Archives par mot-clé : lard

Courge spaghetti façon carbonara au kiri

Autant vous le dire tout de suite, le titre de cette recette « façon carbonara » est tout à fait usurpé. Cette recette n’a de carbonara que le nom et le côté crémeux, car voyez-vous, j’y ai mis du kiri qui n’a absolument rien de traditionnel ni d’italien. Les vraies carbonara, celles que l’on sert en Italie, ne contiennent même pas de crème. Leur texture provient de la combinaison des jaunes d’œufs, du parmesan, du poivre et d’un peu d’eau de cuisson des pâtes. Mais en France, les pâtes à la carbonara sont souvent très riches en crème.
Cette recette n’est donc absolument pas une reproduction fidèle des carbonara traditionnelles de style italien, d’autant plus que les pâtes ont été remplacées par de la courge spaghetti! L’un des aliments phare de l’automne est la courge, j’aime en mettre partout, et parmi toutes les variétés qui existent, la courge spaghetti est dans mes favorites. C’est l’une des variétés de courge les plus polyvalentes je trouve, car sa texture lui permet de remplacer les pâtes.
Comme les pâtes, cette courge peut prendre n’importe quel goût suivant avec quoi vous l’accompagnez! Vous pouvez même enrouler les « fils » de courge autour de votre fourchette comme des spaghettis, d’où son nom. Dans ma recette, j’ai choisi de la mélanger à des « vraies » pâtes, pour en faire un plat gourmand, complet et plus léger car une partie des pâtes est remplacée par la courge!
Côté calories, vous serez forcément gagnants par rapport à la recette des carbonara originales, car la courge spaghetti contient 7 fois moins de calories que des pâtes de type spaghetti pour une même quantité.
Si vous n’avez jamais cuisiné de courge spaghetti auparavant, c’est en fait beaucoup plus simple que cela en a l’air. Comme pour toutes les courges, l’étape la plus difficile est de la découper, car la peau est très dure avant la cuisson. Un couteau pointu et bien solide sera votre meilleur allié!
Ensuite, si vous vous demandez comment faire cuire une courge spaghetti, je dirais que c’est très simple. Il est possible de la cuire au micro-ondes ou au four. Je préfère le faire au four, simplement parce que la texture de la courge est un peu plus ferme lorsqu’elle est cuite de cette façon. Mais je la fais aussi parfois au micro-ondes, suivant de combien de temps je dispose et de ma faim et donc du degré d’urgence d’avoir une assiette à me mettre sous la dent!
Ne vous laissez pas décourager par le temps de cuisson de la courge de spaghetti au four, car pendant ce temps, vous êtes libre de faire ce que vous voulez, il n’y a pas besoin de surveillance. Une fois le temps de cuisson écoulé, utilisez un fourchette pour retirer les fils de la courge spaghetti et vous n’avez plus qu’à en faire ce que vous voulez!
Cette recette de courge spaghetti carbonara est parfaite comme comme plat principal. Si vous êtes à la recherche d’un dîner à la fois réconfortant et pas trop riche, croyez-moi, c’est celui-là. Il va réchauffer votre cœur exactement de la même manière que le ferait un bon gros plat de pâtes… avec (un peu) moins de calories!
  
P.S. : Si vous avez une grosse envie de pâtes, essayez aussi les one pan drunken pasta, hyper réconfortantes avec ce temps!

Courge spaghetti façon carbonara au kiri

Pour 4 personnes
  • 250 g de tagliatelles
  • 1 courge spaghetti
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 oignons
  • 200 g de lardons
  • 25 cl de crème fraîche épaisse
  • 2 kiri
  • 1/2 c. à c. de muscade
  • Poivre

Préchauffez le four à 180°C. Coupez votre courge en deux dans la longueur et enlevez les graines. Posez les deux moitiés de courge, chair vers le haut, sur une grille de cuisson. Badigeonnez chaque face d’huile d’olive.

Faites cuire pendant environ 35 minutes ou jusqu’à ce que la pointe d’un couteau transperce facilement la chair de la courge.

Sortez la courge du four et retirez la chair avec une fourchette.
Dans une poêle, faites revenir les lardons et les oignons.

Quand ils commencent à bien dorer, mettez les spaghettis de courge et ajoutez la crème et les kiri. Mélangez et réservez quand tout est bien fondu.

En parallèle, faites cuire vos tagliatelles à l’eau suivant les indications du paquet. Quand elles sont cuites, égouttez-les, ajoutez- le mélange de courge spaghetti. Salez et poivrez et enfin saupoudrer de parmesan.

Avec cette recette à la courge spaghetti, je participe à Cuisinons de saison !

 

Tarch’tiflette au maroilles

Cette semaine je publie des recettes particulièrement gourmandes, vous ne trouvez pas? Bon ok, mes recettes sont assez riches, mais j’ai souvent de bonnes excuses, comme par exemple le climat du nord qui appelle à de la cuisine réconfortante et bien calorique. D’ailleurs, je crois que la recette que je vous propose aujourd’hui est bien adaptée à la météo tristement pluvieuse de ces derniers temps. Hé oui, les gants, les bonnets et les écharpes vont bientôt redevenir utiles, alors je sors l’artillerie lourde avec mes patates et mon fromage pour un bon plat riche et hivernal !

Pour changer de la tartiflette classique, je vous propose de faire un petit voyage dans le Nord. Comme toute bonne ch’ti qui se respecte, j’aime customiser la tartiflette de cette façon.

Le maroilles est une appellation d’origine désignant un fromage dont la production et la transformation s’effectuent dans la Thiérache française, une zone géographique commune aux départements du Nord et de l’Aisne. Ce fromage au lait de vache doit son nom au village de Maroilles où existait une abbaye dont la communauté achetait les fromages aux agriculteurs producteurs fermiers pour les revendre après affinage.

 

Si vous êtes à l’autre bout de la France, vous  avez peut-être entendu parler du maroilles pour la première fois en regardant le film « Bienvenue chez les ch’tis ». Le film met à l’honneur la pratique soit-disant habituelle qu’auraient les habitants de la région du Nord-Pas-de-Calais (Hauts-de-France maintenant) de tremper du maroilles dans leur café. Bizarrement je n’ai jamais vu personne de ma famille faire cela, sauf à l’occasion avec du camembert, et nous n’avons pourtant pas d’origine normande. Mais j’ai des amis qui m’ont dit que leurs parents ou grand-parents le faisaient donc ce n’est pas inventé bien que ce soit pas non plus super fréquent! À la parution du film, la consommation du maroilles aurait considérablement augmenté. En dehors de l’anecdote du petit-déjeuner, inutile de vous dire que par chez moi, du maroilles on en mange vraiment souvent, ce n’est pas une légende, en tout cas en ce qui me concerne.

Le maroilles, je le préfère cuit, pour la bonne odeur qu’il dégage dans la cuisine! Oui j’aime cette odeur, c’est peut-être bizarre mais c’est comme ça! Avec cette tarch’tiflette à ma façon, vous allez profiter à fond du goût de ce fromage dans un plat riche et réconfortant!

P.S. : S’il vous reste du maroilles, soit vous le trempez dans le café, soit vous essayez ma tatin d’endives au maroilles!

Tarch’tiflette au maroilles

Pour 10 personnes

  • 2 quarts de maroilles
  • 2,5 kg de pommes de terre
  • 4 oignons
  • 2 échalotes
  • 400 g de lardons fumés
  • 300 g de crème épaisse
  • 20 cl de bière
  • Sel, poivre

Préchauffez le four à 180° C.

Commencez par éplucher les pommes de terre, épluchez-les, lavez- les et coupez-les en gros dés.

Plongez les dans une casserole d’eau froide et faites-les cuire
10 minutes à compter de l’ébullition.

Épluchez les oignons et émincez-les. Dans une poêle, faîtes- les dorer avec les lardons.

Préchauffez le four à 180°C.

Coupez le maroilles en deux dans l’épaisseur puis en deux dan la largeur pour obtenir 8 gros morceaux avec de la croûte sur 3 faces..
Dans un saladier, mélangez  la crème fraîche, ajoutez les pommes de terre pré-cuites, les oignons et les lardons.

Mélangez bien et versez le tout plat à gratin.  Déposez le maroilles par dessus, donnez un tour de moulin à poivre et enfournez pour 25 minutes.

 

Avec cette recette à la pomme de terre, je participe à Cuisinons de saison !

Tarte au potiron et comté

Ce n’est pas un secret que j’adore le potiron, j’en suis même totalement fan! J’en mets dans mes purées, mes colombos et même mes mug cakes! J’adore d’ailleurs la tarte au potiron sucrée si typique des États-Unis. Mais un jour, je me suis dit que puisque le potiron était un légume, il était temps de tester une tarte en version salée. Il faut dire que j’aime tout ce qui est fait avec ce légume, et je suis toujours partante pour de nouvelles façons de manger!
J’ai justement vu une très belle tarte au potiron sur le blog La cuisine de Poupoule et j’ai immédiatement su qu’elle allait me plaire. Je l’avais mise de côté et la saison des courges étant de retour, je me suis empressée de la tester!
Cette tarte au potiron et au comté est facile à faire et fait un beau plat principal végétarien. Nous nous sommes régalés, le goût est subtil et parfumé à la fois, et la texture est bien moelleuse comme j’aime! C’est un repas parfait pour un soir de semaine!
Par rapport à sa recette, je n’ai pas mis les lardons qui étaient facultatifs, remplacé le gruyère par du comté, et j’ai adapté la cuisson du potiron car je n’ai pas de Thermomix. La citrouille est donc cuite au four, ce qui est ma façon préférée de la préparer. Je trouve qu’en la cuisant à la casserole, elle s’imprègne trop d’eau. Si vous avez un robot, ce sera rapide de la mixer, sinon vous pouvez la couper en fines tranches avant de l’écraser à la fourchette mais ça sera plus sportif! Cette tarte sera meilleure consommée chaude juste à la sortie du four avec le fromage bien fondant.
Merci Christelle pour cette belle recette, allez vite découvrir son blog s’il ne fait pas encore partie de vos favoris!

Tarte au potiron et comté

Pour 1 tarte
  • 500 g de potiron
  • un filet d’huile d’olive
  • 75 g de comté
  • 2 œufs
  • 10 cl de crème fraîche épaisse
  • 1 pâte brisée
  • 12 cl de lait
  • 1/2 c. à c. d’herbes de Provence
  • 1 pincée de muscade
  • Sel, poivre

Préchauffez

le four à 180° C.

Coupez votre citrouille en deux puis en tranches sans l’éplucher.

Placez les tranches de citrouille sur une plaque de cuisson et arrosez-les d’huile. Placez au four et faîtes rôtir 40 minutes ou jusqu’à ce que la citrouille soit tendre. Réservez.
Râpez 20 g du comté et coupez le reste en tout petits morceaux. Réservez.
Étalez votre pâte dans un plat à tarte. Piquez le fond de tarte à l’aide d’une fourchette.

Mettez le potiron dans le bol du mixeur et mixez 30 secondes.

Ajoutez la crème, le lait et les œufs ainsi que le sel et poivre, les herbes et la muscade et mixez à nouveau. Ajoutez le comté en dés, et mixez juste 1 seconde pour mélanger.

Versez sur le fond de tarte.

Parsemez de comté râpé et enfournez 20 à 25 minutes.

Source d’inspiration :

http://lacuisinedepoupoule.com/2014/11/tarte-au-potiron-au-thermomix.html

Avec cette recette au potiron, je participe à Cuisinons de saison !

Stoemp aux épinards frais

Le froid commence à arriver, du moins pour la moitié nord de la France, et avec lui l’envie de plats qui tiennent bien au corps! J’ai la chance de vivre près de la Belgique et de profiter donc de leur délicieuse cuisine assez souvent. Lors d’un week-end à Bruxelles, j’avais notamment pu manger sur la grand place un stoemp (prononcez « stoump ») délicieux. Je ne pense pas que le restaurant était fameux, c’est rarement le cas sur les places touristiques comme celle-ci, mais ce plat est tellement simple et rustique qu’il faudrait le faire exprès pour le rater!
Pour ceux qui ne connaissent pas ce plat typiquement belge, il s’agit d’une sorte de purée composée de pommes de terre mélangées avec un ou plusieurs légumes. On trouve par exemple du stoemp aux carottes, aux poireaux, au chou… C’est un plat très facilement déclinable, il parait que l’on « stoempe » (transforme en purée) tout et n’importe quoi en Belgique!
C’est un plat très rustique mais tellement bon ! Chez moi, on a pour habitude de l’accompagner avec des saucisses, c’est comme cela qu’on me l’avait servi en Belgique et c’est délicieux, mais vous pouvez bien sûr changer l’accompagnement, essayez par exemple avec des œufs, du pain de viande ou des lardons!
Le stoemp que je vous propose aujourd’hui provient du blog Baba Kitchen. C’est un blog que j’aime lire très souvent, il regorge de bonnes idées, et notamment comme Barbara vit à Bruxelles, j’y fais souvent des trouvailles typiquement belges! Je dois dire que je n’ai pas été déçue avec ce stoemp. J’y ai retrouvé toute la saveur riche et rustique que j’aime dans ce plat!

Stoemp aux épinards frais

Pour 2 personnes
  • 1 oignon
  • 300 g d’épinards frais
  • 800 g de pommes de terre moyennes
  • 50 g de beurre
  • 1 pincée de noix de muscade
  • 2 c. à s. d’huile
  • Sel, poivre
Épluchez les pommes de terre, coupez-les en gros morceaux, faites-les cuire dans de l’eau salée jusqu’à ce qu’elles soient cuites mais encore un peu fermes.
Emincez l’oignon. Dans une grande cocotte, faites rissoler l’oignon dans de l’huile à feu doux 5 à 10 minutes pour qu’il devienne fondant mais pas brun.
Ajoutez les épinards frais, couvrez et laisser étuver quelques minutes.
Ajouter les pommes de terre dans la casserole d’épinards, salez, poivrez, noix de muscade, ajoutez 5 cl du jus de cuisson, couvrez et laissez chauffer l’ensemble à nouveau.
Lorsque le liquide est évaporé et le mélange commence à attacher légèrement dans le fond de la cocotte, écrasez au presse purée grossièrement, il doit rester des morceaux.
Ajoutez le beurre et un peu d’eau de cuisson si besoin d’allonger la purée, couvrez à nouveau et laissez reposer 5 minutes avant de servir.
Source d’inspiration :
Avec cette recette aux épinards, je participe à Cuisinons de saison !

Poulet aux champignons, au chouchen et Farz Gwinizh Du

Vous connaissez sans aucun doute le célèbre far breton, incontournable de la gastronomie bretonne. Il existe en réalité une grande diversité de recettes de fars, ou  » farz »  en breton qui étaient autrefois confectionnés pour les fêtes religieuses et les fêtes familiales. Aujourd’hui, c’est du « Farz Gwinizh Du » dont je vais vous parler, un farz de blé noir que j’ai pu tester grâce à Cuisine à l’ouest et à  La chikolodenn, une conserverie traditionnelle bretonne! Ce style de far est moins connu que le far blanc, il est  resté plus confidentiel. Il est consommé dans le farz gwiniz du, le pot-au-feu breton, ou en accompagnement de plats, revenu dans du beurre.
Avec ce produit, j’ai testé il y a quelques jours de réaliser des haricots cocos au farz, et nous nous sommes régalés.
J’ai ici aussi voulu marier mon farz avec des produits du terroir breton, et je me suis donc tournée vers le cidre et le chouchen!
Je ne vous présente pas le cidre qui est très connu, mais parlons un peu du chouchen ! Le chouchen est historiquement proche de l’hydromel. C’est une boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation du miel dans du jus de pomme ou du cidre. Il se fabriquait autrefois à partir de miel de sarrasin, jadis très présent en Bretagne, qui lui donnait sa couleur foncée et son goût prononcé. On trouve différents types de chouchen en Bretagne, dont certains sont réalisés avec un mélange d’eau et d’eau de mer.
Le chouchen se boit bien frais en apéritif, sans glaçon qui masquerait le goût du miel. On peut aussi l’utiliser pour agrémenter le melon comme le porto.  Ici il parfume le poulet avec le cidre, et c’est vraiment un régal! Quand au farz, il est revenu dans du beurre avec des oignons et du lard, inutile de vous dire que c’est difficile d’y résister!
J’ai indiqué que la recette était pour 2 car nous avons tout mangé à deux, mais on est de bons mangeurs et je pense que des plus petits appétits pourraient manger à 3  facilement avec la même quantité!
  

Poulet aux champignons et au chouchen et Farz Gwinizh Du

Pour 2 personnes
Pour le poulet
  • 2 belles escalopes de poulet (300 g)
  • 1 carotte coupée en dés
  • 1/2 oignon de roscoff ou rouge émincé
  • 25 cl de cidre fermier brut
  • 2 c. à s. de chouchen
  • 2 c. à s. d’huile
  • 60 g de crème fraîche épaisse
  • 250 g de champignons
  • 1 feuille de laurier
  • Sel, poivre

Pour le farz

  • 25 g de beurre
  • 500 g de Farz Gwinizh Du
  • 100 g de lard fermier coupé en dés
  • 1 gousse d’ail émincée
Coupez les escalopes en morceaux. Faites-les revenir à la poêle dans une cuiller à soupe d’huile d’olive. Réservez hors du feu.
Épluchez les champignons et faites-les revenir dans la poêle avec l’huile restante puis réservez.
Dans la même poêle, mettez à cuire la carotte et l’oignon, la feuille de laurier, du sel, du poivre, et le cidre. Laissez cuire doucement à couvert pendant 20 minutes, jusqu’à ce que les carottes soient cuites et le cidre réduit de moitié.
Quand les carottes sont cuites, remettez le poulet, les champignons, le chouchen, et la crème fraîche. Mélangez et prolongez la cuisson de 5 minutes pour que tout soit bien chaud.
Pendant ce temps, faites chauffer le lard, le beurre et la gousse d’ail dans une autre poêle.
Ajoutez le farz effrité grossièrement et faites revenir 5 minutes. Servez avec le poulet.

Que faire avec du vinaigre balsamique?

L’été touche à sa fin ! J’espère que le vôtre a été au top et vous a apporté votre lot de voyages, dépaysement, bonheur, relaxation, tomates, mojitos, soirées entre amis, barbecues, melons, séances de bronzage, pastèque, coups de soleil, courgettes, défilés en maillot de bain, vitamines, bonne humeur, repos, et tout ce que vous voulez d’autre, car tout ça c’est malheureusement très bientôt fini! Si comme moi vous avez du mal à lâcher la cuisine estivale et si vous avez tendance à accumuler les vinaigres et les huiles parfumés ramenés de voyages dans le sud et en Italie, vous serez peut-être contents de trouver ces idées pour utiliser votre vinaigre balsamique autrement qu’en salade.
Hé oui, je me suis découvert une obsession pour ce produit d’épicerie italienne. Ce vinaigre sucré et piquant est l’un de mes ingrédients préférés, et j’ai trouvé toutes sortes de manières de le glisser dans ma cuisine du quotidien.
Si le seul moment où vous pensez à le sortir du placard est quand il est temps de faire une salade, alors voilà de quoi changer vos habitudes. Avec ça, vous devriez finir vos stocks et avoir une bonne excuse pour partir en Italie l’an prochain en racheter !

Dans les soupes et les sauces à base de tomates

Les tomates estivales bien mûres sont bien sûr le premier produit que l’on pense à marier au vinaigre dans les salades, mais ce mariage fonctionne aussi dans les soupes et sauces à base de tomate. Ajoutez un filet de balsamique à la fin de la cuisson de vos sauces et soupes pour pour leur donner un petit goût plein de pep’s!
Source F_A @Flickr

Dans les plats braisés

En ajoutant un peu de vinaigre balsamique dans vos plats braisés, vous donnerez à vos plats un goût profond, riche et légèrement sucré.
Source atl10trader @Flickr

Dans les bouillons et soupes

Ajoutez une cuiller de vinaigre balsamique dans les bouillons ou autres soupes pour les parfumer subtilement… Je l’apprécie notamment dans les soupes de chou.

Dans les glaces

Vous pouvez également simplement en verser un filet sur une grosse boule de glace à la vanille ou en faire une sauce caramel au balsamique.

Réduit en sirop

Faites réduire de moitié votre vinaigre dans une petite casserole avec du sucre, puis laissez refroidir. Le sirop de balsamique réduit est délicieux sur une boule de glace à la vanille ou sur des fraises fraîches ou poêlées. C’est très bon aussi avec de la salade de tomates, du roquefort…

Avec de la viande

Le vinaigre balsamique est l’un des vinaigres que je préfère utiliser pour la marinade. Mélangez du vinaigre avec des échalotes tranchées et une cuiller de moutarde, et vous obtenez une marinade délicieuse pour du steak, du poulet, des côtelettes de porc, mais également pour le tofu et les champignons. Encore plus simple, badigeonnez du vinaigre balsamique sur un steak et poivrez généreusement avant de le griller dans du beurre. Il est également très bon avec du boudin blanc poêlé.
 
Source jeffreyw @Flickr

Dans les cocktails

Cela va peut être vous surprendre, mais une touche de balsamique dans les cocktails, notamment au bourbon, ça fonctionne bien !
 
Source David Ashleydale @Flikr

Avec des légumes

Mélangez un peu de mélange balsamique avec une quantité égale d’huile d’olive et pourquoi pas un peu de moutarde, et versez sur des betteraves ou des haricots verts cuits. Servez chaud ou à température ambiante. Le balsamique fonctionne aussi très bien avec les choux de Bruxelles : assaisonnez-les avec un filet de balsamique, de l’huile d’olive ou du beurre, du poivre, et des lardons. Au final, le balsamique est un régal ajouté aux légumes grillés : patates douces, carottes, panais… J’aime aussi mettre du balsamique sur ces toasts à la patate douce, ou dans les gratins de courgette.
Source Gloria Cabada-Leman @Flickr

Avec du fromage

Le chèvre arrosé de balsamique, d’huile d’olive, de poivre, d’olives émincé et accompagné de pain tranché fait un apéritif absolument délicieux. Le balsamique met aussi merveilleusement en valeur la burrata, un de mes fromages préférés.

Dans des pâtes

Mélangez de l’huile d’olive, de la moutarde de Dijon avec de la réduction de vinaigre balsamique jusqu’à obtenir une consistance lisse et crémeuse. Ajoutez dans vos pâtes. Vous êtes au paradis. Une recette ultra simple et rapide est disponible ici si vous voulez essayer!

Dans les confitures d’oignons

Que ce soit en confit d’oignons, ou des tout petits oignons glacés, c’est facile à faire et délicieux.
Étalez des petits oignons grelots ou des échalotes dans un plat  sans chevauchement. Versez 8 cl de balsamique sur les oignons et  2 cuillers à soupe d’huile d’olive. Faites cuire au four à 180 ° C pendant 25 minutes, tournez les oignons et cuire pendant 25 minutes supplémentaires. Les échalotes peuvent prendre un peu plus de temps .

Dans des croque-monsieur

Nous aimons beaucoup ajouter une touche de balsamique dans nos croque-monsieur ou dans nos grilled-cheese.

Avec un avocat

Mettez simplement une cuiller de vinaigre dans un avocat et mangez-le comme ça, c’est bien plus sain que la mayonnaise au passage !

Avec des fruits rouges

Faites macérer les fraises bien mûres dans du sucre, puis ajoutez un peu de balsamique. Cela fonctionne aussi sur les pavlova aux fruits rouges ou sur les eton mess bien sûr ! Essayez aussi sur de la rhubarbe rôtie avec des fraises.
Source Gail @Flickr

Avec des oeufs

Le balsamique ou la réduction de balsamique est délicieuse sur un œuf au plat ou un œuf poché, ou encore dans ces oeufs au four.
Source Seika @Flickr

Dans les dips

Donnez de la profondeur a vos tapenades et sauces pour dips en y ajoutant une cuiller de vinaigre balsamique.

Que ramener de Normandie ?

Outre les imperméable jaunes et les sweat-shirts à rayures, les produits du terroir (mes investissements favoris en voyage),  sont largement représentés parmi les souvenirs que l’on trouve en Normandie ! C’est bien simple, il y a de quoi se faire plaisir à chaque coin de rue! Voici un panorama de ce que vous pourrez trouver en faisant votre shopping spécial touristes. Attention, proximité géographique oblige, on trouve beaucoup de produits bretons en Normandie, certes délicieux mais si vous voulez des souvenirs typiques précisément de Normandie, vérifiez les origines sur les étiquettes !

Côté salé

De la charcuterie

On trouve de très nombreuses terrines de cochon en Normandie, dont certaines ont la particularité d’être parfumées aux algues, à l’andouillette, au livarot, au camembert… ou autres parfums locaux plus odorants typiques les uns que les autres! La plus connue est la terrine normande, au calvados tout simplement.

Des rillettes de la mer ou de la soupe de poisson

Il y a un choix prodigieux dans ce domaine, logique avec la proximité de la mer! La conserverie la Belle-îloise est présente dans beaucoup de villes côtières normandes, mais c’est à la base une marque bretonne. Vous trouverez aussi d’autres marques comme l’Atelier du Poissonnier.

Des fromages

Le camembert, le pont-l’évêque, le livarot (ou petit caporal), ou encore le Neuchâtel et sa jolie forme de cœur sont les variétés les plus connues. Certaines variantes ont des noms plus fun, telles que le Bisou normand ou le Coup de pied au cul. On trouve aussi des fromages affinés au cidre, au pommeau, ou au calvados. De mon côté je me suis ramené un camembert au cidre, c’est un régal! J’ai aussi eu l’occasion de goûter le Marée montante, un fromage à pâte molle à la croûte lavée au vin blanc et aux algues, il est délicieux., je vus le recommande si vous le trouvez!

Du pain

Bin oui il vous faut du pain pour aller avec tout ça! Comme dans chaque région, les boulangers ont élaboré des pains spécialement dédiés à leur région comme la Baguette argentanaise, j’ai aussi vu le pic d’Etretat (une baguette aux extrémités très pointues). Suivant les villes visitées vous pourrez aussi goûter le Pain de Cherbourg, le Pain garrot du Cotentin. Brioche de Moulins-la-Marche, Fouace de Caen, Gâche, Fallue… J’ai aussi vu dans certaines boulangeries du pain au cidre. Les normands sont des pros de la brioche, alors  faites-vous plaisir!

Des produits d’Isigny

On doit à la charmante ville d’Isigny sa fameuse crème fraîche à 40% de matières grasses, mais aussi du beurre, des caramels…

Côté sucré

Le sucre de Pomme

Cette confiserie qui rappelle le sucre d’orge et qui contient comme son nom l’indique de la pomme et du sucre provient de Rouen, mais on en trouve un peu partout en Normandie.

Des bonbons

On trouve les berlingots de falaise, des chiques à la menthe de Bayeux, des Étriers normands, une spécialité de chocolat,

Des biscuits et gâteaux

Vous pourrez notamment tester les bouchons d’Alençon, les Macarons de Bellême,  les madeleines Jeannette qui existent dans plein de parfums délicieux, ou encore la galette de Lisieux, celle de Normandie, celles de pommes de Gacé… Oui il y a du choix en galettes par ici! Les sablés sont aussi à l’honneur dans de nombreuses villes, notamment ceux d’Argentan, d’Asnelles, de Bayeux, de Caen, de Deauville… Si vous passez par là, allez voir la Maison du biscuit à Sortosville en Beaumont (dans le Nord de la Manche) et la Biscuiterie de l’Abbaye à Lonley-l’Abbaye.

Des confitures et miels

On fait de bonnes confitures en Normandie, on trouve du bon miel, mais la star c’est avant tout la confiture de lait! Vous ne le savez peut-être pas, mais la confiture de lait est une spécialité normande. Ramenez un pot que vous tartinez sur vos crêpes ou mangerez à la cuiller pour les plus téméraires.

Des produits la mère Poulard

La mère Poulard, bien logée au Mont saint Michel,  ne fait pas d’omelette à emporter mais de très bons biscuits aux emballages bien vintage. Si le lieu est magnifique, il faut savoir que la Mère Poulard ne faisait pas de biscuits à l’origine mais des omelettes ( que l’on peut toujours consommer sur place), et qu’ils sont faits dans une usine de Bretagne… A vous de juger si ce souvenir mérite sa place dans votre valise 🙂

La teurgoule

Cette sorte de riz et au lait sucré, parfumé de cannelle et cuit pendant cinq heures, est à la fois réconfortant et bourratif, bref tout ce que j’aime!

Côté boissons

Des boissons sans alcool

Vous trouverez de très bons jus de pomme et de poires fermiers, mais aussi du Meuh Cola, le cola normand, à l’instar du Breizh cola breton.

Du calvados

On en trouve énormément et même des calva arrangés comme on le fait habituellement avec le rhum! Plus ils sont vieux plus ils sont chers mais aussi boisés, parfumés…

Du cidre normand

Le cidre était la boisson des nobles et remplaçait le vin dans le grand ouest, qu’il soit brut ou doux. Personnellement j’adore sa variante aux poires, le poiré.

Du vin de Normandie

Il n’en existe apparemment qu’une sorte et il n’est pas donné, quand à savoir s’il est bon, je ne l’ai pas testé !

La bénédictine

Originaire de Fécamp, elle se consomme en digestif ou en cocktail Profitez en pour visiter la Bénédictine, lieu historique de toute beauté.

Du pommeau de Normandie

Contrairement au Calvados, le pommeau, plus léger, se consomme en apéritif.

De la bière normande

La Joa à Étretat est la bière brassée par le casino. J’ai aussi pu tester des brasseries locales avec des bières au noms ou aux parfums originaux, comme Les travailleurs de l’amer ou la bière à l’huître.

Et aussi…

Pou remplir votre cuisine de gadgets en tous genres, vous trouverez en Normandie les fameux bols marqués du prénom ( ha oui mais ils ne seraient pas bretons eu d’abord?). La marque Guy Degrenne est originaire de Normandie également donc cela peut être l’occasion de refaire votre stock de vaisselle. de beaux verres à digestifs pour profiter de votre calvados peuvent faire une idée cadeau sympa, ainsi que des bolées de cidre.

Omelette aux fanes de radis et mozzarella

Voilà le printemps avec le retour en force des radis! C’est pour moi un des légumes les plus représentatifs des beaux jours et rien que pour ça, ça me donne envie d’en acheter dès que je les vois sur les étals! Le souci des radis, c’est qu’on reste souvent avec les fanes sur les bras! Quand on veut adopter une politique anti-gaspi, la première solution est d’en faire une soupe, mais ensuite? Avec le beau temps, on n’a pas envie de manger de la soupe à tout bout de champ!
Je vous propose donc aujourd’hui une autre solution pour utiliser ces fanes! Vous pourrez ainsi éviter de gaspiller une partie de vos légumes, tout en vous régalant. C’est une recette extrêmement simple, facile et rapide, puisqu’il s’agit de les glisser dans une délicieuse omelette aux fanes de radis. C’est une recette « vite fait bien fait » et surtout savoureuse, parfaite pour un repas du soir!  Les saveurs de cette omelette rappellent un peu celles de l’épinard, de l’oseille ou encore des blettes !

Si vous avez du beau temps, n’hésitez pas à déguster cette omelette froide,  coupée en dés pour un apéritif, c’est aussi bon que chaud! J’ai réalisé cette omelette avec des ingrédients simples et sans viande, mais vous pouvez bien-sûr y ajouter des lardons  pour qu’elle soit plus gourmande!
Pour que le goût soit au rendez-vous, utilisez des radis dont les fanes sont bien jeunes et pas abîmées. Attention, je vous recommande de choisir des radis bio quand vous projetez de manger leurs feuilles, car les feuilles étant en surface, elles collectent plus les pesticides que toutes les autres parties de ce légume!
Sur la dernière photo vous voyez ma poêle, perso je ne jure plus que par les systèmes avec poignées amovibles, qui permettent de mettre les poêles directement au four, et représentent un gain de place énorme!
P.S. : Si vous avez besoin d’une excuse pour préparer des radis et récupérer les fanes, testez ce dip apéro polonais trop bon!

Omelette aux fanes de radis et mozzarella

  • 4 œufs
  • les fanes d’une botte de radis
  • 30 g de mozzarella râpée
  • 2 gousses d’ail
  • 50 g de crème fraîche épaisse
  • 1/2 oignon rouge
  • 1 c. à s. d’huile
  • 2 c. à s. de ciboulette fraîche ciselée
  • Sel, poivre
Nettoyez soigneusement les fanes.

Mélangez les œufs, la  crème fraîche, la mozzarella, salez et poivrez.

Chauffez l’huile dans la poêle et faites revenir l »oignon et l’ail 5 minutes puis ajoutez les fanes, et poursuive la cuisson à feu doux à couvert 5 minutes avec le sel et le poivre.  Retirez de la poêle et réservez.

Versez la préparation aux œufs dans la poêle et faites cuire jusqu’à  ce que les œufs soient cuits mais baveux au dessus, ajoutez les fanes, prolongez d’1 à 2 minutes et servez aussitôt.

Oeuf cocotte au coulommiers et cranberries

Bonne nouvelle, le week-end approche à grands pas! Mauvaise nouvelle… L’hiver n’en finit pas de finir malgré l’arrivée du printemps, et ce week-end il risque de faire froid et moche! Enfin, surtout si vous habitez dans le nord de la France comme moi!
Qu’à cela ne tienne, on en profite pour se chouchouter et se faire plaisir! Pour ça, voici une idée de recette très facile à préparer et délicieuse : l’œuf cocotte! Et comme début avril c’est la fête du coulommiers à… Coulommiers, j’ai eu envie de mettre à l’honneur ce fromage.
L’œuf cocotte, je l’aime d’amour sous toutes ses formes, et j’adore le décliner avec tous les fromages de la galaxie. Je dois dire que cette version au coulommiers est une réussite! Des œufs, quelques dés de fromage bien coulant, de la crème liquide, des cranberries pour leur jolie couleur et la note sucrée, et il n’en faut pas plus pour atteindre le bonheur!
Si l’œuf cocotte est ultra simple à préparer, la cuisson est primordiale. Le jaune doit rester bien coulant tandis que le blanc doit coaguler, c’est là que réside la réussite de cette recette.L’utilisation du bain marie aide beaucoup à atteindre cette cuisson parfaite c’est la méthode que j’ai adoptée et que je vous propose ici!
Facilement personnalisable et prête en moins de 20 minutes, cette recette d’œufs cocotte au coulommiers a tout pour plaire! D’ailleurs si vous avez quelques lardons ou dés de jambon à finir dans votre frigo, n’hésitez pas à les ajouter, les œufs cocotte sont parfaits pour être customisés avec les petits restes!
Enfin, si vous avez des enfants, ils devraient apprécier ces œufs cocotte eux aussi, surtout avec de bonnes mouillettes beurrées à tremper dedans!
  
P.S. : Si vous aime les oeufs cocotte, testez aussi cette version, trop bonne!

Oeuf cocotte au coulommiers et cranberries

Pour 2 cocottes
  • 2 œufs
  • 10 cl de crème liquide entière
  • 1 c. à s. de ciboulette ciselée
  • 100 g de coulommiers
  • 1 c. à s. de cranberries
  • Sel, poivre

Salez et poivrez le fond des ramequins.
Versez la crème, la ciboulette, le coulommiers coupé en petits dés, l’œuf et saupoudrez des cranberries pour décorer.
Préchauffez le four à 180°C. Remplissez un plat allant au four avec de l’eau bouillante et disposez les ramequins.
Enfournez pour environ 8 à 10 minutes jusqu’à ce que le blanc soit pris.

Egg boat à la tomme et aux oignons

Ce n’est pas la Saint-Valentin, et pourtant je vais vous raconter l’histoire de mon dernier coup de foudre… Quand je l’ai vu, avec son teint doré, son petit air craquant, qui me regardait, immobile tout en fumant, j’ai su que j’allais l’adorer… Je ne vous parle pas de mon dernier amant mais du egg boat! Imaginez-vous : un pain croustillant rempli de fromage fondu et d’un œuf qui cuit au milieu…
L’egg boat, c’est le mariage parfait de la tartine au four et de l’œuf cocotte, deux des plats que je préfère! J’ai commencé à y penser le jour, à en rêver la nuit… Il fallait que j’en mange un, et vite! Alors quand j’ai vu la recette de Chris, je me suis dit que je ne pouvais plus attendre! Je n’avais pas tout à fait les mêmes ingrédients qu’elle mais au final ce n’est pas grave, car une fois qu’on a compris le truc, le egg boat  se décline à l’infini avec tout ce qu’on a dans le frigo : des lardons, du jambon sec, un reste de reblochon… tant qu’il y a le pain et l’œuf, c’est tout bon!
Voici donc ma petite variation inspirée par Chris! Je vous invite à aller découvrir son blog, La cuisine facile de Chris au plus vite si vous ne le connaissez pas, vous ne le regretterez pas!
Avec cette recette, nous nous sommes régalés et je peux vous assurer qu’entre moi et l’egg boat, c’est une relation qui est partie pour durer!
  
P.S. : Si vous aimez les tartines au four, testez aussi ces tartines au camembert et estragon!

Egg boat à la tomme et aux oignons

Pour 2 personnes
  • 2 mini baguettes
  • 1/4 d’oignon
  • 2 œufs
  • 1 pincée de sucre
  • 100 g de tomme de brebis
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 2 c. à s. d’oignons frits
  • 2 c. à s. de gruyère râpé
  • Sel, poivre
Emincez l’oignon finement et faites-le revenir dans une
poêle huilée. Quand il est doré, ajoutez le sel, le poivre, le sucre
et laissez caraméliser quelques minutes. Réservez.
Préchauffez le four à 190°C.
Découpez les petits pains sur le dessus pour les creuser sans faire de trou dans le fond et
enlevez  la mie. tartinez le fond de moutarde. Mettre des oignons caramélisés dans le fond, puis le fromage en lamelles.
Déposez un œuf dans ce creux, poivrez-le et parsemez de
gruyère râpé, puis d’oignons frits.
Enfournez 5 minutes, en passant la dernière minute en mode  grill.
Source d’inspiration :
http://www.laciusinefaciledechris.com/2016/09/egg-boat.html