes, celles-ci étaient bonnes à manger…
J’ai choisi une recette avec des ingrédients simples, comme beaucoup dans ce livre je vous rassure, à base d’un légume que j’adore : les petits pois !
J’ai adapté un ou deux détail de sa recette pour la rendre plus simple à réaliser et ajouter ma petite touche, mais je n’ai pas modifié les proportions.
Résultat des courses : comme je l’espérais, mon homme s’est régalé ! Pas à un seul instant il n’a suggéré que le repas manquait d’un bout de viande ou d’un œuf pour accompagner. Pas une fois il n’a reconnu les ingrédients « pour végétariens » comme la crème de soja ou la pâte de noix… Il n’a pas trouvé la purée plus fade que celles que je fais souvent au beurre ou à la crème fraîche, au contraire, il a adoré et en a redemandé!
On a eu un vrai coup de cœur pour la sauce à la pistache, originale, facile à faire et délicieuse ! Vous pouvez être sûrs que je la déclinerai dans d’autres recettes dès que possible ! Les scones étaient bien moelleux et gonflés, avec un petit goût de pois chiche très agréable.
Par rapport à la recette de base, J’ai remplacé cristaux d’huile de basilic de la purée par de la menthe séchée, et la purée d’amandes par de la purée de noix qui apporte du pep’s je trouve !
   

Purée de petits pois, scones aux pommes de terre et sauce pistache

 
Pour les scones
  • 125 g de pommes de terre cuite en purée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 40 ml de lait végétal
  • 2 œufs
  • 50 g de farine de pois chiche
  • 150 g de farine de blé
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 20 g de parmesan râpé
Pour la purée
  • 600 g de petits pois frais ou surgelés
  • 15 cl de crème liquide végétale
  • 2 c. à s. rases de purée de noix
  • 1 c. à c. de menthe séchée
  • Sel, poivre
 Pour la sauce
  • 1 yaourt de brebis ou soja
  • 2 c. à c. de purée de pistache
  • 2 c. à s. de pistaches broyées et torréfiées
  • Sel, poivre
Préparez les scones. A la fourchette, délayez la purée avec l’huile, le lait, les œufs. Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le parmesan et une pincée de sel. Ajoutez-y la préparation liquide et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Si la pâte colle, farinez légèrement.
Abaissez sur une épaisseur de 2 cm en un grand cercle, et coupez 8 parts triangulaires dedans.
Disposez sur une plaque de cuisson et faites cuire au four à 190°C pendant 18 minutes.
Pendant ce temps, faites cuire les petits pois 15 minutes dans de l’eau bouillante salée
Égouttez et mixez avec tous les autres ingrédients de la purée
Mélangez dans un petit bol les ingrédients de la sauce.
Servez la purée chaude avec deux scones tièdes par assiette et un peu de sauce.