A la recherche des œufs brouillés parfaits #4

Alors que j’étais arrivée au bout de mes tests sur les œufs brouillés proposés par Food52 (3 recettes effectuées en respectant scrupuleusement tous les moindres détails des consignes, pour vous offrir les meilleurs œufs brouillés de France, non du monde, non de l’univers intergalactique tout entier), j’avoue que je restais un peu sur ma faim.
Les œufs 1 étaient canon, les œufs 2 d’une réalisation rapide et fun et les 3 encore plus rapides, mais au final, au niveau du goût, seuls les premiers étaient vraiment conformes à ma vision de l’œuf brouillé, sans pour autant être incroyables non plus. Après vous me direz, ce ne sont que des œufs, avec du sel, du poivre, éventuellement de la crème, ça laisse peu de variables d’ajustements pour en faire de meilleurs que d’autres.
Et puis, oh suspense insoutenable, alors que je triais de vieux magasines de cuisine lus et relus 20 fois que je ne me résigne jamais à jeter au cas où j’aurais un jour besoin d’une huitième de recette de pot-au-feu, je tombe sur une recette… d’œufs brouillés. La technique pas à pas, dans la rubrique « La leçon d’Adrienne », tirée d’un Cuisine et vins de France de 2005 (oui oui!). Dubitative, incrédule, et surtout affamée et n’ayant rien prévu pour le repas, je me lance immédiatement dans la réalisation de cette recette.
Quelle galère, le bain marie! Surtout quand on a des casseroles Tefal avec des poignées amovibles, qu’on pense que c’est une bonne idée d’enlever la poignée de la petite casserole pour qu’elle rentre dans la grande… Jusque là tout va bien mais on rigole moins quand on essaye de rattraper la casserole, qui vogue d’un bout à l’autre en évitant le manche qui essaye de s’accrocher, une véritable pêche aux canards en direct!
Et là, la surprise, la révélation, le don du ciel : ces œufs sont certes un peu pénibles à faire, mais ils sont tellement bons!! je suis retournée dans la cuisine finir les bords de la casserole avec les doigts ( casserole trop petite pour que ma tête passe dedans, sinon j’aurais léché directement!)
Des 4 méthodes testées jusqu’à maintenant, je ne sais pas si cette méthode est la plus officielle, je suis peut-être la seule à découvrir ça alors que la France entière la connaissait déjà depuis longtemps?
Toujours est-il que jusqu’à nouvel ordre j’ai adopté cette recette comme étant « mon » secret de fabrication, et j’entretiendrai la légende de la recette héritée d’un grand oncle américain que je n’ai pas le doit de divulguer (sauf à vous, bien entendu!)
Avis aux amatrices, n’hésitez pas à tester et dites moi si vous avez mieux!
  oeuf-brouille

Oeufs brouillés

Pour 2 personnes

  • 4 oeufs
  • 30 g de beurre
  • 10 cl de crème liquide
  • Sel, poivre

oeuf-brouille2Cassez les œufs dans un bol, salez, poivrez, fouettez légèrement.

Faîtes chauffer une casserole à fond épais. Mettez y à fondre la moitié du beurre en le faisant tourner dans la casserole pour qu’il se répartisse bien partout.

En parallèle, faîtes chauffer une deuxième casserole (plus grande que la première) à demi remplie d’eau. Quand le beurre est bien fondu, déposez la casserole de beurre dans la casserole d’eau pour obtenir un bain marie.

Versez alors les œufs battus et mélangez sans cesse avec une cuiller en bois, pendant environ 6 minutes, pour obtenir un mélange très crémeux.

Lorsque la consistance idéale des œufs brouillés est atteinte, retirez la casserole du bain marie et ajoutez le reste de beurre puis la crème, sans cesser de remuer.

Servez immédiatement.

 

oeuf-brouille3

Rochers coco

Pour la fête des mères, je vous propose une recette que ma maman adore et qui me fait donc forcément penser à elle! Quand j’étais plus jeune elle achetait des paquets de cette petite douceur, qu’elle cachait dans un placard pour les garder le plus longtemps possible mais dès qu’on commençait à taper dan le paquet, il ne faisait pas long feu…
rochers-coco
J’ai repéré cette recette sur le très joli blog Les p’tits desserts dont les photos me font régulièrement saliver, et je l’avais mise de côté spécialement pour cette occasion. C’est un véritable régal qui a exactement le goût de mon enfance… J’ai respecté l’idée de Flo de la réaliser avec du sucre stévia, c’était l’occasion de tester ce nouveau produit et le goût est excellent! Dommage que ce sucre soit si cher par rapport à du sucre normal… Je n’ai apporté que peu de changements par rapport à la recette d’origine : j’ai remplacé la gousse de vanille par du sucre vanillé (parce que je n’avais que ça ^^) et j’ai fait l’ensemble au robot, juste parce que je suis une feignasse.
rochers-coco2

Rochers coco

  • 125 g de noix de coco
  • 90 g de sucre, ou 45 g de Stevia
  • 2 blancs d’œufs
  • un sachet de sucre vanillé
Préchauffez votre four à 180°C.

Dans un robot, battez les blancs d’œufs. Ils doivent mousser mais ce n’est pas la peine d’attendre une neige ferme. Tout en laissant le robot en route, ajoutez le sucre vanillé, le sucre et la noix de coco. Lorsque l’ensemble est homogène et bien humidifié, stoppez le robot.
Former des petites pyramides sur un tapis de cuisson.

rochers-coco3
Enfournez pour 10 à 12 minutes.
Laissez refroidir avant de déguster (ou d’engloutir) et stockez ces petites merveilles dans une boite hermétique si d’aventure vous arrivez à ne pas tout manger tout de suite!
Source :
http://lesptitsdesserts.blogspot.fr/2014/01/rochers-la-noix-de-coco.html

Sablés apéritif au parmesan et poivre du moulin

   sables-apero-poivre2
Ah les joies du voisinage! Le petit vieux qui connaît chacun de vos mouvements, le père de famille qui vous regarde avec un air accusateur après la moindre soirée karaoké que vous organisez, et les enfants qui font tellement de bruit quand ils descendent l’escalier que vous vous demandez s’ils n’ont pas été croisés avec un poney…
N’empêche, ils ont parfois du bon quand il s’agit de réceptionner les 28 colis avec vos cadeaux en retard que vous faites livrer in extremis juste avant Noël… C’est pourquoi je vous propose de les bichonner avec cette recette de sablés apéritifs à ramener demain à la fête des voisins de votre quartier!

Ils sont un peu riches, mais c’est pour la bonne cause : ils sont croustillants à souhait, fondants et bien parfumés au parmesan… Un régal plutôt rapide à préparer!

sables-apero-poivre3

Sablés apéritif au parmesan et poivre du moulin

  Type : végétarien

Pour 40 à 50 sablés

  • 150 g farine
  • 150 g de parmesan
  • 150 g beurre ramolli
  • 1 c à c de fleur de sel
  • 2 c à c de poivre du moulin

Râpez le parmesan.
Dans une saladier, mélangez la farine, la moitié du sel et du poivre et le parmesan râpé.
Ajoutez ensuite le beurre ramolli, mélangez du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Formez un boudin d’environ 2 cm de diamètre avec la pâte en l’enroulant dans du film étirable et mettez au congélateur environ 1h.Après 1h, préchauffez le four à 160°.
Coupez le boudin en tronçons d’environ 1/2 cm d’épaisseur.Déposez les rondelles sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.Mélangez le reste de fleur de sel et de poivre  et saupoudre les biscuits avec ce mélange.
Enfournez pendant 15mn en surveillant la cuisson.
Sortez les biscuits du four et laissez-les refroidir avant de les décoller.

sables-apero-poivre

Un jeu concours, ça vous tente?

Fouyouyou, il me semble que c’était hier que j’ai organisé mon premier concours pour fêter mes 100 premiers abonnés Hellocoton, mais comme le temps passe… Vous êtes maintenant 500, ça me rend super heureuse et je me suis donc dit que ça méritait bien un nouveau jeu!
cocnours1

Je vous ai donc concocté un nouveau coffret plein de produits culinaires sympa à gagner :

– un moule en silicone pour faire des cuillers en chocolat
– un zesteur
– un moule à oeuf en forme de coeur
– une petite boite en forme de coeur
– des boucles d’oreille « tomate » faites main en pâte fimo
– un pot de beurre de cacahuètes crunchy
– des biscuits « shortbread » Dean
– un mélange d’épices créoles « massalé »
– un paquet de chips de banane plantain
– des mini pâtés de sardine et thon du Portugal

 

concours2

Pour participer, c’est super simple!Il vous faudra poster deux commentaires sur mon blog ( directement sur le blog, et non via Hellocoton sinon je ne pourrai pas prendre en compte votre participation)
– un commentaire sur l’article de votre choix
– un commentaire sur cet article ici même pour m’indiquer que vous participez!
Mettez bien le même e-mail sur les 2 commentaires pour que je sache que c’est la même personne bien sûr!
Le concours démarre maintenant et durera jusqu’au 31 mai!
concours3

Oeuf cocotte tout simple au chorizo

Les œufs cocotte sont une de mes entrées préférées, et ce pour plusieurs raisons : d’abord, parce que j’adore les œufs. Mes tentatives d’œufs brouillés sont là pour le prouver! Ensuite, parce que ça prend 30 secondes à préparer. Enfin, parce qu’on peut en faire avec n’importe quel reste du frigo : la cuiller d’épinards qui traîne dans le fond d’une casserole, la dernière tranche de jambon qui commence à se replier sur elle-même sur les côtés ou encore la croûte de fromage qui vous fait tourner de l’œil dès que vous cherchez un yaourt.
Et cerise sur le gâteau, même si on met de très bonnes riches choses dedans, les quantités sont si petites que ça reste une douceur très équilibrée !

oeuf-cocotte-chorizo

Ici j’y suis allée mollo avec le chorizo parce que je n’avais plus que ça, mais une ou deux rondelles de plus ne gâcheront rien, au contraire!

Pour le parmesan, essayez autant que possible d’en acheter en morceaux, et de le râper vous-mêmes, c’est bien meilleur. Mais du parmesans râpé tout fait fera bien l’affaire si vous n’avez que ça…

oeuf-cocotte-chorizo3

Oeufs cocotte au chorizo

Type : sans gluten

Pour 2 personnes

  • 2 œufs
  • 2 tranches de chorizo
  • 10 g de parmesan
  • 2 c à c de crème fraîche
  • Sel, poivre

Déposez au fond du ramequin la cuiller de crème, puis cassez l’œuf sans abîmer le jaune.

Ajoutez la rondelle de chorizo coupée en tous petits morceaux, et le parmesan râpé.

Poivrez, salez.

Mettez au four 6 à 10 minutes, jusqu’à ce que le blanc soit pris ( le jaune doit rester coulant).

Servez en entrée avec une feuille de salade verte, ou pour un repas léger du soir avec une petite soupe…

oeuf-cocotte-chorizo2

 

 

 

 

La petite Cour // Lille

Rien qu’à cause du nom, j’ai pas mal hésité avant de me rendre dans ce restaurant. Bah oui, La Petite Cour, c’est très alléchant, mais au mois de février je ne vais pas en profiter beaucoup de la cour! Et puis bon, à force de regarder la carte et les bons commentaires sur ce lieu, j’ai fini par me laisser tenter sans attendre les beaux jours.

Quelle riche idée ! Déjà en réservant, l’accueil au téléphone était adorable. Ensuite en arrivant sur place, le lieu m’a tout de suite séduite et j’ai su que je passerais forcément une bonne soirée.

Le bâtiment, ancien et préservé dans son jus, offre tout le charme des architectures du Vieux Lille : briques apparentes, belle hauteur sous plafond avec poutres apparentes et au fond, de beaux murs moulurés. La déco un rien kitch mais plutôt light ajoute une note d’humour sympathique : portraits anciens, fausse chouette empaillée, scooter doré accroché au mur…

La carte arrive, bien cachée dans une pochette de vinyle de Serge Lama.

En gros, La Petite Cour c’est du fromage et de la viande. Comprenez des spécialités fromagères comme le welsch, la tartiflette ou le croquant au maroilles, et un joli choix de viandes, de l’onglet au carré d’agneau.

IMG_20140215_214628

Justement, nous jetons notre dévolu sur les croquants au maroilles en entrée, puis sur l’onglet et le carré d’agneau pour le plat.
Un choix de vin sympathique accompagne tout ça et charmante attention pour les néophytes, chaque vin est sous titré avec les plats auxquels il s’accorde le mieux.

Avant d’attaquer, on nous apporte une petite assiette de rillettes et du pain pour accompagner l’apéritif, c’est offert et c’est bon!

IMG_20140215_215824

Le craquant aux maroilles arrive, sous forme d’une crêpe, un rien grasse mais très bonne, accompagnée d’une petite salade d’endives. Le pain est très bon également, ce qui ne gâche rien!

IMG_20140215_222518

Ensuite arrivent les plats. Nous sommes déjà ravis de la quantité, car les assiettes dont jolies et très bien servies. En goûtant c’est le bonheur total : les meilleures viandes que j’aie mangé depuis un bon moment! Cuissons parfaites, viande tendre et goûteuse, sauces et accompagnements en accord… Absolument rien à redire, on lèche les assiettes!

IMG_20140215_222543

Enfin, le dessert, là ou le bât blesse chez beaucoup d’adresses de qualité.
Malheureusement, il ne manquait pas grand chose pour friser la perfection, mais un petit impair est arrivé sur la fin. De mon côté j’ai opté pour un muffin au chocolat blanc et coulis de fruits rouges, un peu trop sucré et lourd après une assiette copieuse, mais je suis une bonne mangeuse donc j’ai apprécié !
Mon homme se laisse tenter par le dessert du jour qui est accessoirement son pêché mignon : des profiteroles. Et là, c’est le drame, l’erreur diplomatique, l’accident de parcours, bref vous avez compris : les demoiselles étaient sèches et insipides, soupçonnées de délit de congélateur.

Quel dommage, avec des plats qui étaient limite les meilleurs que j’aie mange en 2014,   de n’avoir pas su tenir la distance sur les profiteroles! Pourquoi s’embarquer dans des classiques complexes comme ce dessert quand on n’a pas les compétences?
Dommage, car sans ce détail je n’aurais rien trouvé à redire!

IMG_20140215_230253

Mais j’avoue que le reste était tellement bon que même malgré ça, cela reste une très belle découverte que je recommande totalement !

IMG_20140215_230301
La Petite cour, 17 Rue du Curé Saint-Étienne à Lille. Tél : 03 20 51 52 81

Tourte aux fraises et à la menthe

tourte-fraises-menthe
J’ai toujours adoré l’image des belles tourtes à l’américaine, bien pleines, fumantes avec leur mélange de fruit caché dans la pâte feuillée… Après une tentative plus que réussie avec l’apple pie de Jamie, me revoilà avec une tourte encore plus simple à réaliser, puisqu’il ne faut même pas précuire la garniture!
C’est très frais et finalement relativement léger malgré la pâte feuilletée, alors ne vous privez pas!
tourte-fraises-menthe3

Tourte aux fraises et à la menthe

  • 2 rouleaux de pâte feuilletée
  • 600 g de fraises équeutées et coupées en morceaux
  • Le jus d’un demi citron
  • 1 jaune d’œuf
  • 2 cl de lait
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 3 c à s de sucre en poudre
  • 1 c à c de menthe en poudre

Préchauffez le four à 180°C.
Dans un saladier, mélangez les fraises équeutées et coupées avec le jus de citron, le sucre, le sucre vanillé et la menthe.
Dans un plat à gâteaux, déposez une pâte feuilletée. piquez la à l’aide d’une fourchette.
Remplissez la pâte de fraises.
Étalez la deuxième pâte feuilletée et coupez y des petits cœurs à l’aide d’un emporte pièce.
déposez ensuite délicatement cette pâte sur le mélange de fraises, et fermez les 2 pâtes hermétiquement.
dans un bol, mélangez le lait avec le jaune d’œuf, et couvrez le dessus de la pâte feuillée avec ce mélange avec un pinceau.
Mettez au four pour 40 minutes. Le mélange doit bouillonner et la pâte avoir pris une jolie teinte dorée.
tourte-fraises-menthe2

Baguette à l’ail

baguette-ail
Pour la fête des boulangers, j’avais envie de vous proposer une recette sympathique tournant autour du pain, et j’ai longuement hésité sur la préparation que j’allais faire. Je ne voulais pas d’une recette qui oblige à avoir une machine à pain, (même si j’adore la mienne quand elle me fait des pains tout chauds le dimanche), pour ne pas frustrer celles ou ceux qui n’en ont pas, mais je voulais quelque chose d’original et qui ait le niveau (ou presque) d’une vraie préparation de boulanger…
C’est alors que j’ai eu un flash en pensant à l’un des produits que je préfère chez mon boulanger préféré (qui est aussi un très bon ami, mais cette préparation est objectivement excellente même sans faire entrer l’amitié dans la balance!)…
Cette recette démoniaque n’est autre qu’une baguette tartinée généreusement de beurre et d’ail et repassée quelques instants au four. A déguster à l’apéritif, un peu chaud, avec le beurre bien fondant et le pain qui croustille… C’est une véritable catastrophe pour l’aspect calorique mais une franche réussite sur l’échelle du bonheur (qui est bien plus importante vous l’admettrez)
Par rapport à la recette de mon ami boulanger, j’ai ajouté du persil, surtout pour la couleur, mais si vous n’en avez pas, vous pouvez vous en passer.
Attention en préparant cette recette à vraiment mixer l’ail et ne pas vous contenter de l’émincer finement : les morceaux trop gros d’ail se sentent et apportent un goût moins agréable. Utilisez un presse-ail, un hachoir ou ce que vous voulez mais l’ail doit être réellement mixé!
A part ce détail, cette recette est inratable et incroyablement bonne, faîtes moi confiance!
baguette-ail2

Baguette à l’ail

  • 1 petite baguette précuite (de la taille d’une demi-baguette)
  • 25 g de beurre salé
  • 2 gousses d’ail dégermées
  • 1 c à s de persil frais émincé
Préchauffez le four à 200°C.
Fendez la baguette dans la longueur mais sans séparer totalement les deux moitiés.
Hachez les gousses d’ail avec le persil. 
Faites fondre légèrement le beurre (il faut juste qu’il soit mou). 
Mélangez le beurre, l’ail et le persil, pour former une pâte homogène. 
Étalez ce mélange sur chaque face du pain.
Mouillez légèrement l’extérieur du pain avec un peu d’eau et mettez au four pour une dizaine de minutes (vérifiez les instructions de votre pain précuit)

Spécialité provençale : mini pissaladière pour 2

Cette semaine démarre le festival de Cannes, avec son défilé de nibards dénudés stars renommées, ses films improbables incontournables, et un souvenir de José Garcia qui restera gravé dans les mémoires de toute une génération.
min-pissaladiere-oignon

Pour fêter cet événement, j’ai envisagé de vous proposer une recette typiquement canonisé. Oui mais… C’était sans compter sur le fait qu’il n’en existe apparemment pas. Après des recherches infructueuses sur internet, je tombe sur un article qui explique que la ville de cannes ne possède aucune spécialité gastronomique! J’ai encore du mal à y croire, et si un cannois a connaissance d’une recette qu’il se lève maintenant pour sauver la réputation de cette charmante ville!

Bref, noyée dans le chagrin et l’amertume, je me suis rabattue sur une spécialité de pas trop loin (Nice pour être précise), la pissaladière.

min-pissaladiere-oignon3

Ce choix n’est pas innocent car il faut savoir que je déteste les anchois, mais j’adore me lancer des défis en espérant qu’ils vont me faire changer d’avis sur un produit.

Du coup, me voilà avec cette recette très légèrement adaptée de la recette d’origine, principalement au niveau de son aspect.

J’avoue que cette recette m’a beaucoup plu, et j’envisage donc de décliner les anchois dans d’autres plats pour confirmer si je suis définitivement conquise par cet étrange poisson!

min-pissaladiere-oignon4

Mini pissaladières aux deux oignons

Pour deux mini pissaladières

  • 200 g de pâte à pain du boulanger
  • 2 oignons rouges
  • 1 oignon blanc
  • 100 g d’anchois à l’huile
  • 4 olives noires
  • 2 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 2 cuillers a soupe d’herbes de Provence
  • 5 cuillers à soupe d’huile d’olive
  • poivre

Coupez les oignons en rondelles. Dans une grande poêle profonde, faites chauffer 5 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Mettez les oignons dans la poêle, ajoutez du poivre, les herbes de Provence et le sucre en poudre.

Ne salez pas, les anchois sont déjà très salés.

Gardez 4 filets d’anchois et mettez le reste dans la poêle avec les oignons.

Les anchois vont fondre à la chaleur et se mélanger aux oignons. Ajoutez une cuillère à soupe de l’huile des anchois dans la préparation.

Faites revenir les oignons jusqu’à que leur couleur soit légèrement jaune. Il ne faut pas qu’ils reviennent de trop car ils vont encore cuire dans le four.

Étalez la pâte à pain sur une plaque de four huilée à l’huile d’olive.

Versez votre préparation sur la pâte et mettez des anchois et des olives pour la décoration.

Préchauffez votre four à 220°C et mettez la pissaladière.

Pour le temps de cuisson dès que la pâte à pain est cuite (voir aux bords de la pâte) vous pouvez sortir votre pissaladière.

Vous pouvez déguster votre pissaladière chaude, tiède ou froide, accompagnée d’une salade verte.

min-pissaladiere-oignon2

Source d’inspiration :
http://m.marmiton.org/recettes/recette_pissaladiere_20407.aspx

L’oeuf dans le trou

Egg-in-a-hole, egg-in-a-basket… Sous ces noms intrigants se cache une préparation toute simple mais plutôt amusante que je me suis empressée de tester, en grande amatrice d’œufs que je suis!
Le principe est simple : vous prenez une tranche de pain, vous découpez le centre avec un emporte pièce, en forme de cercle ou mieux en utilisant une forme rigolote : cœur, étoile… Et vous faites cuire à la poêle avec un œuf dedans!
Le résultat est un œuf pris dans du pain, si vous aimez les œufs au plat vous aimerez forcément, mais l’intérêt de cette astuce réside surtout dans la présentation rigolote, qui j’imagine doit plaire aux enfants ( et aux grands qui ont gardé leur âme d’enfant par la même occasion !)
Vous vous retrouvez ensuite avec le bout de pain restant, que vous pouvez tartiner de ce qui vous inspire : tarama, concassée de tomates, fromage… Ici, j’avais utilisé une poivronnade et un peu de parmesan.
Cette recette très simple conviendra parfaitement aux régimes végétariens, en utilisant une tartinade végétale.
egg-in-hole-avant-cuisson

Egg-in-a-hole

Pour 1 personne
  • 1 œuf
  • 1 tranche de pain de mie
  • tartinade de votre choix
egg-in-hole2
Évidez le centre du pain de mie avec un emporte pièce, en essayant de ne pas abîmer les deux parties obtenues.
Mettez un bout de beurre à fondre dans une poêle. déposez la tranche de pain puis cassez délicatement un œuf au centre, sans abîmer le jaune.
Faites cuire avec le feu pas trop fort : le blanc doit avoir le temps de cuire, sans que le pain ne brûle pour autant.
salez, poivrez, et mangez tout de suite!
egg-in-hole

Recettes méchamment gourmandes en provenance directe de partout et nulle part

Suivez-moi!
Menu Title