Archives par mot-clé : Chine

Spécialité russe : gâteau au citron lymonik

Je ne sais pas vous, mais moi après un voyage, j’aime prolonger mon plaisir et mes souvenirs de toutes les façons possibles, notamment par la lecture, la musique, les films ou la gastronomie. Cette année vous le savez peut-être, je suis partie en Russie.
Côté lecture, je n’ai pas trouvé mon bonheur dans les classiques russes, trop coriaces pour moi qui dors en général après 2 pages d’un roman. Je me suis rabattue sur des livres jeunesse non pas russes, mais dont l’histoire prend place en Russie : L’étoile de Kostia et Il y avait un garçon de mon âge juste en dessous de chez nous. Le premier relate la vie d’adolescents vivant à Moscou à l’époque de Tchernobyl, le second relate l’histoire d’un petit garçon qui part en Russie à la recherche de son ami immigré parti précipitamment.
Côté musique, je me suis fait une compilation souvenir de tout ce que j’ai entendu là-bas dans les bars, restaurants… Je la partage juste en dessous, si vous l’écoutez vous serez surpris de constater qu’elle contient peu de chansons russes, car finalement j’en ai peu entendu là-bas. Par contre, j’ai remarqué que la pop rock rétro anglaise a beaucoup de succès en Russie, pour mon plus grand bonheur.
Côté films, je n’ai pas encore creusé la question, si vous connaissez des films russes ou se passant en Russie, je suis preneuse, car ma culture sur le sujet se limite au dessin animé Anastasia!
Côté gastronomie, je rentre de Russie avec mille souvenirs, ce pays prend je crois la place de celui où je me suis le plus régalée en voyage, détrônant les États-Unis et la Chine qui avaient pourtant placé la barre haut! J’ai investi dans un livre de cuisine russe (en anglais, faut pas charier) et je vous partagerai prochainement d’autres trouvailles.
Je commence avec une recette sucrée que j’adore, bien que je doute qu’elle soit extrêmement traditionnelle. Elle vient d’un livre de cuisine russe, mais je ne vais pas vous mentir, je n’en ai vu nulle-part dans les restaurants quand j’étais là-bas. Peut-être est-ce plutôt une recette que l’on cuisine en famille! Peu importe, car elle est délicieuse !
Par erreur, j’ai mis moins de sucre que dans la recette d’origine, mais c’était tellement délicieux et acidulé que je vous la partage telle je l’ai faite.
Si vous êtes vraiment un bec sucré, vous savez que vous pouvez aller jusqu’à 200 g de sucre, mais à mon goût ce n’est vraiment pas nécessaire !
Pour un menu russe, servez cette salade Olivier et ces belyachi!
 

Lymonik

  • 250 g de crème fraîche
  • 115  g de beurre fondu
  • 1/2 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 200 g de farine
  • 2 petits citrons
  • 130 g de sucre
  • 1 jaune d’œuf
  • Sucre glace pour le service
Dans un bol moyen, mélangez la crème avec le bicarbonate de soude. Ajoutez le beurre fondu, remuez le tout ensemble. Commencez à ajouter de la farine 50 g  à la fois. Lorsque vous atteignez 150 g, jugez si la pâte ne colle pas sur vos mains. Si elle colle, ajoutez encore de la farine. Si elle ne colle pas, vous pouvez vous arrêter là. La pâte doit être molle et flexible, facile à travailler.
Mélangez bien la pâte. Coupez deux morceaux égaux, filmez-les et réservez-les au frais.
Coupez les citrons en petits morceaux en éliminant les pépins. À l’aide d’un robot culinaire, mixez les morceaux de citron en tout petits morceaux. Vous pouvez également couper le citron en petits morceaux avec un couteau. Si vous utilisez un robot, assurez-vous de ne pas trop mixer le citron, il doit garder de la matière, pas devenir une bouillie Ajoutez le sucre et mélangez.
Préchauffez le four à 175° C. Prenez la moitié de la pâte et étalez-la sur le fond de votre moule.
Versez le mélange au citron au milieu de la pâte et étalez-le uniformément.
Sur une surface propre, étalez la deuxième moitié de la pâte et la placez-la soigneusement sur la première, en couvrant bien la garniture au citron. Soudez les bords de la pâte du haut avec celle du bas en appuyant dessus.
Battez le jaune d’œuf et badigeonnez-le à l’aide d’un pinceau sur la pâte. À l’aide d’une fourchette, faites des stries sur la surface de la tarte.
Placez la tarte au four pendant environ 30 minutes ou jusqu’à ce qu’elle ait une belle couleur dorée.
Laissez tiédir avant de démouler, saupoudrez du sucre glace et servez tiède ou bien froid.
Source d’inspiration :

Spécialité du Danemark : ristet hot-dog

Aujourd’hui c’est le jour international du hot dog! Oui oui! J’adore cette spécialité de la street food et je n’ai pas pu m’empêcher de vous préparer une petite recette au cas où vous voudriez fêter dignement cet événement autour d’une saucisse et d’une bière! On a tendance à penser que le hot-dog est plus basique et se décline moins facilement que le burger, mais il y a plein de façons d’innover entre ces deux morceaux de pain brioché!
On trouve déjà plusieurs variantes aux États-Unis, pays qui a donné jour à ce don du ciel qu’est le hot-dog (rien que ça), notamment le Chili cheese dog que j’adore!
La variante que je vous propose aujourd’hui est une découverte que j’ai faite cet été lors de mes vacances à Copenhague l’an dernier. Là-bas, ils ont également une vraie culture de la baraque à hot-dog, nommée « polser ». Il y en a à chaque coin de rue et ils proposent des hot-dogs déclinés principalement de 3 façons : le ristet hot-dog, le traditionnel danois, le fransk hot dog, présumé français, du moins selon les danois, et le okologisk, qu’on voit de plus en plus, c’est à dire une version bio et plus gastronomique du ristet.
Aujourd’hui c’est le ristet hot-dog que je vais vous proposer : c’est un véritable coup de cœur pour moi! Je le trouve réellement meilleur que le hot-dog classique tel que je le faisais jusqu’à maintenant! Je pourrais en manger au petit-déjeuner, le midi et au goûter sans problème. C’est d’ailleurs à peu de choses près ce que j’ai fait pendant mes vacances là-bas !
J’ai ramené les ingrédients de là-bas, mais on peut facilement trouver ou réaliser des équivalences avec des produits trouvés en France! la sauce rémoulade est une sauce que l’on trouve partout là bas et qui ne ressemble pas vraiment à celle de notre céleri rémoulade malgré le  nom. C’est plutôt une sorte de mayonnaise aux oignons un peu sucrée, c’est délicieux. A défaut, vous pouvez utiliser de la mayonnaise.
  

 

P.S. : J’ai cette machine à hot-dogs, je ne l’utilise pas à chaque fois mais elle est très sympa car elle permet de garder les pains et les saucisses chauds pendant que chacun compose son hot-dog à table!

Ristet hot-dog

Pour 2 hot dogs
  • 2 pains à hot-dog
  • 2 knacks
  • 1/2 oignon frais émincés rouges
  • 2 c. à s. d’oignons frits
  • 8 rondelles de cornichons aigre douce
  • Sauce moutarde jaune
  • Sauce rémoulade
  • Ketchup

Faites chauffer les saucisses à la poêle jusqu’à ce qu’elles soient dorées.

Dans chaque pain, versez un filet de sauce moutarde jaune, un filet de ketchup, un filet de sauce rémoulade. Déposez une saucisse, de l’oignon rouge émincé, de l’oignon frit, des rondelles de cornichons.

Baguettes viennoises aux pépites de chocolat

N’avez-vous jamais rêvé de vous réveiller avec les parfums de viennoiseries toutes chaudes qui embaument toute votre maison? Pour ensuite vous jeter à pleines dents sur la mie moelleuse et aérienne de ces baguettes viennoises parsemées de pépites de chocolat ? Bon, soit vous avez un homme parfait à la maison, soit vous avez un mode programmable sur votre machine à pain, et le rêve devient alors accessible! Avec cette recette inratable et très facile à faire, vous allez bien commencer la journée, je vous le garantis!
Ces baguettes viennoises font aussi de délicieux goûters pour tous ceux qui comme moi ne petit-déjeunent pas régulièrement! En fait, peu importe à quel moment vous les mangerez, il n’y a pas d’heure pour apprécier de bonnes viennoiseries! Depuis que j’ai  une super machine à pain spéciale baguettes, je me fais régulièrement plaisir et cette fois-ci, c’est sur ces baguettes que j’ai jeté mon dévolu!
J’ai trouvé cette belle recette sur un blog que j’adore et que je lis chaque semaine, Gâteaux en fête de Lilou 25. Lilou est une vraie référence en matière de pâtisserie , elle fait des choses vraiment bluffantes et sophistiquées, donc je me suis dit qu’elle devait forcément faire de bonnes baguettes viennoises! Elle tenait elle-même sa recette du blog « Mes gâteaux rigolos by Cécile CC« .
Au final, je n’ai pas été déçue : ces baguettes sont bien moelleuses, et se sont bien développées à la cuisson. Le goût et l’odeur de ces douceurs sont vraiment enchanteurs. Même si ma machine à pain a fait quasiment tout le travail, je suis super fière d’avoir réalisé de succulentes baguettes viennoises dignes du boulanger du coin!
Je vous mets la recette avec machine à pain normale ou spéciale baguettes, dans les deux cas, il n’y a pas trop de travail alors lancez-vous! Si vous n’avez pas de machine à pain, vous pouvez simplement faire le mélange et le pétrissage à la main ou au robot ménager.
 

Baguettes viennoises aux pépites de chocolat

Pour 4 mini baguettes
  • 15 cl de lait tiède
  • 250 g de farine
  • 1 c. à c. de levure de boulanger déshydratée
  • 30 g de beurre
  • 25 g de sucre en poudre
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 60 g de pépites de chocolat
Mettez les ingrédients dans l’ordre indiqué par votre machine à pain, sauf les pépites de chocolat. Lancez le programme « pâte sucrée » ou si vous avez, « baguettes sucrées ».
A la fin du programme, dégazez le pâton en incorporant les pépites de chocolat.
Séparez la pâte en 4 pâtons.
Étalez le 1er pâton en rectangle, enroulez-le sur lui-même. Soudez avec un peu d’eau. Allongez en un boudin et déposez sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé ou sur des moules à mini-baguettes.
Faites de même avec les autres pâtons. Dorez avec un peu de lait. et grignez.
Si vous avez une machine à pain spéciale baguette, reprenez la suite du programme. Sinon, laissez lever environ 40 min.
Dorez une dernière fois et enfournez à 170°C, chaleur tournante, pendant 15 à 20 minutes.
Laissez refroidir sur une grille.
 
Source d’inspiration :

One pot pasta thaï épicées

Je ne sais pas vous, mais moi j’adore la cuisine épicée. Il y en a certains qui ont la gorge en feu au moindre tour de moulin à poivre en trop, et il y a ceux qui apprécient le jour même mais ont mal au ventre toute la journée le lendemain (et donc finalement ils finissent par ne plus apprécier non plus).
J’ai la chance de n’appartenir à aucune des deux catégories : je suis capable de manger des plats que d’autres jugent immangeables et de les apprécier. Mais je ne suis pas une kamikaze non plus! Je peux vous dire que j’ai mangé en Chine des plats de cuisine sichuane qui arrachaient vraiment, vraiment beaucoup, c’était délicieux… Mais j’avais l’impression que mon haleine allait prendre feu si un fumeur passait à moins de 5 mètres de moi tellement c’était violent!
Mon homme supporte encore mieux le piquant que moi, donc je m’en donne à cœur joie en cuisine, et chez nous il y a toujours un pot de purée de piments dans le frigo.
La recette que je vous propose de réaliser aujourd’hui est épicée grâce à la sauce sriracha, vous savez, cette sauce pimentée chinoise dont je vous ai parlé ici. Je vous indiquais comment la réaliser maison, mais vous pouvez en trouver toute faite dans toutes les épiceries chinoises au ou rayon cuisine du monde des hypermarchés.
Avec cette recette, vous n’allez pas cracher le feu je vous rassure, pas la peine de prévoir un litre de lait à côté de vous, surtout que j’ai vu une émission qui démontrait que cette astuce ne fonctionne pas très bien contre le piment… Il vaut mieux prendre de la chlorophylle ou du menthol, bref un chewing-gum en cas d’alerte au piquant!
Cette recette a tout pour plaire, car elle est réalisée en one pot, c’est à dire qu’on ne salit qu’une seule casserole et le tour est joué!
 

One pot pasta thaï épicées

Pour 2 gros bols
  • 150 g de vermicelles de riz
  • 3 c. à s. d’huile de sésame
  • 1 courgette, coupée  en deux dans la largeur puis en tranches
  • 4 champignons shiitaké deshydratés
  • 2 pincées d’ail en poudre
  • 2 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à s. de nuoc mam
  • 1/2 à 2 c. à s. de sauce sriracha
  • 1 cm de gingembre frais râpé
  • 1 c. à s. de coriandre fraîche
  • 1 oignon
  • 2 c. à s. de goma-sio ou sésame
  • 25 cl + 30 cl d’eau
Faites bouillir 25 cl d’eau et mettez-y  les 4 champignons à se réhydrater une quinzaine de minutes.
Pendant ce temps, râpez le gingembre, préparez la courgette et épluchez l’oignon.
Égouttez les champignons mais gardez le jus de trempage.
Mixez grossièrement les champignons et l’oignon.
Dans une poêle,  déposez 2 cuillers à soupe d’huile de sésame et faites revenir les courgettes, le mélange champignon oignons et le gingembre environ 8 minutes avec l’ail en poudre, du sel et du poivre.
Ajoutez les pâtes, le jus des champignons, le reste de l’eau, la sauce soja, le nuoc mam, la sauce sriracha.
Couvrez et faites cuire 4 à 5 minutes jusqu’à ce que le bouillon soit presque bu et que les pâtes soient cuites.
Ajoutez presque toute la coriandre fraîche, l’huile de sésame restante et prolongez de 1 minute en mélangeant.
Servez dans des bols en saupoudrant de coriandre fraîche et de goma-sio.

Spécialité de Suède : Kannelbüllar

Lorsque je suis partie à Stockholm, j’ai mangé des petits pains à la cannelle chaque fois que j’ai pu. À chaque petit déjeuner, à chaque repas, à chaque coin de rue, tout le temps vous dis-je! Là-bas il flottait dans l’air une odeur de brioches fraîchement cuites et de cannelle un peu partout autour des « bageri » (boulangeries) et des Seven Eleven et c’était vraiment démoniaque. J’ai beau ne pas être accro aux viennoiseries, c’était impossible de résister!

En Suède, les kanelbullar sont servis au petit déjeuner ou pour le fika, le snack / goûter à la suédoise que l’on peut consommer à toute heure dans les petits cafés appelés « fik mysigt ».

Au XIXe siècle, les ingrédients tels que la farine, le sucre, la cannelle, le beurre et les œufs étaient considérés comme luxueux et étaient généralement réservée uniquement aux familles riches. Les Kanelbullar ont commencé à devenir populaires en Suède dans les années 1920 et ils sont devenus vraiment communs au début des années 1950.

Aujourd’hui, les kanelbullar sont LA pâtisserie suédoise la plus populaire… Si populaire qu’une Journée Internationale du kanelbullar a maintenant lieu tous les 4 octobre!

Si vous avez voyagé aux États-Unis, vous aurez remarqué que les brioches à la cannelle sont également répandues aux États-Unis.

Pourtant, les kanelbullar et les cinammon Rolls sont loin d’être identiques. Qu’est-ce qui les différencie?

– Les kanelbullar contiennent de la cardamome dans la pâte. C’est un petit détail qui fait beaucoup!

– Les kanelbullar sont cuits dans un four très chaud pendant quelques minutes. Cela les rend légers et moelleux, avec une belle surface brune mais pas sèche. Ils sont moins collants que les cinammon rolls.

– Les kanelbullar sont toujours cuits dans des caissettes en papier individuelles, alors qu’il n’est pas rare de voir les cinammon rolls cuire côte à côte dans un grand plat.

– Les cinammon rolls sont servis avec un glaçage sur le dessus tandis que les kanelbullar n’ont jamais de glaçage, mais sont saupoudrés de sucre perlé. Vous pouvez aussi saupoudrer leur surface d’amandes finement hachées si vous préférez, mais lors de l’atelier de cuisine suédoise auquel j’ai participé, tous les participants originaires de Suède semblaient trouver la version au sucre perlé plus traditionnelle.

Si vous n’avez jamais eu l’occasion de goûter ces petits pains à la cannelle suédois, il ne vous reste qu’à embarquer direction la Suède ou à en faire vous-mêmes! Cette recette vous donnera une belle quantité de brioches et le temps de préparation vaut vraiment la peine !

 

P.S. : Si vous voulez continuer votre découverte de la cuisine nordique, je vous rpopose tout un menu par ici!

 Kannelbüllar

  • 700 g de farine
  • 30 cl de lait
  • 120 g de sucre
  • 95 g de beurre
  • 1 œuf
  • 1 c. à c. de cardamome entière ou 
  • 1 pincée de cardamome moulue
  • 30 g de levure boulangère fraîche
  • une pincée de sel

Pour la garniture :

  • 50 g de beurre fondu
  • 50 g de sucre en poudre
  • 1. c à c. de cannelle en poudre
  • 4 c. à s. de sucre perlé

Si votre cardamome est entière, ouvrez les coques et récupérez les graines, hachez-les au couteau ou avec un moulin. Vous devez obtenir une belle pincée de cardamome.

Délayez la levure dans un peu du lait tiède, ajouter le reste du lait tiédi et le beurre fondu puis le reste des ingrédients.
Mélangez les ingrédients dans un saladier.
Pétrissez 15 minutes environ à la main, couvrez avec un torchon et laissez reposer 30 min.
Étalez la pâte pour obtenir un rectangle de 4 mm d’épaisseur, 30 cm de largeur environ.

Badigeonnez-la de beurre fondu, saupoudrez de sucre et de cannelle et roulez sans trop serrer.
Découpez ensuite en tranches d’1,5 cm environ, déposez-les sur des caissettes en papier sur une plaque, et laissez ensuite lever sous un torchon pendant 60 minutes.

Saupoudrez de perles de sucre et enfournez pendant 6 à 8 minutes à 240°C.

 

7 moyens de retrouver le moral après l’hiver

Après 6 (ou 8 ou 10 suivant votre région) mois d’un temps froid qui vous a semblé interminable, le printemps fait officiellement son entrée. Mais fatigués par le manque de lumière, de vitamines A et l’abus de fromage à 40% de matières grasses, vous avez encore du mal à prendre le pli! Retrouvez le moral et passez à l’heure d’été avec mes idées gourmandes au goût de soleil !

Faîtes un tour à la mer

Pas besoin d’attendre le mois d’août pour tremper un orteil dans l’eau et manger des moules en bord de mer! Au premier rayon de soleil, prenez la route et jouez le jeu à fond : pull marin, chapeau de paille, appareil photo autour du cou… Vous voilà déjà bien plus détendus! Si la mer est trop loin de chez vous, un pique-nique au bord d’un lac fera parfaitement l’affaire !

Photo Zoltán Vörös @Flickr

Adoptez le fromage frais

Si l’hiver est la saison des raclettes, tartiflettes et autres reblochonnades, l’été est celle des fromage frais! Alors commencez tout de suite à troquer vos fondues par des tartinades au chèvre frais, des dés de feta ou de la mozzarella di buffala bien fondante!


Photo Frédérique Voisin-Demery @Flickr

Cuisinez les fraises et les asperges

Les asperges et les fraises sont parmi les produits les plus emblématiques du retour des beaux jours, mais ne boudez pas non plus les radis, les petits pois et les fèves fraîches!


Photo Rool Paap @Flickr

Plantez des herbes aromatiques

Dès le mois d’avril, il est possible de planter des plants de ciboulette, du persil ou de démarrer un semis de basilic sur votre bacon. Ils permettront de mettre de la fraîcheur et des vitamines dans tous vos plats printaniers sans rien vous coûter ou presque!


Photo Clemens v. Vogelsang @Flickr

Faîtes vous des limonades et thés glacés

L’hiver, on adore se réchauffer avec de bons thés chaï ou chocolats chauds. Dès le retour des beaux jours, on hydrate notre machinerie avec des boissons fraîches et peu sucrées à base de thé, de citron ou de concombre !


Photo Rob Bertholf @Flickr

Organisez un pique-nique d’intérieur

Si le beau temps est long à décoller, ce n’est pas une raison pour se laisser faire. On sort une nappe à carreaux, on l’étale sans le salon, et on s’installe pour y manger salades, sandwichs et œufs durs joliment disposés dans un panier.


Photo Wicker Paradise @Flickr

Faites un ménage de printemps de la bouffe

Si vous avez tendance à acheter beaucoup de produits qui s’entassent dans vos placards, c’est le moment de les explorer et de décider de ce que vous allez cuisiner avec : une omelette avec ce pesto, une salade avec ces graines de lin, une bruschetta avec ces tomates confites.. Objectif : vider les pots qui encombrent les placards et inventer quelques chouettes idées recettes au passage!


Photo Jessica Spengler @Flickr

Et vous, comment faites vous quand l’hiver n’en finit pas, vous avez vos astuces pour faire arriver le printemps plus vite? N’hésitez pas à me les donner!

Spécialité de Chine : concombre écrasé

J’ai réalisé il y a peu que je ne vous ai jamais proposé de recette en provenance de Chine …

J’ai bien réalisé des recettes inspirées par ce beau pays, comme la chinese tourte, mais des recettes qui proviennent vraiment de là-bas, jamais !

C’est une lacune que je me devais de combler au plus vite car :

concombre-ecrase

– J’adore la Chine que j’ai eu la chance de pouvoir visiter.
– La découverte de la cuisine chinoise sur place a été une de mes plus grosses claques culinaires en voyage.
– L’écart entre la cuisine chinoise de restaurant chinois en France et celle de restaurant chinois en Chine est long comme la grande muraille.
– C’est une cuisine qui est du coup souvent sous-estimée et méconnue en France.

Non, la cuisine chinoise ne se limite pas aux nems et au riz cantonnais ! C’est une cuisine riche en saveurs, en légumes et en épices, très pimentée parfois, surtout quand on part du côté du Sichuan, mais avant tout c’est une cuisine vraiment délicieuse!

La recette que je vous propose aujourd’hui est extrêmement simple, ce n’est pas une star du repas à proprement parler, mais c’est un accompagnement léger et rafraîchissant qui peut se préparer rapidement. Ce plat est parfait pour accompagner un bon plat un peu épicé et éteindre le feu du piment !

La méthode de préparation du concombre est un peu déroutante mais amusante, et en prime elle défoule, vous verrez! Si vous avez des doutes sur la manière d’éclater le concombre, vous pourrez voir ça en live dans cette vidéo !

concombre-ecrase-3

Salade de concombre écrasé

  • 1 concombre
  • 1/4 c à c. de sel
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 1 c. à s. d’huile de sésame
  • 1/2 c. à c. de sucre granulé
  • 1 pincée de piment

concombre-ecrase-2

Coupez les extrémités du concombre, puis écrasez-le avec le pkat d’un gros couteau jusqu’à ce qu’il casse. Coupez alors le concombre en tronçons de 10 centimètres environ, puis coupez-le en petits morceaux d’environ 1,5 cm de large.

Ajoutez tous les autres ingrédients et mélangez jusqu’à ce que le concombres soit bien assaisonné uniformément. Goûtez et rectifiez au besoin. Vous pouvez manger tout de suite ou laisser le concombre au réfrigérateur pour développer davantage les saveurs.

Source d’inspiration :
http://kirbiecravings.com/2014/09/smashed-cucumber-salad.html

Pain à la bière

Levez la main si vous êtes ch’ti et n’êtes pas tentés par un pain à la bière!
Cette recette classique, réalisée avec des ingrédients simples, ne nécessite rien de plus qu’un bol, et un four, à la limite une machine à pain si vous avez la flemme de pétrir comme moi, mais elle n’est même pas indispensable!
Ce pain est bien dense et moelleux, parfait pour accompagner un repas ou un beau plateau de fromage, ou même réaliser des sandwiches! Je ne suis pas une experte du pain, mais je peux vous dire que c’est la première fois que je faisais un pain qui ressemblait autant à un vrai pain de boulangerie. Mais, désolée pour les boulangers de mon quartier, ce pain est meilleur que celui que j’achète chez eux!
Je serais hypocrite de vous dire que j’ai des restes de bière à la fin de mes soirées, nous laissons rarement une bouteille à moitié bue. Mais si c’est votre cas, cette recette vous permettra de finir votre bière éventée dignement! Il est tellement bon que vous allez peut-être faire exprès de garder des fonds de bière pour avoir un prétexte à faire du pain.
Le pain « basique » et la bière ont exactement les mêmes ingrédients – de l’eau et des céréales. La seule différence est que l’on broie les céréales sous forme de farine pour le pain. Pas besoin de chercher plus loin pourquoi ils s’associent aussi bien!
Si vous vous demandez si ce pain sent la bière je dirais que oui, il sent la bière… À l’odeur! Au goût, c’est difficile de la reconnaître, mais ce pain est un régal.

Donc, pour vous tous buveurs de bière ou pas, je dis … Lancez-vous et testez ce pain !
Ce pain peut se réaliser avec une farine blanche T55 ou une farine T 65, mais je dois vous dire que de mon côté, le gros « plus » vient du fait que j’ai utilisé une farine à pain noir et à graines, un mélange provenant des Moulins de la Bassée, qui est absolument parfait : il contient le dosage parfait de farine blanche, de farine de seigle, d’orge et de maïs et de graines de tournesol et de lin pour obtenir un superbe pain au look et au goût rustique et authentique!
pain-a-la-biere
Honnêtement,  j’ai un vrai coup de foudre pour cette farine et je vous la recommande vivement. Pour ceux qui vivent dans le nord, elle est disponible au moulin de la Bassée :
Boulevard du Canal – 59480 LA BASSÉE
Du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h
Le samedi de 9 h à 12 h
Pour les autres, utilisez de préférence une farine de type T65 et n’hésitez pas à ajouter 3 cuillers à soupe de graines mélangées à l’ensemble, il n’en sera que meilleur!
Pour la bière, je vous recommande une bière de table pas trop amère, personnellement j’ai utilisé une Septante 5 et c’était juste parfait!
Vous vous retrouvez avec un pain avec aux saveurs douces et maltées, avec une petite touche de houblonnée à la fin. Ce pain est encore meilleur servi tiède et croustillant. Nous l’avons dégusté avec du fromage du nord et des rillettes et c’était parfait!

Si vous voulez faire votre pâte la veille, mettez la ensuite en pousse lente au frigo la nuit et laissez la ensuite à température ambiante 45 minutes environ avant de l’enfourner, ça sera parfait!
J’ai trouvé l’inspiration pour cette belle recette sur un blog que j’adore lire, Cooking Julia. Si vous ne le connaissez pas, jetez y un œil au plus vite, c’est une vraie mine d’idées gourmandes!
  pain-a-la-biere-3

Pain à la bière

  • 25 cl de bière blonde
  • 5 cl d’eau
  • 1 c. à c. de sel
  • 1 c. à c. de miel
  • 450 g de mélange de farine céréales noir ou de farine T65
  • 1 sachet de levure sèche de boulanger
Version avec machine à pain
Mettez les ingrédients dans l’ordre ci-dessus dans la machine à pain. Lancez un programme pour pâte seul: 1 h 30.
Quand le programme est terminé, dégazez la pâte sur un plan fariné et formez une boule.
Version sans machine à pain
Dans un grand bol, mélanger la levure avec 100 g de farine ainsi que l’eau chauffée préalablement (mais pas bouillante); couvrez et laissez mousser 30 minutes.
Ajoutez alors la bière, le reste de farine ainsi que le sel et le miel; mélangez jusqu’à formation d’une boule de pâte qui se détache des bords. Couvrez et laissez lever jusqu’au double de volume, dans un endroit chaud, environ 2 heures.
Grattez les bords du bol à la spatule pour récupérer toute la pâte. Transférez la pâte sur une surface farinée, farinez le dessus de la pâte et façonnez une boule. Placez la miche sur une plaque allant au four farinée. Couvrez la miche avec un linge propre et laissez encore lever 45 minutes.
Pour les deux versions
Dans un moule à manqué de 26 cm de diamètre recouvert d’un papier sulfurisé, déposez la boule. Recouvrez le moule d’un saladier pour créer un climat chaud.
Laissez lever la pâte, elle doit doubler de volume pendant environ 45 minutes.
Quelques minutes avant la fin de la levée, Préchauffez votre four à 220 °C avec un ramequin d’eau.
Faites des grignes sur le pain et saupoudrez de farine.
Enfournez pendant 15 minutes à 220 °C et prolongez la cuisson pendant 25 minutes à 180°C en ôtant la coupelle d’eau.

Laissez tiédir avant de déguster.

pain-a-la-biere-2

Source d’inspiration :

http://cookingjulia.blogspot.fr/2014/11/pain-la-biere.html

Sélections de livres de cuisine autour de l’Asie

Je pense vous l’avoir déjà dit, je suis une véritable food-trotter dans l’âme ! Si je parle beaucoup de mon amour pour les États-Unis, ce n’est pas ma seule passion : je rêve de visiter l’ensemble de l’Asie! Si vous partagez mes rêves d’évasion orientale, vous serez sans doute séduits par ces livres qui donnent un avant-goût de ce que pourrait être un voyage gourmand en Asie!

Dîner comme à Tokyo

Un incontournable pour voyager à travers les saveurs japonaises : une invitation à savourer les plats comme là-bas!

Paris Hanoï

Paris-Hanoï, c’est d’abord un restaurant parisien à succès, dont les propriétaires ont compilé ce très joli livre! Des dizaines de recettes du Vietnam avec un choix riche et de magnifiques photos.

Paris-Hanoi recettes du Vietnam

Un dîner à Bali

 Nasi goreng, gado-gado, riz noir au lait de coco… Retrouvez les véritables saveurs d’un voyage en Indonésie avec ce livre! Ses photos vous feront vivre ou revivre toute l’ambiance balinaise à travers des recettes simples et dépaysantes.
UN DINER A BALI

Bangkok street food

Une balade dans la cuisine des rues de Bangkok! Ce livre de cuisine est une invitation au voyage et à la découverte des petites echopes de la vas! Des recettes simples, de belles photos, tout ce qu’il faut pour voyager au coeur de la cuisine de rue Thaïlandaise !

Bangkok street food

 Spécial Wok

http://livre.fnac.com/a6841794/Collectif-Special-wok
J’aime beaucoup cette collection marabout car les recettes sont saines, modernes et inratable! Une compilation de plus de 100 woks, voilà de quoi renouveler votre quotidien et h mettre une bonne dose de croquant !

Spécial Wok

Chinatowns

http://livre.fnac.com/a7595559/Jean-Francois-Mallet-Chinatowns
Un livre original puisqu’il nous fait découvrir la cuisine chinoise à travers son interprétation dans le monde, de chibatown à new York au 13 ème arrondissement de paeis! Plus de 100 recettes chinoises ou pas, car la plupart des recettes de nos restaurants chinois ne viennent pas de Chine!

Chinatowns: La cuisine asiatique en 100 recettes

Café glacé épicé au lait de coco

Je vous parle plus souvent de nourriture que de boissons sur ce blog, et le peu de fois où j’en parle, mes recettes tournent du côté des mojitos, mon cocktail de vacances favori! Aujourd’hui nous allons faire un petit tour du côté des boissons « chaudes »! Il n’y a rien que j’apprécie plus que de me boire une petite boisson chaude le soir, comme un thé, ou un chocolat chaud. Vous avez le droit de m’imaginer avec un plaid, un chat sur les genoux et un tricot dans les mains car ce n’est pas très loin de la réalité.
cafe-glace-epice
Ces dernières années, la consommation de boissons chaudes a été pas mal réinventée par l’arrivée partout en France de salons de thé et de chaînes de cafés, qui proposent plein de manières sucrées fun de revisiter le café ou le thé! J’aime beaucoup ce genre de recettes, mais avec l’été, on a envie de fraîcheur et c’est alors vers les cafés glacés que j’aime le tourner!
Je vous propose d’un réaliser un aux saveurs épicées rappelant l’Inde, avec une recette très simple! Si vous n’avez pas le temps de laisser tiédir votre café, mettez un peu plus de glaçons pour qu’il refroidisse plus vite! J’ai utilisé un café aromatisé à la cannelle de la marque Gourmesso pour cette recette, cela permet de renforcer encore le goût de la cannelle, que j’adore! Il s’agit d’une gamme compatible Nespresso, si vous avez comme moi une cafetière de cette marque, cela peut vous brancher, car leurs capsules sont issues du commerce équitable, moins chères, et franchement très bonnes! J’ai testé pas mal de capsules compatibles avec cette machine, qui m’ont toujours déçue au niveau du goût avant de tomber enfin sur cette alternative.
J’ai utilisé de simples glaçons dans cette recette, mais j’ai vu sur internet une astuce assez sympa : congelez du café dans un bac à glaçons pour obtenir de glaçons au café, de cette façon quand les glaçons fondront, le goût de votre café glacé ne sera pas dilué dans l’eau!
 cafe-glace-epice-

P.S. : Si vous aimez la saveur du café et pas seulement dans votre mug le matin, essayez également ce délicieux riz-au-lait café cannelle!

Café glacé épicé au lait de coco

Par tasse
  • 12 cl de café bien corsé
  • 5 cl de lait de coco
  • 1 pincée de Poudre de cannelle
  • 1 pincée de piment de Cayenne
  • 2 c. à c. de sirop d’agave
  • 6 à 8 glaçons



Faites votre café  dans une tasse et laissez tiédir.
Versez dans votre café frais  une pincée de cannelle, une pincée de de piment de Cayenne (au goût) et le sirop d’agave. Ajustez suivant votre goût. Remuez pour libérer les saveurs épicées.
Dans votre verre de service, versez d’abord la crème de noix de coco et  la glace.
Versez délicatement le café épicé par dessus.
Ajoutez une pincée de cannelle en décoration.

cafe-glace-epice-3