Archives par mot-clé : pâtes

Bucketlist de janvier

 Photo Zach Dischner @FLickr
 
Je continue ma nouvelle catégorie inaugurée en décembre! Je vous partage donc mes coups de cœur et les projets qui me motivent chaque mois, ou si vous préférez ma « bucket list ». Je n’ai bien sûr pas réussi à faire tout ce qui était dans celle de décembre mais quand même ne partie donc je suis contente de moi! 
 
Nous voilà maintenant début janvier! Une nouvelle année démarre avec son lot d’envies et de rêves pour l’année à venir! Le mois de décembre est un mois de résolutions et de détox après les fêtes, mais c’est aussi un mois qui me déprime pas mal (tout l’hiver en fait), et c’est pour cette raison que j’essaie de me concentrer sur des objectifs positifs! Du coup ma bucket list est une fois de plus bien remplie! 

Ma bucket list de janvier :

 
– Envoyer ma fille une semaine en vacances chez les grands-parents et en profiter pour aller au ciné, au resto, dans les bars…
– Essayer une nouvelle recette de galette des rois
 
 
  Photo fugzu @FLickr
 
– Aller visiter l’expo Performances! au Tri Postal
– Refaire un stock de thés ayurvédiques 
– Améliorer ma connaissance des vins avec le MOOC accords mets/vins
 
  Photo Eric Gonzalez @FLickr
 
– Finir la saison 1 de Riverdale ( je sais, ce n’est plus de mon âge!)
– Commencer un livre reçu à Noël : Antispéciste d’Aymeric Caron
– Me faire un ou deux petits plaisirs durant les soldes
– Faire une cure de thé détox (je vous en parle ici)
 
 
Et vous, qu’avez vous en projet pour le mois de janvier?  

Happy new year!

Photo Jay Huang @Flickr
 
Voilà venu le moment de vous souhaiter une très bonne année ! Quels que soient vos souhaits, vos envies, j’espère que cette année sera  à la hauteur de vos rêves les plus fous! 
 
J’adore la tradition des résolutions, et vous? J’ai l’impression que tout le monde en prend, et malheureusement, tout le monde ou presque les brise au bout d’un mois. À tel point que quand je veux vraiment me tenir à une nouvelle habitude, je fais attention de ne pas la démarrer en janvier. J’ai par exemple arrêté de fumer il y a 5 ans maintenant en plein mois de juillet, et je n’ai pas repris ! 
 
Chaque année, nous sommes de retour à la case départ et motivés à prendre de nouvelles résolutions intenables, et je n’échappe pas à cette règle. Même si je ne les tiens jamais, j’aime en prendre encore et encore. J’aime me dire que tout est possible et que je peux devenir encore plus comme j’ai envie d’être !
 
Avant de me pencher sur mes résolutions 2018, j’avais envie de faire un bilan de celles que j’avais prises en 2017. J’avais lancé un grand nombre de projets en tous genres côté cuisine, comme par exemple cuisiner des menus issus de mes livres de cuisine ou essayer de faire mon bouillon maison.
 
Photo Nana B Agyei @Flickr
 
Globalement, j’ai pu tenir un bon nombre de ces résolutions mais pas toutes. Mon bouillon attend encore, mais je ne désespère pas de le faire ! J’ai aussi trop peu cuisiné de recettes issues de mes livres de cuisine, au quotidien je privilégie souvent des recettes de blogs ou issues de mon cerveau détraqué. Je n’ai pas réalisé mes cocktails favoris non plus, mais j’en ai improvisé et inventé pas mal à base de ce que j’avais sous la main, car je ne voulais pas augmenter encore mes stocks! 
 
Maintenant, passons à 2018. De manière générale, on voit toujours un peu les mêmes résolutions apparaître chez tout le monde. Faire plus de sport, arrêter de fumer… J’ai d’ailleurs vu un article qui publiait le top 6 des résolutions pour 2017 et il n’y avait rien de bien surprenant :
 
– Être une meilleure personne
– Perdre du poids
– Faire plus d’exercice
– Dépenser moins et mettre de l’argent de côté
– Améliorer sa santé
– Manger plus sainement
 
De mon côté, j’ai envie d’axer mes résolutions sur le bien-être, la simplification et le désencombrement. Ce mot est un peu long mais il représente bien mon idée!
 
Mes résolutions 2018 seront moins précises et engageantes que les autres années, elles seront plutôt des lignes de conduite à appliquer au quotidien, de petits changements qui peuvent sembler simples mais me feront progresser sur la durée.
 
   Photo carrotmadman6 @Flickr
 

Être plus zen

Je ne suis pas stressée de nature mais ces dernières années, je me suis engagée dans beaucoup de choses, au point d’avoir un agenda de ministre. C’est stimulant mais je me rends compte que je ne sais plus vraiment me détendre et apprécier un moment de calme, je cherche toujours ce qu’il me reste à faire d’urgent. Voilà la tendance générale, le reste de mes résolutions étant culinaires puisque c’est de ça dont nous parlons sur ce blog !
 

Photo Masahiro Ihara @ Flickr

Cuisiner de saison

Je veux plus encore m’appliquer à respecter les saisons des produits et à en découvrir que je cuisine peu comme les choux en hiver ou les aubergines l’été.
 

Remplacer les produits industriels

Quand c’est possible, je veux remplacer les produits industriels par du fait maison, notamment pour la moutarde, les sauces, les pâtes à tarte…
 

Gaspiller moins dans la cuisine 

Déterminer comment réutiliser les restes d’un repas dans un autre est devenu l’un de mes défis de cuisine préférés. J’ai pris le réflexe de vérifier le frigo pour voir ce qui doit être utilisé avant de planifier mes repas pour la semaine, et de réserver le début de semaine à l’utilisation des du week-end. J’espère faire mieux l’an prochain et ne plus jamais être amenée à jeter un produit parce que je l’ai oublié dans le fond du frigo.
 

Photo Paul Downey @Flickr

Déstocker mes placards

Je stocke des dizaines d’épices, de condiments, de farines spéciales que j’accumule et adore utiliser, mais j’en achète de nouvelles plus vite que je n’utilise ce que j’ai déjà et cela doit changer, sinon je vais devoir louer une deuxième maison juste pour y entreposer mes stocks.
 

Être plus engagée

Je déteste l’idée d’être moralisatrice, mais après avoir été plutôt observatrice ces dernières années, j’ai envie de croire qu’agir peut changer les choses, et ce même à l’échelle d’une seule personne. Si chacun accepte de faire de petits gestes alors le monde s’améliorera, peu importe si la portée de chaque geste pris individuellement semble ridicule. Je veux notamment apporter ma pierre à l’édifice de la réduction des déchets, du bien-être animal, de modes de consommation plus équitables, et aller vers une vie plus naturelle. Je n’ai pas de plan d’action, mais nous verrons bien dans un an où cette idée m’aura menée!
 

 

Voilà en gros ce à quoi j’ai pensé pour m’améliorer l’an prochain! Et toujours, m’amuser, explorer, découvrir, bref m’éclater, en cuisine comme dans la vie !
 
Et vous, vous envisagez des résolutions ? Vous avez déjà choisi lesquelles?
 
 
 
 
 

Galette des rois rhubarbe frangipane

Cette année, à l’occasion de l’épiphanie, j’ai eu envie d’associer à la traditionnelle frangipane une saveur plus acidulée, un peu dans l’esprit de ma galette frangipane citron de l’an dernier, mais cette fois-ci avec de la rhubarbe.

Tout le monde n’est pas fan de rhubarbe. Je ne le suis pas moi-même pour tout vous dire! Mais j’ai de la rhubarbe dans le jardin, donc je réfléchis régulièrement à des nouvelles recettes qui en contiennent, comme mon crumble pommes rhubarbe amandes ou mon crumb cake à la rhubarbe. Avec le temps, j’ai appris à l’apprécier, surtout associée à d’autres saveurs, pour le contraste qu’elle permet d’apporter.

Cette galette aux amandes et à la rhubarbe permet justement un beau mariage entre la fraîcheur de la rhubarbe le moelleux et la douceur des amandes.

Nous avons tout aimé dans cette galette, sa saveur, sa texture, sa gourmandise… Je referai certainement une autre fois un mariage d’amande avec des saveurs acidulées car je suis désormais convaincue que cela fonctionne bien! J’ai trouvé l’ensemble bien équilibré, mais si vous préférez un gâteau plus doux, réduisez la quantité de rhubarbe et saupoudrez un peu plus de sucre dessus au départ.

Je n’ai pas fait la pâte feuilletée moi-même (un challenge pour 2018?) mais vous pouvez soit utiliser votre recette de pâte feuilletée préférée, soit acheter comme moi des pâtes toutes faites, en privilégiant la qualité et le pur beurre.

Je n’avais pas mis de fève dans ma galette car je savais que ma fille n’en mangerait pas, mais dès l’an prochain, j’en ajouterai une et je ferai en sorte qu’elle obtienne la fève! N’oubliez pas la vôtre! Vous pouvez trouver de jolies couronnes à imprimer et à colorier sur internet, et charger vos enfants de les décorer à leur goût.

 

Galette des rois rhubarbe frangipane

  • 300 g de rhubarbe
  • 40 g de sucre
  • 2 pâtes feuilletées

Pour la crème pâtissière

  • 250 g de lait
  • 1 œuf
  • ½ bouchon de rhum ambré
  • 40 g de sucre
  • 1 c. à c. d’arôme vanille
  • 20 g de maïzena

Pour la crème d’amandes

  • 100 g de beurre très mou
  • 80 g de sucre
  • 100 g d’amandes en poudre
  • 2 œufs
  • Quelques gouttes d’essence d’amande amère

Préparez la compote de rhubarbe. Épluchez la rhubarbe au couteau et coupez-la en tronçons d’environ 3 cm de long. Disposez la rhubarbe dans un saladier, saupoudrez-la de sucre et laissez mariner au frais pendant 1 heure.

Disposer la rhubarbe et une partie de son eau de macération (jetez le surplus d’eau mais sans aller jusqu’à presser la rhubarbe) dans une cocotte. Portez à ébullition, puis laissez cuire à feu très doux pendant environ 25 minutes, en mélangeant de temps en temps. Goûtez et rectifiez la teneur en sucre si la rhubarbe est très acide.
Retirez du feu et laisser refroidir.

Pendant ce temps, préparez la crème pâtissière. Faites chauffer dans une casserole le lait avec la vanille liquide et le rhum. Dans un saladier, mélangez au fouet l’œuf, le sucre et la maïzena. Ajoutez le lait chaud tout en mélangeant. Remettez le tout dans la casserole et faites cuire à feu doux jusqu’à épaississement de la crème. Laissez tiédir.

Préparer la crème d’amandes. Battez le beurre en pommade, ajoutez le sucre puis les œufs un à un. Incorporez ensuite les amandes et l’amande amère.

Réalisez la frangipane. Mélangez la crème pâtissière refroidie avec la crème d’amandes.

Montez la galette. Étalez le mélange frangipane sur la première pâte en laissant un bord de 2 cm environ tout autour, étalez dessus la compote de rhubarbe.

Étalez de l’œuf tout le pourtour de la pâte, couvrez avec
deuxième pâte, soudez les bords en pressant dessus avec une fourchette, couvrez le dessus du restant d’œuf battu, faites des stries pour décorer la galette.

Préchauffez le four à 180°C.
Enfournez durant 20 à 30 minutes en surveillant la coloration. La galette est prête lorsqu’elle a pris une belle couleur dorée.

Laissez tiédir ou refroidir avant de servir.

 

Pâtes à l’huile de truffe, crème au poivre et pecorino

Les recettes typiques de la cuisine romaine sont nombreuses. Qui n’a jamais mangé des fameux plats de pâte tels que les bucatini all’amatriciana, les penne all’arrabbiata, ou les spaghetti alla carbonara ?
 
Parmi toutes ces recettes ancestrales, je voulais parler d’une recette très simple mais délicieuse, relevée  comme il faut et qui se prépare en quinze minutes seulement : les spaghetti a cacio e pepe.  Si vous n’en avez jamais entendu parler, ne vous inquiétez pas, j’ai découvert ce plat assez récemment moi-même! A Rome, c’est un vieux favori, mais ce n’est pas le plat qui s’est le plus exporté à l’étranger.
 
 
C’est un plat qui se distingue par la simplicité : il contient peu d’ingrédients, il n’est pas cher et il est rapide à préparer.  Il doit sa renommée aux excellents fromages de brebis que l’on peut trouver en Italie et plus particulièrement au pecorino! Le Pecorino Romano est un fromage traditionnel italien à base de lait entier de brebis, à pâte pressée cuite. On peut l’utiliser un peu de la même façon que le parmesan, par exemple râpé sur des plats.
 
Pour obtenir des pâtes a cacio e pepe parfaites, il faut non seulement assaisonner les pâtes cuites avec le fromage râpé mais mélanger un peu d’eau de cuisson des pâtes, riche en amidon, avec le fromage, afin que ce denier fonde jusqu’à former une sorte de crème qui est la particularité de cette recette.
 
Aujourd’hui, ce ne sont pas de pures cacio e pepe que je vous propose, car je les ai enrichies de crème et de truffe (oui oui, rien que ça), mais j’ai gardé l’esprit de cette méthode, c’est à dire que j’utilise l’eau de cuisson des pâtes pour constituer la sauce!
 
J’ai réalisé cette recette avec un poivre indigène que j’ai eu la chance de recevoir de la part de David Vanille, c’est un poivre vraiment particulier  très fruité, j’y ai senti de fortes notes d’agrumes qui se sont très bien mariées avec le plat sans le dominer totalement. SI vous ne connaissez pas David Vanille, je vous invite à aller découvrir son site qui est une référence notamment pour l’achat de vanilles et de poivres de qualité!
 
 
   
P.S. : Si comme moi vous aimez la saveur de la truffe, vous aimerez aussi ce risotto à la truffe noire bien parfumé!

Pâtes à l’huile de truffe, crème au poivre et pecorino

 Pour 2 personnes
 
  • 2 c. à c. de poivre
  • 200 g de spaghetti
  • 80 g de pecorino romano râpé
  • 1 c. à s. d’huile aromatisée à la truffe
  • 1 c. à s. bombée de crème fraîche
  • 1 c. à s. de ciboulette fraîche
 
Faites griller les grains de poivre dans une poêle très chaude et sèche jusqu’à ce qu’ils soient parfumés, puis écrasez-les grossièrement grossièrement au mortier, au couteau ou dans un moulin à poivre et réservez ce poivre obtenu dans un bol.
 
Portez à ébullition une grande casserole d’eau salée, puis ajoutez les pâtes. Cuisez-les selon les indications du paquet. Remuez de temps en temps pendant la cuisson.
 
Égouttez les pâtes en réservant l’eau de cuisson et laissez refroidir une minute. Pendant ce temps, mettez le fromage,(réservez 2 cuillers à soupe) la crème fraîche et presque tout le poivre du poivre (réservez 2 pincées) dans un grand bol. Ajoutez tout en battant l’eau des pâtes très progressivement pour faire d’abord une pâte et ensuite une sauce de la consistance d’une béchamel. Ajoutez ce mélange dans les pâtes et mélangez vivement tout en ajoutant de l’eau si besoin (je n’ai pas eu besoin) pour faire une sauce qui enrobe bien les pâtes.
 
Versez dans deux assiettes, saupoudrez par dessus le poivre et le pecorino restants, et servez immédiatement.
 
 
 

Gratin de pâtes aux champignons et courge butternut

En voyant les décorations de Noël apparaître partout dans les vitrines des magasins, j’ai réalisé que oui, l’automne est résolument là, et même que l’hiver approche à grands pas! Je dois dire que je ne suis pas encore au taquet sur Noël, je préfère prolonger encore un peu la période de l’automne avec ses feuilles mortes et ses citrouilles ! L’odeur des courges ne quitte pas ma maison depuis 2 mois et aujourd’hui une fois de plus, elles sont de la partie!
 
Il y a quelques semaines, j’ai vu une recette qui avait l’air divine sur le blog Les petits plats de Béa et je n’ai pas pu résister. Des pâtes à la  sauce bien crémeuse à la tomate, avec de la courge, des champignons et beaucoup, beaucoup de cheddar… Ce plat gourmand et copieux fut forcément un gros un coup de cœur! Il combine mon amour des gratins de pâtes façon mac & cheese et ma passion dévorante pour les courges.
 
 
Dans ce plat, les oignons, la courge et les champignons sont tous revenus à la poêle ensemble. C’est un gain de temps et votre cuisine est parfumée avec toutes les odeurs en même temps, c’est le paradis! À la base c’est une recette végétarienne, où la citrouille, les champignons et les pâtes sont gratinés au four avec du  fromage (tout un programme!). J’y ai ajouté du chorizo et c’était terrible, mais vous pouvez l’omettre pour rendre ce plat à nouveau végétarien!
 
Ce plat de pâtes constitue un repas plutôt équilibré grâce à la quantité de légumes, et il ne manquera pas de vous donner un regain d’énergie pour vous permettre de continuer la journée. C’est un plat réconfortant et vraiment parfait pour l’automne.
 
J’ai fait ce plat avec des tagliatelles, mais il doit être déclinable avec n’importe quel style de pâtes, pourquoi pas même des feuilles de lasagne!
 
 

Gratin de pâtes aux champignons et courge butternut

 
Pour 4 personnes
 
  • 180 g de tagliatelles
  • 1/2 courge butternut
  • 200 g de champignons de paris
  • 1 oignon
  • 3 c. à s. de concentré de tomates
  • 50 g de chorizo fort
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 15 g de beurre
  • 25 cl de lait
  • 1 c. à s. de farine
  • 80 g de cheddar râpé
  • Sel, poivre
 
Faites cuire les pâtes dans un grand volume d’eau salée selon les instructions figurant sur l’emballage.
 
Pelez la courge et coupez-la en cubes.
Pelez l’oignon et émincez-le.
Nettoyez les champignons et coupez-les en lamelles.
Coupez le chorizo en rondelles.
Faites-le revenir dans la poêle puis égouttez-le et réservez-le.
 
Chauffez l’huile d’olive dans une sauteuse et faites revenir l’oignon 2 minutes , puis ajoutez les champignons et prolongez de 5 minutes, et enfin la courge et prolongez d’encore 5 minutes, salez et poivrez.
 
Préchauffez le four à 180°C
 
Chauffez le beurre dans une casserole, ajoutez la farine, mélangez, puis versez le lait et laissez épaissir en fouettant constamment, incorporez le concentré de tomates, le chorizo et rectifiez l’assaisonnement.
 
Quand les pâtes sont cuites, égouttez-les et mélangez-les aux légumes, ajoutez la sauce au chorizo et mélangez encore.
 
Versez la préparation dans un plat allant au four.
 
Répartissez le cheddar râpé et enfournez dans le four chaud pour faire gratiner 10 minutes à 180°C.
 
 
Source d’inspiration :
 

Bucketlist de décembre

Photo PokemonaDeChroma @Flickr
 
J’inaugure une nouvelle catégorie que j’aimerais vous proposer une fois par mois pendant 12 mois ou plus, on verra bien. J’ai envie de vous partager mes coups de cœur et les projets qui me motivent chaque mois, ou si vous préférez ma « bucket list ». Je ne la respecte jamais, j’en fais  en général un dixième au mieux, mais ce n’est pas grave, les bonnes idées restent et rien n’empêche de les faire une autre fois! Comme je ne veux pas que cette nouvelle rubrique soit une sorte de résolution (parce que je ne les tiens jamais), j’inaugure donc le premier article de la série en décembre!
 
Eh oui, on est déjà début décembre! Difficile à croire, n’est-ce pas? Noël n’est pas encore là, et je suis déjà complètement HS. Qui ressent la même chose? Vous pouvez lever la main, je ne le répèterai pas. Les fêtes et le shopping intensif de cette saison sont très fatigants. Je suis fatiguée, mais il n’est pas question de se reposer ! Le mois de décembre est un mois de fêtes, mais c’est aussi celui où l’on profite à fond de l’esprit de l’hiver, et c’est pour cette raison que je l’adore! Du coup ma bucket list est ultra touffue, mais que voulez vous, j’ai toujours eu des ambitions démesurées! 
 

Ma bucket list de décembre :

 
– Prendre une semaine de vacances à Noël 🎅
– Faire des biscuits de Noël décorés 
– Tester un nouveau resto et un salon de thé 
– Aller faire des courses dans une boutique de produits en vrac 
– Décorer mon mini sapin de Noël 
– Écouter et étoffer ma playlist de Noël 🎵
 
– Acheter ou fabriquer une étoile à mettre en haut de mon sapin ⭐
– Regarder un film de Noël, il y a une liste de dingues sur Netflix, mais si vous avez des suggestions, je suis preneuse!
– Profiter des fêtes pour photographier les gens que j’aime avec mon polaroïd
– Faire un mélange de biscuits apéro maison (du moins, mélangés par moi-même)
– Faire des pâtes de fruits pour offrir, je pense aux parfums pomme, poire et orange
– M’acheter une belle écharpe bien épaisse
– Imprimer de jolies étiquettes pour mes cadeaux
– Essayer une recette de punch de Noël 
– Progresser en pâtisserie avec le MOOC pâtisserie
– Tester du faux gras (mon repas de Noël ne sera pas végétarien pour autant)
– Regarder la saison 5 de Orange is the New black
 
– Faire un stollen et un Kouglof maison 
– Acheter un casse-noisettes en bois pour mon sapin pour me rappeler mes vacances en Russie
– Allumer des bougies aux odeurs de Noël 
– Faire pousser des shiitake 🍄
– Suspendre et garnir des chaussettes de Noël 
– Ouvrir chaque jour nos calendriers de l’avent (Tut Tut Animos pour ma fille, bière mon homme, thé pour moi!) 
– Finir de lire mes livres en cours : Le temps est assassin de Michel Bussi et Comment pense google
– Commencer et finir les achats de Noël vite et sans stress! 
– Boire du chocolat chaud maison
 
Photo Theo Crazzolara @Flickr
 
– Fabriquer des décorations de Noël recyclées ou à base d’éléments naturels
– Porter mes pyjamas de noël (oui MES, car j’en ai plusieurs, je suis une grosse fan de Noël) 
– Porter mes pulls de Noël (même remarque) 
– Porter mes pantoufles de Noël (cette fois je n’en ai qu’une paire, je vous rassure) 
– Visiter le marché de Noël et la jolie ville de Strasbourg 🎄
– Cuisiner des cranberries fraîches
 
Photo liz west @Flickr
 
– Essayer de renouer avec nouvel an que je ne fête plus depuis 3 ans pour cause d’enfant – les nouvel ans auxquels nous sommes invités n’étant généralement pas kids friendly.
 
Et vous, qu’avez vous en projet pour le mois de décembre?  J’adore connaitre les idées des gens et je risque même fort de les ajouter sur ma propre liste!

Pâte sablée à l’amande

Si je suis avant tout une grande fan de salé, je ne refuse pas un bon petit dessert une fois de temps en temps, surtout quand il est réalisé maison! J’ai longtemps fait des gâteaux maison, mais des tartes seulement semi-maison, avec des pâtes à tarte toutes faites. Ce n’est pas mauvais, ça permet d’aller vite, mais… Il manque un petit quelque chose! Récemment, je me suis dit que j’étais prête à passer au niveau supérieur et à essayer de faire mes pâtes maison! Il faut dire que mes meilleurs souvenirs de pâtisserie passent souvent par de délicieuses pâtes sablées bien croquantes, beurrées et parfumées! Quand elle est réussie, on ne rechigne pas à manger la croûte, au contraire, on a presque envie de commencer par là et de
manger celle de ses voisins!
 
 
Alors quand j’ai vu sur le blog (Presque) bonne à marier une recette de pâte sablée à l’amande, ça a été mon déclic, je me suis décidée à tester sa recette. Résultat des courses, cette pâte a été 100% adoptée, à tel point que j’en ai même déjà réalisé plusieurs variantes suivant mes envies. Je vous en parlerai plus tard, mais  cette première version à l’amande est juste délicieuse! Ça fait réellement la différence entre un dessert simple et un dessert exceptionnel, croyez moi!
 
Je ne voulais pas m’embarquer quoi que ce soit de trop  compliqué, et je vous rassure ce n’est pas le cas de cette recette. Depuis que je l’ai testée, je n’achète plus du tout de pâte sablée toute prête!
 
Si vous ne connaissez pas le blog d’Alexandra, (Presque) bonne à marier, j’en profite pour vous inviter à aller lui rendre visite et découvrir ses recettes ultra gourmandes!
 
 
 
P.S. : Maintenant que vous avez la pâte, il vous faut une idée de tarte, comme cette tarte amandine pommes cannelle délicieuse!

Pâte sablée à l’amande

 
Pour un moule de 25 cm de diamètre
 
  • 100 g de beurre pommade
  • 50 g de sucre glace
  • 1 petit œuf
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 200 g de farine
  • 1 pincée de sel
 
Sortez le beurre à l’avance pour qu’il ramollisse. Dans un bol, mélangez le beurre pommade avec le sucre glace. Ajoutez la poudre d’amandes, et le sel l’œuf. En dernier, incorporez progressivement la farine, jusqu’à obtenir une boule de pâte compacte. Réfrigérez 30 minutes.
 
Étalez la pâte sur une épaisseur de 3 à 4 mm et foncez votre moule à tarte. Laissez reposer 30  minutes au réfrigérateur.
Préchauffez le four à 200°C.
 
Couvrez le fond de tarte de papier cuisson puis d’une couche de billes de cuisson ou légumes secs et enfournez pour 20 minutes.
 
 
 
Source d’inspiration :

Parmesan végétal

  Aujourd’hui, je vous propose une recette qui change (enfin pour moi), puisqu’il s’agit d’une recette végane qui permet de remplacer le parmesan dans les recettes : le parmesan végétal! J’ai vu cette recette sur Geek et balsamique, un blog que j’aime beaucoup, et je me suis dit que ca vaudrait le coup de tenter!
Comme le dit Delphine sur son blog, de plus en plus de gens sont intolérants aux produits laitiers, et contrairement à ce qu’on pense, les habitants de pays qui consomment moins de lait sont en meilleure santé osseuse que dans nos pays où nous en consommons beaucoup… Oui ça peut surprendre mais c’est vrai! Bref, réduire la consommation de produits laitiers peut-être bon pour la santé, même si ça représente (pour moi en tout cas) un trop grand sacrifice au niveau du goût!
Loin de moi l’idée d’arrêter le fromage je vous rassure, j’y suis bien trop accro et le parmesan fait d’ailleurs partie de mes petits préférés! Mais la curiosité l’emportant, j’ai voulu goûter pour savoir à quoi ressemblait ce faux-mage!
Visuellement, ce parmesan végétal est plutôt crédible je trouve. Par contre niveau goût, ne vous attendez pas à avoir des saveurs vraiment ressemblantes. Peut-être qu’en petite quantité, quand on ne le sait pas on peut se faire avoir, et encore! Mais quoi qu’il en soit, ce petit mélange est délicieux. Il a un petit goût de noix et évoque une sorte de chapelure parfumée, c’est très agréable! J’ai adoré le saupoudrer sur mes plats! Petit bonus, ils se conserve très bien donc jai trouvé ça très pratique d’en avoir d’avance!
Saupoudrez-en vos plats de pâtes, gratins, risottos… Bref comme vous le feriez avec du parmesan classique!
 
P.S. : Si vous cherchez une recette pour utiliser ce parmesan végétal, vous pouvez regarder ce risotto aux champignons.

Parmesan végétal

Pour 1 pot
  • 60 g de noix de cajou non salées et non grillées
  • 30 g de levure maltée en paillettes
  • 1/2 c.à.c. de sel
Déposez les noix de cajou dans le mixeur. Mixez grossièrement (en mode « pulse » si vous l’avez) afin de ne pas chauffer les noix.
Ajoutez la levure maltée et le sel. Mixez à nouveau par accoups. Vous devez obtenir une poudre qui ressemblera visuellement à du parmesan .
Versez votre parmesan végétal dans un bocal et conservez-le au frais.
 
 Source d’inspiration :

Courge spaghetti façon carbonara au kiri

Autant vous le dire tout de suite, le titre de cette recette « façon carbonara » est tout à fait usurpé. Cette recette n’a de carbonara que le nom et le côté crémeux, car voyez-vous, j’y ai mis du kiri qui n’a absolument rien de traditionnel ni d’italien. Les vraies carbonara, celles que l’on sert en Italie, ne contiennent même pas de crème. Leur texture provient de la combinaison des jaunes d’œufs, du parmesan, du poivre et d’un peu d’eau de cuisson des pâtes. Mais en France, les pâtes à la carbonara sont souvent très riches en crème.
Cette recette n’est donc absolument pas une reproduction fidèle des carbonara traditionnelles de style italien, d’autant plus que les pâtes ont été remplacées par de la courge spaghetti! L’un des aliments phare de l’automne est la courge, j’aime en mettre partout, et parmi toutes les variétés qui existent, la courge spaghetti est dans mes favorites. C’est l’une des variétés de courge les plus polyvalentes je trouve, car sa texture lui permet de remplacer les pâtes.
Comme les pâtes, cette courge peut prendre n’importe quel goût suivant avec quoi vous l’accompagnez! Vous pouvez même enrouler les « fils » de courge autour de votre fourchette comme des spaghettis, d’où son nom. Dans ma recette, j’ai choisi de la mélanger à des « vraies » pâtes, pour en faire un plat gourmand, complet et plus léger car une partie des pâtes est remplacée par la courge!
Côté calories, vous serez forcément gagnants par rapport à la recette des carbonara originales, car la courge spaghetti contient 7 fois moins de calories que des pâtes de type spaghetti pour une même quantité.
Si vous n’avez jamais cuisiné de courge spaghetti auparavant, c’est en fait beaucoup plus simple que cela en a l’air. Comme pour toutes les courges, l’étape la plus difficile est de la découper, car la peau est très dure avant la cuisson. Un couteau pointu et bien solide sera votre meilleur allié!
Ensuite, si vous vous demandez comment faire cuire une courge spaghetti, je dirais que c’est très simple. Il est possible de la cuire au micro-ondes ou au four. Je préfère le faire au four, simplement parce que la texture de la courge est un peu plus ferme lorsqu’elle est cuite de cette façon. Mais je la fais aussi parfois au micro-ondes, suivant de combien de temps je dispose et de ma faim et donc du degré d’urgence d’avoir une assiette à me mettre sous la dent!
Ne vous laissez pas décourager par le temps de cuisson de la courge de spaghetti au four, car pendant ce temps, vous êtes libre de faire ce que vous voulez, il n’y a pas besoin de surveillance. Une fois le temps de cuisson écoulé, utilisez un fourchette pour retirer les fils de la courge spaghetti et vous n’avez plus qu’à en faire ce que vous voulez!
Cette recette de courge spaghetti carbonara est parfaite comme comme plat principal. Si vous êtes à la recherche d’un dîner à la fois réconfortant et pas trop riche, croyez-moi, c’est celui-là. Il va réchauffer votre cœur exactement de la même manière que le ferait un bon gros plat de pâtes… avec (un peu) moins de calories!
  
P.S. : Si vous avez une grosse envie de pâtes, essayez aussi les one pan drunken pasta, hyper réconfortantes avec ce temps!

Courge spaghetti façon carbonara au kiri

Pour 4 personnes
  • 250 g de tagliatelles
  • 1 courge spaghetti
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 oignons
  • 200 g de lardons
  • 25 cl de crème fraîche épaisse
  • 2 kiri
  • 1/2 c. à c. de muscade
  • Poivre

Préchauffez le four à 180°C. Coupez votre courge en deux dans la longueur et enlevez les graines. Posez les deux moitiés de courge, chair vers le haut, sur une grille de cuisson. Badigeonnez chaque face d’huile d’olive.

Faites cuire pendant environ 35 minutes ou jusqu’à ce que la pointe d’un couteau transperce facilement la chair de la courge.

Sortez la courge du four et retirez la chair avec une fourchette.
Dans une poêle, faites revenir les lardons et les oignons.

Quand ils commencent à bien dorer, mettez les spaghettis de courge et ajoutez la crème et les kiri. Mélangez et réservez quand tout est bien fondu.

En parallèle, faites cuire vos tagliatelles à l’eau suivant les indications du paquet. Quand elles sont cuites, égouttez-les, ajoutez- le mélange de courge spaghetti. Salez et poivrez et enfin saupoudrer de parmesan.

Avec cette recette à la courge spaghetti, je participe à Cuisinons de saison !

 

Sirop de pumpkin spices

Nous sommes enfin en octobre! Le mois d’octobre signifie deux choses pour moi:
La première, c’est que la saison de la citrouille a sérieusement commencé! Je ne vais pas m’excuser ou essayer de cacher mon obsession des courges. La citrouille est un de ces aliments bizarres que certaines personnes adorent, alors que d’autres le détestent. De mon côté, mon amour de ce produit est peut-être lié à mon premier souvenir de citrouille, une soupe faite par ma maman qui connait sacrément son affaire en matière de soupe à la citrouille! Je suis tombée amoureuse de ce légume immédiatement! Quand j’ai plus tard commencé à décliner la citrouille dans d’autres recettes, je suis devenue un peu plus folle encore, voire obsessionnelle. J’aime la tartes à la citrouille, les risottos de citrouille, les muffins de citrouille, les colombo de potiron, bref, j’aime la citrouille dans tout et n’importe quoi!
Pour cette raison, j’envie les américains car la citrouille semble vraiment envahir leur vie en automne, on en voit partout, aussi bien dans les assiettes que dans leur déco! Ils ont un même mélange d’épices, les « pumkpin spices », ou épices à citrouille, qui sont vraiment symboliques de cette saison et se marient parfaitement avec la citrouille! La base de ces épices est la cannelle, et on y trouve aussi un peu de muscade, de clou de girofle… Le mélange le plus proche chez nous serait peut-être le mélange à pain d’épices ou à vin chaud, mais les proportions diffèrent.
Alors quand j’ai vu que l’on pouvait faire soi-même du sirop d’épices à citrouilles (qui contient de la vraie citrouille en plus des épices), je me suis dit que ça serait l’occasion de compenser le manque que j’ai du fait que je trouve pas ce délicieuses épices en France!
La seconde chose qui m’emballe en octobre, et pas des moindres, c’est qu’Halloween approche! J’ai trop hâte, je n’arrête pas de penser à ce marathon de films que je vais faire pour l’occasion. Il y a la série Stranger Things qui sort à cette date, et en fan inconditionnelle je compte la regarder dès le jour de sa sortie! Et j’aime aussi me faire un bon film d’horreur, si vous avez des suggestions, n’hésitez pas je suis preneuse!
Comme la saveur la plus populaire à Halloween est celle de la citrouille, je me suis dit que mon sirop serait parfait pour accompagner le repas d’Halloween : il peut notamment vous permettre de faire un cocktail de fêtes parfumés à la citrouille ou de faire des pumpkin spice latte! Je l’utilise aussi pour parfumer des porridges, des chocolats chauds… Je vous partagerai tout ça au fur et à mesure de la saison!
Bref, si vous vous hésitez, dites vous qu’avec ce sirop c’est la paradis que vous aurez dans votre tasse, rien de moins! Il est épicé et parfumé à souhait, je pourrais le manger à la cuiller! Allez, rejoignez-moi et plongez-vous dans l’esprit d’octobre, des citrouilles et d’Halloween !
  

Sirop de pumpkin spices

  • 100 g d’eau
  • 100 g de sucre blanc
  • 100 g de cassonade
  • 200 g de citrouille cuite en purée
  • 1/2 gousse de vanille

Pour les épices « pumkpin spice »

  • 1 c. à c.  de cannelle
  • 1 pincée de gingembre en poudre
  • 1/2 c. à c. de graines de cardamome
  • 1 clou de girofle
  • 1 pincée muscade en poudre
  • 1 pincée de poivre noir
Fendez la gousse de vanille en deux et grattez les graines. Mettez tout ensemble dans une casserole. Portez à ébullition puis baissez le feu au minimum et prolongez  la cuisson de 10 minutes. Mettez en bouteille et laissez refroidir.